Version classiqueVersion mobile

Madrid, février 1965. Une ligne de partage ?

 | 
Florence Belmonte

Première partie. Les séquelles de la guerre

Chapitre premier. Le cadre ofciel

Texte intégral

  • 1 Azaña Manuel, La velada de Benicarló. Diálogo sobre la guerra de España. Buenos Aires. Losada. 1939 (...)

Il peut bien y avoir tous les fascistes que l’on voudra, il n’y aura pas de régime fasciste. Si un coup de force mettait à mal la République, nous retournerions à une dictature militaire et religieuse dans la tradition espagnole... Des sabres, des chasubles, des délés militaires et des hommages à la Vierge du Pilar. De ce côté-là, notre pays ne peut rien donner d’autre1.

  • 2 Actuellement, l’historiographie espagnole emploie le terme de recatolicización pour caractériser ce (...)

1Voilà des paroles que Manuel Azaña fait prononcer par l’un des ses personnages de La Velada de Benicarló. Prémonitoires, elles semblent quasiment orienter les années postérieures de débats sur la nature politique du Franquisme et montrent l’acuité avec laquelle leur auteur observait la réalité historique de son époque. En eet, autoritaire sans être fasciste, le Franquisme se rapprochait des régimes qui avaient vu le jour en Europe pendant l’entre deux guerres mais se démarquait d’eux parce que, entre autres caractéristiques, il n’aspirait pas à un changement radical de la société espagnole. Aux antipodes de vouloir ouvrir une nouvelle ère historique pour l’humanité, il parlait de restaurer un passé historique espagnol antérieur au xviiie siècle, un passé préindustriel, réinventé et idéalisé comme ayant été une époque de stabilité et d’harmonie. Par ailleurs, autre point de divergence, le régime franquiste était issu d’une guerre civile suivie d’une répression si féroce qu’elle avait laissé le champ libre aux vainqueurs, une répression supérieure en force et en acharnement à celle qui avait suivi, par exemple, la n de la seconde guerre mondiale en France car elle avait été l’œuvre de l’appareil d’État en accord avec d’amples secteurs de la société et non l’initiative d’éléments incontrôlés. De cette décision d’épuration de la société était ressortie une Espagne que l’on enrégimentait pour mieux la ramener au catholicisme2car tout fut orchestré, dans un ordonnancement qui ne le cédait en rien à celui d’un totalitarisme, pour que deux des grands acteurs de l’histoire espagnole, l’armée et l’Église catholique, reconquièrent les zones d’inuences qu’ils avaient perdues et même au-delà.

1 La militarisation de la vie politique et universitaire

  • 3 Fondée en 1933parJoséAntonio Primode Rivera,le ls du dictateur, qui parvint à se faire élire à la (...)
  • 4 Ce groupe créé en 1933, réunissait les monarchistes partisans d’Alphonse XIII, d’où leur nom d’Alfo (...)
  • 5 Juliá Santos, Franquismo, el juicio de la Historia. Temas de hoy. Madrid. 2000. p. 74.

2L’historiographie du Franquisme admet que les valeurs des fascistes de la Phalange Espagnole3et de leurs amis idéologiques membres de Renovación Española4n’avaient pas une assise sociale assez élargie pour leur permettre d’arriver au pouvoir soutenus par la pression populaire comme on en avait eu l’exemple en Italie et en Allemagne5. C’est à l’armée donc que revint d’être le fer de lance de la rébellion et l’artisan de leur victoire. Le coup de force militaire n’effaça pas, loin s’en faut, le divorce qui existait entre les intérêts réels de la majorité de la population espagnole et ceux des classes traditionnellement dominantes insurgées. Une fois la guerre terminée, il fallait reconstruire le paysage politique de l’Espagne et l’imposer à tous. À l’heure donc du partage du pouvoir, l’armée fut un rouage de la cimentation idéologique de la population en vue de la permanence du Franquisme mais refusa de se voir réduire au simple rôle d’instrument d’une domination de classe. De ce fait, elle ne limita pas son intervention au seul exercice de la répression et du maintien de l’ordre. On garde bien sûr en mémoire l’état de guerre décrété en juillet 1936 et maintenu jusqu’en 1948, les tribunaux militaires chargés d’appliquer la justice impitoyable des vainqueurs et les tueries aveugles des premiers moments de l’insurrection vite maquillées en exécutions décrétées par les tribunaux militaires et justiées par l’adhésion à la rébellion. Mais l’inltration de la vie civile parle corps militaire, si elle ne fut pas aussi retentissante que les exécutions, les camps de concentration et les emprisonnements massifs de Républicains, n’en fut pas moins ecace dans le processus de militarisation de la société. C’est ainsi que l’on vit le corps militaire, soucieux avant toute chose de défendre le régime contre les ennemis idéologiques qu’il s’était désignés — communistes, socialistes, anarchistes, nationalistes périphériques et démocrates en général —pénétrer tout l’appareil d’État. Majoritaires dans le nouveau gouvernement nommé le 8août 1939, ils se virentattribuer40 % des postes de la Haute Administration de l’État, sans compter ceux qu’ils occupèrent dans les conseils d’administration des entreprises de l’Instituto Nacional de Industria dès sa création. L’historien Santos Juliá commente à cet eet :

  • 6 Juliá Santos, Un siglo de España, Política y sociedad. Marcial Pons. Historia. Madrid. 1999. p. 149 (...)

Ce régime n’aura pas été une dictature militaire au sens strict, pas même les premières années, mais c’est la bureaucratie militaire qui a donné le plus grand nombre d’employés à l’État Nouveau, c’est elle qui a assuré le contrôle de l’ordre public, qui a soumis aux conseils de guerre des milliers de prisonniers accusés d’être des rebelles, des communistes, des francs-maçons, des bandits ou des terroristes, selon la terminologie avec laquelle les diérentes lois dénissaient des délits qui relevaient de la compétence des tribunaux militaires6.

  • 7 Martinez Vasseur Pilar, L’armée espagnole. XIX-XX. Les essentiels de la civilisation. Éditions Elli (...)

3De son côté, lorsqu’elle rappelle les conditions dans lesquelles se t la réorganisation militaire après la guerre et le rôle de l’armée dans la dénition de la nature du régime franquiste, l’historienne française Pilar Martinez Vasseur attire l’attention sur son implication dans l’endoctrinement idéologique de la population. En eet, la réouverture des Académies militaires en septembre 1940, n’avait pas pour objectif de hisser les ociers espagnols à un niveau de préparation technique comparable à celui des armées du reste des pays occidentaux mais bien de constituer un conservatoire des traditions de l’élite conservatrice de l’Espagne. On sait par ailleurs que l’encadrement du service militaire d’une durée de deux ans, égal pour l’ensemble des jeunes gens, institué en août 1940 pour la première fois dans l’histoire de l’Espagne, fut le creuset de l’endoctrinement des nouvelles générations selon les principes issus de« la croisade7 ».

  • 8 1939 : Serrano Súñerau Ministerio de Gobernación d’où il contrôlait l’ensemble de la presse et de l (...)
  • 9 À partir de janvier 1937.
  • 10 Chueca Ricardo, El fascismo en los comienzos del régimen de Franco. Un estudio sobre FET y de las J (...)

4Une épuration de l’ampleur de celle qu’eut à subir la population espagnole des années trente et quarante ne pouvant se limiter à la seule élimination ou mise à l’écart des individus jugés politiquement indésirables, c’est au seul groupe politique autorisé, le Mouvement, qu’échut une autre part du butin de guerre, le contrôle de la majorité des rouages politiques et sociaux. On connaît la forte présence au sein du gouvernement de Ministres phalangistes à des postes clés8. Peu de temps après l’interdiction, en septembre 1936, des partis et organismes politiques qui avaient soutenu le Front Populaire, leurs biens matériels, acquis grâce aux cotisations de la classe ouvrière, furent réquisitionnés9et livrés aux membres de la Palange Espagnole. La présence conjuguée des militaires et des membres du parti unique fut un relais énergique et diligent des innombrables consignes et interdits promulgués par le Nouvel État qui put ainsi littéralement ligoter la société espagnole grâce à un maillage bureaucratique serré à l’extrême. Avec l’avènement de Falange Española Tradicionalista y de las Juntas de Ofensivas Nacional Sindicalistas (FET y de las JONS), en dépendance complète de l’appareil d’État, l’ensemble du tissu social fut traversé par les principes de la verticalité, de l’unité et de la hiérarchie. Le parti unique étendit bien sûr son pouvoir dans le domaine économique par le biais d’un encadrement total de la vie syndicale, de la production et des travailleurs mais la culture fut aussi l’objet de son attention zélée. La presse, la vie culturelle, la formation idéologique des femmes, avec la création de la Sección Femenina et son Auxilio Social, et de la jeunesse, au sein du Frente de Juventudes, furent surveillées de façon draconienne. En eet, comme dans tout contexte politique comparable, la socialisation politique des femmes et de la jeunesse était de toute première importance parce qu’avec elle se posait la question cruciale de la formation et du recrutement des élites politiques en vue de renouveler les classes dirigeantes sur la base de la cooptation. Il s’agissait, en quelque sorte, de fabriquer des pièces de rechange pour garantir la continuité du régime10.

5Cet autoritarisme politique et social ne pouvait épargner le monde universitaire, le 22 septembre 1939 il fut procédé à une nouvelle phase de l’Unication, — prononcée en avril 1937 —, par l’obligation qui fut faite à la Confederación de Estudiantes Católicos et la Agrupación de Estudiantes Tradicionalistas d’intégrer la nouvelle et seule organisation universitaire désormais possible : le Sindicato Español Universitario (SEU). Né le 21 octobre 1933, presque en même temps que la Phalange elle-même, il avait atteintle nombre de 10 000 adhérents en 1935. Au moment de la création de FET y de las JONS, le gouvernement de Franco avait approuvé ses statuts, ce qui l’élevait au rang d’association d’étudiants unique. À partir de 1941, le SEU fut intégré au Frente de Juventudes où professeurs phalangistes et aumôniers s’appliquaient, sous couvert de cours théoriques et d’applications pratiques jugés ludiques, à structurer la vie quotidienne des enfants et des jeunes gens sur le mode militaire et à former leur esprit selon les principes du National-Catholicisme. Jusqu’en 1943, l’adhésion se faisait sur la base du volontariat, mais la Ley de Ordenación Universitaria, dans son article 70, stipulait son caractère obligatoire. Sans adhésion au SEU, l’inscription à l’université était impossible puisque la cotisation allait de pair avec l’inscription elle-même. Jusqu’en 1951 et quelle que fût l’importance de la fonction occupée, seuls des membres du Mouvement pouvaient être désignés comme responsable ou représentant des étudiants. À partir de cette date, des élections furent organisées mais le contrôle et la pression exercés sur les étudiants étaient tels que, de fait, les élus étaient toujours des membres du Mouvement.

6Cependant, dans le cas du Régime autoritaire qui s’instaure en Espagne à la n de la guerre civile, il convient d’apporter quelques nuances au schéma précédemment décrit qui tendrait à faire croire à une quasi hégémonie phalangiste dans le milieu universitaire. En fait, l’inuence de la Phalange dans cet appareil universitaire était limitée par la nature même du Franquisme dont l’idéologie se nourrissait de courants réactionnaires antérieurs au fascisme. La Phalange, certes en pleine connexion avec les forces qui depuis l’extérieur du pays avaient appuyé les insurgés de la guerre civile, ne faisait en réalité que permettre une actualisation politique des substrats idéologiques contre-révolutionnaires et, en Espagne, les intérêts qui se regroupaient sous la bannière du fascisme étaient multiples. L’université n’étant jamais, quel que soit le contexte politique, une institution autonome en marge des réalités sociales, économiques et politiques, dans l’Espagne de l’après-guerre civile elle fut immédiatement le lieu d’une lutte entre les diérentes « familles » qui composaient le groupe des vainqueurs. Il est clair que le contrôle de la jeunesse par le biais des organismes éducatifs et culturels était un enjeu important dans le partage du pouvoir à l’intérieur du Régime. En particulier, l’Église catholique dont les valeurs plongeaient de profondes racines au cœur de la société espagnole et qui avait été présente et active aux côtés des insurgés dès les premiers instants du soulèvement, se positionna immédiatement en contrepoids aux prétentions totalitaires de la Phalange an de retrouver et de préserver des prérogatives qu’elle avait vu un moment lui échapper avec la Seconde République.

2 L’hégémonie du Catholicisme intégriste. Aspects institutionnels et pénétration de la société civile

7Dans les années trente, l’Espagne était une société agraire en transformation, ses villes commençaient à s’étendre, l’industrialisation sur la base de petites et moyennes entreprises aussi. Les syndicats ouvriers étaient de ce fait présents, certes, et la classe moyenne en expansion, mais la « vieille Espagne », pour reprendre la formule d’Ortegay Gasset, était loin d’avoir baissé la garde. L’aristocratie de la terre et la grande bourgeoisie nancière et industrielle étroitement liées depuis la période de la Restauration conservaient toutes leurs forces comme devait le prouver leur engagement aux côtés des insurgés et leur victoire en 1939. Sur le plan spirituel l’Espagne n’avait pas non plus cessé, contrairement aux paroles restées célèbres de Manuel Azaña, d’être catholique et le Régime naissant du général Franco ne prévoyait pas, bien au contraire, cette éventualité.

8En 1939, le Nouvel État s’était donc déni comme catholique et la victoire des insurgés avait encouragé le Caudillo à user du catholicisme comme d’une arme dans sa quête de légitimation politique. L’Église avait alors réclamé le contrôle de tout l’appareil éducatif en même temps qu’elle partageait avec la Phalange tout l’espace public et médiatique dans une permanente mise en scène politique et spirituelle du calendrier liturgique et politique. Le monde de l’éducation lui appartint dès lors et elle y exerça un pouvoir sans partage ou presque, réalisant ainsi un projet mûri de longue date.

  • 11 Cette institution fut fondéeàl’initiative de Francisco Giner de los Rios et d’un groupe de professe (...)

9Pour ne remonter qu’à la période de la Seconde République, il faut rappeler que le Ministère de Instrucción Públicayde Bellas Artes avait été coné à des personnalités très inuencées par La Institución Libre de Enseñanza11(ILE), un courant minoritaire sur le plan quantitatif mais qui s’était donné pour mission d’asseoir les bases d’un modèle éducatif dont l’objectif primordial était la laïcité. De la guerre scolaire qui nécessairement fut déclarée entre partisans de la laïcité et défenseurs d’une école privée principalement contrôlée par l’Église catholique, on vit surgir un groupe de personnalités, ecclésiastiques et civiles, qui élaborèrent tout un programme scolaire en accord avec les valeurs de la morale catholique, entendue dans sa version intégriste, et du conservatisme politique.

  • 12 Orden del 4 de septiembre de 1936.
  • 13 Orden del 4 de noviembre de 1936de creación de Comisiones Depuradoras del Personal de Instrucción P (...)
  • 14 Acción Española était à l’origine une revue de pensée créée en décembre 1931 où se retrouvaient des (...)
  • 15 Cette loi du 20 août 1938 resta en vigueur jusqu’en 1953.
  • 16 Orden del 30 de Marzo de 1939.

10Paradoxalement, pendant la guerre civile, les autorités militaires préférèrent coner la formation de« l’Homme Nouveau », aux Catholiques plutôt qu’aux Phalangistes. Et s’il est juste d’interpréter cette décision comme une volonté de contenir l’expansion du Phalangisme, de fait, les milieux catholiques qui étaient aussi plus aguerris dans le domaine de l’éducation purent y renforcer leurs positions. C’est à cette époque que commença la vaste entreprise d’épuration systématique qui devait iniger au système éducatif espagnol de profondes blessures. Les directeurs de lycées et les recteurs reçurent la mission d’expurger les manuels scolaires12. On constitua aussi des commissions d’épuration du personnel enseignant à tous les niveaux d’études13. En Janvier 1938, le Ministerio de Educación Nacional, corollaire nationaliste du légitime Ministerio de Instrucción Pública y de Bellas Artes républicain, fut coné à Pedro Sáinz Rodríguez, un monarchiste, membre éminent du groupe Acción Española14.Avec lui, le processus d’annexion de l’éducation fut accéléré. Le baccalauréat devait désormais former sur le plan intellectuel et moral les futures classes dirigeantes dans l’optique politique de L’État Nouveau, sur la base de l’enseignement des Humanités principalement et dans une perspective national-catholique15. L’un des aspects fondamentaux de cette loi permettait que l’enseignement fût suivi dans des établissements privés qui n’étaient soumis à aucun contrôle réel de la part de l’État à l’exception de la sanction de l’examen. Enn, parachevant symboliquement la reconquête cultuelle du territoire éducatif, un décret imposa, en 1939, la présence de crucix dans toutes les salles de classe, y compris à l’Université16.

  • 17 C’était une association catholique laïque fondée par le père jésuite Ayala. Dans les années quarant (...)
  • 18 Institut séculier fondé en 1928 sous le titre de « Société sacerdotale de la Sainte Croix et Opus D (...)

11C’est l’aile la plus conservatrice des secteurs catholiques, l’Asociación Católica Nacionalde Propagandistas (ACNP ou ACN deP17) qui fut alors choisie pour diriger le Ministerio de Educación Nacional en la personne de José Ibáñez Martín, nommé en août 1939. Catholique intégriste, sa politique consista en un appui franc apporté à l’Église par le biais, entre autres décisions, de la nominationà des postes clés d’autres membres de l’ACNP dont certains l’étaient aussi de l’Opus Dei18.

  • 19 Cámara Villar Gregorio, Nacional-catolicismo y escuela.Lasocialización politica del franquismo (193 (...)
  • 20 Olmeda Gómez Carlos : La oferta de estudios superiores de las universidades estatales españolas. (1 (...)

12Quant aux universités, elles furent désormais régies par le Consejo Nacional de Educación, créé en août 1940. Outre la présence d’un représentant de l’Église et d’un représentant des établissements privés, les catholiques y étaient très nombreux. Presque tous étaient des ecclésiastiques ou des membres de la ACNP et de l’Opus Dei19. Ce conseil dépossédait de fait les Présidents des Universités d’une grande partie de leurs habituelles attributions au point qu’ils n’avaient pas même de droit de regard sur les projets pédagogiques20dont l’élaboration ou la réforme auraient dû leur revenir ainsi que les créations de postes de professeurs, les nominations, les créations et fermetures d’établissements et les recours entamés par les candidats ajournés. Cette loi qui avait pour origine la volonté d’intervention de l’État dans le fonctionnement de l’enseignement était détournée dans la pratique au prot de la sauvegarde des intérêts de l’Église et de l’implantation de son dogme sur l’ensemble du territoire scolaire, donc sur l’ensemble des consciences.

  • 21 Albareda Herrera José Maria (1902-1966). Il exerça une inuence considérable sur la réorganisation (...)
  • 22 Calvo Serer Rafael (1916-1988). Spécialiste de Philosophie et d’Histoire, membre de l’Opus Dei, il (...)

13Cette pénétration du tissu social par le catholicisme n’était bien entendu pas un eet de la seule volonté du pouvoir politique. À l’avènement du Franquisme, le catholicisme avait de longue date fait ses armes en matière de prosélytisme et l’Église avait su depuis des siècles entretenir une foi authentique profondément enracinée dans une très grande partie du corps social. On observe qu’elle avait accordé un intérêt tout particulier à la formation des élites par l’éducation. Plusieurs groupes d’inuence avaient sans cesse essayé de s’en emparer. Il y avait eu la Compagnie de Jésus, depuis sa création au xvie siècle, et, plus récemment, la Asociación Católica Nacional de Propagandistas, créée en 1908, dont l’activisme était à l’origine de la reconquête des secteurs intellectuels et donc universitaires par le catholicisme. Par ailleurs, en 1928, José María Escrivá de Balaguer avait fondé un institut séculier, l’Opus Dei, qui s’était donné pour but d’aider au développement de la culture évangélique dans le monde. Ce groupe, on le sait, était essentiellement composé de laïques et dès son origine il s’était tourné vers les secteurs intellectuels pour y trouver et y former des défenseurs de la réaction en politique et de l’intégrisme religieux. L’inuence de l’Opus s’accrut aussi en 1939 avec la nomination, par le Ministre José Ibáñez Martín, de José María Albareda Herrera21au poste de Secrétaire Général du Consejo Superior de Investigaciones Cientícas y Relaciones Culturales. Dans la pratique, ce Conseil, au sein duquel siégeaient aussi des professeurs d’université, était contrôlé par l’Opus et l’ACNP et avait pour objectif de faire cohabiter les sciences et le christianisme, ce dernier devant prévaloir. Le CSIC, on le comprend, fut à cette époque un vecteur de la propagande de l’Opus Dei grâce à la création de délégations, comme celles de Rome ouverte en 1947, ainsi que par la diusion de sa revue, Arbor, qui exposait l’opinion des intellectuels les plus en vue au nombre desquels se trouvaient des personnalités comme Rafael Calvo Serer22.

14Par ailleurs, la présence active des Catholiques dès les premières heures du soulèvement, leur forte implantation ainsi que leur autonomie acquises bien avant que n’apparaissent les courants d’extrême droite expliquent aussi leur force sur l’échiquier politique et social du pays tout comme les dicultés rencontrées par les Phalangistes dans la mise en place d’un projet national syndicaliste, au demeurant lui-même assez peu élaboré. On parle souvent d’un équilibre des forces qui se serait opéré entre les diérentes familles du Franquisme et il est vrai que les exemples sont nombreux de la maintenant légendaire habileté du général Franco occupé à le maintenir pour garantir sa propre stabilité politique. Mais à ce jeu, il apparaît clairement que les Phalangistes dépourvus de cadres convenablement préparés, sans assise populaire autre que celle que les circonstances politiques leur permettaient d’imposer en général par la force dont ils devaient d’ailleurs partager l’usage avec les militaires, ne furent jamais en mesure de rivaliser avec la toute puissante Église catholique. Miguel Angel Ruiz Carnicer résume par cette phrase la conguration du Franquisme, dans ses grandes lignes, sur laquelle s’accorde l’historiographie :

  • 23 Ruiz Carnicer Miguel Angel, El sindicato español universitario. 1939-1965. La socialización de la j (...)

Cette combinaison, l’Armée occupée à la répression, l’Église à l’endoctrinement et à la justication idéologique du Régime (et ensuite à le « sauver » en période d’isolement international) et la Phalange chargée d’apporter quelques éléments de modernisation idéologique au patrimoine de la réaction espagnole pour être à l’unisson des puissances qui avaient aidé le camprebelle pendant la guerre et parvenir à l’encadrement et à l’endoctrinement de larges secteurs de la société, délimite pour nous les contours spéciques du fascisme espagnol. Le rôle des élites politiques issues des sphères catholiques et de l’Église catholique elle-même dans la consolidation du fascisme et dans son postérieur maintien est incontestable et frappe tout le Franquisme de son sceau23.

  • 24 Martín Artajo Alberto (1905-1979) : Sous la République, il avait été le directeur du quotidien cath (...)

15L’œuvre de captation ne se limitait donc pas au recours à des hommes politiques formés au sein des œuvres catholiques que l’on plaçait habilement pour inltrer les instances du pouvoir. Professeurs et étudiants rent également de leur côté l’objet d’une surveillance zélée. Dès 1939, Les membres de la ACNP s’étaient proposé une oensive intellectuelle qui portait en premier lieu contre l’université car les milieux catholiques diusaient volontiers la thèse coutumière aux réactionnaires selon laquelle les intellectuels en général, et les milieux universitaires en particulier, étaient les véritables responsables de la tragédie de la guerre civile. Cette conviction permettait de justier, à partir de 1939, la pénétration massive de l’université par des éléments catholiques actifs. Si au nombre des principaux accusés se trouvait l’Institución Libre de Enseñanza, le combat idéologique des congrégations et des associations catholiques ne se limitait pas aux eets résiduels de la culture libérale car les phalangistes, regroupés dans le SEU, aspiraient eux aussi au monopole politique de l’université. La trajectoire du SEU est à cet égard extrêmement éloquente. La Phalange dont l’histoire était toute récente espérait former au sein de l’université les cadres du Mouvement qui lui faisaient alors défaut et les futurs militants qui devaient asseoir sa position sur le plan politique. Un court temps porteuse d’un discours dont la dynamique possédait une réelle capacité de séduction et de captation de la jeunesse, elle se saborda par l’appui qu’elle apporta à la perpétuation d’un Régime réactionnaire qui passait nécessairement par l’invalidation de la fonction scientique et critique de l’université où elle pensait justement former son vivier. Au lieu de cela, l’Université franquiste œuvrait à la consolidation de l’ordre social qui avait préexisté à la République ainsi qu’au consensus autour d’un projet politique du Régime dont une grande partie avait été conée à des membres de la ACNP et de l’Opus Dei. Lorsque, dans les années soixante, le Général Franco vit la claire nécessité de développer les structures économiques du pays, l’université se transforma en centre de formation des techniciens et des spécialistes dont la politique de développement économique pensée par les technocrates de l’Opus Dei avait besoin. Donc, si en règle générale les Régimes autoritaires ont investi et utilisé les groupes de jeunesse, souvent de confession catholique comme les Scouts, qui avaient existé avant leur avènement, en Espagne, on voit se produire un mécanisme inverse dans la mesure où ce sont les membres des associations catholiques qui récupèrent la structure du SEU par la mise en place de mécanismes d’entrisme idéologique et humain. Pour ne prendre que quelques exemples, les intellectuels catholiques furent encouragés à se présenter aux concours de Professeurs des Universités ; les Colegios Mayores furent créés pour être de véritables pépinières : le Colegio Mayor SanPablo préparait les futurs membres de L’ACNP, et le Colegio Mayor de la Moncloa ceux de l’Opus dei ;en mars 1940, les membres de la ACNP annoncèrent la mise en route d’un système de prêt sur l’honneur que les étudiants pouvaient contracter auprès du Montede Piedad y Cajade Ahorros de Madrid dont Alberto Martín Artajo24était le président ; des Jésuites avaient fonction de confesseurs et de conseillers spirituels à l’intérieur même du SEU et ils pouvaient être aumôniers des facultés.

16Les années quarante furent, on le voit, un moment de grande expansion du catholicisme intégriste. Élevé au rang de religion ocielle de l’État espagnol, son enseignement fut rendu obligatoire aussi bien dans les centres scolaires privés que publics et dans tout type d’activité éducative. À cela, il faut ajouter qu’on reconnut au mariage religieux la valeur de mariage civil et que c’était à des tribunaux ecclésiastiques que revenait de prononcer les séparations de couples, décision qui avait, elle aussi, valeur d’acte civil. L’État nançait également l’intervention des aumôniers dans les diérents corps d’armée, dans les pénitenciers et il soutenait l’Église, exemptée de contributions, dans l’entretien de son patrimoine. Il y avait des représentants de la hiérarchie catholique parmi les membres des Cortes, au Conseil du Royaume et au Conseil de la Régence. Quant au monde scolaire et universitaire, avec les crucix dans les classes, les confesseurs, les directeurs spirituels, les chapelles à l’intérieur des écoles où le catéchisme était obligatoire, les prières quotidiennes, les messes, les rosaires, les cantiques et la célébration de toutes les fêtes du calendrier liturgique, la religion était omniprésente. Et si les étudiants n’étaient pas soumis ouvertement à des obligations aussi nombreuses et strictes que les collégiens et les lycéens, leur tiédeur en matière de religion n’aurait pas manqué d’être remarquée. Enn, pour les professeurs des universités, il y avait eu diérentes façons de les canaliser et, une fois l’épuration terminée, à laquelle d’ailleurs certains d’entre eux participèrent, le travail de reconquête des consciences s’avérait quasiment inutile. Hormis quelques éléments phalangistes, la quasi-totalité du corps professoral était acquise à la cause catholique. De plus, on savait trouver des méthodes persuasives pour les tenir en les intéressant, par exemple, au travail du Consejo Superior de Investigaciones (CSIC), contrôlé rappelons-le, par l’Opus et l’Asociación Católica Nacional de Propagandistas (ACNP). Le Conseil, s’il ne leur permettait pas de se consacrer réellement à la recherche, leur orait néanmoins un complément de revenus à une époque dicile où peu d’Espagnols pouvaient s’estimer hors d’atteinte des soucis matériels.

Notes

1 Azaña Manuel, La velada de Benicarló. Diálogo sobre la guerra de España. Buenos Aires. Losada. 1939. « Hay o puede haber todos los fascistas que se quiera. Pero un régimen fascista no lo habrá. Si triunfara un movimiento de fuerza contra la república, recaeríamos en una dictadura militar y eclesiástica de tipo español tradicional... Sables, casullas, desles militares y homenajes a la Virgen del Pilar. Por ese ladoel país noda otra. »

2 Actuellement, l’historiographie espagnole emploie le terme de recatolicización pour caractériser ce processus. Le terme espagnol permet d’exprimer avec plus de précision que le français la reconquête des esprits et des instances politiques par l’Église catholique.

3 Fondée en 1933parJoséAntonio Primode Rivera,le ls du dictateur, qui parvint à se faire élire à la députation. En 1934, le groupe fusionna avec JONS (Juntas de Ofensiva Nacional Sindicalista, fondé en 1931 et dirigé par Onésimo Redondo et Ramiro Ledesma), union qui ne permit pas pour autant que le fascisme espagnol dépasse la taille d’un groupuscule.

4 Ce groupe créé en 1933, réunissait les monarchistes partisans d’Alphonse XIII, d’où leur nom d’Alfonsinos. Leurs caractéristiques idéologiques ont en partie inspiré le Franquisme. Ils refusaient la démocratie et le principe du surage universel, étaient partisans du coup d’État contre la République et défendaient un autoritarisme comparable à celui des fascistes. Par ailleurs, ils exaltaient la grandeur de l’Espagne métaphoriquement considérée comme « le bras de Dieu » et défendaient le traditionalisme catholique, manifestant volontiers leur admiration pour l’Inquisition et l’expulsion des Juifs réalisée par les Rois Catholiques. Les dirigeants de RE appartenaient à l’aristocratie et aux milieux nanciers, bancaires, industriels et latifondiaires. Nombre d’entre eux avaient été des collaborateurs du Général Primo de Rivera. Parmi leurs sympathisants se trouvaient José Calvo Sotelo et l’intellectuel Ramiro de Maeztu.

5 Juliá Santos, Franquismo, el juicio de la Historia. Temas de hoy. Madrid. 2000. p. 74.

6 Juliá Santos, Un siglo de España, Política y sociedad. Marcial Pons. Historia. Madrid. 1999. p. 149.« No habrá sidoel régimen, ni siquiera en susprimeros años, una Dictadura militar en el sentido estricto, pero fue la burocracia militar la que mayor número de personal proporcionó al Nuevo Estado, la que asumió la custodia del orden público y la que sometió a consejos de guerra a millares de presos acusados de rebeldes, comunistas, masones, bandidoso terroristas, segúnla denominación de las diversas leyes que tipicaban delitos sobre los que eran competentes tribunales militares ».

7 Martinez Vasseur Pilar, L’armée espagnole. XIX-XX. Les essentiels de la civilisation. Éditions Ellipses. Paris. 2003. p. 142-144.

8 1939 : Serrano Súñerau Ministerio de Gobernación d’où il contrôlait l’ensemble de la presse et de la propagande ; Rafael Sanchez Mazas et Pedro Gamero del Castillo avaient le titre de Ministres sans porte feuille ; 1941 : Miguel Primode Rivera, Valentín Galarza et José Luis Arrese se virent coner respectivement les ministères de l’Agriculture, du Travail ainsi que le Secrétariat Général du Mouvement.

9 À partir de janvier 1937.

10 Chueca Ricardo, El fascismo en los comienzos del régimen de Franco. Un estudio sobre FET y de las JONS. Centro de investigaciones sociológicas. Madrid. 1983.

11 Cette institution fut fondéeàl’initiative de Francisco Giner de los Rios et d’un groupe de professeurs défenseurs de l’indépendance de l’enseignement. C’était un centre d’enseignement qui accueillait des étudiants du secondaire et du supérieur et se promettait de former des citoyens responsables dans la tradition des idées des Lumières.Ons’appliquaitày développer les capacités d’analyse,la pratiquedu sport, le contact avec la nature ainsi que la conance entre maîtres et élèves. La ILE estàl’originedela formationdepersonnalitésde premierplandela Edad de Plata de la culture Espagnole. Elle fut fermée en 1940 surdécision des autorités franquistes.

12 Orden del 4 de septiembre de 1936.

13 Orden del 4 de noviembre de 1936de creación de Comisiones Depuradoras del Personal de Instrucción Pública.

14 Acción Española était à l’origine une revue de pensée créée en décembre 1931 où se retrouvaient des intellectuels anti-républicains (Eugenio Vegas Latapié, Pedro Sáinz Rodríguez, Ramiro de Maeztu, José Calvo Sotelo, el Marqués de Quintanar, Eugenio Montes), des hommes de la vie civile ou militaire qui véhiculaient une idéologie monarchiste conservatrice et anti démocratique. En 1933, ils fondèrent une Société Culturelle du même nom en vue de la diusion de leurs idéaux. Le groupe conspira activement pour aider au soulèvement du 18 juillet. Le mouvement s’inspirait de l’Action Française, des idées de Charles Maurras, Léon Daudet, Bonald, De Maistre, des courants antilibéraux, catholiques admirateurs de l’intégrisme français. Le régime franquiste devait être l’émanation de ce groupe sur le plan sociologique et idéologique.

15 Cette loi du 20 août 1938 resta en vigueur jusqu’en 1953.

16 Orden del 30 de Marzo de 1939.

17 C’était une association catholique laïque fondée par le père jésuite Ayala. Dans les années quarante elle était un vivierd’où sortaient les cadres d’Acción Católica. Son inuence fut particulièrement importante dans le secteur de l’enseignement supérieur grâce à la création du Centro de Estudios Universitarios (CEU). On compte de nombreux membres de cette association dans les gouvernements de Franco, comme, par exemple, deux Ministres de l’Éducation, José Ibañez Martin et Joaquin Ruiz-Jiménez.

18 Institut séculier fondé en 1928 sous le titre de « Société sacerdotale de la Sainte Croix et Opus Dei » par José María Escrivá de Balaguer.

19 Cámara Villar Gregorio, Nacional-catolicismo y escuela.Lasocialización politica del franquismo (1939-1951). Esperia. Jaén. 1984.p. 151.

20 Olmeda Gómez Carlos : La oferta de estudios superiores de las universidades estatales españolas. (1944-1980) Memoria de Licenciatura, Universidad autónoma de Madrid,(UAM), 1985. (inédit),p. 18. Citépar Alvarez Cobelas José, Envenenados de cuerpo y alma... Op. cit. p. 44.

21 Albareda Herrera José Maria (1902-1966). Il exerça une inuence considérable sur la réorganisation de l’enseignement supérieur dans les premières années du Franquisme. Il fut Secrétaire Général du Consejo Superior de Investigaciones Cientícas (CSIC) de 1940 à 1966. Membre de l’Opus Dei, il fut ordonné prêtre en 1959.

22 Calvo Serer Rafael (1916-1988). Spécialiste de Philosophie et d’Histoire, membre de l’Opus Dei, il fut directeur de l’Instituto de España à Londres, puis, conseiller du CSIC pour lequel il eectua, à partir de 1946 des voyages à l’étranger tentant d’établir des relations culturelles pour l’Espagne dont les relations diplomatiques étaient interrompues depuis la n de la deuxième guerre mondiale. Il fut aussi membre du conseil privé du comte de Barcelone et tenta de défendre ses droits à la succession. Sur le plan idéologiques a trajectoire le conduisit du rôle de porte-parole des thèses ocielles du Régime à des positions progressistes en faveur de l’ouverture. À ce titre, il fut président du Conseil d’Administration du quotidien Madrid qui fut suspendu quelques mois en 1968, puis dénitivement interdit en 1971.

23 Ruiz Carnicer Miguel Angel, El sindicato español universitario. 1939-1965. La socialización de la juventud universitaria en el Franquismo. Siglo xxi. Editores. S.A. 1996. p. 13. « Esta combinación de Ejército para la represión, Iglesia para el adoctrinamiento y justicación ideológica del Régimen (y luego para “salvarlo” en la etapa de aislamiento internacional) y Phalange para aportar unos elementos de modernización ideológica al patrimonio de la reacción española, estar a tono con las potencias que habían ayudado al bando rebelde en la guerra y conseguir un encuadramientoy adoctrinamiento de amplias franjas de población, nos dibuja el tipo especíco del fascismo español. El papel de las élites políticas de procedencia católica y de la Iglesia católica como tal en la consolidación del fascismo y en su mantenimiento posterior es innegable, tiñendo todo el franquismo. »

24 Martín Artajo Alberto (1905-1979) : Sous la République, il avait été le directeur du quotidien catholique El Debate. En 1940, il fut nommé président de la Junta de Acción Católica et Secrétaire Général du Conseil d’État. Il devint Ministre des AairesÉtrangèresle20juillet1945età ce titre, c’est lui qui signale Concordat avec le Saint Siège, puis, en 1953, les accords passés avec les États-Unis qui consolidèrent la position du Régime sur le plan international. Il fut jusqu’à sa disparition considéré comme un homme d’une grande inuence dans le courant de la démocratie chrétienne espagnole.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search