Version classiqueVersion mobile

Jade, or, porcelaine...

 | 
Solange Cruveillé
, 
Félix Jun Ma

Or — 金

Étalon-or ? Étalon-argent ? Savoir et pouvoir dans les controverses au sujet des standards monétaires à la fin des Qing

金本位?銀本位?晚清貨幣本位之爭中的學術與權力

Félix Jun Ma

Résumé

Pour répondre aux puissances impérialistes qui lui demandent de payer en or des indemnités importantes après la révolte des Boxeurs, la cour impériale chinoise des Qing est obligée de penser à la réforme de son système monétaire. Un débat est alors lancé, notamment entre l’économiste américain Jeremiah Jenks, le grand lettré Liang Qichao et le haut fonctionnaire Zhang Zhidong, sur le choix entre étalon-or et étalon-argent comme unité de compte en Chine. Si Jenks et Liang Qichao, tous deux défenseurs de l’étalon-or (ou plutôt de « l’étalon de change-or »), optent pour une approche académique, Zhang Zhidong réagit par opposition avec une vision politique et nationaliste. C’est finalement le pouvoir qui l’emporte sur le savoir... La puissance de Zhang Zhidong semble avoir déterminé l’issue du débat : l’étalon-argent est maintenu alors que l’étalon-or est rejeté par la cour impériale. À travers l’analyse des différentes idées mises en avant lors de ce débat controversé, cet article traite de la relation particulière entre pouvoir et savoir à la fin de l’Empire chinois.

Texte intégral

  • 1 L’étalon-or est un standard monétaire selon lequel l’étalon monétaire correspond à un poids fixe d (...)

1En 1901, la construction d’un système monétaire moderne en Chine s’impose comme une nécessité. Cette année-là, la cour impériale des Qing signe le « Protocole de Paix Boxer » avec les huit nations qui ont envoyé leurs troupes l’année précédente à Pékin pour faire lever le siège du Quartier des légations occidentales par les Boxers xénophobes. La Chine, qui doit subir sa défaite, est obligée de verser aux vainqueurs une indemnité conséquente dont la valeur est cinq fois supérieure à celle de ses recettes annuelles. Ce qui embarrasse encore davantage les Qing, c’est que les délégations étrangères exigent un paiement sous forme d’or, alors que la Chine utilise traditionnellement l’argent pour fabriquer sa monnaie, considérant l’or trop précieux et trop rare. En réalité, si les huit nations formulent une telle exigence, c’est parce que en ce début de xxe siècle, la plupart des grands pays du monde ont adopté l’étalon-or comme standard monétaire1 : l’argent est par conséquent de moins en moins utilisé pour frapper la monnaie. Cependant, la production de l’argent ne cesse d’augmenter à l’époque, ce qui entraîne une baisse progressive du cours de l’argent, amorcée dès les années 1870, à l’échelle mondiale. C’est particulièrement vrai entre 1901 et 1902 : le cours de l’argent chute à une vitesse vertigineuse sur le marché international, et dans le même temps, le taux de change de l’or en argent monte drastiquement. Courant le risque de ne pas pouvoir payer les indemnités de guerre et de voir son économie s’effondrer, la cour impériale doit faire face à la modernisation de son système monétaire : le choix entre l’étalon-or (jin benwei 金本位) et l’étalon-argent (yin benwei 銀本位) va non seulement devenir une question urgente pour le gouvernement des Qing, mais aussi susciter un grand débat auquel participeront économistes étrangers et lettrés chinois.

  • 2 Jeremiah Jenks était un spécialiste des monnaies mais aussi des questions d’immigration. Il était p (...)
  • 3 Grand penseur de la fin des Qing et du début de la République, Liang Qichao a d’abord été un réfor (...)
  • 4 Zhang Zhidong faisait partie des hauts fonctionnaires les plus puissants de l’époque. Il a occupé (...)
  • 5 Voir Ichiko Chuzo, « Political and Institutional Reform, 1901-11 », in John K. Fairbank and Liu Kw (...)
  • 6 Voir Zou Jinwen et Chen Yaqi, « Qingmo huobi benwei zhi zheng — yi Zhang Zhidong, Jingqi bizhi six (...)

2Notre étude se concentre sur les controverses des différentes parties autour des standards monétaires en Chine au début du siècle dernier, tout particulièrement sur le débat entre l’économiste américain Jeremiah Jenks (1856-19292), le penseur chinois influent Liang Qichao 梁啟超 (1873-19293) et le haut fonctionnaire Zhang Zhidong 張之洞 (1837-19094). Ce sujet a déjà fait l’objet de plusieurs travaux : certains commentateurs se sont contentés de faire une présentation générale du débat5, d’autres ont mis l’accent davantage sur les causes de l’échec de la réforme du système monétaire chinois tant au niveau conceptuel (concept de souveraineté — le système chinois risque de se trouver sous le contrôle direct des Puissances occidentales) qu’au niveau pratique (question des tensions entre État central et autorités locales — le gouvernement de Pékin doit faire face à la montée en puissance des forces locales qui surveillent la fabrication de la monnaie6). Notre perspective est différente : à travers l’analyse des propos de ces grands participants au débat et de leur pensée, nous nous intéresserons à la relation particulière entre savoir et pouvoir à la fin de l’Empire chinois : si Jenks et Liang Qichao abordent le sujet de manière plutôt académique, Zhang Zhidong utilise son pouvoir pour dominer le débat et mettre en place sa politique en évitant d’étudier la question scientifiquement. Le savoir semble vulnérable devant le pouvoir à la fin des Qing où un espace politique n’a été que partiellement construit. Autrement dit, le pouvoir l’emporte sur le savoir à cause de l’absence de concertation efficace entre l’un et l’autre. Si le pouvoir peut contrôler facilement la situation, c’est parce qu’à l’époque, il n’y a pas une vision commune sur une discussion rationnelle de la question qui tolèrerait des opinions variées.

3Nous analyserons dans un premier temps les propositions de Jeremiah Jenks en ce qui concerne l’établissement en Chine de l’étalon-or (ou plutôt de « l’étalon de change-or »), puis nous examinerons la pensée monétaire de Liang Qichao qui soutient fortement les idées de l’économiste américain, avant d’étudier les réflexions de Zhang Zhidong, opposées à celles de Jenks et de Liang, et son discours prononcé en faveur de la défense de l’étalon-argent dans l’Empire chinois.

1. Approche économique de Jeremiah Jenks

  • 7 Toutes ses propositions expliquées dans les détails ont été publiées la même année dans Dongfang z (...)
  • 8 Le taël est une mesure de poids utilisée non seulement sous les Qing mais aussi durant bien d’autr (...)

4Face à l’urgence de la situation, la cour impériale des Qing expédie en 1903 une lettre au gouvernement américain pour demander des conseils sur le choix du standard monétaire en Chine. L’année suivante, pour répondre à la demande des Qing, les États-Unis envoient le grand économiste Jeremiah Jenks, Ce dernier présente à l’Empereur Guangxu 光緒 (r. 1874-1908) un programme détaillé de la réforme monétaire chinoise. Il résume toutes ses idées en dix-sept points dans son « Memoranda on a New Monetary System for China » (version chinoise : « Zhongguo xinyuan fa jueshu 中國新圜法覺書 ») en adoptant une approche économique pour analyser la situation en Chine7. Selon lui, la production de l’or n’étant pas élevée en Chine, une utilisation immédiate de l’étalon-or n’est pas conseillée. Il propose plutôt la théorie de « l’étalon de change-or » (xu jin benwei 虛金本位 ou jin yi benwei 金易本位) selon laquelle la monnaie d’argent continue de circuler sur le marché national en tant que monnaie principale, tandis que la monnaie d’or reste secondaire. Cependant, pour Jenks, l’application de cette théorie ne sera possible qu’au moment où les deux conditions suivantes seront remplies : le ministère des Revenus chinois doit se charger de frapper la nouvelle monnaie, dont l’étalon qui correspond à un poids d’or fixe, et doit en même temps disposer de pièces d’or suffisantes comme fonds de réserve pour régulariser le marché financier et pour verser les indemnités aux vainqueurs étrangers le cas échéant. Si la cour impériale chinoise manque d’or dans ses réserves, Jenks suggère d’emprunter aux pays étrangers. Une fois ces conditions satisfaites, le ministère aura la possibilité de fixer le taux de change de l’or en argent à 32 contre 1, c’est-à-dire 32 taëls8 d’argent pour 1 taël d’or. Il s’agit ici d’un concept économique de « parité d’or » : un taux de change fixe de l’or en argent n’est possible qu’à condition que le poids d’or fixe soit garanti dans l’unité de monnaie d’argent. De cette façon, la valeur de la monnaie chinoise sera intimement liée à celle de l’or et ne variera plus en fonction des prix instables de l’argent. Par conséquent, grâce à toutes ces mesures, le marché financier sera stabilisé. Un autre point de Jenks est qu’il faudrait nommer un expert occidental comme contrôleur de la monnaie puisque la Chine ne possède pas de spécialiste compétent de la question.

  • 9 Il s’agit ici d’une question essentiellement politique pour les Chinois : la construction d’un nou (...)
  • 10 Il existe deux versions en chinois : « Zhongguo xinyuan fa shuitie 中國新圜法说帖 » (version présentée au (...)
  • 11 « Considerations on a New Monetary System for China », The Commission on International Exchange, G (...)
  • 12 « Jingqi yu hubu ji waiwubu guanyuan huiyi jilu 精琪與戶部及外務部官員會議記錄 » (Comptes-rendus des reunions ent (...)
  • 13 « Qing qinwang zhi Meiguo zhengfu han gao 慶親王致美國政府函稿 » (Manuscrit de la lettre du Prince Qing au g (...)
  • 14 Sauf mention contraire, toutes les traductions sont de l’auteur. Voir « Qian Meiguo zhuanshi Jingq (...)

5Au début de l’année 1904, Jenks commence par mener plusieurs négociations en Chine avec de nombreux gouverneurs de province lors de ses visites dans différentes régions du pays. Étant donné que certaines de ses idées ont été remises en cause par les fonctionnaires des Qing — notamment celle concernant la préparation de la réserve d’or pour la réforme monétaire et celle du recrutement d’un Occidental pour gérer le système financier chinois9 — l’économiste américain a publié une nouvelle version de ses suggestions intitulée « Considerations on a New Monetary System for China10 », dans le but de dissiper les doutes des Chinois. Il y suggère d’exploiter de nouvelles sources d’impôt sans avoir recours à la dette étrangère afin de conserver une quantité suffisante d’or dans la réserve. Par ailleurs, il insiste sur les pleins pouvoirs de la cour impériale chinoise pour licencier l’expert étranger choisi au cas où ce dernier agirait ultra vires, et propose parallèlement à Pékin de fonder des écoles spécialisées pour former de futurs experts chinois compétents11. À l’issue de longues discusssions avec les hauts fonctionnaires du ministère des Revenus et du ministère des Affaires étrangères entre juin et août 1904, Jenks semble avoir persuadé ces derniers d’accepter, ou du moins de reconsidérer, ses suggestions théoriques. Voici la réponse qu’il reçoit du ministre des Revenus Zhao Erxun 趙爾巽 (1844-1927) : « Cette nouvelle version est plus raisonnable que la première, [...], il était impossible de continuer les négociations avec la version précédente, mais il nous paraît plus acceptable de relancer le débat avec vos nouvelles propositions12. » Avant le départ de Jenks pour les États-Unis, Yikuang奕劻 (1838-1917), le Prince Qing (Qing qinwang 慶親王) promet, dans sa lettre adressée au gouvernement de Washington, d’« adopter certains points des propositions [de l’économiste américain] tout en mettant en pratique les autres après préparations et discussions13 ». Jenks lui-même se montre optimiste : dans son rapport de mission présenté au ministère américain des Affaires étrangères, il considère que « le gouvernement chinois va sans doute suivre les conseils des États-Unis, même si certains détails restent à renégocier14 ».

  • 15 Kang Youwei 康有為 (1858-1927) est un autre personnage important qui considère que l’étalon-or doit ê (...)

6Dans les milieux intellectuels, l’optimisme de Jenks semble légitime : une fois son projet de réforme monétaire publié, il obtient en effet le soutien de lettrés chinois de grand renom, Liang Qichao en tête15.

2. Approche historique et évolutionniste de Liang Qichao

  • 16 Liang Qichao, « Zhongguo huobi wenti », Yinbingshi heji, wenji 飲冰室合集·文集, (Collection des œuvres du (...)
  • 17 Ibid., p. 98-99. Nous n’entrerons pas dans les details pour voir comment Liang Qichao a mal interp (...)
  • 18 Liang Qichao, « Zhongguo huobi wenti », op. cit., p. 123.
  • 19 Voir supra, note 7.

7En 1904, Liang Qichao publie un article intitulé « Zhongguo huobi wenti 中國貨幣問題 » (À propos de la monnaie chinoise) dans lequel il commente les propositions de Jenks16. Dans un premier temps, Liang avoue que les théories économiques de Jenks sont bien abstraites et qu’il a du mal à comprendre certains points en tant que non-spécialiste du sujet17. Mais malgré ses critiques, il apprécie grandement la pensée de l’économiste américain et soutient fermement son idée de définir l’étalon de change-or comme standard monétaire en Chine. Dans son texte, il écrit : « Si la Chine réforme son système monétaire, elle devra principalement adopter les propositions de Jenks. [...] Je suis sûr que son projet sera réalisé en Chine18. » Nous ne nous attarderons pas sur la façon dont l’auteur établit des dialogues purement théoriques avec Jenks dans son écrit, les autres commentateurs ayant déjà fait des analyses assez approfondies sur la question19. À nos yeux, ce qui est particulier dans la pensée de Liang Qichao, c’est qu’il adopte une approche historique et évolutionniste pour apporter des arguments à l’appui de sa thèse : utiliser de l’or pour la frappe de la monnaie et choisir l’étalon-or comme standard monétaire apparaissent comme une grande tendance de l’Histoire et le résultat inéluctable de l’évolution sociale.

  • 20 Ibidem., p. 105.
  • 21 Ibid., p. 109.

8Selon Liang Qichao, le système monétaire, comme toute autre institution dans la société humaine, doit évoluer en suivant les principaux courants de l’Histoire. Dans son texte, voilà comment il décrit le processus de cette évolution : « Si nous étudions l’histoire de l’évolution des monnaies, nous pouvons constater que l’étalon-fer a évolué vers l’étalon-bronze, puis l’étalon-argent-bronze, puis l’étalon-argent, puis l’étalon-or-argent, et enfin l’étalon-or20. » D’après Liang Qichao, contrairement à la tendance de l’Histoire, le système monétaire chinois n’a jamais évolué depuis trois mille ans : ce pays se trouve encore dans un système de l’étalon-bronze, celui de l’étalon-argent n’étant toujours pas correctement appliqué. Cependant, Liang estime qu’il est impossible d’appliquer l’étalon-or dans la Chine actuelle puisqu’elle n’est pas économiquement puissante et n’a pas eu le temps d’enrichir sa réserve d’or. Mais l’étalon-argent n’est pas non plus une solution vu la baisse considérable du cours de l’argent sur le marché international. Pour l’auteur, s’il faut trouver un remède du juste milieu, le projet de Jenks de l’étalon de change-or doit pouvoir correspondre à la réalité et satisfaire la demande des autorités chinoises. Par conséquent, Liang Qichao réaffirme que « Jenks s’est creusé la cervelle pour parfaire ses propositions que d’autres théoriciens prendront un jour pour modèle21. »

  • 22 Liang Qichao, « Zhongguo gudai bicai kao 中國古代幣材考 » (Étude sur les matières de la monnaie dans la C (...)

9Dans un autre article publié en 1905, Liang Qichao continue de développer son approche historique et évolutionniste en décrivant en détail toutes les matières utilisées pour faire office de monnaie (coquillages, carapaces de tortue, cuir, grains, tissus de soie, volailles, outils agricoles et jade) avant l’apparition des monnaies en métal dans la Chine ancienne22. Selon lui, la raison pour laquelle les métaux sont définitivement employés pour fabriquer la monnaie, c’est qu’ils sont de meilleures qualités (morales — de 德). Liang insiste en effet sur les huit « qualités morales » (bade八德) qu’une matière doit posséder pour la frappe de la monnaie :

  • 23 Ibid., p. 71.

Premièrement, tous les gens dans la société reconnaissent sa valeur ; deuxièmement, elle est facile à porter ; troisièmement, elle est solide et difficile à détruire ; quatrièmement, son prix est raisonnable ; cinquièmement, elle est facile à diviser de sorte que sa valeur ne change pas ; sixièmement, elle possède très peu d’impuretés ; septièmement, on peut facilement appliquer des empreintes dessus pour distinguer les différentes pièces de monnaie ; huitièmement, son prix est stable23.

  • 24 Ibid., p. 58.

Pour lui, parmi tous les types de métal, l’or reste le seul à posséder ces huit qualités morales. Il s’agit ici d’une « moralisation » de l’évolution des monnaies car les matières, tout comme les humains, sont pourvues de certaines qualités morales. C’est seulement grâce à cette évolution que le choix de la matière servant de monnaie peut « atteindre la perfection » (zhiyu zhishan 止於至善). Liang n’a pas hésité à reprendre ce terme clé présenté dans le classique confucéen La Grande étude (Daxue 大學) pour légitimer le statut de l’or en tant que meilleure matière pour fabriquer la monnaie. Sa conclusion est donc évidente : « Il faut utiliser l’or comme monnaie standard dans la Chine actuelle24. »

  • 25 Notons par contre que Liang Qichao reste réservé en ce qui concerne le recrutement d’un expert étr (...)

10Nous observons que Liang Qichao emploie sa propre approche pour parvenir à la même conclusion que Jenks25. Que ce soit l’économiste américain ou le penseur chinois, qu’il s’agisse d’une approche économique ou d’une approche historique et évolutionniste, la question est abordée à partir de principes plutôt scientifiques. Ce sont des discussions intellectuelles qui traitent uniquement du point en question. Elles peuvent cependant sembler parfois trop « académiques », puisque ni Liang ni Jenks n’ont d’expérience de terrain. Mais surtout, ils ne détiennent pas le pouvoir réel, de sorte que la force de leur discours reste relativement limitée quant à la réalisation de leur projet. C’est là que le haut fonctionnaire Zhang Zhidong va jouer un rôle décisif. En s’opposant aux idées de Jenks — soutenues par Liang Qichao — ses arguments seront basés non pas sur les principes scientifiques mais sur la politique. Nous les définissons comme une « approche politique ».

3. Approche politique de Zhang Zhidong

  • 26 Zhang Zhidong, « Xuding jinjia gaiyong jinbi buhe qingshi zhe 虛定金價改用金幣不合情勢折 » (L’introduction de l (...)
  • 27 Ibid., p. 1630-1631.

11En septembre 1904, Zhang Zhidong présente ses conclusions à l’Empereur des Qing : il ne faut pas accepter le projet de Jenks. Selon lui, la Chine doit garder l’étalon-argent comme fondement de son système monétaire26. Mais dans ses écrits, nous ne trouvons guère de discussions purement économiques : la plupart de ses arguments mettent l’accent sur la souveraineté de l’État chinois et sur le nationalisme. En premier lieu, Zhang estime que le taux de change fixe de l’or en argent (1 contre 32 pour Jenks) est en faveur des étrangers et nuit aux intérêts des Chinois. Pour l’auteur, cette politique ne peut être mise en place qu’à l’intérieur du pays, étant donné que le taux de change sur le marché financier international s’élève à 40 contre 1. Par conséquent, lorsque la Chine versera des indemnités aux étrangers, le taux de change défini par Jenks n’aura aucun sens : si l’Empire du milieu adopte cette politique, quand les commerçants chinois dépenseront 40 taëls d’argent sur le marché international, ils auront 1 taël d’or en poche ; mais au moment où ils échangeront 1 taël d’or sur le marché domestique, ils n’auront que 32 taëls d’argent, il y aura donc une différence de 8 taëls. En revanche, lorsque les étrangers apporteront 32 taëls d’argent en Chine, ils pourront tout de suite les échanger contre 1 taël d’or. Autrement dit, les Chinois souffriront toujours d’une perte importante, tandis que les étrangers pourront constamment profiter d’avantages27.

  • 28 Liang Qichao, « Zhongguo huobi wenti », op. cit., p. 124.

12Évidemment, Zhang Zhidong, en tant que non-spécialiste de la question, voit avec mépris les propositions de Jenks. C’est la raison pour laquelle Liang Qichao considère ses arguments comme « non éclairés28 ». Zhang Zhidong semble surtout mal interpréter le concept de « parité d’or » introduit par l’économiste américain en ignorant la condition indispensable pour fixer le taux de change : il faut dans un premier temps que l’étalon monétaire corresponde bien à un poids d’or fixe. Mais une autre hypothèse est néanmoins possible : par ses considérations politiques, Zhang Zhidong qualifie intentionnellement le projet de Jenks de « complot » contre la Chine et le peuple chinois.

13Un autre point important dans le discours de Zhang Zhidong est qu’il s’en prend violemment à l’idée de Jenks de recruter un étranger en tant que contrôleur de la monnaie chinoise. Cela porterait atteinte à la souveraineté nationale de la Chine. Comme Zhang le dit dans son article :

  • 29 Zhang Zhidong, « Xuding jinjia gaiyong jinbi buhe qingshi zhe », op. cit., p. 1629-1630.

Les finances sont vitales pour notre pays. Aucun pays indépendant dans le monde, qu’il soit puissant ou non, ne laisse un étranger gérer ses finances ni ne fait intervenir les forces étrangères sur cette question. [...] [Jenks] a l’intention de donner à un contrôleur étranger de la monnaie le pouvoir de gérer les finances de toute la Chine. Il n’y a pas de liberté de manœuvre. De peur que les Puissances étrangères disent du mal de lui, Jenks essaie dans ses propositions de satisfaire la plupart des pays recevant des indemnités, il propose de donner le droit aux représentants de ces pays d’examiner nos comptes article par article et leur permet de remettre en ordre les finances de notre pays. [...] Mais où est notre souveraineté ? [...] Il n’est point raisonnable qu’il ignore ainsi la question de souveraineté29 !

  • 30 Notons qu’un autre haut fonctionnaire des Qing partage le même point de vue : il s’agit de Liu Shi (...)
  • 31 Les recherches conventionnelles ont tendance à traiter le projet de Jenks comme une invasion écono (...)
  • 32 Koo Bumjin analyse en profondeur ce point dans son article « Jingqi de bizhi gaige fang’an yu wan (...)
  • 33 Zhang Zhidong, « Shi zhu yiliang yinbi pian 試鑄一兩銀幣片 » (Quelques mots sur la fabrication de la monn (...)
  • 34 Xiong Changkun, « Qingdai bizhi gaige de yunniang yu jiuge — yi liding guobi wei zhongxin », op. c (...)
  • 35 « Guangxu chao donghua lu 光緒朝東華錄 » (Documents officiels du règne de Guangxu), article renxu 壬戌 du (...)

À partir de son « approche politique », Zhang Zhidong considère le projet de Jenks comme une menace pure et simple de l’Occident. Les fondemments de ses critiques ne proviennent pas de ses connaissances sur l’économie mais de considérations politiques et d’une réaction nationaliste30. Certes, il est difficile de donner une réponse certaine sur les intentions réelles de Jenks : ambition impérialiste ? intérêts économiques ? ou autre motivation31 ? Mais après tout, c’est Zhang Zhidong qui dispose du pouvoir réel et du pouvoir du discours par rapport à Jenks et à Liang Qichao. Il est l’une des figures politiques les plus puissantes et les plus influentes à la fin de l’Empire des Qing. Qui plus est, il est le vice-roi des provinces importantes du sud de la Chine face à une autorité centrale affaiblie qui n’a plus le pouvoir de contrôler son territoire. Il possède même les pleins pouvoirs pour frapper la monnaie dans ses propres provinces. D’un côté, Zhang Zhidong refuse de les abandonner face à l’État central qui tente de centraliser le pouvoir pour unifier la monnaie nationale32, et de l’autre, il propose de mettre en place le standard d’un-taël (une pièce d’argent vaut un taël) pour fabriquer la monnaie33. Selon l’historien Xiong Changkun, ce standard étant plutôt utilisé dans les provinces et non au niveau national, Zhang Zhidong et d’autres gouverneurs de province insistent pour défendre leurs intérêts locaux qui l’emportent sur la « rationalité économique34 ». Par conséquent, sa réponse négative au projet de Jenks peut aussi être interprétée comme une protection de ses intérêts économiques et politiques. Mais en 1905, la cour impériale chinoise doit faire un compromis : elle décide d’abandonner le programme de l’économiste américain, et d’accepter les propositions du standard d’un-taël de Zhang Zhidong35. Deux ans plus tard, l’Empereur Guangxu publie un édit impérial dans lequel il déclare :

  • 36 « Guangxu chao shangyu dang 光緒朝上諭檔 » (Archives des édits impériaux du règne de Guangxu), article 2 (...)

Les finances chinoises étant désordonnées, il faut réformer notre système monétaire. Nous voulions employer l’étalon-or, mais les capitaux n’étaient pas suffisants ; si nous utilisons l’étalon de change-or, nous allons courir des risques. Dans ce cas, il vaut mieux unifier la monnaie d’argent en premier lieu, avant de faire progresser les choses avec prudence, pour que la monnaie d’or puisse circuler dans le futur dans notre pays sans problème36.

  • 37 En 1910, afin de fixer définitivement l’étalon-argent comme standard monétaire, les Qing promulgue (...)

Sans refuser d’appliquer l’étalon-or en Chine dans un avenir plus ou moins proche, la cour impériale des Qing semble confirmer le maintien de l’étalon-argent et mettre un terme aux discussions sur les standards monétaires, même si cette question suscitera de nouveaux débats dans les années voire les décennies suivantes37. Les efforts de Jenks et de Liang Qichao ont été vains : Zhang Zhidong a gagné la bataille.

Conclusion

  • 38 Voir supra notes 6 et 7.

14Les recherches déjà menées sur le sujet attribuent l’échec de l’introduction de l’étalon-or en Chine à l’atteinte à la souveraineté nationale ou au manque de la réserve d’or ou encore à la tension constante entre l’autorité centrale affaiblie et les forces locales puissantes38. Sans nier ces éléments, notre travail tente d’offir une autre dimension de la question, à savoir que c’est le pouvoir qui prévaut sur le savoir dans les controverses sur le choix du standard monétaire à la fin des Qing. L’approche économique et l’approche historique, fondées sur des principes scientifiques, cèdent le pas à l’approche politique. En tant que haut fonctionnaire très puissant et vice-roi dans certaines régions importantes du sud de la Chine où il contrôle la force locale et est capable de défier l’autorité de la cour impériale, Zhang Zhidong use de son pouvoir réel pour créer une ambiance nationaliste et défendre ses propres intérêts. En même temps, il fait montre de sa grande influence sur la décision de l’autorité centrale. Cette approche semble en effet plus réaliste et plus efficace.

15En réalité, dans l’Histoire de la Chine moderne et contemporaine, les débats intellectuels sur les questions théoriques sombrent souvent dans la domination du pouvoir, surtout s’ils se rapportent à une idéologie politique orthodoxe ou à une question politiquement sensible. Si un nouvel espace politique est occupé par les intellectuels qui se soucient des questions de « devoir-être » et qui s’intéressent aux discussions purement scientifiques, il risque d’être détruit par l’intervention du pouvoir et les pratiques autoritaires. À titre d’exemple, au début de la République de Chine, l’échec de la première expérience démocratique peut s’expliquer par l’abus de pouvoir de Yuan Shikai qui étouffe les débats intellectuels sur l’institutionnalisation politique. Autre exemple en 1956 et 1957, lorsque Mao Zedong 毛澤東 (1893-1976) use de son pouvoir absolu pour écraser les intellectuels « contre-révolutionnaires » qui débattent de la démocratisation de la société et s’opposent d’une façon générale à l’autoritarisme de l’état central. Par conséquent, comment construire une sphère rationnelle qui tolère à la fois les discussions académiques et le pouvoir politique ? Ceci restera problématique tout au long de l’Histoire du xxe siècle en Chine.

Bibliographie

Cui Zhihai 崔志海, « Jingqi fang Hua yu Qingmo bizhi gaige 精琪訪華與清末幣制改革 » (La visite de Jeremiah Jenks en Chine et la réforme monétaire de la fin des Qing), Lishi yanjiu 歷史研究 (Recherches sur l’Histoire), 2017, no 6, p. 92-108.

Dean Austin, « A Coin for China ? The Monetary Standards Debate at the End of the Qing Dynasty, 1900-1912 », Modern China, 2018, vol. 44(6), p. 591-619.

Ichiko Chuzo 市古宙三, « Political and Institutional Reform, 1901-11 », in John K. Fairbank and Liu Kwang-ching (dir.), The Cambridge History of China, Volume 11, Late Ch’ing, 1800-1911, Part 2, Cambridge, Cambridge University Press, 1980, p. 375-415.

Kang Youwei 康有為, « Jin zhubi jiuguo yi 金主幣救國議 » (L’étalon-or comme solution du salut national), [écrit en 1905, publié en 1908], Kang Nanhai xiansheng yizhu huikan 康南海先生遺著彙刊 (Collection des œuvres posthumes de Kang Youwei), éd. par Jiang Guilin 蔣貴麟, Taipei, Hongye shuju, 1976, vol. 15.

Koo Bumjin 丘凡真, « Jingqi de bizhi gaige fang’an yu wan Qing bizhi wenti 精琪的幣制改革方案與晚清幣制問題 » (Le programme de Jeremiah Jenks pour la réforme monétaire et les problèmes du système monétaire à la fin des Qing), Jindaishi yanjiu 近代史研究 (Recherches sur l’Histoire moderne), 2005, no 3, p. 117-143.

Lai Chien-chen [Lai Jiancheng] 賴建誠, Liang Qichao de jingji mianxiang 梁啟超的經濟面向 (L’aspect économique de la pensée de Liang Qichao), Taipei, Lianjing chuban gongsi, 2006.

Liang Qichao, « Zhongguo gudai bicai kao 中國古代幣材考 » (Étude sur les matières de la monnaie dans la Chine ancienne), [1905], Yinbingshi heji, wenji, vol. 20, p. 58-72.

Liang Qichao 梁啟超, « Zhongguo huobi wenti 中國貨幣問題 » (À propos de de la monnaie chinoise), [1904], Yinbingshi heji, wenji 飲冰室合集·文集, (Collection des œuvres du Studio Yinbing, recueil des ouvrages littéraires), compilé par Lin Zhijun 林志鈞, Pékin, Zhonghua shuju, 1936, vol. 16, p. 98-124.

« Meiguo huiyi yinjia dachen tiaoyi Zhongguo xinyuan fa jueshu 美國會議銀價大臣條議中國新圜法覺書 » (« Memoranda on a New Monetary System for China » du conseiller financier américain), Dongfang zazhi 東方雜誌 (The Eastern Miscellany), 1904, vol. 1 (2), (3) et (4).

Wang Wuyi 王五一, « Qingmo huobi benweizhi da taolun 清末貨幣本位制大討論 » (Grand débat sur les standards monétaires à la fin des Qing), Kaifang shidai 開放時代 (Open Times), 2017, no 1, p. 97-110.

Wang Wuyi, « “Jin zhubi jiuguo yi” yu Qingmo yuanfa da taolun 《金主幣救國議》與清末圜法大討論 » (“L’étalon-or comme une solution du salut national” et le grand débat sur les standards monétaires à la fin des Qing), Aomen ligong xuebao 澳門理工學報 (Journal of Macao Polytechnic Institute), 2018, no 4, p. 166-175.

Xiong Changkun 熊昌錕, « Qingdai bizhi gaige de yunniang yu jiuge — yi liding guobi wei zhongxin 清代幣制改革的醞釀與糾葛 — 以厘定國幣為中心 » (Préparation et enchevêtrement de la réforme monétaire sous la dynastie des Qing — la création de la monnaie nationale comme une étude de cas), Qinghua daxue xuebao, zhexue shehui kexue ban 清華大學學報·哲學社會科學版 (Journal académique de l’université Qinghua, Philosophie et sciences sociales), 2019, vol. 34 (3), p. 118-132.

Yang Duanliu 楊端六, Qingdai huobi jinrong shi gao 清代貨幣金融史稿, (Version non définitive de l’histoire de la monnaie et de la finance sous la dynastie des Qing), Wuhan, Wuhan daxue, 2007.

Ye Shichang 葉世昌, « Qingmo guanyu benwei zhidu de taolun 清末關於本位制度的討論 » (Débat sur les standards monétaires à la fin des Qing), Zhongguo huobi 中國貨幣 (Monnaie chinoise), 1992, no 4, p. 23-28.

Ye Shichang 葉世昌, « Zhongguo jindai huobi benwei zhidu de jianli he bengkui 中國近代貨幣本位制度的建立和崩潰 » (L’établissement et l’effondrement du système du standard monétaire dans la Chine moderne), in Zhongguo qianbi lunwen ji (A Collection of Chinese Numismatic These), éd. par China Numismatic Society, Beijing, Zhongguo jinrong, 2002, p. 382-390.

Zhang Zhidong, « Shi zhu yiliang yinbi pian 試鑄一兩銀幣片 » (Quelques mots sur la fabrication de la monnaie d’argent d’un-taël), [1904], Zhang Zhidong quanji, vol. 63, 1635-1637.

Zhang Zhidong 張之洞, « Xuding jinjia gaiyong jinbi buhe qingshi zhe 虛定金價改用金幣不合情勢折 » (L’introduction de l’étalon de change-or et l’utilisation de la monnaie d’or ne correspondent pas à la situation actuelle), [1904], Zhang Zhidong quanji 張之洞全集 (Œuvres complètes de Zhang Zhidong), éd. par Yuan Shuyi 苑書義, Sun Huafeng 孫華峰 et Li Bingxin 李秉新, Shijiazhuang, Hebei renmin, 1998, vol. 63, p. 1629-1635.

Zhongguo jindai huobi shi ziliao (1822-1911) 中國近代貨幣史資料 (Documents sur l’histoire moderne de la monnaie chinoise), Taipei, Wenhai, 1974.

Zou Jinwen 鄒進文et Chen Yaqi 陳亞奇, « Qingmo huobi benwei zhi zheng — yi Zhang Zhidong, Jingqi bizhi sixiang wei zhongxin de kaocha 清末貨幣本位之爭 — 以張之洞、精琪幣制思想為中心的考察 » (Les controverses sur les standards monétaires à la fin des Qing — étude sur la pensée monétaire de Zhang Zhidong et celle de Jeremiah Jenks), Guizhou shehui kexue 貴州社會科學 (Les sciences sociales au Guizhou), 2018, no 3, p. 138-144.

Notes

1 L’étalon-or est un standard monétaire selon lequel l’étalon monétaire correspond à un poids fixe d’or.

2 Jeremiah Jenks était un spécialiste des monnaies mais aussi des questions d’immigration. Il était professeur à l’université Cornell mais a également assuré plusieurs responsabilités au sein du gouvernement américain tout au long de sa carrière.

3 Grand penseur de la fin des Qing et du début de la République, Liang Qichao a d’abord été un réformiste pionnier dans la Réforme des Cent jours (en 1898), puis co-fondateur et rédacteur en chef de plusieurs journaux chinois au Japon (entre 1898 et 1912). Il fut par ailleurs un politicien actif dans les premiers gouvernements républicains (entre 1912 et 1917). Toute sa vie durant, Liang a publié des centaines d’articles ou d’ouvrages sur des sujets très variés, de l’Histoire à la sociologie, de la philosophie à l’économie, de la politique à la littérature.

4 Zhang Zhidong faisait partie des hauts fonctionnaires les plus puissants de l’époque. Il a occupé successivement les postes de vice-roi du Liangguang (Guangdong et Guangxi) (1884-1889) et de vice-roi du Huguang (Hubei et Hunan) (1889-1894, 1896-1902 et 1904-1907) avant d’être nommé membre du Grand Conseil de la cour impériale des Qing en 1907.

5 Voir Ichiko Chuzo, « Political and Institutional Reform, 1901-11 », in John K. Fairbank and Liu Kwang-ching (dir.), The Cambridge History of China, Volume 11, Late Ch’ing, 1800-1911, Part 2, Cambridge, Cambridge University Press, 1980, p. 403-405 ; Yang Duanliu, Qingdai huobi jinrong shi gao 清代貨幣金融史稿 (Version non définitive de l’histoire de la monnaie et de la finance sous la dynastie des Qing), Wuhan, Wuhan daxue, 2007, p. 298-312 ; Ye Shichang, « Qingmo guanyu benwei zhidu de taolun 清末關於本位制度的討論 » (Débat sur les standards monétaires à la fin des Qing), Zhongguo huobi 中國貨幣 (Monnaie chinoise), 1992, no 4, p. 23-28 ; Wang Wuyi, « Qingmo huobi benweizhi da taolun 清末貨幣本位制大討論 » (Grand débat sur les standards monétaires à la fin des Qing), Kaifang shidai 開放時代 (Open Times), 2017, no 1, p. 97-110.

6 Voir Zou Jinwen et Chen Yaqi, « Qingmo huobi benwei zhi zheng — yi Zhang Zhidong, Jingqi bizhi sixiang wei zhongxin de kaocha 清末貨幣本位之爭 — 以張之洞、精琪幣制思想為中心的考察 » (Les controverses sur les standards monétaires à la fin des Qing — étude sur la pensée monétaire de Zhang Zhidong et celle de Jeremiah Jenks), Guizhou shehui kexue 貴州社會科學 (Les sciences sociales au Guizhou), 2018, no 3, p. 138-144 ; Koo Bumjin, « Jingqi de bizhi gaige fang’an yu wan Qing bizhi wenti 精琪的幣制改革方案與晚清幣制問題 » (Le programme de Jeremiah Jenks pour la réforme monétaire et les problèmes du système monétaire à la fin des Qing), Jindaishi yanjiu 近代史研究 (Recherches sur l’Histoire moderne), 2005, no 3, p. 117-143 ; Cui Zhihai, « Jingqi fang Hua yu Qingmo bizhi gaige 精琪訪華與清末幣制改革 » (La visite de Jeremiah Jenks en Chine et la réforme monétaire de la fin des Qing), Lishi yanjiu 歷史研究 (Recherches sur l’Histoire), 2017, no 6, p. 92-108 ; Xiong Changkun, « Qingdai bizhi gaige de yunniang yu jiuge — yi liding guobi wei zhongxin 清代幣制改革的醞釀與糾葛 — 以厘定國幣為中心 » (Préparation et enchevêtrement de la réforme monétaire sous la dynastie des Qing — la création de la monnaie nationale comme une étude de cas), Qinghua daxue xuebao, zhexue shehui kexue ban 清華大學學報·哲學社會科學版 (Journal académique de l’université Qinghua, Philosophie et sciences sociales), 2019, vol. 34 (3), p. 118-132 ; Austin Dean, « A Coin for China ? The Monetary Standards Debate at the End of the Qing Dynasty, 1900-1912 », Modern China, 2018, vol. 44(6), p. 591-619.

7 Toutes ses propositions expliquées dans les détails ont été publiées la même année dans Dongfang zazhi 東方雜誌 (The Eastern Miscellany). Voir « Meiguo huiyi yinjia dachen tiaoyi Zhongguo xinyuan fa jueshu 美國會議銀價大臣條議中國新圜法覺書 » (“Memoranda on a New Monetary System for China” du conseiller financier américain), Dongfang zazhi, 1904, vol. 1 (2), (3) et (4).

8 Le taël est une mesure de poids utilisée non seulement sous les Qing mais aussi durant bien d’autres périodes de la Chine ancienne.

9 Il s’agit ici d’une question essentiellement politique pour les Chinois : la construction d’un nouveau système monétaire doit rester une affaire domestique sans ingérence étrangère, faute de quoi la souveraineté nationale sera atteinte. Voir infra.

10 Il existe deux versions en chinois : « Zhongguo xinyuan fa shuitie 中國新圜法说帖 » (version présentée aux officiers à Pékin en 1904) et « Da Mei qinming huiyi yinjia dachen xuyi fu xinyuan fa shiyi 大美欽命會議銀價大臣續議附新圜法釋疑 » (version publiée publiquement en février 1905).

11 « Considerations on a New Monetary System for China », The Commission on International Exchange, Gold Standard in International Trade : Report on the Introduction of the Gold-Exchange Standard into China, the Philippine Islands, Panama, and Other Silver-Using Countries and the Stability of Exchange, Washington D. C. : Government Printing Office, 1904, p. 113-176. Cf. Koo Bumjin, « Jingqi de bizhi gaige fang’an yu wan Qing bizhi wenti », op. cit., p. 125-126. Voir aussi Cui Zhihai, « Jingqi fang Hua yu Qingmo bizhi gaige », op. cit., p. 99.

12 « Jingqi yu hubu ji waiwubu guanyuan huiyi jilu 精琪與戶部及外務部官員會議記錄 » (Comptes-rendus des reunions entre Jenks et les officiers du ministère des Revenus et de celui des Affaires étrangères), Zhongguo jindai huobi shi ziliao (1822-1911) 中國近代貨幣史資料 (Documents sur l’histoire moderne de la monnaie chinoise), Taipei, Wenhai, 1974, p. 1123-1124.

13 « Qing qinwang zhi Meiguo zhengfu han gao 慶親王致美國政府函稿 » (Manuscrit de la lettre du Prince Qing au gouvernement américain), Zhongguo jindai huobi shi ziliao, p. 1125.

14 Sauf mention contraire, toutes les traductions sont de l’auteur. Voir « Qian Meiguo zhuanshi Jingqi xiangbao Mei waibu shuotie — Chouyi Zhongguo gaibian yuanfa qingxing 前美國專使精琪詳報美外部說帖—籌議中國改變圜法情形 » (Mémorandum de l’envoyé spécial américain Jeremiah Jenks pour le ministère des Affaires étrangères des États-Unis — discussions sur la situation du changement du standard monétaire en Chine), Zhongguo jindai huobi shi ziliao, p. 1198.

15 Kang Youwei 康有為 (1858-1927) est un autre personnage important qui considère que l’étalon-or doit être défini comme standard monétaire en Chine. Voir « Jin zhubi jiuguo yi 金主幣救國議 » (L’étalon-or comme solution du salut national), Kang Nanhai xiansheng yizhu huikan 康南海先生遺著彙刊 (collection des œuvres posthumes de Kang Youwei), éd. par Jiang Guilin, Taipei, Hongye shuju, 1976, vol. 15. Ce texte a été écrit en 1905 mais publié seulement en 1908. Pour une analyse du texte et ses rapports avec le grand débat sur les standards monétaires, voir Wang Wuyi, « “Jin zhubi jiuguo yi” yu Qingmo yuanfa da taolun 《金主幣救國議》與清末圜法大討論 » (« L’étalon-or comme une solution du salut national » et le grand débat sur les standards monétaires à la fin des Qing), Aomen ligong xuebao 澳門理工學報 (Journal of Macao Polytechnic Institute), 2018, no 4, p. 166-175.

16 Liang Qichao, « Zhongguo huobi wenti », Yinbingshi heji, wenji 飲冰室合集·文集, (Collection des œuvres du Studio Yinbing, recueil des ouvrages littéraires, ci-après YBSWJ), compilé par Lin Zhijun, Pékin, Zhonghua shuju, 1936, vol. 16, p. 98-124. En fait, comme l’auteur le signale lui-même dans son introduction, tous ses commentaires se basent sur sa lecture de la première version des suggestions de Jenks (p. 98). Comme nous l’avons déjà dit, la version modifiée n’est rendue publique qu’au début de l’année 1905 (voir note11).

17 Ibid., p. 98-99. Nous n’entrerons pas dans les details pour voir comment Liang Qichao a mal interprété certaines idées de Jenks, car l’historien Lai Chien-chen [Lai Jiancheng] a déjà travaillé sur cette question. Voir Liang Qichao de jingji mianxiang 梁啟超的經濟面向 (L’aspect économique de la pensée de Liang Qichao), Taipei, Lianjing chuban gongsi, 2006, p. 31-32.

18 Liang Qichao, « Zhongguo huobi wenti », op. cit., p. 123.

19 Voir supra, note 7.

20 Ibidem., p. 105.

21 Ibid., p. 109.

22 Liang Qichao, « Zhongguo gudai bicai kao 中國古代幣材考 » (Étude sur les matières de la monnaie dans la Chine ancienne), YBSWJ, vol. 20, p. 58-72.

23 Ibid., p. 71.

24 Ibid., p. 58.

25 Notons par contre que Liang Qichao reste réservé en ce qui concerne le recrutement d’un expert étranger pour gérer le système financier chinois. Comme de nombreux hauts fonctionnaires des Qing, il craint que la souveraineté de l’État chinois soit menacée. Cependant, puisque Liang semble n’avoir jamais lu la deuxième version du projet de Jenks, il est impossible de savoir s’il pourrait tolérer le nouveau discours de l’économiste américain à l’égard de la question de souveraineté.

26 Zhang Zhidong, « Xuding jinjia gaiyong jinbi buhe qingshi zhe 虛定金價改用金幣不合情勢折 » (L’introduction de l’étalon de change-or et l’utilisation de la monnaie d’or ne correspondent pas à la situation actuelle), Zhang Zhidong quanji 張之洞全集 (Œuvres complètes de Zhang Zhidong), éd. par Yuan Shuyi, Sun Huafeng et Li Bingxin, Shijiazhuang, Hebei renmin, 1998, vol. 63, p. 1629-1635.

27 Ibid., p. 1630-1631.

28 Liang Qichao, « Zhongguo huobi wenti », op. cit., p. 124.

29 Zhang Zhidong, « Xuding jinjia gaiyong jinbi buhe qingshi zhe », op. cit., p. 1629-1630.

30 Notons qu’un autre haut fonctionnaire des Qing partage le même point de vue : il s’agit de Liu Shiheng 劉世珩 (1874-1926), officier du Bureau commercial du Jiangnan (Jiangnan shangwu ju 江南商務局), qui est considéré comme le premier à avoir critiqué ouvertement les propositions de Jenks. Voir Liu Shiheng, « Yinjia boyi 銀價駁議 » (Réfutations des points de vue sur le prix de l’argent), Zhongguo jindai huobi shi ziliao, op. cit., p. 1160-1169. Mais selon Yang Duanliu, ce texte n’a pas attiré l’attention de ses contemporains et n’a donc eu que peu d’influence sur la décision du gouvernement chinois d’abandonner le programme de Jenks. Voir Yang Duanliu, Qingdai huobi jinrong shi gao, op. cit., p. 329-330.

31 Les recherches conventionnelles ont tendance à traiter le projet de Jenks comme une invasion économique des pays impérialistes. Voir par exemple Ye Shichang, « Qingmo guanyu benwei zhidu de taolun », op. cit. Les travaux récents montrent qu’il existe des liens complexes entre le débat sur les standards monétaires en Chine et la finance internationale. Voir Cui Zhihai, « Jingqi fang Hua yu Qingmo bizhi gaige », op. cit., et Austin Dean, « A Coin for China ? The Monetary Standards Debate at the End of the Qing Dynasty, 1900-1912 », op. cit.

32 Koo Bumjin analyse en profondeur ce point dans son article « Jingqi de bizhi gaige fang’an yu wan Qing bizhi wenti », op. cit., p. 133-141.

33 Zhang Zhidong, « Shi zhu yiliang yinbi pian 試鑄一兩銀幣片 » (Quelques mots sur la fabrication de la monnaie d’argent d’un-taël), [1904], Zhang Zhidong quanji, vol. 63, p. 1635-1637.

34 Xiong Changkun, « Qingdai bizhi gaige de yunniang yu jiuge — yi liding guobi wei zhongxin », op. cit., p. 129.

35 « Guangxu chao donghua lu 光緒朝東華錄 » (Documents officiels du règne de Guangxu), article renxu 壬戌 du mois d’octobre de la trente et unième année du règne de l’Empereur Guangxu, p. 5435. Cf. Koo Bumjin, « Jingqi de bizhi gaige fang’an yu wan Qing bizhi wenti » op. cit., p. 143. L’auteur ajoute que la décision de la cour impériale est due aussi à l’augmentation du prix de l’argent entre 1905 et 1907.

36 « Guangxu chao shangyu dang 光緒朝上諭檔 » (Archives des édits impériaux du règne de Guangxu), article 2 du 11 septembre de la trente-quatrième année du règne de Guangxu, boîte 1511, volume 5. Cf. Xiong Changkun, « Qingdai bizhi gaige de yunniang yu jiuge — yi liding guobi wei zhongxin », op. cit., p. 126.

37 En 1910, afin de fixer définitivement l’étalon-argent comme standard monétaire, les Qing promulguent le « Bizhi zeli 幣制則例 » (Règlements du système monétaire), peu de temps avant d’être renversés par la Révolution 1911. En 1912 et 1929, le gouvernement de Yuan Shikai 袁世凱 (1859-1916) puis celui de Chiang K’ai-shek 蔣介石 (1887-1975) invitent des économistes étrangers pour reconstruire leur système monétaire, mais il faut attendre 1933 pour que l’étalon-argent soit redéfini officiellement comme standard monétaire de la République de Chine. Voir à ce sujet Ye Shichang, « Zhongguo jindai huobi benwei zhidu de jianli he bengkui 中國近代貨幣本位制度的建立和崩潰 » (L’établissement et l’effondrement du système du standard monétaire dans la Chine moderne), in Zhongguo qianbi lunwen ji (A Collection of Chinese Numismatic These), éd. par China Numismatic Society, Beijing, Zhongguo jinrong, 2002, p. 384-388.

38 Voir supra notes 6 et 7.

Auteur

Monsieur Ma Félix Jun est titulaire d’un diplôme de doctorat en Histoire à l’EHESS (École des hautes Études en Sciences sociales). Il a enseigné à l’université de La Rochelle et à l’université Paris-Diderot. Il est actuellement maître de conférences au département de Chinois de l’université Paul-Valéry Montpellier 3. Il est également membre statutaire de ReSO à l’université Paul-Valéry Montpellier 3. Ses travaux de recherche portent sur l’histoire du politique à la fin de l’Empire chinois et au début de la République de Chine et sur celle des concepts politiques introduits en Chine à la charnière entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search