Version classiqueVersion mobile

Madrid, février 1965. Une ligne de partage ?

 | 
Florence Belmonte

Deuxième partie. Madrid. Année universitaire 1964-65

Chapitre IV. Madrid, février 1965. Les événements

Texte intégral

  • 1 Mesa Garrido Roberto, Jaraneros y alborotadores. Documentos sobre los sucesos estudiantiles de febr (...)

Au gouvernement de la Nation, au Ministre de l’Éducation Nationale et au Secrétaire Général du Mouvement
Lorsqu’il entre à l’Université ou dans les Écoles Spécialisées, l’étudiant se trouve face à un parcours qui consiste à surmonter, avec peu de moyens, diciles à obtenir, une série d’obstacles au bout desquels se trouve le plus grave de tous : que faire avec des diplômes ?
Alors que les résidences universitaires et les chambres des pensionnats sont rares et chères, que beaucoup parmi nous se voient réduits à vivre dans des pensions aux prix sans cesse à la hausse, où les conditions d’études et de vie collective universitaire sont presque impossibles, alors que les livres scolaires sont décients et coûteux, alors que les droits d’inscription à l’université et aux assurances maladie sont en constante augmentation, l’étudiant se voit en manque d’aide universitaire susante et toutes les charges retombent sur les budgets des familles qui étouent et qui ne voient pas de récompense à de tels sacrices. [...]
La situation matérielle et professionnelle de l’universitaire espagnol, c’est l’indigence, ses perspectives intellectuelles, la médiocrité, — combien de professeurs et de maîtres éminents n’ont-ils pas été mis à l’écart pour des raisons idéologiques et d’ordre personnel !—, et son avenir est totalement incertain du fait du manque de débouchés et de lières de spécialisation et par l’application de critères extraprofessionnels quand le pays réclame précisément tout le contraire : l’apport de nouvelles compétences et de nouveaux eorts.
Les causes de ce panorama désolant : [...] il existe un profond divorce entre l’université en théorie, celle de la version ocielle, et la réalité universitaire faite par les étudiants en chair et en os, des hommes de notre pays et de notre temps, avec leur histoire, leurs opinions et leurs désirs. Ce divorce explique très bien la stérilité et les échecs récoltés sur le terrain intellectuel, sportif et syndical, des échecs qui nous humilient sur le plan international chaque fois que nous rencontrons des étudiants étrangers. Au sentiment de désenchantement que nous ressentons, nous, Espagnols qui voudrions être ecaces, prendre part, par l’exercice de l’intelligence et de la réexion critique, au service du bien commun et voyons anéanti ce noble dessein, il faut ajouter désormais l’amertume qu’engendre l’émigration croissante de centaines de milliers de nos meilleurs diplômés. Ces réalités ne peuvent qu’aecter profondément à l’avenir la vie sociale de la nation, qui déjà, sur d’autres aspects, n’est en rien facile ni juste. [...] Carle chemin suivi à ce jour est celui de l’intolérance, celui de la déperdition des forces et de l’anarchie. [...]
En conscience, l’immense majorité des étudiants espagnols pense qu’il est impossible de maintenir plus longtemps la situation d’humiliante inertie où, — si l’on n’apporte de solution adaptée à aucun des problèmes professionnels, économiques, religieux, culturels, sportifs, de communication, de cohabitation et de représentation —, vient échouer fatalement, année après année, le meilleur potentiel de la jeunesse dont l’insertion ecace et adéquate est chaque jour plus difcile, ce qui propage, par contagion progressive, le profond malaise universitaire à l’ensemble de la vie de la Nation qui à son tour nourrit en les aggravant tous les problèmes jusqu’alors occultés1. [...].

1Voilà comment et en quels termes les étudiants analysaient la situation et s’adressaient aux plus hautes autorités académiques et syndicales dans une pétition du premier février... 1956.

  • 2 Díaze lías, Pensamiento español... Op. cit. p. 84.

2Pour comprendre l’extrême tension du climat universitaire madrilène qui conduit aux manifestations de février 1965, il convient en eet de mesurer la situation à l’aune de l’analyse qui avait été faite au moment de la grande crise de 1956 et de la satisfaction toute relative de ses objectifs, car malgré son ampleur considérable elle n’avait pu aller au-delà d’une tentative d’ouverture universitaire et de libéralisation exemplaire2. En eet, en 1964-65, malgré la réorganisation progressive d’une vie culturelle un peu moins fermée et d’un activisme politique d’opposition qui s’étendait, le Régime n’avait pas cédé sur l’essentiel. Le SEU était toujours là et, surtout, seule restait possible une opposition exprimée depuis la clandestinité. Les quelques changements de façade consentis par le Régime et qui n’avaient trompé personne dans le monde universitaire en crise n’avaient pu cacher que les seules et véritables réponses du Régime étaient la répression et la force d’inertie. Le changement de politique économique n’avait pas non plus apporté de solution satisfaisante au problème d’insertion professionnelle des diplômés. De plus, si les attaques incessantes auxquelles il était soumis, les coups de gries, l’avaient blessé, il n’en voulait rien laisser paraître. En 1965, l’optimisme et le triomphalisme du discours ociel étaient toujours de mise. Au fond, la stabilité du Régime n’était-elle pas au prix de cette capacité à jouer avec le temps ? Dans la partie de bras de fer qui s’était instaurée, le temps qui peut pousser au désenchantement que suscite une activité militante sans lendemain sperceptibles, au repli dans un anticonformisme solitaire et stérile, à l’apathie, pouvait s’avérer son meilleur allié.

3Ce pari comportait des pièges, cependant, dans lesquels le SEU fut le premier à tomber. L’échec de sa politique de socialisation de la jeunesse et la participation d’une part de ses adhérents à la lente reconquête de parcelles de liberté culturelle et idéologique en témoignent. Dans son étude sur l’idéologie et la littérature dans la presse universitaire du Franquisme, Jordi Gracia remarque à propos de son lectorat :

  • 3 Gracia Jordí, Crónica de una deserción. Ideología y literatura en la prensa universitaria del franq (...)

L’inappétence de lecteurs indiérents aux précieux entrelacs d’un versicateur garcilacista, l’avidité de retrouver des mots imprimés qui soient un reet authentique du moment, la séduction cinématographique du Néoréalisme italien et de son nouveau langage, le maintien d’une mémoire spécique de la culture libérale exilée et constamment agressée, l’espoir placé en un État social et fort qui transforme l’Espagne en une société moderne3.

  • 4 Alvarez Cobelas José, La oposición universitaria al franquismo : Los sucesos de febrero de 1965. Op (...)
  • 5 Davira Formenter, Universidad. Crónica de siete años de lucha. Horizonte español. T. II. Editorial (...)

4Mais le SEU, même si on fait à juste titre le constat de sa désertion, restait ociellement présent au moins comme avertissement de la volonté du pouvoir de garder ociellement la haute main sur le monde universitaire. Par ailleurs, si le syndicat unique avait indubitablement perdu son audience et son soutien, le contrôle des milieux universitaires n’en restait pas moins réel. La régulation de la vie universitaire était peu à peu passée aux mains d’autorités académiques dont on sait à quel point elles avaient été inltrées par les valeurs réactionnaires dont les techniques de répression n’étaient pas moins ecaces que celles de la police. En cas d’insoumission aux règles idéologiques et politiques, un étudiant pouvait perdre ses droits d’inscription pour un an et se voir interdire l’inscription dans son université les années suivantes. Il y avait aussi la possibilité qu’il soit interdit d’inscription dans quelque université que ce soit au minimum pendant deux années universitaires ou qu’il soit expulsé à vie de l’université espagnole. Il pouvait aussi se voir dépossédé de son droit au report d’incorporation dans le Corps Militaire universitaire ou perdre et son droit au report d’incorporation et son intégration dans ce corps militaire précisément, ce qui le contraignait à eectuer immédiatement son service national avec le contingent, et, pour les plus réfractaires, au Maroc. Enn, dans les cas de dissidence collective considérés les plus graves, les autorités académiques avaient recours aux forces de l’ordre qui les relayaient ecacement par des détentions préventives qui permettaient l’ouverture ocielle d’un enquête académique4. La présence de la police, inltrée par des agents de la Brigada Político-Social, était devenue permanente à partir des événements de 1956. Désormais elle avait exercé les missions de contrôle et de renseignements qui auparavant incombaient au SEU.Aux ordres du « Recteur », les forces de l’ordre lui remettaient des rapports selon une périodicité de unà trois mois, selon le degré d’agitation du moment. Il semble aussi que des méthodes de surveillance plus insidieuses soient venues s’ajouter à ce contrôle« légal » : des gardes civils retraités reconvertis en concierges jouaient le rôle d’informateurs et il y avait des indicateurs au sein de la population étudiante. Les jours de manifestations la police anti émeute intervenait, organisée en général en Compagnies d’une centaine d’hommes sous les ordres d’un capitaine5. L’emprisonnement était au nombre des sanctions possibles.

1 Madrid, Février 1965. La crise6

  • 6 Cette reconstitution des journées qui ont secoué l’Espagne en février 1965 s’appuie sur la consulta (...)
  • 7 Farga Manuel, Universidad... Op. cit. p. 67.

5Le début de l’année universitaire avait été marqué par plusieurs événements. Tout d’abord, le SEU avait par deux fois changé de responsable, en septembre puis à nouveau en novembre. Ensuite, dans l’opposition, l’agitation avait repris par un boycott des autobus universitaires en contestation de l’augmentation des prix des transports. Puis, il y avait eu des négociations entre les délégués des universités et Ortí Bordas, le responsable du SEU, sur la question de la future représentativité des étudiants. Devant son refus de modier, — sur la base des propositions d’étudiants indépendants du syndicat—,la liste de candidats qu’il pensait présenter, les délégués s’étaient retirés et les négociations avaient été interrompues7.

  • 8 Il s’agissait des représentants élus dans chaque faculté par les étudiants depuis le décret du le 1 (...)
  • 9 Junta de Delegados
  • 10 Alvarez Cobelas José, La oposición universitaria al franquismo : Los sucesos...Op. cit. p. 55.
  • 11 Federación Universitaria Democrática Española. Groupe clandestin né en 1961 de la coalition des étu (...)

6En janvier, face à l’obstination d’Ortí Bordas pour contrôler la totalité des candidatures, les représentants des facultés madrilènes8décidèrent de se constituer en Comités de Délégués9susceptibles de coordonner une action collective, décision dont la communauté universitaire fut informée par la distribution d’un bulletin signé par l’ensemble des facultés à l’exception des secteurs Pharmacie, Vétérinaire et de trois Écoles Techniques. Face au danger de sédition, la tentative de reprise en main par les autorités ne se t pas attendre : organisation d’un référendum conduisant à refuser l’abandon du principe du syndicat unique, pression des membres du SEU sur les étudiants apolitiques, suppression d’aides économiques, interdiction de manifestations culturelles, menaces de retrait des bourses, enquête académique pour deux étudiants, Javier Ruiz Castillo et pour le délégué de la faculté des Sciences Politiques et Économiques, Carlos Romero Herrera10. C’est en réponse à cette vague de répression que les étudiants des facultés de Sciences Politiques et Économiques et de Sciences Humaines commencèrent à réclamer la démission des autorités académiques, — y compris du « Recteur » —, le principe d’autonomie des Recteurs ainsi que la suspension des sanctions. La Federación Universitaria Democrática Española (FUDE)11convoqua alors la manifestation du 29 janvier 1965 devant le Ministère de l’Éducation Nationale où la police procéda à des arrestations.

7L’eervescence reprit deux semaines plus tard à la faveur de l’organisation d’un cycle de conférences par l’aumônerie de la faculté des Sciences sur le thème délicat : Vers une véritable paix, aujourd’hui. Le Père Zurita, aumônier de cette même faculté, avait déjà organisé ce genre de manifestations culturelles les années précédentes, sur des thèmes qui n’étaient pas exclusivement religieux, au motif que les étudiants devaient être informés d’un panorama des valeurs culturelles existantes et de l’actualité. Le cycle de conférences du mois de février 1965 avait reçu l’aval du Doyen. Au programme des 17, 18 et 19 février :

  • L’intellectuel face à la paix, Santiago Montero Díaz.

  • La Démocratie chrétienne, Mariano Aguilar Navarro.

    • 12 Laposición del intelectual ante lapaz ; la Democracia cristiana, Visión cristiana de la alienación (...)

    Vision chrétienne de l’aliénation religieuse, José María González Ruiz12.

  • 13 Lorenzo Telmo dans La universidad contra la dictadura. Revista ibérica 15/03/1965, considère que le (...)

8Le 17 février, après quelques tergiversations des autorités académiques et religieuses, car le thème abordé n’était pas anodin, la conférence du professeur Montero Díaz se déroula normalement. Le Régime venait de célébrer ce qu’il considérait être Les vingt-cinq années de paix qu’à son sens il avait apportées à l’Espagne. Mais développer une problématique qui démontrait que la paix ne pouvait exister en dehors du respect d’autres valeurs consistait en une critique ouverte des célébrations ocielles qui venaient de s’achever, si bien que le lendemain, le cycle de conférences fut suspendu par le Doyen. Les étudiants venus assister à la conférence se concentrèrent dans un premier temps chez le Doyen puis se dirigèrent, — aux cris de Liberté d’expression, Autonomie des universités et SEU, non, — en manifestation vers le Rectorat où la police les attendait13. Il faut dire pour achever d’expliquer leur réaction, qu’outre l’interdiction en elle-même les motifs invoqués par les autorités étaient une atteinte de plus à l’intelligence, autorités académiques et ecclésiastiques se renvoyant laborieusement la responsabilité de la suspension. De fait, les conférences avaient été interdites par le « Recteur »qui s’était appuyé sur les autorités ecclésiastiques qui, à leur tour, niaient avoir donné cet ordre au prétexte qu’il ne relevait pas de leurs compétences.

9Dans l’après-midi, il fut décidé d’élever une motion de protestation auprès du Doyen et du « Recteur », — en réclamant à ce dernier qu’il rende ses explications publiques —, de demander des éclaircissements par écrit à la hiérarchie ecclésiastique sur la question de sa participation à la prise de décision d’interdiction et d’exiger la reprise du cycle de conférences. Les étudiants ajoutaient un ultimatum : en cas de non satisfaction de cette demande, ils considéreraient la représentativité des délégués du SEU comme nulle et non avenue, déclaraient ne plus répondre des possibles manifestations et débordements qui pourraient découler de l’aggravation de l’incompréhension qui s’était installée entre eux et les diérentes instances de leurs autorités hiérarchiques.

  • 14 Les trois premières avaient été déclarées ouvertes lors des événements de 1956 et de 1962.

10Le lendemain, 19 février, le professeur José María González Ruiz fut autorisé à prononcer la conférence initialement prévue et théoriquement interdite depuis la veille, Vision chrétienne de l’aliénation religieuse. Mais le 20, le professeur Mariano Aguilar Navarrose vit interdire l’entrée de la faculté des Sciences, ce qui mit un terme au cycle de conférences et ralluma l’agitation universitaire. Face à la perspective de reformer une manifestation qui pouvait conduire à un arontement avec les forces de police comme ils en avaient fait déjà plusieurs fois l’expérience depuis le début de l’année universitaire, la majorité des 1500 étudiants qui s’étaient réunis se déterminèrent pour se constituer en assemblée et déclarèrent l’ouverture de la Quatrième Assemblée libre des Étudiants14.

11La motion rédigée au cours de cette assemblée conrme en premier lieu la liation qui s’établit entre les revendications de 1956 et la crise de 1965. On y lit l’objectif principal qui sous-tendait depuis neuf ans tout type de manifestation à l’université mais il est clair que ce texte, si on le confronte à la lettre, précédemment observée, qui avait été adressée en 1956 au gouvernement de la Nation, au Ministre de l’Éducation Nationale et au Secrétaire Général du Mouvement met presque exclusivement l’accent sur la volonté de faire évoluer le syndicalisme universitaire vers une démocratisation ociellement reconnue.

  • 15 Recortes de Prensa, no2, mayode 1965. Fonds Arija, Documentacióne informes, correspondencia de la A (...)

La Quatrième Assemblée Libre des Étudiants, réunie dans la grande salle de la Faculté des Sciences de Madrid, démocratiquement et à l’unanimité présente son énergique protestation contre :
α Les mesures répressives prises par les autorités académiques et gouvernementales, dont la dernière expression est la suspension de la conférence qui devait être prononcée dans cette salle et à l’heure présente.
β L’obligation (de fait une violation des Doits de l’Homme fondamentaux) d’adhésion au Syndicat Ociel.
γ Le dédain qu’ont montré les autorités par leur interprétation tendancieuse de la lettre de l’Evêché sur la question de ces conférences.
En conséquence, L’Assemblée exige la satisfaction immédiate des revendications suivantes :
1. La liberté syndicale sur la base de l’existence d’un syndicat autonome, représentatif, démocratique, libre et indépendant de toute coercition politique et académique.
2. L’amnistie générale des étudiants chés, frappés d’une amende et emprisonnés.
3. La liberté d’enseigner et d’apprendre pour l’ensemble de l’université, la liberté d’association dans l’université espagnole. L’Assemblée s’oppose à la Loi sur les associations parce qu’elle va à l’encontre des articles 19 et 20 de la Déclaration des Droits de l’Homme de l’ONU que l’Espagne a ratiée en intégrant ses instances.
4. La solidarité avec les ouvriers espagnols en lutte pour les mêmes revendications démocratiques.
5. Cette Assemblée instaure le2 mars comme Jour de l’Étudiant où l’ensemble de la communauté étudiante présente ses revendications et ses plaintes à l’autorité gouvernementale.
6. Cette Assemblée développera et concrétisera les points précédents et à cette n réclame la présence de tous les étudiants de Madrid tout au long de la semainedu21au28 février à l’endroit que les circonstances permettront et à la même heure, 12h30.
Madrid, le 20 Février 196515.

12Toute l’attention des étudiants est concentrée sur la signication politique du conit alors que le texte de 1956 insistait sur les conditions de vie et d’études déplorables d’une partie des étudiants. Ils demandaient alors au Régime d’y apporter une solution. En 1965, la communauté étudiante est radicalisée, il y a beau temps qu’elle est convaincue que le Régime connaît parfaitement la situation étudiante et qu’il la laisse pourrir. Elle montre dans la motion de la Quatrième Assemblée Libre des Étudiants qu’elle a abandonné l’idée d’un dialogue au terme du quel elle amènerait le régime à apporter des améliorations à sa vie. Il est clair que l’analyse y est faite de la responsabilité de la nature politique du Régime : les conditions de vie et la qualité de la formation des étudiants espagnols ne dépendent pas de mesures isolées qui ne concerneraient que le monde universitaire mais d’un changement de structure politique, seul capable, dans son sillage, d’apporter satisfaction aux revendications économiques, sociales et culturelles communes au monde étudiant et au monde ouvrier.

13Au passage, on voit dans le troisième point des revendications que les étudiants espagnols réunis ce jour-là s’inscrivent dans une perspective qui franchit les frontières de l’Espagne, montrant ainsi qu’ils ont choisi de s’en remettre à une autorité politique d’une autre nature que le Franquisme. La proposition d’une journée de l’étudiant consacrée à leurs revendications et non plus désormais à la commémoration des étudiants morts pendant la guerre civile aux côtés de l’Espagne nationale est un autre signe de leur volonté de tourner le dos au Franquisme, en tant que système politique bien entendu mais aussi en tant que vecteur de valeurs politiques et sociales anachroniques, d’esprit de vengeance et de désunion, une façon de dire que s’ils sont, par la force des choses, les héritiers d’une situation de guerre civile, ils ne veulent ni en cultiver un souvenir tout entier voué au culte des vainqueurs ni voir leur avenir fermé par le maintien des valeurs du 18 juillet.

  • 16 La crise universitaire se prolonge jusqu’au2 mars, date marquée par une dernière manifestation de c (...)

14Ce texte sert de déclencheur à une période de particulière violence16. En eet, dans les jours qui suivent, échaudées par l’expérience et inquiètes de l’annonce d’une semaine d’action, les autorités avaient pris leurs dispositions an de contrecarrer les projets de réunions collectives. Le 22, la police encerclait la faculté et contrôlait les cartes d’étudiants, ne laissant pénétrer dans chaque secteur que les étudiants qui en dépendaient. Ceux-ci décidèrent alors d’organiser des séances dans chaque faculté an que l’information puisse circuler et que le débat ne soit pas interrompu. Le 23, lors de la troisième assemblée, les étudiants ne pouvant tenir leur réunion dans la faculté de Droit du fait de la présence des forces de l’ordre et d’étudiants qui s’opposaient au mouvement de sédition, ils durent se réfugier dans le hall de la faculté de Philosophie. Là, il fut procédé à la formation d’un groupe de représentants des secteurs de Sciences, Droit, Sciences Politiques et Économiques et Philosophie. Le lendemain, 24 février, on comptait aux alentours de trois mille étudiants réunis toujours dans cette même faculté. L’action du jour fut une lettre portée au Rectorat par l’ensemble des présents à l’issue d’une manifestation qu’on voulait pacique et silencieuse. Des membres du corps professoral en tête, suivis par les délégués des cours, puis par les étudiants rangés par les de dix, — plusieurs milliers semble-t-il —, furent interrompus dans leur progression par l’intervention de la police qui malgré le calme général reçut l’ordre de charger les étudiants qui s’étaient assis. Si le récit de ces événements comporte quelques éléments cocasses tels que le camion citerne défectueux utilisé pour disperser les manifestants qui en réalité purent résister à l’attaque par la simple ouverture de leurs parapluies, l’altercation se solda par une vingtaine d’étudiants et un policier blessés, trente arrestations, dont celles de professeurs emmenés dans des véhicules banalisés à la Direction Générale de Sécurité. La totalité des étudiants arrêtés fut relâchée dans la soirée, mais, dans la nuit qui suivit, dix autres étudiants, considérés comme les leaders politiques du mouvement, furent à leur tour incarcérés.

  • 17 La Commission du Travail qui planiait la réforme du syndicat et de l’université ; La Commission d’ (...)

15À partir du 25 février, les autorités menacèrent de fermer la faculté, toujours encerclée par les forces de police, jusqu’au mois de juin et de ne la rouvrir qu’au moment de la session d’examens de septembre, ce qui était un moyen de pression puisque les étudiants auraient ainsi été privés de cours et de la première session, risquant ainsi de perdre une année d’études. L’action, qui allait se prolonger jusque dans les premiers jours de mars puis être relayée par d’autres centres universitaires sur le territoire national, s’orienta alors vers des méthodes de résistance qui cherchèrent à ne pas sortir du cadre de la légalité. En résumé, les revendications exprimées par les étudiants après de multiples débats conduits au sein de commissions17et au terme des dix réunions de l’Assemblée tenues dans cette période furent :

  • La reconnaissance de la liberté d’expression et d’association dans l’université.

  • L’amnistie générale des sanctions universitaires et judiciaires inigées aux étudiants et aux professeurs.

    • 18 Farga Juan Manuel, Universidad y democracia en España. Op. cit. p. 71.

    L’organisation d’un référendum qui serait un premier pas d’un dialogue avec les autorités18.

16Au cours de la réunion du 23 février, les étudiants avaient commencé à réclamer le soutien des professeurs. Le premier à répondre à cet appel fut Agustín García Calvo, professeur de Philosophie et de langues anciennes. Sur sollicitation des étudiants, le même jour, le professeur d’Éthique José Luis López Aranguren se joignit à l’Assemblée. Le 24 s’ajoutaient Santiago Montero Díaz, professeur d’Histoire ancienne et Roberto García de Vercher, professeur de Formation Politique. La manifestation pacique et silencieuse du 24 était d’ailleurs née d’une proposition de José Luis Aranguren dont on peut observer le souci de toujours agir dans le calme et en interprétant habilement la légalité franquiste. Au cours de ces journées d’agitation on le voit également en négociateur auprès de forces de l’ordre an d’éviter les arontements physiques. C’est dans le même esprit, semble-t-il, de ne pas en arriver au choc frontal et à la sanction que le Professeur Enrique Tierno Galván était venu de Salamanque, où il exerçait, an de faire acte de présence. En réalité, pour lui permettre de ne pas sortir du cadre de la loi qui lui imposait de ne pas intervenir directement dans les débats d’une université à la quelle il n’appartenait pas, un étudiant lut le texte de soutien qu’il avait fait parvenir la veille. Les professeurs rent alors la proposition d’une grève passive qui consistait à se présenter devant les classes mais à ne pas faire cours, une façon de paralyser concrètement la vie de l’université qui n’avait pas été interrompue par les manifestations. Cette proposition reçut l’adhésion de plusieurs nouveaux professeurs.

17Il ressort de la synthèse des revendications professorales qui émanèrent des assemblées des diérentes facultés engagées dans l’action que ces enseignants mettaient particulièrement l’accent sur la nécessité d’une réforme de l’université dans laquelle ils seraient tous invités à s’exprimer par la voie des urnes sur le fonctionnement de l’institution et sur la question de ses activités. Ils réclamaient un régime de liberté dans l’exercice de leur profession et voulaient une université ouverte et accessible à tous quelle que soit l’origine sociale de chacun. On voit aussi qu’ils avaient le souci de l’avenir professionnel des étudiants qu’ils déclaraient soutenir dans leur conquête de la liberté d’association. Leur réexion s’étendait aussi à des aspects de la vie universitaire que les étudiants n’abordaient pas, comme celui de la nécessité de doter les université d’État existantes de moyens susants pour leur fonctionnement avant de penser à aider les université privées et avant de créer de nouveaux centres universitaires privés ou non. Ils pointaient le doigt sur la question du recrutement nécessaire à un encadrement ecace des eectifs mais en mettant en garde contre le danger d’un recrutement hâtif qui pouvait entraîner une dégradation du niveau de formation de la profession. Enn, ils réclamaient eux aussi, l’amnistie de toutes les sanctions inigées.

18Néanmoins, il ne faut pas perdre de vue que ces positions n’étaient pas celles de l’ensemble du corps professoral. On peut lire à titre d’exemple la tiédeur des professeurs titulaires de l’université des Sciences, convoqués par leur Doyen, dans le procès verbal de la réunion extraordinaire qui se tint le premier mars 1965. Le Père Zurita, à l’origine de l’organisation du cycle de conférences, y était, à mots couverts, désigné comme le responsable des événements par manque de rigueur. Les professeurs présents soutenaient leur Doyen contre l’autorité ecclésiastique à laquelle ils demandaient des éclaircissements sur l’origine de l’interdiction des conférences. L’action en cours était jugée comme seule responsable des troubles que traversait l’université. Toutefois, ils condamnaient la violence de la police et souhaitaient que l’on diuse le plus largement possible qu’ils n’étaient en aucune façon responsables de la répression et voulaient aussi que, sur cette question, le Ministère de l’Éducation Nationale soit dédouané. Enn, ils en appelaient à la magnanimité des autorités an que les sanctions soient levées. Mais une phrase pleine d’ambiguïté recommandait que l’on prenne les mesures nécessaires à un rapide rétablissement de la normalité en consolidant l’autorité académique. Cette proposition alliée aux recommandations bienveillantes par lesquelles ils prêchaient le calme aux étudiants et à une déclaration sur l’urgence d’étudier leurs revendications, peut laisser supposer qu’ils aient un moment espéré se poser en arbitres de la situation de crise et consolider leur pouvoir à l’intérieur de l’institution comme au sein du corps professoral. Par ailleurs, étudier les revendications ne signiait pas nécessairement les satisfaire.

  • 19 Décret du 8 septembre 1954.

19Au terme de ces journées d’action, le bilan de la répression présentait des perspectives lourdes de conséquences. Chez les étudiants, en dehors des blessés, il y avait eu des enquêtes académiques, ce qui revenait à les cher. Les leaders politiques, s’ils n’étaient pas emprisonnés, se trouvaient sous haute surveillance. De leur côté, les professeurs virent également pleuvoir les sanctions. En accord avec la réglementation de la discipline académique19, le Ministère avait ouvert une enquête académique pour les professeurs García de Vercher, Montero Díaz, Tierno Galván, López Aranguren, Aguilar Navarro et García Calvo.

Tableau 1. — Calendrier des journées d’action étudiante. Madrid, 1965

Tableau 1. — Calendrier des journées d’action étudiante. Madrid, 1965

2 Les versions ofcielles

  • 20 Abréviation de Noticiario y Documentales, (actualités et documentaires), il fut créé en 1942 et ouv (...)
  • 21 NO. DO. .No 1157C. 08/03/1965.

20On est tout d’abord médusé par l’incroyable permanence de ton et de contenu des actualités et des documentaires cinématographiques du NO DO, première expression de l’information ocielle20. Lorsque éclate la crise universitaire de février 1965, le thème de l’université y est abordé, certes, mais sous l’angle habituel, dans les actualités cinématographiques de l’époque, de l’évasion et sur le ton enjoué et bon enfant qui accompagnait, depuis les années quarante, la vie des Espagnols ltrée par les caméras des services de propagande. Un spectateur actuel distrait pourrait presque penser que l’agitation universitaire n’y est pas traitée. Mais les spectateurs espagnols de l’époque, loin d’être dupes, étaient même très entraînés au décodage des messages et de la désinformation du Régime. Alors que l’université est en ébullition, les actualités proposent une joviale évocation de la Tuna Universitaria : costumes folkloriques et guitares délent dans les rues d’Oviedo où se déroulent la concentration annuelle et le concours de ces groupes d’étudiants musiciens, lutins pleins de facéties. La foule amassée sourit avec tendresse et bienveillance aux acrobaties et aux mimiques du tambour ; Modernité oblige, le regard des femmes et même des jeunes lles accroche celui des étudiants, l’allure superbe, l’œil qui en dit long. Quelques silhouettes féminines apportent leur touche néoréaliste, — maquillage appuyé, rondeurs soulignées —, mais sans excès, rien de fellinien. Juste de quoi jouer à se rassurer : l’Espagne est un pays moderne, en Espagne on est heureux. Tradition et nationalisme, cette fois, obligent, la duchesse d’Albe, marraine d’honneur de la journée, reçoit un cadeau et franchit l’auence en foulant aux pieds les capes que ces vieillots jeunes gens venus de toutes les régions d’Espagne déposent en hommage devant ses pas pour lui ouvrir la marche jusqu’à l’estrade pavoisée qui l’attend. On lui remet un cadeau, elle distribue les trophées21. Chacun peut avoir sa lecture du spectacle de cette ardente et anachronique jeunesse : modèles de vertu ou hypocrites accomplis.

  • 22 Aguirre Javier, Blanco vertical. 1965.

21Dans la foulée, un documentaire : Blanco vertical, titre dont on pourrait traduire l’espritpar, Vertigineuse pureté22. Outre le rappel rebattu du principe de verticalité cher à la Phalange, le réalisateur Javier Aguirre propose au spectateur de partir à la découverte de trésors de détachement cachés derrière les murs en ruines d’un monastère de Trappistes, — prière, austérité, travail manuel, silence. Pour eux, —dit le commentateur—, chasteté, pauvreté, obéissance, pas de catégories ni de classes sociales, pas de loi de l’ore et de la demande, pas d’objets personnels. Pour eux la notion du temps s’est transformée, l’éternité n’a pas de limites. L’Espagne franquiste pourrait-elle rêver meilleurs citoyens ?

  • 23 Emblématique de la Prensa del Movimiento, il avait été fondé en 1935 par José Antonio Primode River (...)
  • 24 Fondé en 1935, c’était le quotidien qui diusait le mieux les valeurs de l’Église. Comme tous les q (...)
  • 25 En 1939, la famille Luca de Tena qui l’avait fondé en 1903, récupéra ses installations et de fait s (...)
  • 26 Déjà présent à Madrid avant la guerre, c’est certainement le quotidien qui s’était le mieux illustr (...)
  • 27 Né à Tolède pendant la guerre civile, il avait été lancé par la Hermandad de Madrid et avait enregi (...)

22La réalité qui la rattrape est par contre mieux perceptible dans la presse quotidienne. À l’époque, l’espace journalistique madrilène est principalement couvert par Arriba23, Ya24, ABC25, Informaciones26 et le journal du soir El Alcázar27.

23La discrétion du journal Arriba, lorsqu’on a pris la mesure de l’importance de la crise, en dit long sur l’inconfort du Régime et de sa presse la plus dévouée. Arriba était en eet le quotidien des plus dèles défenseurs des valeurs du 18 juillet. Le silence est presque total entre l’édition du vendredi 26 février et celle du2mars, c’est-à dire pendant les journées de plus forte agitation, ou plutôt c’est la même information qui revient jour après jour. Le 26, alors que la rédaction n’a donné aucun détail sur le déroulement des faits, les lecteurs peuvent lire en page 2, dans la rubrique Opinion — Point de vue, deux articles de fond. Le premier, pour qui possède les clés de cette lecture puisqu’à aucun moment il n’y est fait allusion, est une réponse à la conférence L’intellectuel face à la paix, de Santiago Montero Díaz. Il s’intitule La paix leur fait mal et dénonce la responsabilité des intellectuels, des pseudo intellectuels pour la plupart, et des inévitables acolytes de tous leurs mauvais coups. Tous les procédés caricaturaux et éculés de la propagande franquiste, exemplaires de sa malhonnêteté intellectuelle sont présents : l’armation gratuite ; les métaphores médicales lées de microbes en virus qui infectent le corps de la patrie ; les ennemis de toujours auxquels on ne craint pas de reprocher de ne pas admettre d’être la cible de tout le mépris du système, de toute son arrogance, bref, les exclus, démagogues manipulateurs de la jeunesse qui n’ont pas le courage d’un viril arontement physique, allusion à la suprématie des armes sur celle de l’esprit dans les valeurs franquistes ; les journalistes du Régime qui déguisent l’action politique clandestine en lâcheté politique et la précarité professionnelle en opportunisme alors que c’est le Régime qu’ils servent qui a instauré le dénide liberté politique et méprise ses fonctionnaires.

  • 28 Anonyme, Les duele la paz, Arriba, 26/02/65. p. 2. « unos son intelectuales, los más, seudo intelec (...)

Si la paix semble leur faire mal, c’est certainement parce qu’il ne s’y sentent pas dans leur élément. Infectés par une sauvage rébellion de salon, ils tentent de contaminer les autres du microbe de la dissidence, en commençant par les secteurs les plus jeunes et, par conséquent, les plus malléables et les plus farouchement naïfs de notre société. La consigne ne peut être autre que la contestation [...] Et le communisme qui rôde et surveille la partie depuis une position marginale, sans avancer de pièces, qui n’ignore pas quel est le point faible de la bourgeoisie, et impose subrepticement des consignes de prudence. La tactique de la non violence, le rythme moutonnier de la passacaille pacique, le furtif recrutement de fouines et de valets plus ou moins légitimement liés aux fonctions du monde intellectuel, ne sont rien de plus que des innovations tactiques du chef pour le compte duquel ils travaillent28.

  • 29 Anonyme, Sindicalisme auténtico, Arriba, 26/02/65. p. 2.

24Le second article rappelle les principes du syndicalisme authentique29, il s’entend, le syndicalisme vertical, celui que le Régime continue de prôner et qui n’a pas besoin d’un cortège de syndicats. Comme aux plus grands jours d’expansion de la propagande caricaturale des premières années du Franquisme, les épouvantails des ennemis traditionnels du Régime sont agités : Communistes, Catholiques, Juifs, Socialistes, sans oublier le complot international à nouveau brandi. La presse française, plus précisément, le quotidien Le Monde, sont montrés du doigt comme étant au nombre des fauteurs de trouble en Espagne. En page 8 du même numéro, c’est-à-dire, dans les pages consacrées au compte rendu de l’actualité, le lecteur apprend par ailleurs, dans un minuscule encart, que des lettres de protestation contre les professeurs qui encouragent au trouble de l’ordre public sont arrivées au Ministère de l’Information et du Tourisme en provenance de toute l’Espagne pour condamner énergiquement cette attitude jugée anormale. Le même encart termine par l’annonce de la fermeture de la faculté des Sciences Humaines.

  • 30 Anonyme, Expediente académico a cuatro catedráticos. Mejoran los heridos de la manifestación estudi (...)

25Quelle représentation des événements les Catholiques lecteurs de Ya peuvent-ils, de leur côté, construire ? Pour eux non plus on ne peut pas parler de commentaire de l’actualité à chaud. Ce n’est que le 27 février que la rédaction titre en première page : Enquête académique pour quatre professeurs. Les blessés de la manifestation étudiante se rétablissent30. Il ne s’agit en aucun cas d’un compte rendu ou d’une analyse de la situation mais de la publication d’un communiqué imposé par les services informatifs de la Direction Générale de la Presse, comme cela se pratiquait depuis les origines de la Presse du Mouvement. Ya se fait le vecteur de la voix de l’autorité :

  • 31 « De acuerdo conel reglamentode Disciplina Académica (Decreto del 8 de septiembrede 1954),seha disp (...)

En accord avec le règlement de Discipline Académique (dans son Décretdu8septembre 1954), disposition a été prise pour qu’un dossier d’enquête académique soit ouvert à l’encontre de messieurs les professeurs Montero Díaz, Tierno Galván, López Aranguren et García Calvo par la commission des fautes professionnelles prévues à l’alinéa deux de l’article deux(pour insubordination aux autorités académiques) et à l’alinéa trois (pour invitation ou encouragement donné, sous quelque forme que ce soit aux manifestations collectives de la population scolaire dans l’intention de perturber le fonctionnement courant, académique ou syndical) du dit règlement31.

26Il ne transmet que les informations fournies par les autorités gouvernementales, comme la nouvelle du rétablissement des blessés dont les péripéties de leurs blessures n’ont jamais été racontées, idem pour le retrait de sa carte de journaliste au correspondant de presse à l’étranger José Antonio Nováis pour avoir publié dans le journal Le Monde ce que la rédaction estime être la fausse information selon laquelle une vingtaine d’étudiants avait été blessés le 25 dont un était gravement atteint, Luis Tomas Poveda Sánchez..

27Toutefois Ya n’est pas le vecteur d’expression des seules autorités gouvernementales. Le groupe universitaire de l’Association Catholique des Pères de Famille y expose également son analyse dont une partie est d’ailleurs juste : la situation est grave, comme le montre l’ampleur du mouvement qualié de révolutionnaire. Des observateurs attentifs et avertis comme ce groupe universitaire de pères de famille ont détecté, disent-ils, le développement d’une idéologie marxiste que leurs naïfs enfants n’ont su discerner. Conscients du danger qu’ils pensent y avoir à coner l’éducation de leur progéniture à une institution dans laquelle des adultes, des professeurs, l’entraînent de fait à la sédition, ils ont leurs propositions :

  • 32 Anonyme, Los padres de familia contra la acción subversiva en la universidad. Ya. 28 février 1965. (...)

Mais on peut faire quelque chose d’autre pour éviter que ne se répète ce qui est arrivé de sorte que la mission éducative de l’université ne soit pas abâtardie et c’est que les mères de famille y soient présentes et y jouent le rôle qui raisonnablement leur revient, pour partager en étroite collaboration avec les autorités académiques la tâche de formation de nos enfants. [...] Bien entendu, les pères de familles pourraient de leur côté apporter un jugement sain dans l’étude du problème du Syndicat Espagnol universitaire, motif initial des troubles32.

28On se souvient de l’opportunisme constaté chez les professeurs restés dèles au Régime, qui voyaient dans cette crise universitaire l’occasion d’aermir leur position à l’intérieur de l’institution et au sein de leur corporation. Il n’est pas interdit de lire ici une attitude similaire de la part de ces milieux catholiques déterminés à inltrer un peu plus l’université au point d’envisager d’y imposer leurs propres épouses. La perspective de cette tranche de pouvoir à conquérir leur avait visiblement fait perdre tout repère au point d’oublier un moment combien jalousement ils veillaient à ce que justement elles n’entrent pas dans la vie publique.

29ABC, le prestigieux journal monarchiste, accompagne d’un peu plus près l’actualité universitaire. Il est, parmi les diérents quotidiens madrilènes, celui qui aborde le plus largement la question, en apportant des informations sur le déroulement des événements mais aussi, ce qui cadre mieux avec son style habituel, par des articles de réexion caractéristiques de l’intellectualisme élitiste et socialement pesant de ses rédacteurs.

  • 33 Anonyme, Estudiantes y personas no controladas provocan incidentes en la ciudad universitaria. ABC. (...)

30L’actualité d’abord : observons le numéro du 25 février. En apprend-on plus sur le déroulement de l’action en lisant ABC ? Guère plus en fait, même si le titre phare, Des étudiants et des individus incontrôlés provoquent des incidents à la cité universitaire33, de la rubrique Madrid au jour le jour, laisse espérer quelques développements supplémentaires. L’article est minuscule. On sait néanmoins globalement que, la veille, une réunion tumultueuse a eu lieu à la faculté de Sciences Humaines, que cet incident succédait à d’autres survenus les jours précédents, que trois professeurs étaient intervenus auprès des étudiants puis s’étaient joints à eux pour partir en manifestation jusqu’au Rectorat sous le prétexte d’apporter au Recteur une lettre contenant les conclusions d’une prétendue assemblée libre des étudiants. On perçoit clairement qu’il manque un développement dans cet article : en eet, on ne comprend pas pourquoi les forces de l’ordre ont dissout la manifestation en faisant usage des lances à incendie. Par contre, on sait que les étudiants ont répondu par des jets de pierres et que quatre agents des forces de l’ordre et deux manifestants ont été blessés.

31Après avoir sacrié, lui aussi, à la publication d’un texte ociel émanant du Rectorat, qui annonce la fermeture de l’université et menace toute expression de rébellion de sanctions immédiates, ABC élève le débat. Un article de César González Ruano, Du Néo-mal, fait, à la une, l’analyse du mécontentement de la jeunesse, dans lequel il lit plutôt une angoisse. Dans un style apparenté à l’exercice philosophique, il explore la problématique du malaise de la jeunesse, problématique éternelle à son sens, poncif par excellence de la querelle des anciens et des modernes. Il semble en eet s’y connaître en matière de phrases creuses, lui qui ressasse le caractère éphémère et saisonnier de ces crises dans lesquelles son condescendant paternalisme indique qu’il ne voit que des maux incontournables comme la puberté, sots comme l’âge bête. Il conclut :

  • 34 González Ruano, César, Sobre lo neo-malo. ABC, 25/02/1965. « Yo no sé si estamos en un momento dema (...)

Je ne sais, pour ma part, si nous traversons une période d’excessive intelligence. Peut être vaudrait-il mieux être simplement intelligents. Tous les excès sont dangereux. [...] Je ne crois pas qu’il existe en réalité des choses anciennes, vieilles ou nouvelles. L’intelligence tend à l’intemporalité, à l’éternité. Et une jeunesse « angoissée » n’est en aucune manière supérieure à L’alcalde de Zalamea, qui avait lui aussi ses angoisses. Il conviendrait de méditer tout cela34.

32En attendant sagement que jeunesse se passe, le lecteur d’ABC peut, ce jour-là, se pencher sur des éclaircissements de la brûlante actualité apportés par un professeur en chaire à l’Université de Salamanque, César Real de la Riva. Il propose une analyse en deux chapitres publiésles25et26 février. L’auteur y fait en premier lieu, un bilan de la situation en partie exact :

  • 35 Real De La Riva César, El problema universitario (I). Del pasado hasta el presente. La política y l (...)

Pour libérer l’université il faudra la rénover. Et aujourd’hui plus qu’hier car les immenses secteurs que la science et la technique modernes ont ouverts au travail commun dans leur pleine dimension universelle, l’accès à l’université de masses juvéniles en expansion qui viennent tout simplement y apprendre, et qui, chaque jour plus, en toute justice, sont issues de toutes les classes sociales, les attentes d’une société qui y cherche des horizons de lumière et d’espoir ainsi que des principes d’organisation pour des mécanismes vitaux complexes et impérieux en constante accélération exigent de façon urgente deux choses fondamentales pour l’université : moyens et autonomie35.

33Mais le lecteur habituel, à l’instar de César Real de la Riva, n’entend pas donner à cette analyse la réponse qu’attendent les étudiants ces jours-là descendus dans la rue. En eet, dès la lecture des questionnements et des solutions proposées, il apparaît clairement que la crise universitaire fournit l’occasion de réarmer des valeurs traditionnelles galvaudées, selon l’auteur, par l’arrivée historique de l’État Nation. Ainsi démontre-t-il que si anciennement l’université espagnole était si réputée, c’est qu’elle ne dépendait pas de l’État moderne mais vivait sous la protection des monarques de cette époque qui n’entravaient ni son autonomie ni son indépendance ni sa dimension internationale et œcuménique. Bien sûr, concédait-il, à l’origine de la dégradation de l’université il y aurait eu la maison d’Autriche qui l’aurait peu à peu vidée de ses forces intellectuelles en en détournant les esprits les plus brillants pour les mettre au service de sa politique. Dès lors, l’université aurait peu à peu sombré jusqu’à l’épuisement de ses forces vives, consommé sous la monarchie de Ferdinand VII. L’État moderne, à son tour, et malgré de prétentieuses déclarations sur sa volonté d’excellence et de libéralisme, n’en aurait pris la charge que contraint et forcé, comme le démontraient la pénurie de moyen et le peu de respect qu’il témoignait à l’institution universitaire depuis son avènement.

34Comment faire face au problème majeur de la massication croissante et étouante ? S’interroge César Real de la Riva. Pour lui, les règles de l’institution doivent être redénies dans le respect de l’État et de la tradition, proposition dont on peut mesurer toute l’ambiguïté et donc les multiples interprétations au moment de sa mise en application ; l’État ne doit plus avoir le monopole de la délivrance des diplômes, y compris dans un régime universitaire qui admet l’existence de l’enseignement libre mais qui de fait reste réglementé par l’État ; l’État doit concéder une part de la mission éducative à l’enseignement libre dans le cadre d’une coopération à égalité avec lui. Autrement dit, pour répondre à la massication, il sut de laisser à l’État, avec ses petits moyens, la mission de prendre en charge la formation des classes moyennes et défavorisées et laisser les classes les plus aisées créer des pôles d’excellence pour leurs enfants, système qui, au passage, les protègerait d’une pernicieuse promis cuité sociale. L’Université par excellence, c’est, l’Université de Navarre, celle de l’Opus Dei, où règnent la liberté et l’esprit d’entreprise, concepts nouveaux, étrangers et incompatibles avec la bureaucratie administrative de l’État.

  • 36 Real De La Riva César, El problema universitario (II). Expansión, personalización y autonomía. ABC. (...)

Voici ce qu’il faut avant tout prendre en compte : aujourd’hui, l’université ne peut être autre chose qu’une grande entreprise spirituelle, avec la liberté et les moyens qu’une grande entreprise exige. [...] Nous ne nions pas que l’État, inspiré par de modernes tendances sociales et totalitaires, aurait pu, à un moment donné, conduire une rénovation de fond et une planication intégrale de l’enseignement, s’il avait eu des idées, des moyens économiques et s’il avait fait autorité en la matière. Mais comme cette occasion n’a pas été saisie et que de ce fait on a reconnu les universités libres, toute organisation dogmatique dénie sans perspective d’évolution s’avère extrêmement dangereuse pour l’université actuelle. Pourtant oui, il faut une législation souple et rigoureuse qui réoriente ou redénisse en grande partie les bases de la Ley de Ordenación Universitaria espagnole —peut être la plus caduque de toute notre réglementation administrative — et qui tende avec clairvoyance et de façon progressive, mais rapide, sans faillir, à l’autonomie des universités ocielles, au réveil des forces morales et sociales qui l’habitent et à la concentration dans l’université de tous les moyens dont l’État pourra disposer en vue de son immédiate modernisation et de son expansion36.

35On est loin d’une réponse apportée aux préoccupations immédiates du monde universitaire. Ces quelques phrases sont une illustration supplémentaire de la lutte constante qu’entretenaient les familles politiques qui formaient le Franquisme. À la faveur de la crise universitaire, l’échec de la politique éducative et culturelle du phalangisme, son incapacité à concevoir un programme du fait de son manque de préparation intellectuelle, sont soulignés sans détours oratoires. La critique adressée aux Phalangistes sur la question des petits moyens économiques accordés à l’université reste ambiguë. Il n’est pas interdit de penser que dans l’univers socialement très élitiste des lecteurs d’ABC, il s’agisse là d’un rappel de l’ordre établi par les groupes sociaux qui, depuis la Restauration jusqu’à la veille de la République, avaient occupé la scène politique, à leurs sens, par droit de naissance mais aussi par celui de l’argent. Le mépris aché pour la politique besogneuse conduite jusqu’alors semble en témoigner.

36C’est sûrement dans le même sens qu’il convient d’interpréter le jugement exprimé à l’égard des professeurs dans l’édition du 28 février. Ils y sont invités à circonscrire leurs activités aux seules fonctions intellectuelles qui leur incombent :

  • 37 Anonyme, Al margen de la pasión, ABC, 28/02/1965. « Los españoles esperan de ellos que investiguen, (...)

Les Espagnols attendent d’eux qu’ils fassent de la recherche, qu’ils publient et que depuis la discipline dont ils sont spécialistes ils enseignent la discipline intellectuelle et sociale aux étudiants : mais qu’ils n’essaient pas de les gagner à leurs programmes politiques personnels et de détourner les jeunes gens vers le complot, la manifestation et l’activisme politique. C’est une tromperie qu’on ne doit sous aucun motif tolérer. On a dit que c’était un abus de conance, mais c’est, en outre, un attentat contre l’intelligence. Nous condamnons leur attitude, non pas au nom d’un quelconque credo politique ou en fonction d’une quelconque divergence politique, mais au nom de l’honnêteté universitaire et de la science elle-même universitaire, devoir premier d’un professeur des universités37.

37Comment apprécier cet article qui, se cachant derrière le respect des principes d’honneur de l’université voudrait que l’universitaire, du haut de sa chaire, veille rien moins qu’à la discipline sociale en même temps qu’à la rigueur intellectuelle si ce n’est en comprenant que dans l’univers idéologique d’ABC, l’idéal d’honneur, — au demeurant une notion bien peu dénie ici —, primait sur les principes de liberté de pensée et de justice sociale.

  • 38 Anonyme, El ejercicio de la autoridad y las legítimas aspiraciones estudiantiles. El Alcázar. 02/03 (...)

38Il n’y a guère que El Alcázar pour tenter un timide articlele2mars intitulé : L’exercice de l’autorité et les légitimes aspirations étudiantes38.Le lecteur reste perplexe devant deux petites colonnes qui de ligne en ligne ne cessent d’hésiter entre désir d’informer et souci de rester dans les limites dénies par la censure. Il semble être un bel exemple des contorsions argumentatives de ceux qui, parmi les journalistes, tentaient alors de donner une information un peu plus dèle à la réalité. L’armation de départ est en soi presque une provocation :

  • 39 Anonyme, El ejercicio de la autoridad y las legítimas aspiraciones estudiantiles.El Alcázar. 02/03/ (...)

Il n’est pas possible de juger sereinement de la situation créée par l’agitation universitaire sans disposer d’une information objective sur l’origine du conit et le développement des événements. Il faut reconnaître que telle qu’elle se présente la situation est confuse. Il faut la clarier et informer objectivement l’opinion publique qui, à cette heure ne sait que penser39.

39Ce texte paraît le 2 mars, jour marqué par la dernière grande manifestation de rue de cette période de crise, et force est de constater qu’El Alcázar met le doigt sur une réalité criante : même un lecteur qui lisait assidûment les cinq principaux quotidiens madrilènes pendant toute cette période n’était pas en mesure de reconstituer les événements. En fait, au terme de cette lecture, il pouvait tout au plus connaître l’opinion des diérentes composantes du Régime sur la question, car l’omission du récit précis de cette actualité est presque systématique. El Alcázar ne le fait pas non plus, cependant il attire l’attention sur la question essentielle : la représentativité syndicale et politique réclamée depuis des décennies. Mais c’est rapide, furtif presque. Bien vite il fait son mea culpa en récitant le credo convenu : l’autorité doit se maintenir à son poste, exercer sa mission avec clairvoyance et dans un esprit de justice, savoir faire la part de ce qui est légitime revendication de ce qui n’est que désir de désordre. Comme dans le reportage du NO-DO sur la Tuna Universitaria, libre à chacun de donner son interprétation.

  • 40 Anonyme, Grupos de estudiantes originan embotellamientos en el centro de Madrid. YA. 03/03/1965. p. (...)

40Celle des étudiants insurgés qui, ce même jour pendant la manifestation, utilisèrent les pages déchirées de la presse quotidienne pour tapisser le sol d’une partie de la Gran Vía et de la place de la Cybèle ne pouvait pas être plus claire. Mais du moment que Ya certiait que ce n’étaient pas des étudiants mais des voyous40...

3 Réactions et regards extérieurs

41S’il est un impératif pour qui s’essaie à une reconstruction historique d’une période du Franquisme, c’est bien d’aller puiser l’information à d’autres sources que celles qui ont été produites dans son contexte culturel. En cela, le chercheur, dans sa démarche, rejoint les acteurs de l’époque sans cesse contraints de se tourner vers des sources clandestines et/ou extérieures pour combler les vides informatifs laissés par les consignes de censure qui entretenaient perplexité et ottement. Adhésion, apathie, agacement, cette pratique de l’omission, de l’esquive et du contournement avait sur le lectorat des retentissements divers. Mais dans ce secteur aussi la résistance au climat de désinformation s’était organisée par le recours à la circulation d’une information clandestine et en particulier celle que pouvait apporter la presse étrangère, ce qui explique que les foudres du Régime se soient immédiatement abattues en 1965 sur le correspondant du journal Le Monde, José Antonio Nováis.

3.1 Le Monde. L’affaire Nováis

42Le quotidien français Le Monde était en eet lu avec beaucoup d’intérêt par ceux qui, en Espagne, cherchaient à vraiment s’informer sur l’actualité espagnole car il publiait, grâce au contact établi avec José Antonio Nováis, de nombreuses informations censurées par le Régime. De ce fait, souvent, lorsque son contenu contrariait les projets informatifs du Régime, celui-ci prononçait son interdiction et dès lors articles et chroniques circulaient sous le manteau, sous forme de copies.

  • 41 Manuel Hedilla avait été le chef de la Phalange après la disparition de José Antonio Primo de River (...)
  • 42 Vilar Sergio, Historia del antifranquismo. Plaza y Janés. Barcelona. 1984. p. 332.
  • 43 Sa collaboration avec le journal Le Monde prit n avec la dictature. Par la suite, il fut rédacteur (...)
  • 44 Jauregui Fernando, Vega Pedro, Crónica del antifranquismo. Ed. Argos Vergara. Barcelona 1983. p. 23 (...)

43Né en 1915, José Antonio Nováis avait, dans sa jeunesse, fait partie de l’aile « contestataire41 »de la Phalange en soutenant Manuel Hedilla42. Par la suite, une évolution politique radicale l’avait conduit, dans les années soixante, à se rapprocher étroitement des secteurs politiques de sensibilité socialiste qui entouraient le professeur Enrique Tierno Galván43. Dans les secteurs progressistes, il fut alors considéré comme le journaliste le plus inuent du pays et certainement le plus craint par le Franquisme qui lui voua, jusqu’en 1975, une véritable haine44.

44Lorsqu’on suit l’actualité espagnole dans le quotidien français, on comprend immédiatement la colère du Régime. Rien de plus éloigné de la conception du rôle du journaliste dans l’Espagne autoritaire du général Franco que l’attitude de José Antonio Nováis. D’abord, quel journaliste, en Espagne, pouvait estimer faire autorité sur un sujet quel qu’il fût ? Pas un seul, puisque même les plus en vue devaient soumettre leurs articles à la censure préalable à la publication, que certains travaillaient sur commande et que même des spécialistes reconnus dans des domaines culturels variés devaient présenter leur réexion sur leur domaine de spécialité sous l’angle qui convenait au Régime. Or, en ce qui concerne l’Espagne, à la rédaction du journal Le Monde, Nováis semble avoir été le maître à bord, il est en quelque sorte Monsieur Espagne, un contrepouvoir qui tout simplement harcèle le Franquisme. Il aborde tous les sujets et publie presque quotidiennement, même en dehors des semaines de crise. Il y jouit d’un espace d’expression, au sens concret du nombre de colonnes qu’il occupe, sans aucune mesure avec celui qu’on accorde en Espagne aux commentateurs politiques. Cette liberté de parole lui permet d’accompagner l’actualité espagnole au jour le jour et dans les détails, fournissant des informations issues d’enquêtes mais aussi d’analyses qu’il fait de la presse espagnole. Jamais certainement avant ou après la collaboration de José Antonio Nováis, un quotidien français n’aura accordé autant d’attention à l’actualité espagnole. Le Monde faisait ainsi la preuve d’un engagement de type politique et de l’intérêt de son lectorat, français ou hispanique basé en France, tout en apportant une preuve supplémentaire de l’absence de liberté d’expression en Espagne. Par exemple, dans le numéro du 3 février 1965, sous un titre récurrent La situation en Espagne qui tient presque lieu de rubrique pour l’habitué, on peut lire trois articles :

  • Refusant toute collaboration avec le régime actuel, la nouvelle Union démocrate chrétienne présente un programme révolutionnaire ;

  • Un lieutenant de Julian Grimau risque, à son tour, la peine de mort ;

    • 45 Nováis José Antonio, La situation en Espagne. Le Monde. n°6238. 03/02/1965.

    Démission de tous les délégués syndicaux étudiants de Bilbao45.

45Même chose dans l’édition du lendemain :

  • Le Cardinal Herrera : nos maux viennent de l’archaïsme de nos structures ;

  • Un journal phalangiste catalan : il est urgent de régler le déséquilibre social ;

    • 46 Nováis José Antonio, La situation en Espagne. Le Monde. n°6239. 04/02/1965.

    Pour avoir suggéré une réduction du service militaire, le directeur d’un journal de Valladolid est accusé « d’injure envers l’Armée46 ».

46La seule lecture de ces titres sut à éclairer sur l’acharnement du Régime franquiste qui voulut, pour briser Juan Antonio Nováis, saisir l’occasion de la crise universitaire de 1965.

47Déjà le 31 janvier, le surlendemain de la manifestation convoquée par la FUDE pour protester contre la toute puissance du SEU et les sanctions prises contre les étudiants qui avaient réclamé la liberté syndicale, José Antonio Nováis avait synthétisé actualité madrilène et situation politique en Espagne en titrant : Un millier d’étudiants manifestent à Madrid. Une épreuve de force est engagée entre le gouvernement et les universitaires espagnols. On ne peut qu’être admiratif face à l’ecacité de l’écriture dans cet article relativement court. Tout ce que savent peut-être, mais ne peuvent pas lire les habitués de l’espace médiatique madrilène se trouve résumé en deux colonnes : une estimation du nombre des manifestants, les mots d’ordre de la manifestation, sa durée, les revendications des étudiants, l’intervention des forces de l’ordre, l’arrestation de six manifestants, le rappel des circonstances du déclenchement des hostilités, l’identité des étudiants sanctionnés et la nature de leurs sanctions. On y lit aussi la bassesse de la contre attaque gouvernementale, faute d’arguments politiques :

  • 47 Nováis José Antonio, Une épreuve de force est engagée entre le gouvernement et les universitaires e (...)

De son côté, le chef du SEU — qui n’est pas élu démocratiquement — a ordonné la présentation de la carte du SEU pour tous les étudiants qui veulent prendre leur repas dans les restaurants de l’université ou se présenter aux consultations médicales du syndicat universitaire47.

48Mais ce qui frappe par-dessus tout c’est que les articles de J. A. Nováis, avec naturel, sans didactisme aucun, font apparaître les diérentes tendances politiques que l’on voit vivre et s’exprimer au sein du mouvement étudiant madrilène et montrent la réalité de la vie politique en Espagne qui ne se limite pas aux fonctionnement des structures politiques autorisées par le Franquisme. Une pluralité est bel et bien présente, rigoureusement structurée et active.

  • 48 Nováis José Antonio, Aux cris de « Démocratie, oui, Dictature, non », deux mille étudiants manifest (...)

49Dans les semaines qui suivent, Le Monde rend bien entendu compte avec minutie du déroulement de la crise universitaire madrilène. On comprend mieux ainsi l’aaire de la suspension du cycle de conférences organisé par le Père Zurita. Peut-être parce qu’en dehors de son souci d’informer contre la volonté du Régime espagnol, J.A. Nováis s’adresse, entre autre, à un lectorat français qui a besoin d’éléments nombreux pour apprécier la situation, on parvient à glaner des détails supplémentaires : la tendance idéologique des professeurs, — le professeur Mariano Aguilar Navarro est démocrate chrétien — ; José María González Ruiz est un ecclésiastique, un théologien de grand prestige en Espagne, — commente le journaliste. On en sait un peu plus aussi sur les reproches ociels adressés au Père Zurita qui aurait organisé un cycle de conférences sortant des sujets strictement religieux. On voit la gêne du Recteur qui pour calmer les esprits promet d’organiser un nouveau cycle de conférences auquel le professeur Aguilar Navarro serait invité. J. A. Nováis saisit toute occasion de souligner les contradictions du Régime en rappelant par exemple que le Père Zurita organise des cycles de conférences au sein de l’université depuis dix ans et que le professeur Lora Tamayo, Ministre de l’Éducation en exercice, a eu l’occasion dans le passé d’y parler de L’avenir des étudiants en Sciences. L’argument religieux tient d’autant moins que la conférence que devait donner le Père González Ruiz a été, elle aussi, interdite, bien que devant traiter d’un sujet strictement religieux48.

50Au l des jours, la crise universitaire si désincarnée dans les pages de la presse madrilène prend vie, devient, dans le Monde, une réalité tangible, palpable avec son atmosphère, ses acteurs, des gens ou des groupes qui parlent et agissent. L’étude comparative de la presse espagnole et des pages du quotidien français sur la même période fait prendre la réelle mesure de la sécheresse, de l’immatérialité, de l’hermétisme et de la vacuité du monde journalistique franquiste. Il n’est pas fondamental, bien sûr, de savoir qu’il neigeait lors de la manifestation du 29 janvier, mais l’absence même de cette information anodine qui aurait pu meubler un article montre le poids de l’interdit qui pesait sur la description de la réalité. Le journaliste se devait d’éviter toute possibilité de matérialisation des événements chez le lecteur espagnol. Cela explique d’autant mieux qu’il n’ait pas pu lire que le professeur González Ruiz avait commencé sa conférence au milieu des applaudissements et qu’il avait conclu par ces mots :

  • 49 Nováis José Antonio, À Madrid, les autorités académiques autorisent au dernier moment la conférence (...)

Dans le cadre de la plus pure théologie chrétienne on doit lutter honnêtement contre toute forme d’aliénation religieuse, ensemble avec les marxistes49.

51Ces paroles rendaient, comme le commentait J. A. Nováis, un son nouveau dans l’université de Madrid. Le même article apportait aussi un nouvel éclairage sur les relations entre les autorités ecclésiastiques et académiques. Le journaliste y précisait que la conférence avait reçu l’autorisation expresse de Monseigneur Maximino Romero, évêque auxiliaire de Madrid, chargé de l’enseignement religieux, un geste qui voulait acher son indépendance à l’égard des autorités académiques, c’est-à-dire civiles, qui dans cette période semblaient surveiller de près les secteurs démocrates chrétiens :

  • 50 Nováis José Antonio, Plusieurs personnalités démocrates chrétiennes interrogées par la police. Le M (...)

Prépare-t-on une répression à grande échelle contre le mouvement démocrate chrétien ? La police a commencé à interroger quelques personnes connues pour leur appartenance à cette organisation. On suppose que ces interrogatoires sont en relation avec la réunion qui groupa récemment à Molinos, petit village situé aux environs de Madrid, un certain nombre de démocrates chrétiens de diverses tendances. C’est au cours de ce congrès qu’avait été décidée la création d’une union démocrate chrétienne, dont le programme avait été adopté. Parmi les personnes interrogées, on peut citer María Jesús Barros de Lis, qui, en 1962, fut déporté pendant neuf mois par le gouvernement à l’île de Fuerteventura, et le professeur Peces Barbas, adjoint du professeur Ruiz Gimenez, seul laïc espagnol invité au concile du Pape50.

52La guerre sourde repérée dans les quotidiens madrilènes entre autorités académiques et secteurs catholiques prend, là, une autre dimension. On comprend mieux la force déployée par le Régime contre les étudiants en ébullition. Ils ne sont en fait qu’un maillon de la chaîne d’opposition qui tente d’asphyxier le Franquisme, et la question qui se pose alors pour les Catholiques n’est pas circonscrite à une prise de pouvoir au sein de l’université. De ce fait le régime voit la possibilité d’être débordé par des manifestations de désaccord venues aussi de secteurs qui lui étaient traditionnellement tout acquis et sont en train, pour une partie d’entre eux, de faire un rapprochement avec ses ennemis traditionnels. La personnalité du professeur Mariano Aguilar Navarro en est une illustration lorsqu’il déclare dans une lettre publique :

  • 51 Nováis José Antonio, Le professeur Aguilar Navarro proteste contre l’interdiction de sa conférence (...)

En tant qu’universitaire, tout ce qui peut constituer une limitation à l’exposé libre et sincère des idées me blesse profondément. En tant que chrétien, je ne peux pas accepter que la conférence ait été interdite sous prétexte« qu’elle ne présentait pas un caractère strictement religieux ». Cette interprétation restrictive et discrétionnaire de l’activité religieuse peut nous conduire à la situation d’une authentique Église du silence51.

  • 52 Nováis José Antonio, Le professeur Aguilar Navarro proteste contre l’interdiction de sa conférence (...)

53Autre élément totalement tu par la presse espagnole car il aurait montré le danger qui menaçait le Régime, les étudiants de la faculté de Droit de Navarre, de l’Opus Dei, ont décidé de se joindre au mouvement universitaire et de ne reconnaître que les représentants syndicaux démocratiquement élus. D’ailleurs, selon les informations recueillies par J. A. Nováis, le SEU lui-même reconnaîtrait la délicatesse de sa situation en avouant ocieusement que 60 % des centres universitaires espagnols ne suivent pas sa discipline et que du fait que les universités qui se sont séparées de lui sont celles qui accueillent les eectifs les plus élevés, en particulier celles de Madrid et de Barcelone, on peut estimer que 80 %des étudiants sont en dehors du SEU52.

  • 53 Nováis José Antonio, En Espagne. Le Monde, n°6257. 25/02/1965.

54Au l des jours, on capte le climat de tension qui s’est emparé de l’Espagne. Au nombre des nouvelles du 24 Février, un déploiement de forces spectaculaires et l’arrestation de quarante personnes à Barcelone pour faire échouer un projet de manifestation. Toujours à Barcelone, sept mille signatures ont été recueillies le même jour pour demander un salaire minimum de 200 pésétas au lieu de 60, la liberté syndicale et le droit de grève. On voit le Régime être attaqué sur tous les fronts. À Madrid, ce jour-là, il donne l’ordre de renvoyer à Moscou un Télégramme que Dolores Ibarruri avait adressé à Justo López de la Fuente, leader communiste emprisonné qui risquait la peine de mort s’il était jugé par un tribunal militaire. À cela, il faut ajouter qu’à l’étranger des comités de soutien aux étudiants espagnols étaient en train de s’organiser53. C’est à juste titre et avec une grande acuité que J.A. Nováis analysait alors l’inéchissement de la situation espagnole en faveur des forces d’opposition :

  • 54 Nováis José Antonio, Agitation à Madrid. Le Monde, no 6259. 27/02/1965.

En suspendant ces quatre« rebelles », en fermant la faculté de Lettres de Madrid, le gouvernement ne résout pas le problème : car le lockout appliqué aux intellectuels est encore beaucoup moins ecace que pour les ouvriers en grève. [...] À court terme, le gouvernement espagnol peut espérer juguler la « rébellion » des intellectuels. Il a les moyens policiers nécessaires, les procès qui se déroulent régulièrement à Madrid le prouvent. Les autorités risquent cependant de se heurter bientôt à une extension du mouvement, d’autres universités prenant la relève. Par son obstination, le gouvernement aura renversé une donnée politique essentielle née après la guerre civile : les intellectuels espagnols étaient alors en majorité favorables au Régime, les opposants se trouvant soit en prison, soit en exil.
Les troubles de Madrid font apparaître un autre phénomène : cette contestation progressive du Régime est d’une tout autre réalité que de pieuses mais inecaces références à la guerre civile. Francoa en eet parfaitement su jouer du sentiment de la majorité des Espagnols, qui ne veulent pas une seconde tuerie. Le fait que des étudiants — c’est à-dire des jeunes qui n’ont pas connu les luttes sanglantes des années 1936-1938 — remettent en cause son Régime est encourageant pour ceux qui espéraient la montée en Espagne d’une nouvelle force politique capable de préparer le passage de la dictature à la démocratie54.

  • 55 Anonyme, Ha sido retirado el carnet de corresponsal de prensa extranjera a don José Antonio Nováis. (...)

55La parution d’un article de cette teneur à la une du quotidien Le Monde est une explication supplémentaire de la rigueur du Régime à l’égard d’une équipe de télévision de la BBC inltrée dans les murs de la faculté des Lettres que la police avait arrêtée et dont elle avait consqué les lms. On conçoit l’exaspération des autorités franquistes qui depuis leur avènement s’étaient montrées toujours si soucieuses de donner le change face à l’opinion internationale. Dans le cas de J. A. Nováis, il est agrant que l’élaboration de l’information spécialement destinée à l’étranger lui échappait totalement. Le gouvernement tenta alors de se défaire du cet« encombrant » correspondant à l’étranger en lui retirant immédiatement sa carte de journaliste55, sur décision du Ministre de l’Information et du Tourisme, Manuel Fraga Iribarne qui, quelques jours plus tard, répondait de cette décision dans une interview accordée à un quotidien danois, Ekstrabladet, de sensibilité social démocrate.Àla remarque du journaliste qui soulignait la contradiction qu’il y avait à iniger cette sanction, symbole du manque de liberté d’expression en Espagne, alors qu’il apparaissait comme l’homme « ouvert » du Régime, le Ministre répondait en faisant de la sanction de J. A. Nováis une question d’éthique professionnelle. Il ne s’agissait pas pour lui de restreindre la liberté d’expression mais d’en contrôler la qualité :

  • 56 Anonyme, Entrevista del Ministro de Información a un periódico danés, Ya, 17/03/1965. « Esta ilimit (...)

Cette liberté d’information sans limite peut donner lieu à donner une image fausse de notre pays. M. Nováis s’est distingué en déformant systématiquement la réalité [...] Il s’est permis d’armer qu’il y avait un étudiant moribond et une vingtaine de personnes gravement blessées alors qu’il n’y avait qu’un étudiant qui sourait d’une blessure d’une importance relative dont il est désormais complètement remis56.

56Et il est vrai que J. A. Nováis avait légèrement forcé le trait, dans l’évocation du déroulement de la manifestation, sur la gravité des blessures et n’avait pas parlé des blessés dans les rangs des forces de l’ordre. Peut-être le Ministre ne relevait-il pas cette lacune de son récit d’ailleurs parce qu’il aurait ainsi avoué la violence des arontements et les capacités réelles de résistance des insurgés. En réalité, l’étudiant Luis Tomas Poveda Sánchez n’était pas moribond mais souffrait tout de même d’un décollement de la rétine des suites d’un coup de matraque, précisions sur les quelles le Ministre ne pouvait pas non plus s’attarder car elles apportaient la preuve de la violence physique de la répression. L’exagération à laquelle s’était livrée le journaliste était une aubaine pour Manuel Fraga Iribarne, de longue date irrité par la liberté de ton et d’information encouragée par la rédaction du quotidien parisien. Dans son interview, il ne tardait pas d’ailleurs à exprimer ses véritables griefs à l’égard de J. A. Nováis, oubliant rapidement son argumentation de départ sur les principes de la déontologie professionnelle :

  • 57 Anonyme, Entrevista del Ministro de Información a un periódico danés, Ya, 17/03/1965. « Ahora bien, (...)

Cela précisé, il y a beaucoup à dire de M. Nováis. Nous assistons à la n d’un processus dans lequel les déformations ont été systématiques et les abus très fréquents. De plus, M. Nováis n’est pas personne à se limiter à donner des informations tantôt fausses tantôt habilement présentées, tendancieuses, sur les événements, informations qui pourraient nuire au prestige du pays, au lieu de traiter les aaires de véritable importance pour l’Espagne. Il est, lui-même, l’un des membres actifs de cette opposition qui souvent a écrit ses chroniques sous la dictée de membres connus de ce qu’on appelle l’opposition et il a été de ceux qui prennent part aux intrigues, aux conciliabules, aux réunions et, probablement, à d’autres contacts en relation avec les activités de l’opposition. Dans ces circonstances, il est légitime de penser, à mon avis, que M. Nováis doit intervenir non pas comme journaliste mais entant que membre actif de la vie politique. Il n’y a aucune raison pour que les actes de propagande politique de cet individu de nationalité espagnole, — qui a milité dans les groupes les plus extrêmes du Phalangisme pour ensuite dériver jusqu’à des secteurs de sensibilité contraire, et dont la conduite est à l’origine de plaintes incessantes émanant des établissements et des institutions, où il s’est rendu publiquement coupable de plus d’un scandale —, puissent lui valoir de jouir des privilèges qu’apporte d’être reconnu comme correspondant à l’étranger. Cela jette le discrédit, en premier lieu, sur ses collègues. Son comportement est intolérable du point de vue de l’éthique professionnelle que pratique la majorité des véritables spécialistes de l’information. Voilà la réalité que toute personne qui le désirera pourra vérier57.

57Habile Ministre qui faisait le rappel du passé politique phalangiste de J.A. Nováis, conscient de toute la haine qu’engendrait la seule mention du nom de la Phalange dans les cercles progressistes occidentaux. Moins habile toutefois, de reconnaître, à son corps défendant, que le journalisme politique libre n’avait pas cours en Espagne et que lorsqu’on se montrait obéissant avec le Régime, on accédait à une caste de privilégiés. Il était par ailleurs explicite : qui voulait sortir des canons ociels de l’information devait aller « faire de la politique ailleurs ». Que signiait en outre être« un membre actif de la vie politique »en Espagne en 1965 pour un individu qui partageait les conviction de J. A. Nováis ? La vie politique incluait-elle, dans la vision du Ministre, l’opposition clandestine ? C’était au moins une façon de reconnaître son existence, ce qu’il fait d’ailleurs dans l’article, en cela au moins il s’écartait des habitudes du Régime, car pour ce qui était de la rhétorique de l’armation propre aux politiciens autoritaires, il n’avait rien à envier à ses prédécesseurs.

58Dans cette interview, on sent M. Fraga Iribarne maître de la situation, sûr de son pouvoir parce qu’il voyait en J. A. Nováis un Espagnol en rébellion et il savait que le Régime l’autorisait à la répression. Mais c’était compter sans l’obstination et l’habileté politique et juridique du journaliste, qui décida d’intenter un procès en diamation au Ministre, au Directeur de la Télévision Espagnole ainsi qu’à l’ensemble des Directeurs de journaux qui avaient répercuté les accusations du Ministre. L’avocat démocrate chrétien Eduardo Cierco qui défendait les intérêts de J.A. Nováis armait, dès le mois de mai, qu’il pensait parfaitement possible de défendre son client devant les tribunaux espagnols car il croyait à la réelle indépendance de la magistrature espagnole. En eet, lors de l’audience de conciliation à laquelle d’ailleurs aucune des parties incriminées n’était présente, elles furent toutes condamnées à prendre en charge les frais de justice, ce qui était une « première » dans l’Espagne franquiste. L’hebdomadaire condentiel de politique espagnole, Concordia, qui était publié à Paris sous la direction d’Antonio Diez, déclarait alors :

  • 58 Anonyme, La magistratura española es independiente, arma el abogado de J. A. Nováis. Concordia. n°(...)

La vérité c’est que Fraga Iribarne s’est roulé dans la boue et il ne va pas être facile pour lui d’en sortir. La preuve de ses diamations est imprimée dans tous les journaux et il n’y a pas de juge, si dépendant soit-il, qui puisse la nier. Le Ministre a agi avec imprudence, imbu de son impunité, habitué à ce que le Régime écrase le citoyen sans défense. Il a cru pouvoir en user de même avec le correspondant d’un des journaux les plus inuents au monde, si ce n’est le plus inuent. Il ne serait pas étonnant que l’aaire lui coûte son poste car Franco pourra dicilement s’embarrasser d’un Ministre condamné pour diffamation et par ses propres tribunaux 58.

  • 59 Nováis José Antonio, Maître Cierco reste à disposition de la justice. Le Monde, n°6359. 25/06/1965. (...)
  • 60 La lettre avait été publiée dans plusieurs revues étrangères dont Témoignage Chrétien et Le Nouvel (...)
  • 61 Même s’il n’est pas exclu que la personnalité de J. A. Nováis ait donné lieu à mythication, il est (...)

59Journalistes et avocats apprirent à leurs dépens qu’on ne déait pas impunément les autorités franquistes et que si l’idée de « coincer » le Régime par la voie légale était séduisante, c’était oublier que ce Régime-là justement, dès son avènement, avait fait la preuve de son mépris de la légalité. De sorte que, par la suite, le Tribunal Suprême espagnol rejeta la plainte de J. A. Nováis contre le Ministre. Cette décision de rejet, au mépris aussi des lois du secret, fut publiée dans la presse madrilène. Ensuite, le 23 juin, alors qu’il se rendait au palais de justice de Madrid, Eduardo Cierco fut arrêté et mis à la disposition du juge du Tribunal d’Ordre Public. Ce n’est donc pas lui qui intervint dans les débats mais l’avoué de J.A. Nováis, M. Gonzalez Castello, qui lut devant le tribunal un texte que Cierco avait rédigé avant son arrestation. Il y exprimait son sentiment de désagréable surprise à la constatation qu’en Espagne on violait, pour des raisons politiques, les lois de procédure. M. Cierco demandait donc au tribunal de considérer cet acte comme un délit et d’en présenter dénonciation auprès du Procureur. Est-il utile de préciser que M. Cierco n’obtint pas gain de cause ?Il faut de surcroît ajouter qu’il était par ailleurs interrogé sur une lettre qu’il avait adressée à l’Archevêque de Madrid, — et qu’il avait l’intention d’envoyer au Secrétariat d’État du Vatican —, dénonçant les sévices dont avaient été victimes au cours d’un interrogatoire policier, deux de ses clients, des étudiants espagnols59. Il semble bien que dans le domaine juridique le Régime franquiste ait trouvé en la personne de M. Cierco le corrolaire de J. A. Nováis60. Finalement, c’est l’intervention du directeur du quotidien Le Monde qui mit un terme à « l’aaire Nováis ». Heureusement pour celui-ci, M. Beuve-Méry se mit de la partie et objecta au Régime espagnol qu’au journal LeMonde c’était à lui que revenait de choisir et de nommer les correspondants, en vertu de quoi, même si sa signature disparut en apparence un moment des pages du journal, J. A. Nováis, sans permis d’exercer mais avec le titre de« correspondant particulier », fut maintenu dans ses fonctions qui devaient ne prendre n qu’avec la dictature61.

3.2 L’Humanité. La solidarité contre les violences politiques

  • 62 Ysàs Pere, Disidencia y subversión. La lucha del Régimen franquista por su superviencia, 1960-1975. (...)

60La lecture des articles depolitique internationale publiéspar l’organe du Parti Communiste Français, L’Humanité, montre que le quotidien ne manquait pas non plus, on s’en doute, de relais très bien informés en Espagne. Si la règle de publier des articles sans signature semble la plupart du temps avoir été de mise dans ce domaine, il est utile de rappeler en outre que la haine vouée aux Communistes par le Régime franquiste justiait amplement la plus grande des prudences car un militant62du Parti Communiste était toujours exposé à de féroces représailles. L’on remarque d’ailleurs que le traitement événementiel de la question de la répression domine dans les commentaires publiés par l’Humanité pendant la période de crise universitaire.

  • 63 Gilbert Étienne, Procès de Justo Lôpez : Franco a ordonné « d’en nir ». L’Humanité. 25/02/1965.

61Tout d’abord, jusqu’au 26 février, la question universitaire reste au second plan car la rédaction se mobilise pour sensibiliser l’opinion sur la situation du militant Juste Lopez de la Fuente accusé de « crime de guerre »par le Régime de Franco. Si le journal l’Humanité s’engage ainsi dans une campagne internationale de soutien, c’est parce que la vie de usto Lopez de la Fuente est en jeu et que sa comparution devant un tribunal militaire ne laisse aucun doute sur la nature de la sentence qu’il en court. Il n’y a pas si longtemps en eet, le 20 avril 1963, que le militant Julian Grimau a été fusillé pour le même chef d’accusation malgré la mobilisation internationale. Le 25 février, le quotidien titre d’ailleurs : Procès de Justo Lopez : Franco a ordonné « d’en nir ». L’accusation conrme que l’instruction se poursuit et qu’elle réclamera cinq fois la peine de mort63.

  • 64 Anonyme, Pour la troisième fois en trois jours, 3000 étudiants ont manifesté samedi, à la cité univ (...)
  • 65 Anonyme, Violentes échauourées à l’Université de Madrid. L’humanité. 25/02/1965.

62Le lecteur de L’Humanité peut néanmoins suivre presque quotidiennement l’actualité universitaire madrilène et le récit des événements. Globalement, il reçoit les mêmes informations que le lecteur du journal Le Monde : l’interdiction des conférences, leur contenu subversif, les réactions des étudiants, les manifestations à la cité universitaire, les slogans, l’implication des professeurs, l’annonce, dès le 22, des actions prévues pour les jours qui suivent64. Le25 février, le quotidien publie un article minuscule mais très ecace, décrivant la manifestation du 24. L’accent est principalement mis sur la violence policière65.Le lendemain, l’actualité universitaire prend le pas sur l’affaire Justo Lopez. Le commentateur souligne tout d’abord le décalage constaté entre le compte rendu donné par la presse espagnole qui fait état de six blessés dont quatre policiers et un bilan émanant de sources ocieuses qui parle d’une centaine de blessés dont une vingtaine, tous étudiants, seraient sérieusement atteints. Il livre aussi quelques phrases de témoignages de deux professeurs : le professeur Aranguren qui déclare : j’avais promis au chef des forces de police de dissoudre paciquement la manifestation, sa réponse a été de charger brutalement contre les étudiants tranquillement assis et sans défense ; Le professeur Montero Diaz qui rapporte pour sa part, avoir signalé devant la Brigade Sociale comment la police matraquait et piétinait les étudiants qui étaient par terre et ne pouvaient se défendre. On voit l’action étudiante se durcir en réaction à la brutalité des forces de police et partir en cortège pour le centre ville aux cris de Syndicats Libres ou Assassins ! On constate rapidement que les chroniques consacrées à l’Espagne rendent compte des mots, des actes mais jamais des tendances qui soutiennent l’action d’opposition.

63Le 2 mars, le journal titre : lé d’étudiants aujourd’hui à Madrid. Franco, aux abois, veut mettre l’Université en congé... de Pâques. L’ironie à l’égard du Régime est au rendez-vous et se substitue à une réelle analyse :

  • 66 Anonyme, lé d’étudiants aujourd’hui à Madrid. L’Humanité. 02/03/1965.

Il y a quelque chose de puéril — et de réconfortant pour les adversaires du Régime — dans cette tentative de renvoi à Pâques, et puis sans doute à la Trinité, du règlement du conit qui a pris le caractère et l’ampleur d’une épreuve de force qu’aucun artice ne saurait plus faire disparaître66.

  • 67 Anonyme, Meeting de la jeunesse hier soir à la mutualité. L’Humanité. 02/03/1965.

64L’article est associé à un commentaire du meeting qui s’est tenu la veille à la Mutualité pour la liberté en Espagne et au Portugal. Pour L’Humanité, le combat du monde universitaire espagnol est indissociable de l’ensemble des actions conduites par l’opposition et se situe dans le prolongement de la situation à l’issue de la guerre civile. Le journaliste rapporte le déroulement de la soirée, soulignant notamment la présence en place d’honneur de la militante Maria Luisa Costa-Diaz, longtemps emprisonnée, veuve de Julian Grimau, et de l’ancien ministre de la République Alvarez del Vayo. L’abandon des poursuites contre Justo Lopez et l’ampleur de la rébellion étudiante sont perçus comme de réelles avancées dans l’histoire de l’opposition, comme un grand succès du peuple espagnol et des démocrates du monde entier. Enn, l’article rapporte la conclusion du discours de l’avocat Charles Le derman, homme de poids au sein de l’appareil communiste, qui exalte l’unité de tous ceux qui luttent alors contre Franco : Il appartient à tous les hommes de bonne volonté de dénoncer ses crimes et de précipiter son isolement et sa chute... La victoire est possible. Elle est certaine67.

  • 68 Anonyme, La presse franquiste admet que l’époque a changé. L’Humanité. 04/03/1965.

65Le lendemain, la situation à Madrid fait la une du journal et, en page intérieure, le lecteur trouve à nouveau une chronique de la manifestation de la veille. Le journaliste insiste sur la violence des arontements, sur l’acharnement des policiers qui reçoivent l’ordre de cogner sur des étudiants battus sans merci. Les raes eectuées dans les secteurs de l’opposition, dans les secteurs universitaires ainsi que les arrestations conduites par les services de sécurité font l’essentiel de cet article qui montre à quel point les Communistes sont à juste titre sensibilisés à la question de la répression. Il faut attendre le4 février pour lire un titre qui, se présentant comme un bilan des événements, laisse espérer que la rédaction pourrait ce jour-là abandonner le récit des événements pour se livrer à un moment d’analyse politique68. Quelques brèves remarques constatent l’évolution de la réaction du Régime qui admet la nécessité d’un changement et l’attitude de la presse madrilène qui, elle, se garde de publier des commentaires férocement hostiles au mouvement estudiantin à l’issue de la semaine de manifestations. On ne relève dans L’Humanité aucun commentaire sur l’évolution de l’échiquier politique de l’opposition au Franquisme que le Parti Communiste Français ne pouvait pourtant pas ignorer, la précision des chroniques des jours de crise en témoigne. Il semble donc qu’à cette occasion, la ligne du journal ait évité d’apporter des informations sur l’existence de nouvelles orientations politiques au sein de l’opposition intérieure, préférant mettre l’accent sur l’appel à une solidarité unanime contre la dictature.

3.3 La Diaspora républicaine

  • 69 Dreyfus-Armand Geneviève, L’exil des Républicains espagnols en France de la guerre civile à la mort (...)

66Conséquence de leur Histoire migratoire, la culture des Espagnols s’est étendue largement au point qu’elle imprègne actuellement la majeure partie de l’Amérique ibérique, bien sûr, mais également des secteurs importants des sociétés états-unienne et française. Lors du grand exode de 1939, le mouvement migratoire des Républicains a été, on le sait, soudain et massif principalement vers des destinations traditionnelles des vagues de l’émigration économique où ils espéraient également vivre sous des Régimes de tolérance politique. Chassés pour raisons idéologiques, l’activité politique de ces exilés se caractérisait souvent par un engagement tourné vers leur pays d’origine. Mais, peu à peu, les colonies de Républicains exilés avaient enregistré des mutations. Leur nombre avait diminué au sein des colonies espagnoles du fait de l’arrivée croissante des nouveaux émigrés économiques que le Franquisme déversait surtout sur le Nord de l’Europe en expansion. L’activité militante s’était usée essentiellement par manque de perspectives d’un possible aboutissement des luttes et tout simplement parce que les exilés vivaient une nouvelle réalité quotidienne. À la faveur des mouvements ouvriers et universitaires de 1956, l’exil républicain avait toutefois entrepris des regroupements et tenté de développer une dynamique unitaire an d’en nir avec des divergences stériles et aussi pour répondre à l’appel des forces d’opposition intérieures qui souhaitaient l’appui d’une opposition extérieure uniée69.

67Dans les années soixante, la presse éditée à l’étranger par diérents secteurs politiques sympathisants des Espagnols qui avaient constitué la République est le témoin d’une forme de sociabilité spécique et fait apparaître leur vitalité en même temps que leur attachement à leur patrie d’origine d’autant plus exacerbé qu’y règne depuis vingt-cinq ans le Régime qu’ils exècrent. À l’instar des événementsde1956, la situation de crise de 1965 est largement commentée et suivie avec passion principalement à Buenos Aires, Mexico, New-York et, bien entendu en France, les régions du monde où l’exil politique de 1939 avait été le plus important.

  • 70 À titre d’exemple : Anonyme, La lucha estudiantil entra en una fase de gran actividad y extensión. (...)

68Cette presse se caractérisait par de longs développements dans le traitement de la question universitaire. Les références des journalistes aux acteurs de ces journées de crise montraient une connaissance pointue des milieux espagnols — ils s’adonnaient aussi en connaisseurs à des commentaires de la presse madrilène — néanmoins le récit des faits, parfois extrêmement détaillé, n’apportait pas en soi d’informations fondamentalement diérentes de celles qu’on pouvait lire dans les articles relativement sobres du journal Le Monde70. En dehors de leur fonction informative ils trouvaient ainsi l’occasion de faire vivre la réalité espagnole dont les lecteurs étaient coupés, tout le contraire de la presse madrilène, comme le montre l’extrait suivant, un récit de la manifestationdu2mars dans les pages du journal mexicain de sensibilité communiste España Popular :

  • 71 Anonyme, Un relato de los acontecimientos. España Popular. Mexico, D.F., 15/04/1965. p. 5 « Más de (...)

Plus de cinq mille étudiants et professeurs se sont concentrés sur la place de la Cybèle de la capitale dans l’intention de se rendre au Ministère de l’Éducation, dans une manifestation qui avait été décidée la veille. [...]
Un peu au par avant, ils avaient délé devant l’édice de l’Association de la Presse, sur la Gran Vía, où ils avaient déchiré et projeté en l’air des milliers d’exemplaires des quotidiens ABC, Ya et Arriba, en signe de protestation contre la façon dont la presse franquiste a traité le problème universitaire.
Alors que les étudiants avaient commencé à déler dans la rue d’Alcala, où se trouve le Ministère de l’Éducation, la police les a chargés brutalement à coups de matraques, les agents sont parvenus à disperser les étudiants qui se sont regroupés aux alentours de la place de la Cibeles.
Là, des escadrons de police montée, des unités motorisées et de nombreuses forces à pied qui avaient été concentrées dans le parc du Retiro ont à nouveau attaqué les étudiants.
Chaque fois qu’un groupe se formait, les policiers le chargeaient, obéissant aux ordres de leurs ociers qui criaient : « Allez-y, cognez ! » Quand les jeunes gens commencèrent à se disperser, les agents, par petits groupes de cinq ou six, en encerclaient un qui était seul, le frappaient avec leurs matraques et le laissaient étendu à terre dans la rue. Une cinquantaine de personnes ont été arrêtées dans ces arontements au cours desquels les étudiants se sont comportés avec une grande sérénité et une grande force de caractère71.

69L’empathie et le manichéisme que l’on pouvait lire ici, étaient compréhensibles compte tenu du secteur de leur production et du lectorat tout acquis aux étudiants insurgés. En eet, pour la presse liée à l’exil républicain, il ne s’agissait pas de se donner pour seule tâche d’informer en vue de gagner un large public à sa cause mais bien de conforter les exilés dans le souvenir qu’ils avaient gardé de la répression franquiste et de les tenir en haleine sur des événements susceptibles de conduire à la chute tant attendue du pouvoir honni.

70Quel que soit le lieu de publication, la mise en avant de la brutalité policière est frappante. En Argentine, l’édition du mois d’avril 1965 de España Republicana, un journal des secteurs socialistes, qui consacrait sa première page à l’agitation universitaire en Espagne, développait en premier lieu et largement cet aspect dans un récit de la manifestation du 24 février qui n’était pas exempt d’eets dramatiques :

  • 72 Anonyme, Brutalidad policial, España Republicana, Buenos Aires, 04/1965. p. 1. « La policía no tran (...)

La police n’a pas transigé et a ordonné d’actionner les lances à incendie contre les étudiants. Malgré la neige et la température glacée, les étudiants impavides ont résisté à l’agression et se sont assis par terre. Échaués par la résistance passive des étudiants, les sbires sans scrupules ont lancé leurs chevaux sur les jeunes gens, dans une sauvage charge au sabre et au gourdin. Beaucoup ont été piétinés et frappés mais quelques uns, se reprenant, ont repoussé l’agression à coups de pavés72.

71L’article continuait sur ce ton armant que, selon un tract qui était parvenu à la rédaction du journal, Luis Tomas Poveda Sánchez avait perdu la vue.

72La presse à l’intention des exilés politiques est donc celle qui donne les plus longs développements sur des événements qui polarisaient l’attention de toute personne qui s’intéressait à l’Espagne mais dont les détails restaient dans l’ombre pour les lecteurs de la presse étrangère ou pour les lecteurs espagnols de l’intérieur. Le cas de la sanction inigée aux professeurs rebelles en est un bon exemple. Qu’en retenait-on généralement ? Les quotidiens espagnols et Le Monde avaient publié les sanctions mais sans grand luxe de détails. Ils avaient presque exclusivement annoncé le symbolique renvoi des professeurs José Luis Aranguren, Agustín García Calvo et Enrique Tierno Galván, assez souvent les sanctions inigées aux professeurs Montero Díaz et Aguilar Navarro, et c’est plus rarement qu’avait été cité le cas de Roberto García de Vercher. Par contre, l’aaire était étudiée par la presse hispanique étrangère particulièrement au moment où le Conseil des Ministres du Général Franco avait conrmé les sanctions proposées à l’encontre des professeurs impliqués dans la crise universitaire du mois de février. En octobre 1965, España Libre, mensuel des milieux intellectuels démocrates chrétiens et socialistes, publié à New-York et qui se présentait comme l’Organe des Sociétés Hispaniques Confédérées des États-Unis d’Amérique faisait une mise au point un peu partiale et corporatiste mais détaillée de cette aaire et une analyse du sens politique des sanctions inigées.

73Trois professeurs — disait le journaliste — avaient donc été exclus à vie de l’université espagnole. Il s’agissait de José Luis López Aranguren, professeur d’Éthique, Agustín García Calvo, professeur de latin, tous deux de la faculté de Lettres de Madrid, et d’Enrique Tierno Galván, professeur de Droit Politique de la Faculté de Salamanque. De leur côté, les professeurs d’Histoire Ancienne, Montero Díaz, et de Droit International, Aguilar Navarro, de l’Université de Madrid, avaient été suspendus de leurs fonctions, avaient perdu leur emploi et leur salaire pour une durée de deux ans. On le voit, aucune information n’apparaissait sur Roberto García de Vercher, considéré comme un homme du Régime. Le journaliste expliquait que le poids des sanctions était à la mesure du sentiment de trahison éprouvé par l’État franquiste qui avait su lire dans une participation à une action de revendication qui ne sortait pas de la banalité et, qui plus est, pacique, la première attaque d’un groupe social organisé s’élevant contre l’immobilisme des structures du Régime ainsi qu’un « mauvais exemple »pour d’autres groupes tout aussi mécontents, en particulier dans les secteurs ouvriers. L’article rappelait les manœuvres d’un Régime qui s’inscrivait dans la droite ligne des politiciens les plus réactionnaires de l’Histoire de l’Espagne et dont les techniques de répression n’avaient pas évolué depuis son avènement :

  • 73 Farreras Francisco, Por el honor de la Universidad, cinco catedráticos españoles sancionados. Españ (...)

En pleine trêve estivale, alors qu’étudiants et professeurs étaient dispersés sur l’ensemble du territoire espagnol pour la période des vacances, le Bulletin Ociel de l’État est venu nous rappeler que Franco ne pardonne pas, n’oublie pas et ne renonce pas non plus à la vengeance. Il est vrai que l’homme qui n’a pas hésité à envoyer au peloton d’exécution les militaires qui étaient restés dèles à leur devoir au moment du soulèvement du 18 juillet 1936, est le même qui, récemment nommé Docteur Honoris Causa de l’Université de Saint-Jacques de Compostelle— une des universités les plus dociles et les plus résignées à supporter le joug du Régime —, décrète l’exclusion à perpétuité de l’université pour des professeurs exemplaires. [...] Et c’est contre cette exemplarité que le Régime s’acharne avec ses pires armes : l’arbitraire et la calomnie73.

  • 74 Les journaux consultés ne publiaient presque exclusivement que des articles de José Luis Aranguren (...)

74España Libre orait aussi, à l’instar du quotidien Le Monde, une tribune aux analyses74de certains professeurs sanctionnés, comme cette réexion sur la situation politique de l’Espagne signée Enrique Tierno Galván :

  • 75 Tierno Galván Enrique, El gobierno español contra la universidad, España Libre, New-York. 01/10/196 (...)

Les sanctions adoptées par le gouvernement espagnol contre les professeurs qui étaient intervenus lors des revendications que les étudiants ont exprimées au mois de février, mettent à l’ordre du jour, à mon sens, de très sombre manière pour l’opposition comme pour l’ensemble des Espagnols, le problème le plus grave qui se présente à notre pays : la lente mais inexorable limitation de la vie publique espagnole à un niveau végétatif de passivité sans avenir [...]
L’opposition a proposé son choix, la démocratie qui implique une forme de gouvernement qui va au-delà des vagues promesses de plus d’ouverture. Pour cela, il faut avant tout éviter que n’éclate la tension la tente qui existe entre le pays et le gouvernement. L’université et les professions libérales sont actuellement systématiquement maltraitées. C’est la pire des politiques qui puisse exister et c’est remplis de bonne volonté et de patriotisme que nous attirons à nouveau l’attention sur le danger qui guette le pays75.

75On y trouvait également des informations sur l’atmosphère qui avait entouré à Madrid, l’instruction des enquêtes académiques. Le professeur Luciano de la Calzada, Doyen de l’Université de Murcie, qui en avait la charge, était mis directement en cause pour ses méthodes inquisitoriales qui dépassaient le cadre de l’exercice universitaire puisque, — assurait l’article —, il avait eu recours à des procédés vexatoires en faisant intrusion dans la vie privée des intéressés et en demandant une enquête sur leurs antécédents politiques, ce qui faisait la preuve que les raisons invoquées par l’accusation n’étaient que partiellement académiques et faisait craindre une nouvelle vague d’épuration politique au sein des membres du corps professoral.

76Cette réalité avait engendré des réactions de protestation diverses dont les plus retentissantes étaient des démissions, comme celle d’Antonio Tovar, ancien Phalangiste, professeur de latin de l’Université de Madrid et celles aussi de collègues restés titulaires d’une chaire en Espagne mais habilement autorisés à « se déplacer » sur des postes à l’étranger. Par exemple, le professeur de Géométrie, Federico Gaeta exerçait à l’Université de Bualo dans l’état de New York depuis qu’il avait dénoncé la « mascarade » de sa mutation forcée pour l’Université de Saint-Jacques de Compostelle. Voici un extrait de sa lettre de démission au Ministre :

  • 76 Anonyme, Chile ofrece cátedra a los cinco profesores sancionados, continúan las protestas y dimisio (...)

J’ai la satisfaction de solliciter ma cessation d’activité immédiate au sein du Corps des Professeurs des Universités Titulaires, en signe de solidarité avec mon ami et collègue Enrique Tierno Galván et les autres professeurs arbitrairement sanctionnés par la dictature ; Je les considère tous loyaux à l’Université espagnole, hérauts d’un avenir démocratique digne pour l’Espagne. [...]
Je rappelle aussi la façon indécente avec laquelle on fait gurer encore aujourd’hui mon nom pour sauver les apparences, dans Le Bulletin Ociel de l’État, comme membre de jurys de concours. Pure façade. On ne m’informait même pas de cette désignation. On voulait seulement donner une preuve supplémentaire de l’existence de « l’État de droit », désorienter et tromper l’opinion publique. Quand j’étais en Espagne, on m’a toujours privé de mon tour pour la plus grande gloire de l’Opus Dei. Je ne veux pas couvrir une mascarade de plus et je ne veux pas non plus être professeur des universités tant que seront au pouvoir le dictateur et ses dèles valets dont vous faites partie76.

  • 77 Revue mensuelle fondée à l’initiative de Joaquín Ruiz-Giménez (professeur et Ministre de l’Éducatio (...)

77Autre réaction hautement symbolique commentée en détail, celle du professeur Pedro Laín Entralgo, ancien Recteur de l’Université de Madrid qui militait désormais dans les secteurs de l’opposition au Régime, et avait voulu publier, dans la revue Cuadernos para el Diálogo77, un article de soutien à ses collègues sanctionnés. L’article, avant sa publication, avait été interdit par la censure au vu de la tournure que prenaient les événements mais España Libre le reproduisait dans ses grandes lignes. Pedro Laín Entralgo y faisait des condences sur les pratiques d’épuration politique du corps professoral qui avaient encore cours lorsqu’il était Recteur et auxquelles — disait-il — il ne s’était jamais prêté. Il conrmait que les sanctions qui venaient d’être inigées étaient bien de nature politique et non le résultat d’un processus à caractère professionnel et disciplinaire et que soutenir le contraire relevait d’un machiavélisme qui ne trompait personne. Il analysait les contradictions de l’attitude des autorités politiques en ces termes :

  • 78 Anonyme, Las sanciones contra los catedráticos tienen carácter político, afirma elprofesor Laín Ent (...)

D’un côté, on veut laisser entendre que ce sont eux les instigateurs des événements universitaires du mois de février dernier. D’un autre côté, on reconnaît le fondement des aspirations étudiantes qui ont donné lieu à de tels événements, et l’on admet, tacitement, l’existence et l’expression de ces aspirations antérieurement aux événements présents. D’un autre côté encore, on donne une version partiale des faits, on fait le silence sur leur signication véritable et l’on grossit la bien faible gravité de leurs conséquences en matière d’ordre public. Et pour couronner le tout, on inige les peines les plus graves, après une instruction de dossier conduite par un juge parti en guerre et presque menaçant, aux professeurs qui, dans l’enceinte universitaire, accompagnaient dans leur marche pacique jusqu’au bureau du Recteur, des étudiants désireux de modier la structure de leurs associations. Toute personne en possession d’un minimum de lucidité sur la réalité de la vie espagnole ne peut méconnaître le caractère politique de cette sanction. Toute personne qui envisage la vie des hommes et possède un sens minimum de la justice ne pourra rester insensible au caractère injuste de cette sanction78.

  • 79 Anonyme, Chile ofrece cátedra a los cinco profesores sancionados, continúan las protestas y dimisio (...)

78D’autre part, le mensuel était à l’aût de tous les mouvements de solidarité qui s’étaient exprimés au sein de la profession à l’intérieur des frontières espagnoles. On y commentait longuement la lettre d’un groupe de professeurs titulaires adressée au Ministre de l’Éducation Nationale, analysant les véritables motifs de la crise quià leur sens trouvait son origine dans le profond malaise qui régnait depuis des années dans l’Université, moralement laissée à l’abandon par les pouvoirs publics, pour ne pas dire injustement combattue et harcelée79. On apprenait aussi que lors du XI Congrès de Linguistique et de Philologie Romanes, les participants étrangers avaient exprimé, eux aussi dans une lettre au Ministre, leur solidarité avec leurs collègues sanctionnés ainsi que leur profond malaise, protestations auxquelles il fallait ajouter les réactions de soutien exprimées dans tous les pays libres du monde. Enn, España Libre, pour souligner l’ampleur médiatique internationale de l’aaire, rendait compte des déplacements de José Luis López Aranguren et du succès du cycle de conférences qu’il avait données sur l’invitation des universités de Scandinavie.

79Autre lieu, autre ton pour l’hebdomadaire anarcho-syndicaliste parisien Espoir AIT-CNT, qui présentait la particularité de proposer au sein d’un journal français des pages concernant l’actualité hispanique en espagnol, — écrite par des Espagnols —, ce qui témoigne d’un potentiel de lectorat hispanique important qui possédait par ailleurs déjà ses propres publications. Il s’écarte bien entendu des organes de presse précédemment commentés en premier lieu par sa couleur politique mais surtout parce que, publié à Paris, il est le reet de la èvre activiste des milieux hispaniques dont l’exil est assez proche de l’Espagne sur le plan géographique pour que l’action ne se limite pas à des articles de presse. Par exemple, on peut y lire l’agenda serré des manifestations, rassemblements et actes culturels organisés en relation avec la situation espagnole. Dans ses pages, on sent l’Espagne présente, non pas comme la lointaine patrie dont on est nostalgique, dont on aime à rappeler les lieux, les gens et les habitudes, non plus comme la terre dont on a été privé et sur la quelle on garde un œil attentif, mais bien comme le pays que l’on peut et que l’on va retrouver. La n du Franquisme est proche, peut-on lire en mars 1965, Le Franquisme se désagrège. La rédaction de l’hebdomadaire, dans un style populaire et simple qui ne manque pas de hauteur de vue, analyse à juste titre que l’insurrection ne vient pas seulement des secteurs traditionnellement hostiles au Franquisme mais en grande partie de ses héritiers :

  • 80 Anonyme, Éditorial : Le Franquisme se désagrège, Espoir, 14/03/1965. p. 1.

En tout cas, la désagrégation du Franquisme ne fait pas de doute. Une partie de l’Église — il y en a toujours une qui est avec le pouvoir —et une partie de l’Argent — il y a toujours une partie qui est avec le pouvoir — est déjà décidément engagée dans la lutte pour le remplacement de la dictature, contre la Phalange et l’extrémisme de droite. Ceux qui rent tous les eorts imaginables pour le faire triompher, ceux qui furent son soutien pendant vingt-cinq ans, s’emploient aujourd’hui fébrilement à démolir Franco, à le forcer à accepter une solution qui lui sera imposée, comme il fut imposé à l’Espagne dans le passé80.

80Dans l’examen qu’ils font de la crise politique et sociale espagnole, ils voient non pas la n de la dictature mais la n d’un système dans lequel les positions sociales privilégiées sont occupées par des hommes favorables au Franquisme et « incapables » et que la génération de leurs héritiers, préparés, eux, à l’exercice du pouvoir, veut supplanter. Mais cette analyse politique ne doit pas laisser penser que les militants anarcho-syndicalistes d’Espoir ne pouvaient pas à l’occasion se départir de leur réelle hostilité à l’égard de l’action de ces secteurs idéologiques qui leur étaient traditionnellement opposés et qui devaient composer le futur groupe des cadres dirigeants de l’Espagne. Ils attiraient l’attention, bien entendu, sur le fait que le Régime en usait avec les insurgés du moment, ses enfants, avec plus de« diplomatie » que s’il s’était agi de représentants du monde ouvrier parce qu’il craignait que ce dernier n’exprime la haine inextinguible qu’il nourrissait à son encontre depuis vingt-cinq ans. Mais ils en appelaient pour l’instant à la solidarité :

  • 81 Montseny Federica, El fin del sistema, Espoir, 14/03/1965. p. 2. « La batalla emprendida por las fu (...)

La bataille engagée par les forces qui se décident à créer les nouvelles circonstances propices à un changement, sera dure, probablement longue encore. Mais elle a commencé et dans de telles conditions qu’il est désormais impossible que le Franquisme s’en remette. [...] Plus que jamais la coordination, l’intelligence, le tact, le sens du moment opportun, sont à l’ordre du jour an que les événements ne se précipitent ni prennent trop de retard.
Nous faisons conance à la capacité, à l’instinct, à la longue expérience de nos compagnons en Espagne. Notre devoir aujourd’hui, c’est d’être attentifs, en alerte, solidaires avec ceux qui dans notre pays livrent le plus dicile des combats.
Toute notre sympathie va aux jeunes étudiants, aux professeurs, aux intellectuels qui aujourd’hui représentent la première force lancée contre la forteresse du Régime franquiste. Quelles que soient leurs idées, nous saluons chez eux l’expression d’un courage civique et personnel et les risques qu’ils ont su assumer face au régime qui conserve encore tous les ressorts du pouvoir entre ses mains. Demain peut-être devrons-nous nous aronter. Mais aujourd’hui, le devoir de tous les ennemis de la dictature est d’être solidaires avec tous ceux qui, en réclamant la liberté syndicale et en attaquant la forteresse du Phalangisme, préparent la n d’un régime qui a été l’ignominie de l’Espagne81.

81Mais en Mars 1965, à quelques jours donc de la crise universitaire dont on ne peut pas vraiment dire qu’ellepasse au second plan mais dont lesdétails sont survolés car elle est immédiatement interprétée politiquement comme une étape vers unpassageàla démocratie, la préoccupation majeure des anarcho-syndicalistes d’Espoir qui tirent des enseignements de l’Histoirede leur pays, c’est l’attitude futurede l’Armée, — réexion singulièrement absente des autres journaux — et qui, pour l’instant, n’apas abattu ses cartes :

  • 82 Anonyme, Éditorial, Le Franquisme se désagrège, Espoir, 14/03/1965. p. 1.

Le sphinx, dans toute cette histoire c’est encore l’armée. [...] Que pensent les Ociers Supérieurs de l’Armée espagnole de l’action visantà remplacerle général Franco. Sont-ils surlemur, observant les événements, attendant pour se décider à sauter de l’un ou de l’autre côté82 ?

82Bien vite se pose la question de la participation de la classe ouvrière dans la lutte présente et de sa place dans un Régime postérieur au Franquisme. Les secteurs ouvriers, par la voix d’Espoir expriment leurs craintes d’être une fois de plus les exclus. Conscients du caractère réformiste du mouvement en route, ils estiment qu’en dehors d’une action révolutionnaire profonde des structures politiques qui en nirait avec la toute puissance de l’Armée et de l’Église, l’action aura été vaine et les maux dont soure le pays depuis des siècles resteront inchangés. Là ressurgissent les antagonismes de classes. L’éditorial du 21 mars rappelle l’historique très grande déance de la droiteopposéeau Franquisme à l’égard de tous les mouvements de gauche et des secteurs ouvriers mêmes les mieux encadrés dans des organisations prêtes à la collaboration avec le patronat. Pour les lecteurs d’Espoir, la classe ouvrière est d’ores et déjà exclue de l’avenir qui s’ouvrira après le Franquisme, car la lutte se circonscrit aux étudiants et aux intellectuels. Quelles explications donne-t-on àce rejet social ? Des éclaircissements qui prennent leurs racines dans la situation internationale :

  • 83 La présence d’un certain nombre d’hispanismes dans les articles de la revue Espoir rédigés en franç (...)
  • 84 Anonyme, Éditorial, Le malaise universitaire en Espagne, Espoir, 25/03/1965.

Les démocrates chrétiens espagnols, avec l’agrément de plusieurs pays, — la France et l’Allemagne en particulier —, et duVatican, tentent de convaincre Franco (et l’Armée) de la nécessité de son départetde l’acceptation par les uns commeparles autres, d’un changement sans grands risques qui donnerait à l’Espagne une apparence de légalité politique face à l’Europe des Six et faceàl’Amérique. Pour cette action, ils ne veulent pas de l’intervention des masses ouvrières qu’ils savent ltrées83par les Anarchistes, les Socialistes, les Communistes, malgré toutes les précautions prises pour les écarter. Ils mènent labataille avec le concours des intellectuels, des étudiants et de certains cadres même du système franquiste, désireux d’en nir avec une situation qui n’a cessé d’être provisoire, malgré les fameuses « Vingt-cinq années de paix84 ».

83Les pages d’Espoir sont, on le voit, remplies de lucidité politique et sociale, ce sont elles qui produisent les analyses parmi les plus fouillées, dans lesquelles toutes les composantes de la situation politique et sociale espagnole sont prises en compte. C’est aussi ce secteur qui, malgré son apparent optimisme lorsqu’il prévoit la fin prochaine du Franquisme — la question n’est pas abordée par les autres avec autant de franchise —, se positionne avec le plus de justesse dans l’appréciation des événements et de leurs lendemains. Doit-on voir dans cette clairvoyance et dans le scepticisme qu’elle engendre les raisons qui font que, des journaux examinés, c’est le seul qui fasse l’analyse des responsabilités de la guerre civile ? L’éditorial du 28 mars 1965 trouve de singuliers échos dans les problématiques de l’actualité espagnole de notre xxie siècle. Après y avoir rappelé l’analyse que les Allemands ont dû faire de leur fidélité au Nazisme dans toute son horreur, le journaliste en vient au cas espagnol où comme ailleurs l’Histoire est faite de crimes abominables couverts par la raison d’État et l’honneur militaire. Franco, dit-il, ne partira pas, par peur du jugement, de la condamnation sans appel dont la peur lui donne assez de forces pour s’accrocher au pouvoir, jonglant avec les faits, se jouant des uns et des autres, attendant l’heure de sa mort.

  • 85 Anonyme, Éditorial, Crimes et Criminels. Espoir, 28/03/1965. p. 1.

Cela explique que ceux, en Espagne, qui se rendirent coupables de tant de meurtres sommaires — exécutions dans les villages, « sacas » dans les prisons, condamnations à mort à la criée dans les simulacres de procès qui étaient le pain de chaque jour dans toute l’Espagne, — ET CELA PENDANT QUATRE ANS — s’accrochent avec tant de désespoir au pouvoir et tiennent le plus longtemps possible les leviers de commandes dans leurs mains.
On parle toujours d’oubli, de pardon, de « réconciliation ». Mais les bourreaux savent et craignent que tant de milliers de veuves, d’orphelins, de frères et d’amis qui connaissent les responsables directs — sans le camouflage possible d’aucune cause ni d’aucun État omniprésent — de la mort des leurs, ne puissent ni oublier ni pardonner. Et c’est en partie cette peur qui justifie leur résistance à s’effacer et leur obstination à maintenir et monopoliser le pouvoir qui leur échappe des mains85.

84Peut-être aussi est-ce cette sensibilité particulière à la souffrance humaine et à l’injustice sociale qui fait écrire aux journalistes d’Espoir des textes emphatiques sur la violence policière comme cet exemple paru le journal Mexicain, España Popular :

  • 86 Martínez Andrés, ¡ Pegad fuerte ! Espoir. 28/03/65. p. 7. « “¡ Pegad fuerte ! ¡ Pegad fuerte !” ha (...)

« Frappez fort, frappez fort ! » a commandé le Conseil des Ministres à ses légions mercenaires et elles ont frappé jusqu’à inonder les rues de Madrid du sang de la jeunesse.
D’ici, sans fermer les yeux, je devine la scène répugnante au cours de laquelle ce conclave de l’anti-Espagne a dicté l’ordre fatidique. D’ici, je les vois gesticuler, hystériques, sadiques insatisfaits, les yeux vitreux, le visage déformé, la gueule béante une écume écoeurante et fétide pendant à leur lèvre... « Frappez fort86 ! »

85D’autres sont pleins d’émotion et de la lyrique exaltation des temps de la guerre civile :

  • 87 Martínez Andrés,¡ Pegad fuerte ! Espoir. 28/03/65. p. 7. « Sí, “¡ Pegad fuerte !” ; pegad hasta que (...)

Oui, « Frappez fort ! » ; frappez jusqu’à ce que votre bras s’ankylose ; frappez jusqu’à vos dernières forces ; frappez jusqu’à ce que vos corps épuisés se confondent au sol avec les corps agonisants de vos victimes [...] Mais frappez jusqu’à l’anéantissement total du peuple espagnol. Parce que si vous ne l’anéantissez pas vraiment [...]
[...] Si vous n’arrachez pas la vie de chacun de ces hommes, demain, — un jour dont vous hâtez par force la venue —, ce peuple-là fera de votre peau des cordes afin de vous pendre à chaque arbre qui couvre de son ombre les routes de l’Espagne87.

  • 88 Les éditions Ruedo Ibérico avaient été fondées en France en 1961 et sont la réalisation éditoriale (...)
  • 89 Claridad Juan, Madrid : 25 notas sobre una agitada primavera. Cuadernos de Ruedo Ibérico. no 1. Jun (...)

86Impossible de refermer cet aperçu des réactions de la diaspora républicaine sans s’arrêter sur la revue Cuadernos de Ruedo Ibérico88. Dans son premier numéro, la revue livre une analyse qui s’écarte des représentations mythiques de l’Espagne pour se rapprocher d’un travail de type sociologique qui vise à une connaissance rigoureuse et approfondie des événements ainsi qu’à l’analyse rationnelle de leur signification. L’article, Madrid : 25 remarques sur un printemps agité, ouvre la voix d’un traitement nouveau, scientifique, de l’actualité espagnole dans les rangs de l’exil républicain89. En premier lieu, au risque d’être taxé de froideur, le journaliste revendique l’abandon de toute conception romantique ou passionnée de la situation espagnole. C’est à ce titre qu’il fait en effet figurer un austère récapitulatif des jours de crise dont voici un court extrait :

  • 90 Claridad Juan, Madrid : 25 notas sobre una agitada primavera. Op. cit. p. 52. « 18 de febrero. Mani (...)

18 février. Manifestation étudiante devant le Rectoratpour protester contrela suppression d’un cyclede conférences annoncé sousle titre :
Vers une véritablepaix, aujourd’hui.
19 février. Conférence de M. González Ruiz, dans le grand amphithéâtre de la faculté des sciences.Le prêtre grenadin déclare : « Dans le cadre de la plus pure théologie chrétienne nous devons honnêtement lutter contre toute forme d’aliénation religieuse aux côté des Marxistes. »Il est applaudi par 2000 étudiants90.

87Il faut dire qu’au moment de la publication de cet article, les vacances étaient arrivées, quatre mois s’étaient écoulés depuis la crise et l’heure était en effet venue des bilans : attitude de l’opposition, dissensions au sein du gouvernement, relative complaisance de la part du Régime envers l’agitation étudiante en comparaison avec le traitement des luttes ouvrières, sens de l’intensité des luttes lors de la crise, analyse de l’attitude des diverses composantes politiques du monde universitaire, analyses de presse, attitude du Ministre Fraga Iribarne. L’article terminait sur une question cruciale : ces journées de crise avaient-elles ouvert la voie d’un dégel politique, d’une libération de l’expression politique de l’opposition ? Le Régime pourrait-il résister aux attaques de la société ? Pour le commentateur, le capitalisme se trouvait dans une période de transformation dont on voyait le déséquilibre régional, mais aussi les effets réels sur le développement du pays. De son côté, l’opposition était divisée et en son sein, il n’y avait pas encore de perspective de plate-forme d’action commune. Dans ce domaine aussi, les disparités régionales étaient grandes : la politisation des secteurs populaires était grande mais au Pays Basque et aux Asturies principalement, ailleurs elle restait relativement faible et surtout concentrée sur des revendications de classe qu’il lui faudrait dépasser car le Régime en était conscient et comptait bien jouer de cette faiblesse. De même, selon Juan Claridad, le Régime n’était pas si inquiet de la tournure qu’avaient prise les événements étudiants et le processus révolutionnaire espéré et annoncé par les médias et les secteurs antifranquistes n’était pas près de s’amorcer. Tout au plus pouvait-il déterminer l’évolution des structures politiques existantes, si toutefois l’oligarchie pensait pouvoir se le permettre. Au terme de cette analyse se posait bien entendu la question du rôle des intellectuels antifranquistes dans ce complexe panorama :

  • 91 Claridad Juan, Madrid : 25 notas sobre una agitada primavera. Op. cit.
    p. 61. « El entendimiento de (...)

Comprendre l’opposition et comprendre de façon réaliste les conditions objectives qui sont aujourd’hui données à notre pays, voilà ce que doivent être nos objectifs immédiats. Abandonnons la sphère des mythes, des belles paroles pseudo révolutionnaires, et engageonsnous sans crainte dans le monde réel, avec la certitude que c’est ce chemin qui précisément conduit à la révolution espagnole.
Et mettons toutes nos forces pour faire devant notre peuple l’analyse de la situation dans laquelle il est immergé et endormi afin qu’il prenne conscience que l’Histoire doit continuer sa route et que lui, le peuple, se doit d’y contribuer91.

88Finalement, oubliant presque les divergences, l’union de la presse des milieux républicains de l’exil pouvait parfois se faire dans la représentation humoristique de la situation.

3.4 L’extension de la crise sur le territoire espagnol92

  • 92 Cette petite synthèse a été élaborée à partir du Fonds Arija, Documentación e informes, corresponde (...)
  • 93 Argullol R., Pérez A., El movimiento universitario bajo el franquismo : una cronología. Materiales. (...)

89Si l’on fait unpetit retour sur l’activité universitaire sur l’ensemble du territoire espagnol ne Si l’on fait un petit retour sur l’activité universitaire sur l’ensemble du territoire espagnol ne serait-ce que pour l’année 1964, on comprend aisément que les universités espagnoles ne soient pas restées inertes au moment de la crise madrilène de Février 1965. 1964, c’est l’année de la fondation de la Unión de Estudiantes Demócratas (UED), organisation, à ses origines, liée aux secteurs démocrates chrétiens. Cette année-là, en février mars, on célébrait la Première Semaine de Rénovation Universitaire à Madrid, à Bilbao et à Barcelone, à l’initiative de la première coordination d’étudiants, la Coordinación Universitaria de Estudiantes (CUDE), fondée en 1963 à Barcelone. En 1964 aussi, se multiplient les activités culturelles et politico culturelles : séminaires, débats, séances de poésie, publications des facultés de Sciences Économiques et Sciences Humaines de l’Université de Barcelone, les revues Siega et Moira, les publications du Département de Droit Politique de l’Université de Salamanque dirigé par Enrique Tierno Galván. En outre, dans les derniers mois de l’année, plusieurs facultés s’étaient de fait détachées du SEU en ne reconnaissant pas la hiérarchie qui avait été nomméepar le gouvernement93. Même si chaque université avait sa dynamique propre, en particulier celle de Barcelone où le sentiment nationaliste était exacerbé par l’oppression de la culture catalane, le terrain était propice àune action d’ampleur nationale.

90Dans la capitale catalane, le 4 février avait été marqué à la faculté des Sciences Économiques par l’interdiction de la projection du film Viridiana de Luis Buñuel par ordre du Recteur et sur demande de l’Association des Pères de Famille. Les étudiants avaient réagi en bloquant symboliquement le trafic sur la nationale qui reliait Barcelone à Madrid. Une manifestation avait alors été prévue pour le 8 en vue d’apporter une lettre de protestation au « Recteur », manifestation durement réprimée d’ailleurs à la porte même du Rectorat. Néanmoins, très vite, le 12, les Délégués des différentes facultés s’étaient constitués en Première Assemblée libre de District et avaient approuvé les bases d’une future modification des principes d’organisation de la vie étudiante indépendante du syndicat officiel. Puis l’action s’était en apparence apaisée, — en dehors d’une participation des étudiants à la manifestation ouvrière du 23 sur la Vía Layetana —, jusqu’au moment où, sur l’initiative des madrilènes, avait été prévue la célébration du Jour de l’Étudiant Libre, le 2 mars.

91Les étudiants de la faculté de Sciences économiques de Bilbao, de leur côté ne reconnaissaient plus l’autorité du SEU depuis la Première Semaine de Rénovation Universitaire de mars 1964. Les autorités avaient immédiatement riposté en gelant le budget du syndicat dont dépendait une grande partie de la vie universitaire. Forte de l’expérience, le 12 février 1964, l’École d’Ingénieurs, lorsqu’elle décida à son tour de rejeter l’autorité du SEU, demanda une cotisation de 25 pesetas à chaque étudiant afin de ne pas se voir contrainte d’abandonner l’action par asphyxie économique. Dans l’année, une commission composée par des représentants de tous les secteurs universitaires se mit à éditer un bulletin dans lequel ils appelaient à la séparation effective d’avec le syndicat officiel. Lorsqu’elle eut connaissance du déclenchement des événements madrilènes, la commission interuniversitaire organisa immédiatement une réunion en vue d’organiser l’action.

92À Valence, une altercation entre étudiants et policiers municipaux avait créé une tension extrême qui s’était exprimée dans une manifestation de deux mille étudiants dès les premiers jours de l’année universitaire 1964-1965. À cette occasion, le Chef de District du SEU avait tenté d’exercer des pressions sur le délégué de la faculté de Philosophie afin d’obtenir de lui un contre ordre de grève. N’y parvenant pas, il avait fait un rapport sur cet étudiant auprès du Gouverneur Civil, acte qui avait définitivement discrédité le SEU. Informés de la Quatrième Assemblée Libre à Madrid le jour même de sa tenue par des contacts établis au niveau professoral, les étudiants valenciens n’avaient cessé dès lors de se maintenir en alerte et de faire circuler l’information de l’agitation madrilène. Le premier mars, au cours d’une réunion organisée à la faculté de médecine, les étudiants venus en très grand nombre convoquèrent la Première Assemblée Libre pour le lendemain, assemblée qui put se tenir malgré le boycott des chefs de District du SEU.

93Salamanque était une petite université dont le corps professoral cultivait une tradition d’opposition au Régime. Dès la tenue de la Quatrième Assemblée à Madrid, Salamanque fut quotidiennement informée de la situation par deux délégués qui se déplaçaient à Madrid. Le chef de District du SEU de Salamanque qui, malgré ce climat hostile, envoya à Madrid un télégramme de soutien aux autorités madrilènes qui venaient de faire tomber les sanctions, provoqua des moments de très grande tension. Le 2 mars, les étudiants avaient demandé au Recteur l’autorisation de tenir une réunion d’information qui prévoyait une concentration de l’ensemble de la population étudiante de la ville, autorisation qui leur fut refusée.

94À Oviedo, c’est l’École de Commerce qui la première s’était séparée du SEU à la fin de l’année universitaire 1963-1964. Elle faisait partie, avec la faculté de Philosophie, des centres les plus radicalisés du secteur. De ce fait, les étudiants de l’École de Commerce se déclarèrent en grève à l’annonce du début des mouvements universitaires madrilènes. À Valladolid, au moment des événements, l’assemblée des étudiants de médecine n’ayant pas été autorisée par le Doyen, elle se tint sous la présidence d’un professeur. En février, les Facultés de Médecine et de Sciences de Saragosse avaient déclaré ne pas reconnaître l’autorité des élus du SEU. De son côté, l’université privée de Pampelune pouvait être un bon baromètre de la position de l’Opus Dei dans cette affaire. Les autorités d’ailleurs ne s’affrontèrent pas aux étudiants lorsque ceux-ci se déclarèrent solidaires de l’action madrilène. Pourtant, le 12, puis le 17 février, les facultés de Droit et de Philosophie avaient approuvé la décision de se séparer du SEU et le 26, l’Assemblée Libre des étudiants de Droit avait appelé à une manifestation pour le 4 Mars. Tirant sûrement les leçons de toute cette agitation, le chef de District du SEU de l’université de Grenade avait pour sa part pensé opportun de convoquer les délégués des étudiants et de leur proposer une semaine de vacances, proposition rejetée et immédiatement suivie de la convocation d’assemblées dans l’ensemble des facultés. À Saint Jacques de Compostelle, c’est le 27 que les étudiants s’étaient réunis pour exprimer leur solidarité avec le mouvement de Madrid et réclamer une information objective. Murcie était, on s’en souvient, le lieu d’exercice de Luciano de la Calzada, chargé de l’instruction des enquêtes académiques infligées aux professeurs qui s’étaient engagés dans l’action à Madrid. Il ne s’y trouva personne pour appuyer la demande d’un étudiant en Droit qui réclamait que l’on prenne une décision face aux événements madrilènes. La revendication surgit tout de même, mais du sein du corps professoral de la même université qui sollicita d’obtenir une information objective ainsi que la reconnaissance des principes de liberté syndicale. Enfin c’était depuis le mois de novembre que les Doyens de l’Université de Séville avaient interdit toute réunion syndicale, ce qui n’avait pas empêché qu’en janvier Facultés et Écoles Supérieures décident de se désolidariser du SEU. Tout cela explique qu’au début du mois de mars, c’est-à-dire au moment où s’éteignaient les jours de plus grande violence de la crise madrilène, les universités de l’Espagne périphérique prenaient le relais.

95On peut voir, sur le calendrier qui suit, comment après la période de latence du mois de janvier, l’agitation du monde universitaire s’étend peu à peu à l’ensemble du territoire espagnol sur la base, dans un premier temps, d’assemblées générales à visée informative (27/02) alors que Madrid en est à sa septième réunion de la Quatrième Assemblée Libre des Étudiants et que les menaces de sanctions les plus graves viennent de tomber. C’est après la décision de fermeture de la faculté de Médecine de Madrid qui menace d’étouffer le mouvement (28/02) que l’on constate une radicalisation de l’action sur les provinces. Le premier Mars s’ouvrent les journées les plus fortement marquées par la revendication étudiante dans l’ensemble du territoire. La journée du 2, l’action est à son paroxysme et, dans les jours qui suivent, les modalités d’actions empruntées lors des jours de crise par le collectif madrilène se prolongent sur les facultés périphériques essentiellement.

96Les revendications, qu’elles s’expriment en Assemblée Générale ou dans la rue, dans les universités de Sciences Humaines, de Sciences exactes, de Droit ou autres, étaient en accord parfait avec les mots d’ordre madrilènes : disparition du SEU et liberté syndicale.

Tableau 2.— Calendrier des journées d’action étudiante. Espagne 1965

Tableau 2.— Calendrier des journées d’action étudiante. Espagne 1965
  • 94 Anonyme, El Alcázar. 05/03/1965. p. 11. « Su finalidad es encauzar toda la ayuda moral y material q (...)

97Comme en février mars 1964, à l’occasion de la Première Semaine de Rénovation Universitaire à Madrid, les étudiants avaient pris soin de tenir les médias étrangers informés de leur action, la propagation de la nouvelle des événements fut immédiate ainsi que les mouvements de solidarité dans les universités étrangères. La presse espagnole s’en faisait d’ailleurs l’écho en reproduisant des articles sur le sujet imposés par les services d’information du Régime mais aussi en laissant parfois affleurer la sympathie d’une rédaction ou d’un journaliste pour les étudiants qui étaient descendus dans les rues. Par exemple, le quotidien El Alcázar commentait l’action d’un comité de solidarité de 16 000 adhérents qui s’était constitué à Mexico en soulignant que sa finalité était de concentrer toute l’aide matérielle et morale que l’on pourrait apporter aux étudiants d’Espagne94.

98Allemagne, Hollande, Suède, Angleterre, Belgique, Suisse, Italie, l’Europe universitaire se mit à l’heure de la solidarité, principalement en manifestant devant les Ambassades et les Consulats d’Espagne. C’est en France où se trouvait, comme on l’a précédemment vu, la colonie espagnole la plus importante que l’action fut la plus intense. Le premier mars l’UNEF, les organisations de jeunes catholiques, d’étudiants israélites, socialistes, et communistes organisaient un rassemblement à la Mutualité pour témoigner leur solidarité avec les étudiants espagnols et portugais qui vivaient également une période d’insurrection. Dans les jours qui suivirent, l’UNEF organisa une collecte pour soutenir les étudiants espagnols frappés d’une amende et aussi pour venir en aide aux étudiants exilés mais le quatre mars, la police française interdit l’accès des Ambassades d’Espagne et du Portugal aux jeunes manifestants qui étaient venus y déposer des lettres de protestation.

Notes

1 Mesa Garrido Roberto, Jaraneros y alborotadores. Documentos sobre los sucesos estudiantiles de febrero de 1956 en la Universidad Complutense de Madrid. UCM. 1982. p. 65-66. « Al gobierno de la Nación, a los Ministros de Educación Nacional y Secretario General del Movimiento.
[...] El estudiante se encuentra, asu llegada a la universidad y alas Escuelas Especiales, con una carrera que consiste en ir salvando, con medios escasos y difíciles de conséguir, una serie de obstáculos al nal de los cuales se encuentra hoyel más grave de todos : ¿Qué hacer con el título académico ?
Cuando las Residencias de estudiantes y Colegios Mayores son escasos y caros, ymuchos nos vemos reducidos a pensiones de precios crecientes, donde la vida de estudio y convivencia universitaria escasi imposible, cuando los libros detextos son decientes y costosos, cuando los precios de matrículos y seguros suben continua-mente, el estudiante se ve falto de medios sucientes de asistencia universitaria y todas las cargas recaen sobre los agobiados presupuestos de las familias, que no ven compensacióna tales sacricios. [...]
La situación material y vocacional del universitario español es de indigencia, su perspectiva intelectual es mediocre —¡Cuántos catedráticos y maestros eminentes apartados por motivos ideológicos y personalistas !—y suporvenir profesional total-mente incierto porla escasezde salidas y especializaciones y porla intervención de exclu y entes criterios extra profesionales, precisamente cuando las necesidades del país reclaman todo lo contrario : aportación de nuevas capacidades y esfuerzos.
Las causas de este desolador panorama : [...] existe un hondo divorcio entre la universidad teórica, según la versión ocial, y la universidad real formada por los estudiantes de carne y hueso, hombres de aquíy de ahora con sus circunstancias, opiniones y deseos. Este divorcio explica muy bien la esterilidad y los fracasos cosechados en el terreno intelectual, deportivo y sindical, fracasos que nos humillan en todo contacto internacional ante los estudiantes de otros países.
Al ambiente de desencanto como españoles que quisieran ser ecaces, colaborar y servir inteligente y críticamente a la empresa delbien común y ven ahogado este noble propósito, hay que unir ya la amargura que provoca la emigración creciente de cientos de miles de nuestros mejores graduados. Estos hechos sólo pueden perturbar hondamente en el futuro la ya nada fácil ni justa, en otros aspectos, vida social de la Nación. Porque el camino hasta hoy seguido es el de la inecacia, la intolerancia, la dispersión y la anarquía. [...]
En la conciencia de la inmensa mayoría de los estudiantes españoles está la imposibilidad de mantener por más tiempo la situación de humiliante inercia en la cual, al no darse solución a decuada a ninguno de los esenciales problemas profesionales, económicos, religiosos, culturales, deportivos, de comunicación, convivencia y representación, se vienen malogrando fatalmente, año tras año, las mejores posibilidades de la juventud dicultándose su inserción ecaz y armónica y comunicándose, por un progresivo contagio, el radical malestar universitario a toda la vida nacional que arrastra agravándolos todos los problemas antes silenciados. [...] »

2 Díaze lías, Pensamiento español... Op. cit. p. 84.

3 Gracia Jordí, Crónica de una deserción. Ideología y literatura en la prensa universitaria del franquismo (1940-1960). Promociones y Publicaciones Universitarias. Barcelona. 1994. p. 65. « La desgana de lectores indiferentes ante la ligrana de un versicador garcilacista, la urgencia por reencontrar en letra impresa un reejo veraz del entorno, la seducción de la cinematografía italiana neorrealista y su nuevo lenguaje, la perduración de una memoria especíca de la cultura liberal exiliada y repetidamente agredida, la conanza en un Estado social y fuerte que haga de España una sociedad moderna. »

4 Alvarez Cobelas José, La oposición universitaria al franquismo : Los sucesos de febrero de 1965. Op. cit. p. 30.

5 Davira Formenter, Universidad. Crónica de siete años de lucha. Horizonte español. T. II. Editorial Ruedo Ibérico. 1972. Paris. p. 223.

6 Cette reconstitution des journées qui ont secoué l’Espagne en février 1965 s’appuie sur la consultation du Fonds Arija, Documentación e informes, correspondencia de la AJSE., qui se trouve archivé à la Fondation Pablo Iglesias à Alcalá de Henares (cf. Liste des sources), d’informations parues dans la presse ocielle espagnole et dans Le Monde complétés par des éléments trouvés dans Alvarez Cobelas José, La oposición universitaria al franquismo : Los sucesos de febrero de 1965. Trabajo de Licenciatura. UAM, Filosofía y Letras. 1992.

7 Farga Manuel, Universidad... Op. cit. p. 67.

8 Il s’agissait des représentants élus dans chaque faculté par les étudiants depuis le décret du le 18 octobre 1958, date d’une restructuration du SEU.

9 Junta de Delegados

10 Alvarez Cobelas José, La oposición universitaria al franquismo : Los sucesos...Op. cit. p. 55.

11 Federación Universitaria Democrática Española. Groupe clandestin né en 1961 de la coalition des étudiants de sensibilité communiste, socialiste ainsi que de représentants d’une nouvelle gauche universitaire.

12 Laposición del intelectual ante lapaz ; la Democracia cristiana, Visión cristiana de la alienación religiosa.

13 Lorenzo Telmo dans La universidad contra la dictadura. Revista ibérica 15/03/1965, considère que les étudiants étaient au nombre de2000, chire que José Alvarez Cobelas considère exagérément élevé.

14 Les trois premières avaient été déclarées ouvertes lors des événements de 1956 et de 1962.

15 Recortes de Prensa, no2, mayode 1965. Fonds Arija, Documentacióne informes, correspondencia de la AJSE. Fundación Pablo Iglesias.
La IV Asamblea Libre de Estudiantes, reunida en el Aula Magna de la Facultad de Ciencias de Madrid, democráticamente y por unanimidad, presenta su enérgica protesta por :
α Las medidas represivas tomadas por la autoridad académico-gubernativa, cuyo último episodio es la suspensión de la conferencia que se había de dar en este Aula y a esta hora.
β La obligatoriedad (violadora de los mínimos derechos humanos) de la aliación al Sindicato Ocial.
γ La repulsa de la tergiversación que la autoridad académica dio a la carta del Obispado referente a estas conferencias.
A causa de esto expresa las siguientes reivindicaciones con carácter de exigencia inmediata :
Libertad sindical, entendida comola consecuenciade un sindicato autónomo, representativo, democrático, libree independiente de todac política y académica.
Amnistía general para todos los estudiantes expedientados, multados y encarcelados.
Libertad de expresión docente y discente para toda la universidad, libertad de asociación en la Universidad española. La Asamblea se opone a la Ley de asociaciones, porque contradice los artículos 19 y 20 de la declaración de Derechos Humanos de la ONU, que España aprobóal integrarse en ella.
Solidaridad con los obreros españoles que luchan por las mismas reivindicaciones democráticas.
Esta Asamblea instituye el día 2 de marzo como Día del estudiante, entendido como el día en el cual todo el estudiantado de España expone sus reivindicaciones y protestas ante la autoridad gubernativa.
Esta Asamblea desarrollará y concretará los puntos anteriores durante la semana del21 al 28 de febrero en el lugar que las circunstancias permitan ya la misma hora, 12,30 de la mañana. Para lo cual convoca a su asistencia a todoslos estudiantes de Madrid.
Madrid a 20 de febrero de 1965.

16 La crise universitaire se prolonge jusqu’au2 mars, date marquée par une dernière manifestation de cinq mille étudiants qui, venus célébrer la journée de l’Étudiant qu’ils venaient d’instaurer, délèrent dans la rue d’Alcala et sur la promenade de Recoletos en direction de la place de la Cibeles où la police les attendait an de leur interdire l’accès au Ministère de l’Éducation Nationale où ils avaient prévu d’apporter leurs doléances. Après cet épisode, le mouvement entre dans sa phase de négociations.

17 La Commission du Travail qui planiait la réforme du syndicat et de l’université ; La Commission d’Information et de Propagande dont la mission était de diuser les développements de l’action dans la capitale et dans les autres centres universitaires du pays ; la Commission Consultative formée de professeurs.

18 Farga Juan Manuel, Universidad y democracia en España. Op. cit. p. 71.

19 Décret du 8 septembre 1954.

20 Abréviation de Noticiario y Documentales, (actualités et documentaires), il fut créé en 1942 et ouvrit les séances de cinéma des Espagnols jusque dans les premières années de l’après Franquisme. Il faisait partie intégrante des mécanismes de contrôle et de manipulation de l’information.

21 NO. DO. .No 1157C. 08/03/1965.

22 Aguirre Javier, Blanco vertical. 1965.

23 Emblématique de la Prensa del Movimiento, il avait été fondé en 1935 par José Antonio Primode Rivera pour servir d’organe de propagande pour la Falange española. Après la guerre, il fut le quotidien le plus représentatif de la délité au Caudillo. Il gardait cependant une empreinte phalangiste, dans le style et dans l’esprit, qui l’amena parfois à critiquer l’action du gouvernement. À la n du Régime, il ne perdait pas une occasion d’exprimer son rejet de la monarchie parlementaire et de la démocratie libérale, mais son audience était déjà réduite, il déposa son bilan dans les premières années de la démocratie. Le poids de son histoire et de son en-tête, Fondé par José Antonio Primo de Rivera, pouvait dicilement être oublié.

24 Fondé en 1935, c’était le quotidien qui diusait le mieux les valeurs de l’Église. Comme tous les quotidiens, dans l’immédiat après-guerre, il avait été aux ordres d’un directeur imposé par le gouvernement. À partir de 1958, une ligne de pensée plus en phase désormais avec l’évolution du Régime s’était imposée. Dès lors, Ya représenta les Catholiques. Cet appui valut au quotidien d’avoir moins de problèmes que les autres, y compris après la loi de 1966 qui t évoluer les mécanismes de censure. Il faut dire qu’entre 1966 et 1969, le Directeur Général de la Presse était un homme de la maison, Manuel Jiménez Quílez. À la n du Franquisme, il était le quotidien le plus lu et abritait les propositions d’évolution et d’ouverture des secteurs catholiques.

25 En 1939, la famille Luca de Tena qui l’avait fondé en 1903, récupéra ses installations et de fait son journal qui avait été réquisitionnés par la République pendant la guerre civile. De 1939à 1975, il jouit d’un grand prestige en tant que journal qui conduisait une ligne éditoriale qui parvenait à conjuguer, — pas sans conits toutefois, — délité au Régime et défense de la monarchie.

26 Déjà présent à Madrid avant la guerre, c’est certainement le quotidien qui s’était le mieux illustré dans l’appui apporté à la cause des Nazis au point que sa rédaction choisit en 1945 de ne pas annoncer la victoire des Alliés. En 1965, il était en perte de vitesse et allait être racheté, deux ans plus tard par les secteurs de la ACNP et, en 1968par un groupe bancaire qui le cona à une équipe rajeunie qui sut, dans le cadre de la loi d’ouverture de 1966, lui donner un nouveau soue, le transformant pour sept ans en un quotidien d’information de référence. Son dépôt de bilan date de 1983. Pendant la période qui nous occupe, il se contente de faire paraître les textes ociels.

27 Né à Tolède pendant la guerre civile, il avait été lancé par la Hermandad de Madrid et avait enregistré si peu de succès qu’il était passé aux mains d’une autre entreprise, en 1949qui s’eorçait d’ouvrir l’information. Après 1966, il fut rapidement victime des pratiques de rétorsion du Régime qui le consqua et le cona au noyau dur phalangiste et ultramontain du Franquisme.

28 Anonyme, Les duele la paz, Arriba, 26/02/65. p. 2. « unos son intelectuales, los más, seudo intelectuales y el resto forman la inévitable ganga de todas las situaciones ; Si la paz parece dolerles será sin duda porque no encuentran en ella su elemento. Infectados de una era rebeldía de salón, tratan de contaminar a los demás con el microbio de la disidencia, empezando por los sectores más jóvenes, y, por tanto, más dúctiles y ardorosamente ingenuos de nuestra sociedad.. La consigna no puede ser otra que protestar [...] y el comunismo que anda vigilando el juego desde una posición marginal no comprometida y que no ignora el pie de que cojea la burguesía, impone subrepticiamente criterios de prudencia. La táctica de la no violencia, el ritmo rebañego del pasacalle pacíco, el disimulado reclutamiento de pardillas y escuderos más o menos legítimamente adscritos a los escalafones de la intelectualidad, no pasan de ser meras innovaciones tácticas del principal por cuenta de quien se trabaja. »

29 Anonyme, Sindicalisme auténtico, Arriba, 26/02/65. p. 2.

30 Anonyme, Expediente académico a cuatro catedráticos. Mejoran los heridos de la manifestación estudiantil. Ya. 27 février 1965.

31 « De acuerdo conel reglamentode Disciplina Académica (Decreto del 8 de septiembrede 1954),seha dispuesto la apertura de expediente a los catedráticos señores Montero Díaz, Tierno Galván, López Aranguren y García Calvo, por la comisión de las faltas graves previstas en el artículo segundo, número dos (insubordinación contra las autoridades académicas) y número tres (invitación o estímulo, en cualquier forma, de las manifestaciones colectivas de los escolares, dirigidas a la perturbación del régimen normal académico o sindical) del citado reglamento. »

32 Anonyme, Los padres de familia contra la acción subversiva en la universidad. Ya. 28 février 1965. p. 11. « Pero algo más se puede hacer para evitar la repetición de lo ocurrido y que no sean bastardeados los nes educativos de la universidad y es que la presencia en ella de las madres de familia, en la forma que razonablemente se articule, para compartir en estrecha compenetración con las autoridades académicas, la labor de formación de nuestros hijos. [...] Es obvio que los padres de familia podrían aportar también un sano criterio enel estudio del problema del Sindicato Español Universitario, motivo inicial delos disturbios. »

33 Anonyme, Estudiantes y personas no controladas provocan incidentes en la ciudad universitaria. ABC. 25/02/1965. p. 49.

34 González Ruano, César, Sobre lo neo-malo. ABC, 25/02/1965. « Yo no sé si estamos en un momento demasiado inteligente. Acaso fuera mejor ser inteligente sólo. Son peligrosos todos los “demasiados”. [...] No creo que haya en realidad cosas antiguas, viejas y jóvenes. La inteligencia tiende a lo intemporal, a lo que es eterno. Y de ningún modo un joven “angustiado” es superior al alcalde de Zalamea, que tenía su angustia también. Convendría pensar en todo esto. » p. 1.

35 Real De La Riva César, El problema universitario (I). Del pasado hasta el presente. La política y la universidad. ABC. 25/02/1965. p. 32. « Liberar la universidad será renovarla. Y más hoy. Los inmensos campos que la ciencia y la técnica modernas han abierto al trabajo común en plena dimensión universal, el acceso a la universidad de crecientes masas juveniles que vienen sencillamente a aprender y que cada vez más justamente proceden de todas las clases sociales, yel anhelo de una sociedad que busca en ella horizontes de luz y de esperanza y criterios ordenadores que para una mecánica vital crecientemente acelerada, complejae inmediatista, exigen urgentemente dos cosas fundamentales para la universidad : medios y autonomías. »

36 Real De La Riva César, El problema universitario (II). Expansión, personalización y autonomía. ABC. 26/02/1965. p. 32. « Y esto es lo que ante todo hay que tener en cuenta : que una universidad no puede ser, el día de hoy, sino una gran empresa espiritual. Con la libertad y los medios que una gran empresa exige. [...] No negamos que el Estado, siguiendo modernas tendencias sociales y totalitarias, hubiera podido hacer en un momento dado, una renovación a fondo y una planicación integral de la enseñanza, si hubiera tenido ideas, medios económicos y autoridad para ello. Pero pasado ese momento y reconocidas poréllas universidades libres, es sumamente peligroso para la universidad actual, cualquier ordenación dogmática y de aire denitivo y denitorio, aunque sí urge una legislación universitaria exible y vigilante que rectique o refunda en gran parte la Ley de Ordenación de la Universidad española — acaso la más inactual de toda nuestra reglamentación administrativa — y que tiende clarividentemente de manera gradual, pero rápida y constante, a la autonomía de las universidades ociales, al vigorizamiento moral y social de las personas y órganos que las integran, y en la concentración en ellas de todos los recursos de que pueda disponer el estado para su inmediata modernización y expansión. »

37 Anonyme, Al margen de la pasión, ABC, 28/02/1965. « Los españoles esperan de ellos que investiguen, que publiquen y que en la materia de que son titulares, enseñen disciplina intelectual y socialalos alumnos : masqueno tratende adherirlos a sus programas políticos personales y de hacer derivar a los jóvenes al conciliábulo, a la manifestación y al activismo político. Este es un fraude que por ningún concepto cabe tolerar. Se ha dicho que es un abuso de conanza ; pero es, además, un atentado contra la inteligencia. Condenamos su actitud, no en nombre de ningún credo político ni en función de ninguna discrepancia ideológica, sino en nombre del decoro universitario y de la propia ciencia que son el primer deber de un catedrático de la universidad. »

38 Anonyme, El ejercicio de la autoridad y las legítimas aspiraciones estudiantiles. El Alcázar. 02/03/1965. p. 10.

39 Anonyme, El ejercicio de la autoridad y las legítimas aspiraciones estudiantiles.El Alcázar. 02/03/1965. p. 10. « No es posible enjuiciar serenamente la situación planteada por la agitación universitaria sin disponer de una información objetiva del origen del conictoyel desarrollode los sucesos. Tenemos que reconocer que la situación se presenta confusa. Es necesario claricarla e informar imparcialmente a la opinión, que a estas horas no sabe a qué atenerse. »

40 Anonyme, Grupos de estudiantes originan embotellamientos en el centro de Madrid. YA. 03/03/1965. p. 1. À cette occasion, sûrement parce qu’elle venait d’être ouvertement attaquée, la presse était sortie de sa réserve habituelle et la manifestation avait fait l’objet d’un récit tendancieux mais plus précis.

41 Manuel Hedilla avait été le chef de la Phalange après la disparition de José Antonio Primo de Rivera. Il s’était opposé à l’Unication des forces rebelles à la République décrétée, en avril 1937, parle général Franco, ce qui lui avait valu d’être condamné à mort puis gracié, emprisonné et oublié.

42 Vilar Sergio, Historia del antifranquismo. Plaza y Janés. Barcelona. 1984. p. 332.

43 Sa collaboration avec le journal Le Monde prit n avec la dictature. Par la suite, il fut rédacteur en chef de Guadiana pendant un an, puis il travailla jusqu’en 1980 pour OEstado de Sao Paulo au Brésil. Actuellement, un axe important de la zone universitaire porte son nom.

44 Jauregui Fernando, Vega Pedro, Crónica del antifranquismo. Ed. Argos Vergara. Barcelona 1983. p. 235.

45 Nováis José Antonio, La situation en Espagne. Le Monde. n° 6238. 03/02/1965.

46 Nováis José Antonio, La situation en Espagne. Le Monde. n° 6239. 04/02/1965.

47 Nováis José Antonio, Une épreuve de force est engagée entre le gouvernement et les universitaires espagnols. Le Monde. n° 6236. 31/01/1965-01/02/1965

48 Nováis José Antonio, Aux cris de « Démocratie, oui, Dictature, non », deux mille étudiants manifestent à Madrid. Le Monde. n° 6253. 20/02/1965.

49 Nováis José Antonio, À Madrid, les autorités académiques autorisent au dernier moment la conférence du Révérend Père Gonzalez Ruiz. Le Monde, n° 6254. 22/02/1965.

50 Nováis José Antonio, Plusieurs personnalités démocrates chrétiennes interrogées par la police. Le Monde, n° 6255. 23/02/1965.

51 Nováis José Antonio, Le professeur Aguilar Navarro proteste contre l’interdiction de sa conférence sur la démocratie chrétienne. Le Monde, no 6256. 24/02/1965.

52 Nováis José Antonio, Le professeur Aguilar Navarro proteste contre l’interdiction de sa conférence sur la démocratie chrétienne. Le Monde, n° 6256. 24/02/1965.

53 Nováis José Antonio, En Espagne. Le Monde, n° 6257. 25/02/1965.

54 Nováis José Antonio, Agitation à Madrid. Le Monde, no 6259. 27/02/1965.

55 Anonyme, Ha sido retirado el carnet de corresponsal de prensa extranjera a don José Antonio Nováis. YA, 27/02/1965. p. 1.

56 Anonyme, Entrevista del Ministro de Información a un periódico danés, Ya, 17/03/1965. « Esta ilimitada libertad de información puede confundirse con el derecho a dar una falsa imagen de nuestro país. El señor Nováis se ha distinguido con una sistemática deformación [...] sepermitió armar que había un estudiante moribundo y una veintena de personas gravemente heridas siendo así que había sólo un estudiante con una herida de importancia relativa de la cual ya está completamente repuesto. »

57 Anonyme, Entrevista del Ministro de Información a un periódico danés, Ya, 17/03/1965. « Ahora bien, del señor Nováis hay que decir muchísima cosa. Este es el nal de un proceso en el cual las deformaciones han sido sistemáticas y los abusos muy frecuentes. El señor Nováis no es solamente una persona que se haya limitado a informar unas veces con falsedad, otras con habilidad, tendenciosamente sobre los sucesos que podrían dañar al prestigio del país y nunca sobre los asuntos verdaderamente importantes para España, sino que él mismo es uno de los miembros activos de esa oposición que ha escrito muchas veces sus crónica sal dictado de miembros conocidos de la llamada oposición y ha sido persona que ha intervenido en cabildeos, conciliábulos, reuniones y, probablemente, en otros contactos relacionados con las actividades de la oposición. En estas circunstancias se estima, a mi juicio, que el señor Nováis debe actuar no como periodista sino como miembro activo de la política. No hay, pues, razón ninguna para que los actos de propaganda política de esta persona de nacionalidad española que militó en los grupos más extremos del falangismo, para luego derivar a los de signo contrario, y cuya conducta produce quejas continuas de los establecimientos e instituciones, donde ha dado más de un escándalo público, gocen de los privilegios que concede el estar acreditado como corresponsal extranjero. Ello constituye un descrédito, en primer lugar para sus propios compañeros de la prensa y su comportamiento es completamente intolerable para la ética profesional que practican la mayoría de los verdaderos informadores. Esta es la realidad, que puede ser comprobada por cualquiera que lo desee. »

58 Anonyme, La magistratura española es independiente, arma el abogado de J. A. Nováis. Concordia. n° 44. Paris. 1965. « Lo cierto es que Fraga Iribarne se ha metido en un lodazal, del que le será muy difícil de salir. La prueba de su difamación se halla impresa en todos los periódicos y no hay juez, por dependiente que sea, que pueda negarla. El ministro actuó muy imprudentemente, poseido de su impunidad, acostumbrado a ver cómo el régimen atropella al ciudadano sin defensa. Y creyo poder atacar del mismo modo al corresponsal de uno de los periódicos más inuyentes del mundo, por no decir el que más. No sería extraño que este asunto le costara el cargo, ya que Franco querrá cargar difícilmente con un ministro condenado por difamación y por sus propios tribunales. »

59 Nováis José Antonio, Maître Cierco reste à disposition de la justice. Le Monde, n°6359. 25/06/1965. Le 11 novembre 1965, une sentence du Tribunal de l’ordre Public condamnait Eduardo Cierco à un an de prison ferme pour délit de propagande illégale. Devant l’auence de sympathisants, venus soutenir l’accusé, et de journalistes, le procès fut retardé de plusieurs heures et se déroula nalement à huis clos.

60 La lettre avait été publiée dans plusieurs revues étrangères dont Témoignage Chrétien et Le Nouvel Observateur.

61 Même s’il n’est pas exclu que la personnalité de J. A. Nováis ait donné lieu à mythication, il est intéressant de savoir qu’on raconte volontiers que dans les années soixante dix J. A. Nováis jouissait du privilège, pour un journaliste, de voir l’actualité arriver à lui sans qu’il ait à la chercher. On dit aussi qu’en homme excellemment informé par les sources qu’il obtenait de ses contacts étroits avec l’opposition clandestine, il était sollicité par les médias espagnols eux-mêmes.

62 Ysàs Pere, Disidencia y subversión. La lucha del Régimen franquista por su superviencia, 1960-1975. Crítica. Barcelona. 2004.

63 Gilbert Étienne, Procès de Justo Lôpez : Franco a ordonné « d’en nir ». L’Humanité. 25/02/1965.

64 Anonyme, Pour la troisième fois en trois jours, 3000 étudiants ont manifesté samedi, à la cité universitaire de Madrid. L’Humanité. 22/02/1965

65 Anonyme, Violentes échauourées à l’Université de Madrid. L’humanité. 25/02/1965.

66 Anonyme, lé d’étudiants aujourd’hui à Madrid. L’Humanité. 02/03/1965.

67 Anonyme, Meeting de la jeunesse hier soir à la mutualité. L’Humanité. 02/03/1965.

68 Anonyme, La presse franquiste admet que l’époque a changé. L’Humanité. 04/03/1965.

69 Dreyfus-Armand Geneviève, L’exil des Républicains espagnols en France de la guerre civile à la mort de Franco. Albin Michel. Paris1999. p. 303.

70 À titre d’exemple : Anonyme, La lucha estudiantil entra en una fase de gran actividad y extensión. España Popular. Mexico, D.F., 15/03/1965.p.5.

71 Anonyme, Un relato de los acontecimientos. España Popular. Mexico, D.F., 15/04/1965. p. 5 « Más de cinco mil estudiantes y profesores se congregaron en la plaza de la Cibeles de esta capital con el propósito de llegar hasta el Ministerio de Educación, en una manifestacón que había sido decidida el día anterior [...] Pocos momentos antes habían deslado ante el edicio de la Asociación de Prensa, en la Granvía, donde rompieron y lanzaron al aire millares de ejemplares de los periódicos ABC, Ya y Arriba, en protesta con la forma con que la prensa franquista ha venido informando del problema estudiantil.
Cuando los estudiantes habían iniciado la marcha por la calle de Alcalá, donde se encuentra el Ministerio de Educación, la policía cargó contra ellos en forma brutal a golpes de porra, los agentes lograron dispersar a los estudiantes que se reunieron de nuevo en las inmediaciones de la plaza de la Cibeles.
En esos lugares, escuadrones de policía montada, unidades motorizadas y numerosas fuerzas de a pie que habían sido concentradas en el Retiro atacaron de nuevo a los estudiantes.
Y Cada vez que se formaba un grupo, los policías se lanzaban contra él a las órdenes de “¡pega duro¡ de sus ociales. Cuando los jóvenes comenzarona dispersarse, los agentes, en pequeños grupos de cinco o seis cercaban a un solo joven y le golpeaban con las porras hasta dejarlo abatido en la calle.
Unas cincuenta personas fueron detenidas en el transcurso de los choques registrados, durante los cuales los estudiantes se comportaron con gran serenidad y fortaleza de ánimo.” »

72 Anonyme, Brutalidad policial, España Republicana, Buenos Aires, 04/1965. p. 1. « La policía no transigió, ordenando lanzar contra los estudiantes las mangas de riego. Pese a la nevada y a la gélida temperatura, los estudiantes resistieron impávidos la agresión sentándose en el suelo. Enardecidos por la resistencia pasiva estudiantil, los esbirros policiales se lanzaron con sus caballos sobre los jóvenes, en una salvaje carga con sus sables y ca chiporras. Muchos resultaron pisoteados y golpeados y algunos, rehechos, con adoquines de la calzada, repelieron la agresión. »

73 Farreras Francisco, Por el honor de la Universidad, cinco catedráticos españoles sancionados. España Libre. 01/10/1965. p. 2. « En plena tregua estival, con estudiantes y profesores dispersos por toda la geografía española durante el periodo vacacional, el Boletín Ocial del Estado ha venido a recordarnos que Franco no perdona, ni olvida, ni renuncia a la venganza. El hombre que no vaciló en mandar ejecutar a los militares que se mantuvieron eles a su deber ante la sublevación del 18 de Julio de 1936, es el mismo que, recién nombrado Honoris Causa de la Universidad de Santiago de Compostela — una de las universidades más dóciles y resignadas a soportar el yugo del Régimen—, decreta la exclusión a perpetuidad de la universidad de unos profesores ejemplares. [...] Y es contra la ejemplaridad de este magisterio que el Régimen arremete con sus peores armas : la arbitrariedad y la calumnia. »

74 Les journaux consultés ne publiaient presque exclusivement que des articles de José Luis Aranguren et Enrique Tierno Galván.

75 Tierno Galván Enrique, El gobierno español contra la universidad, España Libre, New-York. 01/10/1965. p. 2. « Las sanciones adoptadas por el gobierno español contra los profesores que habían intervenido en las reivindicaciones de los estudiantes presentadas el mes de febrero, actualizan, a mi modo de ver, de manera muy sombríano solamente para la oposición sin oparatodos los españoles, el más grave de los problemas que nuestro país tiene planteado : la lenta, pero inexorable reducción de la vida pública española al nivel vegetativo de una pasividad sin porvenir [...]. La oposición ha ofrecido su opción, la democracia que implica una forma de gobierno rebasando las vagas promesas de mayor liberalización. Para ello se precisa ante todo evitar estalle la tensión latente que existe entre el país y el gobierno. La universidad y las profesiones liberales son actualmente sistemáticamente maltratadas. Esta es la peor política que puede existir ; llenos de buena voluntad patriótica sin límites señalamos una vez más el peligro que acecha al país. »

76 Anonyme, Chile ofrece cátedra a los cinco profesores sancionados, continúan las protestas y dimisiones. España libre. New York. 05/11/1965. p. 2. « Tengo la satisfacción de solicitor mi inmediata baja denitiva en el Cuerpo de Catedráticos Numerario de las Universidades, como solidaridad con mi amigo y compañero Enrique Tierno Galván y demás catedráticos arbitrariamente sancionados por la dictadura ; consider a todos ellos beneméritosdela Universidad española y Heraldos de un provenir democrático digno de España.[...] Recuerdo también la forma indecorosa con la que todavía se utiliza mi nombre para cubrir las a pariencias, nombrándome juez de Oposiciones en el Boletín Ocial del Estado. Pura fachada. Ni siquiera se me comunicaba el nombramiento. Sólo se quería dar una muestra más del “Estado de derecho”, desorientar y engañar a la opinión pública. Cuando estaba en España, se saltaron siempre mi turno para mayor gloria del Opus Dei. No quiero silenciar una sola farsa más. Ni quiero ser catedrático mientras gobierne el dictador y sus eles lacayos como usted. »

77 Revue mensuelle fondée à l’initiative de Joaquín Ruiz-Giménez (professeur et Ministre de l’Éducation nationale de 1951 à 1956). À l’origine, la revue était marquée d’une empreinte démocrate chrétienne, mais le projet de J. Ruiz-Giménez était, dès le début, de proposer un organe de presse susceptible d’accueillir des sensibilités plurielles s’exprimant sur les principaux problèmes du pays en matière de politique, d’économie, de société et de culture.

78 Anonyme, Las sanciones contra los catedráticos tienen carácter político, afirma elprofesor Laín Entralgo. España Libre. New-York. 05/11/1965. p. 2. « Por un lado se quiere dar a entender que son los instigadores de los sucesos universitarios del pasado mes de febrero. Por otro lado, se reconoce la razón de las aspiraciones escolares que dieron lugara tales sucesos, y seadmite de manera tácita la existencia y la expresión de esas aspiraciones con anterioridad a los mismos. Por otro, seda una versión parcial de los hechos, se silencia su verdadera signicación y se abulta la bien escasa gravedad de sus consecuencias respecto del orden público. Y como remate, se castiga de la manera más grave, después de un expediente instruído por un juez beligerante y hasta amenazador, a los catedráticos que dentro recinto universitario acompañaban, en su pacíca marcha hacia el despacho del Rector, a unos estudiantes deseosos de modicar la estructura de sus asociaciones. Nadie que frente a la vida española posea un mínimo sentido de la realidad, decía yo antes, puede desconocer el carácter político de esta sanción. Nadie que frente a la vida humana posea un mínimo sentido de la justicia, añado ahora, podrá desconocer su condición de sanción injusta. »

79 Anonyme, Chile ofrece cátedra a los cinco profesores sancionados, continúan las protestas y dimisiones. España libre. New-York. 05/11/1965. p. 2. « [...] el profundo malestar que reina desde hace años en la Universidad, desasistida por los poderes públicos, cuando no injustamente combatida y maltratada. »

80 Anonyme, Éditorial : Le Franquisme se désagrège, Espoir, 14/03/1965. p. 1.

81 Montseny Federica, El fin del sistema, Espoir, 14/03/1965. p. 2. « La batalla emprendida por las fuerzas que se deciden a crear las nuevas circunstancias propicias para un cambio, será dura, probablemente todavía larga. Pero está empezada y con tales características que no es posible ya que el franquismo se recupere. [...]
Nunca como ahora fue más conveniente la coordinación, la inteligencia, el tacto, el saber esperar el momento oportuno, para que los acontecimientos no se precipiten o no se retrasen demasiado.
Confiamos en la capacidad, en el instinto, en la larga experiencia de nuestros compañeros de España. Nuestro deber es hoy estar atentos, vigilantes, solidarios con los que en nuestro país libran el más dificil combate.
Toda nuestra simpatía hacia los jóvenes estudiantes, los profesores, los intelectuales que hoy representan la primera fuerza lanzada contra la fortaleza del régimen franquista. Sean cuales fueran sus ideas, saludamos en ellos la expresión de un valor cívico y de un riesgo personal que han sabido asumir frente al régimen, todavía con todos los resortes del poder en las manos. Mañana quizá deberemos enfrentarnos. Hoy, el deber de todos los enemigos de la dictadura es solidarizarse con cuantos, al reclamar libertad sindical y al atacar la fortaleza del falangismo, preparan el fin de un Régimen que ha sido la ignominia de España. »

82 Anonyme, Éditorial, Le Franquisme se désagrège, Espoir, 14/03/1965. p. 1.

83 La présence d’un certain nombre d’hispanismes dans les articles de la revue Espoir rédigés en français laisse supposer qu’ils étaient confiés à des hispanophones.

84 Anonyme, Éditorial, Le malaise universitaire en Espagne, Espoir, 25/03/1965.

85 Anonyme, Éditorial, Crimes et Criminels. Espoir, 28/03/1965. p. 1.

86 Martínez Andrés, ¡ Pegad fuerte ! Espoir. 28/03/65. p. 7. « “¡ Pegad fuerte ! ¡ Pegad fuerte !” ha impuesto el Consejo de Ministros a sus legiones mercenarias, y éstas han pegado hasta regar con sangre joven las calles de Madrid.
Desde aquí, sin cerrar los ojos, adivino la escena repugnante donde ese cónclave de la anti-España ha dictado la fatídica orden. Desde aquí les veo gesticular con ademanes histéricos de sádicos insatisfechos, las pupilas vidriosas, el rostro desencajado ; las fauces abiertas, de cuyos labios pende una baba asquerosa y fétida [...] “¡ Pegad fuerte ! ¡ Pegad fuerte !” »

87 Martínez Andrés,¡ Pegad fuerte ! Espoir. 28/03/65. p. 7. « Sí, “¡ Pegad fuerte !” ; pegad hasta que el brazo se os anquilose ; pegad hasta que os falten las fuerzas ; pegad hasta que vuestros cuerpos exhaustos se confundan en el suelo con los cuerpos agonizantes de vuestras víctimas [...] Pero pegad hasta la aniquilación total del pueblo español. Porque si no lo aniquiláis de una vez y para siempre ...
[...] Si no le arrebatáis la vida uno a uno, mañana — una mañana que vosotros precipitáis a marchas forzadas — ese mismo pueblo hará de vuestra piel sogas para colgaros en cada uno de los árboles que dan sombra a todas las carreteras de España. »

88 Les éditions Ruedo Ibérico avaient été fondées en France en 1961 et sont la réalisation éditoriale la plus importante et la plus achevée de l’exil républicain. À l’initiative de leur fondation se trouvaient José Martínez Guerritcabeitia et deux dissidents du PCE, Jorge Semprún et Fernando Claudín. Les nombreux ouvrages concernant l’Espagne publiés par Ruedo Ibérico circulaient clandestinement dans la péninsule. Publiée en France entre 1965 et 1977, la revue Cuadernos de Ruedo Ibérico est fondamentale pour la connaissance de la vie intellectuelle et politique de la dernière décennie de l’exil pendant laquelle elle a représenté une véritable plate-forme d’expression pour l’Intelligentsia antifranquiste exilée mais aussi de l’intérieur et d’autres pays. Toute personne intéressée par la période ne saura être trop reconnaissante envers Arantxa Sarriá Buil qui a rassemblé l’ensemble de la collection sur un CD-Rom édité par l’Université de Valence.

89 Claridad Juan, Madrid : 25 notas sobre una agitada primavera. Cuadernos de Ruedo Ibérico. no 1. Junio/Julio 1965. p. 49-62.

90 Claridad Juan, Madrid : 25 notas sobre una agitada primavera. Op. cit. p. 52. « 18 de febrero. Manifestación estudiantil ante el Rectorado para protestar contra la suspensión de un ciclo de conferencias anunciado bajo el lema : “Hacia una verdadera paz, hoy.” 19 de febrero. Conferencia del señor González Ruíz, en el salón de actos de la Facultad de Ciencias. El sacerdote granadino declara : “En el marco de la más pura teología cristiana debemos luchar honradamente contra toda forma de alienación religiosa junto con los marxistas”. Le aplauden 2 000 universitarios. »

91 Claridad Juan, Madrid : 25 notas sobre una agitada primavera. Op. cit.
p. 61. « El entendimiento de la oposición, seguido de una comprensión realista de las condiciones objetivas que presenta hoy el país, deben de constituir nuestras metas inmediatas. Abandonemos el reino de los mitos, de las bellas palabras seudorrevolucionarias, y entremos en el mundo real sin miedo, con la seguridad de que éste es el camino que más derechamente conduce a la revolución española.
Y pongamos también todas nuestras fuerzas al servicio de la exposición ante nuestro pueblo del panorama en que se encuentra inserto y adormecido, para hacerle cobrar conciencia de que la historia tiene que continuar su marcha y él, el pueblo, debe de impulsarla. »

92 Cette petite synthèse a été élaborée à partir du Fonds Arija, Documentación e informes, correspondencia de la AJSE., qui se trouve archivé à la Fondation Pablo Iglesias à Alcalá de Henares (cf. Liste des sources), d’informations parues dans la presse officielle espagnole et dans Le Monde complétés par des éléments trouvés dans Alvarez Cobelas José, La oposición universitaria al franquismo : Los sucesos de febrero de 1965. Trabajo de Licenciatura. UAM, Filosofía y Letras. 1992. Elle ne comporte pas d’estimation précise du nombre de manifestants présents aux manifestations et lors des assemblées générales car les sources consultées, déjà fragiles car elles émanent de secteurs qui faisaient des estimations partisanes, divergent énormément sur ce point mais on peut considérer que lors des Assemblées générales madrilènes, ils étaient rarement moins d’un millier et dans les manifestations plusieurs milliers.

93 Argullol R., Pérez A., El movimiento universitario bajo el franquismo : una cronología. Materiales. n° 2. 1977. p. 51-70.

94 Anonyme, El Alcázar. 05/03/1965. p. 11. « Su finalidad es encauzar toda la ayuda moral y material que puede prestarse a los universitarios de España. »

Table des illustrations

Titre Tableau 1. — Calendrier des journées d’action étudiante. Madrid, 1965
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/751/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Tableau 2.— Calendrier des journées d’action étudiante. Espagne 1965
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/751/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/751/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/751/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 528k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search