Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie III. Voyage de Laputa, de Balnibarbi, de Luggnagg, de Glubbdubdrib et du Japon

Chapitre IX

Résumé

L’auteur revient à Maldonada et fait voile pour le Royaume de Luggnagg. Il y est mis en prison et ensuite envoyé à la cour. Manière dont il y est admis. Extrême clémence du roi envers ses sujets.

Texte intégral

1Le jour de notre départ étant venu, je pris congé de Son Altesse le gouverneur de Glubbdubdrib et revins avec mes deux compagnons à Maldonada où après avoir attendu quinze jours, nous trouvâmes un vaisseau prêt à faire voile pour Luggnagg. Mes deux amis et quelques autres Messieurs eurent la générosité de me fournir toutes les provisions dont j’avais besoin et de me mener à bord. Mon voyage fut d’un mois. Nous fûmes accueillis en chemin d’une violente tempête et obligés de prendre cours vers l’ouest pour profiter d’un vent alizé qui souffle dans ces parages. Le 21 d’avril 1711, nous entrâmes dans la rivière de Clumegnig sur laquelle il y a une ville qui porte le même nom. Nous jetâmes l’ancre à une lieue de cette ville et fîmes des signaux pour qu’on nous envoyât un pilote. Il en vint deux à notre bord en moins d’une demi-heure qui nous conduisirent entre plusieurs écueils, qui rendent le passage fort dangereux, dans un large bassin où toute une flotte est entièrement à l’abri des plus furieuses tempêtes.

2Quelques-uns de nos matelots soit par malice soit par inadvertance informèrent les pilotes que j’étais un étranger et de plus grand voyageur ; ce que ceux-ci redirent à un officier de la douane qui m’examina à la rigueur quand j’eus mis pied à terre. Cet officier me parla la langue de Balnibarbi que presque tous les habitants de cette ville entendent à cause du grand commerce qu’il y a entre eux et les habitants de ce Royaume. Je lui fis un récit succinct que je rendis le plus vraisemblable qu’il me fût possible, mais je jugeai à propos de ne pas déclarer ma patrie et de me dire Hollandais parce que mon dessein était d’aller au Japon et que je savais que les Hollandais sont le seul peuple de l’Europe qui y soit admis. Dans cette vue, je dis à l’officier qu’ayant fait naufrage sur les côtes de Balnibarbi, j’avais été reçu dans Laputa ou l’île volante (dont il avait plus d’une fois entendu parler) et que j’étais à présent dans l’intention de me rendre au Japon où j’espérais de trouver quelque vaisseau sur lequel je pourrais m’en retourner dans mon pays. L’officier me dit qu’il fallait que je restasse prisonnier jusqu’à ce qu’il eût reçu à mon sujet des ordres de la cour, qu’il allait y écrire sur-le-champ et qu’il se flattait d’avoir réponse dans une quinzaine de jours. On me donna un appartement assez honnête pour une prison, avec une sentinelle à ma porte ; j’avais pourtant la liberté de me promener dans un assez grand jardin et fus traité avec beaucoup d’humanité, étant entretenu pendant tout le temps aux dépens du roi. Un motif de curiosité porta plusieurs personnes à m’inviter chez elles parce qu’il leur avait été rapporté que je venais de plusieurs pays fort éloignés et dont quelques-uns même leur étaient entièrement inconnus.

3Je louai un jeune homme qui s’embarqua avec moi pour me servir d’interprète ; il était natif de Luggnagg, mais avait passé quelques années à Maldonada et entendait parfaitement bien l’une et l’autre langue. Par son moyen, je fus en état de lier conversation avec ceux qui vinrent me voir, mais cette conversation ne consistait qu’en demandes de leur part et qu’en réponses de la mienne.

4La dépêche que nous attendions de la cour arriva vers le temps que nous espérions ; elle contenait un ordre de me conduire, moi et ma suite à Traldragdubh ou Trildrogdrib, car j’ai entendu prononcer ce mot en deux manières, avec une escorte de dix chevaux. Toute ma suite consistait dans le garçon qui me servait d’interprète que je persuadai de se mettre à mon service ; et ce ne fut qu’à force de prières qu’on accorda à chacun de nous une mule pour faire plus commodément le voyage. Un messager eut ordre de nous devancer de quelques jours pour annoncer notre approche au roi et pour prier Sa Majesté de marquer le jour et l’heure que nous pourrions avoir l’honneur de « lécher la poussière qui est devant le marchepied de ses pieds » ; c’est là le style de la cour et j’éprouvai que cette phrase n’était rien moins que figurée, car ayant été admis deux jours après mon arrivée, je reçus ordre de me traîner sur le ventre et de lécher le plancher à mesure que j’avançais, mais à cause que j’étais étranger, on avait eu soin de la nettoyer si bien que la poussière ne put me faire aucun mal. Cependant c’était là une faveur particulière qui ne s’accordait qu’à des personnes du premier rang quand le roi leur faisait la grâce de les admettre en sa présence. Ce n’est pas tout : quelquefois on répand tout exprès de la poussière sur le plancher et c’est ce qui arrive lorsque celui qui doit être admis a de puissants ennemis à la cour. J’ai vu moi-même un grand seigneur dont la bouche en était si pleine que quand il se fut traîné jusqu’à l’endroit qu’il fallait, il lui fut impossible de prononcer un seul mot. Le pis est qu’il n’y a aucun remède à cet inconvénient parce que c’est un crime capital à ceux qui sont admis à l’audience de cracher ou de s’essuyer la bouche en présence de Sa Majesté. Il y a encore à cette cour une autre coutume que je ne saurais tout à fait approuver : quand le roi a dessein de faire mourir quelque grand seigneur d’une mort douce et qui ait quelque chose d’obligeant, il ordonne qu’on répande sur le plancher une certaine poudre empoisonnée qui étant léchée tue infailliblement son homme en vingt-quatre heures. Mais pour rendre justice à l’extrême clémence de Sa Majesté et au tendre soin qu’il a pour la vie de ses sujets (en quoi il serait à souhaiter que les monarques de l’Europe voulussent bien l’imiter), il faut que je dise que quand quelque seigneur a eu l’honneur mortel de lécher un peu de cette poudre dont je viens de parler, le roi donne les ordres les plus précis que le plancher soit bien lavé ; que si ses domestiques n’exécutent pas exactement ses ordres, ils s’exposent à la colère et à l’indignation de ce prince. Je lui ai entendu moi-même commander qu’on fouettât un page dont ç’avait été le tour d’avertir ceux qui devaient nettoyer le plancher après une exécution, mais qui avait négligé de le faire par malice, négligence qui fut cause qu’un jeune seigneur de grande espérance, ayant été admis à l’audience, fut malheureusement empoisonné quoique dans ce temps-là, le roi n’eût pas dessein de le faire mourir. Mais ce prince fut si bon que de remettre au page le petit châtiment auquel il l’avait condamné sur la promesse qu’il fit que cela ne lui arriverait plus, à moins que d’en avoir un ordre formel.

  • 1 Ajout d’un trait d’humour ironique de la part du traducteur, le texte original se contentant de fa (...)

5J’espère qu’un trait si singulier de clémence engagera le lecteur à me pardonner cette digression1.

  • 2 Le traducteur reprend le langage tel qu’il est présenté dans le texte anglais, en commettant toute (...)

6Quand je me fus traîné jusqu’à la distance de quatre verges du trône, je me levai doucement sur mes genoux et puis après avoir sept fois frappé la terre de mon front, je prononçai les mots suivants, tels que je les avais appris la nuit d’auparavant : « Ickpling Glofftrob squutserumm blhiop Mlashnalt, zwin, tnodbalkguffh slhiophad Gurdlubb Asth2. » C’est là le compliment que les lois prescrivent à tous ceux qui ont l’honneur de saluer le roi ; on pourrait le rendre par ces mots français : « Puisse Votre Majesté céleste vivre plus longtemps que le soleil, onze lunes et demie. » Le roi me fit une courte réponse à laquelle, quoique je n’en comprisse pas le sens, je répliquai par ces mots qu’on m’avait fait apprendre par cœur : « Fluft drin Yalerick Dwuldom prastrad mirpush. » Ce qui veut dire : « Ma langue est dans la bouche de mon ami. » par où je voulais marquer que je souhaitais qu’il fût permis à mon interprète d’entrer. Le roi le voulut bien et ce fut par le moyen de cet interprète que je répondis aux questions que Sa Majesté me fit pendant l’espace d’une bonne heure. Je parlais la langue de Balnibarbi et mon interprète exprimait ce que je venais de dire en celle de Luggnagg. Le roi prit beaucoup de plaisir à cette espèce de conversation et ordonna à son bliffmarklub ou grand chambellan d’avoir soin que mon interprète et moi fussions logés à la cour et qu’il ne nous manquât rien.

7Je m’arrêtai trois mois dans ce pays et cela par complaisance pour le roi qui paraissait souhaiter que j’y fisse un plus long séjour et qui me fit les offres les plus honorables pour m’y retenir. Mais je crus qu’il serait plus conforme aux règles de la prudence et de la justice de passer le reste de mes jours avec ma femme et mes enfants.

Notes

1 Ajout d’un trait d’humour ironique de la part du traducteur, le texte original se contentant de faire mention d’une digression sans évoquer la clémence du prince (GT III 124).

2 Le traducteur reprend le langage tel qu’il est présenté dans le texte anglais, en commettant toutefois deux erreurs de transcription.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search