Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les nationalismes en Espagne

 | 
Francisco Campuzano Carvajal

Des nationalismes sans État

Le nationalisme andalou

Jacques Maurice

Texte intégral

MYTHE ET HISTOIRE

  • 1 Enrique Iniesta Coullaut-Valera se présente souvent comme le biographe attitré de Blas Infante. II (...)
  • 2 Infante, La verdad sobre el complot de Tablada y el Estado libre de Andalucía, p. 69.
  • 3 Sur le rôle historique et l'importance historiographique de Díaz del Moral, cf. J. Maurice, El ana (...)

1Le nationalisme andalou relève autant du mythe que de l'histoire. De son histoire, le Statut d'Autonomie de décembre 1981 conserve la trace à l'article 6 qui traite du drapeau, de l'hymne et du blason : cet article fait référence à l'Assemblée de Ronda de 1918 qui, en approuvant le projet de Constitution fédérale dit d'Antequera, de 1883, reconnaissait implicitement que l'Andalousie était « souveraine et autonome ». La construction du mythe s'est opérée autour de la figure de Blas Infante Pérez, idéologue et paladin de ce qu'il est convenu d'appeler « l'andalousisme historique » pour mieux distinguer son mouvement des autres courants régionalistes d'avant 1936. Le mythe s'est vu renforcé depuis que le Parlement andalou a solennellement proclamé, en 1986, Blas Infante « Père de la Patrie andalouse » pour le 5 0 e anniversaire de sa mort. Aussi y a-t-il sur cette personnalité toute une hagiographie à manier avec d'autant plus de précaution qu'elle n'est pas toujours dépourvue d'arrière-pensées partisanes1. Néanmoins, c'est dès la transition du régime franquiste à la démocratie que son œuvre a fait l'objet d'évaluations pondérées de la part d'historiens (A. M. Bernai, A. Elorza) et d'anthropologues (I. Moreno Navarro). Sur un plan plus factuel, les sources de sa pensée et ses moyens d'expression ont été étudiés dans des monographies documentées (R. Soriano, F. Arcas, J. Maurice), puis, dans les années 1980, d'autres historiens ont apporté les précisions qui manquaient sur la période la plus confuse de l'action d'Infante, celle de la Seconde République (J. A. Lacomba, A. Braojos). Ainsi est-il possible aujourd'hui de retracer l'évolution sinueuse d'un mouvement original dont son fondateur reconnaissait lui-même le caractère paradoxal en le taxant de « nationalisme antinationaliste »2 et qui, en partie pour cette raison, est resté ce qu'il était au moment de son apogée, les années 1918 et 1919 : « un état-major sans armée », selon les termes expressifs d'un bon connaisseur de la période, Juan Díaz del Moral3. La multiplicité des points de vue permet, d'autre part, de mieux éclairer les écrits d'Infante lui-même, qui ne se réduisent pas à El Ideal andaluz même si cet ouvrage constitue la matrice d'une production relativement abondante. La mise en évidence des tiraillements de sa pensée favorisera, enfin, une meilleure compréhension de ce qu'a signifié, dans les dernières années du franquisme et les débuts de la transition, la redécouverte de son combat inlassable en faveur de l'autonomie andalouse, un combat magnifié par son destin tragique de martyr de la cause républicaine. Peut-être l'avait-il pressenti lorsqu'il justifiait ainsi la démarche de l'intellectuel populiste :

  • 4 Infante, El Ideal andaluz, p. 104.

quien se decida a pensar por el pueblo ha de aceptar el martirio de no pensar con ligereza4.

À L'EXEMPLE DE JOAQUÍN COSTA

  • 5 E. Iniesta : « La verdad de una leyenda », El Pais, 12/8/1986 - 50 aniversario del fusilamiento de (...)

2Né à Casares (province de Malaga) en 1885, élève des Frères des Ecoles Chrétiennes à Archidona (province de Malaga), licencié en Droit de l'Université de Grenade, Blas Infante est originaire de l'Andalousie orientale, la partie la moins développée de la région5. Il ne s'établit dans la province de Séville, à Cantillana —où il ouvre une étude de notaire— qu'en 1910. Il entre dans la vie publique en participant au « premier congrès géorgiste hispano-américain » qui se tient à Ronda en mai 1913 ; au nom des « physiocrates » de Séville, il y déclare ceci :

  • 6 M. Ruiz-Lagos, País Andaluz, p. 158-161.

El gran error está disipado : El capital y el trabajo son hermanos, víctimas de su solo enemigo : el monopolio. Ya Karl Marx presintió esta hermandad cuando decía : « La tiranía va a concluir : los burgueses que antes eran enriquecidos por los obreros, se ven forzados a alimentarlos ahora ». Juntos marcharán, por tanto, a conquistar la tierra, los trabajadores y los capitalistas, guiados por los intelectuales. ¿Qué fuerza podrá detener su avance ?6

  • 7 Infante, El Ideal andaluz, p. 141/n.l9 et p. 198. Sur Costa, v. J. Maurice-C. Serrano, J. Costa. C (...)

3L'attribution à l'auteur du Capital des idées du socialisme utopique peut prêter à sourire : là n'est pas l'essentiel. Le « monopole » qu'il s'agit d'abolir, en l'espèce, c'est celui de la terre car, « don gratuit de la nature », elle n'appartient à personne, ce qui rend son accaparement par des personnes privées illégitime. Infante reprend à son compte les idées-force de l'économiste nord-américain Henry George telles qu'il les avait développées dans Progress and poverty (1877) et telles qu'elles avaient été popularisées en Espagne par Joaquín Costa dans Colectivismo agrario en España, paru en 1898. C'est dans ce « livre monumental » qu'Infante, de son propre aveu, les a étudiées pour fonder ce qui doit constituer, à ses yeux, « l'idéal andalou », résumé dans une formule lapidaire : la tierra andaluza para el jornalero andaluz7.

4Dans l'esprit des régénérationnistes désireux de réduire les inégalités du régime de propriété de la terre, il ne s'agit pas de faire la révolution, d'exproprier par la force. Comme le déclare Infante à ce congrès géorgiste de Ronda :

La obra social de Jesús necesita ser complementada por la de Henry George.

  • 8 Ruiz Lagos, op. cit., reproduit cette lettre, de septembre 1935, à la Junta Liberalista de Andaluc (...)

5Pour lui comme pour Costa, qu'en 19358 il considère toujours comme « le Maître aragonais », l'ennemi c'est le rentier du sol, parasitaire, improductif, c'est-à-dire, en Andalousie, le latifondiste : il s'agit, en conséquence, de dissocier « propriété » et « possession » de la terre et, pour ce faire, d'utiliser la fiscalité de différentes manières, notamment en transférant à la « communauté », ou, si l'on préfère, à la société, la rente foncière perçue par les grands propriétaires qui, par ailleurs, ne seraient indemnisés que très progressivement. Telle est la formule de nationalisation indirecte de la terre proposée par Infante en mars 1914 aux membres de l'Ateneo de Séville, l'ensemble des conférences, complété par des annexes, étant publié l'année suivante sous le titre El Ideal andaluz.

  • 9 Maurice-Serrano, op. cit., p. 87-96.
  • 10 Infante, El Ideal andaluz, p. 203.

6En adoptant cette démarche, Infante s'inspire toujours de Costa qui, au début du siècle avait choisi l'Ateneo de Madrid pour susciter la réflexion collective sur « Oligarchie et Caciquisme »9. Il entend faire jouer à l'Ateneo de Séville le rôle de « cerveau » d'où partira « la pensée rédemptrice »10, il relève ainsi le défi lancé quelques mois auparavant dans Bélica, une revue récente émanant de certains de ses membres :

  • 11 Article du folkloriste Alejandro Guichot dans les deux premiers numéros de ce bimensuel illustré s (...)

Debe hacerse el libro iniciador del ideal andaluz y deben reunirse en congreso los representantes andaluces para acordar un programa de acción11.

7Infante fait ainsi le lien entre les agronomes et ingénieurs du petit groupe géorgiste et les érudits, publicistes et artistes de ce cénacle cultivé qu'était l'Ateneo de la métropole andalouse à un moment où la possibilité d'un régionalisme andalou sut generis était sérieusement envisagée par les représentants du régénérationnisme de tendance libérale. Ainsi, à l'occasion des Jeux Floraux de 1909, Méndez Bejarano s'était-il exprimé en ces termes :

  • 12 Citation extraite de A. Braojos et al., Sevilla en el siglo xx, tomo I, p. 218.

Andalucía, única tierra de España que podría vivir independiente por la rica variedad de sus producciones ; por la extensión de su territorio...que se distingue por su acentuada personalidad, manifiesta en su propio carácter, en su tradición étnica, en su distinto clima, en sus genuinas costumbres... ; la única que posee lindes naturales... ; ella, la única a quien Dios y la Naturaleza han concedido la posibilidad de la independencia, la única perjudicada por la centralización... ; ella, noble y generosa, se aferra más a la patria común...la patria integral, porque en ella palpita, inmanente y grandiosa, el alma auténtica de España12.

8Infante participe de ce courant de pensée qui met en regard les atouts dont dispose la région et le handicap que constitue pour la mise en valeur de ses richesses le centralisme du régime de la Restauración ; il est aussi de ceux qui pensent — il s'en explique dans le premier chapitre : « El ideal »— que le redressement de l'Espagne passe par la renaissance de ses régions, et que c'est là la pierre de touche d'un patriotisme authentique. Son originalité est de mettre un contenu dans une autonomie possible et de fonder celle-ci, en Andalousie, sur la nécessaire redistribution de la terre.

  • 13 Infante, El Ideal andaluz, p. 122 : « Yo tengo clavada en la conciencia, desde mi infancia, la vis (...)
  • 14 Infante, ibid., p. 68 sq.

9En effet, en bon « physiocrate », Infante est convaincu que la « vocation » de l'Andalousie est de s'adonner à l'agriculture. Mais les circonstances de la vie ont fait également de lui le témoin privilégié de la misère matérielle et morale des journaliers et de leurs femmes : cette misère lui inspire une vive compassion, mêlée à une indignation retenue, qui s'exprime dans une page célèbre, à la tonalité très « costienne » par l'ampleur de la période, de El Ideal andaluz13. C'est donc autant pour leur assurer des conditions de vie dignes que pour rendre l'agriculture régionale plus productive qu'Infante propose de limiter, sinon de réduire, le monopole foncier ce qui doit permettre, à court terme, de garantir un emploi sûr à tous ceux qui cultivent la terre et, à plus longue échéance, de créer la « classe moyenne paysanne » sans laquelle il ne pouvait y avoir de conscience collective. Ce réformisme agraire repose, en dernière analyse, sur une conception du « génie andalou », développée aux chapitres II et III, qui renvoie mutatis mutandis à « l'esprit espagnol » qu'un Ganivet, lui aussi originaire de l'Andalousie orientale, voyait, dans Idearium español, traverser les siècles depuis la domination romaine. Comme il le fait avec Costa, Infante renverse les propositions de Ganivet en se plaçant sur son terrain : s'il est vrai que le génie d'un peuple se révèle dans son art, celui du peuple andalou se manifeste dans ses chants, « modo más despiadado de burlarse de la muerte »14. En enracinant dans un passé lointain l'origine du flamenco et du cante jondo (il y reviendra longuement par la suite), Infante étaye sa propre lecture de l'Histoire :

  • 15 Infante, ibid., p. 99 sq.

No hay ni en los siglos en que se desarrollara, ni aun mucho tiempo después, civilización más tolerante ni más libre que la árabeandaluza15.

10Peuple asservi depuis la Reconquête, peuple aliéné, le peuple andalou n'est pas pour autant un peuple « inférieur » : telle est l'idée-force qui anime ce jeune homme et qu'il souhaite insuffler aux élites intellectuelles de Séville.

11Bien qu'Infante reste alors dans le flou quant aux modalités concrètes d'attribution de terres aux journaliers, il heurte bien des esprits tant par sa description sans concession du présent que par sa lecture hétérodoxe de l'histoire nationale. Critiqué dans les colonnes de Bética par un autre notaire, José Gastalver —qui ne voit dans les latifundios que de simples campos de experimentación—, il finit par rompre avec les tenants d'un régionalisme culturel dont le prétendu « apolitisme » se satisferait pour la seule Basse Andalousie de l'embryon d'autonomie obtenu, avec la Mancotnunitat, par le catalanisme conservateur. Le pas décisif est franchi en 1916 avec la création du « Centre andalou » de Séville et celle d'un mensuel Andalucía.

  • 16 Texte intégral in Cuatro textos políticos andaluces (1883-1933), p. 33-65.

12Infante espérait trouver parmi les membres de l'Ateneo — entrepreneurs, artistes, intellectuels— les « hommes honnêtes » dont il avait besoin pour propager l'idéal qu'il leur avait proposé. En raison de leurs réticences, voire de leur opposition, les voilà fustigés durement dans le Manifeste par lequel le Centre andalou de Séville rend son existence publique :16

Nosotros no consideramos hombres honrados a los que componen esa clase cobarde que se llama neutra, que ha abandonado, sin lucha, a los peores el gobierno y el cuidado de los intereses públicos.

13C'est une démarche empreinte de moralisme et de paternalisme qui anime les hommes « libres et rebelles » qui, indépendamment de leur engagement partisan, entendent avec Infante « el hacer pueblo », autrement dit faire prendre conscience aux Andalous de leur « personnalité régionale » et les amener, ainsi, à prendre leurs affaires en mains. Le Manifeste, qui réfute longuement l'accusation de « séparatisme » portée à l'encontre des mouvements régionalistes, développe autant le versant politique que les objectifs économiques d'un régionalisme qui se veut « conciliador, fraternal, progresivo ». Il contient, notamment, des propositions extrêmement précises pour développer la démocratie locale telles que référendum sur les sujets importants, discussion publique des budgets, droit d'initiative populaire, comptes rendus périodiques de la Municipalité, toutes mesures destinées à fortifier la conscience collective au niveau le plus proche du citoyen. La condition préalable étant d'éveiller l'esprit civique, il convient de créer, dans chacune des localités andalou-ses une association dont le caractère essentiellement culturel justifie l'affectation des deux cinquièmes de ses recettes à des investissements éducatifs (bibliothèques, cours pour adultes etc.) : on reconnaît là le modèle des « centros instructivos » adopté par les organisations républicaines et ouvrières pour pallier les carences de l'école publique dans l'Espagne de la Restauración, la différence étant que les Centres andalous ne seront rattachés à aucun parti en raison de la défiance d'Infante et de ses amis envers le système politique en vigueur, ce qui ne les empêchera pas de se présenter à des consultations électorales, généralement comme candidats indépendants.

14Sur cette base Infante entreprend de créer dans la région —un peu comme l'avaient fait avant lui Catalans et Basques sur leurs territoires respectifs— un réseau de foyers d'action civique et d'éducation populaire dont l'implantation et l'activité sont encore peu étudiées. Il paie de sa personne et fait de nombreuses conférences devant les auditoires d'autres centres que les siens : en août 1916, c'est dans un centre ouvrier de Séville, en novembre, c'est dans un centre républicain de Cordoue. Il interpelle les organisations ouvrières :

  • 17 R. Soriano, « Los orígenes del regionalismo andaluz en el siglo xx : Andalucía y el Centro Andaluz (...)

Vosotros, que aspiráis al comunismo integral, a socializarlo todo, ¿por qué no empezáis por socializar la tierra ? ¿Es que la socialización de la tierra os iba a impedir alcanzar la socialización absoluta ?17

15Infante donne en exemple aux édiles de Séville la municipalité de Coria del Río —située au sud de la capitale, il finit par s'y établir—, laquelle informe tous les mois ses administrés de l'usage qu'elle fait des deniers publics. Il n'est guère entendu bien que sa parole soit relayée par Andalucía. En septembre 1917 le mensuel interrompt sa publication : Infante déplace alors le centre de gravité de son action de Séville à Cordoue. Une nouvelle étape commence.

SOUS LA BANNIÈRE DU FÉDÉRALISME

16Dans le Panthéon des grands hommes admirés par Infante, Pi y Margall, éphémère Président de la I République espagnole, auteur de Las Nacionalidades (1876), tenait compagnie à Costa. Sous son égide avait été élaboré un projet de Constitution fédérale pour l'Andalousie lorsqu'au début des années 1880 le régime de la monarchie restaurée avait commencé à se libéraliser. L'article 1 était ainsi rédigé :

  • 18 Texte de ce projet in Cuatro textos políticos andaluces, p. 9-32.

Andalucía es soberana y autónoma ; se organiza en una democracia republicana representativa, y no recibe su poder de ninguna autoridad exterior al de las autonomías cantonales que le instituyen por este pacto18.

  • 19 On reproduit en annexe des extraits de la loi de décembre 1982 sur le drapeau, le blason et sa dev (...)

17C'est à ce texte que se rallie en janvier 1918 la première Assemblée Régionaliste qui se tient à Ronda, berceau du géorgisme espagnol. Infante, pas plus que Costa, ne tenait tellement à la forme républicaine du régime ; ce qu'il retenait, en revanche, du projet était son esprit radicalement fédéral qui plaçait l'autonomie individuelle à la base de l'édifice institutionnel et favorisait ainsi l'esprit d'initiative. L'adoption des emblèmes symbolisant la personnalité andalouse allait dans le sens de l'affirmation d'un pouvoir régional : le drapeau vert et blanc, le blason, la devise : « Andalucía para sí, para Iberia y para la Humanidad »19. Le même mois de janvier 1918 le journal Andalucía reparaissait à Cordoue, foyer d'un syndicalisme paysan particulièrement combatif, ville dans laquelle Infante savait pouvoir compter sur des conseillers municipaux proches de ses positions et sur des typographes du syndicat socialiste, l'UGT. Devenu hebdomadaire, Andalucía permet de suivre l'évolution du mouvement d'Infante en 1918 et 1919, deux années qui voient s'aiguiser la crise de l'Etat et se multiplier les conflits sociaux, notamment dans les campagnes andalouses.

  • 20 Texte in Cuatro textos políticos andaluces, p. 75-102.

18Ebranlé en 1917 par la conjonction des oppositions qui exigeaient l'ouverture d'un processus constituant, le régime avait pensé trouver une parade en associant le catalanisme monarchiste, représenté par Francesc Cambó, au régénérationnisme conservateur personnifié par Antonio Maura : leur gouvernement d' » union nationale » ne dura que quelques mois, son échec entraînant tant à Bilbao qu'à Barcelone une vigoureuse reprise du mouvement autonomiste. C'est dans ces circonstances qu'Infante et ses amis régionalistes de Jaén et de Cordoue rendent public au début du mois de janvier 1919 un Manifeste composé de trois parties : « Abolición de los Poderes Centralistas », « Andalucía, libre », « La Federación Hispánica »20. Avec sa véhémence coutumière, Infante retourne l'accusation de séparatisme contre « un Etat qui nous déshonore » avant d'exiger des « Pouvoirs centraux » « una soberanía igual en intensidad a la solicitada por la Mancomunidad catalana », autrement dit les pouvoirs — exécutif, législatif et judiciaire— nécessaires à la réalisation du programme de municipalisation agricole, industrielle et commerciale de la future démocratie andalouse. Outre l'approfondissement de ce programme économique, la nouveauté du Manifeste réside sans conteste dans l'affirmation cette fois explicite que

Andalucía es una nacionalidad, porque una común necesidad invita a todos sus hijos a luchar juntos por su común redención. Lo es también porque la Naturaleza y la historia hicieron de ella una distinción en el territorio hispánico. Lo es también porque, lo mismo en España que en el extranjero, se la señala como un territorio y un pueblo diferente.

19Exprimant l'espoir que toutes « les nationalités péninsulaires », le Portugal compris, s'unissent pour former « una potente supernación », le Manifeste s'achève sur un appel à « toutes les classes », notamment aux ouvriers, socialistes et anarcho-syndicalistes, à se joindre au combat pour la libération de l'Andalousie du joug d'un Etat « oligarchique ». D'après Isidoro Moreno, c'est de 1919 que date le mot d'ordre : « Viva Andalucía libre ».

  • 21 J. Maurice, El anarquismo andaluz, p. 329-347.
  • 22 Andalucía, n° 134, 29/3/1919.

20Peu de temps après, à la fin du mois de mars, la seconde Assemblée Régionaliste se tenait à Cordoue au moment où la province était secouée par l'une des vagues de grèves agricoles organisées et coordonnées par l'anarcho-syndicalisme21. Afin de prévenir une explosion sociale et d'ouvrir la voie à une « Révolution pacifique », Infante et ses amis proposaient aux pouvoirs publics de légiférer dans l'urgence de façon à reconstituer dans les communes rurales un patrimoine foncier qui serait exploité par des syndicats de journaliers conseillés par des techniciens officiels22. Lors de cette Assemblée, un jeune ingénieur agronome récemment affecté à Séville, Pascual Carrión, traçait la ligne qui, selon lui, devait être suivie par l'autonomisme andalou :

Inclinémonos siempre a la izquierda, junto a los trabajadores, al lado de los oprimidos.

  • 23 Les premiers textes de Carrión peuvent être consultés dans Estudios sobre la agricultura española, (...)

21Quelques semaines plus tard, il signerait avec quelques-uns de ses collègues un rapport, publié dans le quotidien madrilène El Sol, sur les « causes du malaise ouvrier en Andalousie », proposant des mesures analogues, à peu de choses près, à celles qui venaient d'être adoptées à Cordoue, la principale différence portant sur la nature des propriétés à exproprier23. C'était le début d'une collaboration qui se prolongerait jusqu'au début de la Seconde République.

22Si soucieux fût-il de doter l'autonomie municipale de ressources, le noyau dirigeant des Centres Andalous suivait de près les luttes sociales. Son organe, Andalucía, rendait compte des congrès des organisations ouvrières et les commentait. Il donnait en exemple les communes dans lesquelles celles-ci parvenaient à négocier avec le patronat local un accord prévoyant des structures paritaires en garantissant, de part et d'autre, le respect, notamment sur la question cruciale de la priorité d'embauché à la main d'œuvre locale. Puis, lorsque avec la proclamation de « l'état de guerre » la répression s'abattit sur le mouvement ouvrier, la solidarité s'exerça envers les militants victimes d'arrestations et d'assignations à résidence. Le rédacteur en chef du journal alla jusqu'à dénoncer « le gouvernement colonial de l'Andalousie », où un général avait reçu les pleins pouvoirs, ce qui lui valut à son tour d'être poursuivi ; juste retour des choses, son comportement fut salué par des dirigeants socialistes et anarchistes. Toutefois, cette radicalisation de l'autonomisme andalou sur des positions favorables aux paysans sans terre et à leurs organisations n'eut guère de traduction politique lorsque, après une première tentative en février 1918, Infante et certains de ses amis se présentèrent à nouveau en juin 1919 aux élections législatives. Díaz del Moral l'avait noté avec perspicacité : en milieu populaire la place était occupée depuis longtemps par les républicains et par les socialistes. La leçon ne serait pas tout à fait perdue.

  • 24 On en trouve des échos dans l'essai : « La revolución andaluza », V et VI, de l'ouvrage La verdad (...)

23Ces échecs entraînent un certain désengagement d'Infante dont la vie personnelle change : il se marie, aura plusieurs enfants. Par ailleurs, l'agitation sociale à peine retombée, le système politique tant bien que mal replâtré, la société espagnole se trouve confrontée à une question à laquelle elle est mal préparée, celle de son protectorat sur le Rif marocain où son armée subit défaite sur défaite. C'est alors que l'intérêt de Blas Infante pour la civilisation musulmane et ses apports retrouve vigueur ; il écrit une œuvre dramatique Motamid, último rey de Sevilla, voyage au Maroc, échafaude une théorie sur les origines lointaines de « lo flamenco » et défend, sous les auspices d'un « pan-andalucismo », la perspective d'un Maroc « Estado libre de Andalucía », plus prosaïquement sous protectorat andalou !24 C'est dans cette partie de l'œuvre, la plus datée, la moins fondée scientifiquement, que les idéologues du néo-nationalisme andalou puiseront à pleines mains. En revanche, les considérations sur « la faillite de l'Europe » et de ses valeurs, consécutive à « la guerre de 1914 », traduisent une conscience aiguë du décalage entre l'évolution politique que connaît le continent pendant l'entre-deux-guerres, avec le communisme soviétique et les fascismes, et la révolution qui se produit en Espagne en 1931 avec la chute de la Monarchie :

  • 25 Infante, « La revolución española », La verdad sobre el complot de Tablada, p. 42.

España se había pronunciado contra la Monarquía, porque ésta en España no era sólo una forma de Gobierno, sino un régimen esencial incompatible con la esencia nueva de España25.

24Même énoncé dans les termes essentialistes propres à une pensée idéaliste, et même s'il était conçu comme un plaidoyer pro domo, ce texte révèle combien Infante avait pris la mesure de ce que représentait le changement de régime, la proclamation de la République.

QUELS ALLIÉS ?

  • 26 Infante, ibid., p. 85/n.1 : « Siempre nos repugnaron estos nombres de nacionalismo y regionalismo. (...)
  • 27 Sur cette question, v. J. Maurice, La reforma agraria en España en el siglo xx, notamment p. 30-31 (...)
  • 28 Sur les motivations d'Infante : « Lo que vino a simbolizar la candidatura Franco », La verdad sobr (...)
  • 29 La matière de notre récit provient de M. Tuñón de Lara, Luchas obreras y campesinas en la Andalucí (...)

25Après une velléité d'adhésion au modeste Parti Républicain Fédéral, Infante réorganise son mouvement, entré en léthargie sous la dictature du général Primo de Rivera, en une « Junta Liberalista »26, dénomination nouvelle qui réfère autant à l'idée de libération qu'à celle de libéralisme : on n'est pas loin, dans cette Andalousie pénétrée par l'idéologie anarchiste, du « libertarisme » analysé à peu près à la même époque par l'italien Antonio Gramsci. La République à peine proclamée, Infante s'engage pleinement sur les deux fronts où il luttait : celui de la réforme agraire, celui de l'autonomie. Il est nommé en tant que juriste à la Comisión técnica agraria, créée le 21 mai 1931 par Fernando de los Ríos, député socialiste de Grenade et ministre de la Justice du Gouvernement Provisoire. Cette commission, constituée d'experts de toutes tendances, avait la mission de préparer la mise en œuvre de l'engagement pris par le Gouvernement Provisoire de faire remplir à la terre sa « fonction sociale ». Infante y retrouve Carrión, tous deux estimant qu'il convient de traiter en priorité la question de la grande propriété foncière. La commission élabore un projet de loi qui permettrait l'installation rapide de paysans sans terre sur les grands domaines du midi de l'Espagne, projet non retenu par le gouvernement car il reportait à une date indéterminée l'indemnisation des propriétaires concernés27. Entre-temps, déçu par l'orientation prise par le Gouvernement Provisoire, Infante avait suscité dans la province de Séville une candidature « républicaine-révolutionnaire » à l'Assemblée Constituante, conduite par le commandant d'aviation Ramón Franco (frère du futur dictateur) et appuyée par Pedro Vallina, ex-révolutionnaire professionnel devenu « médecin des pauvres »28. Les candidats —parmi lesquels Infante et Carrión— présentaient un programme avancé sur tous les plans, politique, économique, culturel, sociétal (liberté civile de la femme, par exemple), dans le but de mobiliser la fraction de l'électorat influencée par la propagande anarchiste ; ils utilisèrent, en outre, des moyens de propagande inhabituels comme le lancement de tracts par avion. Leur campagne entraîna une vive réaction du Gouvernement Provisoire, en particulier du ministre de l'Intérieur, le conservateur Miguel Maura, qui accusa le personnel militaire de la base aérienne de Tablada, contiguë à Séville, de préparer un complot destiné à proclamer l'indépendance d'un « Etat républicain andalou », à l'instar de ce qu'avait tenté de faire le colonel Maria en Catalogne. Ni l'arrestation de candidats militaires, ni le déploiement de troupes n'empêchèrent la tenue du scrutin qui vit l'élection de Ramón Franco tandis que Blas Infante obtenait le meilleur score qu'il ait jamais réalisé, notamment en milieu rural29.

  • 30 Information et commentaire sur cette adhésion in J. A. Lacomba, « El Partidismo Político en la Teo (...)

26Son relatif échec incite, semble-t-il, Infante à franchir le pas en adhérant en octobre 1932 au parti qui lui paraît le plus apte à faire progresser la cause de l'autonomie andalouse, la « Izquierda Radical Socialista »30. Notons, au passage, que cela se produit après le vote d'une loi de réforme agraire par l'Assemblée Constituante. Il participe alors au processus d'élaboration d'un avant-projet de Statut d'Autonomie, processus au cours duquel ressurgissent les divergences anciennes entre provinces prêtes à s'unir en un ensemble régional (Séville, Cadix, Cordoue, Malaga) et celles qui se contenteraient d'une simple coordination administrative (Grenade, Jaén, Almería) tandis que Huelva regardait plutôt du côté de l'Estrémadure. Le document adopté à la fin du mois de janvier 1933 à Cordoue consignait ce désaccord :

  • 31 Ce document figure dans Cuatro textos políticos andaluces, p. 103-121.

En el territorio andaluz podrán constituirse una o varias regiones autónomas31.

27Il donnait, en revanche, satisfaction aux conceptions fédéralistes en reconnaissant l'autonomie pleine et entière des communes. Mais, tandis que le Président régional était élu pour cinq ans au suffrage universel direct, le Conseil législatif, qui avait le pouvoir de faire la loi, était composé des Députés de la Région et avait un mandat de quatre ans.

28Infante tente à nouveau sa chance en se portant candidat aux élections législatives de novembre 1933 sur une liste de la « Izquierda Republicana Andaluza » dans la province de Malaga : c'est un fiasco total. Pendant toute la période où les droites sont au pouvoir —le « bienio negro »—, il se retire de la vie publique comme il l'avait fait sous la dictature de Miguel Primo de Rivera. Et lorsqu'il rompt le silence, c'est pour vitupérer, en invoquant à nouveau Costa, « los políticos al uso » qu'il ridiculise en ces termes :

  • 32 Ruiz Lagos, op. cit., p. 177.

Yo era republicano no al estilo de los políticos republicanos, teorizantes con fundamentos científicos ( ?) seleccionados de novelas francesas32.

  • 33 Nous renvoyons à Braojos et al., op. cit., t. II, p. 189-197.

29La victoire du Frente Popular le fait sortir de sa retraite. Le 2 avril 1936, la « Junta Liberalista » exhorte le « peuple andalou » à conclure le processus autonomique. Infante trouve alors des alliés chez les dirigeants socialistes à la tête de la « Diputación » et de la Municipalité de Séville. Grâce à leur concours, une Assemblée se tient dans la métropole andalouse le 5 juillet : Infante est nommé Président d'Honneur de une « Junta Ejecutiva Regional » chargée d'améliorer l'avant-projet de Statut de Cordoue et de préparer l'assemblée qui devrait adopter fin septembre le projet à soumettre aux « Cortes ». Le 14 juillet, le drapeau vert et blanc est à nouveau hissé sur l'Hôtel de Ville. Le soulèvement militaire met fin à l'espérance si longtemps caressée : tout comme Blas Infante, les socialistes José Ma Puelles, Président de la « Diputación », et le maire Horacio Hermoso seront sommairement exécutés par les sbires du général Queipo de Llano.33

MORT ET RÉSURRECTION

  • 34 Sur les derniers jours d'Infante, v.J.A. Lacomba, La represión en Andalucía durante la guerra civi (...)

30Blas Infante est arrêté le 2 août 1936, chez lui, à Coria del Río ; après quelques jours de détention à Séville, il est emmené avec d'autres compagnons d'infortune dans la nuit du 10 au 11 août en direction de Carmona, et sommairement exécuté au bord de la route34. II ne s'attendait pas, semble-t-il, à ce sort funeste : peut-être ne s'était-il pas rendu compte de ce que représentait pour la droite et les militaires le bout de chemin qu'il venait de parcourir avec les socialistes, l'une des principales composantes du « Frente Popular ». Sans doute restait-il enfermé dans un univers mental déconnecté du monde réel, dans un populisme mêlé de messianisme qui le conduisait à exalter un peuple rêvé pour mieux justifier le profond mépris que lui inspirait le peuple tel qu'il était. Ces sentiments-là, il les confiait encore dans la lettre, si souvent citée, de septembre 1935 :

  • 35 Ruiz Lagos, op. cit., p. 178.

A Andalucía no llegará a alzarla jamás el pueblo-muchedumbre, sino el pueblo de sus hombres escogidos : el de sus hijos más andaluces.35

31L'intellectuel populiste a toujours besoin d'un peuple sur mesure. Mais ce qui était concevable du temps de Costa n'avait plus guère de sens après trente ans de dures luttes sociales et d'expériences politiques diverses : en Andalousie, comme dans les autres régions d'Espagne, le peuple n'était plus « menor de edad », il s'était politisé, souvent sur des positions radicales. Il reste qu'Infante et ses amis « andalousistes » étaient des hommes épris de progrès et que beaucoup payèrent de leur vie, dans les semaines suivant le soulèvement militaire, la sincérité de leurs convictions. Avec la dictature franquiste, une chape de plomb s'abattit sur leurs idées et leurs actions, de rares noyaux de survivants entretenant la flamme de « l'idéal andalou » ici et là.

32La redécouverte de Blas Infante a lieu autour de 1970 de façon quelque peu fortuite. Elle coïncide avec le moment où se produit dans la jeunesse universitaire la prise de conscience des effets qu'entraîne le décollage économique des années 1960 en Andalousie. Des ouvrages paraissent : certains parlent de « sous-développement », de « tiers-monde », d'autres analysent un « développement dépendant » des grandes firmes capitalistes. La politique économique du franquisme tardif a, c'est un fait, des effets déstabilisateurs sur la société andalouse : un exode rural massif vers les régions industrielles d'Espagne et d'Europe occidentale dépeuple les provinces intérieures (Cordoue, Jaén, Grenade) ; le type d'industrialisation effectué dans le cadre de « pôles » de promotion et de développement favorise l'implantation d'unités de production à forte utilisation de capital, en grande partie étranger, peu créatrices d'emplois ; le développement régional, tributaire d'un tourisme de masse en provenance de l'Europe du nord, passe par la tertiarisation de l'économie. Ces phénomènes nourrissent la conscience de dépendance ou d'inégalité —ce que les Espagnols appellent « el agravio comparativo » —, réactualisant et élargissant le contenu de l'andalousisme en tant que sentiment plus ou moins conscient d'identité collective. C'est ce qu'énonce de façon aussi succincte qu'expressive le Manifeste de la « Alianza Socialista de Andalucía » constituée en novembre 1973 :

  • 36 Juan Teba, La Sevilla de Rojas Marcos, p. 280-281. Cet ouvrage d'un journaliste andalou est riche (...)

Las estadísticas sobre renta por habitante, cualificación personal, analfabetismo, paro, vivienda o industrialización, son por sí mismas una denuncia de cómo se va convirtiendo la Andalucía interior en una reserva de mano de obra sin cualificar y barata ; mientras por otra parte la Andalucía periférica se ve convertida en la « sala de fiestas » de toda Europa. Parece ignorarse que es Andalucía una de las regiones que más ha contribuido al desarrollo del resto de España y precisamente a su costa. Cuando la economía española no tenía otros recursos, el campo andaluz ha sido su soporte ; y ahora con el turismo y la emigración contribuye decisivamente al crecimiento económico del resto de España, mientras que por su parte continúa sumida en el más penoso subdesarrollo, fruto de la colonización política, social y económica que padece y que la lleva incluso a correr los mayores riesgos, soportando, por ejemplo, tal número de bases militares extranjeras [il s'agit de la base navale de Rota et de la base aérienne de Morón de la Frontera, toutes deux nord-américaines] que la convierten en una de las zonas más peligrosas de Europa36.

  • 37 Son père, engagé volontaire dans les rangs franquistes, fait prisonnier par l'armée républicaine, (...)
  • 38 J. Teba, op. cit., p. 298-299.
  • 39 Ibid., p. 304-305.

33Cette « Alliance », qui rassemblait des groupes de « compromiso político », fait penser à la démarche initiale d'Infante avec ses « centres andalous » : elle était née de l'initiative de jeunes cadres de Séville, emmenés par un fils de bonne famille, Alejandro Rojas Marcos37. Toutefois, celui-ci se montre plus politique qu'Infante : il entre à la « Junta Democrática », aux côtés du communiste Carrillo et de l'ex-opus-déiste Calvo Serer, puis, en octobre 1975, met en avant la nécessité du « Poder andaluz » et de partis politiques « spécifiquement » andalous dont l'absence s'était fait cruellement sentir sous la II République38. Après la mort du général Franco, Rojas Marcos et ses amis entrent alors en compétition ouverte avec le PSOE sur le terrain même de ses nouveaux dirigeants, les Sévillans Felipe González et Alfonso Guerra. De juillet à octobre 1976, mois décisifs de la transition, ils construisent le « Partido Socialista de Andalucía », PSA, et lui donnent un programme maximaliste en associant régionalisme et socialisme autogestionnaire39. Aux élections législatives de juin 1977, ils ne choisissent pas le meilleur allié en faisant liste commune avec le « Partido Socialista Popular » qui prétend concurrencer le PSOE au niveau national : pour le PSA, les résultats sont décevants. Le rétablissement des libertés a, néanmoins, favorisé la mobilisation populaire et celle-ci débouche, le 4 décembre 1977, décrété « Día de Andalucía », sur d'imposants rassemblements dans les grandes villes, à l'instar de ce qui s'était passé en Catalogne. Cela conduit les dirigeants du PSA à remettre en avant le thème de « la recuperación del sentido nacionalista », nécessaire pour se démarquer d'un régionalisme désormais vide de contenu. Cette réorientation est électoralement payante : aux législatives de mars 1979, le PSA obtient cinq députés. Ce sera son chant du cygne, même si, dans les années suivantes, des alliances successives à droite et à gauche permettent à ses dirigeants, notamment à Rojas Marcos, de devenir maires de Séville et d'être représentés dans l'exécutif régional. Tant il est vrai que l'abandon de la référence au socialisme n'a pas été suffisante pour que le « Partido Andalucista » puisse entamer sérieusement l'hégémonie d'un PSOE qui avait fini par comprendre que son intérêt était d'embrasser sans réserve la cause de l'autonomie andalouse.

L'AUTONOMIE, POUR QUOI FAIRE ?

  • 40 M. Bermudo de la Rosa : « La cuestión regional andaluza », Razón y Fe. II s'agit de la revue mensu (...)

34L'année du 20e anniversaire du Statut d'Autonomie, le quotidien de référence El Pais s'est fait l'écho de cette interrogation. Elle n'est pas sans rapport avec une question qui s'arrête à la proclamation de la Constitution de 1978, celle-ci ayant rendu possible la construction d'un nouveau modèle d'Etat fondé sur « l'auto-gouvernement » de ses différentes composantes : « nationalités » et régions. Un auto-gouvernement ardemment souhaité dans l'opinion andalouse, même chez ceux qui, tout en reconnaissant que l'Andalousie était désormais « una región...de indudable consistencia », lui déniait néanmoins le caractère de « nacionalidad » parce qu'elle n'avait ni « histoire indépendante », ni « langue spécifique »40. L'absence de consensus sur ce point capital éclaire la rédaction contournée de l'article 1.1 du Statut d'Autonomie :

  • 41 Legislación básica de Andalucía, Ley Orgánica 6/1981 de 30 de diciembre, de Estatuto de Autonomía (...)

Andalucía, como expresión de su identidad histórica y en el ejercicio del derecho al autogobierno que la Constitución reconoce a toda nacionalidad, se constituye en Comunidad Autónoma, en el marco de la unidad indisoluble de la nación española, patria común indivisible de todos los españoles41.

  • 42 El País, 1 de marzo de 2001 : discours de Manuel Chaves à l'occasion du « Día de Andalucía » (qui (...)
  • 43 Legislación básica de Andalucía, Ley 3/1982, de 21 de diciembre, sobre el himno y el escudo de And (...)

35Aujourd'hui encore, le Président en exercice de la Communauté Autonome ne perd jamais l'occasion de rappeler « l'identification de l'Andalousie à l'Espagne »42, glosant ainsi la devise officielle largement commentée dans la loi : « Andalucía por sí, para España y la Humanidad »43. Le débat actuel, lancé en février 2001, porte sur les causes de l'aggravation des disparités intra-régionales que certains attribuent au centralisme de Séville, siège de l'exécutif régional, la « Junta », lequel se serait substitué à celui de Madrid. Autrement dit, le « pouvoir andalou » ne serait pas parvenu, en vingt ans, à résorber les particularismes qui, du point de vue de l'anthropologue, se seraient incrustés profondément dans la formation sociale en réponse à une oppression séculaire :

  • 44 I. Moreno Navarro : « Hacia la generalización de la conciencia de identidad (1936- 1981) », Histor (...)

La sociedad andaluza sigue estando constituida en gran medida por múltiples redes de ( ) pequeños grupos con fuertes lazos internos y difíciles solidaridades entre s í...De aquí el carácter segmentario, fuertemente compartimentalizado de esta sociedad...44

  • 45 I. Moreno Navarro : « Reforma agraria e identidad andaluza. Implicaciones simbólicas del problema (...)

36On voit aussi que ce débat n'a plus grand chose à voir avec ce qui avait fondé à l'origine l'aspiration à l'autonomie, à savoir la dimension symbolique du problème de la terre comme « la via única y segura hacia una sociedad igualitaria »45.

  • 46 L'orientation nouvelle est exposée ainsi par le conseiller à l'Agriculture du premier exécutif rég (...)
  • 47 L'ouvrage de référence sur Marinaleda et Juan Manuel Sánchez Gordillo est celui d'un anthropologue (...)

37Fort de la majorité absolue obtenue aux premières élections régionales de 1982, le PSOE s'était saisi de la question et, non sans de fortes tensions internes, avait fait voter une réforme agraire qui, visant à produire plus et mieux, avait mécontenté autant les syndicalistes que les organisations d'agriculteurs. Suspendue pendant deux ans par des recours en justice, appliquée ensuite de façon homéopathique, elle a été abandonnée avec l'entrée de l'Espagne dans la Communauté Européenne, l'orientation de ses productions étant désormais subordonnée à la Politique Agricole Commune46. Les salariés agricoles —les « jornaleros », trois fois moins nombreux que sous la II République—, dont l'aspiration au plein emploi s'exprimait dans le slogan : « Trabajo, tierra y dignidad », ont été progressivement intégrés dans un régime de protection sociale accompagné de plans de formation professionnelle pour les jeunes. Il ne subsiste que quelques noyaux de résistance localisés, autour du « Sindicato de Obreros Campesinos », le SOC, et de son leader charismatique qui prétend maintenir une « isla jornalera en el mar capitalista » au fond des campagnes sévillanes47.

  • 48 J. Cruz Villalón : « ¿Quiere ser Andalucía la segunda residencia de Europa ? », El País, 6 de marz (...)

38L'Andalousie se trouve confrontée à de nouveaux défis que les formules creuses de ses dirigeants ne contribuent guère à éclairer : « réformer le Statut », certes, mais dans quel sens ? S'engager dans une « seconde modernisation », mais quelle a été la première ? L'Andalousie serait-elle condamnée, comme le redoute une responsable de l'aménagement du territoire, Josefina Cruz Villalón, à devenir la « résidence secondaire » de l'Europe48 ? La digue censée contenir l'immigration clandestine en provenance de l'Afrique ? Si Blas Infante avait reçu une sépulture, peut-être se serait-il retourné dans sa tombe...

Bibliographie

Bibliographie

Blas Infante dans le texte

Cuatro textos políticos andaluces (1883-1933), edición y comentarios de Juan Antonio Lacomba, Granada, Universidad de Granada, 1979

El Ideal Andaluz, estudios preliminares de Enrique Tierno Galván y J. A.Lacomba, Madrid, Túcar, 1976. 1e ed. 1931)

• La Verdad sobre el complot de Tablada y el Estado Libre de Andalucía, Granada, Aljibe, 1979 (reimp. 1e ed. 1931)

• Extraits commentés de divers textes in Manuel Ruiz Lagos, País andaluz, Jerez de la Frontera, CSIC, 1978

L'andalousisme jusqu'en 1936

• Arcas Cubero, Fernando, El movimiento georgista y los orígenes del andalucismo : análisis del periódico « El Impuesto Único » (1911-1923), Ronda, Caja de Ahorros, 1980

• Arcas Cubero, F., « El pensamiento georgista y el andalucismo » in Estudios de Historia Social, Madrid, n° 28-29,1984, pp. 207-212

• Bernal, Antonio-Miguel, « El subdesenrotllament agrari i el problema regional a Andalusia », Recerques, 5, La crisi de la societat agraria, Barcelona, Ariel, 1975, pp. 275-299

• Bernal, A.M., « La Andalucía contemporánea », in Los Andaluces, Madrid, Istmo, 1980, pp. 189-220

• Bernal, A.M., « La Andalucía contemporánea (1868-1981) », t. VIII de Historia de Andalucía, Barcelona, Cupsa-Planeta, 1981, pp. 13-99

• Braojos, Alfonso- Parias, María- Álvarez, Leandro, Sevilla en el siglo XX (1868-1950), tomos I-II, Sevilla, Universidad de Sevilla-Colección de bolsillo, 1990

• Cortines Torres, Jacobo, índice bibliográfico de « Bética, Revista Ilustrada » (1913-1917), Sevilla, Diputación provincial, 1971

• Elorza, Antonio, « El Ideal Andaluz », Cuadernos para el diálogo, Madrid, Sábado 18 de diciembre de 1976, pp. 60-62

• Lacomba, Juan Antonio, « La crisis del Estado centralista y las propuestas autonómicas (1918/1919). El caso andaluz », Actas del II Congreso sobre el andalucismo histórico, Sevilla, Fundación Blas Infante, 1987, pp. 285-314

• Lacomba, J.A, La represión en Andalucía durante la guerra civil. El asesinato de Blas Infante, Sevilla, Fundación Blas Infante, 1987

• Maurice, Jacques, « El costismo de Blas Infante », in El legado de Costa, Zaragoza, Ministerio de Cultura y Diputación General de Aragón, 1984, pp. 215-224

• Maurice,J.,-Serrano, Carlos, Joaquín Costa. Crisis de la Restauración y populismo (1875-1911), Madrid, Siglo XXI, 1977

• Moreno Navarro, Isidoro, « La Andalucía contemporánea (1868-1981) », t. VIII de Historia de Andalucía, Barcelona, Cupsa-Planeta, 1981, pp. 233-273

• Sevilla Guzmán, Eduardo, (ed.), Aproximación sociológica al andalucismo histórico, Córdoba, Ediciones de La Posada, 1990

• Soriano Díaz, Ramón, « Aspectos de la Filosofía política de Blas Infante », in Actas del I Congreso de Historia de Andalucía. Andalucía contemporánea (Siglos XIX y XX), t. II, Córdoba, 1979, pp. 483-495

• Soriano, R., « Los orígenes del regionalismo andaluz en el siglo XX : Andalucía y el Centro Andaluz », Sistema, Madrid, n° 82, Enero 1988, pp. 67-84

Problème de la terre et mouvements paysans

• Carrión, Pascual, Estudios sobre la agricultura española (1919-1971), ed. José Luis García Delgado, Revista de Trabajo, Madrid, 1974

• Díaz del Moral, Juan, Historia de ¡as agitaciones campesinas andaluzas, Madrid, Alianza Editorial, 1973 (1e ed. 1929)

• Maurice, J., La reforma agraria en España en el siglo XX (1900-1936), Madrid, Siglo XXI, 1975

• Maurice, J., El anarquismo andaluz. Campesinos y sindicalistas (1868-1936), Madrid, Crítica, 1990

• Serrano, Carlos, Introducción y edición de Costa, J., Colectivismo agrario en España, 2 tomos, Zaragoza, Guara Editorial, 1983

• Tuñón de Lara, Manuel, Luchas obreras y campesinas en la Andalucía del siglo XX. Jaén (1917-1920), Sevilla (1930-1932), Madrid, Siglo XXI, 1978

Le temps présent

• Bermudo de la Rosa, Manuel, « La cuestión regional andaluza », Razón y Fe, Revista mensual hispano-americana de cultura, Madrid, n° 960, Tomo 197, Enero 1978, pp. 14-31

• Moreno Navarro, I., « Hacia la generalización de la conciencia de identidad », t. VIII de Historia de Andalucía, Barcelona, Cupsa-Planeta, 1981, pp. 275-298

• Moreno Navarro, I., « Reforma agraria e identidad andaluza. Implicaciones simbólicas del problema de la tierra en Andalucía » in Nación andaluza, n° 2-3, Solidaridad Andaluza, Granada, 1984, pp. 91-96

• Talego Vázquez, Félix, Cultura jornalera, poder popular y liderazgo mesiánico. Antropología política de Marinaleda, Sevilla, Fundación Blas Infante-Universidad de Sevilla, 1996

• Teba, Juan, La Sevilla de Rojas Marcos, Barcelona, Planeta, 1981

Textes officiels

• Legislación básica de Andalucía, Edición preparada por Jesús Domínguez Platas y Ma José Mena-Bernal Escobar, Madrid, Tecnos, 1987

Annexes

ANNEXE

Loi sur l'hymne et le blason de l'Andalousie (Extraits)

- Exposición de motivos

El mismo Blas Infante en 1919 explica la adopción, como escudo de nuestra nacionalidad, del escudo de la gloriosa Cádiz con el Hércules ante las columnas, sujetando los dos leones ; sobre las figuras, la inscripción latina en orla : « Dominator Hercules Fundator ». A los pies de Hércules, esta leyenda que resume la aportación del Hércules andaluz a la superación mundial de las fuerzas de la vida : « Bética-Andalus ». Este escudo deberá ser orlado por el lema del centro andaluz : « Andalucía para sí, para España y la Humanidad ». Pero, como en 1931 señalaba el mismo Blas Infante, este lema que ya ha cambiado el « para sí », más introvertido y hasta tenuemente insolidario, por el « por sí », más decidido, afirmativo de un esfuerzo y abiertamente solidario (« Andalucía, por sí, para España y la Humanidad ») significa que Andalucía quiere volver a ser « por sí », para reanudar la obra creadora de su historia incomparable ; pero esta inspiración, hacia la distinción de su propio esfuerzo y responsabilidad, tiene como fin dar a España cuanto por sí llegase a crear con la propia energía. Esto es, tiene por superiores incentivos a España y la Humanidad, para las cuales ella anhela lograr en hechos propios el devenir creador de su alma privativa.

Así concebido, con los elementos y el sentido expresados, nace el escudo de Andalucía, del que el uso general ha excluido, posteriormente, el lema « Bética-Andalus », tal vez por la intuición de una mayor complejidad de la historia de nuestra tierra que lo que dicho lema evoca.. [...]

En idénticas coordenadas a las expuestas hay que situar el himno de Andalucía, hoy profunda y ampliamente asumido por el pueblo andaluz como el tercero de los símbolos de su nacionalidad.

Se reúnen en él de un lado las raíces populares de un conjunto de reivindicaciones andaluzas fundamentales, la afirmación del amor a la paz, la apuesta por la esperanza y la voluntad de solidaridad que aparecen en su letra. [...]

- Art. 6.° La letra oficial del himno de Andalucía es la siguiente :

La bandera blanca y verde
vuelve, tras siglos de guerra,
a decir paz y esperanza,
bajo el sol de nuestra tierra.
¡Andaluces, levantaos !
¡Pedid tierra y libertad !
Sea por Andalucía libre,
España y la Humanidad.
Los andaluces queremos
volver a ser lo que fuimos :
hombres de luz, que a los hombres,
alma de hombres les dimos.
¡Andaluces, levantaos !
¡Pedid tierra y libertad !
Sea por Andalucía libre,
España y la Humanidad.

Notes

1 Enrique Iniesta Coullaut-Valera se présente souvent comme le biographe attitré de Blas Infante. II explique dans une interview récente : « Escogí a Blas Infante por hambre. Soy escolapio... Supe que había sido alumno de los escolapios de Archidona. Y pude hacer uso de los archivos de ese colegio. Me sirvieron para conocer su infancia. Tuve acceso, además, a los 8.229 manuscritos que guardaba la familia de Blas Infante. Me ayudaron a estudiar al Blas Infante adulto ». El País, 21/3/2001, edición Andalucía.

2 Infante, La verdad sobre el complot de Tablada y el Estado libre de Andalucía, p. 69.

3 Sur le rôle historique et l'importance historiographique de Díaz del Moral, cf. J. Maurice, El anarquismo andaluz. Campesinos y sindicalistas, 1868-1936, p. 5-19.

4 Infante, El Ideal andaluz, p. 104.

5 E. Iniesta : « La verdad de una leyenda », El Pais, 12/8/1986 - 50 aniversario del fusilamiento de Blas Infante, p. 19-22.

6 M. Ruiz-Lagos, País Andaluz, p. 158-161.

7 Infante, El Ideal andaluz, p. 141/n.l9 et p. 198. Sur Costa, v. J. Maurice-C. Serrano, J. Costa. Crisis de la Restauración y populismo, notamment p. 163-171 : « El enemigo : la renta » et l'introduction de C. Serrano à Colectivismo agrario en España.

8 Ruiz Lagos, op. cit., reproduit cette lettre, de septembre 1935, à la Junta Liberalista de Andalucía, p. 175-179.

9 Maurice-Serrano, op. cit., p. 87-96.

10 Infante, El Ideal andaluz, p. 203.

11 Article du folkloriste Alejandro Guichot dans les deux premiers numéros de ce bimensuel illustré sur lequel on dispose d'une précieuse étude de J. Cortines Torres, Indice bibliográfico de « hética, Revista ilustrada ».

12 Citation extraite de A. Braojos et al., Sevilla en el siglo xx, tomo I, p. 218.

13 Infante, El Ideal andaluz, p. 122 : « Yo tengo clavada en la conciencia, desde mi infancia, la visión sombría del jornalero. Yo le he visto... » etc.

14 Infante, ibid., p. 68 sq.

15 Infante, ibid., p. 99 sq.

16 Texte intégral in Cuatro textos políticos andaluces (1883-1933), p. 33-65.

17 R. Soriano, « Los orígenes del regionalismo andaluz en el siglo xx : Andalucía y el Centro Andaluz ».

18 Texte de ce projet in Cuatro textos políticos andaluces, p. 9-32.

19 On reproduit en annexe des extraits de la loi de décembre 1982 sur le drapeau, le blason et sa devise.

20 Texte in Cuatro textos políticos andaluces, p. 75-102.

21 J. Maurice, El anarquismo andaluz, p. 329-347.

22 Andalucía, n° 134, 29/3/1919.

23 Les premiers textes de Carrión peuvent être consultés dans Estudios sobre la agricultura española, réunis et présentés par José García Delgado, cap. I, « Andalucía, región conflictiva ».

24 On en trouve des échos dans l'essai : « La revolución andaluza », V et VI, de l'ouvrage La verdad sobre el complot de Tablada.

25 Infante, « La revolución española », La verdad sobre el complot de Tablada, p. 42.

26 Infante, ibid., p. 85/n.1 : « Siempre nos repugnaron estos nombres de nacionalismo y regionalismo. Hubimos de aceptar el último, por conveniencia circunstancial como dicho queda. Hoy, apenas hubieron de desaparecer aquellas circunstancias, fué sustituido ese nombre por e l más exacto de Liberalismo ».

27 Sur cette question, v. J. Maurice, La reforma agraria en España en el siglo xx, notamment p. 30-31 et l l 8.

28 Sur les motivations d'Infante : « Lo que vino a simbolizar la candidatura Franco », La verdad sobre el complot de Tablada, p. 17-26.

29 La matière de notre récit provient de M. Tuñón de Lara, Luchas obreras y campesinas en la Andalucía del siglo xx, p. 169-184. Résultats électoraux détaillés in Braojos et al., Sevilla en el siglo xx, tomo II, p. 136-139.

30 Information et commentaire sur cette adhésion in J. A. Lacomba, « El Partidismo Político en la Teoría y la praxis de Blas Infante », in E. Sevilla Guzmán, Aproximación sociológica al andalucismo histórico, p. 159-174, ainsi que Braojos et al., op. cit., p. 186-187.

31 Ce document figure dans Cuatro textos políticos andaluces, p. 103-121.

32 Ruiz Lagos, op. cit., p. 177.

33 Nous renvoyons à Braojos et al., op. cit., t. II, p. 189-197.

34 Sur les derniers jours d'Infante, v.J.A. Lacomba, La represión en Andalucía durante la guerra civil. El asesinato de Blas Infante, p. 90-105.

35 Ruiz Lagos, op. cit., p. 178.

36 Juan Teba, La Sevilla de Rojas Marcos, p. 280-281. Cet ouvrage d'un journaliste andalou est riche en informations sur les années 1970.

37 Son père, engagé volontaire dans les rangs franquistes, fait prisonnier par l'armée républicaine, avait passé 28 mois dans une prison de Valence. La guerre civile terminée, il avait été l'un des dirigeants d'une importante cimenterie fondée par son propre père.

38 J. Teba, op. cit., p. 298-299.

39 Ibid., p. 304-305.

40 M. Bermudo de la Rosa : « La cuestión regional andaluza », Razón y Fe. II s'agit de la revue mensuelle des Jésuites espagnols.

41 Legislación básica de Andalucía, Ley Orgánica 6/1981 de 30 de diciembre, de Estatuto de Autonomía para Andalucía, p. 17-50.

42 El País, 1 de marzo de 2001 : discours de Manuel Chaves à l'occasion du « Día de Andalucía » (qui commémore la victoire du « oui » au référendum du 28 février 1980).

43 Legislación básica de Andalucía, Ley 3/1982, de 21 de diciembre, sobre el himno y el escudo de Andalucía, p. 73-80. Extraits en annexe.

44 I. Moreno Navarro : « Hacia la generalización de la conciencia de identidad (1936- 1981) », Historia de Andalucía.

45 I. Moreno Navarro : « Reforma agraria e identidad andaluza. Implicaciones simbólicas del problema de la tierra en Andalucía », Nación andaluza.

46 L'orientation nouvelle est exposée ainsi par le conseiller à l'Agriculture du premier exécutif régional présidé par Chaves : « No se trata de enterrar la reforma agraria, ni de una contrarreforma. El objetivo es simplemente hacer en Andalucía la reforma agraria que requiere la región, pero nunca de espaldas a las directrices en materia agroalimentaria que emanan de Bruselas » ; et encore : « Hemos de partir de que en Andalucía habrá siempre una agricultura capitalista importante, pero queremos luchar para potenciar también una explotación familiar viable ». El Pais, Negocios, 21 de noviembre de 1991.

47 L'ouvrage de référence sur Marinaleda et Juan Manuel Sánchez Gordillo est celui d'un anthropologue Félix Talego Vázquez : Cultura jornalera, poder popular y liderazgo mesiánico. Le prologue de Isidoro Moreno permet de mesurer l'évolution de sa pensée depuis la transition.

48 J. Cruz Villalón : « ¿Quiere ser Andalucía la segunda residencia de Europa ? », El País, 6 de marzo de 2001, edición Andalucía. Universitaire, Josefina Cruz s'était fait connaître par ses recherches sur la grande propriété foncière à Carmona.

Auteur

Université Paris X

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540