Version classiqueVersion mobile

Les nationalismes en Espagne

 | 
Francisco Campuzano Carvajal

Introduction

Nation-héritage ou nation-contrat ?

Francisco Campuzano Carvajal

Texte intégral

1On ne pouvait commencer cet ouvrage sur la question des nationalismes en Espagne sans évoquer l’opposition classique entre la conception holiste de la nation développée par le pasteur et philosophe allemand Johann Gottfried Herder (1744-1803) et la conception individualiste exposée par l’historien français Ernest Renan (1823-1892) dans sa fameuse conférence Qu’est-ce qu’une nation ? Point de départ obligé de toute réflexion sur le phénomène national, ces deux conceptions continuent d’influencer de près ou de loin le débat sur les origines et la nature de la nation.

  • 1 J. G. Herder, Idées pour la philosophie de l’histoire de l’humanité, Paris, Aubier, 1962, p. 145.
  • 2 « Père et mère, enfant et frère, ami et être humain, ce sont là des rapports naturels qui nous ren (...)
  • 3 Herder en vient ainsi à condamner « l’agrandissement contre nature des États, le mélange affreux d (...)
  • 4 lbid., p. 159.

2Comme on le sait, Herder inscrit la nation dans l’organisation du monde voulue par Dieu et lui confère une dimension holiste qui transcende les volontés individuelles. Elle se définit ainsi comme une communauté naturelle dont les membres sont unis par des liens biologiques, organiques, linguistiques et culturels : « De façon merveilleuse [la Providence] a séparé les peuples non pas seulement par des forêts et des montagnes, des mers et des déserts, des fleuves et des climats, mais en particulier aussi par des idiomes, des penchants et des caractères »1 Cette conception de la nation comme communauté naturelle entraîne chez Herder une attitude de défiance à l’égard de l’État, création artificielle2 qui s’est constituée au gré des conquêtes territoriales et des alliances dynastiques, et dont les limites ne coïncident que rarement avec celles de la nation3. Il ne saurait donc être question, dans la perspective herdérienne, de construction nationale par en haut, c’est-à-dire sous l’impulsion d’une dynastie ou d’un État. Mais la défiance à l’égard de l’État ne signifie pas pour autant son rejet pur et simple ; celui-ci peut-être utile à la nation, à condition toutefois qu’il soit en harmonie avec le génie national (le fameux « Volksgeist ») : « L’État le plus naturel est [...] un peuple doué d’un même caractère national. Celui-ci se maintient en lui durant des millénaires et peut, si le prince né lui aussi de ce peuple y tient, parvenir au terme de son développement de la façon la plus naturelle »4. Tout en affirmant la pérennité de la nation indépendamment de l’État, Herder assigne à celui-ci une mission fondamentale qui consiste à mener la nation au terme de son développement, en précisant toutefois que seul un État national peut accomplir cette mission. Dans la perspective de Herder, l’État ne saurait donc être antérieur à la nation, ce en quoi il se différencie des théories modernistes qui font de l’État un préalable à la construction nationale. Mais il n’en est pas moins nécessaire à son accomplissement. Ces deux principes seront évidemment repris par les nationalismes ethniques, d’abord pour affirmer l’atemporalité de la nation : elle existe depuis des temps immémoriaux, et continuera d’exister quel que soit l’État qui l’englobe ; et ensuite, pour affirmer que chaque nation doit avoir son propre État, car c’est pour elle le seul moyen d’atteindre son plein développement.

  • 5 E. Renan, Qu’est-ce qu’une nation et autres écrits politiques, Paris, Imprimerie Nationale Édition (...)

3A cette conception de la nation comme héritage, on oppose traditionnellement la notion de nation-contrat développée par Ernest Renan, dont l’essai, il convient de le rappeler, s’inscrit dans le contexte créé par le rattachement à l’Allemagne des provinces germanophones de l’est de la France à la suite de la guerre de 1870. On se s’étonnera guère dans ces conditions que Renan commence son essai en soulignant que la nation ne saurait être fondée sur des critères raciaux, tant il est vrai que nulle part on ne trouve de race pure. Substituer au principe des nations celui de l’ethnographie revient pour Renan à faire reposer la politique sur une dangereuse chimère, car « autant le principe des nations est juste et légitime, autant celui du droit primordial des races est étroit et plein de danger pour le véritable progrès »5. La nation ne saurait être définie non plus à partir de critères linguistiques. Le fait de parler la même langue n’empêche pas les États-Unis et l’Angleterre, l’Amérique espagnole et l’Espagne d’être des nations distinctes. A l’inverse, il existe bien une nation suisse en dépit de la variété de langues parlées sur le territoire helvétique. Une nation n’est pas non plus une communauté religieuse dès lors qu’il n’y a plus de religion d’État et que chaque individu peut choisir librement de pratiquer un culte ou de n’en pratiquer aucun. Elle ne repose pas davantage sur l’intérêt, car la nation revêt surtout une dimension sentimentale, elle est « une âme ». Elle n’est pas enfin un principe territorial en vertu duquel un peuple s’arrogerait le droit de procéder à des conquêtes territoriales pour s’adjuger telle ou telle portion de territoire censée se situer à l’intérieur de ses frontières naturelles.

  • 6 Id., p. 240.
  • 7 Ibid., p. 241.

4Ayant ainsi dénié à la nation les attributs qui, pour la plupart, sont ceux que lui assigne la tradition allemande, Renan en vient à énoncer les deux conditions essentielles qui, pour lui, constituent une nation : « avoir des gloires communes dans le passé, une volonté commune dans le présent ; avoir fait de grandes choses ensemble, vouloir en faire encore »6. Comme on le voit, la nation de Renan est d’abord le résultat d’un processus historique, ce qui l’apparente dans une certaine mesure à la conception allemande de la « nation-héritage ». Mais la nation de Renan n’est pas que cela. Elle est aussi le résultat de la volonté de ses membres de continuer à faire partie d’une même collectivité, une volonté toujours actualisée que Renan exprime par la fameuse métaphore du « plébiscite de tous les jours »7. Bien que Renan n’y fasse pas directement référence, on voit bien que la question de la légitimité de l’État ne se résout pas par son adéquation au caractère national, comme chez Herder et ses épigones, mais bien par l’adhésion que lui manifestent les membres de la collectivité nationale indépendamment de toute considération de type ethnique, culturel ou linguistique. Cette dissociation entre l’identité nationale et d’autres allégeances communautaires préfigure à bien des égards les théories plus récentes où la construction nationale apparaît en relation étroite avec un processus de modernisation destructeur des anciennes identités communautaires.

  • 8 B. Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La (...)
  • 9 A. D. Smith, National Identity, Londres, Penguin Books, 1991.
  • 10 Ernest Gellner, Nations et nationalisme, Paris, Payot, 1989, p. 86.
  • 11 E. Gellner, op. cit., p. 19.
  • 12 Id., p. 86.
  • 13 Ibid., p. 11.

5Il n’est pas nécessaire de discuter longuement la thèse selon laquelle la nation est une construction moderne. On peut certes la définir avec Benedict Anderson comme une « communauté politique imaginaire et imaginée » qu’il convient d’envisager dans une perspective non pas idéologique mais anthropologique, autant dire culturelle8. On peut encore mettre en avant, comme le fait Anthony D. Smith avec des arguments convaincants, les fondements ethniques (définis dans un sens culturel) des identités nationales9. Mais quelle que soit l’importance de l’héritage culturel dans la constitution d’une nation, elle n’invalide pas pour autant la thèse d’Ernest Gellner selon laquelle « c’est le nationalisme qui crée les nations et non pas le contraire »10. On sait par ailleurs, au moins depuis Renan, que l’existence de la nation repose essentiellement sur la volonté des individus de s’identifier à une communauté politique qui est certes le produit d’une histoire, mais dont la pérennité dépend en dernière instance de l’allégeance constamment renouvelée de ses membres. Gellner consigne deux conceptions possibles de la nation qui, envisagées conjointement, pourraient constituer une synthèse au moins partielle entre les concepts de nation-héritage et nation-contrat : « 1. Deux hommes sont de la même nation si et seulement s’ils partagent la même culture, quand la culture à son tour signifie un système d’idées, de signes, d’associations et de modes de comportement et de communication. 2. Deux hommes sont de la même nation si et seulement s’ils se reconnaissent comme appartenant à la même nation »11. Ces deux conditions sont cependant nécessaires mais non suffisantes selon Gellner, car il leur manque la dimension politique qu’introduit le nationalisme : « On peut réellement définir les nations en fonction de la volonté et de la culture, d’une part, et en fonction de leur convergence avec les unités politiques, d’autre part »12. Nous abordons là un aspect fondamental du nationalisme, qui est son caractère radicalement exclusif tant du point de vue politique que culturel. Fondé sur le principe que « l’unité nationale et l’unité politique doivent être congruentes »13, le nationalisme ne tolère en principe ni le partage du pouvoir avec des instances étrangères à la nation, ni des allégeances nationales plurielles.

  • 14 Ibid., p. 57.
  • 15 Ibid., p. 89.
  • 16 Ibid., p. 72.

6C’est sans doute chez Gellner que se trouve affirmé avec le plus de force le lien qui unit le couple nation-nationalisme à la société moderne. Création du nationalisme, qui est lui-même consubstantiel à la société industrielle, la nation n’est pas inscrite dans la nature, encore moins dans un quelconque dessein divin ; elle est, au même titre que l’État, un phénomène contingent. Elle répond à une nécessité fonctionnelle imposée par la société industrielle, dont les membres « doivent posséder une formation générique qui leur permette de suivre les instructions et les informations des manuels à propos d’une nouvelle activité ou d’une nouvelle profession »14. L’école apparaît ainsi comme l’instrument privilégié d’une construction nationale qui se caractérise principalement par la diffusion d’une langue et d’une culture commune en lieu et place des langues et des cultures des communautés pré-modernes : « Le nationalisme consiste essentiellement à imposer globalement à la société une haute culture là où la population, dans sa majorité, voire sa totalité, vivait dans des cultures inférieures. Cela signifie la diffusion et la généralisation d’une langue transmise par l’école et contrôlée par l’université dont la codification répondrait aux exigences de la technologie et de la bureaucratie pour permettre une communication assez précise »15. La perspective dans laquelle se situe Gellner est évidemment celle de la création de l’État-nation au xixe siècle. Un État-nation dont la consolidation dépend à la fois de sa capacité à éroder les identités communautaires traditionnelles et à susciter l’adhésion à une identité nationale, forcément nouvelle, dont la possession doit offrir aux individus des avantages symboliques et matériels conséquents. Il faut, en somme, que « les populations illettrées, à demi affamées, qui ont quitté en masse leur campagne et leur ghetto culturel dépassé pour se déverser dans ces creusets culturels que sont les bidonvilles, désirent ardemment l’intégration à une zone culturelle qui a, ou semble pouvoir acquérir, un État qui lui soit propre et qui promette de donner, ultérieurement, une totale citoyenneté culturelle, l’accès à l’école primaire, un emploi, etc. »16.

  • 17 E. Hobsbawm, Nations et nationalismes depuis 1870, Paris, Gallimard, 1992.

7Le processus de nationalisation peut cependant susciter des réactions de rejet dans certaines couches de cette population invitée à se fondre dans le nouveau moule de l’État-nation. Ce peut être le cas, nous dit Eric Hobsbawm, de la petite bourgeoisie traditionnelle dont le statut social se trouve menacé par la poussée de la modernité ou, au contraire, des nouvelles couches urbaines nées précisément de cette modernisation mais dont l’intégration dans le nouveau système social se fait de manière problématique ; ce peut être encore des communautés culturelles mises au contact les unes des autres dans des pays d’immigration17. Quoi qu’il en soit, on voit apparaître à partir des années 1870 des mouvements nationalistes qui font de l’ethnie et de la langue l’étendard de leur combat, mais dont les motivations profondes relèvent plutôt des problèmes de statut social et d’accès au pouvoir politique que rencontrent leurs membres. Ce nationalisme tardif diffère du nationalisme initial des libéraux en ceci qu’il ne se projette pas dans un mouvement d’expansion de la nation, mais au contraire, dans le retour à une nation originelle dont l’existence est attestée par une langue et une culture propres.

  • 18 M. Dogan, « Classe, religion, parti : triple déclin des clivages électoraux en Europe », Revue Int (...)

8Surgis comme des effets émergents de la modernité, les nationalismes ethniques se trouvent constamment sous la menace de cette même modernité dont la dynamique est malgré tout orientée vers l’atténuation des solidarités grégaires et leur substitution par des comportements qui obéissent à des rationalités individuelles. Comme le note Mattei Dogan à propos des comportements électoraux, « partout en Europe, la majorité des électeurs furent pendant longtemps influencés et parfois conditionnés par leurs attaches religieuses, par leur position socio-économique ou par la perception qu’ils en avaient, et par leur appartenance à une communauté ethnique, régionale, linguistique. Mais aujourd’hui plus que jamais, grâce au développement de l’éducation et des médias, un nombre croissant d’électeurs votent en tant qu’individus plutôt qu’en tant que membres solidaires d’un groupement ou d’une agrégation sociale »18. Si les clivages culturels, et avec eux les clivages ethniques et linguistiques, tendent à perdre de leur influence sur les orientations électorales, c’en est certainement fait du nationalisme en tant que principe politique. Mais on en est encore loin, du moins dans l’Espagne des autonomies.

  • 19 B. de Riquer, « El surgimiento de las nuevas identidades contemporáneas : propuestas para una disc (...)
  • 20 R. Boudon, La logique du social, Paris, Hachette, 1979, p. 199 n.

9Cette dernière remarque nous amène à nous demander jusqu’à quel point les différentes approches de la nation et du nationalisme que nous avons évoquées pourraient être extrapolées au cas espagnol. Borja de Riquer mettait en garde dans un article récent contre « los efectos distorsionadores y las confusiones creadas por las teorías y por los conceptos y modelos, fabricados por los sociólogos y politicólogos, en exceso generalizadores, que a menudo ofrecen una visión bastante simplificada de la construcción de las identidades »19. Cette méfiance à l’égard des généralisations théoriques des sociologues et politologues résulte sans doute du fait que la démarche de l’historien —et Riquer en est un— l’amène, comme le faisait remarquer il y a quelque temps déjà Raymond Boudon, « à construire un modèle où la population des variables est plus grande que dans le modèle du sociologue et où certains des constantes ou paramètres du sociologue prennent le statut de variables »20. En d’autres termes, les problématiques sur lesquelles travaille l’historien sont toujours fortement contextualisées, et intègrent donc un grand nombre de paramètres propres à chaque contexte, tandis que le sociologue (ou le politologue) cherche au contraire à ce que ses variables soient aptes à expliquer toutes les occurrences d’un phénomène, quelles que soient les particularités qu’il revêt dans tel ou tel contexte.

10Il va sans dire que la question des nationalismes en Espagne s’inscrit dans un contexte ou plutôt dans des contextes historiques qu’il est nécessaire de connaître pour bien apprécier la spécificité de chaque cas. Et c’est bien dans cette perspective qu’ont été conduites les analyses qui figurent dans le présent ouvrage. Mais ce souci de contextualisation ne doit cependant pas nous inciter à nous désintéresser complètement des analyses théoriques, ne serait-ce, justement, que parce que cette mise en perspective théorique peut nous aider à mieux apprécier ce qui constitue l’originalité du cas espagnol. D’ailleurs, aussi attentifs aux singularités contextuelles soient-ils, les historiens ne peuvent manquer de se référer plus ou moins explicitement aux modèles dominants dans les sciences sociales. Comment, par exemple, parler de l’échec de l’État-nation en Espagne sans tenir compte des attributs que la théorie lui assigne ? C’est bien parce qu’il existe un modèle général de l’État-nation — un type idéal, pour employer une terminologie weberienne— que l’on pourra apprécier les variations du cas espagnol par rapport à ce modèle.

11Ce rapide tour d’horizon des problématiques liées à la nation et au nationalisme nous aura ainsi permis de mettre en évidence deux caractéristiques majeures de la question nationale dans l’Espagne contemporaine. La première a trait à l’échec de la construction de l’État-nation, qui aura permis à une partie des élites périphériques de réactiver d’anciennes identités culturelles et d’en faire le fondement d’une identité nationale concurrente de la nation espagnole. La deuxième résulte de la façon dont s’est manifestée la logique d’exclusion sur laquelle repose le nationalisme. Elle s’est trouvée compliquée par le fait que ni le nationalisme espagnol a eu les moyens de mener à son terme le processus de construction d’une nation espagnole, ni les nationalismes périphériques ont jamais été en mesure de s’affranchir de la tutelle politique de l’État espagnol. C’est par rapport à cette impuissance partagée qu’il convient d’entendre les rapports complexes qu’entretiennent depuis le xixe siècle le nationalisme espagnol et les nationalismes périphériques. Ils sont en quelque sorte condamnés à un face-à-face permanent dans lequel les périodes de tension alternent avec des périodes de collaboration.

Notes

1 J. G. Herder, Idées pour la philosophie de l’histoire de l’humanité, Paris, Aubier, 1962, p. 145.

2 « Père et mère, enfant et frère, ami et être humain, ce sont là des rapports naturels qui nous rendent heureux ; ce que l’État peut nous donner, ce sont des instruments artificiels ; malheureusement, il peut nous dépouiller de quelque chose de plus essentiel, de nous-mêmes ». Id., p. 145.

3 Herder en vient ainsi à condamner « l’agrandissement contre nature des États, le mélange affreux de diverses variétés d’hommes et de nations unies sous un seul sceptre ». Ibid., p. 159.

4 lbid., p. 159.

5 E. Renan, Qu’est-ce qu’une nation et autres écrits politiques, Paris, Imprimerie Nationale Éditions, 1996, p. 231.

6 Id., p. 240.

7 Ibid., p. 241.

8 B. Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 1996, p. 19.

9 A. D. Smith, National Identity, Londres, Penguin Books, 1991.

10 Ernest Gellner, Nations et nationalisme, Paris, Payot, 1989, p. 86.

11 E. Gellner, op. cit., p. 19.

12 Id., p. 86.

13 Ibid., p. 11.

14 Ibid., p. 57.

15 Ibid., p. 89.

16 Ibid., p. 72.

17 E. Hobsbawm, Nations et nationalismes depuis 1870, Paris, Gallimard, 1992.

18 M. Dogan, « Classe, religion, parti : triple déclin des clivages électoraux en Europe », Revue Internationale de Politique Comparée, 3,1996, p. 540.

19 B. de Riquer, « El surgimiento de las nuevas identidades contemporáneas : propuestas para una discusión », Ayer, n° 35, 1999, p. 22.

20 R. Boudon, La logique du social, Paris, Hachette, 1979, p. 199 n.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search