Version classiqueVersion mobile

Madrid, février 1965. Une ligne de partage ?

 | 
Florence Belmonte

Première partie. Les séquelles de la guerre

Première partie. Les séquelles de la guerre

Texte intégral

  • 1 Bahamonde Magro Ángel, La evolución política de la dictadura a la democracia. In Historia de Madri (...)
  • 2 Bessière Bernard, Histoire de Madrid. Arthème. Fayard. Paris 1996. p. 271.

1Dans les années soixante, en pleine période de développement de l’Espagne, Madrid poursuit une conversion industrielle dont on peut lire les effets dans les changements que la ville enregistre sur les plans social et urbain. Les chiffres de sa croissance économique sont spectaculaires1. Mais l’exode rural vient aussi échouer à ses portes et la spéculation immobilière y bat son plein. Depuis son instauration, le Franquisme se montre peu enclin aux concessions politiques, mais en 1965 il prend le risque, en organisant l’afflux de seize millions de touristes étrangers sur les plages du pays2, de voir« l’idéologie étrangère contaminer les consciences espagnoles ». Transformations économiques et sociales et confrontation avec l’étranger conduisent immanquablement à un élargissement de la contestation de la dictature. Mais la réponse politique que le pouvoir fait aux revendications des citoyens qui demandent plus de justice, plus de liberté et une élévation réelle de leur niveau de vie reste toujours la même : la répression. Madrid c’est aussi, depuis l’établissement de la dictature, le lieu de résidence de Franco, le lieu où la vie politique du pays se joue dans un combat incessant entre les différentes familles d’influence sur lesquelles s’appuie le pouvoir. Un Caudillo que rien ne peut écarter de son pouvoir, une classe politique principalement occupée à obtenir et garder les faveurs de ce même Caudillo puisqu’il protège ses intérêts économiques, font percevoir la capitale comme un monde particulièrement fermé à toute autre culture que celle qu’il a imposée, à toute manifestation d’opposition au régime qui, venue de l’intérieur comme de l’extérieur du pays, pourrait faire voler en éclat le maillage de privilèges conquis sur la base des principes du 18 juillet 1936.

  • 3 Expression qui sert à désigner la période de renaissance littéraire et artistique espagnole, qui v (...)

2La capitale s’arroge également la prérogative de donner le ton sur le plan culturel. Dans ce domaine le Franquisme, à sa manière, a fait des concessions. Il a dû et su s’adapter. Les idoles ont changé : aux valeureux phalangistes et aux héros chrétiens succèdent maintenant les vedettes du Real de Madrid et de l’Atlético, celles du petit et surtout du grand écran et bien sûr les toréadors qui, eux, traversent les époques et dont le Franquisme manipule la fascination qu’ils exercent au gré de ses besoins. À tourisme de masse, culture de masse. Effacée, la Edad de plata3 qui avait enchanté l’Europe intellectuelle jusqu’à la guerre civile. Qu’est-ce alors que l’Espagne pour les quelques Européens qui s’en soucient ? Une blessure, une souillure honteuse sur la carte politique du continent ? Pour les plus nombreux sûrement — ils y sont encouragés par les hommes politiques —, l’Espagne ce sont des souvenirs de vacances, des plages ensoleillées, avec, en toile de fond, des habitants pittoresques et accueillants mais pauvres, différents. L’Intelligentsia européenne dans son ensemble est sévère et tranchante : culturellement parlant, l’Espagne est un désert.

  • 4 Marías Julián, Veinte años de vida intelectual española. In Los Españoles. Revista de Occidente. M (...)

3Et les Espagnols ? Les Espagnols qui ont enregistré tant d’années de privations, emboîtent le pas du développement. Depuis le début des années soixante, la classe moyenne est devenue majoritaire et Madrid le deuxième centre industriel du pays. Les limites de la ville ont explosé, le centre aussi s’est peu à peu modifié : au Nord du noyau historique, l’avenue de la Castellana a été prolongée. Ce bel axe, symbole de la toute-puissance du Franquisme, et les nouvelles constructions qui l’ont accompagné ont tracé pour Madrid un nouveau visage social. Désormais il existe une limite tangible qui sépare les quartiers huppés des plus populaires. La culture de la plupart des Espagnols est celle que le Régime leur impose, la seule qu’il leur propose, un dérivé de la culture officielle, une sous culture de masse aux couleurs de l’Espagne et de l’Hispanité, propagande nationaliste oblige, ou encore de ses partenaires économiques : des footballeurs, des toréadors, des chanteurs espagnols et latino-américains, des vedettes de cinéma hollywoodiennes, quelques sportifs d’exception comme le tennisman Manuel Santana promu héros national car il est capable de dominer des adversaires issus des démocraties occidentales les plus avancées. Cette culture d’une grande popularité, vide de toute interrogation politique et culturelle, — qui succède à l’action culturelle du Phalangisme et du national-catholicisme —, aide à l’intégration et à l’apathie de la société. Elle est loin de satisfaire les esprits les plus exigeants, si fidèles au Régime soient-ils. L’intelligentsia espagnole est, elle, dans une situation pleine d’ambiguïté et d’incertitudes. Elle est à la fois coupable, victime et héritière de la partition qui s’est opérée au moment de la guerre civile puis pendant les années de l’épuration. Elle vit sous le contrôle permanent d’une censure qui quadrille l’ensemble de ses activités. Au terme de vingt-cinq ans de pouvoir et de culture franquistes, les trajectoires politiques se sont diversifiées et les personnalités convaincues de la qualité de la production culturelle officielle se font plus que rares. La vacuité de la politique culturelle du régime n’est un secret pour personne. Les intellectuels espagnols fidèles au Régime en ont fait discrètement le constat dès 1945, et dans le milieu des années soixante c’est une réalité criante. Car, ironie du sort pour le Régime et contrairement à ce que l’on admet dans le reste de l’Europe, l’Espagne n’est pas un désert culturel. Leurs aspirations, leurs exigences, conduisent une grande partie des intellectuels espagnols à chercher à renouer avec la tradition culturelle libérale qui ne s’est jamais vraiment éteinte4. Et c’est ce qu’ils font d’ailleurs, à l’échelle bien sûr des étroites marges de manœuvre que leur laisse un Régime implanté par la force et qui ne sait qu’user de la force, au mieux de l’habileté politique, mais qui, ils le savent, dans le domaine culturel, n’est pas qualifié pour répondre, si ce n’est par la censure.

Notes

1 Bahamonde Magro Ángel, La evolución política de la dictadura a la democracia. In Historia de Madrid, Antonio Fernández García (director). Editorial Complutense. Madrid 1993. p. 623-645.

2 Bessière Bernard, Histoire de Madrid. Arthème. Fayard. Paris 1996. p. 271.

3 Expression qui sert à désigner la période de renaissance littéraire et artistique espagnole, qui va de 1875 à 1936, et qui est marquée notamment par les noms de Pérez Galdós, Unamuno, Ortegay Gasset, Menéndez Pelayo, García Lorca dans le domaine littéraire, Albeñiz dans le domaine musical, parmi beaucoup d’autres.

4 Marías Julián, Veinte años de vida intelectual española. In Los Españoles. Revista de Occidente. Madrid. 1962. et La vegetación delpáramo. La Vanguardia. 19/11/76.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search