Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie IV. Voyage au pays des Houyhnhnms

Chapitre I

Résumé

L’auteur entreprend un voyage en qualité de capitaine d’un vaisseau. Ses gens conspirent contre lui, le tiennent pendant quelque temps renfermé dans sa cabane et le mettent à terre dans un pays inconnu. Il avance dans le pays. Description d’un étrange animal nommé yahoo. L’auteur rencontre deux Houyhnhnms.

Texte intégral

  • 1 Sur la feuille précédente (non paginée), une carte « Fig. I. Tom. II. Pag. 101 » présente la Terre (...)
  • 2 Omission de détails géographiques : « of Bristol, at Tenariff » (GT IV 2).
  • 3 Bois de teinture d’Amérique centrale et des Antilles, qui doit son nom au port de Campêche au Mexi (...)

1Je1 passai environ cinq mois dans ma maison avec ma femme et mes enfants, et aurais été fort heureux si j’avais su sentir mon bonheur. Je laissai ma femme enceinte et acceptai une offre fort avantageuse qui me fut faite d’être capitaine du Hasardeux, vaisseau marchand de 350 tonneaux, car j’entendais fort bien la navigation et étant las de l’emploi de chirurgien sur mer (emploi néanmoins auquel je ne renonçais pas si absolument que je ne fusse prêt à l’exercer en temps et lieu), j’engageai en cette qualité un certain Robert Purefoy, jeune homme assez habile dans sa profession. Nous partîmes de Portsmouth le second d’août 1710 ; le quatorzième, nous rencontrâmes le capitaine Pocock2 qui allait à la baie de Campêche pour y couper du bois du même nom3. Le 16, nous fûmes séparés de lui par une tempête ; j’appris à mon retour que son vaisseau avait coulé à fond et que de tout l’équipage, il n’y avait qu’un seul mousse qui se fût sauvé. C’était un honnête homme et un fort bon marinier, mais un peu trop positif dans ses sentiments ; ce qui fut la cause de sa perte comme ce l’a été de celle de plusieurs autres, car s’il avait suivi mon avis, il serait peut-être à présent comme moi sain et sauf au milieu de sa famille.

  • 4 Il s’arrête également aux Îles-sous-le-Vent (« The Leeward Islands » [GT IV 3]), lieu omis par le (...)

2Des fièvres chaudes m’emportèrent tant de monde que je fus obligé de toucher aux Barbades4 pour y faire de nouvelles recrues. Mais je ne tardai guère à me repentir du choix que je fis, ceux que je pris à mon bord ayant presque tous été boucaniers. Tout l’équipage de mon vaisseau consistait en vingt-cinq hommes et mes ordres portaient que je trafiquerais avec les Indiens de la mer du Sud et que je tâcherais de faire quelques nouvelles découvertes. Ces boucaniers débauchèrent le reste de mes gens et tous ensemble formèrent le dessein de se rendre maîtres du vaisseau ; dessein qu’ils exécutèrent un beau matin en se jetant tout d’un coup dans ma cabane et en me liant pieds et mains avec menace de me jeter dans la mer si je faisais la moindre résistance. Je leur dis que je me reconnaissais leur prisonnier et que je leur promettais la plus entière soumission. Ils exigèrent de moi que je confirmasse cette promesse par serment ; après quoi ils me délièrent, à un de mes bras près qu’ils attachèrent avec une chaîne à mon lit, et placèrent une sentinelle avec un fusil chargé à ma porte avec ordre de tirer sur moi dès que je ferais le moindre effort pour me détacher. Ils m’envoyèrent à manger et à boire, et se chargèrent du gouvernement du vaisseau. Leur dessein était de pirater sur les Espagnols ; ce qu’ils ne pouvaient faire à moins que d’être plus forts de monde. Mais avant que de rien entreprendre, ils étaient dans l’intention de vendre les marchandises qui étaient dans le vaisseau et puis d’aller à Madagascar pour y faire des recrues, quelques-uns d’eux étant morts depuis qu’ils m’obligeaient à garder la chambre. Cette espèce de prison dura quelques semaines pendant lesquelles ils firent commerce avec les Indiens sans que je susse quel cours ils prenaient, étant étroitement gardé dans ma cabane et attendant à tout moment qu’ils exécuteraient la menace de me tuer qu’ils me faisaient régulièrement huit ou dix fois par jour.

  • 5 Le traître n’est pas un Français dans le texte original ; il s’agit bien d’un nom anglais, ici tra (...)

3Le 9 mai 1711, un certain Jaques Welch5 vint me trouver et dit qu’il avait ordre du capitaine de me mettre à terre. Je tâchai de le fléchir par mes prières, mais je n’en pus venir à bout ; il poussa même la cruauté jusqu’à refuser de me dire seulement le nom de leur nouveau capitaine. Quand il eut fait sa commission, lui et ses compagnons me forcèrent à descendre dans la chaloupe en me permettant de mettre mon meilleur habit et de prendre avec moi un petit paquet de linge, mais point d’armes, excepté mon épée ; ils eurent même la politesse de ne pas visiter mes poches dans lesquelles j’avais mis tout mon argent et quelques autres bagatelles. Ils firent environ une lieue à force de rames et puis me mirent sur le rivage. Je les conjurai de me dire dans quel pays j’étais ; ils me protestèrent tous qu’ils le savaient aussi peu que moi, mais me dirent que le capitaine (comme ils l’appelaient) avait résolu, après s’être défait des marchandises, de me mettre à terre sur la première côte que nous découvririons. En prononçant ces mots, ils s’éloignèrent de moi, me disant en guise d’adieu que si je ne voulais pas être surpris par la marée, je ferais fort bien de ne pas rester longtemps dans l’endroit où j’étais.

  • 6 Des bagues de « verre » et non de cuivre (« glass-rings » [GT IV 6]).

4Dans cette affreuse situation, je gagnai le haut du rivage où je m’assis pour me reposer un peu et pour réfléchir sur le parti que je devais prendre. Après une mûre délibération, je pris la résolution d’avancer dans le pays, de me rendre aux premiers sauvages que je rencontrerais et de racheter ma vie en leur donnant quelques bracelets, quelques bagues de cuivre6 et quelques verroteries, bagatelles dont on se pourvoit dans ces sortes de voyages et dont j’avais par bonheur quelques-unes sur moi. Je vis sur ma route un grand nombre d’arbres qui me parurent être des productions de la nature parce que je ne remarquais aucun ordre dans leur arrangement, plusieurs prés et quelques champs d’avoine. Je marchai avec beaucoup de circonspection, craignant qu’on ne me tirât quelque flèche par derrière ou de côté. Je tombai dans un grand chemin où je vis plusieurs traces d’hommes, quelques-unes de vaches, mais un nombre bien plus considérable de celles de chevaux. Enfin j’aperçus différents animaux dans un champ et un ou deux de la même sorte assis dans des arbres. Ils étaient d’une figure fort vilaine et tout à fait extraordinaire. J’en eus un peu peur et pour les mieux considérer, je me cachai derrière un buisson.

  • 7 En fait couleur « chamois, beige » (« buff colour » [GT IV 7], ce qui correspond à la couleur du c (...)
  • 8 Il écrit encore « agileté ».
  • 9 Nouvelle omission d’une description des parties intimes, précisant que les femelles n’ont pas de p (...)
  • 10 Omission de la fin scatologique du paragraphe, dans laquelle le narrateur explique comment ces ani (...)

5Quelques-uns d’eux s’étant approchés de la place où j’étais, j’eus occasion de les voir distinctement : leurs têtes et leurs poitrines étaient couvertes de cheveux ; ils avaient des barbes pareilles à celles des boucs et leurs corps était généralement parlant couleur de peau de buffle7. Je les voyais grimper sur de hauts arbres avec autant d’agilité8 qu’aurait pu faire un écureuil, car ils avaient de fortes pattes qui se terminaient en pointes crochues. Ils sautaient fort loin et couraient d’une prodigieuse vitesse. Les femelles étaient plus petites que les mâles9 ; leurs mamelles pendaient entre leurs pieds de devant et touchaient presque à terre quand elles marchaient. Les cheveux de ces animaux, tant de l’un que de l’autre sexe, étaient de différentes couleurs : les uns les avaient bruns, d’autres roux, d’autres noirs et d’autres enfin jaunes. Tout compté, je ne me souviens pas d’avoir vu dans aucun de mes voyages des animaux plus désagréables ni contre lesquels j’aie senti une plus forte antipathie. N’ayant donc que trop satisfait ma curiosité, je poursuivis mon chemin, espérant qu’il me conduirait à la cabane de quelque Indien. À peine eus-je fait quelques pas que je rencontrai nez à nez une de ces créatures dont je viens de parler. Le vilain monstre ne m’eut pas plus tôt aperçu qu’il fit plusieurs grimaces dans lesquelles je crus démêler son étonnement ; puis s’approchant de moi, il leva sa patte de devant sans que je susse si c’était par méchanceté ou par simple curiosité, mais de peur d’équivoque, je mis flamberge au vent et lui donnai un coup du plat de mon épée, car je ne voulais pas le blesser de peur que cette action violente, commise à l’égard d’un animal qui pouvait leur appartenir, n’irritât les habitants contre moi. Cependant le coup que j’avais donné à cette bête fut assez douloureux pour qu’elle prît la fuite en jetant des cris qui attirèrent hors du champ voisin une quarantaine d’animaux de la même sorte dont je fus regardé d’assez mauvais œil. De peur d’insulte néanmoins, je me mis le dos contre un arbre et fis le moulinet avec mon épée quoiqu’à dire le vrai, je ne fusse rien moins qu’à mon aise10.

  • 11 En fait le cheval n’est pas tant effrayé que « surpris » (« The Horse started a little when he cam (...)

6Au milieu de cet embarras, quel ne fut pas mon étonnement quand je vis ces animaux se sauver à toutes jambes et me laisser librement poursuivre ma route sans qu’il me fût possible de comprendre la cause d’un changement si soudain ! Mais ayant tourné la tête à gauche, j’aperçus un cheval qui se promenait au petit pas dans le champ et c’était ce cheval qu’ils avaient aperçu avant moi qui, à ce que j’appris depuis, était la cause de leur fuite. Le cheval me parut un peu effrayé11 en me voyant, mais se remettant d’abord de sa crainte, il considéra mon visage avec de manifestes marques d’étonnement : il regarda avec attention mes mains et mes pieds, et fit plusieurs fois le tour de mon corps. Je voulais continuer mon chemin, mais il me le barra et s’y mettant en travers quoique d’ailleurs il n’eût pas l’air menaçant et qu’il ne me parût pas avoir dessein de me faire la moindre violence. Nous fûmes l’un et l’autre pendant quelques minutes dans cette situation ; à la fin je pris la hardiesse d’étendre la main sur son cou dans le dessein de le flatter en me servant de cette sorte de sifflement et de mots qui sont en usage parmi les maquignons quand ils veulent manier un cheval étranger. Mais cet animal parut recevoir mes caresses avec dédain, car il branla la tête, fronça le sourcil et écarta doucement ma main avec son pied droit de devant. Après quoi il hennit trois ou quatre fois, mais d’une manière si extraordinaire que je crus que c’était une espèce de langage qui lui était particulier qu’il parlait.

  • 12 Omission du salut anthropomorphique que les Houyhnhnms s’adressent l’un à l’autre en se frappant d (...)
  • 13 Sur la feuille suivante (non paginée), une « Fig. IIII. » représente plusieurs Houyhnhnms.

7Sur ces entrefaites arrive un second cheval qui s’approche de l’autre d’un air dégagé et honnête12, lui hennit quelques sons qui me parurent articulés et en reçoit une réponse du même genre. Ils s’éloignèrent tous deux de quelques pas comme s’ils avaient voulu conférer ensemble, se promenant l’un à côté de l’autre, en avant et en arrière tout de même que des personnes qui délibèrent sur quelque affaire importante, mais tournant souvent les yeux vers moi comme pour empêcher que je ne m’échappasse. Je ne saurais exprimer la surprise où je fus en voyant faire de pareilles choses à des bêtes brutes et je conclus que si les habitants du pays étaient doués d’un degré de raison proportionné à cette supériorité ordinaire que les hommes ont sur les chevaux, il fallait nécessairement qu’ils fussent le plus sage peuple de la terre. Cette pensée m’encouragea à poursuivre ma route et me fit naître le dessein de ne me point arrêter que je n’eusse trouvé quelque maison ou quelque village, ou du moins quelqu’un des naturels du pays. Je m’esquivais déjà tout doucement quand le premier des deux chevaux qui était un gris pommelé, remarquant ma fuite, se mit à hennir après moi d’un ton si absolu que je m’imaginai entendre ce qu’il voulait dire13 ; sur quoi je retournai sur mes pas et vins vers lui pour attendre ses ordres. Mais je dissimulai ma crainte le mieux qu’il me fut possible, car, sans que j’en jure, le lecteur croira aisément que l’incertitude où j’étais comment cette aventure finirait me mettait un peu en peine.

  • 14 Pour décomposer ; le terme qui ne paraît pas dans les dictionnaires de l’époque existe pourtant et (...)

8Les deux chevaux s’approchèrent de moi, regardant avec beaucoup d’attention mon visage et mes mains. Le cheval gris toucha mon chapeau de tous côtés avec la corne de son pied droit de devant et le décompensa14 tellement que je fus obligé de l’ôter pour le rajuster, action qui me parut jeter ce cheval aussi bien que son compagnon (qui était un bai brun) dans un étonnement inexprimable ; celui-ci toucha le pan de mon habit et trouvant qu’il ne faisait pas partie de mon corps, donna encore de nouvelles marques de sa surprise. Ils étaient l’un et l’autre fort embarrassés de mes souliers et de mes bas qu’ils avaient fort attentivement examinés, se hennissant l’un à l’autre et faisant différents gestes qui ne ressemblaient pas mal à ceux que fait un philosophe qui tâche d’expliquer quelque phénomène nouveau et difficile.

9En un mot, toutes les manières de ces animaux me parurent si sages et si marquées au coin de l’intelligence que je conclus qu’il fallait nécessairement qu’ils fussent des magiciens qui s’étaient ainsi métamorphosés eux-mêmes et qui, voyant un étranger, avaient formé le dessein de se divertir de moi, ou qui peut-être étaient réellement étonnés à la vue d’un homme si différent en habit et en figure des habitants d’un pays si éloigné. Ce beau et solide raisonnement me fit prendre la hardiesse de leur adresser le discours suivant.

10« Messieurs, si vous êtes des enchanteurs, comme il y a grande apparence, vous entendez toutes sortes de langues ; c’est pourquoi je prends la liberté de dire à Vos Seigneuries que je suis un malheureux Anglais que ses infortunes ont amené sur vos côtes et je conjure un de vous deux de me permettre de le monter comme s’il était réellement cheval et de me porter à quelque maison ou à quelque village. Et vous n’obligerez pas un ingrat, car je vous ferai présent de ce couteau et de ce bracelet (que je pris hors de ma poche en prononçant ces derniers mots). » Les deux créatures gardèrent un profond silence pendant que je parlais et parurent m’écouter avec beaucoup d’attention ; et quand j’eus fait, ils se hennirent plusieurs fois l’un à l’autre ni plus ni moins que s’ils étaient engagés dans une sérieuse conversation. Je remarquai que leur langage exprimait fort bien les passions et que les mots en pouvaient plus aisément être réduits en alphabet que ceux des Chinois.

11Je leur ouïs plusieurs fois prononcer le mot de yahoo et quoiqu’il me fût impossible de deviner ce qu’il signifiait, j’essayai néanmoins, pendant que ces deux Messieurs étaient en conversation, de le prononcer à mon tour. Dès que je remarquai qu’ils se taisaient, je dis à haute voix « Yahoo », imitant en même temps le plus qu’il m’était possible le hennissement d’un cheval ; ce qui ne les surprit pas médiocrement tous deux, et le gris répéta trois fois le même mot comme s’il avait voulu m’apprendre le véritable accent ; en quoi je l’imitai de mon mieux et trouvai que chaque fois je prononçais moins mal quoique je fusse encore fort loin du point de perfection. Ensuite le bai brun essaya ma capacité à l’égard d’un second mot dont la prononciation était bien plus difficile ; je veux dire celui de Houyhnhnm. Je ne réussis pas si bien dans ce mot que dans l’autre, mais après deux ou trois essais, cela alla mieux et mes deux maîtres me parurent extrêmement étonnés de l’habileté de leur disciple.

12Après quelques autres discours qui, à ce que je conjecturai, me regardaient, les deux amis prirent congé l’un de l’autre. Le cheval gris me fit signe de marcher devant lui ; en quoi je jugeai à propos de lui obéir jusqu’à ce que j’eusse trouvé un meilleur guide. Quand je marchais trop lentement, il me criait : « Hhuun, hhuun ! » ; je devinai sa pensée et lui donnai à entendre que j’étais las et qu’il ne m’était pas possible d’aller plus loin ; sur quoi il eut la bonté de s’arrêter un peu pour me donner le temps de me reposer.

Notes

1 Sur la feuille précédente (non paginée), une carte « Fig. I. Tom. II. Pag. 101 » présente la Terre de Nuyts en haut, l’île du Pays des Houyhnhnms (« Découvert A. D. 1711 ») au milieu à gauche.

2 Omission de détails géographiques : « of Bristol, at Tenariff » (GT IV 2).

3 Bois de teinture d’Amérique centrale et des Antilles, qui doit son nom au port de Campêche au Mexique, d’où il était exporté.

4 Il s’arrête également aux Îles-sous-le-Vent (« The Leeward Islands » [GT IV 3]), lieu omis par le traducteur.

5 Le traître n’est pas un Français dans le texte original ; il s’agit bien d’un nom anglais, ici traduit : « James Welch » (GT IV 4).

6 Des bagues de « verre » et non de cuivre (« glass-rings » [GT IV 6]).

7 En fait couleur « chamois, beige » (« buff colour » [GT IV 7], ce qui correspond à la couleur du cuir de buffle non teinté). La description du corps de ces animaux est raccourcie par le traducteur qui supprime des détails, notamment ceux relatifs aux parties honteuses, telles que le postérieur et l’anus : « They had no Tail, nor any Hair at all on their Buttocks except about the Anus ; which, I presume, Nature had placed there to defend them as they sate [sic] on the Ground » (GT IV 7).

8 Il écrit encore « agileté ».

9 Nouvelle omission d’une description des parties intimes, précisant que les femelles n’ont pas de poils si ce n’est à l’anus et sur les parties génitales : « They had long lank Hair on their Faces, nor anything more than a sort of Down on the rest of their Bodies, except about the Anus and Pudenda » (GT IV 8).

10 Omission de la fin scatologique du paragraphe, dans laquelle le narrateur explique comment ces animaux sont montés dans l’arbre pour le couvrir de leurs excréments : « Several of this cursed Brood getting hold of the Branches behind leapt up in the Tree, from whence they began to discharge their Excrements on my Head : However I escaped pretty well, by sticking close to the Stem of the Tree, but was almost stifled with the Filth, which fell about me on every side » (GT IV 9-10).

11 En fait le cheval n’est pas tant effrayé que « surpris » (« The Horse started a little when he came near me, but soon recovering himself [...] » [GT IV 10]), ce qui est plus logique avec la suite de la narration de ce dernier voyage puisqu’on y apprend que les chevaux n’ont aucunement peur des yahoos qu’ils dominent sans peine.

12 Omission du salut anthropomorphique que les Houyhnhnms s’adressent l’un à l’autre en se frappant doucement le sabot droit : « they gently struck each others right Hoof » (GT IV 10).

13 Sur la feuille suivante (non paginée), une « Fig. IIII. » représente plusieurs Houyhnhnms.

14 Pour décomposer ; le terme qui ne paraît pas dans les dictionnaires de l’époque existe pourtant et s’emploie principalement dans un contexte scientifique.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7395/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search