Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie IV. Voyage au pays des Houyhnhnms

Chapitre IV

Résumé

Notion des Houyhnhnms touchant le vrai et le faux. Discours de l’auteur désapprouvé par son maître. L’auteur entre dans un plus grand détail sur lui-même et sur les accidents de son voyage.

Texte intégral

  • 1 Le discours direct est un ajout du traducteur.

1Mon maître écouta ce que je venais de lui dire avec cet air d’embarras qu’on a quand on nous dit des choses que nous avons peine à comprendre ; ce qui venait de ce que les idées de doute et d’incertitude à l’égard de la vérité d’un fait étaient entièrement nouvelles pour lui. Et je me souviens que dans plusieurs discours que j’eus avec mon maître touchant les hommes en général, étant obligé de lui parler des mensonges dont ils se servent pour se tromper les uns les autres, ce ne fut qu’avec une extrême difficulté que je vins à bout de me faire entendre quoique d’ailleurs il eût la compréhension du monde la plus aisée. Car voici comme il raisonnait : « L’usage de la parole1 est institué pour se faire entendre et pour apprendre ce que nous ignorons, or si quelqu’un dit la chose qui n’est pas, il renverse cette institution parce qu’à proprement parler, je ne saurais dire que je l’entends, et que bien loin de m’apprendre quelque chose, il me met dans un pire état que l’ignorance puisqu’il me persuade que le noir est blanc. » Voilà toutes les notions qu’il avait touchant la faculté de mentir que les hommes possèdent si parfaitement.

  • 2 Le Gulliver de Swift ne dit pas que, dans son pays, ce sont les seuls animaux raisonnables, mais l (...)
  • 3 Cette promesse rassurante est un ajout du traducteur.

2Pour revenir à mon sujet : quand j’eus dit que les yahoos étaient les seuls animaux raisonnables2 de mon pays, mon maître me demanda si nous avions des Houyhnhnms parmi nous et quel était leur emploi. Je lui répondis que nous en avions un grand nombre, qu’en été ils paissaient dans les champs et qu’en hiver on les gardait dans des maisons où on les nourrissait de foin et d’avoine et où des yahoos qui servaient de valets étaient obligés de leur peigner la crinière, de leur nettoyer les pieds, de leur donner à manger et de faire leurs lits. « Je vous entends, me dit mon maître, et je comprends par ce que vous dites que quelque portion de raison que vos yahoos prétendent avoir, les Houyhnhnms sont pourtant vos maîtres ; je serais charmé que nos yahoos fussent aussi traitables. » Je le suppliai de me permettre de n’en dire pas davantage parce que j’étais parfaitement sûr que la solution de la difficulté qu’il me proposait ne pourrait manquer de lui déplaire, mais il m’ordonna de parler librement et me promit de ne se point fâcher. Rassuré par cette promesse3, je lui dis que nos Houyhnhnms que nous appelions chevaux étaient les plus beaux et les plus généreux de tous les animaux que nous eussions ; qu’ils excellaient en force et en vitesse ; que quand ils appartenaient à des personnes de qualité, ils n’étaient employés qu’à porter leurs maîtres ou qu’à tirer des chariots, et au reste fort bien traités à moins qu’ils ne tombassent malades ou ne devinssent fourbus parce qu’alors on les vendait et qu’on ne s’en servait plus qu’à des occupations basses jusqu’à leur mort ; après quoi on les écorchait pour tirer quelque profit de leur peau et on jetait le reste de leur corps pour servir de pâture aux chiens ou à des oiseaux de proie. « Mais, ajoutai-je, les chevaux ordinaires ne sont pas si heureux puisqu’ils sont mal nourris et employés par des fermiers ou des charretiers à de bien plus rudes travaux. » Je lui décrivis le mieux qu’il me fut possible notre manière d’aller à cheval aussi bien que la forme et l’usage de nos brides, nos selles, nos éperons et nos fouets. Je lui dis ensuite que nous attachions de certaines plaques d’une substance dure, appelée fer, au-dessous de leurs pieds afin qu’ils ne se fissent point de mal en marchant dans les chemins pierreux.

3Mon maître me parut indigné de mon discours ; cependant il se contenta de me dire qu’il s’étonnait de la hardiesse que nous prenions de monter sur le dos d’un Houyhnhnm parce qu’il était sûr que le moins fort de ses domestiques était capable de jeter à terre le plus robuste yahoo et même d’écraser cette bête en se roulant sur le dos. Je répondis que nous accoutumions nos chevaux dès l’âge de trois ou quatre ans aux différents services auxquels nous les destinions ; que ceux d’entre eux qui étaient extraordinairement vicieux étaient employés au charriage ; que pendant qu’ils étaient jeunes, on les châtiait sévèrement pour les corriger de ces sortes de défauts auxquels les châtiments peuvent servir de remède ; qu’on châtrait la plupart des mâles quand ils avaient atteint l’âge de deux ans pour les rendre plus doux et plus traitables ; qu’il fallait avouer qu’ils étaient sensibles aux punitions et aux récompenses, mais qu’il était certain qu’ils n’avaient pas la moindre teinture de raison.

  • 4 Le discours direct est un ajout du traducteur.
  • 5 Omission de quelques lignes décrivant l’inutilité des pieds des humains (GT IV 54).

4Je fus obligé de me servir de beaucoup de circonlocutions pour donner à mon maître de justes idées de tout ce que je venais de dire, car leur langue n’est pas abondante en mots parce que leurs besoins et leurs passions sont en bien plus petit nombre que les nôtres, mais il m’est impossible d’exprimer le noble ressentiment que lui inspira l’idée du traitement cruel que nous faisions à plusieurs de nos Houyhnhnms, particulièrement après que je lui eus expliqué le but qu’on se proposait par cette sanglante opération qui était d’empêcher qu’ils ne pussent réussir à la propagation de leur espèce, et de les rendre plus serviles. Il dit que s’il était possible qu’il y eût un pays où les yahoos seuls étaient doués de raison, il fallait nécessairement qu’ils y fussent aussi les maîtres parce qu’à la longue, la raison l’emportait toujours sur une force aveugle et brutale, mais que considérant la forme de nos corps et en particulier du mien, il lui semblait qu’aucune créature d’égal volume n’était moins propre à faire usage de cette raison dans les affaires ordinaires de la vie ; sur quoi il me pria de lui dire si mes compatriotes ressemblaient à moi ou bien aux yahoos de son pays. Je lui dis que j’étais aussi bien fait que la plupart des hommes de mon âge, mais que les jeunes et les femelles avaient la peau beaucoup plus douce et que celles-ci particulièrement l’avaient d’ordinaire blanche comme du lait. « Il est vrai4, me répondit-il, qu’il y a quelque différence entre vous et les autres yahoos puisque vous êtes plus propre et pas tout à fait aussi difforme qu’eux. » Mais il ajouta qu’en fait d’avantages réels, ils l’emportaient sur moi ; que mes ongles, tant aux pieds de devant qu’à ceux de derrière, ne m’étaient d’aucun usage ; qu’à l’égard de mes pieds de devant, ce n’était qu’improprement qu’il leur donnait ce nom, ne m’ayant jamais vu marcher dessus ; que la peau n’en était pas assez dure pour les appuyer sur des pierres ; que la plupart du temps je ne les couvrais de rien et que la couverture dont je les enveloppais quelquefois n’était ni de la même figure ni aussi forte que celle que je mettais à mes pieds de derrière ; qu’il fallait nécessairement que je tombasse souvent puisqu’il était impossible que je me tinsse toujours ferme en ne m’appuyant que sur deux pieds. Il commença alors à faire la critique des autres parties de mon corps, disant que mon nez avançait trop, que mes yeux étaient si enfoncés dans ma tête que j’étais obligé de la tourner si je voulais voir quelque objet qui fût à mes côtés, que je ne pouvais prendre de nourriture sans approcher un de mes pieds de devant de ma bouche5, que pour défendre mon corps contre le chaud et contre le froid, j’étais obligé d’avoir recours à des habits que je ne pouvais ôter et remettre chaque jour sans qu’il m’en coûtât beaucoup de temps et de peine et enfin qu’il avait observé que tous les animaux de son pays avaient naturellement de l’horreur pour les yahoos, que les plus faibles les fuyaient et que les plus forts les chassaient loin d’eux. D’où il concluait qu’en nous supposant doués de raison, il n’en était pas moins embarrassé pour cela à savoir comment nous pouvions remédier à cette antipathie naturelle que toutes les créatures paraissaient avoir contre nous ni par conséquent comment nous pouvions les apprivoiser et en tirer service. « Mais, poursuivit-il, je ne veux pas entrer plus loin dans cette discussion parce que ma grande envie est d’apprendre votre histoire, dans quel pays vous êtes né et tout ce qui vous est arrivé de plus important avant que de venir ici. »

  • 6 Il s’agit moins de bons bourgeois que « d’honnêtes parents » (« my Birth was of honest Parents » [(...)
  • 7 Possible allusion à la reine Anne, qui régna de 1702 à 1714.
  • 8 Sans doute par erreur pour remplacer (« to supply » dans le texte anglais).
  • 9 Emploi déjà déconseillé à l’époque ; voir F. Brunot, Histoire de la langue française, Paris, 1933, (...)
  • 10 Manquent à cette énumération les accusations suivantes : « le vol, le viol, la sodomie et le fait (...)

5Je lui dis que je ferais de mon mieux pour satisfaire entièrement sa curiosité, mais que je craignais bien qu’il n’y eût plusieurs choses dont il me serait impossible de lui donner des idées parce que je ne voyais rien dans son pays à quoi je pusse les comparer ; que néanmoins j’allais essayer de le contenter sur tous les articles qu’il venait d’indiquer, mais que je le suppliais de m’aider quand je ne pourrais pas trouver les expressions qu’il me faudrait ; ce qu’il eut la bonté de me promettre. Je dis que mes parents étaient de bons bourgeois6, établis dans une île nommée Angleterre qui était si éloignée de son pays qu’un de ses domestiques aurait de la peine à y arriver en un an quand même il irait toujours tout droit ; que mes parents m’avaient fait apprendre la chirurgie, c’est-à-dire l’art de guérir les plaies et les contusions qui arrivent au corps ; que mon pays était gouverné par une femme que nous appelons reine7 ; que j’avais quitté ma patrie pour acquérir des richesses par le moyen desquelles je pusse à mon retour vivre dans l’opulence avec ma famille ; que dans mon dernier voyage, j’étais commandant du vaisseau et que j’avais sous moi une cinquantaine de yahoos dont plusieurs étaient morts en mer ; ce qui m’avait forcé à les remplir8 par d’autres de différentes nations ; que notre vaisseau avait deux fois été en danger de couler à fond, la première par une violente tempête et la seconde parce qu’il avait donné contre un rocher. Mon maître m’interrompit en cet endroit pour me demander comment je pouvais persuader à des étrangers de différents pays de s’embarquer avec moi dont le vaisseau avait couru tant de risques et à bord de qui9 tant de monde était mort. Je lui dis que c’étaient des gens de sac et de corde, obligés de quitter leur pays à cause de leurs crimes ou de leur pauvreté ; que quelques-uns avaient été ruinés par des procès ; que d’autres s’étaient jetés dans la misère par la boisson, le jeu ou les femmes ; que d’autres étaient coupables de trahison ; qu’un grand nombre l’était de meurtre, de vol, d’empoisonnement, de parjure, de fausse monnaie ou de désertion10 et que presque tous s’étaient sauvés de prison ; ce qui faisait qu’aucun d’eux n’osait remettre le pied dans sa patrie de peur d’être pendu ou mis pour le reste de ses jours dans un cachot, et qu’ainsi ils étaient forcés de chercher à gagner leur vie dans des pays éloignés.

6Mon maître m’interrompit plus d’une fois dans ce discours. Je m’étais servi de plusieurs circonlocutions pour lui faire connaître la nature des différents crimes qui avaient porté la plus grande partie de mon équipage à quitter leur [sic] patrie. Ce ne fut qu’après plusieurs conversations qu’il vint à bout de me comprendre. Ce qu’il concevait le moins, disait-il, était la nécessité ou l’usage de ces crimes. Pour éclaircir ce point, je fus obligé de lui donner quelques idées du désir d’être puissant et riche aussi bien que des terribles effets de l’esprit de vengeance, de la haine, de la cruauté, de l’intempérance et de la volupté. Pour lui faire connaître ces passions, je fis des suppositions capables de lui en faire concevoir quelques notions. Après quoi, tel qu’un homme dont l’imagination est frappée de quelque chose qu’il n’avait jamais vu auparavant ni dont il n’avait jamais entendu parler, il levait les yeux en haut avec étonnement et avec indignation. Pouvoir, gouvernement, guerre, lois, punitions et mille autres choses ne pouvaient être exprimés dans cette langue, faute de termes et c’était de là que venait le cruel embarras où j’étais de faire concevoir à mon maître ce que je voulais dire. Mais ayant la compréhension admirable, il parvint enfin à connaître sinon parfaitement, du moins en grande partie, de quoi la nature humaine est capable parmi nous et me pria d’entrer un peu dans le détail sur les affaires de ce pays que j’appelais Europe, mais particulièrement sur celles de ma patrie.

Notes

1 Le discours direct est un ajout du traducteur.

2 Le Gulliver de Swift ne dit pas que, dans son pays, ce sont les seuls animaux raisonnables, mais les seuls qui dominent les autres : « the only governing Animals in my Country » (GT IV 48). La différence d’adjectif est d’importance dans la mesure où Gulliver a déjà commencé à se transformer et à considérer les humains comme des êtres déraisonnables en comparaison des Houyhnhnms.

3 Cette promesse rassurante est un ajout du traducteur.

4 Le discours direct est un ajout du traducteur.

5 Omission de quelques lignes décrivant l’inutilité des pieds des humains (GT IV 54).

6 Il s’agit moins de bons bourgeois que « d’honnêtes parents » (« my Birth was of honest Parents » [GT II 56]). Gulliver précise à nouveau plus loin qu’il est de basse extraction (voir la note 355).

7 Possible allusion à la reine Anne, qui régna de 1702 à 1714.

8 Sans doute par erreur pour remplacer (« to supply » dans le texte anglais).

9 Emploi déjà déconseillé à l’époque ; voir F. Brunot, Histoire de la langue française, Paris, 1933, t. VI, p. 1672.

10 Manquent à cette énumération les accusations suivantes : « le vol, le viol, la sodomie et le fait de passer à l’ennemi » (GT IV 57).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search