Version classiqueVersion mobile

Jade, or, porcelaine...

 | 
Solange Cruveillé
, 
Félix Jun Ma

Porcelaine — 瓷

Les reproductions de porcelaines à Jingdezhen : hommage à la tradition ou œuvres de faussaires ?

瓷器在景德鎮的重現:向傳統的致敬還是偽造的藝術品?

Nancy Balard

Résumé

La copie de porcelaines anciennes à Jingdezhen est souvent associée à un fléau. Or, il est important de bien distinguer la copie de la contrefaçon. De plus, la copie de pièces anciennes à Jingdezhen est une véritable tradition, plus vivante que jamais aujourd’hui. Si d’un point de vue économique et commercial, cette tradition pose problème, d’un point de vue anthropologique elle est une richesse et une part d’un patrimoine local à conserver.

Texte intégral

1La ville de Jingdezhen 景德鎮, située dans la province du Jiangxi 江西, est connue pour sa production millénaire de porcelaines. Pendant des siècles, aucune autre ville au monde n’a pu rivaliser avec elle, tant en termes de qualité que de quantité de porcelaines produites. On ne peut ainsi qu’être interpelé lorsqu’on s’aperçoit, lors de discussions menées avec des Chinois issus d’horizons variés, que le territoire de production porcelainière de Jingdezhen est à peu près inconnu de ces derniers, quand il ne leur inspire pas un certain mépris qui se traduit par une réaction de rejet : pour beaucoup, la ville évoque avant tout un repère d’escrocs vendant de fausses porcelaines anciennes en tant que pièces authentiques.

2Mais ce n’est pas sans raison qu’une part importante de la population chinoise voit Jingdezhen d’un mauvais œil. En effet, les marchés aux antiquités du pays entier, des plus petits aux plus grands, comme celui de Liulichang 琉璃廠 à Pékin 北京, écoulent de fausses antiquités fabriquées à Jingdezhen. Par ailleurs, cette impression est renforcée par le biais des médias, qui rapportent régulièrement des enquêtes dénonçant le commerce de fausses porcelaines anciennes, fabriquées à Jingdezhen. En fin de compte, pour une grande partie de la population chinoise, la réputation de capitale de la porcelaine dont jouissait Jingdezhen a cédé la place à celle de plus grand faussaire du pays.

3Face à ce constat, quelle attitude les autorités de Jingdezhen devraient-elles adopter ? Faut-il considérer les activités de copie de porcelaines anciennes comme un fléau contre lequel il faut lutter à tout prix ? Ou bien y a-t-il certaines raisons pour lesquelles ce pan de l’artisanat porcelainier de Jingdezhen devrait être conservé ? Finalement, quelles sont les deux facettes de la question (les problèmes que cela soulève et les avantages que cela présente) ? Et enfin, la question essentielle que nous devons poser est certainement la suivante : à quel niveau bascule-t-on de la simple reproduction au faux ? Car nous ne pouvons pas traiter cette question sans distinguer les divers types de copies de porcelaines anciennes. On a d’une part les faux, qui sont fabriqués et vendus dans le but de tromper l’acheteur, et d’autre part les reproductions, qui sont une « imitation d’une œuvre originale » (Larousse, 2015) et sont vendues en tant que telles.

4Cet article a pour objectif de tenter d’apporter des éléments de réponse à ces questions, en revenant sur les traditions locales de reproduction de pièces anciennes et sur les raisons de l’émergence de ce marché depuis une vingtaine d’années. Nous poserons la question de la pertinence de la distinction couramment faite entre les faux, qui seraient de qualité médiocre ou moyenne, et les reproductions, qui appartiendraient uniquement au marché du haut de gamme. Pour cela nous verrons que nous ne pouvons pas limiter le problème des fausses antiquités à la production, mais qu’il faut au contraire considérer la chaîne dans son ensemble, de la production à la vente.

1. L’ancienneté de la tradition des reproductions de pièces anciennes

  • 1 Maris Gillette, « Copying, Counterfeiting, and Capitalism in Contemporary China : Jingdezhen’s Por (...)
  • 2 Zhang Jia 張佳, « Wǒ guó fǎnggǔ cí de dìngyì jí fāzhǎn shǐ我國仿古瓷的定義及發展史 » (Définition et histoire de (...)
  • 3 Ibidem.

5Avant d’aborder une réflexion approfondie sur la reproduction de porcelaines anciennes à Jingdezhen aujourd’hui, il est indispensable d’évoquer la longue tradition que les artisans porcelainiers de la ville ont dans ce domaine. On sait qu’au début de la dynastie Ming 明 (1368-1644) les élites du pays recherchaient les porcelaines anciennes, et l’empereur passait même commande à Jingdezhen pour des reproductions de pièces anciennes. Les spécimens les plus anciens conservés aujourd’hui sont des porcelaines datant du règne de l’empereur Chenghua 成化 (1465-1487), qui ordonna à la manufacture impériale de Jingdezhen de lui fournir des copies de pièces datant du règne de l’un de ses prédécesseurs, l’empereur Xuande 宣德 (1426-14351). Depuis cette époque, les porcelaines impériales, qui donnaient le ton au goût national, n’ont cessé d’imiter celles des règnes antérieurs. Les artisans de l’époque Ming savaient déjà reproduire une grande variété de porcelaines anciennes, imitant non seulement les pièces des règnes précédents, mais également celles des dynasties antérieures, notamment celles de la dynastie Song宋 (960-1279)2, qui représentaient le sommet du bon goût artistique. C’est finalement durant la première moitié de la dynastie Qing清 (1644-1912) que l’art de la reproduction a atteint son point culminant3, tout comme la production porcelainière de Jingdezhen dans son ensemble. Mais là encore, cette tradition prend sa source encore plus loin, puisque sous les Song, les ateliers de céramique de la Chine entière, y compris ceux de Jingdezhen, se copiaient les uns les autres.

6En réalité, la reproduction de porcelaines anciennes est une branche à part entière de l’artisanat porcelainier local. Cette branche porte le nom de fǎnggǔ cí 仿古瓷 (imitation de porcelaines anciennes), et représente aujourd’hui une grande part de l’activité porcelainière à Jingdezhen.

2. Les raisons de l’émergence du marché des reproductions de pièces anciennes à Jingdezhen

  • 4 Li Ming 李明, « Jǐngdézhèn fǎnggǔ cí shìchǎng yǔ lìshǐ fēnxī 景德鎮仿古瓷市場與歷史分析 » (Analyse historique du (...)

7Les reproductions réalisées dans les temps anciens, que nous venons d’évoquer, n’avaient pas pour but de tromper le client, mais de satisfaire à une demande en pièces capables de refléter la beauté des plus beaux objets du passé. Mais peu à peu, le motif des reproductions de porcelaine s’est changé en une volonté de tromper le client ou, selon l’expression en usage aujourd’hui à Jingdezhen, de « tuer le cochon » (shā zhū 殺豬). Il faut lier ce changement à un engouement réel pour les antiquités. Il y a eu une première vague à la fin de l’Empire et au début de la République (fin xixe-début xxe siècle). Jingdezhen se trouvait à cette époque dans une situation de déclin qualitatif. On peut penser que le manque de créativité a poussé les connaisseurs à chercher du côté des antiquités pour satisfaire leurs besoins artistiques. À cette époque, on trouvait des imitations de toutes les époques et de tous les styles, et il s’agissait véritablement de pièces destinées à être vendues en tant qu’antiquités4. Aujourd’hui encore de nombreux faux en circulation chez les antiquaires datent de cette époque.

  • 5 Agence France Presse, « Un bol en porcelaine chinoise Ming atteint 26 millions d’euros », mis en l (...)

8Depuis le milieu des années 1990, et encore plus depuis les années 2000, la production d’imitations de porcelaines anciennes connaît un nouvel élan, qui va en parallèle avec l’engouement mondial pour les antiquités chinoises. Dans les années deux-mille, les ventes aux enchères ont enregistré des ventes record grâce à l’art chinois, et la porcelaine ancienne de Jingdezhen a participé à ces chiffres remarquables : en 2005, une jarre bleu-et-blanc d’époque Yuan 元 (1271-1368) a été vendue aux enchères chez Christie’s à Londres pour la somme de 27,7 millions de dollars US, ce qui représentait le record du monde absolu pour une œuvre d’art asiatique. Cette vente a été suivie d’une vague d’imitations à Jingdezhen. Depuis, les records réalisés lors de ventes aux enchères n’ont cessé de se succéder. Le dernier en date remonte à avril 2014, avec la vente chez Sotheby’s à Hongkong d’un petit bol polychrome à motif de coqs de l’époque de l’empereur Chenghua 成化 (1465-1487), cédé pour plus de 36 millions de dollars US, soit 26 millions d’euros5. Ces chiffres ont aiguisé l’appétit de nombreuses personnes qui se sont ainsi lancées dans le commerce des copies, marché en pleine expansion. En juillet 2019, les petits bols polychromes à motif de coqs font toujours partie des modèles les plus courants — et par conséquent les plus vendus — sur les étals des boutiques de porcelaine à Jingdezhen, preuve que les records de ventes stimulent le marché des reproductions.

9Mais il ne faut pas non plus négliger l’impact qu’ont eu les dizaines de milliers de licenciements au cours des années 1990. Suite à la faillite des entreprises d’état provoquée par l’ouverture des marchés, tous ces ouvriers travaillant dans la fabrication de porcelaines se sont retrouvés au chômage et ont bien dû chercher une nouvelle activité professionnelle. La plupart ont monté leurs propres ateliers, et beaucoup ont choisi la reproduction de pièces anciennes. Mais sur ce marché bouillonnant, toutes les pièces ne sont pas de même qualité. Les faux ne concernent-ils que les pièces de qualités moyenne et médiocre que l’on retrouve sur tous les marchés aux antiquaires de Chine ?

3. Faux de qualité médiocre ou moyenne versus reproductions haut de gamme : une dichotomie vraiment pertinente ?

10On pourrait être tenté de diviser le marché des reproductions en deux catégories : d’une part celle des faux, de qualité médiocre ou moyenne, qui inondent le pays, et d’autre part celle des reproductions haut de gamme, commerce généralement légal. En effet, c’est ce que l’on serait amené à croire si l’on se fiait aux termes employés en chinois. Si, comme nous l’avons déjà évoqué, il existe un terme générique pour désigner les reproductions, au sens neutre du terme, à savoir fǎnggǔ 仿古瓷, l’usage oppose en permanence les faux, yànpǐn 贗品, aux reproductions haut de gamme, gāo fǎng cí 高仿瓷. L’emploi qui est fait de ces deux derniers termes laisse à penser que les faux sont généralement de qualité moyenne ou médiocre, tandis que les pièces haut de gamme circuleraient via des voies légales.

11En réalité, il n’y a pas de dichotomie entre ces deux termes : les reproductions, de quelque qualité qu’elles soient, peuvent être vendues comme des faux ou comme telles, c’est-à-dire de simples reproductions. Dans ces conditions, nous nous posons la question suivante : à quel niveau bascule-t-on de la simple reproduction au faux ?

4. De la simple reproduction au faux

  • 6 Aucune indication n’a été fournie concernant l’identité ou le statut de ces « professionnels ».
  • 7 « Jǐngdézhèn “shí dà táocí wénhuà jǐngguān” bānjiǎng shèngdiǎn jǔxíng, Huáng Kāngmíng děng chūxí 景 (...)

12Pour répondre à cette question, il est nécessaire de considérer le marché du faux dans son ensemble, du début à la fin de la chaîne, et non de se contenter de montrer du doigt le fabricant, ici, les artisans porcelainiers de Jingdezhen. En réalité, c’est au moment de la vente que l’objet devient faux ou reproduction. Or, si les artisans locaux tentent aussi de « tuer le cochon » quand cela leur est possible, la plupart des reproductions ne sont vendues par l’artisan à Jingdezhen que quelques dizaines voire, au mieux, quelques milliers de yuans. Même à ce prix qui peut sembler important, il serait difficile aux vendeurs de faire croire que leurs pièces sont d’authentiques antiquités, en particulier lorsqu’ils sont situés dans le quartier où se concentrent plusieurs centaines d’ateliers notoirement spécialisés dans les reproductions de pièces anciennes. Ce quartier, nommé Fanjiajing 樊家井 (le puits de la famille Fan), est un quartier de Jingdezhen connu pour ses ateliers et boutiques de reproductions de porcelaines anciennes de qualités moyenne et inférieure. Son importance est telle que Fanjiajing est désormais listé par certains sites internet comme l’un des lieux les plus intéressants à visiter à Jingdezhen, notamment suite à un vote lancé sur Internet par le gouvernement local entre décembre 2015 et mars 2016, vote auquel ont participé les internautes ainsi que des « professionnels6 ». Dans la liste proposée de vingt-quatre attractions figurait Fanjiajing7. Une autre preuve de l’importance accordée à Fanjiajing par le gouvernement local est que ce dernier a décidé d’habiller les entrées de ce quartier d’un portique monumental en pierre, à l’instar d’autres attractions touristiques de la ville.

Fig. 1  L'une des entrées du quartier de Fanjiajing. Photographie : Nancy Balard (22/06/2019).

Fig. 1 — L'une des entrées du quartier de Fanjiajing. Photographie : Nancy Balard (22/06/2019).
  • 8 Fang Lili 方李莉, Chuántǒng yǔ biànqiān : Jǐngdézhèn xīnjiù mínyáoyè tiányě kǎochá 傳統與變遷 :景德鎮新舊民窯業田野考 (...)

13Ces artisans vendent leurs pièces aux nombreux marchands qui se rendent à Jingdezhen pour acheter pour quelques dizaines de yuans des reproductions de qualité moyenne ou inférieure qu’ils vont écouler dans tout le pays à un prix bien supérieur. Dans son ouvrage sur l’évolution des traditions porcelainières à Jingdezhen, Fang Lili cite d’ailleurs des exemples de ces marchands, venus de Fuzhou, Pékin, Duchang ou même Taipei8. Le fabricant local a toutefois sa part de responsabilité, même s’il feint d’ignorer ou en tout cas de ne pas s’intéresser à ce que va faire le marchand des porcelaines qu’il lui aura vendues.

14Le problème est donc global et ne concerne pas uniquement Jingdezhen mais le pays entier. Alors comment pourrions-nous exiger l’arrêt de cette production sans se soucier des marchands venus des quatre coins du pays et même du monde, de surcroît dans un contexte où la demande en porcelaines anciennes est aussi forte ? D’ailleurs, les autorités locales n’agissent pas contre cette production. En plus des difficultés que cette mission représenterait, il faut se rappeler que bien souvent le faux ne devient faux qu’au moment de la vente. Ainsi, interdire les activités de reproduction de porcelaines anciennes à Jingdezhen ne semble pas être la solution adaptée au problème. Ce serait considérer l’ensemble des fabricants d’imitations de porcelaines comme des faussaires, alors que ce type de production est bien plus subtil que cela.

5. L’organisation de la production : les différences entre le bas et milieu de gamme et le haut de gamme

15S’il est vrai que le problème des faux vendus comme d’authentiques antiquités concerne aussi bien les reproductions ordinaires que celles haut de gamme, l’enjeu de la conservation de cet artisanat n’est pas le même.

  • 9 Lu Sijia 陸斯嘉, « Jiēmì Jǐngdézhèn gāofǎng cí chǎnyè liàn : Qiān xīn wàn kǔ zuò gǔdǒng 揭秘景德鎮高仿瓷產業鏈:千 (...)

16Les reproductions de qualité moyenne ou inférieure représentent la plus grande partie des reproductions. Elles sont de qualité moyenne ou inférieure dans le sens où elles ne trompent pas le spécialiste. Ce sont des objets destinés au plus grand nombre, fabriqués artisanalement et écoulés dans le pays entier mais aussi à l’étranger. Elles sont en particulier produites dans le quartier de Fanjiajing, dans de petits ateliers familiaux. Chaque atelier se spécialise dans une période, dans un style de porcelaines particulier. Ces pièces ne sont pas vendues à un prix très élevé, et une grande partie des acheteurs est composée de marchands qui vont les revendre dans d’autres régions de Chine ou du monde. Les ateliers fabriquant de telles pièces seraient plus de 30 000 à Jingdezhen9.

  • 10 Ibidem.
  • 11 Ibid.
  • 12 Lu est un pseudonyme.

17Les fabricants de reproductions haut de gamme, en revanche, ne seraient qu’entre 20 et 30 à Jingdezhen10. À la découverte de ce chiffre, on se rend compte qu’un fossé existe entre ces deux types de production. La différence réside dans les difficultés de fabrication. Si les pièces ordinaires acceptent des approximations, les pièces haut de gamme doivent être irréprochables. D’ailleurs les reproductions haut de gamme sont aujourd’hui presque impossibles à reconnaître. Pour atteindre un tel niveau, les fabricants doivent avoir passé des années à étudier les porcelaines anciennes, et à avoir pratiqué l’art de la copie. Le processus entier de fabrication, du début à la fin, doit respecter la manière de faire traditionnelle de l’époque. Les meilleures pièces ne peuvent qu’être cuites dans les fours à pin traditionnels de Jingdezhen, qui ne sont plus utilisés depuis des décennies. D’après des chiffres de 2015, il n’en resterait qu’une dizaine, et moitié moins de personnes capables de maîtriser leur cuisson11. Tous ces artisans sont de véritables maîtres dans leurs domaines. Ils fournissent les musées du monde entier en reproductions agréées et participent à la recherche dans la compréhension des porcelaines anciennes. Leur travail est primordial et ne peut être dissocié de son environnement, le territoire de Jingdezhen. L’importance de leur travail a été reconnue par les amateurs de porcelaines, et de ce fait, depuis 2015, on constate un nouvel engouement pour l’utilisation des fours à pin pour cuire certaines porcelaines, vendues ainsi beaucoup plus cher que celles cuites à l’habituel four à gaz, les porcelainiers faisant valoir la technicité de cette méthode de cuisson. Étant donné le nombre de porcelaines cuites au four à pin, il est impensable qu’aujourd’hui, comme en 2015, seuls une dizaine soient encore en activité. Comme Lu12, un étudiant en design de porcelaine de dernière année d’université nous le confiait en juin 2019, « on s’y met à plusieurs et on construit discrètement un four à pin à l’extérieur de la ville ». Le nombre de fours à pin en activité est donc probablement en forte hausse.

Fig. 2 — Une série de nouveaux fours à pin a été construite au Musée des traditions des fours populaires de Jingdezhen. Photographie : Nancy Balard (19/06/2019).

Fig. 2 — Une série de nouveaux fours à pin a été construite au Musée des traditions des fours populaires de Jingdezhen. Photographie : Nancy Balard (19/06/2019).
  • 13 Philippe Grangereau, « La Chine, atelier de la contrefaçon », dans Libération, 27/03/2014. Mis en (...)

18Et pourtant, malheureusement, le problème des faux touche aussi les reproductions haut de gamme. Vendues quelques milliers de yuans, elles sont revendues des dizaines ou des centaines de milliers de yuans en tant qu’antiquités, en Chine comme à l’étranger. Là encore, même si le fournisseur est plus ou moins de mèche, le maillon clé est l’acheteur qui va revendre ces pièces comme des antiquités. Si le problème est moins vaste en quantité que celui des copies de qualité inférieure, il est aussi plus grave en termes d’impact : l’engouement national et international pour les produits culturels chinois, qui a explosé au cours des années 2000, a gangréné un très vaste réseau. Ainsi, les salles chinoises de vente aux enchères, qui se sont multipliées ces dernières années, seraient gravement impliquées. Un expert du musée de Nankin affirme que « 80 % des lots proposés dans les maisons de ventes de taille modeste ou moyenne sont des copies13 ».

19Interdire la fabrication de reproductions de pièces anciennes, priver des dizaines de milliers de personnes de leurs moyens de subsistance, arrêter les recherches sur les techniques anciennes de fabrication, n’est donc pas la solution. On peut bien entendu envisager d’imposer au fabricant d’apposer une marque sur la pièce qui signifierait clairement qu’il s’agit d’une reproduction. Mais cela se fait déjà, et n’empêche pas le fabricant de ne pas apposer cette marque lorsque le client le lui demande. C’est plutôt sur la revente qu’il conviendrait d’instaurer un contrôle plus strict, afin que la tradition de reproduction de porcelaines anciennes à Jingdezhen ne soit plus synonyme d’escroquerie. Mais cela est-il vraiment réalisable, étant donné le juteux marché que cela représente, sans parler des possibles connivences entre les faussaires et les autorités qui ferment encore les yeux sur ce problème ? Rien n’est moins sûr.

Bibliographie

Agence France Presse, « Un bol en porcelaine chinoise Ming atteint 26 millions d’euros », mis en ligne sur le site du journal L’Express. URL : www.lexpress.fr/actualites/1/culture/un-bol-en-porcelaine-chinoise-ming-atteint-36-millions-de-dollars_1506 961.html.

Fang Lili 方李莉, Chuántǒng yǔ biànqiān : Jǐngdézhèn xīnjiù mínyáoyè tiányě kǎochá 傳統與變遷 :景德鎮新舊民窯業田野考察 (Traditions et évolutions : enquête sur l’histoire des fours populaires de porcelaine de Jingdezhen), Nanchang, Jiangxi renmin, 2000.

Gillette Maris, “Copying, Counterfeiting, and Capitalism in Contemporary China : Jingdezhen’s Porcelain Industry”, Modern China, volume 36, no 4, July 2010, p. 367-403.

Grangereau Philippe, « La Chine, atelier de la contrefaçon », dans Libération, 27/03/2014. Mis en ligne sur le site du journal Libération : http://next.liberation.fr/arts/2014/03/27/la-chine-atelier-de-la-contrefacon_990 813.

« Jǐngdézhèn “shí dà táocí wénhuà jǐngguān” bānjiǎng shèngdiǎn jǔxíng Huáng Kāngmíng děng chūxí 景德鎮“十大陶瓷文化景觀”頒獎盛典舉行 黃康明等出席 » (Huang Kuangming et al. ont assisté à la cérémonie de remise des prix du concours « les dix meilleurs sites touristiques relatifs à la culture porcelainière » de Jingdezhen). Mis en ligne sur le site officiel de la Foire Internationale de la Céramique de la ville de Jingdezhen (22/03/2016) : www.chinaicf.cn/system/2016/03/22/014772 052.shtml.

Li Ming 李明, « Jǐngdézhèn fǎnggǔ cí shìchǎng yǔ lìshǐ fēnxī 景德鎮仿古瓷市場與歷史分析 » (Analyse historique du marché des reproductions de porcelaines anciennes à Jingdezhen), Táocí yánjiū 陶瓷研究 (Ceramic Studies Journal), volume 1, 2012, p. 68-69.

Lu Sijia 陸斯嘉, « Jiēmì jǐngdézhèn gāo fǎng cí chǎnyè liàn : Qiān xīn wàn kǔ zuò gǔdǒng 揭秘景德鎮高仿瓷產業鏈:千辛萬苦做古董 » (le secret des chaînes de fabrication des reproductions haut de gamme de porcelaines : des antiquités fabriquées au prix d’innombrables difficultés), Dongfang Zaobao 東方早報 (Dongfang Daily). Mis en ligne sur le site de la base de données financières Money.136.com. URL : http://money.163.com/13/0128/08/8M9U9IPP00252V0H_all.html.

Zhang Jia 張佳, « Wǒ guó fǎnggǔ cí de dìngyì jí fāzhǎn shǐ 我國仿古瓷的定義及發展史 » (Définition et histoire de fanggu ci, l’imitation de porcelaines anciennes en Chine), Jǐngdézhèn táocí 景德鎮陶瓷 (Jingdezhen’s Ceramics), no 141, 2012, p. 40.

Notes

1 Maris Gillette, « Copying, Counterfeiting, and Capitalism in Contemporary China : Jingdezhen’s Porcelain Industry », Modern China, volume 36, no 4, July 2010, p. 374.

2 Zhang Jia 張佳, « Wǒ guó fǎnggǔ cí de dìngyì jí fāzhǎn shǐ我國仿古瓷的定義及發展史 » (Définition et histoire de fanggu ci, l’imitation de porcelaines anciennes en Chine), Jǐngdézhèn táocí 景德鎮陶瓷 (Jingdezhen’s Ceramics), no 141, 2012, p. 40.

3 Ibidem.

4 Li Ming 李明, « Jǐngdézhèn fǎnggǔ cí shìchǎng yǔ lìshǐ fēnxī 景德鎮仿古瓷市場與歷史分析 » (Analyse historique du marché des reproductions de porcelaines anciennes à Jingdezhen), Jǐngdézhèn fǎnggǔ cí shìchǎng yǔ lìshǐ fēnxī 陶瓷研究 (Ceramic Studies Journal), volume 1, 2012, p. 68.

5 Agence France Presse, « Un bol en porcelaine chinoise Ming atteint 26 millions d’euros », mis en ligne sur le site du journal L’Express. URL : www.lexpress.fr/actualites/1/culture/un-bol-en-porcelaine-chinoise-ming-atteint-36-millions-de-dollars_1506 961.html (consulté le 26/02/2015).

6 Aucune indication n’a été fournie concernant l’identité ou le statut de ces « professionnels ».

7 « Jǐngdézhèn “shí dà táocí wénhuà jǐngguān” bānjiǎng shèngdiǎn jǔxíng, Huáng Kāngmíng děng chūxí 景德鎮“十大陶瓷文化景觀”頒獎盛典舉行 黃康明等出席 » (Huang Kuangming et al. ont assisté à la cérémonie de remise des prix du concours « les dix meilleurs sites touristiques relatifs à la culture porcelainière » de Jingdezhen). Publié sur le site officiel de la Foire Internationale de la Céramique de la ville de Jingdezhen (22/03/2016) : www.chinaicf.cn/system/2016/03/22/014772 052.shtml (consulté le 31/07/2019).

8 Fang Lili 方李莉, Chuántǒng yǔ biànqiān : Jǐngdézhèn xīnjiù mínyáoyè tiányě kǎochá 傳統與變遷 :景德鎮新舊民窯業田野考察 (Traditions et évolutions : enquête sur l’histoire des fours populaires de porcelaine de Jingdezhen), Nanchang, Jiangxi renmin, 2000, p. 92-100.

9 Lu Sijia 陸斯嘉, « Jiēmì Jǐngdézhèn gāofǎng cí chǎnyè liàn : Qiān xīn wàn kǔ zuò gǔdǒng 揭秘景德鎮高仿瓷產業鏈:千辛萬苦做古董 » (le secret des chaînes de fabrication des reproductions haut de gamme de porcelaines : des antiquités fabriquées au prix d’innombrables difficultés), in Dongfang Zaobao 東方早報 (Dongfang Daily). Mis en ligne le 28 janiver 2013 sur le site de la base de données financières Money.136.com. URL : http://money.163.com/13/0128/08/8M9U9IPP00252V0H_all.html (consulté le 22/02/2015).

10 Ibidem.

11 Ibid.

12 Lu est un pseudonyme.

13 Philippe Grangereau, « La Chine, atelier de la contrefaçon », dans Libération, 27/03/2014. Mis en ligne sur le site du journal Libération : http://next.liberation.fr/arts/2014/03/27/la-chine-atelier-de-la-contrefacon_990 813 (consulté le 22/02/2015).

Table des illustrations

Titre Fig. 1  L'une des entrées du quartier de Fanjiajing. Photographie : Nancy Balard (22/06/2019).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7870/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre Fig. 2 — Une série de nouveaux fours à pin a été construite au Musée des traditions des fours populaires de Jingdezhen. Photographie : Nancy Balard (19/06/2019).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7870/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

Auteur

Madame Balard Nancy est maître de conférences au département d’Études chinoises de l’université Paul-Valéry Montpellier 3. Depuis sa thèse en Études culturelles (monde chinois), qu’elle a soutenue en 2012, elle s’in-téresse au territoire de Jingdezhen et aux questions d’identité, de conser-vation et de mutation liées à sa culture porcelainière. Elle est membre statutaire de ReSO à l’université Paul-Valéry Montpellier 3.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search