Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie III. Voyage de Laputa, de Balnibarbi, de Luggnagg, de Glubbdubdrib et du Japon

Chapitre XI

Résumé

L’auteur quitte Luggnagg et va au Japon d’où il se rend sur un vaisseau hollandais à Amsterdam et d’Amsterdam en Angleterre.

Texte intégral

1J’ai cru que ce récit touchant les struldbruggs ne serait pas désagréable au lecteur, ne me souvenant pas d’avoir jamais lu quelque chose de pareil dans aucun livre de voyages qui me soit tombé entre les mains. Que si ce trait historique n’est pas si nouveau pour mes lecteurs que je me le suis imaginé, je tirerai mon apologie de la nécessité où se trouvent des voyageurs qui font la description du même pays de raconter les mêmes particularités sans qu’on puisse pour cela les accuser de s’être copiés les uns les autres.

2Il y a un commerce perpétuel entre les habitants de ce royaume et ceux du Japon, et il est très apparent que les auteurs japonais auraient pu me donner quelques lumières sur le chapitre des struldbruggs, mais je fis si peu de séjour dans cet Empire et j’en savais si peu la langue qu’il me fut impossible de demander ou de recevoir à cet égard quelques éclaircissements. Mais j’espère que la lecture de mon livre donnera à quelque Hollandais la curiosité de faire sur ce sujet de plus amples informations.

3Le roi de Luggnagg m’ayant plusieurs fois pressé d’accepter quelque emploi à sa cour et me trouvant inébranlable dans le dessein de retourner dans mon pays m’accorda la permission de partir et me donna une lettre de recommandation écrite de sa propre main pour l’empereur du Japon. Il me fit aussi présent de quatre cent quarante-quatre grandes pièces d’or (cette nation aimant fort les nombres pairs) et d’un diamant que je vendis en Angleterre pour onze cents guinées.

  • 1 Erreur dans la chronologie : en p. 142, le récit était daté du « 21 d’avril 1711 ».
  • 2 Le traducteur supprime ici plusieurs détails géographiques (GT III 149).

4Le sixième de mai 17091, je pris congé solennellement de Sa Majesté et de tous mes amis. Ce prince eut la bonté d’ordonner qu’un détachement de sa garde me conduisît à Glanguenstald qui est un port de mer situé au sud-ouest de l’île. Six jours après mon arrivée, il y eut un vaisseau prêt à faire voile pour le Japon et nous fîmes ce trajet en quinze jours. Nous prîmes terre à une petite ville maritime nommée Xamoschi et située au sud-est du Japon2. Je montrai d’abord aux officiers de la douane la lettre du roi de Luggnagg pour Sa Majesté impériale.

  • 3 Yedo est l’ancien nom de Tokyo.
  • 4 Omission de la fin de la phrase qui critique les Hollandais, prêts à couper la gorge à Gulliver s’ (...)

5Ils connaissaient parfaitement bien le cachet de ce prince qui était de la largeur de la paume de ma main ; ce cachet représentait un roi levant de terre un gueux estropié. Les magistrats de la ville ayant été informés que j’avais une lettre pour l’empereur me reçurent comme un ministre public, eurent soin de me pourvoir de domestiques pour me servir, et de voitures pour transporter mon bagage à Yedo3 où je fus admis à l’audience et délivrai ma lettre qui fut ouverte avec grande cérémonie et expliquée à l’empereur par un interprète qui me dit après cela de la part de Sa Majesté que si j’avais quelque requête à présenter, je pouvais être sûr qu’elle me serait octroyée pour l’amour du roi de Luggnagg. Cet interprète avait été employé depuis longtemps dans les affaires des Hollandais ; il démêla facilement que j’étais Européen et pour cette cause il exprima ce que l’empereur venait de dire en hollandais qu’il parlait parfaitement bien. Je répondis (conformément à la résolution que j’en avais prise) que j’étais un marchand hollandais qui avais fait naufrage sur les côtes d’un pays fort éloigné d’où je m’étais rendu, en partie par mer et en partie par terre, à Luggnagg et de là au Japon où je savais que ceux de mon pays envoyaient souvent des vaisseaux sur un desquels j’avais espéré de m’en retourner en Europe ; que pour cet effet je suppliais très humblement Sa Majesté de donner ordre que je fusse conduit et escorté jusqu’à Nangesac. À cette faveur je priai que pour l’amour de mon patron le roi de Luggnagg, l’empereur voulût bien en ajouter une autre qui était de me dispenser de la cérémonie imposée à mes compatriotes de fouler aux pieds la croix parce que c’était mon infortune et non pas l’intention de faire quelque commerce qui m’avait conduit dans son pays. Quand cette dernière demande eut été expliquée à l’empereur, il parut un peu surpris et dit qu’il croyait que j’étais le premier de mes compatriotes qui eût jamais fait quelque difficulté sur ce point et qu’il commençait à douter que je fusse un Hollandais, mais qu’il me soupçonnait plutôt d’être un chrétien ; que cependant à cause des raisons que j’avais alléguées, mais principalement par amitié pour le roi de Luggnagg, il se prêterait à la singularité de mon humeur, mais que l’affaire devait être adroitement ménagée et que ses officiers auraient ordre de me laisser passer comme si c’était par inadvertance4. Je rendis mille grâces par la bouche de mon interprète pour une faveur si signalée et quelques troupes étant en ce temps-là en marche vers Nangesac, l’officier commandant eut ordre de m’y conduire avec quelques instructions sur l’affaire de la croix.

  • 5 Possiblement une référence au massacre d’Amboine, le 9 mars 1623, lorsque des Hollandais, prétexta (...)

6Le 9 juin 1709, j’arrivai à Nangesac après un assez long et encore plus incommode voyage. Je ne tardai guère à faire connaissance avec quelques matelots hollandais d’un vaisseau nommé Amboine5 de 450 tonneaux. J’avais vécu assez longtemps en Hollande, poursuivant mes études à Leyde et je parlais assez bien flamand. Les matelots furent bientôt informés d’où je venais en dernier lieu ; ils eurent la curiosité de me demander l’histoire de ma vie et le détail de mes voyages. Je leur fis un récit abrégé, probable et peu sincère. Je connaissais plusieurs personnes en Hollande et il ne me fut pas difficile d’inventer des noms supposés pour mes parents que je dis être de pauvres gens de la province de Gueldre. J’aurais volontiers donné au capitaine (un certain Théodore van Grult) tout ce qu’il m’aurait demandé pour me transporter en Hollande, mais quand il eut appris que j’étais chirurgien, il se contenta de la moitié de la somme ordinaire à condition que je le servirais dans ma profession durant le voyage. Avant que de nous embarquer, quelques-uns de l’équipage me demandèrent souvent si j’avais accompli la cérémonie dont j’ai parlé ; j’esquivai la question par des réponses vagues, disant que j’avais fait tout ce que l’empereur avait exigé de moi. Cependant un méchant coquin de matelot s’adressant à un officier et me désignant du doigt dit que je n’avais pas encore foulé aux pieds le crucifix, mais l’officier qui avait reçu ordre qu’on ne me fît point de peine donna à ce maraud une volée de coups de bâton ; après quoi je ne fus plus exposé à des questions de ce genre.

  • 6 C’est bien la date de l’original anglais.

7Il ne m’arriva rien pendant ce voyage qui vaille la peine d’être raconté. Nous eûmes le vent en poupe jusqu’au cap de Bonne-Espérance où nous nous pourvûmes d’eau douce. Le 16 d’avril, nous arrivâmes sains et saufs à Amsterdam, n’ayant perdu que trois hommes qui étaient morts de maladie et un quatrième qui était tombé du grand mât dans la mer près des côtes de Guinée. Après m’être arrêté quelques jours à Amsterdam, je m’embarquai pour l’Angleterre sur un petit vaisseau qui appartenait à cette ville. Le 10 d’avril 17106, nous arrivâmes aux Dunes ; le lendemain, je mis pied à terre et eus le plaisir de revoir ma patrie après une absence de cinq ans et six mois. J’arrivai chez moi le même jour et trouvai ma femme et mes enfants en parfaite santé.

8Fin de la troisième partie.

Notes

1 Erreur dans la chronologie : en p. 142, le récit était daté du « 21 d’avril 1711 ».

2 Le traducteur supprime ici plusieurs détails géographiques (GT III 149).

3 Yedo est l’ancien nom de Tokyo.

4 Omission de la fin de la phrase qui critique les Hollandais, prêts à couper la gorge à Gulliver s’ils se rendent compte de la supercherie. Peut-être le traducteur, qui publia cet ouvrage en Hollande, a-t-il préféré éviter de retranscrire cette phrase mettant l’accent sur leur barbarie : « For he assured me, that if the secret should be discovered by my Countrymen, the Dutch, they would cut my Throat in the Voyage » (GT III 152).

5 Possiblement une référence au massacre d’Amboine, le 9 mars 1623, lorsque des Hollandais, prétextant un complot anti-Hollandais, torturèrent et tuèrent plusieurs étrangers, dont une majorité d’Anglais.

6 C’est bien la date de l’original anglais.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7385/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search