Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie IV. Voyage au pays des Houyhnhnms

Chapitre VIII

Résumé

Détail touchant les yahoos. Excellentes qualités des Houyhnhnms. Quelle éducation ils reçoivent et à quels exercices ils s’appliquent dans leur jeunesse. Leur assemblée générale.

Texte intégral

  • 1 « Se dit aussi de ce qui est familier et apprivoisé » (Trévoux).

1Comme je devais naturellement mieux connaître la nature humaine que mon maître, il m’était aisé d’appliquer à moi-même et à mes compatriotes tout ce que j’en apprenais. Pour les mieux connaître encore, je le priai de me permettre de passer quelques jours parmi les yahoos du voisinage ; ce qu’il eut la bonté de m’accorder, étant bien persuadé que la haine que j’avais pour ces bêtes empêcherait que leur exemple ne fût contagieux pour moi ; et par-dessus cela, il donna ordre à un de ses valets qui était un cheval alezan très vigoureux et d’un excellent naturel, de ne me point quitter et de me garantir des insultes des yahoos qui me croyant de leur espèce n’auraient pas manqué de m’attaquer par le même principe qui porte les choucas sauvages à se jeter sur ceux qui sont privés1 quand ils en rencontrent.

  • 2 Omission de la fin du paragraphe. Il s’agit d’un passage scatologique décrivant d’une part l’odeur (...)

2Les yahoos sont prodigieusement agiles dès leur première jeunesse. Malgré cela, j’attrapai un jour un jeune mâle de trois ans et tâchai par toutes les marques d’amitié possibles de l’apaiser, mais le petit diable se mit à hurler et à me mordre avec tant de violence que je fus obligé de le laisser aller et il en était temps, car ses cris avaient attiré toute la troupe des vieux qui trouvant que je n’avais point fait de mal au jeune et que mon cheval alezan était près de moi se tinrent dans le respect2.

3Par ce que j’ai pu remarquer, les yahoos m’ont paru les plus indociles de tous les animaux et n’être capables que de porter ou de traîner des fardeaux. Cependant je crois que ce défaut vient principalement de leur opiniâtreté, car au reste ils sont rusés, malicieux, traîtres et vindicatifs ; ils sont forts et robustes, mais ont le cœur lâche et sont par cela même insolents, rampants et cruels. On a remarqué que ceux qui ont le poil roux de l’un et l’autre sexe sont plus lascifs et plus méchants que les autres qu’ils surpassent aussi en force et en agilité.

  • 3 À cet endroit, le texte original vilipende plus encore les yahoos puisqu’il y est précisé qu’ils c (...)

4Les Houyhnhnms gardent un certain nombre de yahoos dans des huttes près de leurs maisons et en tirent quelques services auxquels ils ne veulent point employer leurs domestiques ; pour les autres, ils les envoient dans certains champs où ils cherchent des racines, différentes sortes d’herbes et des charognes pour se nourrir. Ils sont aussi fort adroits à attraper des belettes et des luhimuhs (sorte de rat sauvage) qu’ils dévorent avec une avidité inexprimable. La nature leur a appris à se creuser des trous en terre dont la plupart sont assez grands pour tenir le mâle, la femelle et trois ou quatre petits3.

5Ils nagent dès leur enfance comme des grenouilles et peuvent se tenir longtemps sous l’eau ; ce qui leur donne le moyen de prendre souvent du poisson que les femelles apportent à leurs petits. À propos de quoi il m’arriva une assez plaisante aventure.

6Un jour que j’étais dehors avec mon protecteur le cheval alezan et qu’il faisait excessivement chaud, je le priai de me permettre de me baigner dans une rivière près de laquelle nous étions. Il le voulut bien ; sur quoi je me déshabillai et me jetai à la nage. Mon malheur voulut qu’une jeune yahoo femelle qui se tenait derrière une éminence vît tout ce que je venais de faire et qu’enflammée de certain désir, à ce que nous conjecturâmes l’alezan et moi, elle vînt à la nage vers l’endroit où je me baignais. De ma vie, je n’ai été plus effrayé ; mon défenseur était à quelque distance de là, ne soupçonnant pas seulement la possibilité de ce malheur. Elle m’embrassa d’une manière fort significative et moi je me mis à crier d’une si grande force que mon protecteur m’entendit et vint à nous au galop ; ce qu’elle n’eut pas plus tôt vu qu’elle me quitta (quoiqu’avec la dernière répugnance) et s’alla mettre sur la hauteur opposée où elle ne fit que hurler pendant tout le temps que je mis à m’habiller. Ce fut un sujet de divertissement pour mon maître et pour toute sa famille aussi bien que de mortification pour moi, car je ne pouvais plus nier que je ne fusse réellement un yahoo puisque les femelles avaient une propension naturelle pour moi comme pour un de leur espèce. Et ce qu’il y a de remarquable, c’est que celle dont je viens de parler n’avait pas le poil roux (ce qui pourrait excuser un appétit un peu irrégulier), mais noir et qu’elle n’était pas tout à fait aussi hideuse que les autres femelles de son espèce, car je crois qu’elle n’avait pas plus de onze ans.

7Ayant passé trois ans dans ce pays, il est juste qu’à l’exemple des autres voyageurs, j’instruise mes lecteurs des manières et des coutumes de ses habitants à la connaissance desquelles je me suis principalement appliqué. Comme les Houyhnhnms sont naturellement portés à la pratique de toutes les vertus qui peuvent convenir à une créature raisonnable, leur grand principe est qu’il faut cultiver la raison et n’être gouverné que par elle. La raison n’est jamais parmi eux une chose problématique sur laquelle on peut alléguer des arguments plausibles des deux côtés, mais elle les frappe toujours par son évidence ; ce qu’elle doit naturellement faire lorsque son éclat n’est point obscurci par des passions ou par l’intérêt. Et je me souviens à cet égard que ce fut avec une extrême difficulté que je vins à bout de faire comprendre à mon maître le sens du mot d’opinion ou comment un point pouvait être disputable, parce que la raison nous enseigne à n’affirmer ou à ne nier que ce dont nous sommes certains. Or dès qu’il n’y a point de certitude, il ne saurait aussi y avoir de négation ou d’affirmation si bien que les controverses, les disputes et le ton décisif sur des propositions fausses ou douteuses sont des maux inconnus parmi les Houyhnhnms.

8Pareillement quand je lui expliquais nos différents systèmes de philosophie naturelle, il se mettait à rire de ce qu’une créature qui s’arrogeait le titre de raisonnable tirât gloire de savoir les conjectures des autres et cela dans des choses où ce savoir, quand il serait même de bon aloi, ne pouvait être d’aucun usage ; en quoi il était entièrement dans les sentiments de Socrate, tels qu’ils nous sont rapportés par Platon — ce que je remarque comme un trait d’éloge pour ce prince des philosophes. J’ai réfléchi plusieurs fois depuis sur le tort infini que cette maxime ferait aux libraires de l’Europe aussi bien qu’à la réputation de plusieurs savants.

9L’amitié et la bienveillance sont les deux principales vertus des Houyhnhnms et ces vertus ne sont pas restreintes à quelques objets particuliers, mais s’étendent sur tous les individus de la race, car le cheval le plus étranger y est traité de la même manière que le plus proche voisin et quelque part qu’il aille, il est comme chez lui. Ils observent avec la plus exacte précision les lois de la décence et de la civilité, mais ils n’entendent absolument rien en ce que nous appelons cérémonie. Ils n’ont pas de tendresse de cœur pour leurs poulains et le soin qu’ils prennent de leur éducation est uniquement un fruit de leur raison. Et j’ai vu mon maître montrer la même affection aux poulains de son voisin qu’il avait pour les siens propres. Ils prétendent que la nature leur enseigne à aimer en général toute l’espèce et que la raison ne fait distinction des personnes que quand elles surpassent les autres en vertu.

  • 4 « Et travaille ensuite à réparer cette perte volontaire » : le traducteur utilise une périphrase p (...)

10Quand les femmes des Houyhnhnms ont mis au jour un poulain de chaque sexe, elles n’ont plus de commerce avec leurs maris à moins qu’il ne leur arrive de perdre un de leurs enfants ; ce qui arrive fort rarement, mais en ce cas elles renouent connaissance ou bien si cet accident arrive à un Houyhnhnm dont la femme n’est plus en âge d’avoir des enfants, quelque ami lui fait présent d’un des siens et travaille ensuite à réparer cette perte volontaire4. Cette précaution est nécessaire pour empêcher que le pays ne soit trop peuplé, mais cette règle ne regarde point les Houyhnhnms d’une race inférieure, car il leur est permis de produire trois poulains de chaque sexe pour servir de domestiques dans des familles nobles.

  • 5 Omission de la fin du paragraphe qui est une satire par le contre-exemple du mariage des contempor (...)

11Dans les mariages ils prennent garde que les couleurs des deux partis ne fassent pas un mélange désagréable dans leur postérité. La force est la qualité qu’on estime le plus dans le mâle, et la beauté celle dont on fait le plus de cas dans la femelle, non pas par un principe d’amour, mais afin d’empêcher la race de dégénérer, car s’il arrive qu’une femelle excelle en force, on lui choisit un époux distingué par sa beauté. Galanterie, amour, présents, douaire sont des choses dont ils n’ont aucune idée et pour lesquelles ils n’ont pas même de termes dans leur langue. Les jeunes gens ne s’épousent pour aucune autre raison que parce que leurs parents et leurs amis le veulent ainsi ; c’est une chose qu’ils voient faire tous les jours et qu’ils regardent comme une des actions nécessaires d’un être raisonnable, mais la violation de cet engagement est un crime absolument inouï5.

12Dans l’éducation de leur jeunesse de l’un et de l’autre sexe, leur méthode est admirable et très digne de notre imitation. Ils veulent que leurs enfants aient atteint l’âge de dix-huit ans avant qu’il leur soit permis de manger de l’avoine, excepté pourtant de certains jours. Et cet exemple, pourvu qu’on y fît quelques légers changements, pourrait être de grand usage parmi nous.

13La tempérance, l’industrie, l’exercice et la propreté sont des choses également prescrites aux jeunes des deux sexes. Et mon maître m’a dit plus d’une fois que nous étions fous de donner aux femelles une autre éducation qu’aux mâles, excepté en quelques articles qui concernent le gouvernement du ménage ; par où, comme il le remarquait très judicieusement, nous faisions que la moitié de nos jeunes gens n’était bonne qu’à mettre des enfants au monde. « Et comme si ce premier trait de folie ne suffisait pas, ajoutait-il, vous en commettez un second plus grand encore en confiant l’éducation de vos enfants à des animaux si peu capables de les élever. »

14Mais les Houyhnhnms accoutument leurs descendants dès leur première jeunesse à la course, au travail et à s’endurcir à la fatigue et aux incommodités ; pour cet effet, ils leur font monter quelquefois au galop des collines fort roides ou leur ordonnent de courir sur des chemins pierreux, et puis lorsqu’ils sont tous en eau, de se jeter dans quelque étang. Quatre fois par an, la jeunesse d’un certain district se donne rendez-vous dans un endroit marqué pour voir qui a fait le plus de progrès en force, en vitesse ou en agilité ; et le vainqueur en est récompensé par une chanson faite à son honneur qui est comme une espèce de monument de sa victoire. Le jour de cette fête, quelques domestiques ont soin de faire apporter par une troupe de yahoos le foin, l’avoine et le lait qu’il faut pour le repas des Houyhnhnms ; après quoi ces bêtes sont incontinent renvoyées afin que la compagnie n’en soit pas incommodée.

15Tous les quatre ans, vers l’équinoxe du printemps, un conseil qui représente toute la nation s’assemble dans une plaine située à vingt miles de notre maison et cette assemblée dure cinq ou six jours. On y examine l’état et les besoins des différents districts : s’ils abondent en foin, en avoine, en vaches et en yahoos, ou bien s’ils ont disette de quelqu’une de ces choses ; que si (ce qui est très rare) il se trouve que quelque district manque de ces bêtes ou de ces productions de la terre, il est pourvu à ces besoins par un consentement unanime et par une contribution générale de toute l’assemblée. Là aussi se règle l’échange et le don des enfants ; par exemple, si un Houyhnhnm a deux mâles, il en troque un avec un autre qui a deux femelles et quand un enfant vient à mourir dont la mère n’est plus en âge d’en avoir, on y détermine la famille par laquelle cette perte doit être réparée.

Notes

1 « Se dit aussi de ce qui est familier et apprivoisé » (Trévoux).

2 Omission de la fin du paragraphe. Il s’agit d’un passage scatologique décrivant d’une part l’odeur infecte du petit yahoo et d’autre part ses excréments, le petit ayant déféqué sur les vêtements de Gulliver (GT IV 119-120).

3 À cet endroit, le texte original vilipende plus encore les yahoos puisqu’il y est précisé qu’ils creusent ces trous avec leurs ongles et d’autre part que ces trous ne sont pas assez grands pour tenir toute une famille (contrairement à ce que précise le traducteur). L’animalisation est donc plus forte encore dans le texte de Swift puisque ces trous sont en fait très petits et que de plus seuls ceux creusés par les femelles sont suffisamment larges pour accueillir deux ou trois petits (et non « trois ou quatre » comme le suggère la traduction).

4 « Et travaille ensuite à réparer cette perte volontaire » : le traducteur utilise une périphrase polie pour rendre compte d’un texte anglais plus concret stipulant qu’ils s’accouplent à nouveau jusqu’à ce que la mère attende un poulain : « and then go together again till the Mother is pregnant » (GT IV 127).

5 Omission de la fin du paragraphe qui est une satire par le contre-exemple du mariage des contemporains de Swift : « and the married Pair pass their Lives with the same Friendship, and mutual Benevolence that they bear to all others of the same Species, who come in their way ; without Jealousy, Fondness, Quarelling, or Discontent » (GT IV 128).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search