Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie IV. Voyage au pays des Houyhnhnms

Chapitre VI

Résumé

Suite du discours de l’auteur sur l’état de son pays, si bien gouverné par une reine qu’on peut s’y passer de premier ministre. Portrait d’un pareil ministre.

Texte intégral

1Mon maître me parut ne pas ajouter tout à fait foi à ce que je venais de lui raconter parce que, comme il me le déclara ensuite, il lui était impossible de comprendre pourquoi les gens de loi prendraient mille peines et feraient ensemble une sorte de confédération d’iniquité et cela simplement pour chagriner les animaux de leur espèce. « À la vérité, ajouta-t-il, vous m’avez dit qu’ils étaient payés pour cela, mais ces termes n’excitent pas la moindre idée en moi. » Pour résoudre cette difficulté, je fus obligé de lui décrire l’usage de la monnaie, les matériaux dont on en faisait et la valeur des métaux. Je lui dis que quand un yahoo avait une grande quantité de ces métaux précieux, il pouvait acquérir tout ce qu’il voulait : de magnifiques habits, de beaux châteaux, de grandes terres, des mets exquis et de jolies femelles.

2Que la monnaie seule faisant de si admirables effets, nos yahoos ne croyaient jamais en avoir assez à dépenser ou à garder suivant que leur inclination naturelle les portait à la profusion ou à l’avarice ; que les riches jouissaient du travail des pauvres et que ceux-ci étaient mille contre un en comparaison de ceux-là ; que le gros de notre peuple menait une vie misérable et était obligé de travailler pendant toute l’année depuis le matin jusqu’au soir pour fournir à un petit nombre de riches tout ce que leurs caprices ou leur vanité leur faisait souhaiter. J’entrai dans un assez grand détail sur ce sujet, mais mon maître ne m’entendit pas mieux pour cela parce qu’il lui avait plu de se mettre en tête que tous les animaux avaient une sorte de droit sur les productions de la terre et bien particulièrement ceux qui présidaient sur les autres.

  • 1 Le texte original est plus précis, accusant les femmes de se montrer pointilleuses à la fois pour (...)
  • 2 Le texte donne la forme archaïque « consumer ».
  • 3 Le traducteur est bien plus mesuré dans la critique de ses contemporains puisqu’il garde certes l’ (...)

3Ce préjugé lui donna la curiosité de savoir en quoi consistaient ces mets exquis dont je venais de parler et comment il se pouvait faire que quelqu’un de nous en manquât. Sur quoi je lui fis l’énumération de toutes les sortes qui me vinrent dans l’esprit aussi bien que des différentes manières de les accommoder ; ce qui ne pouvait se faire sans envoyer des vaisseaux dans différentes parties du monde pour en rapporter des fruits rares et des liqueurs d’un goût excellent. Je lui protestai qu’on était obligé de faire du moins trois fois le tour de notre terre avant qu’une de nos femelles de distinction eût un déjeuner qui fût dans l’ordre1. Il dit que ce devait être un bien misérable pays que celui qui ne nourrissait pas ses habitants, mais ce qui l’étonnait principalement, c’est qu’un pays aussi étendu que le nôtre avait si peu d’eau douce que notre peuple se trouvait réduit à la nécessité de faire venir sa boisson par mer. Je répliquai que l’Angleterre (ma chère patrie) produisait trois fois autant d’aliments que ses habitants pouvaient en consommer2 ; que la même proportion avait lieu à l’égard des liqueurs dont ils se servaient pour étancher leur soif et que ces liqueurs se faisaient du fruit de certains arbres et étaient une excellente boisson, mais que pour satisfaire l’intempérance des mâles et la vanité des femelles, nous envoyions dans d’autres pays la plus grande partie des utiles productions de nos terres pour en rapporter des choses qui ne servaient qu’à nous jeter dans des maladies et qu’à nourrir notre extravagance et nos vices ; d’où il s’ensuivait nécessairement que plusieurs de mes compatriotes étaient réduits à la nécessité de gagner leur vie par de lâches ou par d’injustes moyens, comme qui dirait par le vol, le parjure, l’adulation, le jeu, le mensonge, l’art d’empoisonner ou celui de faire des libelles3. Et ce ne fut pas sans peine que je vins à bout de faire comprendre à mon maître le sens de ces différentes expressions.

4« Le vin, continuai-je, n’est pas apporté dans notre pays parce que nous manquons d’eau ou d’autres liqueurs, mais à cause que c’est une boisson qui nous réjouit, qui chasse nos chagrins, augmente nos espérances, diminue nos frayeurs et nous prive pendant quelque temps de l’usage d’une importune raison ; après quoi nous ne manquons guère à tomber dans un profond sommeil quoiqu’il faille avouer que nous nous réveillons presque toujours malades et que l’usage de cette liqueur est pour nous une source féconde d’incommodités qui abrègent notre vie et ruinent notre santé.

5« Le gros de notre nation gagne sa vie en fournissant aux personnes riches et en général à tous ceux qui ont de quoi payer leurs marchandises ou leurs peines, en leur fournissant, dis-je, toutes les choses dont ils ont besoin. Par exemple, quand je suis chez moi et habillé comme je dois l’être, je porte sur mon corps le travail de plus de cent ouvriers ; la construction et l’ameublement de ma maison en demandent une fois autant et il en faut plus de mille avant que ma femme soit ajustée depuis les pieds jusqu’à la tête. »

  • 4 Cette phrase est un ajout du traducteur.
  • 5 Le texte anglais est plus précis car il évoque une maladie qui fait « pourrir les os » de ceux qui (...)

6J’allais lui parler d’une autre sorte de gens qui s’attachent à guérir les maux du corps, ayant eu occasion de lui dire que plusieurs de mes matelots étaient morts de maladie, mais j’eus toutes les peines du monde à me faire entendre. Il comprenait bien, disait-il, qu’un Houyhnhnm devenait faible et languissant quelques jours avant sa mort ou se faisait quelque blessure par malheur, mais il lui paraissait impossible que la nature qui a un si tendre soin pour tous ses ouvrages pût engendrer dans nos corps tant d’incommodités et tant de maux, et il me pria de lui expliquer un phénomène si singulier et si bizarre. Je lui dis que la solution de ce problème n’était pas difficile et que le dérèglement de notre conduite était la seule cause de nos maladies4 ; que nous mangions quand nous n’avions pas faim et que nous buvions sans avoir soif ; que nous passions des nuits entières à boire des liqueurs fortes sans rien manger ; ce qui nous mettait le feu au corps et précipitait ou empêchait la digestion ; que des yahoos femelles, après s’être prostituées pendant quelque temps, gagnaient de certaines maladies douloureuses5 qu’elles communiquaient à ceux qui avaient commerce avec elles ; que ces maladies et plusieurs autres se transmettaient de père en fils ; qu’on n’aurait jamais fait si l’on voulait composer un catalogue exact de tous les maux auxquels le corps humain est sujet puisqu’il n’y avait point de partie qui n’en eût cinq ou six cents pour sa part ; que l’envie que nous avions d’être guéris de tant de maux avait multiplié parmi nous les médecins, c’est-à-dire des hommes qui se piquent de réussir dans ces sortes de guérisons. « Je me suis appliqué, ajoutai-je, pendant quelque temps à cette science qui d’ailleurs a quelque affinité avec ma profession. Ainsi je puis dire sans vanité que je sais la méthode que ces Messieurs observent dans leurs cures.

  • 6 Le traducteur réduit le nombre d’ingrédients peu ragoûtants (telle « la chair d’hommes morts ») en (...)

7« Leur grand principe est que toutes les maladies viennent de réplétion d’où ils concluent que pour guérir les indispositions dans leur source, il faut faire au corps des évacuations soit par le passage naturel soit par la bouche. Pour cet effet, ils s’attachent à former de plusieurs herbes, minéraux, gommes, huiles, coquilles, sels, excréments, écorces d’arbres, serpents, crapauds, grenouilles, araignées et os d’hommes morts, la plus abominable et la plus dégoûtante composition qui leur soit possible6, composition que l’estomac rend sur-le-champ et c’est ce qu’ils appellent vomitif ; ou bien ils ajoutent à cet admirable mélange quelques autres drogues empoisonnées qu’ils nous font prendre par haut ou par bas (suivant la fantaisie du médecin) et ce remède vexe si cruellement les boyaux qu’ils font une restitution presque aussi prompte que l’estomac et c’est ce qu’ils appellent une purgation ou un lavement. Car la nature (comme le remarquent les médecins) a destiné la bouche à l’intromission du manger et du boire, et une autre partie à leur éjection ; d’où ces Messieurs concluent fort ingénieusement que la nature étant hors de son assiette dans ces maladies, il faut pour l’y remettre traiter le corps d’une manière directement contraire à son institution, c’est-à-dire faire entrer de certaines compositions par en bas et faire sortir ce qu’on a dans le corps par la bouche.

8« Mais par-dessus les maladies réelles, nous sommes sujets à plusieurs autres qui sont seulement imaginaires pour lesquelles les médecins ont inventé des remèdes du même genre. Ces remèdes ont pourtant des noms puisque les maladies en ont bien et c’est de ces sortes de maladies que nos yahoos femelles sont ordinairement attaquées. Nos médecins excellent surtout en pronostics et il leur arrive rarement de s’y tromper parce que dans des maladies réelles et un peu malignes, ils prédisent presque toujours que le malade en mourra ; ce qu’il dépend toujours d’eux de rendre vrai au lieu qu’il n’est pas en leur pouvoir de le guérir. Et voilà pourquoi on court toujours grand risque entre leurs mains dès qu’ils ont tant fait que de prononcer la fatale sentence parce qu’ils n’aiment pas à en avoir le démenti.

9« Ils sont aussi d’une utilité infinie à des maris et à des femmes qui ne s’aiment point, à des fils aînés, à des ministres d’État et souvent à des princes. »

10J’avais déjà eu auparavant quelques conversations avec mon maître sur la nature du gouvernement en général et particulièrement sur celle du nôtre qui est l’objet de l’étonnement et de l’envie de tout l’univers. Mais venant par hasard de prononcer le mot de ministre d’État, il m’ordonna de lui dire quel [sic] espèce de yahoo je désignais proprement par ce terme.

  • 7 Ce paragraphe laudatif, qui sert de prélude à la description pour le moins négative d’un premier m (...)

11Je lui répondis que notre reine étant exempte d’ambition et n’ayant aucun dessein d’augmenter sa puissance aux dépens de ses voisins ou au préjudice de ses propres sujets était si éloignée d’avoir besoin de quelques ministres corrompus pour exécuter ou pour couvrir quelques sinistres desseins qu’elle dirigeait au contraire tous ses desseins au bien de son peuple et que bien loin de confier entièrement son pouvoir à quelque favoris ou à quelques ministres, elle soumettait l’administration de ses ministres ou de ses favoris au plus sévère examen de son grand conseil. Mais j’ajoutai que sous quelques règnes précédents et actuellement dans plusieurs cours de l’Europe, il y avait des princes indolents et esclaves de leur plaisir qui trouvant les rênes du gouvernement trop pesantes pour leurs mains les remettaient entre celles d’un premier ministre dont, autant que j’ai pu le conclure non seulement des actions de ceux qui ont été honorés de cet emploi, mais aussi de plusieurs lettres, mémoires et écrits publiés par eux-mêmes et contre la vérité desquels personne ne s’est encore inscrit en faux, voici un fidèle portrait7.

12Un premier ministre est un homme entièrement exempt de joie et de tristesse, d’amour et de haine, de pitié et de colère : toutes ses passions consistent dans une soif insatiable de puissance, de richesses et d’honneurs. Il se sert du talent de la parole comme les autres hommes, à une petite exception près : c’est qu’il ne parle jamais pour déclarer ce qu’il pense ; il ne profère jamais une vérité que dans l’intention que vous la preniez pour un mensonge ni un mensonge que dans le dessein que vous le preniez pour une vérité. Ceux dont il dit du mal en leur absence sont sur le point d’être avancés, et dès qu’il commence à vous donner des louanges soit qu’il les adresse directement à vous-même soit qu’il dise du bien de vous aux autres, vous pouvez compter que dès ce moment vous êtes perdu. La marque la moins équivoque qu’on est disgracié est quand on reçoit de lui une promesse, surtout si cette promesse est confirmée par serment, car en ce cas un homme sage se retire et renonce à ses espérances.

13Il y a trois méthodes par lesquelles on peut parvenir au poste de premier ministre : la première en faisant que de certaines personnes, soit femme soit fille soit sœur, aient une honnête complaisance pour les désirs du prince ; la seconde en trahissant ou en tâchant de supplanter son prédécesseur, et la troisième en déclamant avec un zèle furieux contre la corruption de la cour dans des assemblées publiques. Mais tout prince sage doit préférer aux autres ceux en qui il remarque cette dernière qualité parce que ces sortes de personnes ont toujours la plus lâche soumission pour la volonté et pour les passions de leur maître. Ces ministres disposant de tous les emplois ont une extrême facilité à gagner la pluralité des suffrages dans un sénat et conservent leur autorité par ce moyen ; et au pis-aller un acte d’amnistie (dont je lui décrivis la nature) les met à couvert de toutes poursuites ; après quoi ils prennent congé du public, chargés des dépouilles de la nation.

14Le palais d’un premier ministre est une pépinière où il s’en forme d’autres : les pages, les laquais et le portier en imitant leur maître deviennent des ministres d’État dans leurs différents départements et apprennent à exceller en trois choses : en insolence, dans l’art de mentir et dans celui de corrompre ceux dont ils prétendent se servir pour venir à bout de leurs infâmes pratiques. Plusieurs personnes distinguées font régulièrement la cour à ces Messieurs qui quelquefois à force de dextérité et d’impudence ont le bonheur de succéder à leur seigneur.

15Un premier ministre est ordinairement gouverné par une vieille maîtresse ou par un jeune valet de chambre, et ce sont là les deux canaux par où passent toutes les grâces et qu’on pourrait appeler proprement les régents du Royaume en dernier ressort.

16Causant un jour avec mon maître sur la noblesse de mon pays, il me fit un compliment auquel je ne m’attendais pas. « Je suis persuadé, me dit-il, que vous êtes issu de quelque famille noble puisqu’en figure, en couleur et en propreté, vous surpassez tous les yahoos de notre nation quoique vous leur cédiez en force et en agilité ; ce que j’attribue à la différence qu’il y a entre votre manière de vivre et celle de ces autres brutes, mais ce qui augmente encore les préjugés que j’ai en votre faveur, c’est que vous êtes doué non seulement de la faculté de parler, mais même aussi de quelques principes de raison. Parmi nous, continua-t-il, les Houyhnhnms blancs, les alezans et les gris de fer ne sont pas si bien faits que les bais, que les gris pommelés et que les noirs, ni ne naissent pas avec autant de talents de l’âme ni autant de capacité pour les mettre à profit ; et voilà pourquoi ils sont destinés à servir les autres sans aspirer jamais à la moindre autorité ; ce qui passerait chez nous pour quelque chose de monstrueux. »

  • 8 Le texte original mentionne que Gulliver est de basse extraction, né de parents simples et honnête (...)
  • 9 La satire des hommes de qualité est édulcorée en cette fin de chapitre, le traducteur ayant choisi (...)

17Je lui fis de très humbles remerciements de la bonne opinion qu’il avait de moi, mais je l’assurai en même temps que ma naissance n’était rien moins qu’illustre8, devant le jour à de bons bourgeois qui avaient eu à peine les moyens de me donner une éducation passable ; que la noblesse était tout autre chose parmi nous que dans son pays ; que nos jeunes gens de qualité étaient élevés dans la paresse et dans le luxe ; qu’aussitôt qu’ils avaient atteint un certain âge, ils consumaient leur vigueur et contractaient d’infâmes maladies par le commerce de quelques femmes prostituées et que quand leurs biens étaient presque dépensés, ils épousaient quelque femme d’une naissance commune, uniquement pour son argent sans avoir jamais pour elle, ni avant ni après le mariage, le moindre sentiment d’estime ni d’amitié ; que de ces mariages inégaux naissaient des enfants difformes et malsains ; d’où il arrivait qu’une pareille famille n’arrivait presque jamais à la quatrième génération à moins que l’épouse n’eût soin de choisir parmi ses voisins ou ses amis un père qui se portât bien, et le tout par intérêt pour la santé de ses enfants ; qu’un corps ruiné, un air maladif et un visage pâle et défait étaient les marques ordinaires d’un homme de la plus haute distinction au lieu qu’une santé d’athlète dans un homme de qualité forme la plus flétrissante de toutes les présomptions contre la sagesse de sa mère9.

Notes

1 Le texte original est plus précis, accusant les femmes de se montrer pointilleuses à la fois pour ce qui concerne les mets et la vaisselle qui les contient : « before one of our better female Yahoos could get her breakfast, or a Cup to put it in » (GT IV 82).

2 Le texte donne la forme archaïque « consumer ».

3 Le traducteur est bien plus mesuré dans la critique de ses contemporains puisqu’il garde certes l’énumération d’actions malhonnêtes, mais en en divisant le nombre par trois. Le texte anglais mentionne également « la mendicité, la tricherie, le maquereautage, la flatterie, la subornation, la contrefaçon » (GT IV 83-84).

4 Cette phrase est un ajout du traducteur.

5 Le texte anglais est plus précis car il évoque une maladie qui fait « pourrir les os » de ceux qui la contractent : « a certain Malady, which bred Rottenness in the Bones of those, who fell into their Embraces » (GT IV 86).

6 Le traducteur réduit le nombre d’ingrédients peu ragoûtants (telle « la chair d’hommes morts ») entrant dans la composition de ce vomitif.

7 Ce paragraphe laudatif, qui sert de prélude à la description pour le moins négative d’un premier ministre, est un panégyrique de la reine Anne qui pourrait ne pas avoir été écrit par Swift, mais avoir été ajouté par l’éditeur Motte afin d’éviter la censure.

8 Le texte original mentionne que Gulliver est de basse extraction, né de parents simples et honnêtes, et non de « bons bourgeois » : « my Birth was of the lower Sort, having been born of plain honest Parents » (GT IV 96).

9 La satire des hommes de qualité est édulcorée en cette fin de chapitre, le traducteur ayant choisi par exemple de ne pas énumérer les défauts de ces personnes : « when it is seen that the Imperfections of his Mind run parallel with those of his Body and are little else than a Composition of Spleen, Dulness, Ignorance, Caprice, Sensuality and Pride » (GT IV 97).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search