Version classiqueVersion mobile

Madrid, février 1965. Une ligne de partage ?

 | 
Florence Belmonte

Première partie. Les séquelles de la guerre

Chapitre II. Rejet et réveil de la culture libérale

Texte intégral

1Amputé de ses intellectuels démocrates, l’espace culturel était un champ laissé libre à l’avènement et à l’expansion du discours du Franquisme. Car quelle que soit la force avec laquelle l’opposition a pu nier l’existence d’une vie culturelle sous le Franquisme, celui-ci ne manquait pas de l’intelligence politique nécessaire pour comprendre qu’il fallait investir immédiatement et totalement ce territoire, faire table rase d’un passé qu’il considérait coupable de toutes sortes de délits et globalement identifié avec les intellectuels de la Institución Libre de Enseñanza.

  • 1 Orden del 17 de septiembre de 1937.

2En 1936, dans le camp des insurgés, il n’y avait d’autre projet que de gagner. Il fallait que triomphe une idéologie sans définition précise, mais globalement réactionnaire, sur laquelle se rejoignaient les différentes composantes du groupe soudé dans la défense d’intérêts de classe communs et unis sous la même bannière confessionnelle. Mais le prix de la victoire, dans le domaine culturel, avait un coût matériel élevé et des aspects humains complexes pour ceux qui étaient issus de milieux traditionnellement méprisants, au mieux défiants, envers le monde intellectuel, sauf en de rares exceptions. De ce fait, les rebelles se trouvaient dans l’incapacité d’aligner des intellectuels de qualité en nombre et dans des conditions favorables à la création avec la même rapidité et la même efficacité avec lesquelles ils envoyaient des troupes au front. Ce n’est pas qu’ils aient été historiquement indifférents à certains aspects de la culture, on a vu à quel point les secteurs catholiques étaient depuis longtemps soucieux de régner sur le monde de l’éducation. Mais sans dire qu’ils ne s’étaient jamais posé la question d’un programme, on peut estimer que, sur le plan culturel, ils s’étaient essentiellement penchés sur la question de l’éducation et cela avec toujours de grandes réticences, contraints et forcés par la pression sociale et pour répondre aux besoins de la vie économique dont ils étaient les maîtres. Donc, au moment du coup d’État, les insurgés n’étaient pas en mesure de produire un projet achevé, touchant tous les secteurs de la vie culturelle, ce qui est symbolique aussi de leur alliance politique de circonstances. Au sein du groupe toutefois, les Phalangistes étaient en possession d’un programme structuré et ambitieux qu’ils héritaient des liens tissés avec les services de propagande nazis. Leur projet culturel se centrait sur la diffusion des idéaux de la Phalange dans le but de gagner des partisans à la cause de l’insurrection antirépublicaine et, au-delà, de parvenir à la création d’une culture unique qui devait, selon eux, mettre fin aux désordres politiques et sociaux qui déchiraient l’Espagne. La décision du général Franco d’unir toutes les forces rebelles sous son autorité eut, on le sait, rapidement raison des ambitions hégémoniques des Phalangistes de la première heure qui livrèrent au Caudillo des structures culturelles totalitaires efficacement organisées, dans le contexte de pénurie humaine et matérielle de l’époque, propres à accueillir une culture officielle que le Régime allait élaborer ultérieurement en accord avec les valeurs de la tradition espagnole et au gré de ses besoins politiques. Le contrôle idéologique fut renforcé en 19371 et étendait l’ordre d’épuration à tous les secteurs de la culture.

3Née d’une interprétation particulière que fit alors le général Franco des concepts de nationalisme, catholicisme et totalitarisme, l’idéologie, caronne peut pas parler de doctrine, qui reçut a posteriori le nom de national-catholicisme investit la coquille de la vie culturelle espagnole laissée vide par l’exclusion des projets démocrates aussi bien que des projets phalangistes. Mais une fois le vide fait, il fallait masquer la béance de contenu de l’action culturelle car l’exclusion, la manipulation, le dénigrement, les consignes et les interdits de la censure se soldèrent rapidement par un arrêt de la créativité et un appauvrissement destructeur y compris pour les milieux qui les avaient souhaités. Le Caudillo reprit l’idée déjà présente chez Menéndez y Pelayoet Maeztu, commune à toutes les composantes du Franquisme, selon laquelle le catholicisme était un élément constitutif essentiel de la nation espagnole et qu’il avait été à l’origine de l’histoire impériale de l’Espagne dont le nouveau Régime devait restaurer les valeurs :

  • 2 Franco Francisco, Discurso en el Congreso Internacional de Apologética. 6juin 1949. « Separadlo ca (...)

Privez un espagnol de sa part de catholicité et vous lui infligerez une blessure mortelle parce que vous aurez attenté précisément à son essence profonde2.

4Le vide culturel fut comblé par le remplacement, — ce qui était logique puisqu’elle était subordonnée à un projet politique et idéologique de plus grande envergure —, de l’action culturelle par le message de propagande concentré sur le dogme catholique, les valeurs militaires et l’idéal nationaliste, une propagande caricaturale et didactique, plus insidieuse au fil des ans et qui ne parvint jamais à donner naissance à des productions culturelles de qualité, à une culture originale qui l’aurait distinguée. En décidant de prolonger le climat de guerre au-delà de l’armistice, le Régime avait condamné ses maigres forces artistiques à œuvrer au maintien de la haine, de l’esprit de revanche, à la commémoration des héros de la geste franquiste, seules victimes de la guerre civile reconnues officiellement. La littérature, d’une piètre qualité en général, était porteuse d’une charge idéologique caricaturale, de même que le cinéma qui servait à l’exaltation et à la glorification des vainqueurs. La veine du passé impérial de l’Espagne servit la résurrection de la pensée traditionnelle, prononça la mort des courants d’avant-garde et consacra le retour à des valeurs artistiques solidement établies comme, pour ne prendre que très peu d’exemples, le portait et le paysage en peinture ou la biographie en littérature, genre tout à fait en phase avec l’idéologie du moment selon laquelle l’Histoire était entre les mains des hommes d’exception.

5La grande gagnante, force est d’y revenir, fut la culture catholique que tous les accords passés avec l’État avaient promue au rang de culture officielle. Par le tissu de lois et de pratiques destiné à renforcer sa main mise sur la morale et donc sur la conscience des Espagnols, l’État national catholique atteignit les espaces les plus intimes de la culture et de la vie de chacun. Soumis à ses dictats, chaque geste, chaque pensée, chaque désir devait passer au contrôle, à la censure, à l’examen de conscience, et c’est une population entière, — censeurs compris —, qui fut condamnée au refoulement de ses options individuelles. Aussi est-il justifié de dire que toute tentative de description de la culture officielle sous le Franquisme ne peut qu’aboutir à la démonstration que le potentiel culturel du Régime Franquisme n’avait d’aptitude qu’à la mutilation intellectuelle et à la meurtrissure de l’individu, corollaires de l’épuration politique.

  • 3 Dionisio Ridruejo, Luis Rosales, Leopoldo Panero, Luis F. Vivanco, Gonzalo Torrente Ballester, Alv (...)

6Si les hérauts culturels du Régime, afin de masquer sa solitude politique et ses difficultés économiques, se drapaient orgueilleusement dans une idiosyncrasie supposée de l’Espagne, proposant aux Espagnols une culture d’évasion nationale à base de courses de taureaux, de football, de chansonnettes sentimentales et de littérature souvent indigente, et si une part de la société s’était peu ou prou accommodée de ces berceuses qui faisaient s’assoupir son esprit critique en apportant quelque soulagement à ses peines quotidiennes, le sentiment de frustration couvait immanquablement. Solitude, silence et tristesse, voilà comment on pourrait synthétiser la vie intellectuelle des héritiers espagnols de la culture libérale sous le premier Franquisme ainsi que celle de quelques intellectuels de renom et de qualité qui s’étaient engagés aux côtés des rebelles et devaient prendre rapidement leurs distances3.Tous les liens intellectuels que l’Intelligentsia espagnole s’était appliquée à forger à l’extérieur des frontières pendant la période de La Edad de Plata étaient désormais rompus. À l’intérieur, au désastre de l’exil intellectuel, s’était ajoutée l’interdiction de tourner son esprit vers quelque objet culturel qui pût l’écarter des chemins tracés par la propagande. Mais si présente fût-elle, la culture catholique devait s’avérer impuissante à combler la vacuité culturelle qu’elle avait structurée. Paradoxalement, alors que tous les atouts politiques d’une victoire idéologique étaient de son côté, son déni de la vie, tout ce qu’elle propageait de morbide et contre nature portait en germe son échec et la future victoire de ses pires ennemis. Il restait aux intellectuels vaincus, aux parias de la société espagnole de l’après-guerre, tout comme d’ailleurs aux intellectuels déçus par le Régime, à entreprendre un sourd travail de reconstruction culturelle.

1. La culture de la dissidence

7Les intellectuels qui restèrent en Espagne n’avaient donc a priori que deux options : œuvrer à la construction de la vie culturelle optimiste mais factice orchestrée par le Régime ou l’isolement et le silence. Pourtant quelques uns empruntèrent la voie étroite que leur laissa, dès 1945, le déclin de la culture officielle.

  • 4 Díaz Elías, (1934) appartient au groupe qu’il est convenu d’appeler la génération de 1956, le prem (...)
  • 5 Díaz Elías, Pensamiento español en la era de Franco (1939-1975). Ed. Tecnos, Semillay Surco, Colec (...)
  • 6 Mainer José Carlos, Historia literaria de una vocación política (1930-1950) in Phalange y literatu (...)
  • 7 Principalement Azorín, Benavente, Baroja, Menéndez Pidal, Gregorio Marañón, Eugenio d’Ors, Xavier (...)
  • 8 Principalement Ortega y Gasset et Ramón Pérez de Ayala.
  • 9 Díaz Elías, Pensamiento español... Op. cit. p. 45. Indice : « Enocasiones se echa de menos quizás (...)
  • 10 Fondée à Mexico en 1946.
  • 11 Mangini Shirley, Rojos y rebeldes. Op. cit. p. 54.
  • 12 Marías Julián, Veinte años de vida intelectual española. In Los Españoles. Revista de Occidente. 1 (...)
  • 13 Díaz Elías, Pensamiento español... Op. cit. p. 43-62.
  • 14 Fusi Juan Pablo, Un siglo de España. La cultura. Marcial Pons Ed. Madrid. 1999. p. 116-124.

8L’intellectuel Elías Díaz4, retrace les premières étapes de la reconstruction d’une vie intellectuelle plurielle : le déclin, dès 1945, de la culture totalitaire ; la période d’isolement international, 1945-1951 avec les premières phases de résurrection de la pensée libérale qui s’était exprimée avant la guerre ; le dialogue qui s’instaure en 1951 avec les intellectuels de l’exil ainsi que les premières prises de contact avec la pensée européenne, la crise universitaire de 19565. Il souligne à l’origine de cette reconstruction l’importance paradoxale de la Phalange qui fut, dans les limites imposées par le contexte politique qu’elle avait aidé à porter au pouvoir, un incontestable moteur de la reprise de la vie culturelle madrilène après 19396, avec ses personnalités phares, Pedro Laín Entralgo, Dionisio Ridruejo et Antonio Tovar, convaincus que la reconstruction culturelle était consubstantielle à une certaine tolérance intellectuelle et politique, à une confiance accordée aux compétences de l’intelligence. La revue Escorial qu’ils dirigèrent conjointement, à partir de 1940, est considérée comme une illustration de la tentative des Phalangistes de reformer les rangs d’une communauté intellectuelle espagnole libérale. Par ailleurs, on peut observer que depuis leur « exil intérieur » des intellectuels en activité avant la guerre qui étaient restés en Espagne7 ou qui y revinrent peu de temps après l’armistice 8, établirent un pont avec la pensée espagnole et la vie culturelle antérieuresà1936. Les nouvelles générations d’intellectuels avaient perdu beaucoup de leurs maîtres mais pas la totalité. Leur adhésion au Régime et leur récupération ou leur réhabilitation postérieure par le Régime ne pouvaient effacer totalement la réalité de leur expérience et leur souvenir d’une vie culturelle démocratique. D’autre part, sans jamais parvenir à une restauration complète de la pensée libérale et démocratique espagnole, les efforts méritoires d’une certaine presse dans la continuité de la culture espagnole ne peuvent être passés sous silence : La revue Indice dont le manque de cohérence idéologique lui a donné la possibilité de traiter de thèmes à caractère politique(et politico-culturels) et d’élargir ainsi l’éventail des tendances et la revue Insula, sûrement la revue qui a le plus contribué à une information correcte et à une approche de la littérature de l’exil par l’Espagne de l’intérieur9.La presse culturelle de l’exil politique est également un creuset fécond pour comprendre et reconstruire la vie intellectuelle espagnole de cette époque. L’exemple de la revue Las Españas10 montre la complexe imbrication de ressentiment et de fascination qui animait deux camps en quête plus ou moins consciente de reconstruction. Enfin, une observation des productions culturelles de l’après-guerre fait apparaître que si des œuvres littéraires comme La Familia de Pascual Duarte (1942) de Camilo José Cela, Hijos de la ira (1944) de Damaso Alonso, Sombras de paraíso (1944) de Vicente Aleixandre ou encore Nada (1945)de Carmen La foret ont particulièrement attiré l’attention parce qu’elles rompaient avec la vision falsifiée ou édulcorée de la réalité servie par la culture officielle, le réveil d’une culture dissidente est en fait plus largement perceptible dans tous les secteurs culturels. L’hispaniste américaine Shirley Mangini fait à juste titre remarquer que ni les pertes considérables et douloureuses enregistrées par le monde intellectuel ni les misérables conditions matérielles ne furent un obstacle capable de dissuader ses efforts11. Les études espagnoles minutieuses et complémentaires de Julián Marías12, Elías Díaz13 et Juan Pablo Fusi14 en font le constat et démontrent l’extension progressive d’un processus de reconstruction culturelle. On peut apprécier d’ailleurs la justesse de vue de Julián Marías qui, prenant le contre-pied de l’image du désert intellectuel tant de fois utilisée pour désigner la vie culturelle de l’après guerre, synthétise la situation par une métaphore, La germination du désert, significative de la complexe situation des intellectuels espagnols aux prises avec deux forces antagoniques, celle de la stérilisation mise en place par le pouvoir politique et celle de l’irrépressible et vitale poussée de l’intelligence humaine.

  • 15 Marías Julián, ¿Por qué mienten ? ABC, 16/01/97. « Hace veinte años escribí un largo artículo titu (...)

J’ai écrit, il y a vingt ans, un long article intitulé « germination dans le désert ». [...] J’y considérais l’activité culturelle en Espagne entre 1941, date à laquelle elle reprend après la guerre civile, et 1955, l’année de la mort d’Ortega. Il s’agissait d’un inventaire fragmentaire, sans recherches et sans volonté d’exhaustivité, de ce que l’on avait fait, au cœur de grandes difficultés, pendant ces quinze années. Il en ressortait une très longue liste, impressionnante, de « livres libres », fruits de vocations admirables ; on y voyait la continuité, sans rupture, des auteurs présents avant la féroce cassure de la guerre, et l’apparition de nouvelles promotions, d’une fécondité surprenante, et, dans la plupart des cas, capables d’innovation et d’indépendance. J’en avais conclu que la germination avait, dans le désert, assez de surface15.

9Shirley Mangini, par ailleurs, attire, elle aussi, particulièrement l’attention, dans la situation politique donnée, sur l’importance symbolique et testimoniale de l’expression littéraire, poétique et narrative.

10C’est en effet à cette mission que contribua largement un groupe d’écrivains formé aux alentours de 1955, qui s’exprimaient depuis le réalisme social du fait de sa conception de la littérature comme forme de critique sociale et politique. Réalisme, néoréalisme, littérature, cinéma, arts plastiques étaient porteurs d’un évident esprit de contestation politique inspiré de la philosophie marxiste, l’ennemie par excellence du Franquisme, qui était le courant dominant dans l’opposition. L’activité culturelle de ces secteurs était d’ailleurs indissociable d’un militantisme antifranquiste positionné en général aux côtés du Parti Communiste clandestin. Cette orientation politique établissait un lien immédiat entre le monde culturel et les secteurs ouvriers et universitaires, autres foyers incandescents d’opposition sociale porteurs d’un possible changement politique.

  • 16 Fusi Juan Pablo, Un siglo de España. La cultura. Op. cit. p. 128. « El “realismo crítico” era, en (...)

Le« réalisme critique » était, en somme, plus qu’une mode littéraire : c’était, en forçant un peu les mots, l’expression de la sensibilité et de l’idéologie des nouvelles générations espagnole — celles qui ont occupé le devant de la scène en 1956 et entre 1963 et 1968 au moment de la révolte universitaire contre le Franquisme — qui s’y sont reconnues ; de ce fait« le réalisme critique » constituait une authentique et profonde rupture culturelle16.

2 La revendication universitaire avant 1965

11En dépit de la dissolution des organisations étudiantes démocratiques, de l’expulsion et de l’exil de nombreux enseignants, l’opposition universitaire s’organisa immédiatement dans la clandestinité au sortir de la guerre civile. On sait en effet que déjà dans la période qui va de 1940à 1943 de fragiles foyers d’opposition se reconstituèrent dans les universités de Madrid et de Barcelone. L’un des meilleurs exemples de la reprise réelle de cet activisme universitaire est la création de la Federación Universitaria Catalana (FUC) en 1942 à l’université de Barcelone. Puis, en 1944 et 1945, lorsqu’il apparut que la situation du pouvoir espagnol était particulièrement fragile du fait de l’avancée des Alliés en Europe, de la rupture de don Juan de Bourbon avec Franco et de la pénétration des guerrillas en différents points de la péninsule, les accords survenus au sein de l’opposition tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays furent propices à la réorganisation de la Federación Universitaria Escolar (FUE)ainsi qu’à la réapparition de la Federación Nacional de Estudiantes Catalanes (FNEC) à l’université de Barcelone. Un an plus tard, en janvier 1946, la FUE publiait un manifeste dénonçant l’indigence et l’incompétence qui régnaient à l’Université depuis l’instauration du nouveau Régime et s’insurgeait au nom de la tradition libérale héritée de la culture européenne contre l’ingérence politique, contre la militarisation de l’université orchestrée par le SEU.À cette occasion la FUE créa des comités dans plusieurs universités et commença la publication de l’éphémère revue Península. Les université de Barcelone et du Pays basque virent grossir les rangs des organisations étudiantes clandestines. Bien entendu, la réaction des autorités ne se fit pas attendre et, en avril 1947, le Comité National de la FUE fut arrêté et passa devant un Conseil de Guerre qui prononça des peines allant de six mois à trois ans de prison.

12Avec les années cinquante, le mouvement étudiant s’orienta vers d’autres modalités d’action en se solidarisant avec le mouvement ouvrier, lui aussi réorganisé clandestinement dans une résistance antifasciste. Cette union contribua à renforcer et à faire s’étendre les mouvements d’opposition étudiante et la période fut jalonnée de manifestations : en 1951, contre l’augmentation des tarifs des transports en commun à Barcelone et en soutien de la grève des transports à Barcelone, à Grenade et à Madrid qui se solda par la fermeture des centres universitaires barcelonais et madrilènes ;L’année suivante, l’Association des Jeunes Écrivains publiait un manifeste dans lequel ils revendiquaient la représentativité syndicale libre comme une nécessité incontournable ; en 1954,à l’occasion de manifestations organisées par le Régime pour réclamer Gibraltar, les étudiants affrontèrent la police de Madrid, ce qui valut au SEU une épuration au sein de ses cadres ; en 1955, l’enterrement du philosophe Ortega y Gasset fut le point de départ d’une manifestation contre le régime, conduite par des intellectuels et des étudiants antifascistes. La même année, l’année universitaire 1955-56, un hommage posthume lui fut rendu dans l’université de Madrid, hommage qui du fait de l’ambiance électrique de la conjoncture fut perçu à juste titre comme une démonstration de désaccord avec les valeurs du Régime. En représailles, le Congrès National de Jeunes Écrivains Universitaires fut interdit, ce qui fit augmenter l’opposition des milieux étudiants, en particulier dans la mouvance communiste autour de Javier Pradera et d’Enrique Múgica qui en collaboration avec Ramón Tamames décidèrent de lancer l’idée d’un Congrès National des Étudiants afin d’y proposer des élections démocratiques en vue d’isoler totalement le SEU. C’est au moment précisément de l’élection de ces délégués désignés démocratiquement que se produisit l’affrontement avec le SEU, dans les murs de la faculté de Droit, le7février 1956.

  • 17 Ruiz Carnicer Miguel Angel, El sindicato español universitario. 1939-1965. La socialización de la (...)
  • 18 Nommé Ministre de l’Éducation Nationale par le Caudillo, Joaquín Ruiz Giménez, membre de la ACNP s (...)
  • 19 Mesa Roberto, Jaraneros y alborotadores. Documentos sobre los sucesos estudiantiles de febrero de (...)

13Le mois de février 1956 est en effet une date symbolique dans l’Histoire des mouvements d’opposition universitaire car elle marque un véritable tournant dans l’action qui devint massive et dont la revendication centrale fut désormais la liberté syndicale. Les manifestations commencèrent par la préparation d’un tract qui convoquait à une participation au congrès national des étudiants. À partir de cet instant, les événements s’enchaînèrent et l’on vit les étudiants madrilènes prendre d’assaut les archives du SEU, les incendier et se faire charger et matraquer par la police, envoyée pour investir la faculté de Droit. Le même mois, à l’occasion du« Jourde Matías Montero », jour de l’Étudiant tombé au champ d’honneur, étudiants phalangistes et leurs opposants s’affrontèrent physiquement et Miguel Alvarez, un jeune membre des Jeunesses Phalangistes de dix-sept ans, fut gravement blessé. La journée se solda par de nombreuses arrestations dont le caractère hétérogène retient l’attention. En effet, si la majeure partie des étudiants arrêtés était liée aux activités du PCE clandestin, on put voir aussi des personnalités relevant d’autres sensibilités, des phalangistes, des personnalités comme Dionisio Ridruejo dont la trajectoire était singulière ou encore des monarchistes17. La fermeture de l’université fut prononcée pour deux semaines. La gravité de la situation conduisit le pouvoir à destituer le Doyen de la faculté et le « Recteur », tandis que le Ministre de l’Éducation, Joaquín Ruiz Giménez18 remettait sa démission au général Franco. Mais l’enseignement qui semble devoir être retenu de ces événements, — en dehors de l’échec d’une politique éducative moins réactionnaire tentée par Ruiz Gimenez et Laín Entralgo —, c’est que dès lors « l’université qui n’avait jamais été bien vue du système s’avéra être un mécanisme de reproduction des opposants au Régime19. » D’ailleurs, cet événement que Miguel Ruiz Carnicer considère comme l’assaut peut-être le plus rude que le Régime avait subi depuis son isolement de 1946, et peut être le plus important depuis ses premiers moments d’existence, ouvrit la voie des manifestations, des grèves et de la répression, leur inséparable corollaire, qui devaient jalonner désormais la vie universitaire. Et si l’objectif de départ, la création d’une représentativité étudiante démocratiquement élue, n’était pas atteint, il n’en restait pas moins qu’une rupture irréparable s’était faite entre le monde étudiant et le syndicat unique. À partir de cette période la perte de crédibilité du SEU s’avéra irréversible. Pedro Laín Entralgo, quelques temps avant sa démission du poste de « Recteur »de l’Université de Madrid qu’il occupait alors, n’avait-il pas remis au gouvernement une enquête qui démontrait que 90 %des étudiants madrilènes étaient hostiles au Mouvement National ? Ce résultat n’était-il pas la preuve évidente que les milieux universitaires, y compris dans le secteur phalangiste, rejetaient massivement la Phalange et son hostilité face au monde intellectuel ?

14Très vite, en effet, en réponse au refus du pouvoir de convoquer un Congrès National des étudiants pour le mois d’avril, le monde universitaire multiplia les appels à la grève générale des étudiants et la répression ne se fit pas attendre puisque deux cents étudiants furent arrêtés. Dès lors toute manifestation fut porteuse d’un message de soutien aux étudiants madrilènes, comme lors d’une manifestation à Barcelone en décembre suscitée par les événements survenus en Hongrie. Sur la base de cette agitation on vit bien sûr émerger plusieurs organisations politiques ou syndicales qui s’implantèrent au sein du monde étudiant, sans oublier celles, dépendantes du PCE et du Partit Socialista Unificat de Catalunya (PSUC), qui existaient déjà et qui consolidèrent leurs positions.

15En 1957, au cours d’une assemblée libre organisée dans l’université de Barcelone pour protester une fois de plus contre le SEU, les forces de police investirent pour la première fois la faculté barcelonaise. Cette fois, plusieurs centaines d’étudiants furent enfermés dans un amphithéâtre, les autorités commencèrent à ouvrir des casiers judiciaires pour certains d’entre eux et l’université fut à nouveau fermée. D’autres centres universitaires organisèrent à Oviedo, Valladolid, Madrid et Salamanque des actions de solidarité. La période coïncide avec la présence au Ministère de l’Éducation Nationale de Jesús Rubio, nommé au poste de Ministre le 15 février 1956 et qui semble avoir traité la question étudiante comme un problème d’ordre public plutôt que comme une question qui relevait de la situation politique et sociale du pays. La trajectoire de ce nouveau Ministre en dit d’ailleurs long sur ses capacités d’adaptation et de soumission au Caudillo : membre fondateur de la Phalange de José Antonio Primo de Rivera, à la fin de la guerre il avait été Vice-Président du Consejo Nacional et Subsecretario du Ministère de l’Éducation Nationale jusqu’à sa désignation au poste de Ministre. C’était donc un Phalangiste de la première heure qui s’était parfaitement intégré dans l’équipe ministérielle de José Ibáñez Martín, puis dans celle, moins réactionnaire, de Joaquín Ruiz Giménez.

16Tant d’opiniâtreté dans l’expression des revendications ne pouvant recevoir éternellement la seule réponse de la répression, le 18 octobre 1958, l’État promulgua un décret par lequel on décidait la restructuration du SEU. Le texte prévoyait la création des Consejos de curso ainsi que d’une chambre syndicale élue par les étudiants. Mais pour être maintenu dans ses fonctions de délégué, il fallait obéir aux autorités afin de ne pas être accusé d’infidélité au Régime. De plus, les chefs de districts universitaires comme le Délégué National du SEU devaient continuer à être désignés par le gouvernement, réalités qui ne peuvent surprendre dans la mesure où donner au SEU une structure authentiquement démocratique aurait signifié aller à l’encontre des principes intrinsèques d’un Régime né précisément pour réprimer le pluralisme politique et éviter à tout prix son retour.

Notes

1 Orden del 17 de septiembre de 1937.

2 Franco Francisco, Discurso en el Congreso Internacional de Apologética. 6juin 1949. « Separadlo católico de lo español y lo español quedará herido de muerte en su más verdadera sustancia ».

3 Dionisio Ridruejo, Luis Rosales, Leopoldo Panero, Luis F. Vivanco, Gonzalo Torrente Ballester, Alvaro Cunqueiro...

4 Díaz Elías, (1934) appartient au groupe qu’il est convenu d’appeler la génération de 1956, le premier groupe universitaire qui après la guerre civile a clairement exprimé des convictions démocratiques et un intérêt particulier pour la Philosophie et les Sciences Sociales comme instruments de critique de la réalité sociale et politique du Franquisme. Il a été professeur de Philosophie du droit à partir de 1961et jusqu’en 1974, fonction dans laquelle il s’est trouvé en butte aux détenteurs du pouvoir académique alors en place. Il a participé à la fondation de la revue pluraliste, Cuaderno sparael diálogo, et dirige la revue de Sciences Sociales, Sistema, depuis 1973.

5 Díaz Elías, Pensamiento español en la era de Franco (1939-1975). Ed. Tecnos, Semillay Surco, Colección de Ciencias Sociales. Serie de Ciencias Políticas. Madrid. 1983. Chapitres 1, 2, 3.

6 Mainer José Carlos, Historia literaria de una vocación política (1930-1950) in Phalange y literatura. Labor. Barcelona. 1971. p. 47.

7 Principalement Azorín, Benavente, Baroja, Menéndez Pidal, Gregorio Marañón, Eugenio d’Ors, Xavier Zubirri, Manuel García Morente, Gimenez Caballero, Manuel Machado, Vicente Aleixandre, Dámaso Alonso, etc.

8 Principalement Ortega y Gasset et Ramón Pérez de Ayala.

9 Díaz Elías, Pensamiento español... Op. cit. p. 45. Indice : « Enocasiones se echa de menos quizás en Indice una mayor coherencia ideológica, pero — tal vez por ello mismo — ha logrado tener más posibilida des de tratar temas de carácter político (y cultural-político) y de ampliara su vez “el espectro” de tendencias dentro de ellos. » ; Insula : « Es quizá la revista que más ha hecho para una correcta información y aproximación de la literatura del exilio en la España del interior. »

10 Fondée à Mexico en 1946.

11 Mangini Shirley, Rojos y rebeldes. Op. cit. p. 54.

12 Marías Julián, Veinte años de vida intelectual española. In Los Españoles. Revista de Occidente. 1962. et La vegetación del páramo. La Vanguardia. 19/11/76

13 Díaz Elías, Pensamiento español... Op. cit. p. 43-62.

14 Fusi Juan Pablo, Un siglo de España. La cultura. Marcial Pons Ed. Madrid. 1999. p. 116-124.

15 Marías Julián, ¿Por qué mienten ? ABC, 16/01/97. « Hace veinte años escribí un largo artículo titulado “la vegetación delpáramo” [...] En él, consideraba la actividad cultural en España entre 1941, fecha en que se reanudó tras la guerra civil, y 1955, en que murió Ortega. Era un recuento fragmentario, sin rebuscas ni propósito exhaustivo, de lo que se había hecho, en medio de grandes dificultades, en esos quince años. Resultaba una larguísima lista, impresionante, de “libros libres”, fruto de vocaciones admirables ; seveíala continuidad, no interrumpida, de los autores existentes antes del feroz corte de la guerra, y la aparición de promociones nuevas, de sorprendente fecundidad, y enla mayoría de los casos, capaces de innovacióne independencia. La vegetación del páramo, concluía yo, esbastante frondosa. »

16 Fusi Juan Pablo, Un siglo de España. La cultura. Op. cit. p. 128. « El “realismo crítico” era, en suma, más que una moda literaria : era, forzando los términos, la expresión de la sensibilidad e ideología de las nuevas generaciones españolas — las que protagonizaron en 1956y en 1963-68 la rebelión universitaria contra el franquismo—, quese vieronbien representadas pora quél ; el realismo crítico constituía, por tanto, una verdadera y profunda ruptura cultural. »

17 Ruiz Carnicer Miguel Angel, El sindicato español universitario. 1939-1965. La socialización de la juventud universitaria en el Franquismo. Siglo xxi. Editores. S.A. 1996.p. 304.

18 Nommé Ministre de l’Éducation Nationale par le Caudillo, Joaquín Ruiz Giménez, membre de la ACNP se caractérisait toutefois par son ouverture d’esprit au sein d’un gouvernement prophalangiste et réactionnaire.

19 Mesa Roberto, Jaraneros y alborotadores. Documentos sobre los sucesos estudiantiles de febrero de 1956 en la Universidad Complutense de Madrid. Editorial de la Universidad Complutense. Madrid 1982. p. 19.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search