Version classiqueVersion mobile

Madrid, février 1965. Une ligne de partage ?

 | 
Florence Belmonte

Deuxième partie. Madrid. Année universitaire 1964-65

Chapitre III. Aspects du monde universitaire madrilène 1964-65

Texte intégral

  • 1 Discours du Ministre de l’Éducation Nationale aux Cortes du 15/07/1943, cité par Alzaga Villamil, (...)
  • 2 Leyde Ordenación Universitaria.
  • 3 Prados Arrarte Jesús, « Presupuestosy Sistemas Pedagógicos. Los gastos de la Educación Superior en (...)

1En premier lieu, et malgré les changements survenus en son sein, elle reste soumise à l’obsolescence de la Ley de Ordenación Universitaria (LOU), en vigueur depuis 1943, et qui proclame l’aspiration du Régime à restaurer l’université » du siècle des Croisades et des cathédrales1 ». L’obligation de soumettre professeurs et étudiants à une même discipline de service des idéaux du Mouvement y est aussi clairement définie2. Les réalités budgétaires sont également loin des prétentions d’excellence affichées par le Régime. En effet, les frais de scolarité engagés par l’État espagnol pour un étudiant sont, en 1964, dix fois inférieurs à ceux qu’on leur consacrait en moyenne dans les pays occidentaux les plus développés3. Mais ces premières remarques, issues d’une réflexion extérieure et postérieure de quarante ans aux événements évoqués, ne doivent pas faire perdre de vue la perception du monde universitaire de l’époque par ses principaux acteurs, professeurs et étudiants car à l’échelle de la réalité culturelle et universitaire de l’Espagne de 1965, Madrid restait pour tous les Espagnols et malgré tout une référence prestigieuse, une ouverture.

1 Les professeurs4

  • 4 Dans sa thèse d’État, La oposición universitaria al franquismo (1940-1970). La identidad del movim (...)
  • 5 Pour être professeur, il fallait fournir un certificat émanant de la Secretaría Nacional del Movimi (...)

2Avant la guerre civile, dans leur ensemble, les centres de recherches avaient été majoritairement dirigés par des libéraux, ce qui explique la présence dans l’université madrilène d’une frange importante, sans être toutefois majoritaire, de professeurs sensibles aux valeurs de la démocratie. La guerre terminée, une empreinte libérale symbolique restait toujours attachée à la ville de Madrid, du fait aussi de la fidélité qu’elle avait montrée à la République pendant le conflit. Mais dans la réalité, le corps professoral, entre 1939 et 1948, était, on s’en doute, idéologiquement très éloigné de ces valeurs, situation qui n’avait pas pour seules explications la mort, l’exil ou encore l’épuration idéologique. En effet, il faut se garder d’un amalgame hâtif qui ferait croire à une université madrilène entièrement acquise, dans les années trente, à l’idéologie libérale et à la cause républicaine. D’abord, en dépit de l’influence incontestable de la Institución Libre de Enseñanza sur la vie intellectuelle et culturelle du début du siècle, la majorité des professeurs des universités d’avant guerre n’en était pas issue et une partie d’entre eux avait soutenu les insurgés du 18 juillet 1936.À cette prise de position tranchée, il faut ajouter le cas d’enseignants qui, simplement en tant que fonctionnaires, obéissaient au régime en place quelle que fût sa couleur. Au moment du Coup d’État, comme cela s’était produit dans les autres secteurs professionnels, il y avait eu aussi des positionnements politiques conditionnés par le lieu de villégiature dans lequel chacun se trouvait, puisque les événements s’étaient produits alors que les centres scolaires et universitaires étaient en vacances. Après la guerre, tous n’appuyaient sûrement pas ouvertement le Franquisme mais beaucoup devaient se réfugier dans une attitude prudente à son égard5. L’université madrilène abritait donc de longue date un substrat conservateur dont on sait qu’il était composé en majorité de membres ou de proches du groupe Acción Española et de l’ACNP, les vainqueurs de la guerre, qui prolongeaient une conception de l’université héritée de la Restauration, et, pour les premiers, affichaient en même temps des positions monarchistes.

  • 6 Les commissions d’épuration pouvaient prononcer des peines variées : renvoyer, rétrograder, écarte (...)
  • 7 Alvarez Cobelas José, La oposición universitaria al franquismo (19401970... Op. cit.). De son côté (...)
  • 8 Alvarez Cobelas José, La oposición universitaria al franquismo (19401970). La identidad del movimi (...)

3À la fin de la guerre civile donc, la mort, l’exil, l’épuration, — à laquelle des professeurs eux-mêmes collaborèrent6 —, des déplacements sur des postes diplomatiques ou encore d’habiles autorisations à aller pratiquer la recherche à l’étranger expliquent que plus de la moitié des professeurs titulaires avaient disparu des douze universités espagnoles existantes7. En 1948, il ne restait plus à Madrid que 33 % des professeurs en chaire qui y avaient exercé avant la guerre, ce qui place la capitale dans une position intermédiaire, en matière de perte, entre les universités les plus touchées,— Saint-Jacques (20,5 %), La Laguna (22,2 %), Salamanque (25,8 %) et Barcelone (24,4 %) —, et la très conservatrice Séville qui conservait 42,5 % de ses professeurs titularisés avant19368.

  • 9 L’Espagne comptait alors treize centres universitaires : Madrid, Barcelone, Grenade, Murcie, Ovied (...)
  • 10 Alvarez Cobelas José, Envenenados de cuerpo y alma... Op. cit. p. 9.
  • 11 C’est à Madrid que se trouvaient la Institución Libre de Enseñanza, la Junta para la Ampliación de (...)

4À Madrid, en 1948, toutes traces de libéralisme effacées, l’université ne se singularisait plus des autres9 que parle nombre de professeurs titulaires qui y exerçaient, 23,6 % de l’ensemble du corps au niveau national10, et par le prestige qu’elle conservait à l’intérieur des frontières. L’objectif ultime d’une carrière de professeur restait, pour la plupart, une chaire à Madrid parce que la capitale avait toujours été le centre névralgique de la recherche11 et en outre la seule université autorisée à délivrer le titre de docteur. Ces attraits expliquent qu’à cette même date, 52,6 % des titulaires d’une chaire en Espagne ayant exercé, avant la guerre, à Madrid ou dans une université de province étaient concentrés sur la capitale. Les postes laissés vacants du fait des circonstances historiques avaient semble-t-il permis des mutations de prestige.

Figure1. — Période de titularisation des professeurs en chaire à Madrid en 1948

5L’apport de professeurs ayant obtenu une mutation pour Madrid après la guerre était loin de dépasser toutefois celui des professeurs qui y occupaient déjà un poste en 1935 puisque ces derniers représentaient78, 25 % de ce groupe, répartis sur les cinq centres universitaires madrilènes alors existants.

6Enfin la majorité des chaires restées vacantes à Madrid comme conséquence de la guerre et de ses prolongements avaient été pour vues principalement entre 1940 et 1944, puis pour une plus petite partie, entre 1945 et 1948. Cette configuration du corps des professeurs en chaire à Madrid reste identique jusqu’aux années soixante.

Figure 2. — Origine universitaire des titulaires d’une chaire avant la guerre exerçant à Madrid en1948

  • 12 À cette même période, l’Opus Dei s’intéressait plutôt à l’infiltration de la vie intellectuelle par (...)
  • 13 Boletín de la ACNP no208. Cité par Montoro Romero, Ricardo, La universidad en la España de Franco. (...)

7Sur le plan idéologique, malgré l’Unification de toutes les forces politiques dans un même Mouvement de soutien au Caudillo, l’université reflétait en grande partie les sensibilités politiques qui s’exprimaient à l’extérieur. Il faut rappeler tout d’abord qu’entre 1939et 1944, des professeurs avaient obtenu leur chaire à l’issue de concours dans lesquels des jurys nommés par le Ministère de l’Éducation Nationale jugeaient du degré de patriotisme en même temps que du niveau de préparation scientifique. On avait vu les Phalangistes qui, entre 1940 et 1944, connaissaient leur période de plus grande influence politique, tenter de prendre le contrôle en créant le Servicio Español del Profesorado de Enseñanza Superior, tentative qui s’avéra inopérante. Par ailleurs, il faut souligner que peu d’entre eux parvinrent à décrocher le concours de recrutement, à l’exception d’anciens camarades des services de propagande de Dionisio Ridruejo dont Pedro Laín Entralgo. Il y avait aussi les sympathies déjà évoquées d’une partie des professeurs titulaires pour le très conservateur groupe Acción Española et pour l’Asociación Católica Nacional de Propagandistas (ACNP)12 qui se donnait pour mission de former des dirigeants catholiques afin qu’à ce titre ils interviennent dans la vie publique. « Qu’on nous donne l’université et tout nous sera donné à la suite » pouvait-on lire dans le bulletin de la ACNP13.

  • 14 Boletín Oficial del Ministerio de Educación Nacional, número 87, 29 de octubre de 1964.

8Cette évocation des grandes lignes de la reconstruction du corps des professeurs en chaire à Madrid sous le premier Franquisme permet d’en apprécier l’évolution lorsque s’ouvre l’année universitaire 1964-1965.Tout d’abord, la répartition des postes de professeurs titulaires d’une chaire par faculté14 informe sur la diversité des centres universitaires et sur la composition du corps professoral de l’université madrilène. On voit déjà que l’université s’est enrichie de deux centres depuis l’immédiat après guerre et que les carrières depuis toujours les plus cotées, les Lettres, le Droit et la Médecine restent les mieux dotées. En fait, à cette époque c’est surtout le secteur des Sciences Politiques et Économiques qui est en expansion, ce qui est en étroite relation avec l’évolution de la politique économique du Régime et le réveil du pays sur le plan du développement.

  • 15 Boletín Oficial del Ministerio de Educación Nacional. no 87. 29/10/64.
  • 16 Manuel Lora Tamayo avait été nommé Ministre de l’Éducation Nationale pendant l’été 1962. Lui aussi (...)

9Afin de mesurer le degré de fidélité du groupe au régime, on peut calculer que de cet ensemble15 seuls 27 % (62) ont obtenu leur titre avant la guerre, alors que 46,7 % (107/229) ont été qualifiés sous le Ministère d’Ibáñez Martín (1939-1951). Ce fort déséquilibre s’explique, bien entendu, par les disparitions enregistrées par le corps professoral pendant la guerre, puis sous l’effet de l’épuration politique. Ensuite, on voit que 9,1 % (21) entrent dans la profession sous le ministère plus enclin à l’ouverture de Joaquín Ruiz-Jiménez (1951-1956), et 12,6 % (29), entre 1956 et 1962, sous le ministère de Jesús Rubio. Enfin, 2,6 % ne sont titulaires qu’au mieux depuis deux ans, depuis que Lora Tamayo16 occupe le Ministère.

Figure 3. — Répartition des chaires professorales par secteur de formation. Madrid. 1964

  • 17 Boletín Oficial del Ministerio de Educación Nacional, número 87, 29 de octubre de 1964.

10L’observation de la composition, lorsque débute l’année scolaire 1964-1965, de cette même population professorale en fonction de sa période de qualification et selon sa répartition par secteur, conduit à une appréciation plus affinée de la qualité de sa formation et de son degré d’attachement aux valeurs traditionnelles défendues par le Régime17. De cette radiographie du corps professoral madrilène en 1965, l’on déduit évidemment la très grande proportion de professeurs en harmonie idéologique avec le régime ainsi que d’incontournables remarques sur le contexte politique de leur formation et de leur qualification qui conduisent à rappeler les commentaires critiques sur le niveau de l’enseignement dispensé dans le supérieur dans les années soixante, même à Madrid où le taux de professeurs formés avant la guerre civile était pourtant supérieur à celui des autres universités. De fait, on peut considérer que l’université était presque à 50 % contrôlée par des professeurs titulaires formés entre 1939 et 1951, la période de surveillance et de répression culturelle la plus sombre du Franquisme, celle où le Régime mit en place les mécanismes de propagande diffuse visant à la manipulation idéologique de l’ensemble de l’enseignement. C’est particulièrement sensible pour le secteur vétérinaire, 58 % (c’est-à-dire, 7 professeurs sur 12), pour la faculté de Sciences, 51 % (23/45) et la faculté de Sciences Humaines, 50 % (28/56). Il convient de faire une exception pour la faculté de Sciences Politiques et Économiques qui, pourtant créée dans les années quarante, ne vit les dotations en postes de titulaires s’accélérer que dans les années cinquante, signe certainement de l’évolution des orientations économiques du Régime.

Figure 4. — Période de qualification des professeurs titulaires d’une chaire. Madrid.1964.

  • 18 Merino González Julio, Universidad de Madrid:700 profesorespara30000 alumnos. In Arriba. 09/10/196 (...)
  • 19 Encargadosde Cátedra, Encargadosdecurso, Profesores Adjuntos, Profesores Ayudantes de clases práct (...)
  • 20 En Espagne, la Licenciatura sanctionnait un niveau Bac + cinq années d’études.
  • 21 Solé Turá Jordi, El profesorado no numerarto. In Cuadernos para el diálogo. No 5. Extraordinario. (...)

11La consultation du même Boletín Oficial renseigne sur l’effectif total de 229 professeurs en chaire pour l’année universitaire 1964-65. Or, un article paru dans le quotidien Arriba titre au moment de la rentrée universitaire : Université de Madrid : 700 professeurs pour 30 000 étudiants18. S’il faut se garder de prendre à la lettre le contenu de cette source journalistique, on sait toutefois qu’outre les titulaires d’une chaire professorale, il existait une catégorie d’enseignants statutairement plus fragiles que l’on appelait les Profesores No Numerarios, c’est-à-dire qui n’étaient pas titulaires. Ce corps se subdivisait en plusieurs groupes19 dont les deux principaux étaient les Encargados de Cátedra, — sorte d’assistants titulaires du grade de licencié20 qui étaient nommés pour un an parle « Recteur » sur proposition du Doyen —, et les Profesores Adjuntos qui après la licence avaient obtenu ce titre d’Adjoint par concours mais pour quatre ans seulement. Ces personnels enseignants non titulaires envisageaient donc avec incertitude leur avenir professionnel d’autant que leur rémunération n’était pas élevée21. On mesure facilement leur degré de dépendance à l’égard des autorités dans la mesure où celles-ci pouvaient à tout instant mettre un terme à leur vie professionnelle.

Figure 5. — Période de qualification des professeurs titulaires d’une chaire à Madrid par secteurdeformation.Madrid.1964

  • 22 On remarque déjà une variation de son appréciation du nombre de Professeurs en Chaire (220) avec l (...)
  • 23 Montoro Romero Ricardo, La universidad en la España de Franco. (19391970).Un análisis sociológico. (...)

12L’on peut obtenir une évaluation quantitative de la population enseignante de l’université madrilène en 1964-65 en ajoutant au nombre de professeurs en chaire publié au bulletin Officiel (229), le nombre d’enseignants relevant de ces statuts précaires. Cependant la fiabilité de cette démarche est incertaine du fait de l’inaccessibilité jusqu’en 2014 de certains dossiers qui comportent des données personnelles protégées par les lois d’accès aux archives. Jusqu’ici, on dispose de deux sources qui permettent un aperçu plutôt qu’elles n’autorisent un calcul réel de cet encadrement professoral. L’article de Julio Merino González précédemment cité avance un total de 637 enseignants ainsi répartis : 220 Professeurs en Chaire22, 247 Profesores Adjuntos, et 170 Encargados de Cátedra. De son côté, Ricardo Montoro23parle d’un total de 787 enseignants pour l’année universitaire 1964-65. Prend-il en compte dans son estimation les seules mêmes trois catégories retenues par Julio Merino González ou a-t-il étendu son corpus à l’ensemble des groupes qui composaient les non titulaires ? Sur la projection visuelle de ces estimations, on constate qu’ils arrivent à un résultat quasiment équivalent de 29 et 30 % seulement de professeurs titulaires.

Figure 6. — Répartition des personnels enseignants titulaires et non titulaires. Madrid. 1964. Estimations de Julio Merino Gonzalez

13Dans l’hypothèse où l’on pourrait retenir ces chiffres, on aurait là une indication de la très grande fragilité statutaire de presque trois quarts des enseignants universitaires ainsi que de leur manque de liberté notoire, la précarité professionnelle étant, on le sait, à la source de l’abus de pouvoir.

Figure7. — Répartition des personnels enseignants titulaires et non titulaires. Madrid.1964.Estimations de Ricardo Montoro

2 Les étudiants

  • 24 Lindo Alonso, Extensión universitaria. Arriba. 22 de diciembre de 1964. p. 16

14Pour les étudiants aussi, la capitale était le centre névralgique de la formation universitaire et, pour les étudiants venus des provinces rurales quasiment vierges de développement industriel, — et elles l’étaient presque toutes —, la confrontation avec Madrid était une étape initiatique dans une découverte et une conquête de la modernité, en quelque sorte un affranchissement. La sombre atmosphère des chambres qu’ils occupaient dans des pensions ou chez l’habitant était la rançon à payer pour s’émanciper de perspectives d’avenir peu attrayantes et pour découvrir la plus grande liberté d’action et d’échanges que leur offrait la vie à Madrid. Une étude de leurs lieux de résidence dans la capitale, parue dans le quotidien Arriba en 1964-65, montre que la majorité des étudiants vivaient bien entendu principalement dans leur foyer familial. L’accès à l’université madrilène pour des étudiants venus des provinces périphériques supposait des efforts financiers et un déracinement culturel considérables, et on comprend qu’ils aient été peu nombreux. Par ailleurs, en ce qui concerne les Madrilènes, l’époque n’était pas, loin de là, à l’émancipation des jeunes gens hors mariage. Seuls les provinciaux se répartissaient dans des hôtels, des pensions, des Colegios Mayores et dans des résidences universitaires24. L’auteur de cette étude fait remarquer qu’à Madrid le nombre d’étudiants qui vivaient dans des Colegios Mayores et des pensions était plus élevé que dans le reste de l’Espagne, autre indice de l’attrait qu’exerçait la capitale. Mais cet article, pourtant souvent cité, peut-être du fait de son apparente rigueur scientifique, peut-être parce qu’on ne dispose pour l’instant que de ces informations, donne des pourcentages qui laissent perplexe : foyer familial (69,9 %), hôtels et pensions (18,5 %), Colegios Mayores (10,9 %), résidences universitaires (7,7 %). Un lecteur attentif se rend immédiatement compte que le total de ces chiffres atteint107 %, ce qui disqualifie en partie cette référence et attire à nouveau l’attention sur le peu de rigueur du journalisme officiel.

15Pour en revenir à la vie estudiantine, ceux qui logeaient dans des pensions étaient en général, on l’a dit, des enfants des classes moyennes de province, quelques uns seulement d’origine humble comme le montrent les deux graphiques suivants sur lesquels apparaît l’écrasante majorité de jeunes gens issus des milieux aisés, ce qui n’a rien d’étonnant dans le contexte politique et économique de l’Espagne des années soixante.

Résultats d’une enquête parue dans La Vanguardia. Cité par Farga Juan Manuel, Universidad y democracia en España. Treinta años de lucha juvenil. Col. Ancho Mundo. Ed. Era, S.A. México. 1969. p. 139
Figure 8. — Origine sociale des étudiants. Espagne.1964

Source: Ruía Gisber Francisco José, Educación y desarrollo. Cuadernos para el diálogo. no 5. Extraordinario. 1967. p. 34.
Figure 9. — Répartition des étudiants par revenus annuels de leurs familles (valeurs données en pésétas)

  • 25 Merino González Julio, Universidad de Madrid : 700 profesores para 30 000 alumnos. In Arriba. 09/1 (...)

16Au début de l’année universitaire 1964-65, la presse annonce un chiffre de 29 082 étudiants fréquentant l’université madrilène dont 17 994 étaient des étudiants assidus répartis dans les cinq premiers niveaux. Le nombre d’inscrits dans les années postérieures à la licence étaitde189125. La répartition des effectifs par secteur de formation fait apparaître un certain équilibre entre les différentes filières traditionnelles. Le pourcentage d’étudiants inscrits en Sciences, légèrement plus élevé que dans les autres secteurs s’explique, entre autres, par le fait qu’il y avait moins de facultés de Sciences dans les provinces périphériques et aussi parce que la quasi-totalité des laboratoires du CSIC se trouvaient à Madrid. L’intérêt porté aux Sciences exactes était aussi un signe de modernisation des mentalités.

  • 26 Les documents espagnols établissent une opposition matriculados/libres qui n’est jamais vraiment d (...)
  • 27 Op. cit., p. 8.

17Aux 17 994 étudiants assidus des cinq premiers niveaux s’ajoutaient 9192 non assidus26, c’est-à-dire 34 % des étudiants de licence. Ce chiffre élevé s’explique par la nécessité pour un grand nombre d’étudiants d’exercer parallèlement à leur formation une activité professionnellerémunératrice.Rappelonsque38 %de leurs familles avaient des revenus annuels entre moyens et faibles (7 % inférieurs à 20 000 pésétas, 11 % entre 20 000 et 60 000 et 20 % entre 60 000 et 120 00027). Cela montre que la classe moyenne en formation n’était pas encore en mesure d’assumer totalement la préparation universitaire de ses enfants qui représentait un réel sacrifice financier, même pour les Madrilènes d’autant qu’un enfant assidu à l’université pouvait représenter une baisse de revenus pour l’ensemble de la famille. Le fort pourcentage de non assidus en Sciences Politiques et Économiques surprend :doit-on penser que les débouchés de cette filière pouvaient sembler incertains ou que les contenus pouvaient paraître peu satisfaisants dans le contexte politique et économique espagnol de l’époque ?

Figure 10. — Répartition des effectifs par secteur de formation. Madrid. 1964

18Afin d’avancer dans la compréhension des conditions d’enseignement et d’étude ainsi que de l’état d’esprit de l’ensemble de la communauté universitaire, il faut observer maintenant le taux d’encadrement des étudiants. Démonstration a été faite de la faible présence des enseignants titulaires. On en a vu les implications personnelles, professionnelles et politiques. Voyons-en maintenant les possibles effets sur le plan pédagogique. Le graphique qui suit montre le ratio d’encadrement enseignant titulaire/étudiants très défavorable dans presque tous les secteurs de formation. Sciences exactes (1 enseignant/137 étudiants), des Sciences Politiques et Économiques (1/178), Droit (1/129), Pharmacie (1/152), des Sciences Humaines (1/94), Médecine (1/166). Seul le secteur vétérinaire, d’une taille embryonnaire échappait à cette règle (1/25). Par contre, l’observation du ratio d’encadrement toutes catégories d’enseignants/étudiants ramène le taux d’encadrement à des conditions de travail plus satisfaisantes en matière d’effectifs : Sciences exactes (1 enseignant/37 étudiants), des Sciences Politiques et Économiques (1/31), Droit (1/60) Pharmacie (1/57) des Sciences Humaines (1/26), Médecine (1/55). Cette note plus optimiste ne doit pas faire perdre de vue que la grande disparité numérique constatée entre professeurs titulaires et professeurs à statut précaire pouvait avoir des incidences sur le niveau de la formation dispensée dans la mesure où, comme on l’a vu, les professeurs non titulaires n’avaient pas eux-mêmes bénéficié d’autant d’années de formation que leurs collègues en chaire, encore que dans les navrantes conditions de recrutement précédemment décrites, ce raisonnement valable dans un contexte démocratique, soit à prendre avec circonspection. Le grand bénéficiaire de cette situation restait l’État franquiste qui en employant un fort taux d’enseignants dans des conditions précaires répondait au récent mouvement de massification de l’université à moindre coût tout en gardant le contrôle social et politique d’un secteur, le monde universitaire, toujours susceptible de lui tenir tête.

Figure11. — Ratio Assidus/Non Assidus par secteur de formation. Madrid. 1964

Figure12. — Encadrement des étudiants par secteur de formation et catégorie d’enseignants. Madrid. 1964

19Quel pouvait être, pour clore ce tour d’horizon de la vie universitaire madrilène en 1964-65, l’état d’esprit à la rentrée 1964 ? On a vu, dans l’étude qui précède, se former une caste de tout puissants professeurs en chaire. Mais comment croire à un épanouissement même pour eux, les plus favorisés, les plus en phase avec le Régime et le catholicisme triomphant ? Cette harmonie idéologique ne les exemptait pas du refoulement intellectuel que supposait la limitation de leur vie intellectuelle et professionnelle. On parle pour eux d’accommodement avec le Régime, le mot est significatif de leur paralysie, de leur stagnation, concepts en contradiction avec la vitalité intrinsèque à l’intellect dont ils étaient censés faire métier. Par ailleurs, on comprend aisément que chez les professeurs sans titularisation, la présence d’un corps de titulaires majoritairement attachés aux valeurs du Régime et impliqué dans les commissions de cooptation était plus que pesante. Promotion, on s’en doute, devait rimer avec soumission, une perspective de carrière bien terne en piètre récompense d’études relativement longues. À cela, il faut ajouter qu’aucune réponse laïque n’était envisageable face au catholicisme triomphant. Et puis, il y avait eu la débâcle des effectifs à la suite de la guerre, les blessures et les rancœurs de l’épuration immédiatement suivies par l’instauration de l’arbitraire du recrutement, le manque de liberté de pensée et d’exercice, sans parler de la précarité des statuts et de la faiblesse de la rémunération qui « contraignait à chercher un travail sérieux pour subsister ».

  • 28 Anonyme, La universidad desde dentro (II). « El M.R.U. o la quiebra de la disciplina académica ». (...)

20Pourtant, dans un interstice laissé par les représentants de l’ACNP et de l’Opus Dei ainsi que les quelques Phalangistes encore en place, un petit groupe d’enseignants s’était constitué à la faculté des Sciences Humaines, le 25 novembre 1962, dont l’objectif était de transformer et promouvoir l’université espagnole sur la base de la réalisation de travaux concrets28 et légaux : des cours, des conférences, des séminaires, des réunions ouvertes qui donnaient lieu à débat sur la politique universitaire. C’est au sein de ce groupe que devaient se retrouver des professeurs à l’origine du mouvement universitaire d’opposition démocratique : Enrique Tierno Galván, José Luis López Aranguren, Manuel Díez de Velasco, Mariano Aguilar Navarro, Eloy Terrón, Abilio Barbero, Marcelo Vigil, Gonzalo Anés, José Luis Sureda, Jordi Nadal, José Luis Sampedro, Angel Latorre, Raúl Morodo, Ramón Tamames. Il y avait aussi quelques opposants au Franquisme qui s’exprimaient en marge du Movimiento de Renovación Universitaria (MRU), comme l’anarchiste Agustín García Calvo.

  • 29 Marcial Antonio, ¿Crisis religiosa en la universidad ? Cuadernos para el Diálogo. Extraordinario. (...)
  • 30 Iturralde Javier, Universidades y nuevas formas, Arriba, 21 de noviembre de 1964. p. 21.
  • 31 Anonyme, Los universitarios españoles emigran. Revista ibérica. 15/10/1964. p. 8.

21L’atmosphère chez les étudiants n’était pas moins sombre. Aux conditions d’aliénation politiques et religieuses déjà évoquées s’ajoutait le niveau de formation relativement bas, essentiellement basé sur les compétences de la mémoire qui étaient le credo des études primaires et secondaires. On ne dispose pas de chiffres très précis mais il semble que l’abandon des études ait été fréquent29.Il faut dire aussi que la réflexion pédagogique n’avait pas atteint non plus les sphères universitaires. On imagine en effet aisément que dans les conditions que proposait l’État franquiste, la carrière professorale ait été choisie plus souvent par volonté d’ascension sociale que par désir réel d’exercer cette profession avec la certitude que les conditions culturelles et matérielles nécessaires à l’épanouissement intellectuel n’étaient pas réunies. Enfin, le taux de chômage des titulaires d’une licence était très élevé si l’on en croit une enquête réalisée pour le quotidien Arriba et publiée en novembre 1964. Le journaliste Javier Iturralde30 fait état de 40 %de chômeurs, de 25 %des titulaires d’une licence qui travaillaient dans des secteurs étrangers à leur filière de formation et de seulement 35 % qui parvenaient à exercer dans le secteur d’activité auquel ils avaient été préparés. Lorsqu’on apprend que seuls 3 %d’une classe d’âge parvenaient au niveau universitaire, on réalise à quel point le Régime manquait de volonté politique et le pays de capacité économique pour absorber cette petite frange de personnels du tertiaire qualifiée. Le secteur des Sciences était le moins touché mais 20 %de ses titulaires d’une licence exerçaient dans des secteurs sans relation avec leur formation. Les filières Lettres (52 % de chômage et 36 % de licenciés employés dans d’autres secteurs) et Droit (35 %/45 %) enregistraient, on le voit des résultats dramatiques.31 Ces chiffres impressionnants donnent la mesure des inquiétudes nécessairement ressenties par le monde étudiant en même temps qu’une ébauche d’explication immédiate et concrète des événements qui devaient rapidement le secouer. Le responsable du SEU interrogé par Arriba le 29 janvier 1965 déclarait :

  • 32 Anonyme, Entrevista a Antonio Maeso,Jefe del SEU del Distrito universitario de Madrid. Arriba. 29/ (...)

L’étudiant ressent du désintérêtet de l’apathie pour tout ce qui l’entoure, et ne fait pas d’exception pour son propre syndicat32.

22Il montrait ainsi qu’il ne faisait peut-être pas l’analyse exacte de l’état d’esprit des étudiants. Le SEU, on le savait de longue date, ne répondait pas à leurs attentes politiques et intellectuelles. En s’insurgeant contre lui, les jeunes gens qui composaient le monde estudiantin madrilène, fils de la bourgeoisie franquiste ou de l’Espagne profonde, allaient exprimer un malaise plus grave, celui d’une société en construction qui refusait les schémas mentaux et politiques anachroniques du Régime franquiste, celui d’une génération nouvelle sans perspectives de progression sociale ni d’ouverture culturelle.

Notes

1 Discours du Ministre de l’Éducation Nationale aux Cortes du 15/07/1943, cité par Alzaga Villamil, Oscar, En torno a la ley de Ordenación Universitaria. In Cuadernospara elDiálogo. no5Extraordinario. 1967. p. 72.

2 Leyde Ordenación Universitaria.

3 Prados Arrarte Jesús, « Presupuestosy Sistemas Pedagógicos. Los gastos de la Educación Superior en España ». In Cuaderno sparael Diálogo.no5. 1967. Extraordinario. p. 72. De son côté, Carlos París dans son article la Universisad actual : posibilidades y frustraciones, Cuadernosparael diálogo, 1974, p. 127-128, donne l’échelle de comparaison des effectifs suivante qu’il recueille dans Statistical Yearbook : pour 1966, il indique 484 étudiants pour 10 0000 habitants en Espagne, 659 en Italie, 1076 en France, 750 en Grèce, 389 au Portugal.

4 Dans sa thèse d’État, La oposición universitaria al franquismo (1940-1970). La identidad del movimiento estudiantil. Tesis doctoral. Director Manuel Pérez Ledesma. Departamento de Historia contemporánea de la UAM. 2001, l’historien José Alvarez Cobelas livre des sources concernant les carrières des professeurs sur l’ensemble des universités espagnoles, pour la période 1940-1970, sources qui émanent des archives du Ministère de l’Éducation Nationale. Ce sont ces sources officielles, questionnées sous l’angle de la seule réalité universitaire madrilène, qui sont à la base de l’étude accompagnée de graphiques proposée ici. Je tiens à souligner la grande générosité de M. Alvarez Cobelas qui m’a permis d’utiliser des sources d’archives figurant dans son mémoire de thèse qu’il n’avait pas retenues pour la publication de son volume, Envenenados de cuerpo y alma. La oposición universitaria al franquismo en Madrid. (1939-1970). Siglo xxi. Madrid. 2004.

5 Pour être professeur, il fallait fournir un certificat émanant de la Secretaría Nacional del Movimiento ou bien de l’autorité ecclésiastique diocésaine si l’on était prêtre. Les femmes devaient prouver qu’elle avaient effectué le Servicio Social de FET y de las JONS.

6 Les commissions d’épuration pouvaient prononcer des peines variées : renvoyer, rétrograder, écarter pour un nombre déterminé d’années ou, plus insidieusement, garder un dossier sous le coude, ce qui empêchait l’intéressé à la fois de réintégrer le corps professoral comme d’y renoncer totalement.

7 Alvarez Cobelas José, La oposición universitaria al franquismo (19401970... Op. cit.). De son côté, Giral, Francisco, Ciencia española en elexilio (19391989). Anthropos, Barcelona. 1994. p. 21, avance une estimation de presque la moitié du corps professoral titulaire d’avant guerre.

8 Alvarez Cobelas José, La oposición universitaria al franquismo (19401970). La identidad del movimiento estudiantil. Tesis doctoral. Op. cit. p. 17. Escalafón de los catedráticos Numerario. Universidades de la República. 31 de agosto de 1935. Ministerio de Instrucción Públicayde Bellas Artes. Sección universitaria, et Escalafón de Catedráticos Numerarios de Universidad. Ministerio de Educación Nacional. Dirección General de Enseñanza Universitaria.

9 L’Espagne comptait alors treize centres universitaires : Madrid, Barcelone, Grenade, Murcie, Oviedo, Salamanque, Saint-Jacques de Compostelle, Séville, Cadix, La Laguna, Valence, Valladolid et Saragosse.

10 Alvarez Cobelas José, Envenenados de cuerpo y alma... Op. cit. p. 9.

11 C’est à Madrid que se trouvaient la Institución Libre de Enseñanza, la Junta para la Ampliación de Estudios, et le Centro de Investigación sobre Física y Química (plus connu sous le nom d’Edifice Rockefeller), puis le CSIC, la Junta de Ampliación de Estudios ainsi que La Fundación Nacional de Investigaciones Científicas

12 À cette même période, l’Opus Dei s’intéressait plutôt à l’infiltration de la vie intellectuelle par la voie du CSIC qui avait été créé en 1938 et dont le premier Secrétaire général, José María Alvareda, était un membre de l’Œuvre. Le CSIC se vit confier la gestion administrative et financière de la Junta de Ampliación de Estudios ainsi que ceux de La Fundación Nacional de Investigaciones Científicas. On lira avec profit Fontán, Antonio, Los católicos en la universidad española actual. Ed. Rialp. Madrid 1961.

13 Boletín de la ACNP no208. Cité par Montoro Romero, Ricardo, La universidad en la España de Franco. (1939-1970). Un análisis sociológico. Editorial. CIS. 1981. p. 184. « Désenos la universidad y todo lo demás se nos dará por añadidura. »

14 Boletín Oficial del Ministerio de Educación Nacional, número 87, 29 de octubre de 1964.

15 Boletín Oficial del Ministerio de Educación Nacional. no 87. 29/10/64.

16 Manuel Lora Tamayo avait été nommé Ministre de l’Éducation Nationale pendant l’été 1962. Lui aussi considérait la question étudiante comme relevant de l’ordre public et comme son prédécesseur il œuvrait à l’augmentation des fonds budgétaires accordés à l’Éducation. Par contre, il décida d’apporter un soutien financier plus grand à la recherche ainsi qu’aux universités catholiques. À ce titre, c’est lui qui fit approuver par un décret du 14 novembre 1965 l’équivalence des titres décernés par l’Université de Deusto avec ceux des autres universités espagnoles. Sans être membre de l’ACNP ou de l’Opus Dei, il entretenait avec ces deux organismes d’excellentes relations.

17 Boletín Oficial del Ministerio de Educación Nacional, número 87, 29 de octubre de 1964.

18 Merino González Julio, Universidad de Madrid:700 profesorespara30000 alumnos. In Arriba. 09/10/1964.

19 Encargadosde Cátedra, Encargadosdecurso, Profesores Adjuntos, Profesores Ayudantes de clases prácticas o de laboratorio, Profesores Extraordinarios.

20 En Espagne, la Licenciatura sanctionnait un niveau Bac + cinq années d’études.

21 Solé Turá Jordi, El profesorado no numerarto. In Cuadernos para el diálogo. No 5. Extraordinario. 1967. p. 62. L’auteur explique que leur niveaude rémunération contraignait ces personnels à chercher un emploi « sérieux » pour vivre.

22 On remarque déjà une variation de son appréciation du nombre de Professeurs en Chaire (220) avec le chiffre inscrit au Bulletin Officiel (229).

23 Montoro Romero Ricardo, La universidad en la España de Franco. (19391970).Un análisis sociológico. Editorial CIS.p.79et 149.

24 Lindo Alonso, Extensión universitaria. Arriba. 22 de diciembre de 1964. p. 16

25 Merino González Julio, Universidad de Madrid : 700 profesores para 30 000 alumnos. In Arriba. 09/10/1964. Op. cit. p. 8.

26 Les documents espagnols établissent une opposition matriculados/libres qui n’est jamais vraiment définie. Par déduction et recoupements de lectures, j’ai choisi l’opposition Assidus/Non Assidus car pour un lecteur français, l’auditeur libre est une personne admise à assister aux cours dans une faculté sans y être inscrite, ce qui implique qu’elle ne se présente pas aux examens et n’obtient pas de diplôme. Le Non Assidu, souvent salarié, n’assiste pas au cours mais a fait l’objet d’une inscription à l’examen. Dans le cas de figure espagnol ici décrit, on peut admettre l’hypothèse que le groupe se composait d’étudiants qui avaient le projet d’obtenir un diplôme mais devaient travailler et donc n’assistaient pas aux cours. Il n’est pas exclu bien entendu que certains aient été des auditeurs Libres dans le sens français de l’acception

27 Op. cit., p. 8.

28 Anonyme, La universidad desde dentro (II). « El M.R.U. o la quiebra de la disciplina académica ». Arriba. 03/03/1965. p. 2.

29 Marcial Antonio, ¿Crisis religiosa en la universidad ? Cuadernos para el Diálogo. Extraordinario. 1967. p. 45. Dans cet article, l’auteur avance le chiffre de l’abandon d’un cinquième des effectifs de la faculté de Sciences Politiques et Économiques pour l’année 1964.

30 Iturralde Javier, Universidades y nuevas formas, Arriba, 21 de noviembre de 1964. p. 21.

31 Anonyme, Los universitarios españoles emigran. Revista ibérica. 15/10/1964. p. 8.

32 Anonyme, Entrevista a Antonio Maeso,Jefe del SEU del Distrito universitario de Madrid. Arriba. 29/01/1965.» El estudiante dentro de su desinterés y apatía que refleja por todo,no hace excepción a su propio Sindicato. » p.16.

Table des illustrations

Légende Figure1. — Période de titularisation des professeurs en chaire à Madrid en 1948
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/750/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Figure 2. — Origine universitaire des titulaires d’une chaire avant la guerre exerçant à Madrid en1948
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/750/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Figure 3. — Répartition des chaires professorales par secteur de formation. Madrid. 1964
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/750/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Figure 4. — Période de qualification des professeurs titulaires d’une chaire. Madrid.1964.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/750/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Figure 5. — Période de qualification des professeurs titulaires d’une chaire à Madrid par secteurdeformation.Madrid.1964
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/750/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Figure 6. — Répartition des personnels enseignants titulaires et non titulaires. Madrid. 1964. Estimations de Julio Merino Gonzalez
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/750/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Figure7. — Répartition des personnels enseignants titulaires et non titulaires. Madrid.1964.Estimations de Ricardo Montoro
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/750/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Résultats d’une enquête parue dans La Vanguardia. Cité par Farga Juan Manuel, Universidad y democracia en España. Treinta años de lucha juvenil. Col. Ancho Mundo. Ed. Era, S.A. México. 1969. p. 139Figure 8. — Origine sociale des étudiants. Espagne.1964
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/750/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Source: Ruía Gisber Francisco José, Educación y desarrollo. Cuadernos para el diálogo. no 5. Extraordinario. 1967. p. 34.Figure 9. — Répartition des étudiants par revenus annuels de leurs familles (valeurs données en pésétas)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/750/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Figure 10. — Répartition des effectifs par secteur de formation. Madrid. 1964
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/750/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Figure11. — Ratio Assidus/Non Assidus par secteur de formation. Madrid. 1964
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/750/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Figure12. — Encadrement des étudiants par secteur de formation et catégorie d’enseignants. Madrid. 1964
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/750/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search