Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie IV. Voyage au pays des Houyhnhnms

Chapitre VII

Résumé

Amour de l’auteur pour sa patrie. Observations de son maître sur le gouvernement de l’Angleterre tel qu’il avait été décrit par l’auteur avec quelques comparaisons et parallèles sur le même sujet. Remarques du Houyhnhnm sur la nature humaine.

Texte intégral

1Mes lecteurs s’étonneront peut-être de ce que j’étais si sincère sur le chapitre des hommes et cela en parlant à une créature à qui ma ressemblance aux yahoos du pays avait déjà donné très mauvaise opinion de la nature humaine. Mais je leur avouerai ingénument que les nombreuses vertus de ces admirables Houyhnhnms, opposées à nos vices sans nombre, m’avaient ouvert les yeux à un point que je commençai à envisager les actions et les passions des hommes d’une manière toute nouvelle et à trouver que l’honneur de mon espèce ne méritait pas le moindre ménagement. D’ailleurs il m’aurait été impossible d’en imposer à une personne d’une aussi merveilleuse pénétration que mon maître qui m’ouvrait chaque jour les yeux sur des fautes que je faisais, fautes que je n’avais jamais aperçues et qui parmi nous ne seraient pas même mises dans le catalogue des infirmités humaines. Ajoutez à cela que l’exemple de mon maître m’avait inspiré une parfaite horreur pour tout ce qu’on appelle fausseté ou déguisement et que la vérité me paraissait si aimable que je ne pouvais concevoir comment il était possible qu’on lui manquât de respect ou de fidélité.

2Mais il y avait, si j’ose le dire, un motif plus fort encore qui me portait à cet excès de sincérité : à peine avais-je été un an dans le pays que je conçus tant d’amour et tant de vénération pour les habitants que je pris la ferme résolution de ne plus retourner parmi les hommes et de passer le reste de mes jours avec ces vertueux Houyhnhnms dont l’exemple et le commerce avait déjà produit de si heureux effets sur moi. Mais la fortune, mon éternelle ennemie, me ramena malgré moi parmi les yahoos de mon espèce. Cependant ce m’est à présent une espèce de consolation quand je songe que dans ce que j’ai dit de mes compatriotes, j’ai exténué leurs défauts autant que j’osais devant un auditeur aussi pénétrant et que j’ai donné à chaque article le tour le plus favorable dont il était susceptible, car pour dire le vrai, je crois qu’il n’y a point d’homme au monde entièrement exempt de partialité en faveur de sa patrie.

3J’ai rapporté en substance les différentes conversations que j’ai eues avec mon maître pendant la plus grande partie du temps que j’ai eu l’honneur de passer à son service, conversations qui ont été bien plus longues, mais dont je n’ai mis ici qu’un abrégé de peur d’ennuyer mes lecteurs.

4Quand j’eus répondu à toutes ses questions et que sa curiosité parut pleinement satisfaite, il m’envoya quérir un jour de bon matin et après m’avoir ordonné de m’asseoir (honneur qu’il ne m’avait point fait jusqu’alors), il dit qu’il avait réfléchi avec attention sur toute mon histoire pour autant qu’elle avait rapport à moi et à mon pays ; qu’il nous considérait comme des animaux à qui, sans qu’il sût comment, était tombée en partage une petite portion de raison dont nous ne nous servions que pour augmenter nos vices naturels et pour en acquérir de nouveaux que la nature ne nous avait point donnés ; que nous nous dépouillions du peu de talents qu’elle nous avait accordés, mais qu’en récompense nous avions parfaitement bien réussi à multiplier nos défauts et nos besoins ; que pour ce qui me regardait, il était clair que je n’avais ni la force ni l’agilité d’un yahoo ordinaire ; que l’affectation de ne marcher que sur mes pieds de derrière m’exposait au risque de tomber à tout moment ; que j’avais trouvé l’art d’ôter le poil de mon menton que la nature y avait mis pour défendre cette partie contre la chaleur du soleil et contre la rigueur du froid ; enfin que je ne pouvais ni courir avec vitesse ni grimper sur des arbres comme mes frères (c’est le nom qu’il lui plut leur donner) les yahoos du pays.

5Que notre gouvernement et nos lois supposaient nécessairement en nous de grands défauts de raison et par cela même de vertu parce que la raison seule suffit pour gouverner une créature raisonnable, d’où il s’ensuivait clairement que c’était à tort que nous nous arrogions le titre d’animaux doués de raison comme il avait paru dans ce que j’avais raconté moi-même de mes compatriotes quoiqu’il eût bien remarqué que pour leur concilier son estime, j’avais caché plusieurs particularités qui étaient à leur désavantage et souvent dit « la chose qui n’est pas ».

  • 1 Inexactitude : ils n’ont pas plus de haine les uns pour les autres que pour « quelques animaux d’u (...)
  • 2 Le texte original est plus précis dans sa satire politique, le narrateur indiquant que faute d’enn (...)

6Ce qui le confirmait dans cette opinion, c’est qu’il avait remarqué que si d’un côté je ressemblais aux yahoos par rapport à la figure du corps, de l’autre ces brutes avaient une grande conformité avec nous à l’égard des inclinations et des qualités de l’âme. Il me dit que c’était une chose constante que les yahoos avaient plus de haine les uns pour les autres que pour quelques animaux d’une autre espèce1 et que la raison qu’on en rendait était tirée de leur difformité que tous apercevaient dans les autres sans la remarquer en eux-mêmes ; que pour cette raison il avait trouvé que c’était une chose assez bien imaginée de nous couvrir le corps et que grâce à cette précaution nous donnions moins lieu aux autres de concevoir contre nous cette espèce de haine que cause la laideur, mais qu’il trouvait à présent qu’il s’était trompé et que les dissensions de ces bêtes dans son pays avaient la même cause que les nôtres suivant la description que j’en avais faite. « Car, dit-il, si vous jetez à cinq yahoos autant de nourriture qu’il en faut pour cinquante, au lieu de manger paisiblement, ils se prendront par les oreilles, chacun d’eux tâchant d’avoir tout pour lui seul », et que pour cette raison un valet était toujours présent quand les yahoos mangeaient dans les champs, au lieu qu’au logis on les attachait à une bonne distance les uns des autres. Que si une vache venait à mourir de vieillesse ou par accident, avant qu’un Houyhnhnm pût la faire transporter chez lui pour servir de nourriture à ses propres yahoos, ceux du voisinage venaient par troupes pour la manger, d’où s’ensuivait une bataille telle que je l’avais décrite quoiqu’il arrivât rarement qu’ils se tuassent les uns les autres, non pas manque de bonne volonté, mais faute d’instruments convenables. D’autres fois des yahoos de différents voisinages se sont livré bataille sans qu’on pût remarquer aucune cause visible qui les y portât, ceux d’un district épiant toujours l’occasion de surprendre ceux d’un autre ; que si leur projet manque, ils s’en retournent chez eux et faute d’ennemis, ils se mordent et se déchirent les uns les autres2.

  • 3 Le passage au discours direct est inattendu ; c’est un ajout du traducteur, l’original étant au di (...)

7Que dans de certains champs de son pays, il y avait des pierres luisantes de différentes couleurs que les yahoos aimaient à la fureur, et que comme ces pierres étaient quelquefois assez avant en terre, ils passaient des jours entiers à creuser avec leurs pattes pour les en tirer et les cachaient ensuite dans leurs chenils parce qu’ils regardaient comme le plus grand de tous leurs malheurs que quelqu’un de leurs camarades trouvât leur trésor. Mon maître ajouta qu’il n’avait jamais pu découvrir la cause de leur amour pour ces pierres ni de quel usage elles pouvaient être à un yahoo, mais qu’il commençait à croire que cela venait du même principe d’avarice que j’avais attribué à la nature humaine ; qu’un jour par manière d’épreuve, il avait ôté un monceau de ces pierres d’un endroit où un de ses yahoos les avait enterrées ; que quelques heures après, cet animal trouvant que son trésor avait été enlevé s’était mis à jeter les cris les plus affreux et avait donné des marques de la plus profonde tristesse ; qu’il n’avait voulu ni manger ni dormir ni travailler jusqu’à ce qu’il eût donné ordre à un valet de remettre secrètement ces pierres dans l’endroit où elles avaient été ; ce qu’il n’eut pas plus tôt fait que le yahoo les retrouva et retrouva avec elles sa première gaieté, mais il eut la précaution de les mieux cacher et depuis ce temps-là il m’a fort bien servi3.

8Mon maître m’assura de plus une chose que j’eus occasion de remarquer moi-même, c’est que c’était dans les champs où il y avait le plus de ces pierres luisantes que se donnaient les plus fréquentes et les plus cruelles batailles.

  • 4 Sur ce datif déjà condamné, voir F. Brunot, Histoire de la langue française, Paris, 1933, t. VI, p (...)

9Il dit que c’était une chose ordinaire quand deux yahoos découvraient une pareille pierre dans un champ et se battaient à qui l’aurait qu’un troisième se jetât sur le sujet de la dispute et l’emportât pour lui ; ce qui, à ce que trouvait mon maître, ne ressemblait pas mal aux décisions de nos procès ; en quoi je trouvai à propos de ne lui4 pas contredire parce que le procédé du troisième yahoo était plus équitable que plusieurs sentences de nos juges, car au bout du compte, chacun des deux yahoos ne perdait que la pierre pour laquelle ils se battaient, au lieu que dans nos cours de justice, il faut payer l’arrêt qui nous déboute de nos prétentions.

10Mon maître continuant son discours dit que rien ne rendait les yahoos plus odieux que cette avidité universelle avec laquelle ils dévoraient tout ce qu’ils trouvaient soit que ce fussent des herbes, des racines, du grain, de la chair d’animaux ou toutes ces choses mêlées ensemble, et qu’on avait remarqué comme une bizarrerie qui leur était particulière qu’ils aimaient mieux faire quelques lieues pour aller dérober une nourriture passablement mauvaise que d’en avoir une bonne toute préparée chez eux. Par-dessus cela, ils sont insatiables et quand ils ont de quoi, ils mangent à crever et mâchent ensuite une certaine racine qui leur donne une évacuation générale.

11Il y a aussi une autre sorte de racine fort succulente, mais qui est assez difficile à trouver dont les yahoos sont fous et qu’ils sucent avec un plaisir infini ; ce qui produit en eux les mêmes effets que le vin fait sur nous, c’est-à-dire qu’ils s’embrassent, qu’ils se battent, qu’ils hurlent, qu’ils jasent, qu’ils se roulent à terre et puis qu’ils s’endorment dans la boue.

  • 5 Omission d’un passage scatologique décrivant les maladies des yahoos et le remède qui consiste à a (...)

12J’ai observé moi-même que les yahoos sont les seuls animaux du pays qui soient sujets à quelques maladies qui néanmoins sont en beaucoup plus petit nombre que celles que les chevaux ont parmi nous, et qui ne viennent point des mauvais traitements qu’on leur fait, mais de leur malpropreté et de leur gloutonnerie5.

13Pour ce qui regarde les sciences, les lois, les arts, les manufactures et plusieurs autres choses du même genre, mon maître avoua qu’il ne trouvait presque aucune conformité entre les yahoos de son pays et ceux du nôtre, mais qu’en récompense il trouvait une parfaite ressemblance dans nos inclinations. À la vérité, disait-il, il avait bien ouï dire à quelques Houyhnhnms qu’ils avaient remarqué que plusieurs troupes de yahoos avaient un espèce de commandant qu’il était facile de distinguer des autres parce qu’il était toujours plus mal fait et plus méchant qu’aucun des autres ; que ce commandant avait d’ordinaire un favori, le plus semblable à lui qu’il pût trouver, dont l’emploi était de lécher les pieds et le derrière de son maître et d’amener des yahoos femelles dans son chenil ; ce qui lui valait de temps en temps quelque pièce de chair d’âne. Ce favori est haï par toute la troupe et voilà pourquoi afin de se mettre à couvert de leur ressentiment, il se tient toujours le plus près qu’il lui est possible de la personne de son commandant qui le conserve dans son emploi jusqu’à ce qu’il ait trouvé un favori plus vilain et plus méchant que lui, mais aussi dès cet instant il est congédié et son successeur aussi bien que tous les yahoos de ce district, jeunes et vieux, mâles et femelles, viennent en corps et déchargent leurs ordures sur lui depuis la tête jusqu’aux pieds. « Peut-être, ajouta mon maître, que ce que je viens de dire serait applicable jusqu’à un certain point à vos cours, vos favoris et vos ministres d’État, mais c’est de quoi vous pouvez mieux juger que moi. »

14Je n’osai rien répondre à cette maligne insinuation qui rabaissait l’intelligence humaine au-dessous de la sagacité d’un chien ordinaire qui a l’habileté de distinguer la voix du meilleur chien de la meute sans se tromper jamais.

15Mon maître m’apprit qu’il y avait dans les yahoos de certaines qualités remarquables dont je ne lui avais point fait mention ou du moins sur lesquelles j’avais passé fort légèrement en lui parlant des yahoos de mon espèce. Il me dit que ces animaux comme les autres brutes avaient leurs femelles en commun avec cette différence pourtant que la yahoo femelle souffrait le mâle pendant qu’elle était enceinte et que les mâles se battaient avec autant d’acharnement contre les femelles que contre ceux de leur sexe : deux choses qui étaient d’une brutalité sans exemple.

  • 6 Il est moins question de tout ce qu'ils mangent que de la « saleté » qui caractérise leur façon de (...)

16Une autre singularité odieuse qu’il avait observée dans les yahoos était leur excessive saloperie dans le temps que tous les autres animaux paraissent aimer la propreté. Pour les deux autres accusations, je fus charmé de les laisser passer sans rien dire parce qu’aussi bien je n’avais rien à répondre, mais pour la troisième il m’aurait été aisé d’y répondre s’il y avait eu dans le pays un seul cochon (ce qui par malheur pour moi n’était pas), car quoique cet animal puisse d’ailleurs être plus aimable qu’un yahoo, il y aurait à mon avis de la partialité à dire qu’il fût plus propre et c’est de quoi mon maître aurait été convaincu lui-même s’il avait vu tout ce que ces bêtes mangent6 et avec quelle volupté elles se vautrent dans la boue.

  • 7 Le terme « caprice » n’est pas tout à fait l’équivalent du terme anglais utilisé par Swift « Splee (...)

17Mon maître fit encore mention d’une autre qualité que ses domestiques avaient aperçue en plusieurs yahoos et qui lui paraissait entièrement inexplicable. Il dit qu’il prenait quelquefois fantaisie à un yahoo de se retirer dans un coin, de s’y mettre à hurler et de donner des ruades à tous ceux qui s’approchaient de lui quoiqu’il fût jeune, se portât bien et eût suffisamment à boire et à manger ; que ses domestiques ne pouvaient imaginer quelle mouche l’avait piqué et que le seul remède qu’ils y savaient était de le faire bien travailler parce qu’ils avaient observé qu’un travail un peu rude dissipait insensiblement ces sortes de fantaisies. Mon amour pour le genre humain m’imposa ici le plus profond silence quoique je démêlasse fort bien dans ce que je venais d’entendre ces sortes de caprices7 que produisent la paresse, la luxure et les richesses, caprices dont je me ferais fort de guérir quelques-uns de mes compatriotes par le même régime.

  • 8 Omission d’une indication corporelle immodeste : le fait que la femelle yahoo en chaleur dégage «  (...)

18Mon maître avait aussi remarqué que souvent quelque yahoo femelle se tenait derrière un banc ou un buisson ; que quand quelques jeunes mâles passaient, elle se faisait entrevoir, les agaçait par des grimaces, puis faisait semblant de se cacher8 et que lorsque quelque mâle s’avançait, elle se retirait tout doucement en regardant souvent derrière elle et s’enfuyait avec une feinte frayeur dans quelque endroit convenable où elle savait que le mâle la suivrait.

19D’autres fois si une femelle étrangère vient parmi elles, trois ou quatre de son sexe l’environnent, la considèrent depuis la tête jusqu’aux pieds, se font des grimaces les unes aux autres et puis la plantent là d’un air de dédain et de mépris.

20Peut-être qu’il y avait un peu de raffinement dans ces spéculations de mon maître ; cependant ce ne fut pas sans une espèce d’étonnement et même de chagrin que je considérai que c’était peut-être par instinct que les femmes étaient envieuses, coquettes et libertines.

21Je m’attendais à tout moment que mon maître allait accuser les yahoos de l’un et l’autre sexe de certains appétits déréglés qui ne sont pas tout à fait inconnus parmi nous, mais il semble que la nature n’ait pas été pour eux une maîtresse fort habile et que ces voluptés étudiées soient les productions de notre seule raison.

Notes

1 Inexactitude : ils n’ont pas plus de haine les uns pour les autres que pour « quelques animaux d’une autre espèce » ; en réalité, ils ont plus de haine les uns pour les autres que pour tout autre animal d’une autre espèce : « He said the Yahoos were known to hate one another more than they did any different Species of Animals » (GT IV 103).

2 Le texte original est plus précis dans sa satire politique, le narrateur indiquant que faute d’ennemis, ils s’engagent dans ce qu’il appelle une guerre civile : « and for want of Enemies, engage in what I call a Civil War among themselves » (GT IV 105).

3 Le passage au discours direct est inattendu ; c’est un ajout du traducteur, l’original étant au discours indirect.

4 Sur ce datif déjà condamné, voir F. Brunot, Histoire de la langue française, Paris, 1933, t. VI, p. 1753.

5 Omission d’un passage scatologique décrivant les maladies des yahoos et le remède qui consiste à avaler une mixture d’urine et d’excréments de yahoos (GT IV 109-110).

6 Il est moins question de tout ce qu'ils mangent que de la « saleté » qui caractérise leur façon de manger (« Their filthy way of feeding » [GT IV 113]) ; ce qui a son importance puisque le souhait du narrateur est de convaincre son maître que les cochons sont plus sales que les yahoos.

7 Le terme « caprice » n’est pas tout à fait l’équivalent du terme anglais utilisé par Swift « Spleen ». Le choix du traducteur se justifie en partie parce que le spleen est une notion typiquement anglaise au xviiie siècle, mêlant mélancolie et hypochondrie, et regroupant des émotions diverses sans cause apparente — voir à ce sujet par exemple deux œuvres précédant la publication de Gulliver’s Travels : The Rape of the Lock (1712) de Pope, et le poème d’Anne Finch, « The Spleen » (1709). L’absence de réel équivalent en français a sans doute incité le traducteur à choisir le mot « caprice » pour privilégier l’aspect changeant et superficiel en apparence du spleen.

8 Omission d’une indication corporelle immodeste : le fait que la femelle yahoo en chaleur dégage « une mauvaise odeur » (« using many antick Gestures and Grimaces, at which time it was observed that she had a most offensive Smell » [GT IV 114]).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search