Version classiqueVersion mobile

Jade, or, porcelaine...

 | 
Solange Cruveillé
, 
Félix Jun Ma

Jade — 玉

Jades, techniques comparatives de découpe, gravure et polissage

玉:切割、雕刻及拋光工藝之比較

Erik Gonthier et Ida-Ambre Gonthier

Résumé

Dans cet article, nous présentons les techniques comparatives de découpe, de gravure et de polissage des jades à travers les siècles et dans différentes civilisations, des techniques archaïques aux technologies modernes. S’appuyant en grande partie sur des lithogravures chinoises d’époque Ming (1368-1644) et Qing (1644-1912) et sur un travail de terrain dans différents pays, nous nous intéressons au monde des artisans lapidaires et mettons en avant les particularités et les qualités du savoir-faire chinois ancestral dans ce domaine.

Texte intégral

  • 1 Fu Yuezhi, « Lun Zhongguo chuantong yu xiandai zhi zhuojugongju yu fangfa. Time and Craft : The Pa (...)
  • 2 Lin Chih-Hung Roland, Rêve de jade, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne (Paris IV), 2006

1Les représentations des différentes séquences de travail des lithograveurs en Chine sont principalement issues des œuvres de Song Yingxing (1587-ca.1666) et remontent à la période des Ming1. Ces gravures, reprises ensuite par Li Chengyuan à l’époque Qing2, n’apportent guère plus d’enseignements mais montrent que ces techniques ont perduré dans le temps sans avoir subi de modifications notoires autant dans la gestuelle que dans l’usage des outils techniques destinés au travail du jade.

2Ces méthodes lapidaires seront mises en comparaison avec d’autres dans le monde et à des époques différentes, comme en Italie auprès du service de restauration de la Manufacture des pierres dures de Florence instaurée en 1558 par le grand-duc Ferdinand Ier de Médicis (1549-1609) afin de promouvoir la virtuosité de ses artisans ; et en France dans l’atelier du glypticien Maxime Rips (Prix de la Casa de Velasquez, 1967). Ces lieux restent d’excellents exemples de l’application de l’art de la gravure (camées et intailles) et de la taille (marqueterie, statuaire, etc.) sur gemmes.

1. Arc de découpe

3La recherche minière achevée, les lapidaires effectuent des analyses qualitatives expertes sur les matériaux bruts. Les roches sont ensuite acheminées vers des ateliers placés en milieu extérieur adaptés pour lancer les opérations d’épannelage. En fonction du volume des monolithes, ce travail de découpe reste très long et peut nécessiter des semaines de labeur. Il faut rappeler que le jade-néphrite, substance monominérale la plus cohérente du monde minéral, a permis d’extraire de larges feuilles très fines, de l’ordre de 5 à 6 mm pour des surfaces de près de 0,75 m². Les plaques les plus importantes connues ont été réalisées à la scie diamantée sur des blocs de néphrite issus des mines de graphite sibérien découverts en 1847 par Jean-Pierre Alibert (1820-1905), dans les monts Saïan. Ce jade a entre autres fourni la pierre utilisée pour la réalisation du sarcophage d'Alexandre III en 1894.

4L’arc de découpe chinois est composé d’une armature à structure simple ou composite et d’un fil métallique bandé d’un bout à l’autre. Il est destiné à la division des gemmes brutes pour extraire par subdivisions la matière nécessaire à la réalisation des rondes-bosses et des bas-reliefs. Ce principe de découpe est connu depuis l’époque Néolithique, vers 8000 à 7000 ans BP dans beaucoup de régions du globe. D’après les iconographies, cet épannelage nécessite deux à trois personnes, hommes ou femmes. Deux scieurs face à face engendrent le mouvement régulier en translation bidirectionnelle pour éliminer la pierre excédante. L’arc n’est pas appuyé manuellement car son poids suffit à assurer la pression efficace. Le fil, de section « jonc », est lisse et peut être en fer, en cuivre, ou en certaines matières végétales (osier, par exemple).

5Ce sont les particules abrasives additives entraînées par la tendreté du fil de l’arc qui engendrent l’effet mécanique et provoquent l’usure du jade. L’arc de découpe en Chine a une armature modulable : les extrémités de l’arc peuvent être étendues ou écourtées à volonté. Pour ce faire, les lapidaires font glisser les trois éléments superposés de l’armature. Ces derniers sont maintenus grâce au serrage d’un tendeur lui-même mis sous tension au moyen d’une « clé » située à l’apex de l’outil. La distribution de l’abrasif est assurée par une tierce personne qui récupère à la cuillère la poudre mêlée d’eau dans un bac posé sur un haut tabouret. Ce distributeur, en pourvoyant régulièrement le trait de sciage, répond aux nécessités du moment, c’est-à-dire veiller à l’approvisionnement en eau et à la vérification de la bonne direction du trait de découpe.

Fig. 1 — Sciage de face d’un bloc de jade à l’aide d’un arc de découpe dont l’armature est maintenue verticale. Le jade brut est placé sur cales de bois. Les boues résiduelles sont récupérées de part et d’autre du bloc brut. Ouvrage exécuté ici par des hommes. xxe siècle, Chine. Schéma : E. Gonthier.

Fig. 1 — Sciage de face d’un bloc de jade à l’aide d’un arc de découpe dont l’armature est maintenue verticale. Le jade brut est placé sur cales de bois. Les boues résiduelles sont récupérées de part et d’autre du bloc brut. Ouvrage exécuté ici par des hommes. xxe siècle, Chine. Schéma : E. Gonthier.

6À chaque passée et sous l’action de l’eau, les boues résiduelles glissent et tombent dans des bacs récupérateurs pour être réutilisées plus tard. Les abrasifs sont des poudres pilonnées et donc à grains angulaires. Leur granulométrie diminue à chaque utilisation et les grains angulaires s’arrondissent peu à peu, diminuant du même coup leur mordant. Ces érosions apportent à l’abrasif un doucis qui satisfera aux opérations ultérieures.

Fig. 2 — Scie de découpe à lame de fer doux sur châssis en bois (Kaiyutu) avec abrasif et eau desservie en goutte à goutte au-dessus de la fente de découpe. Deux personnes de face sont nécessaires à la manipulation de l’engin maintenu par le travers. Leurs deux mains sont indispensables pour stabiliser et orienter le travail mixte en extérieur. Les boues résiduelles sont récupérées de part et d’autre du bloc. Des calages de coins en bois sont nécessaires pour éviter le basculement du brut de jade. Détail de la gravure de Yuzuotu de Li Chengyuan. Schéma E. Gonthier.

Fig. 2 — Scie de découpe à lame de fer doux sur châssis en bois (Kaiyutu) avec abrasif et eau desservie en goutte à goutte au-dessus de la fente de découpe. Deux personnes de face sont nécessaires à la manipulation de l’engin maintenu par le travers. Leurs deux mains sont indispensables pour stabiliser et orienter le travail mixte en extérieur. Les boues résiduelles sont récupérées de part et d’autre du bloc. Des calages de coins en bois sont nécessaires pour éviter le basculement du brut de jade. Détail de la gravure de Yuzuotu de Li Chengyuan. Schéma E. Gonthier.

7Les ateliers de découpe sont installés au grand air et ne manquent pas d’astuces pour limiter les coûts et l’emploi de personnels sans perdre en efficacité. Rien de ce qui est retiré des bruts n’est gaspillé. Les découpes fines sont envoyées aux bons soins d’ateliers lapidaires couverts. Pour les plaques, l’usage de l’étau à mâchoires, recouvert éventuellement de mordaches en plomb, devient capital. L’étau doit enserrer fermement une pièce sans l’endommager et libérer les deux mains du lapidaire dont la vocation sera de conduire la coupe fine en tenant l’arc de découpe et en l’abreuvant suffisamment en abrasif.

  • 3 Na Chih-Liang, « A Chronological Ancient Chinese Articles Survey », in Zhongguo guwu tongjian, Tai (...)

8Différents abrasifs de granulométrie et textures différentes sont employés. Dans la Chine ancienne, les abrasifs étaient dénommés tashan shi shi keyi gongyu3, mot définissant « la pierre de l’autre montagne ». Ce terme désignait ainsi des espèces minérales dures, comme le quartz (D. : 7), le grenat (D. : 7,0 à 7,5), les corindons (D. : 9) etc. Largement répandues, les poudres de carborundum parfaitement calibrées (de 60 à 1.200 μ) sont aujourd’hui employées par tous les ateliers du monde pour surfacer, creuser, polir, poncer, etc. La révolution des diamants de synthèse (HPHT, BPHT, etc.) a aussi engendré de nouvelles habitudes de travail. L’usage de l’archet à repercer permet d’ajourer à partir d’un trou d’accès dans la matière lithique. Le fil doit être défait de l’arc puis passé dans l’orifice, et enfin retendu pour être employé avec des glissements en translation bidirectionnelle.

9En Chine, la pièce de jade est maintenue par la main gauche. Le coude droit est en appui sur l’établi afin d’éviter les soubresauts et la fatigue du dos. La main droite est placée en dessous de l’arc. Cet arc en position transversale offre un plus grand champ de vision pour le lithograveur. Avec cette position, le lapidaire appréhende mieux les détails et l’ensemble de son travail. Pour nourrir le fil en abrasif, le lithograveur laisse pendre l’œuvre sur le fil de découpe, puis avec sa main gauche se sert dans le bac situé en dessous. Il a aussi la possibilité de soutenir et de maintenir l’œuvre en jade en l’appuyant avec son propre buste basculé en avant. Son point d’appui principal est une cheville en bois suspendue sur une potence.

Fig. 3 — Reperçage transversal d’un bloc de jade à l’aide d’un arc de découpe. L’armature est placée au-dessous de l’œuvre. Le jade est appuyé contre une cheville fixe en bois par le torse du lapidaire. Les boues résiduelles sont récupérées. Travail de face sur établi en atelier. xxe siècle, Chine. Dureté du jade-néphrite : 6,0 à 6,5, Dureté de l’acier : 5,5 à 6,5. Détail de la gravure de Yuzuotu de Li Chengyuan.

Fig. 3 — Reperçage transversal d’un bloc de jade à l’aide d’un arc de découpe. L’armature est placée au-dessous de l’œuvre. Le jade est appuyé contre une cheville fixe en bois par le torse du lapidaire. Les boues résiduelles sont récupérées. Travail de face sur établi en atelier. xxe siècle, Chine. Dureté du jade-néphrite : 6,0 à 6,5, Dureté de l’acier : 5,5 à 6,5. Détail de la gravure de Yuzuotu de Li Chengyuan.

10La rapidité de la découpe varie suivant la force d’application et le rythme de passage du fil sur la pièce de jade. Les arcs de reperçage ont été déclinés en taille, en matériaux et encombrements très divers. Par exemple, en Italie, au lieu d’être en bois, certains sont en armature métallique.

11Ce concept de découpe au fil, est aussi appliqué dans un mouvement unidirectionnel dans le cadre de techniques industrielles pour diviser des blocs de dizaines de mètres cubes. Granits, marbres, amphiboles, etc., sont ainsi réduits en plaques ou en formes polygonales pour la sculpture, les revêtements et autres types de décorations.

12La technique de découpe au fil de métal s’est trouvée surpassée dès le début du xxe siècle avec l’usage de plus en plus fréquent de scies discoïdes entraînées par pédalier, arc de propulsion, moteur hydraulique (Allemagne, France, Italie, Inde, Sri Lanka, etc.), ou électrique.

2. Découpe à la scie circulaire

13Les scies circulaires sont traditionnellement en cuivre ou en bronze. Ces larges disques, autrefois alimentés manuellement, sont remplacés aujourd’hui par des disques abrasifs incrustés dans la masse à leur périphérie. L’ensemble de toutes ces différentes scies est classé par ordre croissant sur un râtelier ou aligné sur un établi à proximité de l’établi du lapidaire.

14En Chine, les disques sont immobilisés à la pointe d’un axe comportant une hampe en bois dur. La partie opposée de la hampe est piquée dans une planchette de bois verticale et fixe, trouée sur plusieurs niveaux, appelée évention. Ce système règle la hausse des scies discoïdes.

15La pièce de jade est tenue traditionnellement dans la main droite tendue vers le bord opposé de la scie. La main gauche contrôle la distribution de l’abrasif mêlé d’eau. Le coude gauche est en appui sur une latte de la table de travail horizontale. Les boues résiduelles sont poussées à la main dans une fente et sont récupérées dans une bassine placée sous l’établi légèrement en pente. Un câble de suspension est parfois placé au-dessus du tour, à l’instar d’une balance romaine pour soulager le poids de la pièce de jade. Ce système dégage les deux mains, ce qui assure un contrôle plus précis de la position du bloc de jade.

Fig. 4 — Préformage et débrutage du jade à la scie discoïde. L’effet utile de l’outillage dépend de la rapidité cadencée de la rotation du disque qui donne la vitesse de coupe, et de la pression exercée qui engendre l’avancement de la découpe. Le contrôle de ces deux paramètres donne l’effet utile du disque. Touret dextre. xxe siècle, Chine. Détail de la gravure de Yuzuotu de Li Chengyuan.

Fig. 4 — Préformage et débrutage du jade à la scie discoïde. L’effet utile de l’outillage dépend de la rapidité cadencée de la rotation du disque qui donne la vitesse de coupe, et de la pression exercée qui engendre l’avancement de la découpe. Le contrôle de ces deux paramètres donne l’effet utile du disque. Touret dextre. xxe siècle, Chine. Détail de la gravure de Yuzuotu de Li Chengyuan.

16Le mode d’entraînement par pédalier et lanière de cuir assure une giration alternative grâce à un ou plusieurs tors passés autour de la hampe. La hampe étant en bois, cette matière assure une excellente adhérence à la courroie. Les repose-pieds alternent à partir d’une barre transversale située en hauteur sous l’établi, à l’instar des machines à coudre européennes et américaines apparues aux xixe et xxe siècles. Sous chaque pied du graveur se situe un pédalier. Il est constitué de deux petites planches indépendantes munies au niveau des talons d’une longue pointe métallique pour éviter à chaque pédale de glisser vers l’avant.

17Avant 1850, les tailleries européennes se contentaient de travailler des gemmes locales comme les agates, quartz, jaspe, grenats de Bohême. Au fil du temps ces ressources s’épuisèrent. De grandes quantités de gemmes et de pierres précieuses du Brésil (Minas-Gerais, Rio Grande-do-Sul) ou de Madagascar, par exemple, furent importées en Europe au Havre, provoquant un formidable renouveau de ces tailleries. Au xxe siècle, en Allemagne (Idar-Oberstein) et en France (Royat), par exemple, les tailleries s’implantent près de cours d'eau pour que la force hydraulique actionne des roues à aubes.

18Ces dernières, à partir d’une roue à aubes, entraînent un arbre de transmission plaçant en rotation une succession de poulies crantées et de courroies plates ou rondes. À son tour, ce système met en branle les différents types de meules en usage pour la taille et le polissage. Les meules les plus importantes (diamètre jusqu’à 3 m pour 30 cm de largeur) étaient sculptées dans du grès rose et étaient destinées à tailler et polir les grandes pièces.

19Dès le début des années 1930, l'usage de la force motrice électrique participe en grande partie à la disparition de ces tailleries artisanales. Dans les montagnes françaises du Jura et les vallées de la Moselle, les tailleries artisanales et familiales disparaissent.

20Dans la seconde moitié du xxe siècle commence un exode des tailleries européennes en direction de l’Extrême-Orient où la main-d’œuvre est bien moins onéreuse. L’usage de pièces à main sur câble ou à entraînement pneumatique, la découpe au jet d’eau par dépression et le laser, facilitent désormais les travaux de meulage et de polissage. Le savoir-faire de la glyptique et du facettage des pierres gemmes subsiste encore un temps à Idar-Oberstein.

21Le Sri Lanka, l’Inde, le Brésil, le Pérou, puis Madagascar, deviennent de grands centres de la taille des pierres dures. La Chine, Hong Kong, et la Thaïlande, puis le Myanmar, les U.S.A., la Nouvelle-Zélande, etc., continuent et développent toujours le travail du jade.

22Les principes de la gravure et de la sculpture sont restés pratiquement les mêmes, seuls les moyens techniques ont évolué. Les marchés de bruts de jade restent entre les mains des spécialistes de ces différents pays qui en maîtrisent les principes qualitatifs.

3. Le « couteau lapidaire »

23Longtemps s’est posé le problème de la coupe parfaitement rectiligne sur les plaques de jade et autres gemmes et roches. Ce type de tracé longtemps observé sur les diorites, fibrolites, jadéites européennes, calcédoines et bois silicifiés de Java et de Kalimantan (Indonésie), et jade-néphrite d’Alaska des Punuks, etc., n’a pas toujours été bien compris dans sa technique. Pourtant le couteau lapidaire est adapté pour les tracés en creux, les moulurages et la finition des angles terminaux.

24Le couteau lapidaire est réalisé à partir d’un matériau de moindre dureté, rigide et suffisamment cohérent pour entraîner les particules abrasives dans un mouvement de translation bidirectionnelle, tout comme un fil de découpe maintenu souple peut le faire. Le couteau lapidaire possède une épaisseur de 0,2 à 3 mm. Il s’agit d’une plaque de métal (cuivre, zinc, bronze, fer, etc.) ou d’un éclat de roche (jade, silex, schiste, serpentine, etc.) tenu directement à la main, ou fixé et scellé dans un manche en bois.

25Pour tracer une saignée, il faut que le couteau soit guidé le long d’une règle droite.

Fig. 5 — Pour produire une saignée, le couteau lapidaire comportant 5 dents plates doit être guidé par une règle, ici en bronze. L’abrasif mêlé d’eau est déposé en avant du couteau en aluminium (D : 1,5). L’abrasif ici est du carbure de silicium (Moissanite synthétique) (D : 9,25). Travail en atelier. « Manufacture des pierres dures » de Florence, 2010, Italie. Cliché E. Gonthier.

Fig. 5 — Pour produire une saignée, le couteau lapidaire comportant 5 dents plates doit être guidé par une règle, ici en bronze. L’abrasif mêlé d’eau est déposé en avant du couteau en aluminium (D : 1,5). L’abrasif ici est du carbure de silicium (Moissanite synthétique) (D : 9,25). Travail en atelier. « Manufacture des pierres dures » de Florence, 2010, Italie. Cliché E. Gonthier.

26La saignée entamée, le guide est retiré, et le couteau n’a plus qu’à suivre le chemin tracé jusqu’à atteindre la profondeur attendue, voire la séparation totale de l’échantillon. Les couteaux lapidaires se déclinent de plusieurs manières en fonction des nécessités. Par exemple, au bout d’un manche ou entre des mâchoires mobiles serrées par des vis.

27Pour les découpes de cercles ou d’ellipses, le couteau en cuivre est fixé dans un dop mécanique, et sa plaque de cuivre légèrement cintrée placée sur champ. Le dop est incliné et le mouvement donné est unidirectionnel ou bidirectionnel suivant les nécessités. Les abrasifs sont les mêmes que pour les autres types d’opération et toujours mêlés à de l’eau.

28Les ateliers de taille de jade, néphrite ou jadéite, de certains groupes socio-culturels comme les Salish, dans le sud de la Colombie Britannique dans la région de Lillooet le long du fleuve Fraser, ont exporté leurs productions dans les États d’Alberta, de Washington, etc., car la gemme y était très estimée. Les techniques lapidaires employées sont les mêmes que celles utilisées en Chine, en Europe, en Alaska chez les Punuk, dans l’aire méso-américaine chez les Olmèques et Mayas, ou les Maoris de Nouvelle-Zélande.

29Des objets découpés au fil ou au couteau lapidaire comptent parmi ces biens culturels. Ces techniques ont été améliorées au xxe siècle avec l’utilisation des moteurs électriques qui libèrent définitivement le contact des mains avec les outils.

30Les scies électriques ne sont pas dentées car munies d’un fil rond souple et diamanté sur 360o. La lame de scie coupe sans heurt dans toutes les directions et permet d’obtenir toutes les formes voulues comme des angles droits, de très petits rayons, des formes libres, etc., dans des tranches de 2 à 5 mm. Le fil diamanté est refroidi dans un bac d’eau situé sous la table de découpe. Le seul inconvénient est que ce système ne permet pas la réalisation d’angles « pointus ».

4. Touret à axe horizontal

31Les tourets sont des machines-outils de petites dimensions comportant une hampe horizontale rotative supportée par deux paliers. À la plus longue extrémité de ces hampes sont fixés définitivement ou temporairement des meules ou des disques en métal, en bois, en feutres, etc., pour sculpter, graver, et polir.

32Les tourets pourraient avoir été utilisés pour la première fois au cours de la période protohistorique mésopotamienne dans le Proche-Orient ancien. Ils étaient destinés à la gravure des sceaux-cylindres dès l’époque d'Uruk (4100-3300 av. J.-C.), à Uruk et à Suse. D’après les stigmates retrouvés sur les entailles des sceaux-cylindres, il est possible de distinguer le matériel de gravure en usage, comme des fraises cylindriques, lenticulaires et des mèches.

33La glyptique fut en Mésopotamie et dans les régions voisines un domaine typique et caractéristique de l'art figuratif sur pierres fines et pierres dures (dureté au-delà de 6,5). Malheureusement, aucune information à ce jour ne permet d’indiquer précisément sur quelles formes de touret ont été réalisées ces œuvres.

34La particularité du touret chinois résulte dans la fixation d’une hampe très longue (40 à 60 cm) de bois et de métal placée sur main gauche (touret senestre). Elle est appuyée sur une fourche graissée en bois à 2 tiges de laquelle déborde sa partie active. Cette partie qui mesure 6 à 15 cm de long, possède à son extrémité une fraise intégrée ou une fraise amovible.

35La hampe est maintenue en appui au moyen d’une courroie de transmission en cuir. Cette dernière est une lanière plate posée simplement sur la hampe du touret, ou de section ronde et enroulée 2 à 3 fois autour de la hampe. L’appui de la courroie sur la hampe limite les vibrations désagréables et néfastes à la gravure et réduit fortement les contraintes de fatigue des outils. De même, elle évite à la hampe d’échapper de son assise. Pour changer les fraises, il suffit de libérer le pédalier et de laisser glisser la courroie.

Fig. 6 — Touret de gravure senestre comportant une hampe amovible mue par une sangle. Détail. Gravure de Yuzuotu de Li Chengyuan. Schéma E. Gonthier.

Fig. 6 — Touret de gravure senestre comportant une hampe amovible mue par une sangle. Détail. Gravure de Yuzuotu de Li Chengyuan. Schéma E. Gonthier.

36La transmission mécanique par courroie produite à partir d’un pédalier, crée des mouvements de rotation bidirectionnelle. Les va-et-vient ne produisent pas d’inertie exploitable. L’effet utile de la surface de friction des fraises ou des disques se limite à de courtes séquences alternées du mouvement de rotation soumis à la pression de la fraise sur le jade.

37La déclinaison des formes des fraises et des disques lapidaires est multiple car elle répond aux nécessités techniques du moment. Néanmoins leurs réalisations nécessitent des hampes en fer résistantes pour éviter qu’elles se cintrent durant l’exécution.

Fig. 7 — Morphologie des fraises discoïdes Détail de la gravure de Yuzuotu de Li Chengyuan. Schéma E. Gonthier.

Fig. 7 — Morphologie des fraises discoïdes Détail de la gravure de Yuzuotu de Li Chengyuan. Schéma E. Gonthier.

38Beaucoup de matériaux sont employés pour réaliser les pointes fixes des fraises, comme du fer doux, du cuivre, du bronze, et plus tard de l’aluminium, chimiquement isolé au xixe siècle par le Français Pierre Berthier (1782-1861). Le procédé d’obtention très coûteux de ce métal mou limita son emploi à l’époque.

39D’autres tourets européens emploient ces types de fraises et scies, mais à hampe amovible. Ces dernières ne sont pas standardisées et sont uniquement utilisables par leur propre touret. L’encombrement des ateliers s’en trouve réduit et le nombre de formes des outils augmente pour des travaux toujours plus in fine et plus spécialisés.

40En Italie, la Manufacture des Pierres Dures crée même des meubles de prestige entièrement en bois précieux adaptés aux fonctions et spécialités de chacun des glypticiens avec des tourets dextres et sénestres. Les commandes étant très importantes, les graveurs, suivant leurs capacités, entrent dans une chaîne opératoire entraînant plus d’une dizaine de participants avec la formation d’apprentis, pour la réalisation d’œuvres sur camées, tables florentines, vaisselles, statuaires dans les matériaux les plus précieux connus de la gemmologie.

41Ces ateliers se diversifient pour gagner l’ensemble de l’Europe et se retrouvent encore aujourd’hui en France, en Allemagne, en Tchéquie, etc. La gestuelle et l’application des méthodes restent les mêmes.

42Le département des Monnaies, Médailles et Antiques conserve les collections de numismatique et d'antiquités de la Bibliothèque nationale de France déposées sous Louis XV, en 1720, à la Bibliothèque royale. Également connu sous les noms de Cabinet des médailles et de Cabinet de France, ce département abrite bijoux, pierres gravées (intailles et camées), sculptures et céramiques antiques, et « médailles » (nom donné, jusqu'au xixe siècle, aux monnaies antiques) rassemblées par les rois de France depuis le Moyen-Âge. Ses commandes étaient passées auprès des meilleurs glypticiens de l’époque, notamment en France, et le jade figure parmi quelques pièces de ses collections.

43L’emploi des fraises abrasives laisse des traces plus ou moins marquées dans les matières lithiques. Ces traces font référence aux aptitudes du graveur et aussi aux moyens techniques dont il dispose. Ainsi, si un graveur n’utilise que des fraises scie pour générer des arrondis, son travail s’en retrouve hachuré et non linéairement parfait. Des séquences de traits droits plus ou moins longues apparaissent.

44En Chine, certaines œuvres monolithes comportent des reliefs superposés en plusieurs niveaux. La technique de travail est tout à fait originale et mal connue à ce jour car les lapidaires emploient des fraises amovibles particulières, reforgées et serpentiformes. Ces fraises ne sont pas répandues ailleurs qu’en Chine et ont permis de réaliser des prouesses jusque-là considérées comme impossibles en Occident. Les ivoires, les serpentines, ont été ouvragés aussi sur ce principe de creusements avec des fraises à hampe décentrée.

45Ce procédé, très difficile à employer, permet non seulement de glisser des fraises sous des contre-dépouilles impossibles à atteindre avec des outils classiques, mais aussi de découper des sphères emboîtées. L’emploi de ces mèches est très délicat. Mise en rotation, si la pression de la main n’est pas bien appréciée, l’extrémité de l’outil risque de taper le jade, menaçant de le casser.

Fig. 8 — Fraises serpentiformes à hampe décentrée employées pour dégrossir le jade sur 2 à 3 niveaux de reliefs sous-jacents. Cliché E. Gonthier, collection particulière.

Fig. 8 — Fraises serpentiformes à hampe décentrée employées pour dégrossir le jade sur 2 à 3 niveaux de reliefs sous-jacents. Cliché E. Gonthier, collection particulière.

46Pour réaliser des ajoures, alléger les jades, créer des anses, des entrelacs, mettre en place des assemblages, des évidements, etc., différents moyens de perçages sont à mettre en œuvre.

5. Perçoir à archet et à mèche verticale

47Avant l’utilisation des ultrasons ou du laser, l’exécution d’un trou se faisait au moyen d’une mèche. Ce percement peut traverser la pièce de part en part ou bien ne pas déboucher, pour former un trou borgne. Si le terme foret désigne l'outil de perçage dans du métal, pour les matériaux lithiques (roches et minéraux, ou autre) c'est le terme de mèche qui est à utiliser. La perforation par abrasion rotative traditionnelle fut la plus fréquemment utilisée.

Fig. 9 — Pour libérer le travail des mains, l’établi comporte une colonne de fixation et une colonne de direction fendues pour laisser y glisser une barre d’appui agissant comme une balance romaine. Le poids est calculé pour appuyer et augmenter l'action du rodage à la verticale la mèche sur le jade et être suffisamment pesant pour laisser la mèche dans son bon axe. Établi de perçage. xixe siècle. Chine. Schéma E. Gonthier.

Fig. 9 — Pour libérer le travail des mains, l’établi comporte une colonne de fixation et une colonne de direction fendues pour laisser y glisser une barre d’appui agissant comme une balance romaine. Le poids est calculé pour appuyer et augmenter l'action du rodage à la verticale la mèche sur le jade et être suffisamment pesant pour laisser la mèche dans son bon axe. Établi de perçage. xixe siècle. Chine. Schéma E. Gonthier.

48En tracéologie, la mèche fait apparaître des stries concentriques dans le fond des trous borgnes et des stries parallèles dans les parois du cylindre de perforation.

49L’arc et sa mèche permettent d’abraser du jade par mouvements rotatoires alternés. Ce procédé technique fut décliné dans le monde entier à des périodes très diverses. Pour améliorer la tenue de l’œuvre, les graveurs disposent parfois d’étaux à mors plaqueurs insérés dans un tonneau (boulet).

Fig. 10 — Le tonneau en métal contient généralement du sable pour mieux maintenir la pièce à la fois en hauteur et en largeur. 2 mors en bois adaptés étreignent le jade afin d’éviter tout danger de déplacement dans le boulet. Établi de perçage. xixe siècle. Chine. Schéma E. Gonthier.

Fig. 10 — Le tonneau en métal contient généralement du sable pour mieux maintenir la pièce à la fois en hauteur et en largeur. 2 mors en bois adaptés étreignent le jade afin d’éviter tout danger de déplacement dans le boulet. Établi de perçage. xixe siècle. Chine. Schéma E. Gonthier.

50Parmi les plus anciens systèmes de perçage connus, il y a le perçoir à archet buccal. Les Inuits l’emploient pour travailler l’ivoire, le bois et la pierre (schiste-ardoisier, jade-néphrite, etc.). Sur ce type de perçoir, la main exerce une pression de gauche à droite sur la hampe au bout de laquelle se trouve le perçoir en pierre ou en métal. Le mouvement en translation horizontale oblige la cordelette à s’enrouler dans un va-et-vient horizontal, entraînant la mèche qui suit un mouvement alternatif giratoire très rapide. La perforation est généralement conique et suffisamment régulière pour perforer des matières dures. La mèche en « tête d’aspic » est appliquée sur la face avers de la plaque de jade, puis sur l’envers, ce qui, à la longue, provoque une double perforation biconique opposée qui peut être ensuite régularisée et devenir cylindrique.

51Le perçoir à pompe (Pump drill) est attesté depuis le Néolithique, notamment en Océanie, Europe, Indonésie, Mélanésie, Amérique du Nord. Sa pointe perforante peut être constituée d’un éclat de roche, d’un morceau de coquillage, de corail, d’une dent de requin, d’une pièce de métal. Cette mèche est fixée à l’extrémité d’une hampe pourvue d’un volant sphéroïdal en bois, roche, noix de coco, ou métal (plomb, bronze, cuivre, etc.).

52Le fonctionnement résulte de la pression de la main haut/bas sur la barre d’appui horizontale pour engendrer un effet d’enroulement de la cordelette par inertie autour de l’axe de l’outil. Au point de départ du mouvement, la corde est lovée en haut. Le serrage à partir du poignet produit le déroulement de la cordelette sous la pression verticale. Le manche, presque arrivé au niveau du volant d’inertie, est relâché un temps très court pour permettre l’inversion de l’enroulement de la corde. Cet enroulement impose alors à la main le retour à la position de départ en conservant une très légère pression pour éviter à la mèche de quitter son orifice creusé, et le geste s’enchaîne. La mèche suit le mouvement alternatif giratoire cinétique créant des trous coniques puis tubulaires lorsqu’elle transperce le matériau.

Fig. 11 — La rotation de la mèche est obtenue par le mouvement bas/haut à l’aide d’un manche transversal en bois percé en son centre d’un trou tubulaire lâche pour laisser agir la hampe de la mèche. À chaque extrémité, 2 autres trous parallèles à celui du centre, laissent passer une corde d’enroulement qui rejoint le trou situé au sommet de la hampe. Cette corde est nouée sous chaque extrémité du manche. Le mouvement de va et vient haut/bas génère les enroulements-déroulements de la hampe. L’effort physique est transmis au balancier, qui, par inertie et par tension de la corde, produit l’effet retour de la mèche, et ainsi de suite. Schéma E. Gonthier.

Fig. 11 — La rotation de la mèche est obtenue par le mouvement bas/haut à l’aide d’un manche transversal en bois percé en son centre d’un trou tubulaire lâche pour laisser agir la hampe de la mèche. À chaque extrémité, 2 autres trous parallèles à celui du centre, laissent passer une corde d’enroulement qui rejoint le trou situé au sommet de la hampe. Cette corde est nouée sous chaque extrémité du manche. Le mouvement de va et vient haut/bas génère les enroulements-déroulements de la hampe. L’effort physique est transmis au balancier, qui, par inertie et par tension de la corde, produit l’effet retour de la mèche, et ainsi de suite. Schéma E. Gonthier.

53La mèche langue tête d’aspic en métal est un fil jonc forgé en avers et revers sur sa pointe pour élargir son extrémité. Rectifiée au pierrage, cette extrémité est adoucie sur une pierre abrasive fine, puis chanfreinée pour créer les ciseaux lui donnant son air tête d’aspic. Ces faces coupantes sont réalisées du même côté de la mèche pour toujours conserver un effet utile à l’aller comme au retour du mouvement rotatoire.

54Dans le même concept, il existe des mèches lamellaires en jade retrouvées dans le Sahara, en particulier pour perforer des coquilles d’œuf d’autruche, ou destinées en Alaska à trouer des plaquettes de schiste-ardoisier et d’ivoire.

Fig. 12 — Mèche « langue tête d’aspic » lamellaires respectant les angles des forets mécaniques actuels. L. : 6 cm. Jade-néphrite. Dorsétien, Alaska. Cliché E. Gonthier.

Fig. 12 — Mèche « langue tête d’aspic » lamellaires respectant les angles des forets mécaniques actuels. L. : 6 cm. Jade-néphrite. Dorsétien, Alaska. Cliché E. Gonthier.

55La présence très rare de ces mèches renseigne sur les moyens techniques employés dans plusieurs régions du globe qui n’ont pas hésité à emprunter la cohésion du jade-néphrite pour creuser des orifices biconiques.

56La petite mèche lamellaire saharienne de la collection Charker (MNHN, donation Amis du musée de l’Homme) est dotée de deux paires de tranchants opposés. L’un d’eux présente une usure techno-fonctionnelle liée au percement de coquilles d’œuf d’autruches.

57À Florence, l’Oppificio Delle Pietre Dure possède en collection des mèches à têtes modulables à double, triple voire quadruple écarteurs. Sur ce concept, une même mèche permet d’obtenir une infinité d’écarts. Ces mèches trouent de manière partielle ou totale des orifices cylindriques. À la pointe des écarteurs sont soudés des coussins en cuivre. Ce sont des plaquettes verticales ou horizontales. Le but recherché est d’évider l’intérieur des vases profonds. Ainsi, on peut obtenir des évidements à diamètres variés respectant les formes extérieures des objets (vases, tasses, cloches, etc.). Avec ces mèches modulables, le lapidaire peut tout à loisir aléser pour réduire au maximum les épaisseurs de matière.

Fig. 13 — Mèches à écarteurs doubles ou quadruples. « Ateliers des pierres dures » de Florence, xixe siècle, Italie. Clichés E. Gonthier.

Fig. 13 — Mèches à écarteurs doubles ou quadruples. « Ateliers des pierres dures » de Florence, xixe siècle, Italie. Clichés E. Gonthier.

58En Inde, au xviiie siècle, le jade-néphrite blanc ou vert, le cristal de roche, les agates, sont gravés de séries de micro-incisions sur lesquelles sont incrustés des fils d’or fin sertis en plus de pierres précieuses. Pour garantir la bonne tenue du métal précieux sur un matériau glissant, les techniques mogholes perforent en quinconce et en oblique des séries de petits trous cylindriques (0,3 à 0,5 mm de diamètre) suivant les traits du dessin. L’or étant le plus ductile des métaux, il suffit ensuite de le contraindre par la technique du kundan pour qu’il pénètre dans les orifices faisant contre-dépouille et pour qu’il puisse admettre ensuite le sertissage des gemmes. La brillance du métal n’est que la conséquence de l’emploi des échoppes et burins qui brunissent les fils sculptés.

59À la même époque, des gemmes sont gravées sur les mêmes dessins en créant une sorte de tenon avec, vu de profil, la forme de trapèze ou d’inter-queue. L’or fin est traité selon la technique précédente. Il est serti de la même manière avec les mêmes gemmes et pierres précieuses.

60Les jades-néphrite moghols ont été à cette époque particulièrement surchargés de décors floraux, d’entrelacs et autre, avec une profusion de pierres précieuses (rubis, émeraudes et diamants, tout particulièrement). Cette tradition lapidaire demandant une grande maîtrise technique et une inventivité extravagante n’a jamais appartenu à la tradition classique chinoise. Cette dernière appliquait parfois des plaques de métal ajourées sur et autour des œuvres, tout comme en Europe notamment dès la période mérovingienne à Saint-Maurice d’Agaune sur des objets hérités de l’Antiquité, puis à partir de la Renaissance italienne, ou encore en Turquie, ou plus tard en Russie dans le style dit néo-russe entre 1880 et 1910, etc.

6. Techniques de polissage des roches vertes

61Les techniques de polissage sont nombreuses et variées et leur but est d’apporter de la brillance et de la netteté sur des objets marqués par la rudesse des outils et des abrasifs précédemment utilisés.

  • 4 Demoule J.-P. (sous la dir. de), La révolution néolithique dans le monde : Séminaire du Collège de (...)

62Les polissages sont des techniques de travail de la pierre qui apparaissent au Pléistocène final, dans un contexte de chasseurs-cueilleurs4. Ces techniques se généralisent ensuite avec l'apparition de l'agriculture au Néolithique. En Nouvelle-Guinée (Papua-Barat, Indonésie), par exemple, les polissages successifs débutant sur différents polissoirs laminaires en pierre (micaschistes à grenats en particulier) permettent d’obtenir d’abord des matités sur des haches et des herminettes pouvant atteindre plus de 60 cm.

63Puis les procédés évoluent pour finaliser un poli miroir, comme le « reflet de l’eau ». Pour ce faire, les Ormus posent au sol des infra-bases de feuilles séchées de palmier et frottent la hache directement et sans aucun adjuvant sur la base de ces feuilles. Le poli obtenu livre une surface avec un poli brillant « gras ». Cette séquence de travail est parachevée enfin par le frottage direct des mains pendant des décennies.

64Les adjuvants de type pâtes à polir employées dans les techniques de tribofinition dépendent tout d’abord de l’exécution répétée et maîtrisée des mouvements relatifs entre pièces à polir et médias, puis de la variation des types d’abrasifs et additifs utilisés. Les moyens techniques, les astuces et la gestuelle évoluent en fonction des expériences menées par les lapidaires, et ce depuis les premières phases du pré-polissage jusqu’au parachèvement du fini, le glaçage ou lustrage.

65Sur les tourets à polir, les pièces de jade sont placées manuellement contre la surface des meules ou des disques constitués de divers matériaux inorganiques (métaux [cuivre, plomb, étain, etc.], alliages métal [bronze], roches, scories vitrifiées ou silicate d’aluminium, etc.) ; puis organiques (bois, coton, sisal, cendres de bambou ou de prêles, tampico, corde, etc.). Des poudres ou des pâtes de tripoli, d’oxyde de silicium, d’alumine, d’oxyde fer (rouge à polir), de grenat, de corindon, de pierre ponce, etc., permettent de réduire au mieux les rugosités issues des frottements à sec ou lubrifiés des opérations précédentes.

66Sur les tours à polir, la variation des vitesses de rotation des disques de polissage est de l'ordre de 30 à 300 tours/minute. Le contrôle de ces vitesses est essentiel. Mal gérées, le jade surchauffé ne pourrait pas briller. Sur les meules de polissage sont déposées des pâtes à polir de différentes dureté et granulométrie de plus en plus fines jusqu’à l’obtention des finitions de type miroir. Sous le film de l’eau ou de l’huile, les yeux ne permettent pas de discerner parfaitement les défauts de polissage. Il faut essuyer sans cesse de la main ou se servir d’un textile pour assécher suffisamment les surfaces entamées et observer l’avancement du travail.

Fig. 14 — L'œil ne détecte que des détails de l'ordre de 0,2 mm à 1 m de distance. Les phénomènes d'ombre en lumière rasante permettent le repérage de défauts plus petits, la limite étant la diffraction de la lumière sur les imperfections. Et dans ce cas, l'ordre de grandeur correspond à celui de la longueur d'onde de la lumière visible, soit environ 0,5 µm également. Établi de polissage. xixe siècle. Détail de la gravure de Yuzuotu De Li Chengyuan. Schéma I. Gonthier.

Fig. 14 — L'œil ne détecte que des détails de l'ordre de 0,2 mm à 1 m de distance. Les phénomènes d'ombre en lumière rasante permettent le repérage de défauts plus petits, la limite étant la diffraction de la lumière sur les imperfections. Et dans ce cas, l'ordre de grandeur correspond à celui de la longueur d'onde de la lumière visible, soit environ 0,5 µm également. Établi de polissage. xixe siècle. Détail de la gravure de Yuzuotu De Li Chengyuan. Schéma I. Gonthier.

67Les défauts micro-géométriques de la surface peuvent aussi être supprimés à l’aide de morceaux de carborundum maintenus entre des pinces à feu de forge, comme à Mahäbalipuram en Inde. Parfois à sec, le plus souvent avec de l’eau, les pierres artificielles abrasives descendent en granulométrie pour réaliser des polissages très fins à brillants.

Fig. 15 — Polissages sur statue monumentale. Une pince fixe efficacement une pierre abrasive (carborundum). La finition, nécessitant moins de pression, est exécutée à la main. Granite. Mahäbalipuram. État du Tamil-Nadu, Inde. 1986. Clichés E. Gonthier.

Fig. 15 — Polissages sur statue monumentale. Une pince fixe efficacement une pierre abrasive (carborundum). La finition, nécessitant moins de pression, est exécutée à la main. Granite. Mahäbalipuram. État du Tamil-Nadu, Inde. 1986. Clichés E. Gonthier.

68Pour polir des plages planes à légèrement bombées, ou de larges plaques de jade, il est nécessaire d’adoucir ou de doucir les gemmes en les frottant avec un abrasif conséquent et de l'eau. Cette séquence technique est essentielle pour la suite des travaux. Le jade peut être abrasé à l’aide d’une pierre facettée plate, telle une agate ou un jaspe. Les défauts micro-géométriques de la surface sont ainsi effacés et surtout, si l’œuvre est réalisée avec des matériaux composites, on obtient un planage parfait.

69Les défauts de planéité ou de rectitude, les défauts de circularité, les manques d’atteintes laissant des creux ou des rayures, etc., peuvent encore être repris jusqu’à la perfection visuelle. Le jade peut être frotté avec un bouchon de linge fin humecté d'eau, sur lequel on met des séries de poudres de plus en plus fines. L'usage d’un bouchon de linge pour piquer la pierre, ou plombage, entraîne la production d’états de surface de grande précision, quasi industriels. Les vitesses d’exécution varient suivant les nécessités estimées par le lapidaire.

Fig. 16 — Plombage par mouvements en « 8 » pour un polissage avec abrasifs calibrés de plus en plus petits (carborundum) sur marbre et jaspe rouge. Cette technique permet, par exemple, de rendre parfaitement plan un plateau ou une plaque marquetée. « Manufacture des pierres dures » de Florence, 2010, Italie. Clichés E. Gonthier.

Fig. 16 — Plombage par mouvements en « 8 » pour un polissage avec abrasifs calibrés de plus en plus petits (carborundum) sur marbre et jaspe rouge. Cette technique permet, par exemple, de rendre parfaitement plan un plateau ou une plaque marquetée. « Manufacture des pierres dures » de Florence, 2010, Italie. Clichés E. Gonthier.

70Le jade est ensuite relevé ou lustré. Cette dernière opération du polissage rend sa surface luisante et réfrangible aux rayons de la lumière. À l’aide d'un bouchon de linge humecté d'eau, puis d'un autre non humecté, on frictionne la surface de la matière en y ajoutant de la potée réduite en poudre : soit de la potée rouge composée de salpêtre, sulfate de fer, à laquelle, en l'employant, on mêle du noir (charbon de bois) ; soit de la potée grise, qui est de l'étain oxydé par l'eau forte réduit en poudre. Pour les marbres, une troisième sorte de potée est fabriquée à base d’os de mouton calcinés réduits en poudre.

71Au xxie siècle, le polissage par abrasions successives à l'aide de meules rotatives, emploie la grenaille d'acier, le carbure de silicium (SiC), le carbure de bore (B4C), l’émeri (ou corindon industriel, Al2O3), la pierre ponce, et les diamants (C) naturels ou artificiels. Des produits chimiques tels que l'acide sulfurique ou le sel d'oseille (acide oxalique) peuvent par ailleurs être ajoutés à ces poudres. Les propriétés des outils abrasifs sont, dans une large mesure, aussi influencées par la qualité des grains adoptés, sphériques à angulaires.

72Broyer manuellement les abrasifs n’est pas difficile, mais la méthode est chronophage, et c’est en nombre d’heures de pilage qu’est calculée la qualité granulométrique des poudres.

Fig. 17 — Concassage des poudres minérales dans un mortier posé sur un billot de bois. La qualité granulométrique est examinée par l’artisan assis qui, à l’aide d’une brindille fourchée, écarte les brisures non calibrées pour les renvoyer au broyage. Travail mixte effectué en extérieur. Détail de la gravure de Yuzuotu De Li Chengyuan. Schéma E. Gonthier.

Fig. 17 — Concassage des poudres minérales dans un mortier posé sur un billot de bois. La qualité granulométrique est examinée par l’artisan assis qui, à l’aide d’une brindille fourchée, écarte les brisures non calibrées pour les renvoyer au broyage. Travail mixte effectué en extérieur. Détail de la gravure de Yuzuotu De Li Chengyuan. Schéma E. Gonthier.
  • 5 Lu P.J., Yao N., So J.F., Harlow G.E., Lu J.F., Wang G.F., Chaikin P.M., “The Earliest Use of Coru (...)
  • 6 Long Laurent, La bonne pierre, définition, nature et vertus du jade, gisements et techniques dans (...)

73Un très grand nombre d’objets lithiques précieux préhistoriques ont été façonnés à l’aide de minéraux et de roches de dureté équivalente à inférieure, comme le quartz (poudre ou sous la forme de grès notamment), les grenats (poudre ou sous la forme de polissoirs de micaschistes...). Archéologiquement, la mise en évidence du premier emploi physique de corindon (émeri) en tant qu’abrasif remonterait à l’âge du Bronze Minoen (vers 1 700-1 500 av. J.-C.) sur des perles de quartz. En Chine, l’émeri aurait été employé vers 4 000 à 3 500 av. J.-C., pour mettre en forme des haches de pierre polies néolithiques au cours des cultures Liangzhu et Sanxingcun5. Vers 2 500 av. J.-C., la culture de Liangzhu obtint un poli miroir sur des haches grâce à l’emploi d’émeri conjugué avec du diamant. Cette découverte des premières techniques de polissage au Néolithique en Chine a été observée sur quantités d’objets en jade-néphrite. Il est supposé que le diamant n’aurait pas été employé en Inde avant le vie siècle av. J.-C. Dans la littérature, un texte de Zhou Mi (1232-1298) avait fait état de présence de diamants d'Asie centrale, et aussi du Hebei méridional actuel au nord du cours inférieur du fleuve Jaune6.

74L’usage de la poudre abrasive de Carborundum (carbure de silicium, D. : 9,5) fait suite à la description du minéral en 1905 par le chimiste français Henri Moissan, puis à la mise au point d’un procédé de fabrication artificiel en 1891 par le chimiste américain Edward Goodrich Acheson (1856-1931). Cette poudre peu chère révolutionna l’industrie, et cet avènement fut suivi par l’arrivée des poudres de diamant industriel de synthèse (SDA).

75De nouvelles solutions techniques sont apparues avec des corindons blancs de taille très réduite (jusqu'à 3 000 mesh) ou des carbures de silicium et non pas de la silice avec des process pouvant être réalisés à sec, en voie humide, ou par projection sur les pierres précieuses avec l'aérogommage. Ce procédé de traitement de surface dérivé de la technique de sablage consiste en la projection d'un abrasif à l'aide d'air comprimé à basse pression (de 0,5 à 9 bars) en vue du décapage ou nettoyage de surface. L’adjonction d'eau et d’air au mélange d'abrasif s’appelle l'hydrogommage. Les abrasifs de différents calibres sont souvent d'origine biologique et biodégradables et composés d'almandin (grenat), de silicate d'aluminium (scories de fusion), de bicarbonate de sodium, de calcite, de microbilles de verre, d'archifine, de rugos, de corindon ou de noyaux de fruits concassés.

76Il reste qu’aujourd’hui la demande en jade sur les marchés s’est largement démocratisée, délaissant l’art lapidaire respectueux des traditions ancestrales au profit de trucages des états de surface à base de paraffine, vernis, teintures, chauffages, etc.

Bibliographie

Alibert M. J.-P., « La mine de graphite de Sibérie découverte en 1847 », in Comptes-rendus des Académies des Sociétés savantes et des journaux, Paris, Imprimerie Poitevin, 1865.

Battesti, T., Gonthier E., Schubnel H.-J., Jades impériaux, Paris, Muséum national d’Histoire naturelle, galerie de Minéralogie, 1993.

Demoule J.-P. (sous la dir. de), La révolution néolithique dans le monde, Paris, éditions du CNRS, 2010.

Felibien, André, Des principes de l’architecture, de la sculpture, de la peinture, et autres arts qui en dépendent., pl. LVIII, Jean-Baptiste Coignard, rue Saint-Jacques Paris, 1676.

Fu Yuezhi, “Lun Zhongguo chuantong yu xiandai zhi zhuoju gongju yu fangfa. Time and Craft : The past and Present Working of Jade”, The National Palace Museum Research Quaterly, Vol. II, n3, 1984, p. 53-63.

Golas Peter J., « Zhuoyutu 琢玉圖 » (« La sculpture du jade illustrée »), série d'illustrations sur le travail du jade, Science and Civilization in China, Cambridge, Cambridge University Press, vol. V, part. XIII « Mining », 1999.

Gonthier E., « Réflexions sur des techniques lapidaires mogholes », Revue de l’Association Française de Gemmologie, A.F.G., n131, Paris, 1997, p. 25-27, 4 photos.

Gonthier E., Smith D.-C., Zivkovic A., Billard K., Reyjal I., Romain O., Fourcault J.-M., « Bijoux moghols et histoire des techniques joaillières sur gemmes et pierres précieuses », in L’Homme et le précieux, Matières minérales précieuses de la Préhistoire à aujourd’hui, édité par M.-H. Moncel & F. Fröhlich, Oxford, British Archaeological Report, coll. « BAR International Series 1934 », publié par John & Erica Hegges Ldt, Oxford OX2 6RA, 2009, p. 257-284.

Lin Chih-Hung R., Rêve de jade, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne (Paris IV), 2006.

Long Laurent, La bonne pierre, définition, nature et vertus du jade, gisements et techniques dans les textes anciens de la Chine, Oxford, British Archaeological Reports, coll. « BAR International Series 19 », 2010.

Lu P.J., Yao N., So J.F., Harlow G.E., Lu J.F., Wang G.F., Chaikin P.M., « The earliest use of corundum and diamond in prehistoric China », article published online, DOI : 10.1111/j.1475-4754.2005.00 184.x ; Archaeometry, vol. 47, Issue 1, Feb. 2005, p. 1-12.

Na Chih-Liang, “A Chronological Ancient Chinese Articals Survey”, Zhongguo guwu tongjian, 1980, p. 47-50. Citation extraite du Shijing ou Le Livre des Odes, recueil de 305 pièces de vers, section « Xiaya ».

Zhang Hongzhao, « Lapidarium Sinicum : A Study of the Rocks, Minerals, Fossils and Metals as known in Chinese Literature. Memoirs of the Geological Survey of China, series B, Number 2, May 1921. Peking, the Geological Survey of China, Ministry of Agriculture and Commerce », Review de Deméville P., Che ya (Lapidarium sinicum), Bull. de l’École française d’Extrême-Orient, vol. 24, 1924, p. 276-301.

Notes

1 Fu Yuezhi, « Lun Zhongguo chuantong yu xiandai zhi zhuojugongju yu fangfa. Time and Craft : The Past and Present Working of Jade », The National Palace Museum Research Quaterly, vol. II, n3, 1984, p. 53-63.

2 Lin Chih-Hung Roland, Rêve de jade, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne (Paris IV), 2006.

3 Na Chih-Liang, « A Chronological Ancient Chinese Articles Survey », in Zhongguo guwu tongjian, Taipei, Wenwen, 1980, p. 47-50. Citation extraite du Shijing ou Le Livre des Odes, recueil de 305 pièces de vers, section « Xiaya ».

4 Demoule J.-P. (sous la dir. de), La révolution néolithique dans le monde : Séminaire du Collège de France, Paris, éditions du CNRS, 2009.

5 Lu P.J., Yao N., So J.F., Harlow G.E., Lu J.F., Wang G.F., Chaikin P.M., “The Earliest Use of Corundum and Diamond in Prehistoric China”, article published online, DOI : 10.1111/j.1475-4754.2005.00 184.x ; Archaeometry, vol. 47, Issue 1, Feb. 2005, p. 1-12.

6 Long Laurent, La bonne pierre, définition, nature et vertus du jade, gisements et techniques dans les textes anciens de la Chine, Oxford, Oxford, British Archaeological Reports, coll. « BAR International Series 19 », 2010, p. 77.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Sciage de face d’un bloc de jade à l’aide d’un arc de découpe dont l’armature est maintenue verticale. Le jade brut est placé sur cales de bois. Les boues résiduelles sont récupérées de part et d’autre du bloc brut. Ouvrage exécuté ici par des hommes. xxe siècle, Chine. Schéma : E. Gonthier.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7650/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Fig. 2 — Scie de découpe à lame de fer doux sur châssis en bois (Kaiyutu) avec abrasif et eau desservie en goutte à goutte au-dessus de la fente de découpe. Deux personnes de face sont nécessaires à la manipulation de l’engin maintenu par le travers. Leurs deux mains sont indispensables pour stabiliser et orienter le travail mixte en extérieur. Les boues résiduelles sont récupérées de part et d’autre du bloc. Des calages de coins en bois sont nécessaires pour éviter le basculement du brut de jade. Détail de la gravure de Yuzuotu de Li Chengyuan. Schéma E. Gonthier.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7650/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Fig. 3 — Reperçage transversal d’un bloc de jade à l’aide d’un arc de découpe. L’armature est placée au-dessous de l’œuvre. Le jade est appuyé contre une cheville fixe en bois par le torse du lapidaire. Les boues résiduelles sont récupérées. Travail de face sur établi en atelier. xxe siècle, Chine. Dureté du jade-néphrite : 6,0 à 6,5, Dureté de l’acier : 5,5 à 6,5. Détail de la gravure de Yuzuotu de Li Chengyuan.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7650/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Fig. 4 — Préformage et débrutage du jade à la scie discoïde. L’effet utile de l’outillage dépend de la rapidité cadencée de la rotation du disque qui donne la vitesse de coupe, et de la pression exercée qui engendre l’avancement de la découpe. Le contrôle de ces deux paramètres donne l’effet utile du disque. Touret dextre. xxe siècle, Chine. Détail de la gravure de Yuzuotu de Li Chengyuan.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7650/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Fig. 5 — Pour produire une saignée, le couteau lapidaire comportant 5 dents plates doit être guidé par une règle, ici en bronze. L’abrasif mêlé d’eau est déposé en avant du couteau en aluminium (D : 1,5). L’abrasif ici est du carbure de silicium (Moissanite synthétique) (D : 9,25). Travail en atelier. « Manufacture des pierres dures » de Florence, 2010, Italie. Cliché E. Gonthier.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7650/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Fig. 6 — Touret de gravure senestre comportant une hampe amovible mue par une sangle. Détail. Gravure de Yuzuotu de Li Chengyuan. Schéma E. Gonthier.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7650/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 7 — Morphologie des fraises discoïdes Détail de la gravure de Yuzuotu de Li Chengyuan. Schéma E. Gonthier.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7650/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Fig. 8 — Fraises serpentiformes à hampe décentrée employées pour dégrossir le jade sur 2 à 3 niveaux de reliefs sous-jacents. Cliché E. Gonthier, collection particulière.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7650/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 9 — Pour libérer le travail des mains, l’établi comporte une colonne de fixation et une colonne de direction fendues pour laisser y glisser une barre d’appui agissant comme une balance romaine. Le poids est calculé pour appuyer et augmenter l'action du rodage à la verticale la mèche sur le jade et être suffisamment pesant pour laisser la mèche dans son bon axe. Établi de perçage. xixe siècle. Chine. Schéma E. Gonthier.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7650/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 10 — Le tonneau en métal contient généralement du sable pour mieux maintenir la pièce à la fois en hauteur et en largeur. 2 mors en bois adaptés étreignent le jade afin d’éviter tout danger de déplacement dans le boulet. Établi de perçage. xixe siècle. Chine. Schéma E. Gonthier.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7650/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Fig. 11 — La rotation de la mèche est obtenue par le mouvement bas/haut à l’aide d’un manche transversal en bois percé en son centre d’un trou tubulaire lâche pour laisser agir la hampe de la mèche. À chaque extrémité, 2 autres trous parallèles à celui du centre, laissent passer une corde d’enroulement qui rejoint le trou situé au sommet de la hampe. Cette corde est nouée sous chaque extrémité du manche. Le mouvement de va et vient haut/bas génère les enroulements-déroulements de la hampe. L’effort physique est transmis au balancier, qui, par inertie et par tension de la corde, produit l’effet retour de la mèche, et ainsi de suite. Schéma E. Gonthier.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7650/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Fig. 12 — Mèche « langue tête d’aspic » lamellaires respectant les angles des forets mécaniques actuels. L. : 6 cm. Jade-néphrite. Dorsétien, Alaska. Cliché E. Gonthier.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7650/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Fig. 13 — Mèches à écarteurs doubles ou quadruples. « Ateliers des pierres dures » de Florence, xixe siècle, Italie. Clichés E. Gonthier.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7650/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Fig. 14 — L'œil ne détecte que des détails de l'ordre de 0,2 mm à 1 m de distance. Les phénomènes d'ombre en lumière rasante permettent le repérage de défauts plus petits, la limite étant la diffraction de la lumière sur les imperfections. Et dans ce cas, l'ordre de grandeur correspond à celui de la longueur d'onde de la lumière visible, soit environ 0,5 µm également. Établi de polissage. xixe siècle. Détail de la gravure de Yuzuotu De Li Chengyuan. Schéma I. Gonthier.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7650/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 15 — Polissages sur statue monumentale. Une pince fixe efficacement une pierre abrasive (carborundum). La finition, nécessitant moins de pression, est exécutée à la main. Granite. Mahäbalipuram. État du Tamil-Nadu, Inde. 1986. Clichés E. Gonthier.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7650/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Fig. 16 — Plombage par mouvements en « 8 » pour un polissage avec abrasifs calibrés de plus en plus petits (carborundum) sur marbre et jaspe rouge. Cette technique permet, par exemple, de rendre parfaitement plan un plateau ou une plaque marquetée. « Manufacture des pierres dures » de Florence, 2010, Italie. Clichés E. Gonthier.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7650/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 17 — Concassage des poudres minérales dans un mortier posé sur un billot de bois. La qualité granulométrique est examinée par l’artisan assis qui, à l’aide d’une brindille fourchée, écarte les brisures non calibrées pour les renvoyer au broyage. Travail mixte effectué en extérieur. Détail de la gravure de Yuzuotu De Li Chengyuan. Schéma E. Gonthier.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7650/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 55k

Auteurs

Monsieur Gonthier Erik est maître de conférences au Muséum national d’Histoire naturelle et chercheur à l’U.M.R. 7194, musée de l’Homme, MNHN.

Madame Gonthier Ida-Ambre est journaliste scientifique.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search