Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie IV. Voyage au pays des Houyhnhnms

Chapitre V

Résumé

L’auteur pour obéir aux ordres de son maître l’informe de l’état de l’Angleterre aussi bien que des causes de la guerre entre quelques potentats de l’Europe et commence à lui donner quelques idées sur la nature du gouvernement de l’Angleterre.

Texte intégral

  • 1 Dans le texte de Swift, ce n’est pas la traduction qui est barbare, mais « la langue anglaise » : (...)

1Je prie le lecteur de se souvenir que ce que je vais dire à présent est un extrait de plusieurs conversations que j’ai eues avec mon maître pendant l’espace de plus de deux années. À mesure que je faisais de nouveaux progrès dans la langue des Houyhnhnms, il me proposait de nouvelles questions. Il m’interrogea sur l’état de l’Europe, sur le commerce, les manufactures, les arts et les sciences ; et chaque réponse que je lui faisais donnait lieu à de nouvelles demandes. Mais je mettrai seulement ici en substance les entretiens que nous eûmes sur ma patrie que je rangerai dans un certain ordre sans avoir égard aux temps ni à d’autres circonstances qui y donnèrent occasion. La seule chose qui m’embarrasse, c’est qu’il me sera très difficile de rendre avec fidélité les arguments et les expressions de mon maître, mais j’espère pourtant qu’à travers d’une traduction barbare1, on ne laissera pas d’entrevoir la beauté et la justesse de son esprit.

  • 2 De la chrétienté dans le texte anglais (GT IV 61).
  • 3 Gulliver évoque ici plusieurs controverses religieuses, telles que la transsubstantiation ou les h (...)

2Pour obéir donc à ses ordres, je lui racontai le fameux événement connu sous le nom de révolution, la longue guerre commencée alors par le prince d’Orange contre la France et renouvelée par la présente reine, guerre dans laquelle presque toutes les puissances de l’Europe2 ont été engagées. Je calculai à sa demande que pendant le cours de cette guerre un million de yahoos avaient été tués, que plus de cent villes avaient été prises et trois fois autant de vaisseaux coulés à fond. Il me demanda quelles étaient ordinairement les causes pourquoi un pays entrait en guerre avec un autre. Je répondis que ces causes étaient sans nombre, mais que je lui ferais l’énumération des principales : que quelquefois c’était l’ambition des princes qui s’imaginent toujours n’avoir pas assez de pays ni assez de peuples pour leur domination, quelquefois la corruption des ministres qui engagent leurs maîtres dans une guerre pour se rendre nécessaires ou pour détourner l’attention de dessus leur mauvaise administration ; que la différence en fait d’opinions avait coûté la vie à plusieurs millions d’hommes, par exemple, si de la chair est du pain, ou du pain de la chair — si le jus d’un certain fruit est du sang ou bien du vin — s’il vaut mieux baiser un pilier ou le jeter dans le feu — quelle est la meilleure couleur pour un habit, la noire, la blanche, la rouge ou la grise, et si cet habit doit être long ou court, étroit ou large, sale ou net avec plusieurs autres problèmes du même genre3. Jamais les guerres ne sont plus cruelles et plus sanglantes ou ne durent plus longtemps que quand c’est la diversité d’opinion qui les a allumées, principalement quand cette diversité ne regarde que des choses indifférentes.

  • 4 Omission d’une phrase qui renforce la satire de la guerre en dénonçant la façon dont certains prof (...)
  • 5 Parce « qu’elles assurent et arrondissent leurs frontières » (Trévoux).
  • 6 La syntaxe de la phrase est un peu forcée.
  • 7 Il y a là une erreur de traduction due à une confusion entre « hungry » et « hunger » d’un côté, e (...)

3Quelquefois deux princes se brouillent ensemble pour savoir qui des deux chassera un troisième de ses états sur lesquels aucun d’eux ne prétend avoir le moindre droit. Souvent un prince déclare la guerre à un autre de peur que celui-ci ne le prévienne. Quelquefois une guerre s’allume parce que l’ennemi est trop fort et quelquefois parce qu’il est trop faible. Quelquefois nos voisins ont de certaines choses dont nous manquons et manquent de certaines choses que nous avons, et nous nous entretuons jusqu’à ce qu’ils prennent les nôtres et nous donnent les leurs4. On peut avec justice faire la guerre à un allié qui possède de certaines villes qui sont en notre bienséance5 ou bien une étendue de pays qui, s’il était joint au nôtre, lui donnerait une figure plus régulière. Si un prince envoie des troupes dans un pays dont le peuple est pauvre et ignorant, il peut légitimement exterminer la moitié des habitants et réduire l’autre moitié en esclavage dans le dessein de les civiliser et de corriger la férocité de leurs mœurs. C’est une pratique très ordinaire et très honorable quand un prince demande du secours à un autre pour chasser un usurpateur, et puis s’empare du pays et tue, emprisonne ou envoie en exil le prince à l’aide de qui il est venu6. Être alliés par naissance ou par mariage est une seconde source de querelles entre deux potentats ; et plus il y a de proximité dans la parenté, plus la disposition à se quereller est grande. Les nations pauvres sont de mauvaise humeur et les nations riches sont insolentes, or qui ne voit que l’insolence et la mauvaise humeur ne s’accorderont jamais7 ? Toutes ces raisons font que le métier de soldat passe pour le plus honorable de tous parce qu’un soldat est un yahoo loué pour tuer de sang-froid le plus d’animaux de son espèce quoiqu’ils ne lui aient jamais fait le moindre mal.

4Il y a encore une autre sorte de princes en Europe qui n’ont pas les reins assez forts pour faire la guerre eux-mêmes, mais qui prêtent leurs troupes à des nations riches à tant par jour pour chaque homme, et c’est là un de leurs plus solides et de leurs plus honnêtes revenus.

5« Ce que vous venez de me conter, me dit mon maître, au sujet de la guerre me donne de grandes idées de cette raison dont vous prétendez être doués. Cependant c’est une espèce de bonheur que le pouvoir de vous autres yahoos n’est pas proportionné à votre malice et que la nature vous a mis dans l’impuissance presque absolue de faire du mal.

6« Car vos bouches n’étant pas avancées comme celles de plusieurs autres animaux, il est très difficile que vous vous mordiez les uns les autres. Pour ce qui regarde vos pieds de devant et de derrière, ils sont si tendres et si peu propres à nuire qu’un de nos yahoos en attaquerait une douzaine des vôtres. Ainsi quand vous avez fait monter si haut le nombre de ceux qui avaient été tués dans de certaines guerres, il faut nécessairement que vous ayez dit la chose qui n’est pas. »

7Ce trait d’ignorance me fit sourire et comme je n’étais pas tout à fait apprenti dans le métier de la guerre, je lui fis la description des canons, des couleuvrines, des mousquets, des carabines, des pistolets, des boulets, de la poudre, des épées, des baïonnettes, des sièges, des retraites, des attaques, des mines, des contremines, des bombardements et des combats de mer. J’ajoutai que dans ces combats, il restait quelquefois vingt mille hommes de chaque côté et que c’était quelque chose d’inexprimable que le feu continuel, le bruit et la fumée de nos canons aussi bien que les cris des blessés et des mourants ; que dans les rencontres sur terre, les vainqueurs se baignaient dans le sang, foulaient aux pieds de leurs chevaux ceux sur qui ils venaient de remporter la victoire et laissaient leurs cadavres pour servir de nourriture aux chiens, aux loups et aux oiseaux de proie. Et pour exalter la valeur de mes compatriotes, je lui protestai que je leur avais vu faire sauter en l’air tout d’un coup une centaine d’ennemis dans un siège et que les corps morts étaient retombés à terre en mille pièces au grand divertissement des spectateurs.

  • 8 Omission de la conclusion accablante de ce paragraphe : « He seemed therefore confident, that inst (...)

8J’allais entrer dans un plus grand détail quand mon maître m’imposa silence. Il dit que quiconque connaissait le naturel des yahoos les croirait aisément capables de tous les crimes dont je venais de parler si leur force était égale à leur méchanceté ; que mon discours avait non seulement augmenté l’horreur qu’il avait pour ces bêtes, mais aussi excité en lui un trouble ignoré jusqu’alors ; qu’il craignait que ses oreilles ne s’accoutumassent à entendre des choses abominables et que cette indignation dont il était frappé à présent ne diminuât insensiblement ; que quoiqu’il eût de la haine pour les yahoos de son pays, il les blâmait néanmoins à cause de leurs qualités odieuses aussi peu qu’un gnnayh (sorte d’oiseau de proie) à cause de sa cruauté, mais que quand une créature qui prétend être douée de raison est capable de certains forfaits, la corruption de cette faculté lui paraissait ravaler ceux qui en étaient les auteurs au-dessous même de la condition des bêtes brutes8.

  • 9 Cette dernière phrase (« qu’il ne sentait pas [...] raison. ») a été ajoutée par le traducteur en (...)

9Il ajouta qu’il n’en avait que trop entendu sur le sujet de la guerre, mais qu’un autre point lui faisait de la peine à présent : que je lui avais dit que quelques personnes de mon équipage avaient quitté leur patrie parce qu’elles avaient été ruinées par des procès ; qu’il ne sentait pas que pour avoir quelque différend avec un autre, il fallût faire de grandes dépenses pour qu’un juge décidât qui des deux avait tort ou raison9.

10Je répondis que je n’étais guère versé dans tout ce que nous appelons procédures parce que je n’avais presque jamais eu de commerce avec des gens du barreau, excepté une seule fois que j’avais employé quelques avocats pour demander réparation d’une injustice qui m’avait été faite sans avoir pu en venir à bout ; que néanmoins ayant eu occasion de former des liaisons avec quelques personnes ruinées par des procès et obligées ensuite par la misère à quitter leur patrie, je me faisais fort de lui donner sur ce sujet au moins quelques idées superficielles.

  • 10 Omission de la pointe satirique qui clôt cette phrase : ils s’entraînent à prouver que le noir est (...)

11Je lui dis que ceux qui faisaient profession de cette science égalaient en nombre les chenilles de nos jardins et que, quoique tous en général eussent la même profession, il y avait néanmoins quelque différence dans leurs fonctions ; que le nombre prodigieux de ceux qui s’appliquaient à cette science était cause que tous n’en pouvaient pas subsister d’une manière légitime et honnête, et qu’ainsi il fallait nécessairement que plusieurs eussent recours à l’adresse et à l’artifice ; que parmi ceux-ci il y en avait quelques-uns qui dès leur plus tendre jeunesse s’étaient appliqués à apprendre l’art de prouver que le noir est blanc et que le blanc est noir10 ; que la hardiesse de ces gens et l’audace de leurs prétentions étaient si grandes qu’ils en imposaient au vulgaire parmi lequel ils passaient pour des personnes d’une habileté consommée ; ce qui les mettait plus en vogue que tous leurs autres collègues. « Ce fut à eux, lui dis-je en poursuivant mon discours, que j’eus à faire dans le procès que je perdis et je ne saurais mieux vous faire connaître leur manière de plaider que par un exemple.

  • 11 La « partie adverse » comme il est dit quelques lignes plus bas.
  • 12 Il faudrait en fait la (et non « ma ») partie adverse.
  • 13 Le traducteur omet ici plusieurs lignes du même ordre qui prennent la justice pour cible.

12« Supposons que mon voisin ait envie d’avoir ma vache. Il loue un de ces avocats pour prouver que ma vache lui appartient. Il faut alors que j’en loue un autre pour défendre mon droit parce qu’il est contre toutes les règles de la loi qu’un homme défende sa propre cause, or dans ce cas, moi à qui la vache appartient, j’ai deux grands désavantages : premièrement, mon avocat étant, comme je l’ai dit, accoutumé dès sa jeunesse à défendre la fausseté et l’injustice est tout à fait hors de son élément quand il est question de parler en faveur de l’équité, car comme cette fonction lui est entièrement nouvelle, il s’y prendra sûrement de travers quand même il voudrait faire de son mieux ; le second désavantage, c’est que la nature de mon affaire exige que mon avocat prenne de grandes précautions, car comme la subsistance de tant de personnes dépend de l’occupation qu’elles ont, si mon avocat plaide ma cause de manière que mon affaire soit d’abord expédiée, il est sûr de s’attirer sinon l’indignation de ses supérieurs, du moins la haine de ses confrères qui le regarderont comme une espèce de serpent qu’ils nourrissent dans leur sein. Le cas ainsi posé, je n’ai que deux méthodes de garder ma vache : l’une est de corrompre l’avocat de ma partie11 en lui promettant double salaire et cet artifice doit naturellement me réussir puisque l’éducation et le caractère du personnage dont il s’agit me donnent lieu d’espérer qu’il trahira celui qui a eu l’imprudence de se fier à lui ; l’autre méthode est que mon avocat n’insiste point sur la justice de ma cause et reconnaisse que ma vache appartient à ma12 partie adverse parce que l’événement a démontré mille et mille fois qu’un grand préjugé en faveur du succès d’une cause est quand elle est notoirement injuste13.

13« C’est une maxime parmi ces gens que tout ce qui a été fait auparavant peut légitimement se faire encore. Voilà pourquoi ils gardent soigneusement par écrit toutes les décisions déjà faites, même celles qui par ignorance ou par corruption renversent les règles les plus ordinaires de l’équité et de la raison. Toutes ces décisions deviennent entre leurs mains des autorités par lesquelles ils tâchent de blanchir les crimes les plus noirs et de justifier les prétentions les plus iniques ; et cette pratique leur réussit si bien qu’il n’est guère possible d’imaginer un procès dans lequel les deux parties n’aient plus d’une décision à alléguer en leur faveur.

14« En plaidant, ils évitent soigneusement de venir au fait, mais en récompense ils aimeraient mieux renoncer à leur profession que d’oublier la moindre circonstance inutile. Par exemple, pour ramener la supposition que je viens de faire, ils ne s’informeront pas de quel droit ma partie adverse prétend que ma vache lui appartient, mais si cette vache est noire ou blanche, si ses cornes sont longues ou courtes, si le pré dans lequel elle paît est rond ou carré, à quelle maladie elle est sujette et ainsi du reste ; après quoi ils consultent tous les arrêts rendus en pareil cas, renvoient la décision de la cause à un autre temps, et de renvoi en renvoi, vingt ou trente ans après, le juge déclare qui a tort ou raison.

15« Il faut remarquer aussi que ces Messieurs ont un jargon qui leur est particulier, intelligible pour eux seuls et que c’est dans ce jargon que leurs lois sont écrites. C’est par là principalement qu’ils ont réussi à confondre le vrai et le faux, le juste et l’injuste ; et ils en sont si bien venus à bout qu’ils sont capables de plaider pendant trente ans pour savoir si un champ qui a appartenu à mes aïeux depuis six générations est à moi ou bien à un étranger qui n’a jamais prétendu être de mes parents.

16« Pour ce qui regarde l’examen de ceux qui sont accusés de crimes d’État, les procédures ne sont pas si longues, car si ceux qui sont à la tête des affaires prennent soin (comme ils n’y manquent guère) de faire donner ces sortes de commissions à des gens de loi dont la complaisance et l’habileté leur sont connues, ceux-ci dès qu’ils savent les intentions de leurs protecteurs ne manquent pas de condamner ou d’absoudre les accusés et cela sans faire tort à aucune des formes prescrites par la loi. »

17Mon maître m’interrompit en cet endroit pour me dire que c’était bien dommage que des hommes qui avaient autant de connaissances et autant de talents que ces avocats ne s’appliquassent pas plutôt à en faire part aux autres. Je répondis que leur profession emportait tout leur temps et qu’ils n’avaient pas même le loisir de penser à autre chose ; que cela était si vrai que hors de leur métier, ils étaient d’une ignorance et d’une stupidité au-dessus de toute expression et qu’on avait remarqué qu’ils étaient ennemis jurés de tout ce qu’on appelle connaissances comme s’ils avaient résolu de chasser la raison de toutes les sciences après l’avoir bannie de leur profession.

Notes

1 Dans le texte de Swift, ce n’est pas la traduction qui est barbare, mais « la langue anglaise » : « a Translation into our barbarous English » (GT IV 61). Cette référence péjorative à « notre langue anglaise barbare » est un véritable manque dans la traduction, car c’est par de tels détails que le narrateur montre qu’il a insensiblement, mais véritablement commencé à se dissocier de son pays et à le mépriser.

2 De la chrétienté dans le texte anglais (GT IV 61).

3 Gulliver évoque ici plusieurs controverses religieuses, telles que la transsubstantiation ou les habits des ecclésiastiques.

4 Omission d’une phrase qui renforce la satire de la guerre en dénonçant la façon dont certains profitent de la faiblesse d’autres pays déjà ravagés par la famine, la peste ou les guerres intestines : « It is a very justifiable Cause of War to invade a Country after the People have been wasted by Famine, destroyed by Pestilence, or embroiled by Factions amongst themselves » (GT IV 64).

5 Parce « qu’elles assurent et arrondissent leurs frontières » (Trévoux).

6 La syntaxe de la phrase est un peu forcée.

7 Il y a là une erreur de traduction due à une confusion entre « hungry » et « hunger » d’un côté, et « angry » et « anger » de l’autre : les nations pauvres ne sont pas « de mauvaise humeur », elles sont affamées : « Poor Nations are hungry, and rich Nations are proud, and Pride and Hunger will ever be at Variance » (GT IV 65).

8 Omission de la conclusion accablante de ce paragraphe : « He seemed therefore confident, that instead of Reason, we were only possessed of some Quality fitted to increase our natural Vices ; as the Reflection form a troubled Stream returns the Image of an ill-shapen Body, not only larger, but more distorted » (GT IV 68-69).

9 Cette dernière phrase (« qu’il ne sentait pas [...] raison. ») a été ajoutée par le traducteur en lieu et place d’un paragraphe dans lequel le maître s’interroge sur la nature et l’utilité de la loi (GT IV 69-70).

10 Omission de la pointe satirique qui clôt cette phrase : ils s’entraînent à prouver que le noir est blanc et que le blanc est noir « en fonction de leur rétribution » (« according as they are paid » [GT IV 71]).

11 La « partie adverse » comme il est dit quelques lignes plus bas.

12 Il faudrait en fait la (et non « ma ») partie adverse.

13 Le traducteur omet ici plusieurs lignes du même ordre qui prennent la justice pour cible.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search