Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie IV. Voyage au pays des Houyhnhnms

Chapitre X

Résumé

Quelle heureuse vie l’auteur menait parmi les Houyhnhnms. Progrès qu’il fait dans la vertu en conversant avec eux. Leurs conversations. L’auteur est informé par son maître qu’il faut qu’il quitte le pays. Il s’évanouit de douleur et après avoir repris ses sens promet d’obéir. Il vient à bout de faire un canot et met en mer à l’aventure.

Texte intégral

  • 1 Les énumérations déjà fort longues de ce paragraphe le sont plus encore dans l’original. Le traduc (...)

1Mon maître m’avait donné un appartement éloigné de sa maison de six verges que j’avais accommodé et meublé à ma fantaisie. En guise de plancher et de tapisseries, j’y avais mis des nattes de jonc que j’avais faites moi-même. Le chanvre croît dans ce pays sans qu’on le sème et les habitants n’en font aucun usage ; je m’en servis pour faire une espèce de taie dont je formai ensuite des coussins par le moyen de plusieurs plumes d’oiseaux que j’avais pris avec des lacets faits de cheveux de yahoos. J’avais fait deux chaises grâce au secours que me prêta le cheval alezan. Quand mes habits furent entièrement usés, je m’en fis d’autres avec des peaux de lapin et avec celles d’un certain animal qu’ils appellent nnuhnoh dont tout le corps est couvert d’un fin duvet. Je me servis aussi de celles-ci pour en faire des bas. Je me fis des semelles de bois que j’attachai au cuir de dessus le mieux qu’il me fût possible et quand ce cuir fut usé, je tâchai d’y remédier par des peaux de yahoos séchées au soleil. Je m’amusais quelquefois à chercher du miel dans des creux d’arbres que je mêlais ensuite avec de l’eau ou que je mangeais avec mon pain. Il n’y avait point d’homme alors qui sentît mieux que moi la justesse de ces deux maximes que la nature est contente de peu et que la nécessité est la mère de l’invention. Je jouissais d’une parfaite santé à l’égard du corps et de la plus aimable tranquillité par rapport à l’âme. Je n’éprouvais point l’inconstance d’un ami ni les injures d’un ennemi secret ou déclaré. Je n’étais pas obligé de gagner les bonnes grâces d’un grand seigneur ou de son mignon à force d’adulation et de bassesses. Je n’avais pas besoin d’être défendu contre la fraude ou l’oppression. Dans cet heureux séjour, il n’y avait ni médecins pour détruire mon corps ni gens de loi pour ruiner ma fortune ; point de délateurs pour épier mes paroles et mes actions ou pour forger des accusations contre moi ; point de mauvais plaisants, de médisants, de faux amis, de voleurs de grand chemin, de procureurs, de maquereaux, de bouffons, de joueurs, de politiques, de prétendus beaux esprits, d’ennuyeux conteurs, de disputeurs, de ravisseurs, de meurtriers, de chefs de parti ; point de gens dont la séduction ou l’exemple encourageassent les autres au crime ; point de cachots, de haches, de gibets ou de piloris ; point d’imposture, d’orgueil ou d’affectation ; point de fats, de bretteurs, d’ivrognes, de filles publiques ou d’infâmes maladies ; point de pédants ignorants et enflés de leur savoir ; point de querelleurs, d’importuns ou de jureurs ; point de faquins que leurs vices ont tirés de la misère ou d’honnêtes gens qu’une vertu incorruptible y a plongé ; point de grands seigneurs, de joueurs de violon, de juges ou de maîtres à danser1.

2J’avais le bonheur d’être admis à la compagnie de quelques Houyhnhnms qui venaient de temps en temps rendre visite ou demander à dîner à mon maître. Lui et ses amis s’abaissaient quelquefois jusqu’à me faire des questions et à écouter mes réponses. J’accompagnais même quelquefois mon maître dans les visites qu’il leur rendait. Je ne prenais jamais la liberté de parler, à moins que ce ne fût pour répondre à quelque demande ; ce que je ne faisais pas sans regret parce que c’était autant de temps de perdu que j’aurais pu mieux employer en écoutant. Les Houyhnhnms observent dans leurs conversations les règles les plus exactes de la décence sans qu’il paraisse qu’ils en sachent seulement une de ce que nous appelons cérémonie. Quand ils se parlent, c’est sans s’interrompre, sans s’ennuyer et sans être jamais de sentiment opposé. Je leur ai ouï dire plus d’une fois que le meilleur moyen de ranimer la conversation dans une assemblée est de garder le silence pendant quelques moments. C’est de quoi j’ai plus d’une fois été témoin, car pendant ces petites pauses, je remarquais qu’il leur venait de nouvelles idées qui donnaient un nouveau feu à leurs conversations. Leurs discours roulent ordinairement sur l’amitié, la bienveillance et l’économie ; quelquefois sur les ouvrages de la nature ou sur quelques anciennes traditions ; sur les lois de la vertu, sur les règles invariables de la raison ou bien sur quelques résolutions qui doivent être prises dans la prochaine assemblée des députés de la nation et souvent sur les différentes beautés et sur l’excellence de la poésie. Je puis ajouter sans vanité que ma présence a plus d’une fois fourni matière à leur entretien parce qu’elle fournissait à mon maître l’occasion de parler à ses amis de mon histoire et de celle de mon pays. Comme ce qu’ils dirent sur ce sujet ne faisait pas autrement honneur à la nature humaine, je crois que mes lecteurs voudront bien me dispenser de le répéter.

3J’avoue ingénument que je dois le peu de connaissances de quelque prix que je puis avoir aux leçons que j’ai reçues de mon maître et aux sages discours de lui et de ses amis dont j’ai été auditeur.

  • 2 Omission de la fin du paragraphe qui entérine l’identification de Gulliver aux Houyhnhnms puisqu’i (...)

4Je ne pouvais suffire aux mouvements de vénération qu’excitaient en moi les avantages du corps et surtout les admirables qualités de l’âme des Houyhnhnms. À la vérité, je ne sentis pas d’abord ce respect naturel que les yahoos et les autres animaux du pays leur portent, mais je ne tardai guère à l’éprouver et à y joindre cette reconnaissance et cet amour dont la bonté avec laquelle ils me distinguaient du reste de mon espèce les rendait si dignes. Quand je pensais à ma famille, à mes amis et à mes compatriotes ou bien aux hommes en général, je les considérais comme s’ils avaient été réellement des yahoos en figure et inclinations, avec cette différence pourtant qu’ils étaient un peu civilisés, qu’ils parlaient et qu’ils avaient en partage une raison de laquelle néanmoins ils ne se servaient que pour multiplier leurs vices dont leurs frères yahoos de ce pays n’avaient que la portion que la nature leur avait donnée. Quand il m’arrivait de me regarder dans un lac ou dans une fontaine, j’étais saisi de je ne sais quelle horreur et la vue d’un yahoo ordinaire m’était plus supportable que la mienne. En conversant avec les Houyhnhnms et en les considérant avec plaisir, je me suis insensiblement accoutumé à prendre quelque chose de leur air et de leur démarche ; et mes amis m’ont fort souvent fait remarquer qu’en nous promenant dans un chemin uni, je trottais comme un cheval ; ce que j’ai toujours pris pour un compliment fort gracieux2.

5Au milieu de mon bonheur et dans le temps que je comptais le plus sûrement de passer le reste de mes jours dans ce pays, mon maître me fit quérir un matin de meilleure heure qu’à l’ordinaire. Je vis à son air qu’il était embarrassé et qu’il ne savait de quelle manière commencer ce qu’il avait à me dire. Après quelques moments de silence il me dit qu’il ignorait comment je prendrais ce qu’il allait me notifier ; que dans la dernière assemblée, quand la question touchant les yahoos avait été agitée, les députés de tous les autres districts avaient déclaré qu’ils étaient étonnés de ce que dans sa famille il traitait un yahoo (c’était moi) plutôt en Houyhnhnm qu’en bête brute ; qu’il conversait avec moi comme s’il pouvait retirer quelque plaisir de mon commerce ; qu’une pareille conduite était une chose inouïe et d’ailleurs également opposée à la nature et à la raison. Mon maître ajouta que là-dessus l’assemblée l’avait exhorté de m’employer comme les autres animaux de mon espèce ou bien de m’ordonner de regagner à la nage l’endroit d’où j’étais venu ; que le premier de ces expédients avait été unanimement rejeté par tous les Houyhnhnms qui m’avaient vu chez lui ou chez eux, car ils alléguaient que parce qu’avec la méchanceté naturelle de ces animaux, j’avais quelques principes de raison, il était à craindre que je ne les amenasse avec moi dans les montagnes d’où nous reviendrions ensuite nous jeter de nuit sur les troupeaux des Houyhnhnms ; ce qui était d’autant plus apparent que nous étions tous d’un naturel rapace et paresseux.

6Mon maître m’apprit de plus que les Houyhnhnms ses voisins le pressaient tous les jours d’exécuter l’exhortation de l’assemblée et qu’il n’osait plus y apporter de nouveaux délais. Il m’assura qu’il doutait qu’il me fût possible de gagner un autre pays à la nage et que pour cet effet il souhaitait que je fisse un vaisseau qui ressemblât en petit à ceux dont je lui avais fait la description et avec lequel je pusse m’éloigner de leur pays ; qu’au reste je ne serais pas seul à entreprendre cet ouvrage et que ses domestiques aussi bien que ceux de ses voisins m’y aideraient. « Pour ce qui me regarde, continua-t-il, j’aurais été fort content de vous garder à mon service parce que j’ai trouvé que vous vous êtes corrigé de plusieurs défauts en tâchant d’imiter les Houyhnhnms autant qu’un être d’une classe inférieure en est capable. »

7C’est ici le lieu de faire remarquer à mes lecteurs qu’un décret de l’assemblée générale de ce pays est désigné par le mot hnhloayn qui signifie une exhortation ; ce qui vient de ce qu’ils ne conçoivent pas comment une créature raisonnable peut être forcée à quelque chose ou comment on peut la lui commander parce qu’elle ne saurait désobéir à la raison sans renoncer par cela même au titre de créature raisonnable.

8Le discours de mon maître me jeta dans un tel désespoir qu’incapable de supporter l’horreur de mon état, je tombai évanoui à ses pieds. Quand je fus revenu à moi, il me dit qu’il m’avait cru mort (car ce peuple n’est pas sujet à ces sortes de défaillances). Je répondis d’une voix faible que je serais trop heureux si une prompte mort venait terminer mes malheurs ; que quoique je n’eusse rien à répliquer à l’exhortation de l’assemblée ni aux instances de ses amis, il me paraissait pourtant qu’un peu moins de rigueur aurait pu s’accorder avec cette haute raison qui paraissait dans tous leurs jugements ; que je ne pouvais pas faire une lieue à la nage et que probablement il en faudrait faire plus de cent avant que d’aborder à quelque pays ; que pour construire un petit vaisseau, il me fallait plusieurs matériaux qu’il leur était impossible de me fournir et qu’ainsi je devais regarder leur exhortation comme une sentence de mort prononcée contre moi ; qu’une mort violente était le moindre des maux que je redoutais, mais qu’il m’était impossible d’exprimer mon affliction lorsque je songeais que quand même par une suite de miracles, je pourrais me rendre sain et sauf dans ma patrie, je serais obligé de passer mes jours parmi les yahoos et exposé à retomber dans mes premiers vices, faute d’exemples qui me retinssent dans le chemin de la vertu ; que je savais trop sur quelles solides raisons étaient fondées toutes les résolutions des Houyhnhnms pour vouloir les faire révoquer par les arguments d’un misérable yahoo comme moi. Pour cet effet, après l’avoir très humblement remercié de l’offre qu’il m’avait faite touchant l’assistance de ses domestiques et l’avoir prié de m’accorder un espace de temps proportionné à la grandeur de l’ouvrage, je lui dis que j’allais tâcher de conserver ma vie toute malheureuse qu’elle était et que si je revenais jamais en Angleterre, je ne désespérais pas d’être de quelque usage à ceux de mon espèce en leur proposant les vertueux et sages Houyhnhnms pour modèles.

9Mon maître me fit une réponse fort honnête et m’accorda deux mois pour finir ma chaloupe ; il ordonna aussi au cheval alezan mon bon ami de suivre en tout mes instructions parce que j’avais dit à mon maître que son secours me suffirait.

10Mon premier soin fut d’aller vers cet endroit de la côte où mes gens m’avaient fait mettre à terre. Je montai sur une éminence et regardant de tous côtés en mer, je crus voir une petite île au nord-est ; je pris ma lunette d’approche et vis alors distinctement qu’elle devait être à cinq lieues de moi, au moins suivant mon calcul, mais mon compagnon crut que ce n’était qu’un nuage et cela n’est pas étonnant, car comme il ne connaissait pas d’autre pays que le sien, il était naturel qu’il ne pût pas distinguer des objets placés bien avant dans la mer aussi bien que moi à qui cet élément était si familier.

  • 3 Le traducteur garde la référence teintée d’immoralité aux peaux de yahoos qui servent de voile ; i (...)

11Après avoir fait cette découverte, je m’en retournai au logis. Le lendemain j’allai avec le cheval alezan dans un bois qui était à une petite demi-lieue de chez nous pour y couper le bois dont j’avais besoin pour l’exécution de mon entreprise. Je ne fatiguerai point mes lecteurs d’une description détaillée de tout ce que nous fîmes à cet égard ; il leur suffira de savoir que dans l’espace de six semaines, avec l’aide de mon compagnon, je vins à bout de faire une manière de canot indien et quatre rames. Les cordes dont j’avais besoin étaient faites de chanvre, et ma voile de peaux de yahoos3. Mes provisions consistaient en quelques lapins et quelques oiseaux bouillis et dans deux vaisseaux dont l’un était plein de lait et l’autre d’eau.

12J’essayai dans un étang qui était près de la maison de mon maître si mon canot avait quelques voies d’eau et pris soin de les bien boucher ; après quoi mon petit vaisseau fut porté par des yahoos au bord de la mer sous les auspices du cheval alezan et d’un autre domestique.

13Quand tout fut prêt et que le jour de mon départ fut arrivé, je pris congé de mon maître, de ma maîtresse et de toute sa famille, les larmes aux yeux et le désespoir dans le cœur. Mais mon maître par curiosité et peut-être (si j’ose le dire sans vanité) par amitié pour moi voulut me voir mettre en mer et pria quelques-uns de ses voisins de l’accompagner. Je fus obligé d’attendre plus d’une heure avant que l’eau commençât à hausser ; après quoi ayant remarqué que le vent était bon pour gagner l’île que j’avais découverte, je pris une seconde fois congé de mon maître, mais dans le temps que je me prosternais pour baiser la corne de son pied, il me fit l’honneur de le lever et de l’approcher doucement de ma bouche. Je n’ignore pas toutes les critiques que je me suis attirées pour avoir fait mention de cette dernière particularité, car mes ennemis ont pris plaisir à répandre qu’il n’était pas apparent qu’un si illustre personnage eût accordé une si éclatante marque de faveur à une créature qui lui était si inférieure. Mais sans justifier ma véracité sur ce sujet par l’exemple de mille et mille voyageurs qui font mention de l’accueil honorable que leur ont fait les plus grands monarques, je me contenterai de dire que ceux qui révoquent en doute ce trait de politesse de mon maître ne savent pas jusqu’à quel point les Houyhnhnms sont honnêtes et obligeants.

14Je fis une profonde révérence aux Houyhnhnms qui avaient accompagné mon maître, puis m’étant mis dans mon canot, je m’éloignai du rivage.

Notes

1 Les énumérations déjà fort longues de ce paragraphe le sont plus encore dans l’original. Le traducteur a omis ici et là un adjectif ou un nom. À noter cependant une omission importante : celle de la satire des épouses qui sont acariâtres, lascives et dépensières : « no ranting, lewd, expensive Wives » (GT IV 148).

2 Omission de la fin du paragraphe qui entérine l’identification de Gulliver aux Houyhnhnms puisqu’il avoue parler comme eux, même de retour chez lui, et ce sans honte : « Neither shall I disown, that in Speaking I am apt to fall into the Voice and manner of the Houyhnhnms, and hear myself ridiculed on that account without the least Mortification » (GT IV 153).

3 Le traducteur garde la référence teintée d’immoralité aux peaux de yahoos qui servent de voile ; il supprime la suite en revanche, probablement en raison de son caractère trop cynique : le Gulliver de Swift fait en effet ensuite une remarque sur les différences de qualité des peaux de yahoos jeunes et vieux, expliquant qu’il préfère utiliser celle des très jeunes yahoos : « but I made use of the youngest I could get, the older being too tough and thick » (GT IV 160). Dans le même ordre d’idée, quelques lignes plus bas, le traducteur a choisi de ne pas évoquer le « suif de yahoo » qui a permis de colmater les fuites de son bateau : « stopping all the Chinks with yahoos tallow » (GT IV 161).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search