Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie IV. Voyage au pays des Houyhnhnms

Chapitre III

Résumé

L’auteur s’applique à apprendre la langue du pays et son maître le Houyhnhnm lui en donne des leçons. Description de cette langue. Plusieurs Houyhnhnms de qualité viennent par curiosité voir l’auteur. Il fait à son maître un récit abrégé de son voyage.

Texte intégral

1Ma principale application était à apprendre la langue que mon maître (car c’est le nom que je lui donnerai dorénavant) et ses enfants aussi bien que tous les domestiques de la maison avaient un empressement égal à m’enseigner, car ils regardaient comme un prodige qu’un animal brute [sic] donnât tant de marques apparentes de raison. Je marquais chaque chose au doigt et en demandais le nom que j’écrivais ensuite dans mon journal quand j’étais seul. Pour ce qui regarde l’accent, je tâchais de l’attraper en priant ceux de la maison de prononcer plusieurs fois les mêmes mots ; en quoi un cheval alezan qui n’était que simple valet d’écurie me fut d’une grande utilité.

2Leur langue approche du haut-allemand plus que d’aucune autre langue de l’Europe, mais elle la surpasse en agrément et en énergie. L’empereur Charles V a fait la même remarque quand il a dit que s’il avait à parler à ses chevaux, ce serait en allemand.

3La curiosité et l’impatience de mon maître furent si grandes qu’il employa plusieurs heures par jour à m’instruire. Il était persuadé (comme il me le déclara depuis) que j’étais un yahoo, mais ce qu’il ne pouvait comprendre était ma docilité, mon air honnête et ma propreté, qualités qu’aucun yahoo du pays n’avait jamais possédées. Mes habits étaient une autre merveille incompréhensible pour lui, car il croyait qu’ils faisaient partie de mon corps parce que j’avais soin de ne les jamais ôter que toute la famille ne fût retirée et de les mettre le matin avant que qui que ce soit fût levé. Mon maître était curieux de savoir d’où je venais, comment j’avais acquis ces apparences de raison qu’il découvrait dans toutes mes actions et d’apprendre mon histoire de ma propre bouche ; ce qu’il espérait que je serais bientôt en état de faire, vu les grands progrès que j’avais déjà faits en apprenant et en prononçant leurs mots et leurs phrases. Pour aider ma mémoire, je m’avisai d’écrire tous les mots que j’apprenais avec leur traduction à côté. Cette méthode me fut d’un si grand secours qu’à la fin la présence même de mon maître ne m’empêcha pas de mettre quelques termes et quelques manières de parler sur le papier. J’eus bien de la peine à lui expliquer ce que je faisais, car les Houyhnhnms n’ont pas la moindre idée de tout ce que nous appelons livres ou écriture.

4Dans l’espace de dix semaines, je fus capable d’entendre la plupart de ses questions et quelques semaines après, de lui faire passablement réponse. Il mourait d’envie d’apprendre d’où je venais et qui m’avait enseigné à imiter une créature raisonnable à cause que les yahoos (à qui il voyait que je ressemblais exactement pour la tête, les mains et le visage qui étaient les seules parties de mon corps qui fussent visibles) avaient toujours passé chez eux pour les moins disciplinables de toutes les bêtes féroces. Je répondis que je venais par mer d’un endroit fort éloigné avec plusieurs autres créatures de mon espèce et cela dans un grand vaisseau creux fait de bois ; que mes compagnons m’avaient mis par force à terre sur cette côte et m’y avaient laissé. Ce ne fut qu’avec une extrême difficulté et à l’aide de plusieurs signes que je lui fis comprendre ces choses. Il répliqua qu’il fallait nécessairement que je me trompasse ou que je disse « la chose qui n’est pas » (car ils n’ont aucun mot dans leur langue pour désigner ce que nous appelons fausseté ou mensonge). « Je sais, ajouta-t-il, qu’il est impossible qu’il y ait un pays au-delà de la mer ou qu’une troupe de brutes soit capable de conduire sur l’eau un vaisseau de bois. Aucun Houyhnhnm au monde n’est assez habile pour faire une pareille voiture ni assez imprudent pour en confier la direction à des yahoos. »

5Le mot Houyhnhnm signifie dans leur langue un cheval et dans son origine étymologique, la perfection de la nature. Je dis à mon maître que l’expression m’embarrassait, mais que je tâcherais à force d’application de surmonter dans peu cette difficulté et que j’espérais d’être bientôt en état de lui raconter des merveilles. Il eut la bonté de dire à sa propre cavale, à ses deux poulains et à tous les domestiques de sa maison de ne négliger aucune occasion de m’instruire et lui-même se donnait cette peine pendant deux ou trois heures chaque jour. Plusieurs chevaux et quelques juments de qualité du voisinage vinrent chez nous sur le bruit qui s’était répandu qu’il y avait un yahoo qui parlait comme un Houyhnhnm et dans les paroles et les actions de qui on découvrait quelque lueur de raison. Ces étrangers parurent prendre beaucoup de plaisir à ma conversation ; ils me firent plusieurs questions auxquelles je répondis de mon mieux. Par tous ces moyens je fis de si grands progrès que cinq mois après mon arrivée, j’entendais tout ce qu’on disait et m’exprimais moi-même passablement bien.

  • 1 Omission d’un paragraphe entier sur la façon dont le héros a été obligé de révéler la vérité sur c (...)

6Les Houyhnhnms qui vinrent visiter mon maître dans le dessein de me voir et de causer avec moi ne purent se persuader que je fusse un véritable yahoo parce que j’étais autrement couvert que ces animaux1. J’avais été dans la résolution jusqu’alors de garder le silence sur le chapitre de mes habits pour me distinguer autant qu’il m’était possible de cette maudite race de yahoos, mais quelques jours après je changeai d’avis et crus qu’il y aurait de l’ingratitude à en faire plus longtemps un secret à mon maître. Ajoutez à cela que je remarquais que mes habits et mes souliers seraient bientôt usés et qu’il faudrait nécessairement que je m’en fisse d’autres de peau d’yahoos ou de quelques autres animaux par où tout le mystère serait découvert. Je dis donc à mon maître que dans le pays dont je venais, ceux de mon espèce se couvraient le corps du poil de certaines bêtes artistement préparé, cela en partie par bienséance et en partie pour se garantir des injures de l’air ; que s’il le souhaitait, je m’offrais à lui montrer en ma personne un échantillon de la vérité de ce que j’avançais pourvu qu’il me permît de dérober à ses yeux ces parties que la nature nous enseigne à cacher. Il me dit que mon discours lui paraissait fort étrange, mais principalement la conclusion ; qu’il ne comprenait pas comment la nature pouvait nous enseigner à cacher son propre ouvrage ; que ni lui ni aucun de sa famille n’avait honte d’aucune partie de leurs corps, mais que j’étais le maître de faire à cet égard ce que je voudrais. Sur quoi je commençai par déboutonner et par ôter mon habit ; je fis la même chose à l’égard de ma veste ; j’ôtai ensuite mes souliers et mes bas, et pour achever de satisfaire sa curiosité, je lui montrai ma poitrine et mes bras tout nus.

  • 2 Omission d’un détail de cette description qui pourrait choquer les bienséances, même indirectement (...)

7Mon maître considéra ces différents objets avec la plus avide curiosité. Il prit tous mes habits pièce à pièce dans son pâturon et les examina attentivement ; après quoi, ayant passé légèrement un de ses pieds de devant sur plusieurs parties de mon corps, il me dit que j’étais à son avis un parfait yahoo ; que la seule différence qu’il y avait entre moi et le reste de mon espèce consistait en ce que j’avais la peau plus blanche, plus douce et plus unie2, et les ongles des pattes de devant et de derrière plus courts que les yahoos ordinaires, aussi bien que dans l’affectation de marcher toujours sur mes deux pieds de derrière. Il ajouta qu’il n’en voulait pas voir davantage et que comme il lui paraissait que j’avais froid, je pouvais remettre mes habits.

8Je lui marquai quelque mécontentement de ce qu’il m’avait si souvent donné le nom de yahoo qui était un animal odieux pour lequel j’avais un souverain mépris et une parfaite haine. Je le suppliai de ne se plus servir à mon égard d’un titre si outrageant et de faire que ceux de sa maison et les amis à qui il permettait de me venir voir eussent la même attention. À cette grâce, je le suppliai d’en ajouter une autre qui était de ne dire à personne que ce qu’on voyait n’était pas mon véritable corps parce qu’on regarderait mes habits comme une espèce d’artifice par lequel j’aurais voulu persuader que je n’étais point un yahoo.

9Mon maître m’accorda ces demandes de la manière du monde la plus gracieuse et ainsi le secret fut gardé jusqu’à ce que mes habits commençassent à s’user et m’obligeassent à avoir recours à différents moyens pour les raccommoder comme je le dirai en son lieu. Dans le même temps il me pria de m’employer avec toute la diligence possible à apprendre la langue du pays parce qu’il était encore plus étonné de mon intelligence et de ma faculté de parler que de la figure de mon corps soit qu’il fût couvert ou non, ajoutant qu’il était dans la dernière impatience d’entendre les merveilles que j’avais promis de lui raconter.

10Depuis ce moment il prit une fois plus de peine qu’auparavant à m’instruire. Il me mena dans toutes les compagnies et faisait que tous ceux qui y étaient me traitaient avec beaucoup de civilité parce que, comme il le leur disait en particulier, cela me mettrait de bonne humeur et me rendrait plus divertissant.

11Chaque jour quand je l’allais saluer, il ajoutait à la peine qu’il prenait de m’instruire, des questions touchant moi-même auxquelles je répondais le mieux qu’il m’était possible, et par là je lui avais déjà donné quelques idées générales quoique fort imparfaites.

  • 3 « Pour satisfaire la curiosité de mon maître [...] plus mal entendues » est un ajout étonnant du t (...)

12Il serait ennuyeux de marquer les différents degrés par lesquels je passai avant que je fusse capable d’une conversation un peu suivie. Voici la première de ces conversations. Pour satisfaire la curiosité de mon maître que je n’avais fait jusqu’alors qu’irriter par des réponses mal exprimées et encore plus mal entendues3, je lui dis un jour que je venais d’un pays fort éloigné, comme j’avais déjà eu l’honneur de lui dire, avec une cinquantaine d’animaux de mon espèce ; que nous avions traversé plusieurs mers dans un vaisseau de bois plus grand que sa maison. Je lui fis là-dessus la plus exacte description du vaisseau que je pus et tâchai de lui expliquer par la comparaison de mon mouchoir déployé comment ce vaisseau avait été poussé par le vent ; que mes gens s’étant révoltés contre moi m’avaient mis à terre sur cette côte où j’avais d’abord rencontré ces exécrables yahoos de la persécution desquels sa venue m’avait délivré. Il me demanda qui avait fait le vaisseau et comment il était possible que les Houyhnhnms de mon pays en eussent confié la direction à des brutes. Je répondis que je n’oserais pas poursuivre ma relation à moins qu’il ne m’engageât sa parole qu’il ne se fâcherait pas et qu’à cette condition je lui raconterais les merveilles dont je lui avais si souvent parlé. Il me le promit et là-dessus je continuai mon discours en l’assurant que le vaisseau avait été fait par des créatures comme moi qui dans tous les pays que j’avais parcourus aussi bien que dans le mien étaient les seuls animaux doués de raison, et qu’à mon arrivée dans le pays, j’avais autant été étonné de voir les Houyhnhnms agissant comme des êtres raisonnables que lui ou ses amis avaient pu l’être de découvrir des marques d’intelligence dans une créature qu’il lui plaisait de confondre avec les yahoos à qui j’avouais bien que je ressemblais à quelques égards, mais nullement du côté de la bêtise et de la férocité. J’ajoutai que si j’avais jamais le bonheur de revenir dans ma patrie et d’y pouvoir raconter mes voyages, comme c’était mon intention, tout le monde me taxerait de dire « la chose qui n’est pas », et que malgré le profond respect que j’avais pour lui, sa famille et ses amis, je pouvais lui dire que mes compatriotes auraient grande peine à croire qu’il y eût un pays au monde où les yahoos fussent des brutes et les Houyhnhnms des créatures raisonnables.

Notes

1 Omission d’un paragraphe entier sur la façon dont le héros a été obligé de révéler la vérité sur ce point (GT IV 38-39). Le paragraphe relate un incident au cours duquel le valet surprend Gulliver endormi sans ses vêtements, à la suite de quoi Gulliver en explique l’usage à son maître.

2 Omission d’un détail de cette description qui pourrait choquer les bienséances, même indirectement : « my want of Hair in several Parts of my Body » (GT IV 42).

3 « Pour satisfaire la curiosité de mon maître [...] plus mal entendues » est un ajout étonnant du traducteur dans la mesure où, dans toute la partie IV, le maître se distingue davantage par son équanimité que par son irritabilité.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search