Version classiqueVersion mobile

Madrid, février 1965. Une ligne de partage ?

 | 
Florence Belmonte

Introduction

Texte intégral

  • 1 En tant que correspondant du Monde, le journaliste espagnol José Antonio Nováis, aujourd’hui dispa (...)
  • 2 Environ quinze francs (2,5 euros).

1En première page de son édition du 28 janvier 1965, le quotidien français Le Monde titre : Mille cinq cents ouvriers et étudiants manifestent à Madrid au cri de « liberté ». L’article du journaliste Espagnol José Antonio Nováis1, informe sur des événements surprenants : dans l’Espagne du général Franco des ouvriers et des étudiants se sont unis pour manifester devant l’immeuble du syndicat officiel réclamant la liberté syndicale, un salaire quotidien de 175pesetas2 au lieu de 60, la semaine de quarante heures et la réintégration d’ouvriers licenciés à la suite de récents conflits du travail à Madrid et en Biscaye. Et les revendications ne s’arrêtent pas là : les ouvriers demandent qu’à l’instar de ce que l’on fait pour eux, l’on punisse les irrégularités dont se rendent coupables les patrons et que l’on accorde des garanties spéciales aux représentants syndicaux afin que leur participation au règlement des conflits du travail soit effective. On y apprend aussi que la manifestation convoquée par les syndicats clandestins a été dissoute sans violence apparente, mais qu’une trentaine de personnes a été arrêtée.

  • 3 Mangini Shirley, Rojos y rebeldes. La cultura de la disidencia durante el Franquismo. Anthropos. E (...)
  • 4 Aguilar Paloma, Memoria y olvido de la guerra civil española, Madrid, Alianza, 1996. p. 164.
  • 5 Fusi Juan Pablo, Franco, autoritarismo y poder personal. Punto de lectura. Grupo Santillana de edi (...)

2Plus que la nature des revendications, communes, pour la plupart, à bien des ouvriers d’Europe à la même date, ce qui peut alors capter l’attention des lecteurs français de José Antonio Nováis c’est qu’elles s’expriment dans le contexte du régime autoritaire du Général Franco dont la présence aux commandes de l’État espagnol ne cesse, depuis la fin de la guerre civile, d’affliger les démocrates du monde occidental. Il est vrai que, dans l’Europe démocratique, on pense alors volontiers que l’Espagne est vidée de ses forces d’opposition ou, pour apporter plus de nuances, on estime cette opposition sans forces suffisantes pour s’élever contre le régime en place et l’on a peut-être admis que le Franquisme est à jamais trop rude pour que puisse se construire la moindre résistance. À juste titre on craint, pour ceux qui s’insurgeraient, une punition à la mesure de la dureté du dictateur. Si aucune de ces opinions, au demeurant complémentaires, n’est fausse, elles forcent néanmoins parfois le trait et oublient un aspect important de la réalité espagnole de l’intérieur : malgré toutes les forces qu’il a déployées, le régime en place n’est pas venu à bout de la culture de la dissidence3. Limitée dans la période qui va de 1939à1949 qui correspond à la condamnation et à l’isolement imposés à l’Espagne de Franco par la communauté internationale, elle a repris forme peu à peu dans les années cinquante à la faveur de la réintégration— essentiellement économique — de l’Espagne dans le concert des nations. Si dans le début des années soixante le régime continue à affirmer son autorité, la répression n’est pas parvenue à endiguer la montée d’une opposition qui, on le voit, se manifeste en 1965 en empruntant des modes d’expression qui éloignent les images déchirantes des vaincus de la guerre civile — que l’Europe garde en mémoire — pour rejoindre celles plus banales d’ouvriers en lutte pour l’amélioration de leurs conditions de vie. Cela, bien entendu, ne fait pas oublier qu’ils se battent aussi pour leur liberté, mais plus seulement. Car l’Espagne a franchi la barre de développement qui la cantonnait au rang des pays que l’on appelait alors sous-développés, et, c’est précisément au moment où la société espagnole commence à sentir les bénéfices du changement de politique économique du Régime que les conflits sociaux s’accentuent, mettant à mal la paix sociale dont le général Franco s’enorgueillit si fort qu’il a financé, pour la vanter, une campagne de propagande sans précédent4. Le régime n’a pas plus tôt laissé retomber la fièvre des huit mois et demi de célébration orgiaque5 des Vingt-cinq années de paix, qui ont été clôturés le 21 décembre 1964, qu’ouvriers et étudiants madrilènes sont déjà dans les rues. Et cette singulière réponse ne va cesser d’enfler car dans les mois suivants, les lecteurs du journal Le Monde peuvent lire que les étudiants ont pris seuls le relais et que l’agitation universitaire s’étend.

  • 6 Je reprends ici la formule titre d’un roman de Rafael Chirbes qui établit un parallèle entre l’avè (...)

3Que se passe-t-il alors ? Les étudiants, pour la plupart des fils de la triomphante bourgeoisie du Franquisme, se sont insurgés et des professeurs, des fonctionnaires de l’État franquiste, se sont joints à leur mouvement. Même les quotidiens espagnols en parlent et si les journaux madrilènes ont abordé le sujet, c’est que l’affaire est d’importance car les organes de presse espagnols ont ordre de taire le plus possible les conflits sociaux. Mais le régime a conscience qu’il lui faut assouplir ses méthodes, au moins en apparence, car c’est une nouvelle force qui émerge de la population et rejette l’interprétation caricaturale — orchestrées par les deux camps ennemis de la guerre civile — d’une Espagne scindée en deux, chacune excluant l’autre, chacune abominant l’autre qui le lui rend au centuple, chacune campée sur ses positions de classe. Cette résistance nouvelle, c’est une troisième Espagne qui naît ou plutôt, c’est le réveil de l’Espagne plurielle que le Franquisme avait voulu anéantir et qui reprend sa longue marche6 enquête de la construction démocratique que le pays n’a jamais réalisée encore et que les Espagnols de l’exil, bien sûr, mais aussi des Espagnols de tous les milieux sociaux à l’intérieur du pays désirent dans la clandestinité et le secret, de moins en moins bien gardé d’ailleurs.

41965. Vingt-cinq années se sont écoulées depuis la fin de la guerre, juste le temps pour qu’une génération qui ne l’a pas connue arrive en âge d’exprimer ses désirs, de prendre des responsabilités, de construire, ce qui ne signifie pas nécessairement marcher dans les traces des vainqueurs ou construire la société qu’avaient rêvée les vaincus.

Notes

1 En tant que correspondant du Monde, le journaliste espagnol José Antonio Nováis, aujourd’hui disparu, eut une influence considérable sur les milieux d’opposition au Franquisme à partir de années soixante. En effet, le quotidien français était lu avec beaucoup d’intérêt par ceux qui, en Espagne, cherchaient à s’informer sur l’actualité espagnole car il publiait, grâce au contact établi avec J. A. Nováis, de nombreuses informations censurées par le Régime.

2 Environ quinze francs (2,5 euros).

3 Mangini Shirley, Rojos y rebeldes. La cultura de la disidencia durante el Franquismo. Anthropos. Editorial del Hombre. Barcelona. 1987.

4 Aguilar Paloma, Memoria y olvido de la guerra civil española, Madrid, Alianza, 1996. p. 164.

5 Fusi Juan Pablo, Franco, autoritarismo y poder personal. Punto de lectura. Grupo Santillana de ediciones, S.A. (Taurus). Madrid. 2001. p. 189.« una celebración verdaderamente orgiástica de exaltación de la figura de Franco. »

6 Je reprends ici la formule titre d’un roman de Rafael Chirbes qui établit un parallèle entre l’avènement douloureux de la Chine moderne, symbolisée par l’épopée de la marche de douze mille kilomètres des Communistes chinois à travers la Chine, et la lutte d’opposition au Franquisme.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search