Version classiqueVersion mobile

Jade, or, porcelaine...

 | 
Solange Cruveillé
, 
Félix Jun Ma

Préface

Solange Cruveillé et Félix Jun Ma

Texte intégral

Quand nous avons de grands trésors sous les yeux,
nous ne nous en apercevons jamais.
Et sais-tu pourquoi ?
Parce que les hommes ne croient pas aux trésors.
Paulo Coehlo, L’Alchimiste

1Quelles sont les matières qui ont suscité et qui suscitent encore aujourd’hui la convoitise, l’admiration, la passion des Chinois ? Quels sont les trésors qui ont traversé les siècles ? Quelles sont les richesses qui ont donné lieu à des légendes ou inspiré les écrivains des dynasties passées ? Quel rôle ont joué les objets précieux au niveau culturel, mais aussi historique, dans le monde chinois ancien, moderne et contemporain ? Leur valeur est-elle essentiellement matérielle et pécuniaire, ou bien revêt-elle également des significations historiques, morales et sociologiques ?

2Lorsqu’on évoque la notion de « trésor » en tant qu’objet matériel en Chine, le jade est souvent la première matière qui vient à l’esprit : blanc, vert, rouge, noir, opaque ou translucide, il fait l’objet d’une forme de vénération, et ce depuis l’Antiquité. Sa valeur n’est pas simplement commerciale : elle est aussi symbolique. On attribue en effet au jade différentes vertus, protectrices et curatives, mais également morales. Dans la Chine ancienne, les cinq principales qualités d'un jade précieux symbolisent à ce titre les cinq grandes vertus que doit posséder tout homme de valeur : l’humanité, la justice, la bienséance, la sagesse et la sincérité. Le jade est énigmatique, mystérieux, porteur de valeurs qui dépassent largement la considération matérielle. Ce sont tous ces aspects que Du Lili, Docteur en Études culturelles et Maître de Conférences à l’université Renmin de Chine, détaille dans son article : s’appuyant sur des sources archéologiques mais aussi sur des ouvrages canoniques, elle remonte aux origines des croyances pour expliquer les sources de la vénération des Chinois pour cette pierre emblématique de la culture chinoise. On reste dans la Chine ancienne et son univers de croyances avec Lucie Rault, chercheur au Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, et son article sur les jades sonores. L’auteur nous présente plusieurs légendes et histoires d’amour célèbres, nous détaille les qualités morales attribuées à cette pierre symbolique, relève l’importance rituelle du jade, particulièrement pour les classes nobles, et nous explique le lien très fort qui existe entre sonorités, musique et harmonie du monde et de la société dans les croyances anciennes à travers la notion de résonance — ganying. Enfin, avec la contribution d’Erik Gonthier, chercheur au Musée de l’Homme de Paris, et de Ida-Ambre Gonthier, journaliste scientifique, nous découvrons pas à pas les techniques comparatives de découpe, de gravure et de polissage des jades à travers les siècles et dans différentes civilisations, des techniques archaïques aux technologies modernes. S’appuyant en grande partie sur des lithogravures chinoises d’époque Ming (1368-1644) et Qing (1644-1912) et sur un travail de terrain dans différents pays du monde, les auteurs nous font plonger dans le monde des artisans lapidaires et mettent en avant les particularités et les qualités du savoir-faire chinois ancestral dans ce domaine.

3Nous laissons la « gemme nationale chinoise » de côté pour nous intéresser ensuite à l’or. Ce métal considéré universellement comme précieux, symboliquement rattaché au pouvoir, à la richesse, parfois aussi à la domination, a de tout temps suscité la convoitise, a été l’objet de querelles et de fascination. Félix Jun Ma, docteur en Histoire et civilisation et maître de conférences à l’université Paul-Valéry Montpellier 3, s’intéresse à cette notion de pouvoir en abordant une période de l’histoire de la Chine moderne, lorsque, à l’issue de la Révolte des Boxers, le gouvernement des Qing se voit dans l’obligation de verser des indemnités aux puissances impérialistes. La cour impériale doit alors faire un choix entre l’étalon-or et l’étalon-argent, entre l’adoption d’une unité de compte occidentale et la préservation de son propre système. L’auteur analyse les arguments et la position des principaux acteurs du débat autour de ce choix monétaire, dans lequel s’affrontent les notions de nationalisme, de volonté d’indépendance financière et de désir de modernisation, sur fond d’opposition entre pouvoir et savoir. Nous abordons ensuite la valeur symbolique de l’or, cette fois-ci dans son aspect de représentation : mis en avant et exposé à la vue de tous en tant que bien matériel, il devient un marqueur identitaire, signe extérieur de richesse et de réussite. Isabelle Anselme, docteur en droit et docteur en études culturelles, met en avant cet aspect « bling-bling » des bijoux et des décorations en or mis en scène dans plusieurs comédies chinoises du début du xxie siècle, avec des réalisateurs qui brossent avec dérision le portrait de riches parvenus, d’hommes d’affaires plus ou moins honnêtes, de « working girls », de « chuppies », prétextes à une satire de la société chinoise actuelle.

4Le volet suivant s’ouvre sur la porcelaine chinoise, objet d’admiration et de fascination dont les origines remontent à l’Antiquité. Tout un artisanat s’est construit autour de la production porcelainière, avec un savoir-faire ancestral et traditionnel associé à des techniques modernisées. Les réalisations les plus prisées sur le marché de la porcelaine sont celles qui s’inspirent du passé et qui mettent en valeur le riche patrimoine culturel chinois. Certains étant prêts à dépenser des fortunes pour se procurer les plus belles pièces, les artisans rivalisent de talent et d’ingéniosité pour réaliser des porcelaines d’exception. C’est ainsi que Nancy Balard, maître de conférences à l’université Paul-Valéry Montpellier 3 et spécialiste de la porcelaine chinoise, nous plonge dans l’univers des artisans porcelainiers de Jingdezhen, célèbre ville du Jiangxi et haut lieu de la fabrication de porcelaines traditionnelles chinoises, pour aborder le thème des « reproductions » de porcelaines anciennes. Entre copies et contrefaçons, entre imitations et « faux », la frontière est parfois mince. Artisans de talent, marchands, faussaires, escrocs, mais aussi clients et acheteurs, tout un marché s’est mis en place autour de la reproduction de porcelaines dans la ville de Jingdezhen, un marché difficile à contrôler et difficile à réguler, qui a néanmoins le mérite de préserver un patrimoine d’exception.

5Mais les objets précieux dans la culture chinoise ne se limitent pas au jade, à l’or et à la porcelaine, loin s’en faut. Citons notamment le miroir en bronze, à la valeur symbolique très forte. Dans son article, Liu Chan-yueh, docteur en ethnoscénologie et enseignant de langue et de civilisation chinoises à l’Inalco, traite de la fonction bien particulière de cet objet sous la dynastie des Han (202 av. J.-C.-220 apr. J.-C.). Le rôle du miroir à cette époque ne se limite pas à une fonction utilitaire : il véhicule des valeurs et encourage au maintien de l’ordre social, notamment à travers les motifs bien particuliers qui l’ornent et qui se popularisent et se généralisent. Les considérations morales et les croyances cosmologiques se mêlent à l’esthétique pour atteindre à différents niveaux les gens qui possèdent, manipulent et contemplent cet objet du quotidien. Dans l’article suivant, Solange Cruveillé, docteur en langue et littérature chinoises et maître de conférences à l’université Paul-Valéry Montpellier 3, nous propose un panorama des objets considérés comme précieux dans la Chine du premier millénaire de notre ère, à travers la traduction et l’analyse de récits à teneur littéraire, historique et sociologique tirés du Vaste recueil de l’ère de la Grande Paix, la plus vaste compilation de textes chinois anciens. On y retrouve l’or et le jade, mais aussi des perles, des pièces de monnaie, des pierres précieuses, du corail, des talismans, des reliques... C’est ainsi que le lecteur voyagera à travers les siècles et les dynasties, aux côtés de personnages historiques autant que de gens du peuple, pour découvrir les objets précieux offerts par la nature ou le destin, mais aussi les incroyables richesses de plusieurs empereurs de Chine et les trésors aux pouvoirs surnaturels des contrées voisines.

6Dans la section suivante, les contributions touchent au domaine de l’art, en mettant l’accent sur les fortes connotations culturelles des objets d’art et sur le lien étroit qui unit Chine ancienne et Chine contemporaine, passé et présent, mais aussi culture, histoire et politique. Marie Laureillard, maître de conférences en langue et civilisation chinoises à l’université Lumière Lyon 2, présente l’importante collection de pierres à encre du peintre contemporain Yang Ermin : pas moins de huit cents pièces d’époques et de natures variées, parfois en jade, parfois en porcelaine, parfois creusées et sculptées dans d’autres matières, qui furent le bien précieux de célèbres lettrés et qui suscitent, encore aujourd’hui, l’admiration de ceux qui les contemplent. Leur fonction va bien au-delà du simple délayage de l’encre : elles sont souvent délicatement travaillées, elles possèdent un vécu, une histoire, elles véhiculent des valeurs esthétiques et artistiques. Dans l’article suivant, Chen Kuangyi, docteur en Histoire de l’art contemporain et doyenne de la faculté des beaux-arts de l’université des arts de Taiwan, nous présente les réalisations polémiques de l’artiste taiwanais contemporain Mei Dean-E (1954-). Cet artiste a décidé de parodier deux œuvres nationales chinoises, conservées au Musée national du Palais de Taipei, à savoir le Chou blanc en jadéite et le Morceau de viande de porc en pierre, qui questionnent la valeur symbolique d’une œuvre d’art, mais également le droit de parodier des objets anciens à forte connotation culturelle. Ce sera l’occasion d’un débat concernant la valeur symbolique d’une œuvre d’art, qui se situe bien au-delà de ses qualités esthétiques et de sa valeur marchande.

7Enfin, un dossier complémentaire consacré à l’or et au jade chez les Aztèques et en Mésoamérique clôture notre ouvrage et nous offre une vision comparative vis-à-vis du monde chinois. Dans le premier article, Elizabeth Baquedano, chercheur à l’Institut d’archéologie de l’University College of London, présente plusieurs objets rituels en or — disques, cloches, ornements nasaux — découverts sur différents sites archéologiques d’importance en Mésoamérique, en accordant une attention particulière aux représentations de personnages, d’animaux et surtout de papillons, à la connotation symbolique et sacrée très forte. Dans le second article, Patrick Lesbre, enseignant-chercheur à l’université de Toulouse, présente les différents ornements en jade portés par la noblesse aztèque. Il étudie les offrandes funéraires — perles, bracelets, labrets, colliers, plastrons, masques, statuettes — en s’appuyant notamment sur le Codex Ixtlilxochitl. Il s’intéresse plus particulièrement au rapport au sacré et au religieux, à la présence de représentations d’animaux et de tlaloques, aux associations à l’eau et aux divinités. Ce dossier complémentaire permettra de comparer civilisation chinoise et civilisations aztèque, mixtèque et maya, avec un certain nombre de correspondances. On découvre ainsi une pratique ancienne funéraire commune aux Chinois et aux Aztèques : déposer une pierre en jade dans la bouche du défunt. Le lien au sacré et au rituel est également très présent. De part et d’autre, le jade et l’or ne sont pas seulement précieux pour leur valeur monétaire, mais pour ce qu’ils représentent et pour ce qu’ils symbolisent.

8Jade, or, porcelaine, miroirs, perles, reliques... Époque ancienne, époque moderne... Histoire, littérature, philosophie, politique, cinéma, art, artisanat, rituels, légendes, commerce, parodie... Les différentes contributions abordent le thème des biens précieux et des trésors en général, toutes périodes historiques et tous champs disciplinaires confondus. Ils permettent au lecteur de voyager à travers les siècles, de plonger dans le monde des croyances, de découvrir un univers dans lequel la symbolique tient une place centrale. In fine, une matière, un objet, une œuvre d’art ne deviennent précieux que par la valeur qu’on leur attribue, une valeur qui se veut avant tout culturelle et parfois, même, sentimentale.

Auteurs

Madame Cruveillé Solange est docteur en Langue et Littérature chinoises. Elle est maître de conférences à l’université Paul-Valéry Montpellier 3. Elle est membre statutaire de ReSO à l’université Paul-Valéry Montpellier 3. Ses recherches concernent les contes populaires du premier millénaire de notre ère, plus particulièrement les croyances animales (le renard notamment).

Monsieur Ma Félix Jun est titulaire d’un diplôme de doctorat en Histoire à l’EHESS (École des hautes Études en Sciences sociales). Il a enseigné à l’université de La Rochelle et à l’université Paris-Diderot. Il est actuellement maître de conférences au département de Chinois de l’université Paul-Valéry Montpellier 3. Il est également membre statutaire de ReSO à l’université Paul-Valéry Montpellier 3. Ses travaux de recherche portent sur l’histoire du politique à la fin de l’Empire chinois et au début de la République de Chine et sur celle des concepts politiques introduits en Chine à la charnière entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search