Version classiqueVersion mobile

Les nationalismes en Espagne

 | 
Francisco Campuzano Carvajal

Un État en quête de nation

L'article 2 de la Constitution de 1978

Une tentative de redéfinition de la nation espagnole

Francisco Campuzasno Carvajal

Texte intégral

  • 1 Cette expression désignera ici essentiellement les nationalismes basque et catalan, étant entendu (...)

1Au sortir de quarante ans d'une dictature dont la politique centraliste et répressive n'avait en rien atténué le conflit séculaire qui opposait l'État espagnol et ce qu'il est convenu d'appeler les nationalismes périphériques1, la question nationale apparut d'emblée comme l'une des priorités de l'agenda de la transition, obligeant ainsi les acteurs politiques à élaborer un compromis sur l'articulation de l'État démocratique en gestation, compromis dont l'expression la plus fidèle (à défaut d'être la moins alambiquée) se trouve énoncée dans l'article 2 de la Constitution de 1978 : « La Constitución se fundamenta en la indisoluble unidad de la nación española, patria común e indivisible de todos los españoles, y reconoce y garantiza el derecho a la autonomía de las nacionalidades y regiones que la integran y la solidaridad entre todas ellas ».

  • 2 Ernet Gellner définit le nationalisme comme « un principe politique qui affirme que l'unité politi (...)

2Comme tout compromis, celui qui se trouve formalisé dans l'article 2 ne put être atteint qu'au prix de concessions mutuelles entre les parties en présence. Il pouvait difficilement en être autrement, dans la mesure où ni les forces politiques qui s'identifiaient avec le nationalisme espagnol2 ni celles représentant les nationalismes périphériques disposaient de suffisamment d'atouts dans leurs jeux pour imposer leurs propres préférences constitutionnelles. Sans entrer dans une analyse détaillée de cet article, on peut des à présent souligner que la reconnaissance des nationalités n'a pas débouché sur la constitution d'un État fédéral formé de nations souveraines, option initialement défendue par les nationalistes et acceptée par la gauche espagnole, mais qui trouva finalement peu de partisans dans un parlement où prévalut une logique consensuelle. Des lors, la solution constitutionnelle s'orienta vers une formule qui fasse droit aux demandes des nationalistes sans pour autant porter atteinte au principe de l'unité nationale. Le résultat fut cet article 2 qui reconnaît les nationalités et garantit leur droit á l'autonomie, mais qui verrouille en même temps tout possible recours au droit á l'autodétermination (historiquement associé au principe des nationalités) en faisant de la nation espagnole le seul dépositaire de la souveraineté. Malgré ses ambiguïtés et les frustrations qu'il a fait naître chez les nationalistes, l'article 2 ne marque pas moins une rupture dans l'histoire de l'Espagne contemporaine. D'abord parce qu'il est à l'origine d'une redistribution du pouvoir entre le centre et la périphérie sans précédent ; et ensuite —et c'est cet aspect qui nous intéresse plus particulièrement ici— parce qu'il ambitionne de faire de la nation espagnole un référent identitaire compatible avec d'autres allégeances nationales.

3Nous considérerons donc dans ce travail le compromis constitutionnel comme une tentative de redéfinition du concept « nation espagnole » dans une perspective plurinationale. Nous verrons que la formulation de ce concept s'inscrit dans une trajectoire historique manquée par la complexité du processus de construction nationale dans l'Espagne contemporaine, et qu'elle résulte en même temps d'une dynamique consensuelle visant à asseoir la légitimité de l'État démocratique sur des identités culturelles plurielles. Nous nous interrogerons pour finir sur sa congruence avec les modes d'identification nationale observables dans l'Espagne des autonomies.

LA DÉLÉGITIMATION DU NATIONALISME ESPAGNOL

4La politique du régime franquiste a eu des effets contradictoires sur la question nationale. Il est indéniable qu'elle a durablement délégitimé le nationalisme espagnol, mais il est moins certain qu'elle ait définitivement ruiné l'idée de nation espagnole. En marge de la répression menée contre les nationalismes basque et catalan, le régime a en effet favorisé une modernisation économique et sociale qui n'a pas été sans conséquence — du moins peut-on le supposer— sur le processus de construction nationale.

  • 3 J. P. Fusi, España. La evolución de la identidad nacional, Madrid, Temas de Hoy, 2000, p. 244 et s (...)
  • 4 Cf. J. P. Fusi, El País Vasco. Pluralismo y nacionalidad, Madrid, Alianza Editorial, 1984, p. 43 e (...)
  • 5 Cf. Albert Balcells, El nacionalismo catalán, Madrid, Historia 16, 1991, p. 45 et ss.
  • 6 Id. et Xosé Manoel Núñez Seixas, Los nacionalismos en la España contemporánea (siglos xix-xx), Bar (...)
  • 7 « Discurso del Presidente de la Comisión Redactara del Proyecto de Constitución » [le socialiste L (...)

5Historiquement, la gauche espagnole s'est montrée réservée voire hostile envers les revendications nationalistes. Juan Pablo Fusi rappelle à ce propos que la crise de la fin du xixe siècle, dont une des conséquences les plus importantes a été l'émergence des nationalismes périphériques, avait signifié pour la gauche l'échec du régime oligarchique de la Restauration et non celui de l'État-nation3. Qui plus est, les partis et syndicats ouvriers se sentaient socialement et idéologiquement très éloignée d'un nationalisme dont la clientèle se recrutait originellement dans la bourgeoisie ou la petite bourgeoisie catholique et conservatrice. Au Pays Basque, où les militants socialistes provenaient principalement de l'immigration castillanophone, le PSOE était en conflit ouvert avec les thèses traditionalistes et xénophobes développées par Sabin Arana4. En Catalogne, ce sera le Parti Radical d'Alejandro Lerroux, très influent auprès des ouvriers barcelonais, qui se signalera par son hostilité aux revendications catalanistes5. Sans oublier, bien entendu, le très important mouvement anarcho-syndicaliste organisé par la CNT, qui se montrera pour le moins indifférent à l'égard du catalanisme6. Une évolution se dessine cependant á partir de la première guerre mondiale, au cours de laquelle la question des nationalités prend l'importance que l'on sait, et se poursuit sous la dictature de Primo de Rivera, dont l'un des effets fut de favoriser le rapprochement de toutes les forces républicaines. La gauche catalaniste participera ainsi au Pacte de Saint-Sébastien signé par les forces antimonarchiques en août 1930. Malgré cette évolution, les républicains en général, et la gauche en particulier, se montrèrent très prudents á l'égard des revendications nationalistes, tant il est vrai que leur compréhension affichée à l'égard des revendications nationalistes traduisait surtout la nécessité tactique dans laquelle ils se trouvaient d'intégrer les nationalistes, et surtout les Catalans, au projet républicain. Ils durent ainsi accepter d'inscrire dans la Constitution de la République le droit à l'autonomie des régions, mais en prenant soin de préciser que c'était dans le cadre d'un « Estado integral, en el que sean compatibles, junto a la gran España, las regiones, y haciendo posible, en ese sistema integral, que cada una de las regiones reciba la autonomía que merece por su grado de cultura y de progreso »7. Persuades que la régénération de l'Espagne ne pouvait avoir comme instrument que l'État central, les républicains firent tout leur possible pour contenir la radicalisation du nationalisme catalan, et ne consentirent à voter l'autonomie du Pays Basque, catholique et conservateur, que parce qu'il s'était rallié à la République.

  • 8 Partido Comunista de España, Manifiesto-Programa, Segunda Conferencia Nacional del Partido Comunis (...)
  • 9 Les partis qui la composaient étaient la Gauche Démocratique de Joaquín Ruiz Giménez, la Fédératio (...)
  • 10 Manifeste publié a l'issue des Jornadas Demócratas Cristianas del Estado Español, janvier 1976.

6L'attitude de la gauche vis-à-vis des nationalismes bascula définitivement après la deuxième guerre mondiale pour des raisons liées á la fois au contexte international et au rapport de forces existant au sein de l'opposition au franquisme. Avec la multiplication des mouvements d'émancipation nationale à travers le monde dans les années 1950-1960, le nationalisme changea complètement de signification. Il se trouva hissé au rang d'idéologie progressiste, á la pointe du combat contre le capitalisme dans sa version impérialiste. La réceptivité de la gauche à l'égard des revendications nationalistes obéissait aussi à des considérations tactiques dictées par la nécessité de rassembler toutes les forces d'oppositions dans la lutte contre la dictature franquiste. Tout comme dans les années 1930, elle avait besoin des nationalistes pour pouvoir représenter une alternative crédible, si bien que toute stratégie de sortie de la dictature passait nécessairement par une alliance avec les nationalistes basques et catalans. Cette nécessité la conduisit très loin dans ses concessions aux nationalistes, comme l'attestent les programmes des principales forces d'opposition à la dictature. Ainsi, le Parti socialiste approuva-t-il lors de son XXVIe Congrès (Suresnes, octobre 1974) une résolution sur les nationalités qui appelait á la formation d'une République fédérale où les différentes nationalités pourraient exercer leur droit á l'autodétermination : « La definitiva solución del problema de las nacionalidades que integran el Estado español parte indefectiblemente del pleno reconocimiento del derecho de autodeterminación de las mismas, que comporta la facultad de que cada nacionalidad pueda determinar libremente las relaciones que va a mantener con el resto de los pueblos que integran el Estado español ». Tout aussi favorable aux revendications des nationalismes périphériques était la position adoptée par le Parti communiste à la veille de la transition : « Respetando el derecho de los pueblos a decidir libremente de sus destinos, la democracia política y social reconocerá el carácter multinacional del Estado español y el derecho de autodeterminación para Cataluña, Euzkadi y Galicia, garantizando el ejercicio efectivo de ese derecho por los pueblos »8. L'Équipe Démocrate-Chrétienne de l'État Espagnol, qui comptait dans ses rangs des forces nationalistes basques et catalanes9, prit elle aussi position en faveur d'une profonde restructuration de l'État, se prononçant pour « la forma fédéral del Estado con una distribución pactada del poder político entre los países y pueblos del Estado español »10. Tous ces documents avaient en commun d'éviter soigneusement la moindre référence á la nation espagnole, n'employant le terme « espagnol » que de manière adjectivale, en association avec le substantif « État ». L'Espagne se trouvait ainsi vidée de toute dimension nationale pour n'apparaître que comme une structure juridique composées de régions, de peuples ou de nationalités, étant entendu que ces dernières se voyaient reconnaître une souveraineté qui impliquait l'exercice du droit á l'autodétermination. Une telle approche tirait donc toutes les conséquences de la définition de l'Espagne comme un État plurinational en acceptant comme légitime, puisque découlant de l'exercice du droit à l'autodétermination, l'éventuelle création d'un État basque, catalan ou galicien indépendant.

  • 11 « Acta de juramento y proclamación del rey don Juan Carlos I », 22 novembre 1975.

7A la réceptivité de la gauche á l'égard de la cause nationaliste fit écho l'inhibition de la droite vis-à-vis de cette même question. Désireuse de donner des gages de la sincérité de son engagement démocratique, la droite jugea préférable de ne pas reprendre á son compte un discours nationaliste-espagnol qui l'aurait identifiée au franquisme. Le seul parti de droite qui osa le faire fut l'Alliance populaire (AP) de Manuel Fraga, mais elle le fit précisément parce qu'elle entendait se poser en porte-parole d'un franquisme sociologique qui acceptait la démocratie sans tourner pour autant le dos á l'héritage franquiste. Hormis cette exception, la majorité des élites centrales, toutes tendances politiques confondues, envisagea la question des nationalismes comme un fait incontournable, si bien que pratiquement tous les acteurs de la transition déterminèrent leur position par rapport á ce problème en fonction de la double équation qui identifiait la dictature au centralisme et la démocratie á l'autonomie. Le roi Juan Carlos lui-même officialisa en quelque sorte l'inscription de la question des autonomies dans l'agenda de la transition en déclarant la jour même de son intronisation : « Un orden justo, igual para todos, permite reconocer dentro de la unidad del Reino y del Estado las peculiaridades regionales, como expresión de la diversidad de pueblos que constituyen la sagrada realidad de España. El Rey quiere serlo de todos a un tiempo y de cada uno en su cultura, en su historia y en su tradición »11.

  • 12 Le discours du roi Juan Carlos se trouve reproduit dans S. Sánchez-Terán, De Franco a la Generalit (...)

8Le Roi, et avec lui les élites centrales, avait conscience que le sort de la transition qui s'engageait dépendait en grande partie de la réponse qui serait donnée aux revendications nationalistes. Ce qui explique qu'il ait choisi la Catalogne comme destination de son premier déplacement officiel en tant que chef de l'État. Il y prononça le 16 février 1976 un discours en partie en catalan qui fut un moment symboliquement fort de rupture avec ce qui avait été jusqu'alors l'attitude de l'État vis-à-vis de la Catalogne. Le fait que le Roi s'exprime dans une langue qui avait été persécutée par le régime antérieur témoignait d'abord de la volonté du nouveau pouvoir de reconnaitre la personnalité culturelle de la Catalogue. Mais le geste du Roi ne pouvait manquer d'avoir une signification plus directement politique en rapport avec les aspirations autonomistes de la Catalogne. Le Roi prit d'ailleurs l'engagement de répondre á ces aspirations, en prenant toutefois bien soin de les situer dans le cadre d'un régionalisme de bon aloi : « Yo os aseguro, por lo que al Rey respecta, que ninguna aspiración ni proyecto legítimo quedará sin atender, sea del individuo del grupo social, de la ciudad, de la provincia o de la región »12.

9Il est difficile de faire la part de ce qui relève des convictions idéologiques et des considérations tactiques dans l'attitude des élites centrales á l'égard des nationalismes, mais il est certain que ceux-ci se voyaient reconnaître une légitimité qui leur avait été niée jusqu'alors, ne serait-ce que parce que le franquisme avait fortement contribué à discréditer pour longtemps toute tentative de mobilisation politique fondée sur un nationalisme espagnol même d'inspiration démocratique. Si bien que, par rapport á la question des nationalismes, les élites centrales abordèrent le débat constitutionnel dans une position d'infériorité á la fois politique et idéologique. Infériorité politique car elles avaient besoin de la participation des nationalistes pour donner corps au consensus constitutionnel ; et infériorité idéologique car toute référence à la nation espagnole acquérait automatiquement une connotation autoritaire.

10Il convient donc de voir dans l'inhibition des élites centrales sur la question des nationalismes un facteur décisif de la modification de la structure politico-administrative de l'État, mais aussi de la définition même de l'identité nationale. Or, malgré l'échec de l'État-nation dans l'Espagne contemporaine, le sentiment d'appartenir á une communauté nationale était partagée par une majorité d'Espagnols au moment où s'engageait la transition vers la démocratie.

UNE CONSTRUCTION NATIONALE INACHEVÉE

  • 13 B. de Riquer, « La débil nacionalización española del siglo xix », Historia social, n° 20, automne (...)

11Dans un article fort éclairant, Borja de Riquer a montré comment l'émergence des nationalismes périphériques à la fin du xixe siècle traduit l'échec d'un État-nation qui s'avéra incapable de susciter l'adhésion des individus13. La thèse de Borja de Riquer part du constat que les libéraux n'eurent ni la volonté ni les moyens de mener á bien un projet national digne de ce nom. L'étroitesse de leur base sociale les poussa à chercher l'alliance des militaires et à mener une politique d'exclusion qui entrava la nationalisation de la vie politique. La corruption, la patrimonialisation de l'administration et, enfin, le recours systématique à la coercition à l'encontre des adversaires politiques furent autant d'obstacles á la socialisation politique des masses et, partant á l'émergence d'un sentiment d'appartenance á une communauté politique nationale. Le système politique instauré par les libéraux n'était en fait relié à la population que par un réseau de notables locaux, les caciques, si bien que l'Espagne du xixe siècle ne pouvait être assimilée à une entité nationale articulée autour d'un État démocratique.

  • 14 Dans cette perspective, Gellner décrit l'émergence de la société industrielle comme celle d'« une (...)
  • 15 Sur les carences de la politique éducative dans l'Espagne du xixe siècle, voir aussi Jean-Louis Gu (...)
  • 16 Gellner, qui fait évidemment de la France l'archétype de l'État-nation, écrit à ce propos : « Ce n (...)
  • 17 J. Álvarez Junco, « La nación en duda », in J. Pan-Montojo, éd., Más se perdió en Cuba. España, 18 (...)

12A ces carences politiques et idéologiques vint s'ajouter l'incapacité de l'État libéral á devenir le vecteur de la modernisation de la société. On ne s'en étonnera pas si l'on se souvient que la révolution libérale débute et se poursuit en Espagne dans un contexte de crise de l'État (guerre d'indépendance, perte de l'empire colonial, guerres carlistes). Or, on sait le lien fonctionnel qui unit l'émergence de l'État-nation á la société industrielle, où l'homogénéité de la culture nationale remplace la fragmentation des anciennes cultures locales14. Borja de Riquer met à juste titre l'accent sur l'indigence de l'État libéral espagnol, qui se vérifie tout particulièrement dans son incapacité à développer une véritable politique d'éducation nationale susceptible de faire régresser de manière significative l'analphabétisme et de favoriser l'unité culturelle et linguistique du pays : au début du xxe siècle 60 % de la population était encore analphabète et environ un quart ne s'exprimait pas couramment en castillan15. Au-delà du volet scolaire, certes décisif á tous égards16, c'est toute la panoplie des ressources mises en œuvre par l'État moderne pour favoriser l'intégration nationale qui fait défaut dans l'Espagne du xixe siècle. Comme l'a souligné Alvarez Junco, « la Monarquía española no podía cumplir ninguna de las tareas que han caracterizado a los Estados-nación modernos : ni la homogeneización cultural, ni la creación de un potente sector público capaz de financiar infraestructuras, prestar servicios y redistribuir riqueza »17.

  • 18 B. de Riquer, « Sobre el lugar de los nacionalismos y regionalismos en la historia contemporánea e (...)
  • 19 Cf. M. Pérez Ledesma, « La sociedad española, la guerra y la derrota », in J. Pan- Montojo, éd., M (...)
  • 20 J. M. Fradera, « El proyecto liberal catalán y los imperativos del doble patriotismo », Ayer, n° 3 (...)
  • 21 J. P. Fusi, España. La evolución de la identidad nacional, op. cit., p. 196.
  • 22 J. P. Fusi, « Revisionismo crítico e historia nacionalista. (A propósito de un artículo de Borja d (...)

13Si l'on suit le raisonnement de Riquer jusqu'au bout, la cause de la nation espagnole parait entendue : elle n'aurait été qu'un « projet manqué »18. Il serait peut-être plus exact de parler d'un projet inachevé, car sans nier le déficit de légitimité dont a souffert l'État libéral, il existait bel et bien un patriotisme espagnol qui s'exprimera de manière exacerbée lors du conflit hispano-allemand sur les îles Carolines et, plus encore, pendant les trois ans (1895-1898) que dura l'insurrection cubame19. La construction nationale n'avait évidemment pas atteint á la fin du xixe siècle le même niveau d'achèvement qu'en France, mais elle avait été néanmoins assez poussée pour engendrer un sentiment d'identité nationale — sans annuler toutefois des identités locales—, et le cas échéant, pour rivaliser avec des projets nationaux dissidents. Car la réside á n'en pas douter un aspect central de la trajectoire suivie par l'Espagne : dans cette dualité, pas toujours conflictuelle, entre identité espagnole et identités locales. On peut invoquer à ce propos le concept de « double patriotisme » utilisé par Josep M. Fradera pour rendre compte de la projection des élites libérales catalanes du xixe siècle dans un projet national espagnol, sans renier pour autant leur identité catalane20. Raisonnant sur l'ensemble de l'Espagne, Juan Pablo Fusi met aussi en avant cette dualité identitaire : « Como sentimiento popular, el patriotismo españolista constituía [...] una innegable realidad en la España de la Restauración. No era la única : el sentimiento regional, un regionalismo integrado y apolítico, era evidente en una mayoría de regiones y provincias españolas ; desde la década de 1890, el nacionalismo irrumpiría en Cataluña y el País Vasco. Pero España era, ciertamente, una cultura unitaria »21. On peut des lors avancer l'hypothèse que le problème auquel s'est trouvée confrontée l'Espagne á la fin du xixe siècle n'est pas tant celui de l'inexistence de la nation espagnole que celui d'une construction nationale incompléte, mais néanmoins réelle, qui plaçait les élites politiques dans l'obligation d'imaginer une organisation politique qui fût en phase avec ces différents niveaux d'identifications communautaires. C'est une donnée qui ne se verra pas fondamentalement modifiée au xxe siècle. Tout en reconnaissant les carences du projet national des libéraux, nous serions donc plutót enclin á penser, avec Juan Pablo Fusi, que « la España de 1900-1936 era ya una entidad coherente y vertebrada : al menos la nación, y no ya la localidad, la provincia o la región, era ya el verdadero ámbito de la vida política, económica y social »22. Partant de ce postulat, et considérant, comme Riquer le reconnaît lui-même, que l'idée de nation est un produit dynamique, en évolution constante, on doit s'interroger sur l'impact qu'a eu le régime franquiste sur le processus de construction de la nation espagnole.

  • 23 Entre 1955 et 1975, le taux d'actifs occupés dans le secteur primaire passe de 46 % á 23 % ; celui (...)
  • 24 Ibid., p. 62.
  • 25 Cf. C. P. Boyd, Historia patria. Política historia e identidad nacional en España, Barcelone, Poma (...)

14On ne peut ignorer en effet les profondes transformations qu'a connues la société espagnole sous le franquisme. Il convient de le rappeler, c'est au cours de cette période, et plus particulièrement dans les années 1960, que l'Espagne accede irréversiblement á une modernité dont nous avons vu qu'elle a été historiquement associée á la construction de la nation ailleurs en Europe. Cette entrée dans la modernité se traduit par l'industrialisation rapide du pays avec les changements structurels que cela suppose. La part de la population active employée dans le secteur agraire diminue considérablement au profit des secteurs industriel et tertiaire23, ce qui s'accompagne d'un exode massif vers les zones industrielles du pays, parmi lesquelles la Catalogne et le Pays Basque, qui voient ainsi augmenter la population originaire de régions exclusivement castillanophones. Entre 1955 et 1975, les flux migratoires internes déplacent 3,2 millions de personnes, qui se dirigent principalement vers la Catalogne (36 %), Madrid (35 %), la région de Valence (13 %) et le Pays Basque-Navarre (12 %)24. Ce brassage de populations coïncide avec le développement des médias de diffusion nationale, et tout particulièrement de la télévision, qui équipe 85 % des foyers espagnols en 1975. Tout aussi importants ont été l'effort de scolarisation entrepris dans les années 1960 (entre 1962 et 1968 les effectifs du primaire augmentent d'un million) et les campagnes d'alphabétisation lancées á la même époque : en 1968, le taux d'analphabétisme avait nettement reculé, ne représentant plus que 3 % parmi la population de moins de soixante ans25.

15Ces données autorisent à considérer l'Espagne des années 1960-1970 comme une société moderne où les identités locales se trouvent sinon supplantées, du moins fortement concurrencées par une culture nationale apprise á l'école et diffusée par les médias. Bon nombre de conditions semblent en effet réunies pour que s'enracine chez les individus le sentiment d'appartenir á une communauté nationale : industrialisation rapide de l'économie, qui s'accompagne d'une exode important des populations rurales castillanophones vers les zones industrielles de la périphérie ; consolidation d'un marché national qui accroît les liens économiques entre les différentes régions ; volonté de l'État d'imposer un modèle culturel unique non seulement à travers la scolarisation massive, ce qui en soi est déjà beaucoup, mais aussi á travers l'élaboration et la diffusion de mythes, symboles et rites sociaux censés renforcer l'identification à la nation espagnole.

  • 26 X. M. Núñez Seixas, Los nacionalismos en la España contemporánea, op. cit., p. 118.

16Núñez Seixas fait remarquer á juste titre que l'on ne dispose pas de suffisamment d'études empiriques pour mesurer l'impact réel de cette politique de « renationalisation » menée par le franquisme, mais sans doute faut-il convenir avec lui qu'il fut « mayor del que a priori se puede suponer, al menos por lo que respecta a la difusión e impregnación generalizada de un sentimiento de identidad colectiva ´española´y supra-local »26. Cet impact nous paraît assez profond en tout cas pour retenir comme une hypothèse plausible que la crise de légitimité du nationalisme espagnol, indissociable par ailleurs de celle de l'État centraliste et répressif auquel il était désormais étroitement associé, n'est pas suffisante pour étayer la thèse de l'inexistence d'une nation espagnole. C'est donc à la lumière de ce double processus de délégitimation du nationalisme espagnol et de renationalisation de la société espagnole qu'il convient d'analyser la logique qui présida au compromis constitutionnel de 1978.

LE COMPROMIS CONSTITUTIONNEL

17Le compromis constitutionnel doit s'entendre dans une double dimension culturelle et politique dans la mesure où á travers la dichotomie nation espagnole-nations périphériques c'était en fait la détermination du sujet de la souveraineté qui était en jeu. La constitutionnalisation des nationalités aurait dû entraîner, en toute logique, l'abandon de toute référence à la nation espagnole et la reconnaissance pleine de la souveraineté des diverses nations qui composaient l'État espagnol, et c'est bien ainsi que l'entendaient les nationalistes périphériques et la droite néo-franquiste, évidemment pour des raisons diamétralement opposées. La dynamique consensuelle qui finit par prévaloir lors du débat constitutionnel en décida autrement et c'est finalement la nation espagnole qui fut retenue comme le seul dépositaire de la souveraineté et, partant, comme le fondement du nouvel ordre constitutionnel. Les rédactions successives de l'article 2 rendent compte de cette dynamique. La première version fut publiée le 22 novembre 1977 par la revue Cuardernos para el diálogo avant que la commission chargée de rédiger l'avant-projet eût achevé ses travaux. Il ne s'agissait donc encore que d'un brouillon. Le texte était ainsi rédigé : « La Constitución reconoce y la Monarquía garantiza el derecho a la autonomía de las diferentes nacionalidades y regiones que integran España, la unidad del Estado y la solidaridad entre sus pueblos ». Pour les secteurs espagnolistes, l'emploi des termes « nationalités » et « peuples » ne pouvait évidemment qu'apparaître comme attentatoire á l'unité d'une nation espagnole dont il n'était même pas fait mention dans l'article. La version officielle de l'avant-projet, qui fut publié le 5 janvier 1978, n'apaisa pas les craintes de ces secteurs : « La Constitución se fundamenta en la unidad de España y la solidaridad entre sus pueblos y reconoce el derecho a la autonomía de las nacionalidades y regiones que la integran ». Non seulement la nouvelle version maintenait les termes « nationalités » et « peuples », mais elle faisait aussi de la solidarité entre ces peuples l'un des piliers de la Constitution, l'autre étant l'unité de l'Espagne. Rappelons que dans la version définitive, la référence aux peuples — terme aux connotations par trop essentialistes— a disparu et que la Constitution ne repose plus que sur « l'indissoluble unité de la nation espagnole ». Mais cette nation espagnole allait se voir désormais enrichie d'une nouvelle acception, celle de « nation de nations », un concept qui est en contradiction flagrante avec la logique exclusive (« nous » et « les autres ») qui est á l'œuvre dans tout nationalisme.

  • 27 X. Bastida, La nación española y el nacionalismo constitucional, Barcelone, Ariel, 1998, p. 75.
  • 28 Diario de Sesiones del Congreso, n° 60, 8/5/1978, p. 2079 (dorénavant nous emploierons l'abréviati (...)
  • 29 DSC, 60, p. 2080.
  • 30 DSC, 60, p. 2081.

18Comme l'a fort justement souligné Xacobe Bastida27, l'article 2 peut s'interpréter á la lumière de la distinction proposée par Meinecke entre nation politique (Staatsnation) et nation culturelle (Kultumation). Il introduit en effet une discrimination entre la nation espagnole, conçue comme le fondement du nouvel ordre constitutionnel (« la Constitución se fundamenta en la indisoluble unidad de la nación española ») et les nationalités, qui se voient refuser la condition de nations souveraines. Pour les nationalistes, cette discrimination n'était évidemment pas recevable car, partant du postulat que la nation espagnole n'existait pas, la légitimité de l'État espagnol ne pouvait provenir pour eux que de la libre adhésion des nations qui le composent. Heribert Barrera, représentant de la gauche nationaliste catalane (Esquerra Catalana) lors du débat constitutionnel, exprime cette position avec des arguments qui, mutatis mutandis, résument la position de l'ensemble des partís nationalistes, á l'exception des catalanistes modérés : « Yo creo, con todos los respetos para quienes tienen una opinión diferente, que es absolutamente erróneo aplicar a España entera los conceptos de Nación y de Patria. Si España comprende todo el actual territorio del Estado, España no es una nación, sino un Estado formado por un conjunto de naciones. [...] Patria sólo se tiene una y para nosotros, catalanes, nuestra única patria es Cataluña »28. L'argumentation sur laquelle s'appuie cette thèse est connue : la nation catalane est antérieure à un État espagnol dont la configuration actuelle est certes le fruit d'un long processus historique, mais d'un processus essentiellement coercitif qui a imposé l'unité politique sans créer pour autant un sentiment d'unité nationale. Et Barrera Costa de rappeler les guerres menées par le centralisme espagnol contre le peuple Catalan : celle du comte-duc d'Olivares pour imposer l'union des armes, celle de Philippe V qui aboutit au Decreto de Nueva Planta et celle, enfin, du général Franco qui se solda par l'abolition du statut d'autonomie de 1932. Mais ees guerres n'eurent aucun effet sur le sentiment national Catalan, qui continua d'exister indépendamment de la politique d'espagnolisation menée par le centre : « Es un mito peligroso pretender que las victorias militares antiguas, que destruyeron las instituciones de viejas naciones de la Península, o la victoria militar de 1939, fueran suficientes para crear una nación española. [...] España tiene identidad política, pero no tiene unidad nacional »29. Le fait que l'Espagne soit une réalité politique « probablement nécessaire » selon Heribert Barrera ne saurait donc avoir comme corollaire que les Catalans acceptent de faire partie d'une hypothétique nation espagnole á laquelle ils ne s'identifient pas. L'argumentation aboutit évidemment à dénoncer la non reconnaissance de la souveraineté de la nation catalane : « Las libertades de las nacionalidades que el anteproyecto constituye en comunidades autónomas no deberían ser ni solicitadas ni autorizadas, sino que deberían haber sido reconocidas de entrada como realidades previas. Y es el Estado el que debería haber visto legitimadas sus funciones a través de cesiones parciales y expresas de soberanía por parte de cada una de las naciones que lo integran »30.

  • 31 DSC, 64, p. 2183.

19Dans le même ordre d'idées, Xabier Arzalluz inscrivait la revendication souverainiste des Basques dans l'antériorité historique du système foral : « Nosotros entendemos la estructura del Estado o del Reino desde su propia formación histórica [...] en un sentido de soberanía originaria, con una cesión de parte de esa soberanía, toda la que fuere indispensable para estructurarnos conjuntamente con otros pueblos a los que consideramos soberanos »31. La structure évoquée n'est autre que celle d'un État confédéral où chaque nation exercerait son droit à l'autodétermination pour y adhérer ou pour en sortir. Cette formule équivalait en fait á une réactualisation du principe foral tel qu'il s'appliquait, selon l'interprétation qu'en a fait le nationalisme basque, sous l'Ancien Régime. En partie á cause de son propre maximalisme doctrinal et en partie aussi á cause de la pression á laquelle le soumettait le nationalisme radical, le PNV se montra inflexible sur cette question, au point de se trouver plus tard dans la situation paradoxale de demander l'abstention au referendum constitutionnel et de devoir ensuite gouverner le Pays Basque avec un statut d'autonomie qui en était l'émanation.

20Si pour les partis nationalistes la constitutionnalisation des nationalités était dépourvue de toute valeur tant qu'elle ne s'accompagnait de la reconnaissance de leur souveraineté, pour la droite néo-franquiste elle portait en revanche dangereusement atteinte à l'unité nationale. Lorsque la commission constitutionnelle commença l'examen détaillé de l'avant-projet constitutionnel, Manuel Fraga fit une déclaration liminaire qui synthétise bien la position du nationalisme espagnol par rapport á cette question :

  • 32 DSC, 59, p. 2044.

Alianza Popular rechaza, una vez más, con toda energía y con plena conciencia de la transcendencia histórica de su gesto, la introducción de la expresión « nacionalidades » en la Constitución. Para nosotros no existe más nación que la Española. [...] El concepto de nación no se puede acuñar a voluntad ; no basta con una particularidad lingüística, étnica o administrativa ; sólo la suma de un gran territorio compacto, de tradición cultural común y con proyección universal ; una viabilidad económica ; una organización política global, probada por siglos de Historia, sólo eso constituye una nación. Y no es el momento de volver sobre el hecho indiscutible de que nación y nacionalidad es lo mismo ; ni de recordar los riesgos gravísimos de abrir cauces a la aplicación del llamado principio de las nacionalidades, con la inevitables consecuencias de un pretendido derecho a la autodeterminación y a un Estado propio32.

  • 33 DSC, 66, p. 2279.
  • 34 DSC, 66, p. 2271.

21On retiendra d'abord de cette intervention la similitude argumentative qu'il présente avec le discours des nationalismes périphériques : la tradition culturelle et l'histoire sont des termes qui reviennent dans les deux cas pour attester l'existence d'une nation unique. Bien entendu, chaque nationalisme soumettait l'histoire à une lecture intéressée et sélective, ne retenant que les éléments qui confortaient sa thèse. Tandis que les nationalismes périphériques évoquaient l'histoire de l'Espagne moderne pour en extraire la conclusion qu'elle n'avait pas connu un processus d'unification nationale, Fraga faisait de l'Histoire (avec une majuscule) le vecteur de la construction de la nation espagnole. Dans le même ordre d'idées, Antonio Carro, ancien ministre de Franco et député populaire, relevait que l'Espagne avait été un État national un siècle avant la France, deux siècles avant l'Angleterre, trois siècles avant l'Allemagne et l'Italie, ce qui au bout du compte faisait d'elle « el Estado nacional más viejo de Europa »33. On retiendra aussi du discours de la droite espagnoliste que le fait d'employer le terme nationalité au lieu de nation n'était qu'une falsification dont on pouvait craindre qu'elle ne fût le prélude á la désintégration de l'unité nationale. Pour Licinio de la Fuente, ancien ministre lui aussi de Franco, la rédaction de l'article 2 reposait en effet sur un concept vide de sens : « He tratado de ver si encontraba en los precedentes históricos y en la doctrina un camino histórico que me dijera que sí, que ahí está el precedente ; y he encontrado la idea de los Estados supranacionales, pero difícilmente he encontrado la idea las naciones plurinacionales »34.

22Refusant d'accepter le constitutionnalisation des nationalités, l'AP prit ainsi le reíais d'un nationalisme espagnol qui allait s'avérer par la suite un handicap électoral sérieux. Tel ne fut pas le cas de l'Union du centre démocratique (UCD) qui, malgré les fortes réticences qui se manifestérent en son sein, fit preuve de suffisamment de souplesse pour adapter son discours á une réalité politique qui exigeait la prise en compte au moins partielle des revendications formulées par les nationalismes périphériques. L'UCD s'était constituée quelques semaines avant les élections comme une coalition qui regroupait des partis et des personnalités provenant du franquisme réformateur et de l'opposition modérée. Rassemblés sous la même étiquette centriste autant par nécessité tactique que par conviction idéologique, ces partis et personnalités étaient divises sur la question des autonomies et plus encore sur celle de la reconnaissance des nationalités. Miguel Herrero de Miñón, qui fut l'un des représentants de l'UCD à la commission constitutionnelle, rappelle quelles étaient les positions initiales des différentes tendances représentées dans la coalition :

  • 35 M. Herrero de Miñón, Memorias de estío, Madrid, Temas de Hoy, 1993, p. 149. Francisco Fernández Or (...)

Suárez se oponía entonces al tratamiento diferencial de los hechos diferenciales ; liberales y democristianos profesaban un vago federalismo ; y tanto los socialdemócratas como otras figuras procedentes del franquismo eran profundamente centralistas. Ordóñez o Seara, Martín Villa o Cisneros no dudaban en declararse epígonos de una tradición jacobina que podía remontarse a las Cortes de Cádiz. Por ello, cuando Manuel Clavero Arévalo, ministro de las Regiones durante el período constituyente, pretendió forzar la generalización de las autonomías, encontró un buen caldo de cultivo entre quienes la creían deseable por sí, la abrazaban por despecho, o la consideraban el mejor antídoto a las reivindicaciones vascas y catalanas35.

  • 36 J. Solé Tura, Nacionalidades y nacionalismos en España, Madrid, Alianza Editorial, 1985, p. 99.

23Malgré les sentiments majoritairement centralistes de ses membres, l'UCD ne pouvait évidemment pas s'aligner sur les positions de l'AP sous peine de rendre impossible toute entente avec l'opposition. En fait, le gouvernement ucédistes était soumis á une double contrainte : celle qui découlait de la nécessité de donner des gages significatifs aux nationalistes et á la gauche afin de rendre possible le consensus constitutionnel, et celle plus diffuse mais néanmoins réelle qui découlait de l'hostilité du franquisme institutionnel et de la droite (en y incluant une partie des membres de l'UCD) á tout ce qui pouvait porter atteinte á l'unité nationale. Cette hostilité se manifesta avec suffisamment de force en mars 1978 pour inciter Suárez á demander que le terme nationalités, que le gouvernement avait initialement accepté, soit retiré du projet constitutionnel. Jordi Solé Turá, qui représenta le Partido comunista de España- Partit socialista unificat de Catalunya (PCE-PSUC) á la commission constitutionnelle, résume ainsi le dilemme auquel se trouva alors confronté le gouvernement : « Si mantenía el término tenía que hacer frente a una gran ofensiva exterior, en el seno de los propios aparatos de un Estado que el gobierno ucedista controlaba con dificultad. Si lo suprimía se rompía el consenso constitucional »36. Après une période de flottement, Suárez finit par accepter que les nationalités soient réintroduites dans le texte constitutionnel, donnant ainsi la priorité á la recherche d'un consensus le plus large possible.

  • 37 J. Solé Tura, op. cit., p. 97.
  • 38 Philippe Schmitter écrit à ce propos : « Même au milieu de l'immense incertitude provoquée par un (...)
  • 39 Ce débat fut lancé par l'article de Julián Marías, « La gran renuncia » (El País, 14-01- 1978) et (...)
  • 40 J. Solé Tura, op. cit., p. 100.

24C'est donc sur l'idée de nation espagnole plurinationale qu'allait être fondé l'État des autonomies. Comme le souligne Solé Tura, « este artículo era la base conceptual del Estado de las Autonomías y su carga política era enorme en la medida en que significaba una nueva definición de España como nación »37. Cette opinion résume bien l'enjeu politique et culturel que représentait l'article 2. Il donnait en effet au signifiant « nation espagnole » un contenu polysémique qui tranche avec les significations univoques que lui donnent aussi bien le nationalisme espagnol (pour affirmer que la nation espagnole constitue une entité unique) que les nationalismes périphériques radicaux (pour nier leur appartenance à cette nation). A l'arrivée, on trouve les concepts « nation plurielle », auquel la droite modérée va donner sa préférence, ou celui de « nation de nations », qui va être retenu par la gauche et la plupart des nationalistes catalans. Ce compromis pouvait difficilement satisfaire la revendication des nationalismes radicaux (et nous incluons dans cette catégorie le PNV), qui était en totale contradiction avec l'idée qu'il existait une nation espagnole. Mais pouvait-il en être autrement compte tenu des contraintes institutionnelles qui pesaient sur les constituants38 ? Outre les objections qu'une telle revendication soulevait parmi les élites centrales, et pas seulement politiques comme l'atteste le débat que la publication de l'avant-projet de Constitution suscita dans la presse39, cela eût été difficile á faire accepter aussi bien par l'armée que par les secteurs les plus centralistes de l'appareil d'État. Solé Tura, qui avait émis des réserves sur la rédaction confuse de l'article 2, se vit répondre par les représentants de l'UCD que « no se podía variar ni una coma, porque aquél era el texto literal del compromiso alcanzado con los sectores consultados ». Et Solé Tura d'ajouter : « evidentemente, no se especificó cuáles eran estos sectores, pero no es difícil adivinarlo »40.

  • 41 DSC, 64, p. 2170.
  • 42 DSC, 66, p. 2268.

25La prise en compte de ces contraintes institutionnelles allait se refléter dans le recours á la distinction classique entre nations politiques et nations culturelles. Le socialiste Gregorio Peces-Barba pouvait ainsi argumenter le renoncement de son parti à exiger la reconnaissance du droit à l'autodétermination pour les nationalités en déclarant que « la existencia de España como nación no excluye la existencia de naciones en el interior de España, naciones-comunidades, pero la existencia de estas naciones-comunidades no debe llevarnos a una aplicación rígida del principio de las nacionalidades tal como se formuló por los liberales en el siglo xix, de que cada nación debe ser un Estado independiente »41. La même distinction était proposée par le centriste Rafael Arias-Salgado, pour qui nation et nationalités ne pouvaient pas avoir la même signification dans la mesure où « hay naciones o pueblos con sentimiento nacional, que no han llegado a constituirse en Estado y han aceptado integrarse y convivir en una estructura nacional superior y diferenciada »42. L'attitude des nationalistes catalans modérés allait s'avérer décisive pour valider cette lecture de l'article 2 et lui donner la caution nationaliste sans laquelle il eût difficilement pu être présenté comme le fruit d'un consensus entre les principales forces politiques. Le rétablissement de la Generalitat un an plus tôt avait déjà montré que les Catalans étaient des partenaires plus conciliants que les Basques. Adolfo Suárez et Josep Tarradellas étaient alors parvenus á un accord qui s'était traduit par le rétablissement de la Generalitat et le retour triomphal á Barcelone de son président en échange de la reconnaissance par celui-ci de la Monarchie de don Juan Carlos. A l'inverse des Basques, les nationalistes catalans ne firent pas un préalable de la reconnaissance de la souveraineté de la nation catalane et acceptèrent comme valable la définition de la nation espagnole comme une nation plurielle dans laquelle la nation catalane avait toute sa place. Leur représentant à la commission constitutionnelle, Miquel Roca, pouvait ainsi se féliciter de la démarche consensuelle qui avait abouti à la rédaction de l'article 2 :

  • 43 DSC, 59, p. 2055.

Desde una perspectiva nacionalista, desde mi perspectiva nacionalista no puedo dejar de constatar, no sin emoción, que hoy coincidimos todos en la voluntad de poner fin a un Estado centralista ; coincidimos todos en alcanzar, por la vía de la autonomía, un nuevo sentido de la unidad de España ; y coincidimos casi todos en dar al reconocimiento de la realidad plurinacional de la nación española el sentido de un punto final a viejas querellas internas, que sólo han servido a los enemigos de la democracia y de la libertad43.

  • 44 DSC, 64, p. 2175.
  • 45 DSC, 66, p. 2266.

26En constitutionnalisant le concept de « nationalités », les acteurs politiques introduisaient donc une conception de l'Espagne indéniablement novatrice non seulement en termes politiques mais aussi culturels, car elle fondait l'autonomie des régions non pas sur des critères d'efficacité administrative, comme l'aurait à la limite accepté la partie la plus espagnoliste de la droite, mais sur des critères de pluralisme identitaire. Gabriel Cisneros, représentant de l'UCD á la commission constitutionnelle, définissait ainsi ce compromis comme l'expression de « un pleno acuerdo en el carácter plural de nuestra común nación española y en necesidad de dar un tratamiento jurídico adecuado, una ordenación de Estado adecuada a esta realidad plural »44. Ce consensus impliquait logiquement la volonté des acteurs politiques de dépasser la confrontation entre nationalisme espagnol et nationalismes périphériques, comme le demandait le centriste Rafael Arias-Salgado : « Sobran, a nuestro juicio, las manifestaciones estériles de patriotismo local y nacional, porque debemos asumir como presupuesto indiscutible y dogmático que las distintas maneras de entender y concebir España como unidad política en su singularidad y en su diversidad, son igualmente bien intencionadas y respetuosas »45.

  • 46 M. Herrero de Miñón, DSC, 59, p. 2025.
  • 47 R. Arias-Salgado, DSC, 66, p. 2267.

27Le discours consensuel faisait aussi appel à l'histoire pour expliquer le présent, mais la lecture á laquelle il la soumettait différait fondamentalement de celles des nationalismes périphériques et espagnol, car il proclamait la compatibilité entre l'identité nationale espagnole et les identités nationales périphériques. Dans la mesure où l'Espagne s'était constituée en nation « sin haber destruido otras identidades nacionales que coexisten en su seno »46, la prise en compte de la trajectoire historique de l'Espagne ainsi qu'une attitude pragmatique face á la réalité présente commandaient de donner une réponse à la fois culturelle et politique aux revendications nationalistes : « Las reivindicaciones nacionalistas son un hecho y en aras de su integración en la unidad política que es España es preciso darles una respuesta racional, compatible con el reconocimiento y la permanencia indiscutible de la nación española »47. Tel était en effet l'enjeu du débat sur la question nationale : trouver une formule constitutionnelle qui aille au-delà de la simple décentralisation administrative prônée par la droite, car elle escamotait la dimension identitaire du problème, sans légitimer pour autant á travers la reconnaissance du pluralisme identitaire de l'Espagne les thèses souverainistes développées par les nationalismes radicaux.

28Ce qui frappe dans la justification de l'introduction du terme nationalités dans la constitution, c'est la conscience, partagée par tous les acteurs politiques qui en assumaient l'emploi, de la nécessité d'adopter une démarche innovatrice par rapport au problème identitaire et politique qui se posait à l'Espagne. Cette volonté d'innover est explicite dans le discours du Catalan Miquel Roca :

  • 48 DSC, 66, p. 2276.

Nación de naciones es un concepto nuevo, un concepto —se dice — que no figura en otros Estados o que no figura en otras realidades, quizá sí ; pero es que, señores, [...] nosotros tendremos que innovar. En los procesos de pura asimilación histórica no se trata de saber si los otros han resuelto de una u otra manera sus propios problemas. Lo que estamos intentando es encontrar soluciones propias a los problemas propios48.

  • 49 DSC, 66, p. 2268.

29Rafael Arias-Salgado, au nom de l'UCD, défendait le même point de vue lorsqu'il soulignait qu'un même concept est susceptible d'interprétations diverses en fonction des circonstances historiques, qui en l'espèce imposaient une interprétation « forzosamente distinta de la que tradicionalmente se ha dado a la idea de nación y a su derivado nacionalidad »49. Parler de nationalité dans le contexte de l'Espagne de 1978 ne pouvait donc renvoyer au principe des nationalités tel qu'il avait été défini au xixe siècle. Par conséquent, la constitutionnalisation des nationalités ne pouvait être l'anti-chambre de l'indépendance, comme le prétendait la droite, ni la légitimation d'une autorité souveraine distincte, comme l'auraient souhaité les nationalistes radicaux, mais simplement le fondement identitaire du droit á l'autonomie, ce qui n'était pas rien dans le contexte de 1978.

LA CONSTRUCTION DE L'ESPAGNE DES AUTONOMIES

30La généralisation des autonomies fut assurément une manœuvre tactique de la droite qui visait á banaliser les particularismes basque et catalan en transformant le problème des nationalismes en une simple question de régionalisation. Mais en accordant à toutes les régions la possibilité de devenir autonomes, les constituants prirent le risque, qui se concrétisa très vite, d'ouvrir la boîte de Pandore des surenchères identitaires. L'existence de dix-neuf communautés autonomes (en comptant les enclaves de Ceuta et Melilla) qui tiennent toutes á coupler autonomie administrative et singularité culturelle, même fictive, ne pouvait manquer de renforcer les allégeances régionales ou nationales au détriment — pouvait-on supposer— de l'identité espagnole. Nous verrons cependant que ces identités locales ne sont pas nécessairement en conflit avec le sentiment d'appartenance á une nation espagnole qui demeure malgré tout un référent identitaire partagé par une majorité d'individus.

  • 50 L'art. 137 dit en effet : « El Estado se organiza territorialmente en municipios, en provincias y (...)
  • 51 En fait, des avant même l'entrée en vigueur de la Constitution, le système des pré-autonomies s'ét (...)
  • 52 E. Gellner, op. cit, p. 190.

31L'article 137 de la Constitution prévoyait l'autonomie comme une option á laquelle pourraient recourir, si elles le souhaitaient, les provinces ayant entre elles des liens historiques et culturels50. Mais cette option fut choisie sans tarder par des élites régionales qui ne pouvaient laisser passer une si belle occasion de voir se créer de nouveaux espaces de pouvoir51. Gellner note à propos des résistances qu'ont pu rencontrer les processus d'unification nationale que si « une nation donnée est dotée de n États, il s'ensuit rigoureusement que l'unification glorieuse de la nation signifiera la diminution, par un facteur n, du nombre de premiers ministres, de chefs du personnel, de présidents d'académie, de dirigeants et d'entraineurs d'équipes de football... »52. Dans le cas de l'Espagne des autonomies, il faudra évidemment inverser la proposition et dire que si un État donné voit se constituer en son sein n communautés autonomes, cela se traduira par la création de n gouvernements, n parlements, etc., en sachant que le facteur n sera ici égal á dix-sept, voire dix-neuf si on inclut les deux enclaves africaines. On voit bien l'intérêt qu'une telle opération peut représenter pour des partis aussi bien régionaux que nationaux. Pour les premiers, elle est la garantie d'une existence politique qui serait autrement bien incertaine ; pour les seconds, qui sont finalement ceux qui se sont taillé la part du lion, elle est aussi un formidable moyen de récompenser les plus méritants parmi leurs militants et d'avoir un vivier de cadres bien formés. La droite espagnole l'a bien compris, qui a commencé á modifier son discours sur les autonomies justement lorsqu'elle a pris conscience de tous les bénéfices qu'elle pouvait en tirer en termes d'occupation d'espaces de pouvoir et de rétribution de ses cadres en postes officiels. Les trajectoires croisées de José María Aznar et de Manuel Fraga sont à cet égard exemplaires : le premier s'est servi de la présidence de la communauté de Castille-Léon, qu'il a gagnée en 1987, comme tremplin pour sa carrière nationale, tandis que le second s'est consolé de sa sortie de la scène nationale en allant se faire élire président de la communauté galicienne en 1989.

32Il va sans dire que les raisons invoquées par les élites qui ont bénéficié de cette vaste redistribution du pouvoir entre le centre et la périphérie ne faisaient aucune référence á des motivations de cet ordre. Dans leur discours, l'accès á l'autonomie ne se justifiait que par les bénéfices qu'elle apporterait aux citoyens : la fin du centralisme hérité de la dictature, la promesse d'une plus grande efficacité dans l'administration des affaires locales et la défense de l'identité régionale ou, le cas échéant, nationale, voilà les thèmes sur lesquels s'est appuyée la revendication autonomiste. Cette revendication allait rencontrer un écho d'autant plus favorable que les élites régionales eurent souvent recours au registre des « préjudices comparatifs » [agravios comparativos] auprès de populations qu'inquiétait la perspective de voir la Catalogne ou le Pays Basque, perçues comme des régions économiquement nanties, bénéficier d'un régime de faveur politique. En somme, personne ne voulait être en reste dans la course à l'autonomie, et surtout pas par rapport aux Basques et aux Catalans, lesquels á leur tour se sont sentis lésés par une dynamique qui gommait leurs spécificités. Tous les ingrédients d'une surenchère nationaliste étaient donc réunis.

  • 53 Les données utilisées ici proviennent, pour l'année 1976, de J. Jiménez Blanco, La conciencia regi (...)

33Le tableau ci-après sur l'évolution des aspirations autonomistes permet de prendre la mesure du recul spectaculaire enregistré par le centralisme dans les préférences des Espagnols quant á l'organisation de l'État entre le début de la transition et le milieu des années 9053.

34En 1976, le centralisme avait la préférence de la majorité des Espagnols, suivi par l'autonomie et, très loin derrière, le fédéralisme et l'indépendance. Sans surprise, les régions très nettement anticentralistes n'étaient encore à cette époque que la Catalogne et l'ensemble basco-navarrais. Les préférences de ces régions s'orientaient alors clairement vers une formule d'autonomie comme celle qui fut finalement définie dans la Constitution : 61 % pour la Catalogne et 49 % pour le Pays Basque et la Navarre.

  • 54 Dans l'enquête de 1976, les données sur la Catalogne ne concernent que la province de Barcelone.
  • 55 Dans l'enquête de 1976, le Pays Basque et la Navarre constituent un seul ensemble.
  • 56 Voir note précédente.

Note 5454
Note 5555
Note 5656

35Le fédéralisme et l'indépendance n'intéressaient en revanche qu'un nombre réduit de leurs habitants. Les aspirations autonomistes atteignaient par ailleurs des niveaux significatifs dans toutes les régions et elles étaient même majoritaires dans bon nombre d'entre elles. La généralisation des autonomies est venue modifier radicalement cette situation. Le centralisme, nous l'avons dit, est en très nette régression dans toutes les régions, au profit d'autres formes d'organisation territoriale qui vont de l'autonomie à l'indépendance. C'est assurément l'indice d'une dynamique centrifuge dont l'expression la plus spectaculaire est la très forte augmentation du nombre d'indépendantistes dans les régions où existent des nationalismes historiques et aussi aux Canaries, où l'insularité et l'éloignement géographique constituent sans doute un terrain favorable au séparatisme.

36Aussi importantes qu'aient été les demandes d'autonomie au début de la transition, le centralisme avait encore á ce moment là des arguments á faire valoir pour limiter le processus de régionalisation. Mais il aurait fallu pour cela qu'il s'appuyât dès le début sur une volonté politique claire de la part des élites centrales, ce qui ne fut pas le cas. Le tableau montre bien une différence entre les demandes exprimées par les nationalités historiques et les autres régions. Dans les périphéries le plus différenciées culturellement coexistaient une forte aspiration á l'autonomie et des expressions nationalistes plus radicales (fédéralisme et indépendance) exprimées par 20 % de la population basco-navarraise et 16 % de la population catalane. Le fait que ces demandes n'aient pas reçu un traitement différencié a probablement provoqué dans ces régions la radicalisation nationaliste que l'on observe dans la forte augmentation du pourcentage de personnes qui optent maintenant pour l'indépendance. Ce traitement différencié était-il acceptable par les autres régions ? Peut-être encore en 1976, mais quatre ans plus tard, lorsque l'UCD voulut freiner le processus à l'occasion du référendum andalou, il était déjà trop tard. L'Andalousie constitue précisément un exemple paradigmatique de la rapidité á laquelle ont émergé et se sont développées les revendications autonomistes. Alors qu'en 1976 pas moins de 64 % des Andalous déclaraient préférer le centralisme, toute la région se mobilisa en 1980 pour arracher au gouvernement de l'UCD une autonomie comparable á celle de la Catalogne et du Pays Basque. En 1994, le centralisme ne recueille plus l'adhésion que de 16 % des individus.

37Il est donc indéniable que des tendances centrifuges s'expriment aujourd'hui dans toutes les communautés autonomes, et tout particulièrement dans celles qui tiennent à marquer leur spécificité nationale. Mais malgré son ampleur, ce phénomène doit être ramené á de justes proportions. Au niveau national, le séparatisme rassemble á peine 10 % de la population, ce qui par rapport á la situation de 1976 (6 %) ne représente pas une augmentation spectaculaire en termes relatifs. Il est vrai qu'il atteint un niveau élevé dans les nationalités historiques et aux Canaries, mais il reste cependant minoritaire. Même au Pays Basque, où le conflit des partis nationalistes s'alimente justement de la volonté supposée des Basques d'être une nation á part entière, l'indépendance n'est souhaitée que par un peu plus du quart de la population. Dans ces régions comme ailleurs, la majorité de la population donne sa préférence á l'autonomie sous sa forme actuelle ou sous une forme plus élargie.

DES IDENTITÉS PLURIELLES

38Comme cela était prévisible, les gouvernements autonomes ont systématiquement mené une politique visant á renforcer les identités régionales, voire á susciter l'émergence d'une identité nationale là où elle n'existait pas. Pour cela, ils ont eu recours á toute une panoplie de symboles, de rituels et de toutes sortes de manifestations exaltant la singularité culturelle de la région.

39L'enseignement joue évidemment un rôle essentiel dans cette construction identitaire, d'abord á travers l'apprentissage obligatoire de la langue locale, quand elle existe. Faisant suite à une première loi de « normalisation linguistique » votée par le parlement catalan en 1983, la nouvelle loi sur la langue catalane approuvée par le parlement autonome en décembre 1997 contient toute une série de mesures de discrimination positive en faveur du catalan, que le préambule de la loi justifie par la nécessité de réagir á la « persécution politique du catalan et l'imposition légale du castillan pendant plus de deux siècles et demi ». La loi systématise en particulier la politique d'immersion linguistique de tous les enfants scolarisés en Catalogne. Tous les écoliers et étudiants devront recevoir un enseignement en catalan, qui se trouve par ailleurs défini comme la langue dans laquelle doit normalement se faire la transmission des savoirs.

  • 57 Academia de la Historia, « Informe sobre los textos y cursos de historia en los centros de enseñan (...)

40L'enseignement de l'histoire constitue un autre domaine privilégié de la construction d'identités locales. Dans un rapport publié en juin 2000, l'Académie d'Histoire relève « la contradicción de haber criticado en el pasado el carácter nacionalista de la historia que se enseñaba en España y de reproducir ahora ese planteamiento en las diversas Comunidades Autónomas »57. Selon qu'elles aient une langue propre ou non, les régions fixent 45 % ou 35 % des contenus des manuels. Mais cette répartition ne se reflète pas dans les manuels, car même lorsqu'il s'agit de l'histoire nationale, celle-ci est presque toujours présentée dans une perspective locale. Ainsi, tel manuel galicien, relève l'Académie, ne consacre-t-il que vingt-deux lignes á l'évocation de l'histoire de l'Espagne depuis la République jusqu'á la mort de Franco, tandis qu'il développe sur un chapitre entier l'évolution de la Galice au cours de la même période. Dans les ikastolas basques, note encore le rapport, « la historia que se enseña es de contenido parcial y tendencioso, inspirado en ideas nacionalistas favorecedoras del racismo y de la exclusión de cuanto signifiquen lazos comunes ».

  • 58 Santos Julia, « La Academia se columpia », El País, 02/07/2000.

41On a reproché á l'Académie de ne s'en être tenu qu'au contenu des manuels scolaires, sans avoir interrogé les professeurs du secondaire pour savoir comment est réellement enseignée l'histoire dans chaque communauté58. Mais cette critique n'invalide pas le constat que dresse le rapport sur l'orientation de l'enseignement de l'histoire dans les communautés autonomes. Ces manuels reflètent les directives qui émanent des autorités scolaires, et á ce titre ils sont l'expression d'une volonté politique. Le rapport ne permet pas de savoir, en revanche, si cette politique éducative est effectivement en train de contribuer à affaiblir l'identité nationale des jeunes Espagnols.

42On peut cependant ébaucher une réponse à cette question á partir d'une série d'enquêtes sur l'identification nationale des Espagnols. Le tableau ci-après présente de manière diachronique trois items identitaires : « local », « local-espagnol » et « espagnol ».

43Pour l'ensemble de l'Espagne, le tableau fait apparaître une baisse relative des identités locales qui recueillent 21 % des réponses au cours de la décennie 1990. Corrélativement, la proportion de personnes qui se réclament d'une identité locale et espagnole à parts égales augmente sensiblement dans les années 90, pour se situer á 50 %. L'identité espagnole, quant à elle, se situe en 1998 á un niveau légèrement inférieur á celui qu'elle avait en 1980 (26,6 % contre 28,8 %). On constate donc une évolution qui a abouti en 1998 á une progression très nette du nombre de personnes qui mettent au même niveau leurs identités locale et nationale et au tassement des extrêmes « local » et « espagnol ».

  • 59 Sources : CIS, étude n° 1237, juillet 1980 ; C1S, étude n° 1788, janvier 1989, ASEP, juin 1995 et (...)

Note 5959

44Les deux principales nationalités historiques connaissent des évolutions divergentes. En Catalogne, les identités « locale » et « espagnole » se sont renforcées par rapport à 1980, tandis que l'identité « espagnole-catalane » a diminué de cinq points entre ces deux dates. Au Pays Basque, après avoir nettement progressé, l'identité basque apparaît en net recul en 1998, tandis que l'identité « espagnole-basque » a progressé dans les enquêtes de 1995 et 1998 jusqu'à devenir l'identité très nettement majoritaire. L'identité espagnole est en revanche en recul constant depuis 1980 et n'est plus citée en 1998 que par à peine 6 % des personnes interrogées.

  • 60 D. Schnapper, La compréhension sociologique, Paris, P.U.F., 1999, p. 73.

45Contrairement à ce que nous avons pu constater pour l'ensemble de l'Espagne, les évolutions ne se font pas de manière linéaire dans ces deux régions. L'explication de ces fluctuations pourrait être d'abord d'ordre technique : le nombre relativement modeste des personnes interrogées dans ces deux régions en 1995 et 1998 doit nous inciter á interpréter les résultats avec prudence. Mais on peut cependant avancer, ne serait-ce qu'á titre d'hypothèse, une explication plus sociologique qui tiendrait compte de la plasticité des identités culturelles. Comme le rappelle Dominique Schnapper, « suivant les situations sociales et les circonstances historiques, [les individus] choisissent, en fonction de leur passé individuel et collectif, des formes particulières de références et d'identifications —sans oublier les oublis—, toujours susceptibles d'être remises en question »60. On pourrait ainsi rattacher les fluctuations que l'on observe dans ces deux régions á des effets de conjoncture. Au Pays Basque, ce pourrait être l'impact produit sur la population par l'enlèvement puis l'assassinat par l'ETA, en juillet 1998, du conseiller municipal du PP Miguel Angel Blanco. Le traumatisme ressenti par la société basque a été profond au point peut-être d'influer sur les réponses concernant l'identification nationale.

  • 61 Nous ne reprenons pas dans ce tableau l'enquête du CIS de 1980, car elle ne proposait pas une hiér (...)
  • 62 « Me siento únicamente vasco, Catalan, andaluz, etc. »
  • 63 « Me siento más vasco, Catalan, andaluz, etc., que español »
  • 64 « Me siento tan vasco, Catalan, andaluz, etc., como español »
  • 65 « Me siento más español que vasco, Catalan, andaluz, etc. »
  • 66 « Me siento únicamente español »

Note 6161
Note 6262
Note 6363
Note 6464
Note 6565
Note 6666

46Par ailleurs, les glissements d'un mode d'identification vers l'autre ne sont pas en réalité aussi tranchés, car généralement les individus procèdent plutôt á une hiérarchisation de leurs identifications qui n'apparait pas dans ce tableau. Si on leur demande d'exprimer cette hiérarchie on obtient les réponses plus nuancées que recueille le tableau ci-dessus.

47La lecture de ce tableau incite à relativiser le discours sur la menace qui pèserait sur l'Espagne en tant que nation. Globalement, l'identité exclusivement locale enregistre un recul important entre 1989 et 1998, passant de 16,5 % à 7,7 % des réponses. Ce recul doit être mis en relation avec les chiffres du tableau sur l'évolution des aspirations autonomistes que nous avons analysé plus haut. Il confirme que les tendances centrifuges que nous y avons observées ne doivent pas être assimilées á une remise en question de la nation espagnole. Une majorité d'individus continuent de se considérer Espagnols, mais seule une minorité le fait de manière exclusive.

48Quelle que soit la hiérarchie qu'elles établissent, plus de 90 % des personnes interrogées considèrent l'Espagne comme un de leurs référents identitaires. Cela se vérifie aussi en Catalogne, où après dix-huit ans de gouvernement autonome dirigé sans interruption par des nationalistes, le sentiment d'appartenir á la nation espagnole est partagé par l'immense majorité de Catalans : seulement 13,8 % de la population déclare se sentir uniquement catalane en 1998. Le Pays Basque ne déroge pas á la règle, même s'il y existe une très forte minorité de personnes (20,4 % en 1998) qui se déclarent uniquement basques. Ce pourcentage alimente certes l'existence d'un nationalisme radical, mais, aussi important soit-il, il ne signifie pas la rupture d'une majorité des Basques avec la nation espagnole.

CONCLUSION

49La question de l'identité nationale est á considérer comme une des actualisations les plus significatives des changements culturels induits par la transition espagnole. La culture ne se réduit pas á une tradition qui conditionne le comportement des individus. Elle est certes, pour partie, un héritage que les acteurs ont intériorisé á travers leurs expériences de socialisation et qui oriente leur action, mais elle est aussi une construction qui se réalise dans un contexte historique donné. Le contexte dans lequel prend place la transition espagnole a certainement fait peser un certain nombre de contraintes sur les acteurs politiques, en particulier sur la question des nationalités. L'hostilité de l'armée à l'égard de tout ce qui pouvait porter atteinte au principe de l'unité nationale, ainsi que sa capacité (réelle ou supposée mais néanmoins perçue comme effective par les acteurs politiques) d'interférer sur le processus transitionnel constituait á n'en pas douter un élément contextuel contraignant. Mais ce même contexte a aussi stimulé l'innovation culturelle en plaçant les acteurs dans la nécessité d'imaginer des formules de compromis qui étaient autant de renoncements à leurs propres préférences. Au niveau de l'identité nationale, ce compromis, auquel a adhéré la majorité des acteurs de la transition, se reflète dans la formulation d'une définition de la nation espagnole qui aspire à nier la logique d'exclusion qui est sous-jacente dans toute construction identitaire. La construction d'une identité repose en effet sur un rapport de différenciation qui s'exprime de manière dichotomique dans l'affirmation d'un nous opposé á eux. Or, l'article 2 de la Constitution s'efforce de dépasser cette dichotomisation identitaire en inventant une identité nationale à la fois une (la nation espagnole) et plurielle (les nationalités qui la composent).

  • 67 X. Bastida, op. cit., p. 216.
  • 68 Cf. Bertrand Badie, Culture et politique, Paris, Económica, 1993 ; Mohammad-Said Darviche, « L'hor (...)

50Il est vrai que cette redéfinition de la nation espagnole était le fait des élites et qu'on peut arguer à ce propos que « cuando se concibe a la nación como un producto cultural, creer en serio en la posibilidad de una nación de naciones equivale a no tener la más exigua noción de las naciones »67. C'est peut-être vrai en ce qui concerne l'idée que se font de la nation les nationalistes. Mais la réalité des identifications nationales exprimées par les individus ne permet pas d'être aussi catégorique. C'est précisément peut-être parce que la nation est un produit culturel, et qui plus est le produit d'une modernité qui tend á affranchir les individus des solidarités grégaires, que l'analyse doit la dépouiller du caractère immanent que lui attribuent les nationalistes et intégrer la dimension réflexive que revêtent de plus en plus les identités culturelles modernes68. D'une manière générale, dans des situations de pluralisme culturel les individus peuvent choisir d'affirmer une identité unique et marquer ainsi leurs différences par rapport á d'autres identités ; ils peuvent aussi adopter une démarche syncrétique et chercher á rendre compatibles différentes identités ; ils peuvent enfin adopter alternativement l'une ou l'autre de ces solutions en fonction des situations sociales dans lesquelles ils se trouvent impliques. C'est ce que l'on observe dans l'Espagne des autonomies, où finalement toutes les gammes des identifications nationales sont représentées. La conclusion que nous en tirons est que l'identité nationale n'est pas forcément univoque, pas plus qu'elle n'est une donnée statique. Elle peut se manifester selon des modalités diverses, et elle peut aussi évoluer et même changer dans des périodes relativement brèves.

Notes

1 Cette expression désignera ici essentiellement les nationalismes basque et catalan, étant entendu que dans les autres territoires de l'État espagnol les forces nationalistes revêtaient une importance marginale dans le jeu politique de la transition. La remarque vaut surtout pour le nationalisme galicien, que l'on associe généralement aux deux précédents quand on envisage les nationalismes dont l'émergence se produit au XIXe siècle, mais qui avait encore une assise sociale tres étroite au moment de la transition. Cf. dans ce même volume la contribution de Xosé-Manoel Núñez Seixas, « Orígenes, desarrollo y mutaciones del nacionalismo gallego (1840-1982) ». Bien qu'il fût peu implanté au niveau local, le nationalisme canarien incarné par le Movimiento por la Autodeterminación y la Independencia del Archipiélago Canario (MPAIAC) d'Antonio Cubillo eut à certains égards une incidence sur le jeu politique, mais celle-ci se vérifia surtout sur le plan diplomatique, en raison de l'appui d'Alger (où Cubillo était réfugié depuis 1964) au MPAIAC et des craintes de la diplomatie espagnole de voir l'OUA déclarer l'archipel territoire africain et réclamer son indépendance. Cf. José Mario Armero, Política exterior de España en democracia, Madrid, Espasa Calpe, 1989.

2 Ernet Gellner définit le nationalisme comme « un principe politique qui affirme que l'unité politique et l'unité nationale doivent être congruentes ». E. Gellner, Nation et nationalismes, Paris, Payot, 1989, p. 11. Si l'on suit cette définition au pied de la lettre, il faudra inclure dans la catégorie « nationalisme espagnol » toute force politique, qu'elle soit de droite ou de gauche, autoritaire ou démocratique, qui défend l'idée qu'il existe une nation espagnole politiquement organisée en un État dont il convient de préserver l'unité. C'est le cas aujourd'hui des deux principaux partis espagnols, le PP et le PSOE. Nous verrons cependant que, du moins jusqu'au compromis constitutionnel de 1978, seule une partie de la droite espagnole relevait pleinement de la définition proposée par Gellner.

3 J. P. Fusi, España. La evolución de la identidad nacional, Madrid, Temas de Hoy, 2000, p. 244 et ss.

4 Cf. J. P. Fusi, El País Vasco. Pluralismo y nacionalidad, Madrid, Alianza Editorial, 1984, p. 43 et ss.

5 Cf. Albert Balcells, El nacionalismo catalán, Madrid, Historia 16, 1991, p. 45 et ss.

6 Id. et Xosé Manoel Núñez Seixas, Los nacionalismos en la España contemporánea (siglos xix-xx), Barcelone, Hipòtesi, 1999, p. 54 et ss.

7 « Discurso del Presidente de la Comisión Redactara del Proyecto de Constitución » [le socialiste Luis Jiménez de Asúa] in J. Solé Tura et E. Aja, Constituciones y períodos constituyentes en España (1808-1936), Madrid, Siglo xxi, 1988, p. 170.

8 Partido Comunista de España, Manifiesto-Programa, Segunda Conferencia Nacional del Partido Comunista de España, 1975.

9 Les partis qui la composaient étaient la Gauche Démocratique de Joaquín Ruiz Giménez, la Fédération Populaire Démocratique de José María Gil Robles, le Parti Nationaliste Basque, l'Union Démocratique de Catalogne et l'Union Démocratique du Pays Valencien.

10 Manifeste publié a l'issue des Jornadas Demócratas Cristianas del Estado Español, janvier 1976.

11 « Acta de juramento y proclamación del rey don Juan Carlos I », 22 novembre 1975.

12 Le discours du roi Juan Carlos se trouve reproduit dans S. Sánchez-Terán, De Franco a la Generalitat, Barcelone, Planeta, 1988, p. 49 et ss.

13 B. de Riquer, « La débil nacionalización española del siglo xix », Historia social, n° 20, automne 1994. On peut consulter aussi « El surgimiento de las nuevas identidades contemporáneas : propuestas para una discusión », Ayer, n° 35, 1999.

14 Dans cette perspective, Gellner décrit l'émergence de la société industrielle comme celle d'« une société anonyme et impersonnelle, composée d'individus atomisés et interchangeables dont la cohesión dépend surtout d'une culture commune (...), là où se trouvait une structure complexe de groupes locaux, pétris de culture populaire ». E. Gellner, op. cit., p. 89.

15 Sur les carences de la politique éducative dans l'Espagne du xixe siècle, voir aussi Jean-Louis Guereña, « Les institutions du culturel. Politiques éducatives », in C. Serrano, 1900 en Espagne, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 1988, pp. 47-66.

16 Gellner, qui fait évidemment de la France l'archétype de l'État-nation, écrit à ce propos : « Ce n'est pas la guillotine mais le (bien nommé) doctorat d'État qui est l'instrument principal et le symbole du pouvoir de l'État » (p. 56).

17 J. Álvarez Junco, « La nación en duda », in J. Pan-Montojo, éd., Más se perdió en Cuba. España, 1898 y la crisis de fin de siglo, Madrid, Alianza Editorial, 1998, p. 441.

18 B. de Riquer, « Sobre el lugar de los nacionalismos y regionalismos en la historia contemporánea española », Historia Social, n° 7, printemps-été 1990, p. 124.

19 Cf. M. Pérez Ledesma, « La sociedad española, la guerra y la derrota », in J. Pan- Montojo, éd., Más se perdió en Cuba, op. cit., pp. 91-149.

20 J. M. Fradera, « El proyecto liberal catalán y los imperativos del doble patriotismo », Ayer, n° 35, 1999, pp. 85-100. Fradera écrit en particulier : « En el siglo xix, o por lo menos hasta sus últimas décadas, no hay proyectos nacionalistas catalanes en oposición al español. Hay lecturas catalanas, eso sí, del proyecto nacional español. Todas ellas se mueven en el espacio del doble patriotismo. [...] Las lecturas catalanas del proyecto español incluían la afirmación del orgullo catalán por parte de sus sustentadores. No podía ser de otra manera ». (pp. 97-98)

21 J. P. Fusi, España. La evolución de la identidad nacional, op. cit., p. 196.

22 J. P. Fusi, « Revisionismo crítico e historia nacionalista. (A propósito de un artículo de Borja de Riquer) », Historia Social, n° 7, printemps-été 1990, p. 132.

23 Entre 1955 et 1975, le taux d'actifs occupés dans le secteur primaire passe de 46 % á 23 % ; celui du secteur secondaire, de 28,1 % a 37,8 % ; et celui du secteur tertiaire, de 25,8 % á 39,2 %. Source : Banco de Bilbao, Renta Nacional de España y su distribución provincial. Serie homogénea 1955-1975, Bilbao, 1978, p. 66.

24 Ibid., p. 62.

25 Cf. C. P. Boyd, Historia patria. Política historia e identidad nacional en España, Barcelone, Pomares-Corredor, 2000, pp. 237 et ss.

26 X. M. Núñez Seixas, Los nacionalismos en la España contemporánea, op. cit., p. 118.

27 X. Bastida, La nación española y el nacionalismo constitucional, Barcelone, Ariel, 1998, p. 75.

28 Diario de Sesiones del Congreso, n° 60, 8/5/1978, p. 2079 (dorénavant nous emploierons l'abréviation DSC).

29 DSC, 60, p. 2080.

30 DSC, 60, p. 2081.

31 DSC, 64, p. 2183.

32 DSC, 59, p. 2044.

33 DSC, 66, p. 2279.

34 DSC, 66, p. 2271.

35 M. Herrero de Miñón, Memorias de estío, Madrid, Temas de Hoy, 1993, p. 149. Francisco Fernández Ordóñez et Luis González Seara étaient membres du Parti Social- Démocrate tandis que Rodolfo Martín Villa et Gabriel Cisneros provenaient du phalangisme réformateur.

36 J. Solé Tura, Nacionalidades y nacionalismos en España, Madrid, Alianza Editorial, 1985, p. 99.

37 J. Solé Tura, op. cit., p. 97.

38 Philippe Schmitter écrit à ce propos : « Même au milieu de l'immense incertitude provoquée par un changement de régime, les décisions prises par divers acteurs sont des réactions aux structures socio-économiques et aux institutions politiques déjà en place ou présentes dans les mémoires. Ces structures et ces institutions conditionnent les décisions et peuvent être décisives, dans la mesure où elles limitent ou augmentent les options offertes aux différents acteurs politiques qui tentent d'édifier tel ou tel type de démocratie. [...] En Espagne, le régime de Franco avait déjà affirmé le contrôle de l'armée par le pouvoir civil et réduit les privilèges des militaires, mais on vivait dans la crainte diffuse qu'il ne se fût formé, au sein de l'appareil étatique, un 'bunker' capable d'empêcher les reformes et même de faire tomber les gouvernements ». Ph. C. Schmitter et T. L. Karl, « Les modes de transition en Amérique latine, en Europe du Sud et de l'Est », Revue Internationale des Sciences Sociales, n° 128, mai 1991, pp. 288-289.

39 Ce débat fut lancé par l'article de Julián Marías, « La gran renuncia » (El País, 14-01- 1978) et plus encore par « Nación y 'nacionalidades' », qu'il publia le lendemain et dans lequel il s'élevait contre l'omission dans la version première de l'avant-projet de toute référence á l'Espagne comme nation : « El anteproyecto de Constitución recién elaborado arroja por la borda, sin pestañear, la denominación cinco veces centenaria de nuestro país. Me pregunto hasta dónde puede llegar la soberbia —o la inconsciencia— de un pequeño grupo de hombres que se atreven, por sí y ante sí, a romper la tradición política y el uso lingüístico de su pueblo, mantenido durante generaciones y generaciones, a través de diversos regímenes y formas de gobierno », El País, 15-01- 1978, p. 7.

40 J. Solé Tura, op. cit., p. 100.

41 DSC, 64, p. 2170.

42 DSC, 66, p. 2268.

43 DSC, 59, p. 2055.

44 DSC, 64, p. 2175.

45 DSC, 66, p. 2266.

46 M. Herrero de Miñón, DSC, 59, p. 2025.

47 R. Arias-Salgado, DSC, 66, p. 2267.

48 DSC, 66, p. 2276.

49 DSC, 66, p. 2268.

50 L'art. 137 dit en effet : « El Estado se organiza territorialmente en municipios, en provincias y en las Comunidades Autónomas que se constituyan ».

51 En fait, des avant même l'entrée en vigueur de la Constitution, le système des pré-autonomies s'était généralisé á l'ensemble des régions espagnoles. Le mouvement fut lancé par le rétablissement de la Generalitat de Catalogne en septembre 1977, suivi de la création du Consejo General del País Vasco en janvier 1978, pour s'étendre au cours de l'année 1978 à l'ensemble des régions.

52 E. Gellner, op. cit, p. 190.

53 Les données utilisées ici proviennent, pour l'année 1976, de J. Jiménez Blanco, La conciencia regional en España, Madrid, C.I.S., 1977, repris de J. Linz, Informe sociológico sobre el cambio político en España, Madrid, Fundación FOESSA-Euramérica, 1981, p. 21 (6 432 personnes) ; et pour l'année 1994, de l'étude du CIS n° 2123, réalisée en novembre-décembre 1994 auprès de 3 004 personnes. Dans l'enquête de 1976, les options proposées étaient « centralisme », « autonomie », « fédéralisme » et « indépendance » ; et dans celle de 1994, « centralisme », « État des autonomies », « plus d'autonomie » et « indépendance ».

54 Dans l'enquête de 1976, les données sur la Catalogne ne concernent que la province de Barcelone.

55 Dans l'enquête de 1976, le Pays Basque et la Navarre constituent un seul ensemble.

56 Voir note précédente.

57 Academia de la Historia, « Informe sobre los textos y cursos de historia en los centros de enseñanza media », El País, 28/06/2000.

58 Santos Julia, « La Academia se columpia », El País, 02/07/2000.

59 Sources : CIS, étude n° 1237, juillet 1980 ; C1S, étude n° 1788, janvier 1989, ASEP, juin 1995 et ASEP, janvier 1998. Les deux enquêtes du CIS concernent respectivement 3 457 et 3 356 personnes ; celles d'ASEP/95 1221 personnes, et ASEP/98 1209 personnes. Ces dernières enquêtes portent donc sur des univers plus réduits que les deux precedentes, ce dont il faudra tenir compte dans l'analyse des réponses enregistrées en Catalogne (192 en 1995 et 196 en 1998, contre 399 en 1980 et 580 en 1989) et surtout au Pays Basque (65 en 1995 et 68 en 1998 contre 386 en 1980 et 459 en 1989).

60 D. Schnapper, La compréhension sociologique, Paris, P.U.F., 1999, p. 73.

61 Nous ne reprenons pas dans ce tableau l'enquête du CIS de 1980, car elle ne proposait pas une hiérarchisation des identiñeations.

62 « Me siento únicamente vasco, Catalan, andaluz, etc. »

63 « Me siento más vasco, Catalan, andaluz, etc., que español »

64 « Me siento tan vasco, Catalan, andaluz, etc., como español »

65 « Me siento más español que vasco, Catalan, andaluz, etc. »

66 « Me siento únicamente español »

67 X. Bastida, op. cit., p. 216.

68 Cf. Bertrand Badie, Culture et politique, Paris, Económica, 1993 ; Mohammad-Said Darviche, « L'horizon ethnique de la modernité. La sociologie d'Anthony D. Smith », Revue Internationale de Politique Comparée, vol. 7, n° 1, 2000, pp. 203-234.

Table des illustrations

Légende Note 5454Note 5555Note 5656
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/777/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Légende Note 5959
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/777/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende Note 6161Note 6262Note 6363Note 6464Note 6565Note 6666
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/777/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k

Auteur

Université Paul Valéry-Montpellier III

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search