Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie IV. Voyage au pays des Houyhnhnms

Chapitre XII

Résumé

Véracité de l’auteur. Dessein qu’il s’est proposé en publiant cet ouvrage. Il censure ces voyageurs qui n’ont pas un respect inviolable pour la vérité. L’auteur réfute l’accusation qu’on pourrait peut-être lui faire d’avoir eu quelques vues sinistres en écrivant. Réponse à une objection. Méthode de faire des colonies. Éloge de son pays. Il prouve que l’Angleterre a de justes droits sur les pays dont il a fait la description. Difficulté qu’il y aurait à s’en rendre maître. L’auteur prend congé du lecteur, déclare de quelle manière il prétend passer le reste de sa vie, donne un bon avis et finit.

Texte intégral

1Voilà, cher lecteur, un récit sincère de ce qui m’est arrivé dans les voyages que j’ai faits pendant l’espace de seize ans sept mois, récit auquel la seule vérité sert d’ornement. Il n’aurait tenu qu’à moi d’imiter ces écrivains qui se servent de l’incroyable et du merveilleux pour étonner leurs lecteurs, mais j’ai mieux aimé rapporter des faits d’une manière simple, parce que mon dessein est de vous instruire et non pas de vous amuser.

2Il est aisé à nous qui voyageons dans des pays éloignés qui ne sont guère fréquentés par des Anglais ou par d’autres Européens de faire de magnifiques descriptions de plusieurs choses admirables dont on n’a jamais entendu parler, au lieu que le principal but d’un voyageur doit être de rendre les hommes plus sages et meilleurs en leur racontant ce qu’il a vu de bon et de mauvais dans les lieux qu’il a parcourus.

3Je souhaiterais de tout mon cœur qu’on fît une loi qui obligeât tout voyageur avant qu’il lui fût permis de publier ses aventures, qui l’obligeât, dis-je, à faire serment en présence du grand chancelier que tout ce qu’il a dessein de faire imprimer est exactement vrai, car alors le public ne serait plus abusé par un tas d’écrivains qui abusent insolemment de sa crédulité. J’ai lu avec plaisir dans ma jeunesse plusieurs livres de voyages, mais ces livres ont beaucoup perdu de leur mérite dans mon imagination depuis que j’ai eu occasion d’en voir les faussetés de mes propres yeux. Voilà pourquoi mes amis ayant jugé que le récit de mes aventures pourrait être de quelque utilité à mes compatriotes, je me suis imposé l’obligation inviolable d’être toujours fidèle à la vérité ; ce qu’il y a de sûr, c’est que je ne pourrai pas seulement être tenté de violer cette espèce d’engagement tant que je conserverai le souvenir des leçons et des exemples de mon illustre maître et des autres Houyhnhnms dont j’ai eu si longtemps l’honneur d’être le très humble auditeur.

  • 1 « Si la fortune a fait de Sinon un malheureux, du moins son injustice n'en fera ni un fourbe ni un (...)

Nec, si miserum fortuna Sinonem
Finxit, vanum etiam mendacemque improba finget1.

4Je n’ignore pas qu’il n’y a pas grande réputation à acquérir par des écrits qui ne demandent ni génie ni savoir, mais simplement un peu de mémoire et d’exactitude à coucher sur le papier ce qu’on a vu. Je sais aussi que ceux qui font part au public de leurs voyages ont le même sort que les faiseurs de dictionnaires, c’est-à-dire sont effacés par leurs successeurs ; ce qui les engage à mentir à qui mieux mieux pour se sauver de l’oubli. Et il est très probable qu’il y aura un jour des voyageurs qui visiteront les pays dont je viens de donner la description et qu’en découvrant mes erreurs (s’il y en a) et en ajoutant plusieurs nouvelles découvertes, ils prendront ma place au temple de mémoire et feront oublier que j’aie jamais écrit. Ce serait là certainement une grande mortification pour moi si c’était l’amour d’une vaine réputation qui m’avait rendu auteur, mais comme je n’ai eu en vue que le bien public, il est impossible que je manque tout à fait le but auquel j’ai visé.

5Car qui peut lire ce que j’ai écrit des vertus des Houyhnhnms sans rougir de ses vices quand il se considère comme l’animal de son pays à qui la raison et le gouvernement sont tombés en partage ? Je ne dirai rien de ces nations éloignées où les yahoos président parmi lesquelles la moins corrompue est celle de Brogdingnagiens dont les sages maximes en morale et en politique contribueraient beaucoup à notre bonheur si nous les observions. Mais je crains d’entrer dans un plus grand détail et j’aime mieux laisser au lecteur la liberté de faire les réflexions qu’il jugera convenables.

  • 2 Gulliver accuse en fait non pas ceux qui font les voyages, mais ceux qui écrivent sur les voyages  (...)

6C’est un grand sujet de contentement pour moi quand je songe que mon ouvrage est à couvert de toute censure, car que peut-on dire contre un auteur qui rapporte simplement des faits arrivés dans des pays éloignés où nous n’avons aucun intérêt à ménager soit pour des négociations soit par rapport au commerce ? J’ai évité soigneusement toutes les fautes dont on taxe ordinairement les faiseurs de voyages2. Par-dessus cela, je ne me suis dévoué à aucun parti, mais ai écrit sans passion, sans préjugé et sans malin vouloir contre qui que ce soit. Je me suis proposé en écrivant la fin du monde la plus noble qui est l’instruction des hommes ; en quoi je puis dire sans vanité que le commerce que j’ai eu avec les Houyhnhnms m’a donné un grand avantage sur ceux qui se proposent le même but dans leurs ouvrages. Je n’ai point écrit dans l’espérance de quelque profit ou de quelques vaines louanges. Je n’ai pas mis sur le papier un seul mot qui pût donner le moindre mécontentement à ceux qui en sont le plus susceptibles si bien que je puis m’appeler moi-même avec justice un auteur parfaitement irréprochable et à l’égard duquel les faiseurs de réflexions, de remarques et de considérations n’auront aucune occasion d’exercer leurs talents.

  • 3 Omission d’un passage dans lequel le narrateur se plaît à imaginer les dégâts que pourraient cause (...)

7J’avoue qu’on m’a dit en confidence qu’en tant qu’Anglais, j’aurais dû donner à mon arrivée un mémoire au secrétaire d’État parce que tous les pays qu’un sujet découvre appartiennent à la Couronne. Mais je suis fort en doute si nos victoires sur les habitants des pays dont j’ai parlé seraient aussi faciles que celles que Fernand Cortez remporta sur des Américains nus. Les Lilliputiens ne valent guère la peine à mon avis qu’on équipe une flotte pour les subjuguer et je craindrais qu’on ne s’en trouvât mal si l’on tentait la même chose à l’égard des Brobdingnagiens ou qu’une armée d’Anglais ne fût pas autrement à son aise s’ils voyaient l’île volante sur leurs têtes. Il est vrai que les Houyhnhnms ne sont pas fort habiles dans le métier de la guerre et que surtout ils seraient fort embarrassés à se garantir des coups de notre canon et de notre mousqueterie. Cependant, quand même j’aurais été un ministre d’État, je n’aurais jamais conseillé de faire une invasion dans leur pays. Leur intrépidité, leur prudence, leur unanimité et l’attachement inviolable qu’ils ont pour leur patrie leur tiendraient lieu d’expérience dans l’art militaire3. Mais au lieu de faire des projets pour subjuguer la nation magnanime des Houyhnhnms, il serait plutôt à souhaiter qu’ils fussent en état et dans la disposition d’envoyer un nombre suffisant d’entre eux pour enseigner aux Européens les premiers principes de l’honneur, de la justice, de la véracité, de la tempérance, de la grandeur d’âme, de la chasteté, de la bienveillance et de l’amitié : vertus dont nous avons encore conservé les noms dans notre langue comme je pourrais le prouver par les livres de plusieurs de nos écrivains s’il en était besoin.

  • 4 Dans cette défense des colonisés, le narrateur, dans l’ouvrage anglais, ne considère pas le peuple (...)
  • 5 Dans ces deux phrases, le traducteur prend ses distances avec le paragraphe original qui poursuiva (...)
  • 6 Omission d’une image particulièrement crue de massacres : « the Earth reeking with the Blood of it (...)

8Mais il y avait encore une autre raison qui modérait l’empressement que j’aurais à étendre les domaines de Sa Majesté si j’en étais capable. Pour dire le vrai, il m’était venu quelques petits scrupules sur la justice distributive des princes dans ces sortes d’occasions. Par exemple, une troupe de pirates est poussée par une tempête sans savoir où ; un mousse grimpe au haut du grand mât et voit terre ; les gens de l’équipage y abordent pour piller ; ils voient un pauvre peuple4 qui les reçoit avec amitié et avec douceur ; ils donnent un nouveau nom à ce pays, en prennent possession en bonne forme pour leur roi, dressent en guise de mémorial une pierre ou quelque planche pourrie, tuent une trentaine des habitants, en amènent une demi-douzaine pour servir d’échantillons, s’en retournent chez eux et obtiennent leur grâce. Quel bonheur pour un monarque d’avoir des sujets si zélés à faire valoir ses justes droits ! Aussi ne néglige-t-il pas leurs utiles découvertes5. À la première occasion, des vaisseaux sont envoyés, les naturels du pays chassés ou détruits, leurs princes mis à la torture pour découvrir leurs trésors et tous les actes d’insolence ou d’inhumanité autorisés6. Et cette exécrable troupe de bourreaux employés à une si pieuse expédition s’appelle une colonie moderne, envoyée pour convertir et pour civiliser un peuple idolâtre et barbare.

  • 7 A pour antécédent « la nation anglaise ».
  • 8 Omission d’une remarque satirique sur les personnes envoyées pour peupler ces colonies : « their C (...)

9Mais il faut dire aussi que cette description ne convient en aucune manière à la nation anglaise qui, en établissant des colonies, a toujours observé les règles de la plus parfaite sagesse et de la plus exacte équité ; qui7 dans ces sortes d’établissements se propose pour principal avantage l’avancement de la religion ; qui n’y envoie que des pasteurs pieux et capables de prêcher le Christianisme8 ; qui ne confie les charges civiles qu’à des officiers très habiles et entièrement incorruptibles et qui, pour ne rien oublier, fait toujours choix de gouverneurs vigilants et vertueux qui n’ont d’autres vues que le bonheur du peuple qui leur est soumis et que l’honneur du roi leur maître.

  • 9 Suppression de la litote satirique : « those Countries which I have described, [sic] do not appear (...)

10Mais comme d’un côté, les pays dont j’ai fait la description ne paraissent pas faciles à envahir9 et que de l’autre, ils n’abondent ni en or ni en argent ni en sucre ni en tabac, je suis tenté de croire que ce ne sont pas des objets convenables pour notre zèle, notre valeur ou notre intérêt ; que si ceux que cela pourrait concerner sont d’une autre opinion, je suis prêt à déposer quand j’y serai juridiquement appelé qu’aucun Européen n’a jamais mis le pied dans ces pays avant moi, au moins s’il en faut croire les habitants. On peut à la vérité tirer une objection de ces deux yahoos qu’on avait vus il y a quelques siècles sur une montagne du pays des Houyhnhnms et de qui, au dire de ces animaux, la race de ces bêtes était descendue ; cette objection est d’autant plus forte que j’ai remarqué dans leur postérité quelques linéaments anglais quoique pas fort marqués. Mais je laisse à ceux qui sont versés dans les lois touchant les colonies à décider jusqu’à quel point cette remarque fonde nos droits sur ce pays.

11Pour ce qui regarde la formalité d’en prendre possession au nom de mon souverain, elle ne m’est jamais venue dans l’esprit et quand même j’y aurais songé, la prudence m’aurait fait renvoyer cette cérémonie à une meilleure occasion.

12Ayant ainsi répondu à la seule objection qui pouvait m’être faite en tant que voyageur, je prends ici congé de tous mes chers lecteurs et vais m’employer à présent à faire usage des excellentes leçons que j’ai reçues des Houyhnhnms, à instruire les yahoos de ma famille autant que leur indocilité naturelle pourra me le permettre, à considérer souvent ma figure dans un miroir afin de m’accoutumer insensiblement à supporter la vue d’une créature humaine, à plaindre la stupidité des Houyhnhnms de mon pays, mais à traiter toujours leurs personnes avec respect pour l’amour de mon aimable maître, de sa famille et de ses amis à qui nos Houyhnhnms ont l’honneur de ressembler pour la figure quoiqu’ils en diffèrent du tout au tout à l’égard de l’intelligence.

13La semaine passée, je permis pour la première fois à ma femme de dîner avec moi à condition qu’elle se mettrait au bout le plus éloigné d’une longue table. Ce n’est pas que je ne me souvienne que de certaines vieilles habitudes avaient leur agrément, mais jusqu’à ce moment il m’a été impossible de m’approcher d’un yahoo sans craindre ses griffes ou ses dents.

14Je me réconcilierais bien plus aisément avec l’espèce des yahoos en général s’ils n’avaient que ces vices et ces folies qui sont en quelque façon l’apanage de leur nature : je ne sens aucun mouvement de colère quand je vois un avocat, un fou, un colonel, un joueur, un grand seigneur, un politique, un maquereau, un médecin, un suborneur ou un traître ; tous ces gens jouent un rôle naturel, mais je ne me possède plus quand je vois un tas de vices dans l’âme et de défauts dans le corps couronnés par le plus sot et le plus insolent orgueil. J’ai beau y rêver, il m’est impossible de comprendre comment un tel vice peut loger dans le sein d’un tel animal. Les sages Houyhnhnms qui ont toutes les belles qualités dont peut être ornée une créature raisonnable n’ont point de mot pour exprimer ce vice dans leur langue parce qu’ils en sont incapables et qu’ils n’en ont jamais remarqué dans leurs yahoos, mais moi à qui la nature humaine était mieux connue, j’en ai aperçu quelques traces dans ces bêtes.

15Comme les Houyhnhnms font profession de n’obéir qu’à la raison et de n’être gouvernés que par elle, ils ne tirent non plus vanité des bonnes qualités qu’ils possèdent que je pourrais le faire d’avoir deux bras ou deux jambes, avantage dont personne n’est assez fou pour se glorifier quoiqu’il soit misérable sans cela. Si j’insiste un peu longtemps sur ce sujet, c’est que je souhaiterais de tout mon cœur de rendre le commerce d’un yahoo anglais du moins supportable. Ainsi je prie ceux qui ne sont pas tout à fait exempts d’un vice si absurde de n’avoir pas l’impertinence de se jamais présenter à mes yeux.

Fin.

Notes

1 « Si la fortune a fait de Sinon un malheureux, du moins son injustice n'en fera ni un fourbe ni un menteur » (Virgile, Énéide II, 79-80).

2 Gulliver accuse en fait non pas ceux qui font les voyages, mais ceux qui écrivent sur les voyages : « I have carefully avoided every Fault with which common Writers of Travels are often too justly charged » (GT IV 189).

3 Omission d’un passage dans lequel le narrateur se plaît à imaginer les dégâts que pourraient causer vingt mille Houyhnhnms sur une armée européenne : « Imagine Twenty Thousand of them breaking into the midst of an European Army, counfounding the Ranks, overturning the Carriages, battering the Warriors faces into Mummy, by terrible Yerks from their hinder Hoofs For they would well deserve the Character given to Ausgustus ; Recalcitrat unidque tutus » (GT IV 191).

4 Dans cette défense des colonisés, le narrateur, dans l’ouvrage anglais, ne considère pas le peuple d’indigènes comme un « pauvre peuple » mais comme un peuple inoffensif (« harmless » [GT IV 192]).

5 Dans ces deux phrases, le traducteur prend ses distances avec le paragraphe original qui poursuivait une description factuelle dont l’ironie était a priori moins évidente ; en outre, le traducteur gomme l’idée de droit divin au profit de la notion plus abstraite de « justes droits » : « Here commences a new Dominion acquired with a Title by Divine Right » (GT IV 193).

6 Omission d’une image particulièrement crue de massacres : « the Earth reeking with the Blood of its Inhabitants » (GT IV 193).

7 A pour antécédent « la nation anglaise ».

8 Omission d’une remarque satirique sur les personnes envoyées pour peupler ces colonies : « their Caution in stocking their Provinces with People of sober Lives and Conversations from this the Mother Kingdom » (GT IV 194).

9 Suppression de la litote satirique : « those Countries which I have described, [sic] do not appear to have a Desire of being conquered and enslaved, murdered of driven out by Colonies » (GT IV 194).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search