Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie IV. Voyage au pays des Houyhnhnms

Chapitre II

Résumé

Un Houyhnhnm conduit l’auteur à sa maison. Description de cette maison. Manière dont l’auteur y est reçu. Nourriture des Houyhnhnms. L’auteur pourvu d’aliments après avoir craint d’en manquer. Manière dont il se nourrissait dans ce pays.

Texte intégral

1Nous avions fait environ trois miles quand nous arrivâmes à un long bâtiment fait de bois de charpente ; le toit en était assez bas et couvert de paille. Je commençai alors à prendre courage et tirai de ma poche quelques-unes de ces babioles que les voyageurs portent d’ordinaire avec eux pour en faire à peu de frais de magnifiques présents aux Indiens de l’Amérique ; je tirai de ma poche, dis-je, quelques-unes de ces babioles dans l’espérance de me concilier par là l’affection de ceux de la maison. Le cheval me fit signe d’entrer le premier. Je le fis et me trouvai dans une écurie fort propre où il ne manquait ni râtelier ni mangeoire. Il y avait trois chevaux et deux juments dont aucun ne mangeait, mais dont quelques-uns étaient assis sur leurs jarrets ; ce qui m’étonna beaucoup, mais ce qui augmenta encore mon étonnement fut que je vis le reste occupé à faire le même ouvrage que nos palefreniers font dans nos écuries. Ce spectacle me confirma dans ma première opinion qu’un peuple capable de civiliser des brutes jusqu’à ce point devait être le plus sage et le plus habile peuple de la terre. Le gris pommelé entra alors et prévint le mauvais traitement que les autres auraient pu me faire : il leur hennit à différentes reprises d’un ton d’autorité et reçut chaque fois réponse.

2Par-dessus cette manière d’appartement où nous étions, il y en avait encore trois autres de plain-pied dans lesquels on entrait par trois portes vis-à-vis les unes des autres. Nous nous rendîmes par le second appartement à la porte du troisième où le cheval gris entra seul, me faisant signe de l’attendre. J’obéis et préparai en attendant mes présents pour le maître et pour la maîtresse de la maison ; ces présents consistaient en deux couteaux, trois bracelets de perles fausses, une petite lunette d’approche et un collier de verre. Le cheval hennit trois ou quatre fois et je m’attendais à quelque réponse prononcée par une voix humaine, mais un hennissement aussi articulé, quoique plus grêle que le sien, fut toute la réponse qu’il reçut. J’allai m’imaginer que cette maison appartenait à quelque personne de la première distinction puisque j’essuyais tant de cérémonies avant que d’être admis, car il me paraissait entièrement incroyable qu’un homme de qualité ne fût servi que par des chevaux.

3Je craignis pendant un instant que mes malheurs et mes souffrances ne m’eussent fait perdre l’esprit : je regardai tout autour de moi dans la chambre où j’avais été laissé seul et je la trouvai comme la première, quoiqu’un peu plus propre. Je me frottai plusieurs fois les yeux, mais ils furent constamment frappés des mêmes objets ; je me pinçai les bras et les côtés pour me réveiller dans l’espérance que ce qui venait de m’arriver ne fût qu’un songe ; après quoi je fus obligé d’attribuer à la magie tout ce que je voyais. Mais je fus interrompu dans ces réflexions par l’arrivée du cheval gris qui me fit signe de le suivre dans le troisième appartement où je vis une fort jolie cavale avec deux poulains, assis sur des nattes de paille très bien faites et de la dernière propreté.

4Dès que la cavale m’eut vu, elle se leva de sa natte, s’approcha de moi et m’examina depuis les pieds jusqu’à la tête, examen qui finit par un regard de mépris ; après quoi elle se tourna vers le cheval et j’ouïs que l’un et l’autre répétaient souvent le mot de yahoo, mot dont je ne comprenais pas alors la signification quoique ce fût le premier que j’eusse appris à prononcer, mais je ne tardai guère à en savoir le sens et j’achetai cette connaissance par la plus cruelle de toutes les mortifications, car le cheval, me faisant signe de la tête et répétant le mot Hhuun, hhuun comme il avait fait sur la route — ce qui voulait dire (comme je l’ai déjà expliqué) que je devais le suivre — me conduisit dans une manière de cour où il y avait un autre bâtiment à quelque distance de la maison. Nous entrâmes dans ce bâtiment et je vis trois de ces détestables créatures que j’avais rencontrées immédiatement après mon arrivée, qui se nourrissaient de racines et de la chair de quelques animaux que j’appris dans la suite avoir été des ânes, des chiens et des vaches mortes [sic] de maladies. Ils étaient tous attachés par le cou avec de fortes cordes à une poutre et tenaient leur manger entre les griffes de leurs pieds de devant.

  • 1 Il s’agit en fait d’une « grande bouche » (« the Mouth wide » [GT IV 23]). Le narrateur explique c (...)

5Le maître cheval commanda à un de ses domestiques qui était un cheval alezan, de détacher le plus grand de ces animaux et de le mener à la basse-cour. J’y fus conduit aussi et cela dans le dessein de nous comparer ensemble ; ce que le maître et le valet firent avec beaucoup d’attention, répétant l’un et l’autre le mot de yahoo plusieurs fois. Je ne saurais exprimer l’horreur et l’épouvante dont je fus saisi quand je remarquai que cette abominable bête avait une figure humaine ; elle avait à la vérité le visage plus large, le nez plus écrasé, les lèvres plus grosses et la bouche plus fendue1 que ne les ont ordinairement les Européens, mais ces sortes de difformités se remarquent chez la plupart des nations sauvages. Les pieds de devant du yahoo ne différaient en rien de mes mains, excepté que les ongles en étaient plus longs et qu’ils étaient plus velus et plus bruns ; il y avait la même conformité et la même différence entre nos pieds, mais les chevaux ne s’en aperçurent pas parce que les miens étaient couverts de mes bas et de mes souliers.

6La seule difficulté qui arrêtait les deux chevaux était de voir que le reste de mon corps ne ressemblait en rien à celui d’un yahoo, disparité dont j’avais obligation tout entière à mes habits qui étaient une chose entièrement nouvelle pour eux. L’alezan m’offrit une racine qu’il tenait entre la corne de son pied et son pâturon ; je la pris et l’ayant sentie, je la lui rendis le plus civilement qu’il m’était possible. Il tira du chenil du yahoo un morceau de je ne sais quelle viande qui sentait si mauvais que j’en détournai la tête en faisant une de ces grimaces dans lesquelles il entre du dédain et du dégoût ; ce qu’il n’eut pas plus tôt aperçu qu’il le jeta au yahoo par qui elle fut dévorée avec avidité. Il me montra ensuite un monceau de foin et un picotin plein d’avoine, mais je branlai la tête pour marquer que ni l’une ni l’autre de ces choses ne pouvaient me servir de nourriture. Et pour dire le vrai, je commençai alors à craindre de mourir de faim si je ne rencontrais personne de mon espèce, car pour ce qui regarde ces vilains yahoos, il faut avouer que nonobstant la tendre amitié que je portais alors à la nature humaine, je n’ai jamais vu d’être qui me déplût davantage à tous égards ; et ce qu’il y a de singulier est que quoiqu’on s’accoutume à toutes sortes d’animaux, les yahoos seuls m’ont toujours paru plus haïssables à mesure que je les ai connus davantage. Le maître cheval démêla mon aversion pour ces bêtes sur mon visage et pour m’obliger renvoya le yahoo dans son chenil. Après cela il approcha la corne de son pied de devant de sa bouche ; ce qui ne me causa pas une médiocre surprise quoiqu’il le fît d’une manière fort aisée et avec un mouvement qui me parut parfaitement naturel. À ce premier signe, il en ajouta d’autres pour me prier de lui donner à connaître ce que je souhaitais de manger, mais il me fut impossible de lui faire une réponse qu’il pût comprendre. Pendant que nous étions tous deux dans cet embarras, je vis une vache passant tout près de nous ; sur quoi je la montrai au doigt et marquai l’envie que j’avais de la traire. Le maître cheval m’entendit, car il ordonna à une cavale qui était une des servantes du logis, d’ouvrir une chambre où il y avait plusieurs vaisseaux de terre et de bois remplis de lait. Elle m’en donna un bon godet tout plein que j’avalai tout d’un trait et avec un plaisir inexprimable.

  • 2 Omission d’un paragraphe entier décrivant la façon dont Gulliver prend part au repas en apprenant (...)

7Vers le midi, je vis arriver chez nous une sorte de voiture traînée par quatre yahoos. Il y avait dans cette voiture un vieux cheval qui paraissait être de qualité. En descendant, il mit d’abord à terre ses pieds de derrière, ayant quelque accident à son pied gauche de devant. Il venait dîner avec notre cheval qui le reçut avec de grandes démonstrations d’amitié. Ils mangèrent dans le plus bel appartement et eurent pour second service de l’avoine bouillie dans du lait. Leurs mangeoires étaient placées en rond dans le milieu de la chambre et divisées en compartiments égaux devant lesquels ils étaient tous assis, chacun d’eux ayant une botte de paille qui lui servait de chaise ou de tapis. Le râtelier était divisé de la même manière que les mangeoires ; ce qui faisait que chaque cheval et chaque jument mangeaient leur propre foin et leur composition d’avoine et de lait avec beaucoup de décence et de régularité. Le cheval gris m’ordonna de me tenir près de lui et causa longtemps avec son ami sur mon chapitre à ce que je conjecturai par les nombreux regards dont l’étranger m’honora et par la fréquente répétition du mot de yahoo2.

8Quand on eut achevé de dîner, le maître cheval me prit en particulier, et en partie par signes et en partie par mots me fit connaître l’inquiétude où il était de ce que je n’avais rien à manger. Hlunnk dans leur langue signifie de l’avoine ; je prononçai ce terme deux ou trois fois, car quoique je n’en eusse pas voulu d’abord, je trouvai, après y avoir pensé, que j’en pouvais faire une espèce de pain qui, mêlé avec du lait, pourrait me servir de nourriture jusqu’à ce que je trouvasse l’occasion de me sauver dans quelque pays habité par des hommes. Le cheval ordonna sur-le-champ à une jument blanche de m’apporter une bonne quantité d’avoine dans une manière de baquet. Je chauffai cette avoine devant le feu le mieux qu’il me fût possible et j’en frottai les grains jusqu’à ce que la cosse que je tâchai ensuite d’en séparer en fût ôtée. Après cela je les écrasai entre deux pierres ; ce qui en fit une espèce de pâte qui, mêlée avec de l’eau et séchée au feu, me tint lieu de pain. Ce pain me parut d’abord assez insipide quoiqu’il y ait bien des endroits en Europe où l’on en mange de pareil, mais je m’y accoutumai peu à peu ; d’ailleurs comme ce n’était pas mon premier essai de frugalité, ce ne fut pas aussi la première expérience par laquelle je me convainquis que la nature se contente de peu. Et c’est quelque chose de remarquable que je n’ai pas été malade un seul instant pendant tout le temps que j’ai passé dans cette île. À la vérité j’ai quelquefois tâché d’attraper un lapin ou quelque oiseau avec des lacets faits de cheveux de yahoos et j’ai souvent cherché des herbes bonnes pour la santé que je faisais bouillir ou que je mangeais en salade, et fait de temps en temps un peu de beurre dont je buvais ensuite le petit lait. Les premiers jours de mon arrivée, je fus un peu en peine de n’avoir point de sel, mais insensiblement j’ai appris à m’en passer et j’ose dire que le fréquent usage que nous en faisons dans nos repas est une corruption de goût qui doit son origine à la qualité qu’a le sel de provoquer à boire ceux-là mêmes qui ne boiraient que trop sans cela, car nous ne voyons aucun animal, excepté l’homme, qui en mêle dans ses repas. Et pour ce qui me regarde, quand j’eus quitté ce pays, il se passa un temps assez considérable avant que je pusse m’y raccoutumer.

9Mais en voilà assez sur le sujet de mes aliments, sujet sur lequel la plupart des voyageurs entrent dans un détail aussi étendu que si leurs lecteurs y étaient personnellement intéressés. Cependant il était nécessaire que j’en disse un mot de peur qu’on ne s’imaginât qu’il était impossible que pendant l’espace de trois ans je pusse trouver de la nourriture dans un tel pays et parmi de tels habitants.

10Quand le soir fut venu, le maître cheval ordonna où je coucherais ; ma chambre fut une petite écurie, éloignée de six verges de la maison et séparée de l’étable des yahoos. Je me couchai là sur un peu de paille dont j’avais eu soin de faire une manière de lit. Mes habits me servirent de couvertures et je puis dire que je dormis parfaitement bien. Mais peu de temps après, je fus mieux accommodé comme j’en informerai le lecteur en son lieu, c’est-à-dire quand je lui ferai le détail de ma manière de vivre.

Notes

1 Il s’agit en fait d’une « grande bouche » (« the Mouth wide » [GT IV 23]). Le narrateur explique cette particularité à la fin de la phrase, explication supprimée par le traducteur. La raison en est, selon lui, que les mères laissent leurs enfants par terre ou les portent sur leur dos si bien que le bébé a toujours son visage sur les épaules de sa mère. « But these Differences are common to all Savage Nations, where the Lineaments of the Countenance are distorted by the Natives suffering their Infants to lie grovelling on the Earth, or by carrying them on their Backs, nuzzling with their face against the Mother’s Shoulders » (GT IV 23).

2 Omission d’un paragraphe entier décrivant la façon dont Gulliver prend part au repas en apprenant à cette occasion quelques mots, et conquiert peu à peu la sympathie des invités (GT IV 28).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search