Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie IV. Voyage au pays des Houyhnhnms

Chapitre XI

Résumé

Quels dangers l’auteur essuya. Il arrive à la Nouvelle-Hollande, espérant d’y fixer sa demeure. Il est blessé d’un coup de flèche par un des naturels du pays et transporté dans un vaisseau portugais. Il reçoit de grandes civilités du capitaine et arrive en Angleterre.

Texte intégral

  • 1 Il s’agit de 1715 selon notre calendrier actuel. Cette double date correspond aux deux dates du ca (...)

1J’entrepris ce triste voyage le 15 février de l’année 1714-151 à neuf heures du matin. Le vent était fort favorable ; cependant je ne fis d’abord usage que de mes rames, mais considérant que je serais bientôt las et que le vent pourrait changer, je haussai ma petite voile et ainsi à l’aide de la marée, je fis une lieue et demie par heure, à ce qu’il me paraissait.

2Mon maître et ses amis restèrent sur le rivage jusqu’à ce qu’ils m’eussent entièrement perdu de vue et j’entendis plusieurs fois le cheval alezan (qui avait certainement de l’amitié pour moi) criant à haute voix : « Hnuy illa nyha majah yahoo » (je vous souhaite un bon voyage, aimable yahoo).

3Mon dessein était de découvrir, s’il était possible, quelque petite île inhabitée qui pût me fournir ce qui était nécessaire à la conservation de ma vie afin d’y passer tranquillement le reste de mes jours ; sort qui me paraissait préférable aux postes les plus brillants que j’aurais pu occuper dans une des premières cours de l’Europe tant était affreuse l’idée que je me formais de la société et du gouvernement des yahoos. Car j’envisageais une pareille retraite comme le seul séjour où je pourrais consacrer toutes mes pensées au souvenir des vertus des inimitables Houyhnhnms sans être exposé au funeste péril de retomber dans tous les vices pour lesquels j’avais une si sincère horreur.

4Le lecteur se souviendra peut-être que je lui ai raconté que ceux de mes gens qui me mirent sur le rivage me dirent qu’ils ignoraient dans quelle partie du monde nous étions. Cependant je crus alors que nous pouvions être à 10o au sud du cap de Bonne-Espérance ou au 45o de latitude méridionale, à ce que je pus conclure de certaines choses que je leur avais ouï dire entre eux touchant la route qu’il fallait prendre pour arriver à Madagascar. Ce que j’avais ouï ne me fournissait néanmoins qu’une faible conjecture, mais comme cela valait encore mieux que rien, je résolus d’avancer toujours vers l’est dans l’espérance de gagner la côte occidentale de la Nouvelle-Hollande et de trouver peut-être près de là quelque île telle que je la souhaitais. Le vent était tout à fait à l’ouest et à six heures du soir, j’avais fait environ dix-huit lieues quand j’aperçus une fort petite île, éloignée à peu près d’une demi-lieue que j’eus bientôt faite. En y abordant je vis que ce n’était qu’une espèce de rocher avec une petite baie.

  • 2 Hermann Moll (1654-1732), célèbre cartographe anglais de l’époque.

5J’entrai dans cette baie avec mon canot et après avoir gagné le haut du rocher, je vis distinctement à l’est un pays qui s’étendait du sud au nord. Je passai la nuit dans mon canot et ayant continué mon voyage le lendemain de bon matin, j’arrivai en sept heures à la pointe méridionale de la Nouvelle-Hollande ; ce qui me confirma dans une opinion dans laquelle j’étais déjà depuis longtemps : je veux dire que nos cartes géographiques placent ce pays au moins de 3o plus à l’est qu’il n’est réellement. J’en dis ma pensée il y a quelques années à mon digne ami, M. Moll2, et lui alléguai les raisons sur lesquelles je me fondais, mais il a mieux aimé suivre d’autres autorités.

  • 3 « Poissons à coquille » est la traduction littérale de « Shell-fish » (GT IV 168) qui veut dire co (...)
  • 4 Le texte donne la forme archaïque « moucles ».

6Je ne vis point d’habitants dans le lieu où j’abordai et comme je n’avais point d’armes, je n’osai pas avancer dans le pays. Je trouvai quelques poissons à coquille3 sur le rivage que je mangeai crus, n’osant pas faire de feu de peur d’être découvert par les habitants. Je continuai pendant trois jours à me nourrir d’huîtres et de moules4 pour épargner mes provisions et par un grand bonheur je trouvai un ruisseau dont l’eau était admirable ; ce qui me fit le plus sensible plaisir.

7Le quatrième jour, m’étant un peu trop avancé dans le pays, j’aperçus vingt ou trente personnes sur une éminence, à la distance d’environ cinq cents verges de moi. Cette troupe était composée d’hommes, de femmes et d’enfants qui se tenaient autour d’un feu et qui étaient tous nus. Un d’eux me vit et le dit aux autres ; sur quoi cinq d’entre eux s’avancèrent vers moi : je me hâtai de gagner le rivage et m’étant jeté dans mon canot, je m’éloignai à force de rames. Les sauvages voyant que je me retirais coururent après moi et avant que je pusse m’éloigner assez, ils me tirèrent une flèche qui me fit une profonde blessure à la partie intérieure du genou gauche (j’en porte encore la marque). Je craignis que la flèche ne fût empoisonnée ; cette crainte me fit naître le dessein de sucer la plaie quand je serais hors de la portée de leurs traits ; ce que je fis, après quoi je la bandai le mieux qu’il me fût possible.

8J’étais fort embarrassé de ma personne, car je n’osais pas retourner au même endroit où j’avais abordé ; ainsi je fus obligé de remettre en mer. Pendant que je cherchais des yeux quelque lieu convenable, je vis une voile au nord-nord-est qui venait vers l’endroit où j’étais. Je fus en doute si j’attendrais ce vaisseau ou non, mais enfin mon horreur pour la race des yahoos l’emporta sur toute autre considération et me fit gagner à force de rames la baie dont j’étais parti le matin, aimant mieux être tué par ces barbares que de vivre parmi les yahoos de l’Europe. J’approchai mon canot du rivage le plus qu’il me fut possible et me cachai moi-même derrière une pierre qui n’était pas loin du petit ruisseau dont j’ai parlé.

  • 5 Swift est plus précis dans sa description des bizarreries de Gulliver. Dans le texte anglais, les (...)

9Le vaisseau s’arrêta environ à une demi-lieue de la baie ; ce qui me fit concevoir quelque espoir de n’être pas aperçu, mais je fus cruellement trompé dans mon attente, car dans le temps que je me repaissais de cette espérance, le capitaine du vaisseau y envoya quelques hommes de son équipage dans la chaloupe pour y faire de l’eau. Ces gens aperçurent mon canot et conjecturèrent que le propriétaire ne devait pas être loin. Quatre d’entre eux bien armés me cherchèrent avec soin et m’eurent bientôt trouvé. Je remarquai qu’ils étaient surpris de me voir si étrangement habillé et chaussé5, d’où ils conclurent (à ce qu’ils me dirent depuis) que je n’étais pas un des naturels du pays qui vont tous nus. Un des matelots me pria en portugais de me lever et me demanda qui j’étais. J’entendais fort bien cette langue et m’étant levé, je dis que j’étais un pauvre yahoo qui avait été banni du pays des Houyhnhnms et qui les conjurait de le laisser aller. Ils furent étonnés d’entendre que je leur parlais portugais et virent à mon teint et à ma physionomie que j’étais européen, mais ils ne surent ce que j’entendais par les yahoos et les Houyhnhnms, et éclatèrent de rire à l’ouïe du ton dont je prononçais ces paroles, qui avait quelque chose du hennissement des chevaux. Je les conjurai de nouveau de me laisser partir et sans attendre leur permission, je gagnais déjà tout doucement mon canot quand ils me retinrent pour me demander de quel pays j’étais et d’où je venais. Je leur dis que j’étais né en Angleterre d’où j’étais parti il y avait environ cinq ans et que dans ce temps leur Royaume et le nôtre étaient en paix ; que pour cette cause, je me flattais qu’ils ne me traiteraient pas en ennemi puisque je ne leur avais point fait de mal, mais étais un pauvre yahoo qui cherchait quelque endroit désert pour y passer le reste de sa malheureuse vie.

10Quand ils commencèrent à parler, je fus frappé d’un étonnement inexprimable, car cela me parut aussi étrange que si une vache avait parlé en Angleterre ou un yahoo dans le pays des Houyhnhnms. Les Portugais ne furent pas moins surpris que moi à la vue de mes habits et à l’ouïe de mes discours : la manière dont je prononçais mes mots était pour eux quelque chose de nouveau et d’incompréhensible quoique d’ailleurs ils entendissent tout ce que je disais. Ils me parlèrent avec beaucoup de douceur et me dirent qu’ils étaient persuadés que leur capitaine se ferait un plaisir de me transporter à Lisbonne d’où je pourrais retourner en mon pays ; que deux des matelots se rendraient au vaisseau pour informer le capitaine de ce qu’ils avaient vu et pour recevoir ses ordres ; qu’au reste, si je ne leur jurais de ne point m’enfuir, ils s’assureraient de moi par force. Je crus que le meilleur parti que je pouvais prendre était de leur faire une pareille promesse. Ils mouraient d’envie de savoir mon histoire, mais je ne satisfis que très imparfaitement leur curiosité et tous conjecturèrent que mes malheurs avaient altéré ma raison. Dans l’espace de deux heures, la chaloupe qui avait apporté des futailles pleines d’eau à bord revint avec ordre du capitaine de m’amener à son vaisseau. Je priai à genoux et à mains jointes qu’on me laissât ma liberté, mais toutes mes prières furent inutiles. Je fus lié, transporté dans la chaloupe et, quand nous eûmes gagné le vaisseau, conduit dans la cabane du capitaine.

11Il s’appelait Pedro de Mendez et était fort honnête et fort généreux. Il me supplia de lui dire si je voulais quelque chose et m’assura que je serais traité comme lui-même. Je ne fus pas médiocrement surpris de trouver des manières si obligeantes dans un yahoo. Cependant pour toute réponse, je priai qu’on me donnât à manger quelque chose de ce qui était dans mon canot, mais il me fit apporter un poulet et une bouteille d’excellent vin, et donna ordre qu’on me préparât un lit dans une cabane fort propre. Je ne voulus pas me déshabiller, mais je me mis sur les couvertures afin que quand les matelots dîneraient, je pusse plus promptement gagner le tillac et me jeter dans la mer, aimant mieux m’exposer à la fureur des ondes qu’à vivre plus longtemps parmi des yahoos. Mais un des matelots m’en empêcha et, en ayant donné avis au capitaine, je fus enchaîné dans ma cabane.

12Après dîner don Pedro vint me voir et me demanda ce qui m’avait porté à former un si funeste dessein ; il me protesta qu’il était disposé à me rendre tous les services dont il était capable et me parla d’une manière si touchante que je fus enfin forcé à en agir avec lui comme avec un animal qui n’était pas entièrement destitué de raison : je lui fis une relation abrégée de mon voyage, de la conspiration de mes gens, du pays où ils m’avaient laissé et du séjour que j’y avais fait pendant trois années. Il prit tout ce que je lui racontai pour une vision ou pour un songe ; ce qui m’offensa plus que je ne saurais dire, car j’avais entièrement perdu la faculté de mentir et par cela même la disposition à soupçonner les autres de mensonge. Je lui demandai si c’était la coutume dans son pays de dire « la chose qui n’est pas » et lui protestai que j’avais presque oublié ce qu’il entendait par fausseté et que si j’avais passé mille ans dans le pays des Houyhnhnms, je n’y aurais pas entendu un seul mensonge du moindre de leurs domestiques ; qu’il m’était fort indifférent s’il ajoutait foi à ce que je lui avais dit ou non ; que néanmoins, pour répondre aux amitiés qu’il m’avait faites, j’étais prêt à répondre à toutes les objections qu’il voudrait me proposer et que j’espérais de le contraindre par ce moyen à rendre justice à ma véracité.

13Mendez qui était un homme d’esprit tâcha par plusieurs questions de me surprendre en mensonge, mais voyant qu’il n’en pouvait venir à bout, il commença à avoir meilleure opinion de ma sincérité ou de mon bon sens ; il m’avoua même qu’il avait rencontré un capitaine de vaisseau hollandais qui lui avait dit qu’ayant mis pied à terre dans une île ou continent de la Nouvelle-Hollande, il avait vu un cheval qui chassait devant lui plusieurs animaux ressemblant exactement à ceux que j’avais décrits sous le nom de yahoos, avec quelques autres particularités que le capitaine portugais disait avoir oubliées parce qu’il les avait prises alors pour des mensonges. Mais il ajouta que puisque je faisais profession d’avoir un attachement inviolable pour la vérité, je devais lui donner ma parole d’honneur que pendant tout le voyage, je n’attenterais pas à ma vie ou bien qu’il s’assurerait de moi jusqu’à ce que nous fussions arrivés à Lisbonne. Je le lui promis en protestant en même temps qu’il n’y avait point de mauvais traitements que je n’aimasse mieux essuyer que de retourner parmi les yahoos.

14Il ne nous arriva rien de fort remarquable pendant notre voyage. Par reconnaissance pour le capitaine, je me rendais quelquefois à la prière qu’il me faisait de passer quelques heures avec lui et tâchais de cacher les sentiments de haine et de mépris que j’avais pour les hommes ; cependant ils m’échappaient de temps en temps, mais il ne faisait pas semblant de les remarquer. Je passais la plus grande partie du jour seul dans ma cabane afin de m’épargner la vue de quelqu’un de l’équipage. Le capitaine m’avait souvent pressé de me défaire de mes vêtements sauvages et m’avait offert de quoi m’habiller de pied en cap, mais je refusai constamment cette offre, ne voulant me couvrir de rien qui eût servi à un yahoo. Je le priai seulement de me prêter deux chemises nettes qui, ayant été lavées depuis qu’il les avait portées, ne pouvaient pas à mon avis me souiller si fort. Je mettais une de ces chemises de deux en deux jours et lavais moi-même l’autre pendant cet intervalle.

15Nous arrivâmes à Lisbonne le 5 novembre 1715. Quand il fallut mettre pied à terre, le capitaine me força à me couvrir de son manteau afin que la canaille ne s’attroupât pas autour de moi. Je fus conduit à sa maison et, à mon instante prière, logé dans l’appartement le plus reculé. Je le conjurai de ne conter à personne ce que je lui avais dit touchant les Houyhnhnms parce qu’une pareille histoire amènerait non seulement un nombre infini de gens chez lui pour me voir, mais m’exposerait aussi à être mis en prison ou brûlé par ordre de l’Inquisition. Le capitaine gagna sur moi d’accepter un assortiment complet d’habits nouvellement faits, mais je ne voulus pas permettre que le tailleur me prît la mesure ; cependant ils m’allèrent assez bien parce que don Pedro était à peu près de ma taille. Il me donna aussi quelques autres hardes dont j’avais besoin, mais j’eus soin de les exposer pendant vingt-quatre heures à l’air avant que de les mettre.

  • 6 Omission de la fin de cette phrase dans laquelle Gulliver précise qu’il prend soin de garder sur l (...)

16Le capitaine n’avait point de femme, mais seulement trois domestiques dont par complaisance pour moi, aucun ne nous servit à table. En un mot, toutes ses manières d’agir à mon égard étaient si obligeantes et lui-même était si raisonnable, pour n’être doué que d’une intelligence humaine, qu’à la lettre, sa compagnie commençait à me paraître supportable. Il eut assez d’ascendant sur moi pour me persuader de prendre un autre appartement dont les fenêtres donnaient dans la rue. La première fois que j’y jetai les yeux, je tournai la tête tout effrayé. En moins d’une semaine, il me mena jusqu’à la porte de sa maison. Je trouvai que ma frayeur diminuait peu à peu, mais que la haine et le mépris que j’avais pour les hommes ne faisaient qu’augmenter. Enfin je devins hardi jusqu’au point de me promener avec lui par la ville6.

17Don Pedro à qui j’avais fait un détail de mes affaires domestiques me dit un jour qu’il me croyait obligé en honneur et en conscience de m’en retourner dans ma patrie et de passer le reste de mes jours avec ma femme et mes enfants. Il m’apprit qu’il y avait dans le port un vaisseau anglais prêt à faire voile et m’assura qu’il aurait soin de me fournir tout ce qui me serait nécessaire pour mon voyage. Je n’ennuierai pas mes lecteurs en leur répétant ses arguments et mes réponses. Il dit qu’il était impossible de trouver une île telle que je la voulais, mais que j’étais le maître chez moi et qu’il ne tenait qu’à moi d’y vivre dans la retraite.

18Je me rendis à la fin, convaincu qu’il avait raison. Je partis de Lisbonne le 24 novembre dans un vaisseau marchand anglais dont je n’ai, du moins que je sache, jamais vu le commandant parce que je n’ai pas daigné m’en informer et que sous prétexte d’être incommodé, je ne sortais point de ma cabane. Don Pedro me conduisit au vaisseau et me prêta vingt guinées. Il m’embrassa en prenant congé de moi et ce ne fut que par excès de reconnaissance que je souffris cette honnêteté. Le 5 décembre 1715, nous arrivâmes aux Dunes à neuf heures du matin et à trois heures après midi, j’entrai chez moi.

19Ma femme et mes enfants furent surpris et charmés en me voyant parce qu’ils m’avaient cru mort ; mais il faut que j’avoue que leur vue n’excita en moi que de la haine, du dégoût et du mépris, car depuis mon départ du pays des Houyhnhnms, si je m’étais contraint jusqu’à regarder des yahoos et jusqu’à converser avec don Pedro de Mendez, ma mémoire néanmoins et mon imagination étaient toujours pleines des excellentes qualités des Houyhnhnms. Et quand il m’arrivait de songer que des familiarités d’un certain genre avec une yahoo m’attachaient à l’espèce par un lien de plus, il m’est impossible d’exprimer ma confusion et mon horreur.

20Dès que ma femme m’eut vu, elle me sauta au cou pour m’embrasser, mais comme un animal si odieux ne m’avait touché depuis plusieurs années, cette marque d’amitié me causa un évanouissement qui dura près d’une heure. Au moment que j’écris ceci, il y a cinq ans que je suis de retour de mon dernier voyage ; pendant la première année, la vue de ma femme et de mes enfants m’était insupportable et je ne permettais pas qu’ils mangeassent dans le même appartement que moi ; à l’heure qu’il est, ils n’oseraient toucher mon pain ni boire dans mon verre ; et je n’ai pas encore pu gagner sur moi de leur faire la grâce de me prendre par la main. Le premier argent que j’employai servit à acheter deux chevaux entiers que je garde dans une bonne écurie ; et l’appartement qui en est le plus près est celui où j’aime le plus à être, car je ne saurais dire jusqu’à quel point je suis récréé par l’odeur de l’écurie. Mes chevaux m’entendent passablement bien ; je passe régulièrement avec eux au moins quatre heures par jour. Jamais je ne leur ai fait mettre ni bride ni selle et c’est quelque chose de charmant que l’amitié qu’ils ont pour moi aussi bien que l’un pour l’autre.

Notes

1 Il s’agit de 1715 selon notre calendrier actuel. Cette double date correspond aux deux dates du calendrier julien et du calendrier grégorien. Jusqu’à ce que l’Angleterre adopte le calendrier grégorien en 1752, la nouvelle année commençait au 25 mars, et donc pour les dates entre le 1er janvier et le 25 mars (ce qui est le cas ici), les deux années étaient souvent spécifiées. Cette double date était une pratique courante.

2 Hermann Moll (1654-1732), célèbre cartographe anglais de l’époque.

3 « Poissons à coquille » est la traduction littérale de « Shell-fish » (GT IV 168) qui veut dire coquillages.

4 Le texte donne la forme archaïque « moucles ».

5 Swift est plus précis dans sa description des bizarreries de Gulliver. Dans le texte anglais, les marins le retrouvent « caché face contre terre, vêtu d’habits en peaux, de chaussures aux semelles de bois et de bas fourrés » (« my strange uncouth Dress, my Coat made of Skins, my wooden soaled Shoes, and my furred Stockings » [GT IV 171]).

6 Omission de la fin de cette phrase dans laquelle Gulliver précise qu’il prend soin de garder sur lui de la rue et du tabac contre les mauvaises odeurs (GT IV 180). À trois reprises dans ce chapitre, le traducteur a supprimé de façon similaire des remarques de Gulliver sur la manière dont l’odeur des humains l’incommode à son retour. Ainsi, quatre paragraphes plus loin, lorsqu’il précise que « la vue de ma femme et de mes enfants m’était insupportable », c’est en réalité dans le texte anglais non leur vue, mais leur odeur qui lui est insupportable : « During the first Year I could not endure my Wife or Children in my Presence, the very smell of them was intolerable » (GT IV 183).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search