Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie IV. Voyage au pays des Houyhnhnms

Chapitre IX

Résumé

Grand débat dans l’assemblée générale des Houyhnhnms et de quelle manière il fut terminé. Sciences qui sont en vogue parmi eux. Leurs bâtiments. Manière dont ils enterrent leurs morts. Imperfection de leur langage.

Texte intégral

1Une de ces grandes assemblées se tint de mon temps, environ trois mois avant mon départ, et mon maître y fut envoyé pour représenter notre district. Dans ce sénat fut remise sur le tapis leur vieille querelle et pour dire le vrai, la seule dont on ait jamais entendu parler dans le pays.

  • 1 L’antécédent, un peu lointain, est « créatures ».
  • 2 Il serait curieux que Gulliver ait les pattes (jambes) plus courtes. En fait dans le texte de Swif (...)

2Cette querelle (à ce que mon maître m’apprit à son retour) consistait à savoir si les yahoos devaient être exterminés de dessus la face de la terre, ou non. Un des membres qui était pour l’affirmative allégua différents arguments de grand poids, disant que les yahoos étaient non seulement les plus maussades et les plus difformes bêtes que la nature eût jamais produites, mais aussi les plus indociles, les plus opiniâtres et les plus malicieuses ; qu’ils suçaient en secret les mamelles des vaches qui appartenaient aux Houyhnhnms, tuaient et mangeaient leurs chats, foulaient aux pieds leurs herbes et leur avoine et feraient encore mille autres extravagances si l’on n’y prenait garde. Il fit mention d’une tradition générale qui portait qu’il n’y avait pas eu toujours des yahoos dans le pays, mais qu’il y avait quelques siècles que deux de ces brutes parurent sur une montagne et qu’il était incertain si la chaleur du soleil les avait formés de boue corrompue ou bien de l’écume de la mer ; que ces yahoos eurent des petits et qu’en peu de temps leur race devint si nombreuse que tout le pays en fut infecté ; que les Houyhnhnms pour remédier à ce mal s’assemblèrent tous, attaquèrent les yahoos et les forcèrent à se retirer dans un endroit où ils les environnèrent de tous côtés, détruisirent les vieux et prirent chacun deux jeunes chez eux qu’ils apprivoisèrent ensuite autant que des animaux naturellement si sauvages sont capables d’être apprivoisés, s’en servant pour porter et pour traîner des fardeaux ; que cette tradition avait un grand air de vraisemblance et que ces créatures ne pouvaient pas être ylnhniamshy (c’est-à-dire natives du pays) vu la violente haine que les Houyhnhnms aussi bien que les autres animaux leur portaient, haine méritée à la vérité par leurs mauvaises qualités, mais qui néanmoins n’aurait jamais été portée à ce point si elles1 avaient été originaires du pays ; que la fantaisie qui avait pris aux Houyhnhnms de se servir d’yahoos leur avait fort imprudemment fait négliger la race des ânes qui sont de fort beaux animaux, bien plus faciles à apprivoiser et bien plus propres que les yahoos et d’ailleurs assez robustes pour résister au travail quoique d’ailleurs ils cédassent à ceux-ci en agilité ; que si leurs braiments n’étaient pas agréables, le son pourtant en était moins horrible que celui des hurlement des yahoos. Plusieurs autres dirent leurs avis sur le même sujet, mais le plus remarquable de tous fut celui de mon maître quoique je puisse dire sans vanité que ce fut à moi qu’il eut l’obligation de l’expédient admirable qu’il proposa à l’assemblée. Il approuva la tradition dont on vient de faire mention et affirma que les deux premiers yahoos qu’on eût vus dans le pays y étaient venus par mer ; qu’en arrivant à terre et étant abandonnés par leurs compagnons, ils s’étaient retirés dans les montagnes où ayant dégénéré peu à peu, ils étaient devenus par laps de temps beaucoup plus sauvages que ceux de leur espèce dans le pays dont ils étaient venus. La raison de son assertion était qu’il avait actuellement chez lui un yahoo merveilleux (c’était moi) dont la plupart d’entre eux avaient ouï parler et que plusieurs avaient vu. Il leur raconta alors de quelle manière il m’avait trouvé ; que mon corps était couvert de peaux d’animaux ou de leurs poils fort adroitement accommodés ; que je parlais une langue qui m’était particulière et avais fort bien appris la leur ; que je lui avais raconté les différents accidents qui m’avaient amené dans le pays ; que quand je me dépouillais de ce qui me couvrait, je ressemblais extrêmement à un yahoo, à cette différence près que j’étais plus blanc, moins velu et que j’avais les pattes2 plus courtes. Il ajouta que j’avais tâché de lui persuader que dans mon pays aussi bien que dans plusieurs autres, les yahoos étaient des animaux raisonnables qui tenaient les Houyhnhnms en servitude ; qu’il avait remarqué en moi toutes les qualités d’un yahoo, hormis que j’étais un peu plus civilisé et que j’avais quelque teinture de raison quoique les Houyhnhnms eussent à cet égard autant de supériorité sur moi que j’en avais sur les yahoos de leur pays ; que parmi d’autres choses, j’avais fait mention d’une coutume que nous avions de châtrer les Houyhnhnms quand ils étaient jeunes afin de les rendre plus apprivoisés ; que l’opération était aisée et sûre ; qu’il n’y avait point de honte à apprendre de certaines choses des brutes puisque la fourmi donnait aux Houyhnhnms des leçons d’industrie et que l’art de bâtir leur est enseigné par l’hirondelle (car c’est ainsi que je traduis le mot de lyhannh quoique cet oiseau soit bien plus grand que nos hirondelles) ; qu’on pourrait faire usage de cette invention à l’égard des jeunes yahoos ; ce qui non seulement les rendrait plus doux et plus traitables, mais aussi en éteindrait bientôt la race sans être obligé de recourir à des remèdes violents ; qu’en même temps les Houyhnhnms seraient exhortés à cultiver la race des ânes qui sont non seulement des animaux préférables aux yahoos à tous égards, mais qui ont encore par-dessus eux l’avantage d’être capables de rendre service dès l’âge de cinq ans au lieu que les yahoos n’en sauraient rendre qu’à douze.

3Voilà tout ce que mon maître trouva à propos de me raconter alors touchant ce qui s’était passé dans le grand conseil. Mais il me cacha une particularité qui me regardait personnellement dont je ne tardai guère à sentir les funestes effets, comme j’en informerai mes lecteurs en son lieu et c’est de ce moment que je date le malheur du reste de ma vie.

4Les Houyhnhnms n’ont point de lettres et par conséquent ne connaissent rien que par tradition, mais comme il arrive peu de choses fort importantes parmi un peuple si bien uni, naturellement porté à la pratique de toutes les vertus, uniquement gouverné par la raison et séparé de toutes les autres nations, leur histoire n’est pas chargée de beaucoup de faits. J’ai déjà observé qu’ils ne sont sujets à aucune maladie ; d’où il s’ensuit qu’ils n’ont pas besoin de médecins. Cependant ils ont d’excellents remèdes faits de différentes herbes pour guérir les blessures que des pierres pointues peuvent faire à leurs pâturons aussi bien que les contusions qui pourraient arriver aux autres parties de leur corps.

  • 3 Omission d’un paragraphe expliquant la façon dont sont construits les murs, les toits et les porte (...)

5Ils comptent l’année par la révolution du soleil et de la lune, mais ne font aucune subdivision de semaines. Les mouvements de ces deux astres leur sont assez bien connus et ils entendent la nature des éclipses, mais aussi est-ce tout ce qu’ils savent en astronomie. Ils surpassent tous les mortels en poésie par la justesse de leurs comparaisons et par la beauté et l’exactitude de leurs descriptions. Leurs vers abondent fort en l’une et l’autre de ces choses et roulent d’ordinaire sur l’excellence de l’amitié ou sur les louanges de ceux qui ont été vainqueurs à la course ou à quelques autres exercices corporels. Leurs bâtiments quoique fort simples sont assez commodes et les mettent entièrement à couvert de toutes les injures de l’air3.

  • 4 « Lier, étreindre » (Trévoux).

6Les Houyhnhnms se servent de cette partie creuse qu’il y a entre le pâturon et la corne de leurs pieds de devant comme nous faisons de nos mains et cela avec une dextérité presque incroyable. Ils traient leurs vaches, rassemblent leur avoine et font en général tous les ouvrages auxquels nous nous servons de nos mains. Ils ont une sorte de pierre à fusil fort dure qu’ils aiguisent contre d’autres pierres et dont ils font ensuite des instruments qui leur tiennent lieu de coins, de haches et de marteaux. De ces mêmes pierres ils font une espèce de faux avec laquelle ils coupent leur foin et leur avoine qui croît d’elle-même dans de certains champs ; les yahoos en portent les gerbes au logis que les domestiques serrent4 dans plusieurs huttes couvertes pour en ôter le grain qui est mis dans des magasins. Ils font des vaisseaux de bois et de terre et exposent ceux-ci au soleil pour les durcir.

  • 5 Le texte est ici en français...

7À moins qu’il ne leur arrive quelque accident extraordinaire, ils deviennent fort vieux et sont enterrés dans le lieu le plus obscur qu’on puisse trouver sans que leurs parents et leurs amis marquent ni joie ni tristesse de leur trépas ; eux-mêmes quand ils sentent que leur fin approche quittent le monde avec aussi peu de regret que s’ils prenaient congé d’un voisin à qui ils auraient rendu une visite. Je me souviens que mon maître ayant prié un jour un de ses amis de venir avec sa famille chez lui pour régler quelque affaire importante, la femme vint au jour marqué avec ses deux enfants, mais fort tard ; elle en allégua deux raisons dont la première était que le matin même son mari était shnuwnh ; le terme est fort expressif dans leur langue et est très difficile à traduire en anglais5 : il signifie proprement s’en retourner à sa première mère. L’autre excuse était que son mari étant mort assez tard dans la matinée, il lui avait fallu du temps pour régler avec ses domestiques le lieu où le corps serait mis, et je remarquai qu’elle fut aussi gaie chez nous que le reste de la compagnie.

8Ils vivent généralement jusqu’à soixante-dix ou soixante-quinze, mais rarement jusqu’à quatre-vingts ans. Quelques jours avant leur mort, ils s’affaiblissent peu à peu, mais sans aucun sentiment de douleur ; pendant ce temps, leurs amis leur rendent visite parce qu’ils ne sauraient sortir comme à leur ordinaire ; cependant environ dix jours avant leur mort, en quoi il leur arrive rarement de se tromper, ils rendent les visites qu’on leur a faites, étant portés par des yahoos dans une voiture dont ils se servent aussi dans d’autres occasions comme qui dirait quand ils sont vieux, incommodés ou en voyage.

9C’est quelque chose d’assez singulier que les Houyhnhnms n’ont d’autre terme que celui de yahoo pour désigner en général tout ce qui est mauvais. Ainsi quand ils veulent marquer la sottise d’un domestique, la faute qu’a faite un enfant et un vilain temps, ils ajoutent à chacune de ces choses le mot de yahoo et les appellent hhnm yahoo, whnaholm yahoo, ynlhmnd wihlma yahoo et une maison mal bâtie ynholmhnmrohlnw yahoo.

10Ce serait avec plaisir que je pourrais m’étendre davantage sur les excellentes qualités de ce peuple admirable, mais comme j’ai dessein de publier dans peu un volume qui roulera uniquement sur ce sujet, j’y renvoie mes lecteurs et leur vais faire part de la plus funeste catastrophe qui me soit jamais arrivée et qui empoisonne encore actuellement toute la douceur de ma vie.

Notes

1 L’antécédent, un peu lointain, est « créatures ».

2 Il serait curieux que Gulliver ait les pattes (jambes) plus courtes. En fait dans le texte de Swift, il n’a pas les pattes plus courtes, mais les griffes (ou ongles) plus courtes, ce qui est plus cohérent avec les autres descriptions des yahoos (« with shorter Claws » [GT IV 136]).

3 Omission d’un paragraphe expliquant la façon dont sont construits les murs, les toits et les portes de ces bâtiments.

4 « Lier, étreindre » (Trévoux).

5 Le texte est ici en français...

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search