Version classiqueVersion mobile

Jade, or, porcelaine...

 | 
Solange Cruveillé
, 
Félix Jun Ma

Or — 金

La symbolique de l’or à l’écran dans les nouvelles comédies chinoises : entre « bling-bling » et marqueur identitaire

中國新喜劇電影中黃金的象徵意義:從亮眼的配飾到身份的標識

Isabelle Anselme

Résumé

Les nouvelles comédies chinoises sont une mine d’informations pour tout sinologue. Souvent légères, elles permettent cependant de mettre en évidence les caractéristiques de la nouvelle société chinoise, lancée dans une course effrénée à la consommation. Un élément récurrent apparaît à l’écran : l’or. Qu’il soit intégré aux décors ou aux accessoires, il devient un marqueur identitaire fort. C’est ce que cette étude se propose de démontrer à travers l’analyse d’une dizaine de comédies (2000-2013).

Texte intégral

1Isabelle ANSELME

  • 1 Deng Xiaoping lance ce slogan lors de sa tournée dans le Sud de la Chine entre le 18 janvier et le (...)
  • 2 Cette notion sera inscrite dans la révision constitutionnelle de 1993.
  • 3 Notre étude repose sur l’analyse d’une dizaine de comédies réalisées entre 2000 et 2013. Elles son (...)

2« Il est glorieux de s’enrichir » (« Zhìfù guāngróng 致富光榮1 »), tel est le mot d’ordre de Deng Xiaoping 鄧小平 (1904-1997) lors de la mise en œuvre de « la réforme et la politique de l’Ouverture » (Gǎigé kāifàng 改革開放) à la fin des années 1970. Cela signifiait avant tout l’accès à de nouveaux biens de consommation et notamment un accès au luxe banni sous l’ère maoïste. D’une société où l’individu devait s’effacer devant le Parti, où modestie, anonymat, abstraction de soi étaient des éléments clés dans la construction de cette nouvelle société communiste, la Chine est passée à une « économie socialiste de marché » (shèhuì zhǔyì shìchǎng jīngjì 社會主義市場經濟2) dans laquelle la consommation a dès lors été favorisée et est devenue un moteur de croissance économique. À cette nouvelle société correspondent de nouveaux consommateurs chinois avides de marques et de luxe qui sont autant de signes extérieurs de richesse. Quel meilleur symbole que l’or pour afficher cette réussite ? Sous forme de bijoux, de vêtements, de parures en tout genre, l’or s’affiche, se met en scène dans la vie comme à l’écran. Dans les développements ultérieurs, nous chercherons à questionner les enjeux de la présence de l'or à un niveau narratif et visuel dans les nouvelles comédies chinoises3. Nous verrons ainsi que ce métal précieux est le choix d’une expression propre à ce genre de film, et qu’il est également un marqueur identitaire.

1. L’or, choix d’une expression dans les comédies chinoises

3Sans vouloir chercher une valeur symbolique absolue dans l’utilisation particulière de l’or considéré en tant que matière, objet, mais également en tant que couleur ou même lumière, il nous semble intéressant de comprendre l’or dans la dialectique de ses significations à l’écran. Ces dernières doivent être considérées non pas comme des données inhérentes à l’or, mais comme le résultat d'une histoire particulière et de ses usages socioculturels. La présence de l’or à l’écran est une représentation de la richesse. Mais qu’en est-il de sa symbolique ou ses symboliques données à voir aux spectateurs ?

1.1. L’or : une représentation de la richesse à l’écran

4Réaliser un film, c’est transposer une idée pour un objet concret, une « représentation » mise en scène, organisée et dirigée par le cinéaste. Ce dernier met ainsi à l’écran ce qui au départ n’existait que dans son esprit. Ce travail implique donc un choix laissé au réalisateur dans ses représentations. L’utilisation de l’or dans la mise en scène n’est par conséquent pas le fruit du hasard, mais une volonté du réalisateur.

  • 4 La jeune femme sera quelquefois remplacée par un homme mais toujours en quête de l’âme sœur, comme (...)
  • 5  Jacqueline Tsai est docteur et chercheur à l’université Paris-Sorbonne (Paris IV), directrice de (...)
  • 6 Extrait de Jacqueline Tsai, La Chine et le Luxe, Paris, Odile Jacob, 2008, p. 124.

5Dans la plupart des nouvelles comédies romantiques chinoises, et ce, quel que soit le réalisateur, la trame de l’histoire est sensiblement la même. Une jeune femme4 cherche le grand amour. Défile alors une série d’hommes aux profils divers et variés, chaque situation étant conçue comme un sketch. Enfin, un happy end avec la belle qui arrive à trouver la perle rare, l’homme idéal, clôt l’histoire. Nous retrouvons toujours au moins une séquence mettant en scène le luxe figuré notamment à travers l’or. En effet, comme l’écrit Jacqueline Tsai5 dans son ouvrage consacré au luxe en Chine : « le luxe ne se conçoit pas sans mise en spectacle de la dilapidation des richesses, sans le regard et l’admiration de l’autre6 ». Ici, le rôle du réalisateur a toute son importance. C’est par sa mise en scène, par les choix de plans et de cadrages qu’il opère, qu’il fait entrer le spectateur dans la pensée d’un personnage. La vision du réalisateur rejaillit sur le spectateur.

  • 7 Réalisateur, scénariste, acteur chinois, originaire de la province du Hunan. Après avoir travaillé (...)
  • 8 Actrice et réalisatrice, Xu Jinglei est diplômée de l’Académie du film de Pékin. Elle joue et tour (...)
  • 9 Basée sur la pièce L'Orage de l'écrivain Cao Yu, l'intrigue du film La Cité interdite a lieu duran (...)
  • 10 Nous ne rentrons pas dans le débat concernant la réalité historique pour les décors, costumes etc, (...)

6La comparaison de récentes comédies chinoises telles que If you are the one (Fēi chéng wù rǎo 非誠勿擾) de Feng Xiaogang  馮小剛 (19587-) en 2008 ou Go lala go (Dù lālā shēngzhī 杜拉拉升職記) de Xu Jinglei 徐靜蕾(19748-) en 2010, ainsi que le drame historique La Cité interdite (Mǎnchéng jìndài huángjīnjiǎ 滿城盡帶黃金甲9) de Zhang Yimou 張藝謀 (1950-) en 2006, met en évidence une différence voire une opposition dans l’utilisation récurrente de l’or à l’écran. Ainsi, dans La Cité interdite, l’or se veut sérieux. Sa présence est là pour asseoir l’autorité de l’empereur et des hauts dignitaires de la Cour, pour magnifier le pouvoir impérial10. Cette idée se matérialise dans les décors et les costumes. Zhang Yimou joue des couleurs. La profusion d’or marque le spectateur.

  • 11 François Cheng, « Une Chine qui réapprend le sens du luxe », Monde chinois, 2012/1, no 29, p. 20-2 (...)
  • 12 www.larousse.fr/dictionnaires/francais/bling-bling/186 217 (consulté le 15 novembre 2016).
  • 13 Jacqueline Tsai, La Chine et le luxe, op. cit., p. 20.

7À l’opposé, dans les comédies, l’or est le symbole de ce que François Cheng appelle le « faux luxe11 » qui règne aujourd’hui chez nombre de nouveaux riches Chinois. « Étalage clinquant de richesse destiné à déclencher un bruit médiatique12 », ce n’est plus la marque de l’autorité qui est ici mise en avant, mais le « bling-bling ». Certes on y voit aussi apparaître cette notion de luxe ostentatoire, mais cela relève de l’ordre de la moquerie, non du grave et du rituel13. Ainsi, dès les premières minutes du film If you are the one, le personnage principal est reçu par un riche homme d’affaires. La scène se passe au petit déjeuner : les murs de la pièce sont faits de briques en or.

Fig. 1 — If you are the one, 1’31.

Fig. 1 — If you are the one, 1’31.

8Nous trouvons également la présence de l’or dans le salon du PDG dans le film Go lala go. Un énorme canapé doré sur lequel sont assises ses collaboratrices prend toute la place à l’écran.

Fig. 2 — Go lala go 1’06’46.

Fig. 2 — Go lala go 1’06’46.
  • 14 Fit Lover, séquence 37’46-39’39.
  • 15 Traduction personnelle. Il faut savoir que l’échange de cartes de visite a une importance particul (...)

9Dans le film Fit lover (Àiqíng zuǒ dēng yòu xíng 愛情左燈右行) réalisé par Zhang Jianya 張建亞 (1951-) en 2008, le personnage de Fan Zhongju 范中舉, un riche businessman qui veut séduire et épouser Nie Bing 聶冰, prend une dimension articulière dans la scène du repas en tête-à-tête. À cette occasion, il lui donne sa carte de visite qui est en or 24 carats14. La jeune femme demande : « C’est de l’or ? » L’homme d’affaires répond : « Or, 24 carats, 99,99 % pur or. Mon mot d’ordre est : « à qui me donne de la face, je donne de l’or15 ».

10Les variations de cadrage, avec notamment le gros plan sur la carte de visite en or, sont autant d’indications psychologiques. Cette carte en or est l’objet capital de cette scène.

Fig. 3 — Fit lover 38’54.

Fig. 3 — Fit lover 38’54.

11L’or prend une valeur subjective importante du fait même des mouvements de caméra. C’est ici clairement un signe extérieur de richesse. Mais dans le même temps, du fait du comique de la scène, il est également associé à un personnage grotesque : l’homme riche.

1.2. La codification et la symbolique de l’or à l’écran dans les comédies chinoises

  • 16 If you are the one 0’50.
  • 17 Fit lover 43’32.

12L’analyse des récentes comédies chinoises permet par ailleurs de constater qu’il existe une codification attachée à l’or. Dans If you are the one, le spectateur entre dans l’intimité de l’homme d’affaires. De la chambre à coucher au salon, l’or est omniprésent : les couloirs, les objets, l’immense double porte en or incrustée de pierres précieuses16 donnant sur la salle à manger dont les murs sont également constitués de ce métal précieux. Même atmosphère dans le film Fit lover17, quand le spectateur se trouve chez un autre homme d’affaires. Ici, le personnage a spécialement fait installer de fausses colonnes romaines d’un doré soutenu afin de séduire et d’impressionner Nie Bing, la jeune femme qu’il courtise. Mais cela produit l’effet inverse sur elle, la laissant dubitative. L’or est également utilisé dans la comédie Gasp (Qìchuǎn xū xū 氣喘吁吁) réalisée par Zheng Zhong 鄭重 (1970-) en 2009. Ainsi, dans la scène de la transaction financière entre un Américain — joué par John Savage — à la recherche de capitaux chinois pour maintenir son entreprise à flot et des investisseurs chinois qui sont en réalité des arnaqueurs professionnels, l’or est présent dans les accessoires, les décors, les costumes. La mallette contenant les billets est dorée, les chaises sont dorées, les truands portent également de l’or sur eux sous forme de bijoux (grosses chaînes en or, montres) ou de vêtements (un chemisier doré). Cet effet doré est d’autant plus marquant que la pièce est étroite et les murs, drapés de tissus blancs.

Fig. 4 — Gasp 1’13’19.

Fig. 4 — Gasp 1’13’19.
  • 18 Françoise Puaux est conseillère éditoriale de la collection « 7e art » aux éditions du Cerf-Corlet (...)
  • 19 www.cahiersducinema.com/Le-decor-de-cinema.html (consulté le 23 octobre 2016).

13Ici, la présence de l’or est le marqueur d’une débauche de luxe et de richesse et donc d’une certaine forme de réussite. C’est aussi le signal pour le spectateur d’un fait de corruption ou d’une tromperie. Françoise Puaux18, spécialiste en décor de cinéma, estime que le décor « interprète et reproduit un monde né de l’imagination du réalisateur, d’un scénariste19 ». Le décor dans la comédie chinoise ne s’efface pas : on pourrait dire qu’il est aussi présent que le mauvais goût des personnages.

  • 20 Joël Magny, Vocabulaires du cinéma, Paris, Cahiers du cinéma, 3e édition, 2006, p. 7.

14Si « l’accessoire a d’abord une fonction pratique, il a aussi un sens : il caractérise un personnage, donne une signification symbolique à l’action20 ». Les accessoires en or sont également très employés dans les comédies. Ils correspondent surtout à des symboles-clichés. Nous avons recensé deux accessoires récurrents : tout d’abord la montre chez l’homme ; et les bijoux et parures chez la femme.

  • 21 Four Cupids 21’37 : gros plan. 21’39 : plan élargi.
  • 22 If you are the one, 3’01.
  • 23 Big shot funeral, 39’00.
  • 24 Gasp, 8’24.
  • 25 Fit lover, 36’ 50.
  • 26 Fit lover, 40’04.
  • 27 Fit lover, 44’28.
  • 28 Fit lover, 46’26.

15Concernant la montre, celle-ci est attachée au poignet du riche parvenu. Filmée toujours en gros plan, elle est le signe extérieur de richesse par excellence. Ainsi, dans le film Four cupids (Sì gè Qiūbǐ 四個丘比特21), la scène qui met en présence une jeune femme et un homme plus âgé qui essaie de la séduire commence par un gros plan sur une imposante montre en or. Le plan s’élargit ensuite pour permettre au spectateur de mettre un visage sur le personnage masculin. Ce gros plan permet au spectateur d’identifier immédiatement la catégorie socio-économique à laquelle il appartient. Nous notons de même un gros plan sur la montre en or du businessman dans If you are the one22. Dans Big shot funeral (Dà wàn 大腕) realisé par Feng Xiaogang 馮小剛 en 2001, un truand se fait également passer pour un riche homme d’affaires voulant investir dans un film américain. Dans la scène qui précède la rencontre avec la coordinatrice américaine, l’homme entouré de son équipe est vêtu de noir, il porte une montre en or qu’il regarde. La prise de vue est plongeante. Tous les yeux sont rivés sur la montre, au centre de l’image23. Nous trouvons le même procédé dans Gasp, lorsqu’un truand voulant également se faire passer pour un homme d’affaires s’habille en noir et porte une montre en or surdimensionnée au poignet24. Un autre exemple a retenu notre attention dans le film Fit lover. Chaque rencontre entre le riche homme d’affaires et la jeune femme qu’il veut épouser est ponctuée par un plan relativement long sur sa montre en or. Ainsi, dès leur première rencontre, le spectateur devine que cet homme possède de l’argent et un certain pouvoir25. Les entrevues ultérieures — au restaurant26, dans l’une des bijouteries de ce patron27, puis dans son usine28 — souligneront sa réussite économique.

  • 29 Cf. supra.
  • 30 Go lala go, 5’46.
  • 31 Go lala go, 16’54.
  • 32 Go lala go, 36’24 (première promotion).
  • 33 Go lala go, 58’40 (deuxième promotion), 1’06’23 (troisième promotion), 1’19’33 (quatrième promotio (...)

16Chez la femme, ce sont les bijoux en or qui marquent son appartenance à une classe aisée et à une réussite sociale et professionnelle certaine. Toutefois, à la différence des personnages masculins, les personnages féminins n’incarnent quasiment jamais des personnages grotesques ou ridicules. Elles représentent les « working girls » à l’écran29. C’est le cas dans le film Go lala go. Il est intéressant de remarquer que l’ascension sociale et la carrière en entreprise du personnage principal — Du Lala — sont symbolisées par des bijoux en or. À chaque échelon gravi, elle porte une parure en or nouvelle. Le symbole de cette réussite en entreprise est accentué par les premières images du film. En effet, dès la cinquième minute du film apparaît dans un plan américain au centre de l’image une jeune femme déjà en poste dans une grande entreprise réajustant une énorme ceinture dorée, celle-ci n’est autre que la rivale de l’héroïne du film30. Dix minutes plus tard le spectateur assiste à la même scène avec le même plan, la jeune femme porte une autre parure en or. Mais cette fois-ci le personnage n’est plus au centre de l’image, sur sa droite dans le fond du décor, on distingue Du Lala encore vêtue simplement, mettant ses baskets dans un sac et enfilant des petites ballerines pour son premier jour dans cette même entreprise31. À partir de son entrée dans l’entreprise, Du Lala verra ses efforts et ses compétences récompensés par des postes à responsabilités, pour finir comme manager en ressources humaines à 33 ans avec un salaire mensuel de 25 000 yuans. Ainsi, à son premier poste à responsabilités correspond un long collier en or32 qui s’oppose à ses premières tenues sans bijou. Ce procédé sera utilisé de façon systématique par le réalisateur tout au long du film33.

2. L’or, marqueur d’identités

17Une mise en scène réfléchie et des jeux d’association des significations font apparaître à l’écran des identités de la société chinoise actuelle. À travers les comédies chinoises étudiées, nous avons pu d’une part établir une typologie de personnages associés à l’or, mais également lire une satire en creux de la société chinoise actuelle.

2.1. Un essai de typologie des personnages associés à l’or

18En analysant les différentes comédies, nous avons pu répertorier trois portraits types associés à l’or : le « baofahu », le « chuppie » et le fils (ou la fille) de haut cadre dirigeant du parti communiste.

  • 34 Dictionnaire chinois-français, Beijing, Shangwu yinshuguan, 2001, p. 23
  • 35 Feng Chongyi, « Les libéraux chinois dans la Chine post-Tiananmen », in Perspectives chinoises, 20 (...)
  • 36 J.-P. Cabestan, Le système politique chinois, Paris, Sciences Po. Les Presses, 2014, p. 453-483.
  • 37 yǒu miànzi 有面子 : avoir de la face, gagner de la face.
  • 38 jiè miànzi 借面子 : emprunter la face.
  • 39 Cf. infra.
  • 40 Nous retrouvons ce phénomène dans les films Mars Baby, Gasp, Big shot funeral ou encore Fit lover.
  • 41 If you are the one 1’44.

19Le terme chinois « bàofā hù 暴發戶 » signifie le « nouveau riche34 ». Expression très péjorative dans le langage courant, on peut également la traduire par le terme français de « parvenu ». Il s’agit d’une personne ayant fait très rapidement fortune de façon peu transparente35. La population associe souvent son enrichissement à la corruption, aux malversations et autres maux qui rongent la société chinoise36. Sa réussite est ainsi souvent dénuée du moindre mérite. Il est généralement originaire d’une province reculée et n’a pas eu accès à un niveau d’éducation élevé. Il compense ce manque par l’affichage outrancier de sa réussite économique, étalant son argent sans compter afin de « gagner de la face37 », c'est-à-dire d’obtenir une certaine reconnaissance sociale. Mais dans les comédies, cela donne lieu à plaisanterie. Il en est ainsi dans Big shot funeral : l’investisseur véreux se fait prendre officiellement en photo avec la représentante du réalisateur américain afin « d’emprunter de la face38 », c'est-à-dire de créer des relations avec une personne qui a de la face et donc gagner en prestige social. Dans Fit lover, le riche homme d’affaires gagne de la face grâce à sa carte de visite en or39. Parler anglais à tout prix est un autre trait caractéristique du baofahu dans les comédies40. La scène de la rencontre entre le héros et le riche homme d’affaires dans If you are the one en est la parfaite illustration41. Voici un extrait du dialogue entre les deux hommes :

  • 42 Traduction personnelle.

L’homme d’affaires : Nous parlons anglais ou chinois ?
Le héros : C’est vous qui décidez.
L’homme d’affaires : Parlons alors notre langue maternelle. (Il le salue en lui tendant la main) « Nice to meet you ».
Le héros : Parler la langue maternelle ?
L’homme d’affaires : Ah, à force de parler anglais j’en oublie ma langue maternelle ! (Il parle à nouveau chinois) Très heureux de vous rencontrer42.

  • 43 Voir notamment All about women (Nǚrén bú huài 女人不壞) de Tsui Hark 徐克 (1950-) en 2008 avec une scène (...)

20Le second stéréotype associé à l’or est celui du jeune cadre dynamique et ambitieux que la presse mondiale a surnommé « chuppie », c'est-à-dire le « yuppie chinois ». Profitant de la forte croissance économique, ces nouvelles générations gagnent de l’argent rapidement. Mais à la différence du baofahu, elles le gagnent en général en toute transparence, en vouant leur vie à l’entreprise. À l’écran, la figure féminine est représentée en force. Ici, à l’inverse du baofahu, ce type de personnage n’est pas associé au ridicule ou au côté bouffon dans les films. Il est associé à l’idée d’une carrière bien menée, où le travail et l’acharnement (malgré des embûches) sont récompensés par une ascension sociale rapide. Les caractéristiques de ces personnages féminins sont les suivantes : très motivées pour travailler, ambitieuses, intelligentes, avec un goût pour le luxe prononcé, grandes consommatrices d’objets High Tech et d’objets de luxe (voitures, sacs, vêtements, bijoux, etc.43) ; calquant leur comportement de consommation sur la représentation que les chuppies ont du modèle occidental. On observe ainsi une féminisation du luxe et de la réussite au cinéma. D’un point de vue sentimental, ce sont souvent des cœurs à prendre. Le personnage peut-être soit gentil soit cruel mais rarement idiot.

  • 44 Agnès Andrésy, Princes rouges, les nouveaux puissants de Chine, Paris, L’Harmattan, 2007, passim.
  • 45 « 有合法的,有非法的,有合法下的非法所得 ». Voir Camille Bondois, « Origine et pouvoirs des “nouveaux riches” », Pers (...)
  • 46 Guān xi 關係 : liens interpersonnels. Liu Pei définit les guanxi comme « Une orientation de l’esprit (...)
  • 47 Voir Isabelle Anselme, « La République populaire de Chine du xxie siècle, vivre et filmer dans une (...)

21Ces différentes comédies mettent en scène une partie de la population riche de la société chinoise. Elles ne s’attaquent cependant pas à un type de personnage qui appartient également à la caste des gens fortunés : les enfants de hauts fonctionnaires. Si on se réfère aux enquêtes menées par les départements du centre de recherche du Conseil des affaires d’État et du centre de recherche de l’École du Parti communiste chinois, 90 % de la population considérée comme riche sont des enfants de hauts fonctionnaires. Il apparaît également que les plus grandes entreprises du pays sont gérées par des enfants de hauts fonctionnaires. Ces jeunes riches appartiennent à une classe particulière à la fois bureaucratique et capitaliste44. Leur fortune dépend donc du pouvoir que détient le cercle familial, qu’il soit légal, illégal ou « d’apparence légale45 ». Ils bénéficient d’un réseau d’influence solide, les guanxi 關係46, fondamentales notamment dans les hautes sphères politiques. On se doute bien que dans ce cas s’attaquer à une caste touchant de si près au PCC est chose impossible pour un film chinois s’il veut répondre aux critères de contrôle mis en place par le bureau de contrôle des films47 afin d’être diffusé en Chine.

  • 48 Voir notamment l’affaire Ling Gu, www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2012/09/04/le-parti-communi (...)

22Certains scandales48 touchant des enfants de hauts dignitaires chinois sont relatés dans la presse. Ils pourraient faire l’objet de scénarii croustillants, cependant l’autocensure des réalisateurs reste présente dans le monde de l’industrie cinématographique chinoise.

2.2. Les nouvelles comédies : une satire en creux de la société chinoise actuelle

23Bien que considérées comme un divertissement grand public, les comédies font également une critique en creux de la société chinoise actuelle. Les comédies utilisent l’or comme un effet comique sur le spectateur. Elles sont également une loupe grossissante de la société et des nouveaux modes de consommation des Chinois.

  • 49 La « Hurun Global Rich List 2015 » est un classement des milliardaires selon leur fortune exprimée (...)
  • 50 Cette association se consacre à la promotion de l’industrie italienne du luxe en Italie et à l’étr (...)
  • 51 « Qualité suprême », « Reflet du goût et style personnel », « Histoire et héritage » sont les troi (...)
  • 52 C'est-à-dire styles décoratifs des xviie, xviiie et xixe siècle.
  • 53 Ce n’est pas un hasard si le musée des Arts de Macao expose en 2013 une des plus belles collection (...)
  • 54 http://chine.blogs.liberation.fr/2004/12/26/zhanglaffitte/ (consulté le 13 mai 2015).

24Étalage de la richesse, de la consommation, « tape-à-l’oeil », glorification de la consommation ostentatoire, le « bling-bling » semble être une donnée nouvelle dans cette société chinoise d’hyper consommation. Selon la « Hurun Global Rich List49 », sur les 2 089 milliardaires recensés dans le monde en 2014, 537 sont américains et 430 sont chinois. Depuis plusieurs années, des études relatives au luxe dans le monde sont menées par la Fondazione Altagamma50. En 2010 cet organisme s’est penché plus particulièrement sur la relation qu’entretiennent les Chinois avec le luxe. À la question « pourquoi achetez-vous des produits de luxe ? », quatre réponses arrivent en tête, dont le « signe de distinction51 ». L’architecture prise au sens large est un moyen pour les gens riches de se démarquer du reste de la population. La décoration de style des « Grands siècles52 » est très prisée chez les hommes d’affaires chinois53. Le milliardaire Zhang Yuchen 張宇辰 s’est fait par exemple construire la réplique du château de Maison Laffitte et précise que « tout a été fait dans les règles de l’art, à l’ancienne, selon les techniques françaises de l’époque. [...] les dorures faites à la feuille et les motifs sculptés à la main54 ». C’est cette même dorure des meubles et des décors que l’on retrouve dans les comédies chinoises et qui confère un aspect clinquant et artificiel.

  • 55 C’est l’idée centrale que Pierre Bourdieu a voulu développer dans son maître ouvrage, La Distincti (...)
  • 56 Christian Blanckeart, Les Chemins du luxe, Paris, Grasset, 1996, p. 121.

25Cette volonté de se distinguer, ce n’est finalement que la reprise de l’expression lapidaire de Pierre Bourdieu : « Exister [...], c’est différer, être différent55. » Toutefois, la société chinoise est différente de la société française. Fortement influencée par la philosophie confucéenne, l’individu se conçoit dans un cadre d’interdépendance par rapport aux autres membres de la sphère à laquelle il appartient. Comme l’écrit Christian Blanckaert, à l’indépendance du « moi-je » occidental répond l’interdépendance du « moi-nous » asiatique56. La place de l’individu est questionnée dans la société chinoise du xxie siècle. Les produits de luxe et l’or notamment sont des marqueurs identitaires et sociaux.

  • 57 Revue Le monde chinois, no 29, Le luxe en Chine, 2012/1.

26Lucides face à une course infernale à la consommation et aux frustrations qu’elle entraîne, les sages de la Chine ancienne invitaient à se tenir à l’écart de la comédie humaine et de ses vaines gloires. Ces conseils semblent loin d’être entendus dans une nouvelle Chine tendue entre une « frénésie de consommation et une fascination du luxe57 ».

Bibliographie

All about women (Nǚrén bú huài 女人不壞) réalisé par Tsui Hark 徐克, 2008.

Big shout funeral (Dà wàn 大腕), realisé par Feng Xiaogang 馮小剛, 2001.

Go Lala go (Dù lālā shēng zhī jì 杜拉拉升職記), réalisé par Xu Jinglei 徐靜蕾, 2010.

La Cité Interdite (Mǎn chéng jǐn dài huángjīn jiǎ 滿城盡帶黃金甲), réalisé par Zhang Yimou 張藝謀, 2006.

If you are the one (Fēi chéng wù rǎo 非誠勿擾), réalisé par Feng Xiaogang 馮小剛, 2008.

Fit loveriqíng zuǒ dēng yòu xíng 愛情左燈右行), realisé par Zhang Jianya 張建亞, 2008.

Four Cupids (Sì gè Qiūbǐ 四個丘比特), réalisé par Wang Caitao 王才濤, 2010.

Gasp (Qìchuǎn xū xū 氣喘吁吁), réalisé par Zheng Zhong 鄭重, 2009.

Mars baby (Huǒxīng méi shì 火星沒事), realisé par Liu Yiwei 劉儀偉, 2009.

Andresy Agnès, Princes rouges, les nouveaux puissants de Chine, Paris, L’Harmattan, 2007.

Anselme Isabelle, « La République populaire de Chine du xxie siècle, vivre et filmer dans une “société socialiste de marché” », in Wang Bing, un cinéaste en Chine aujourd’hui, sous la direction de Caroline Renard, Isabelle Anselme, François Amy de la Bretèque, Aix-en-Provence, PUP, 2014, p. 57-74.

Blanckeart Christian, Les Chemins du luxe, Paris, Grasset, 1996.

Cabestan Jean-Pierre, Le système politique chinois, Paris, Sciences Po. Les Presses, 2014.

Cheng François, « Une Chine qui réapprend le sens du luxe », Monde chinois, 2012/1, no 29, p. 20-21.

Feng Chongyi, « Les libéraux chinois dans la Chine post-Tiananmen », Perspectives chinoises, 2009/2, p. 32-44.

Magny Joël, Vocabulaires du cinéma, Paris, Cahiers du cinéma, 3e édition, 2006.

Puaux Françoise, Le décor de cinéma, Paris, Cahiers du cinéma, 2008.

Revue Le monde chinois, no 29, Le luxe en Chine, 2012/1.

Tsai Jacqueline, La Chine et le Luxe, Paris, Odile Jacob, 2008.

Notes

1 Deng Xiaoping lance ce slogan lors de sa tournée dans le Sud de la Chine entre le 18 janvier et le 21 février 1992.

2 Cette notion sera inscrite dans la révision constitutionnelle de 1993.

3 Notre étude repose sur l’analyse d’une dizaine de comédies réalisées entre 2000 et 2013. Elles sont toutes sorties en République Populaire de Chine et ont obtenu de très bons résultats au box office chinois. Elles sont représentatives de la comédie chinoise type des années 2000.

4 La jeune femme sera quelquefois remplacée par un homme mais toujours en quête de l’âme sœur, comme par exemple dans la comédie romantique If you are the one (Fēi chéng wù rǎo 非誠勿擾), réalisée par Feng Xiaogang en 2008.

5  Jacqueline Tsai est docteur et chercheur à l’université Paris-Sorbonne (Paris IV), directrice de la veille et de la prospective Louis Vuitton Malletier.

6 Extrait de Jacqueline Tsai, La Chine et le Luxe, Paris, Odile Jacob, 2008, p. 124.

7 Réalisateur, scénariste, acteur chinois, originaire de la province du Hunan. Après avoir travaillé au centre d’art de la télévision de Pékin, il tourne Dream Factory en 1997. Ce film lancera définitivement sa carrière en tant que réalisateur. À partir de cette date il tournera de nombreux blockbusters.

8 Actrice et réalisatrice, Xu Jinglei est diplômée de l’Académie du film de Pékin. Elle joue et tourne notamment des comédies romantiques grand public.

9 Basée sur la pièce L'Orage de l'écrivain Cao Yu, l'intrigue du film La Cité interdite a lieu durant la période troublée des Cinq Dynasties et des Dix Royaumes (907-960). Sous la dynastie des Tang postérieurs, l'Empereur Ping, bien que simple capitaine, a réussi à monter sur le trône. S’ensuit une série de complots dans le palais. (http://icilachine.com/cinema/films/1598-la-cite-interdite-de-zhang yimou.html)

10 Nous ne rentrons pas dans le débat concernant la réalité historique pour les décors, costumes etc, Zhang Yimou privilégiant le spectaculaire à l’exactitude historique.

11 François Cheng, « Une Chine qui réapprend le sens du luxe », Monde chinois, 2012/1, no 29, p. 20-21.

12 www.larousse.fr/dictionnaires/francais/bling-bling/186 217 (consulté le 15 novembre 2016).

13 Jacqueline Tsai, La Chine et le luxe, op. cit., p. 20.

14 Fit Lover, séquence 37’46-39’39.

15 Traduction personnelle. Il faut savoir que l’échange de cartes de visite a une importance particulière en Chine puisque la carte de visite est une représentation symbolique de la personne. Ceci diffère fortement de l’échange de cartes en Occident, considéré comme une banale étape protocolaire.

16 If you are the one 0’50.

17 Fit lover 43’32.

18 Françoise Puaux est conseillère éditoriale de la collection « 7e art » aux éditions du Cerf-Corlet et de la collection « cinémAction » pour laquelle elle a dirigé Architecture, Décor et cinéma, Le comique à l’écran, La marginalité à l’écran, Le machisme à l’écran et La justice à l’écran.

19 www.cahiersducinema.com/Le-decor-de-cinema.html (consulté le 23 octobre 2016).

20 Joël Magny, Vocabulaires du cinéma, Paris, Cahiers du cinéma, 3e édition, 2006, p. 7.

21 Four Cupids 21’37 : gros plan. 21’39 : plan élargi.

22 If you are the one, 3’01.

23 Big shot funeral, 39’00.

24 Gasp, 8’24.

25 Fit lover, 36’ 50.

26 Fit lover, 40’04.

27 Fit lover, 44’28.

28 Fit lover, 46’26.

29 Cf. supra.

30 Go lala go, 5’46.

31 Go lala go, 16’54.

32 Go lala go, 36’24 (première promotion).

33 Go lala go, 58’40 (deuxième promotion), 1’06’23 (troisième promotion), 1’19’33 (quatrième promotion), 1’31’22 (dernière promotion).

34 Dictionnaire chinois-français, Beijing, Shangwu yinshuguan, 2001, p. 23

35 Feng Chongyi, « Les libéraux chinois dans la Chine post-Tiananmen », in Perspectives chinoises, 2009/2, p. 40.

36 J.-P. Cabestan, Le système politique chinois, Paris, Sciences Po. Les Presses, 2014, p. 453-483.

37 yǒu miànzi 有面子 : avoir de la face, gagner de la face.

38 jiè miànzi 借面子 : emprunter la face.

39 Cf. infra.

40 Nous retrouvons ce phénomène dans les films Mars Baby, Gasp, Big shot funeral ou encore Fit lover.

41 If you are the one 1’44.

42 Traduction personnelle.

43 Voir notamment All about women (Nǚrén bú huài 女人不壞) de Tsui Hark 徐克 (1950-) en 2008 avec une scène de consommation effrénée dans un grand magasin de luxe de l’une des héroïnes chef d’entreprise. Le personnage est vêtu d’une robe longue lamée or qui contraste avec la tenue des autres clients. (15’04). On relève le même comportement de consommation quasi compulsif avec l’héroïne du film Go Lala go (1’02’43).

44 Agnès Andrésy, Princes rouges, les nouveaux puissants de Chine, Paris, L’Harmattan, 2007, passim.

45 « 有合法的,有非法的,有合法下的非法所得 ». Voir Camille Bondois, « Origine et pouvoirs des “nouveaux riches” », Perspectives chinoises [En ligne], 2007/1 | 2007, mis en ligne le 01 janvier 2010 at http://perspectiveschinoises.revues.org/1833 (consulté le 15 octobre 2012).

46 Guān xi 關係 : liens interpersonnels. Liu Pei définit les guanxi comme « Une orientation de l’esprit qui conduit à mobiliser les réseaux de relations dès lors qu’on se trouve face à un problème décisionnel et ce à tous les niveaux de la vie sociale ». Voir Liu Pei, Analyse réseaux dans une perspective interculturelle : le Guanxi en Chine, thèse de doctorat, université du Sud Toulon-Var, septembre 2012, p. 23.

47 Voir Isabelle Anselme, « La République populaire de Chine du xxie siècle, vivre et filmer dans une « société socialiste de marché » », p. 57-74, in Wang Bing, un cinéaste en Chine aujourd’hui, sous la direction de Caroline Renard, Isabelle Anselme, François Amy de la Bretèque, Aix-en-Provence, PUP, 2014.

48 Voir notamment l’affaire Ling Gu, www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2012/09/04/le-parti-communiste-chinois-embarrasse-par-un-accident-de-ferrari_1755 552_3216.html (consulté le 27 octobre 2016).

49 La « Hurun Global Rich List 2015 » est un classement des milliardaires selon leur fortune exprimée en dollars US, publié par le Hurun Report.

50 Cette association se consacre à la promotion de l’industrie italienne du luxe en Italie et à l’étranger. www.altagamma.it/ (consulté le 2 juin 2015).

51 « Qualité suprême », « Reflet du goût et style personnel », « Histoire et héritage » sont les trois autres réponses qui ont été citées majoritairement.

52 C'est-à-dire styles décoratifs des xviie, xviiie et xixe siècle.

53 Ce n’est pas un hasard si le musée des Arts de Macao expose en 2013 une des plus belles collections du mobilier français de l’époque napoléonienne où les arts décoratifs puisent leurs sources d’inspiration dans les grandes civilisations grecque, romaine et égyptienne. Exposition Napoléon et les Arts décoratifs : trésors des palais impériaux, Musée des Arts de Macao, mai-juillet 2013. : http://www.mam.gov.mo (consulté le 3 juin 2014).

54 http://chine.blogs.liberation.fr/2004/12/26/zhanglaffitte/ (consulté le 13 mai 2015).

55 C’est l’idée centrale que Pierre Bourdieu a voulu développer dans son maître ouvrage, La Distinction, Paris, Les éditions de minuit, 1979.

56 Christian Blanckeart, Les Chemins du luxe, Paris, Grasset, 1996, p. 121.

57 Revue Le monde chinois, no 29, Le luxe en Chine, 2012/1.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — If you are the one, 1’31.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7795/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Fig. 2 — Go lala go 1’06’46.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7795/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 3 — Fit lover 38’54.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7795/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre Fig. 4 — Gasp 1’13’19.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7795/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 150k

Auteur

Madame Anselme Isabelle est docteur en Droit (Aix-Marseille université) et en Études culturelles chinoises (Montpellier 3). Elle est spécialisée dans le droit audio-visuel chinois et le cinéma chinois contemporain. Consultante en cinéma, elle a également enseigné la culture et la civilisation chinoises à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence ainsi qu’à Aix-Marseille université.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search