Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie III. Voyage de Laputa, de Balnibarbi, de Luggnagg, de Glubbdubdrib et du Japon

Chapitre VII

Résumé

L’auteur quitte Lagado et arrive à Maldonada. Aucun vaisseau n’étant prêt à faire voile, il fait un tour à Glubbdubdrib. Réception que lui fit le gouverneur.

Texte intégral

1Le continent dont ce Royaume est une partie s’étend, autant qu’il me paraît, à l’est vers les parties inconnues de l’Amérique, à l’ouest vers la Californie et au nord vers la mer Pacifique qui n’est qu’à cent cinquante miles de Lagado où il y a un bon port et dont les habitants font un grand commerce avec ceux de l’île de Luggnagg, située au nord-ouest environ au 29o de latitude septentrionale et au 140o de longitude. Cette île est au sud-est du Japon, à la distance d’une centaine de lieues. Il y a une étroite alliance entre l’empereur du Japon et le roi de Luggnagg ; ce qui fait qu’il y a souvent occasion de passer d’une de ces îles à l’autre. Cette raison me détermina à prendre ma route par là pour m’en revenir en Europe. Je louai deux mules pour porter mon petit bagage et un guide pour me montrer le chemin. Je pris congé de mon généreux protecteur qui m’avait témoigné tant d’amitié et reçus encore de lui un présent assez considérable à mon départ.

2Il ne m’arriva rien pendant mon voyage qui mérite d’être rapporté. Quand j’arrivai au port de Maldonada, il n’y avait point de vaisseau prêt à faire voile pour Luggnagg et on m’assura qu’il faudrait attendre même quelques semaines avant qu’il y en eût. Cette ville est environ de la grandeur de Portsmouth. Je fis bientôt quelques connaissances dont je reçus beaucoup d’honnêtetés. Un gentilhomme fort distingué me dit que puisqu’il se passerait tout au moins un mois avant que j’eusse occasion de partir pour Luggnagg, je devrais aller voir la petite île de Glubbdubdrib qui était au sud-ouest de Maldonada, à la distance d’environ cinq lieues. Il s’offrit à m’accompagner avec un de ses amis et me promit d’avoir soin de tout ce qui serait nécessaire pour notre petit voyage.

3Glubbdubdrib, autant qu’on peut rendre ce terme en notre langue, signifie l’île des sorciers. Cette île n’a que le tiers de la largeur de celle de Wight et est extraordinairement fertile. Elle est gouvernée par le chef d’une certaine tribu qui n’est composée que de magiciens.

  • 1 « Nom qui convient à toutes les plantes dont les tiges périssent tous les ans après que leurs seme (...)

4Ces magiciens ne contractent jamais de mariages qu’avec des personnes de leur tribu et c’est le plus ancien de leur race qui est leur prince ou leur gouverneur ; ce prince est logé dans un magnifique palais derrière lequel il y a un parc de trois mille acres d’étendue et environné d’un mur de pierre de taille de vingt pieds de hauteur. Dans ce parc, il y a différents enclos pour du blé, des herbes1 ou du bétail.

5Le gouverneur et sa famille sont servis par des domestiques fort extraordinaires : par son habileté dans la magie, il a le pouvoir de rappeler à la vie ceux qu’il veut et le droit de s’en faire servir pendant vingt-quatre heures, mais pas plus longtemps ; de plus, il ne lui est pas permis d’évoquer deux fois de suite la même personne, à moins qu’il n’y ait l’espace de trois mois entre deux ou qu’il n’y soit porté par quelques raisons de la dernière importance.

6Quand nous eûmes mis pied à terre dans l’île, ce que nous fîmes environ à onze heures du matin, un des Messieurs qui m’accompagnaient alla chez le gouverneur et lui demanda si un étranger pouvait avoir l’honneur de faire la révérence à Son Altesse. Ce prince lui accorda d’abord sa demande et nous entrâmes tous trois dans le palais entre deux rangs de gardes, armés à l’antique et qui avaient dans leur physionomie je ne sais quoi qui me faisait trembler. Nous passâmes par plusieurs appartements entre des domestiques qui ne ressemblaient pas mal aux gardes et qui comme eux étaient rangés en haie des deux côtés jusqu’à ce que nous fussions parvenus à la chambre de présence ou, après trois profondes révérences et quelques questions générales, il nous fut permis de nous asseoir sur trois chaises placées tout près du plus bas degré du trône de Son Altesse. Ce prince entendait la langue de Balnibarbi quoiqu’elle fût différente de celles qu’on parle dans son île. Il me pria de lui raconter une partie de mes voyages et pour me faire voir qu’il voulait me traiter sans cérémonie, il renvoya ceux de sa suite d’un seul signe de tête qu’il n’eut pas plus tôt fait qu’à mon grand étonnement tous s’évanouirent en l’air comme les objets que nous avons vus en songe disparaissent quand nous nous réveillons tout d’un coup. Je fus quelque temps avant que de pouvoir me remettre de ma frayeur, mais comme le gouverneur m’assura que je n’avais rien à craindre et que je remarquais d’un autre côté que mes deux compagnons ne paraissaient avoir aucune peur (ce qui venait de ce que ce spectacle ne leur était pas nouveau), je commençai à prendre courage et fis à Son Altesse une histoire abrégée de mes diverses aventures, non sans hésiter quelquefois et sans jeter les yeux de temps en temps sur les places que ces spectres domestiques venaient de quitter.

7J’eus l’honneur de dîner avec le gouverneur et nous fûmes servis à table par des fantômes différents de ceux que j’avais déjà vus. Je remarquai que ma peur alors était beaucoup moindre que celle du matin.

8Nous passâmes là toute la journée, mais je suppliai le prince de vouloir m’excuser si je n’acceptais pas l’offre qu’il me faisait de loger dans son palais. Mes deux amis et moi allâmes coucher en ville et retournâmes au palais du gouverneur pour obéir à l’ordre obligeant qu’il nous en avait donné.

9Nous passâmes de cette manière dix jours dans cette île, étant la plus grande partie du jour chez le gouverneur et la nuit dans notre logement. Je me familiarisai bientôt tellement avec les esprits que je n’en avais plus peur du tout ou s’il me restait encore quelque impression de frayeur, ma curiosité m’en ôtait aussitôt le sentiment. Son Altesse m’ordonna un jour d’évoquer tel mort que je voudrais de tous ceux qui avaient subi la loi du trépas depuis le commencement du monde jusqu’au moment qu’il me parlait, et de leur commander de répondre aux questions que je leur proposerais, à condition néanmoins que mes questions ne rouleraient que sur des choses passées de leur temps ; qu’au reste, je pouvais être sûr d’une chose, c’est qu’ils ne me diraient rien que de vrai, l’art de mentir n’étant d’aucun usage dans l’autre monde.

10Je fis d’humbles remerciements à Son Altesse pour une si grande faveur. Nous étions dans une chambre dont le vue donnait sur le parc ; et comme mon premier désir fut de voir quelque chose de pompeux et de magnifique, je souhaitai de voir Alexandre le Grand à la tête de son armée, immédiatement après la bataille d’Arbelles ; à peine le gouverneur eut-il prononcé quelques mots que nous aperçûmes ce conquérant sous la fenêtre où nous étions et son armée un peu plus loin. Alexandre eut ordre de se rendre dans notre appartement ; je n’entendis pas autrement bien son grec. Il m’assura sur son honneur qu’il n’avait pas été empoisonné, mais qu’il était mort d’une fièvre violente causée par les débauches excessives qu’il avait faites en vin.

  • 2 D’après la légende, Hannibal, lors de sa traversée des Alpes, aurait été bloqué par un énorme roch (...)

11Après lui, je vis Hannibal passant les Alpes qui me protesta qu’il n’avait pas une seule goutte de vinaigre dans son camp2.

  • 3 Omission de : « I saw the former in his last great Triumph » (GT III 101), probablement une allusi (...)

12Je vis César et Pompée à la tête de leurs troupes et prêts à se livrer bataille3. Je souhaitai que le sénat de Rome pût paraître devant moi dans une grande chambre et une assemblée un peu plus moderne en opposition dans une autre. La première de ces compagnies ne me parut composée que de héros et de demi-dieux, au lieu que l’autre ne ressemblait qu’à une troupe de gueux, de bandits et de bretteurs. Le gouverneur à ma demande fit signe à César et à Brutus de s’avancer vers moi. La vue de Brutus m’inspira une profonde vénération et je n’eus pas de peine à remarquer en lui la vertu la plus consommée, une fermeté d’âme, une intrépidité au-dessus de toute expression et le plus ardent amour pour sa patrie. J’observai avec un sensible plaisir que ces deux grands hommes paraissaient être amis et César m’avoua avec une noble ingénuité que la gloire de l’avoir tué surpassait celle qu’il s’était acquise pendant tout le cours de sa vie. J’eus l’honneur d’entretenir assez longtemps Brutus et il me fut dit que Junius, Socrate, Épaminondas, Caton le jeune, Thomas Morus et lui étaient toujours ensemble : sextumvirat auquel tous les âges du monde ne sauraient ajouter un septième.

13Mes lecteurs s’ennuieraient certainement si je leur rapportais les noms de toutes les personnes que le désir de voir, pour ainsi dire, le monde dans chaque point de sa durée me fit évoquer. Je m’attachai principalement à considérer les destructeurs des tyrans et des usurpateurs, et ceux qui avaient rendu des nations à la liberté ; ces sortes de spectacles me causaient une joie si sensible que ce serait tenter l’impossible que de vouloir l’exprimer.

Notes

1 « Nom qui convient à toutes les plantes dont les tiges périssent tous les ans après que leurs semences sont mûres » (Trévoux).

2 D’après la légende, Hannibal, lors de sa traversée des Alpes, aurait été bloqué par un énorme rocher, obstacle insurmontable. Il aurait alors chauffé ce dernier, puis y aurait versé du vinaigre dessus afin qu’il se fende.

3 Omission de : « I saw the former in his last great Triumph » (GT III 101), probablement une allusion à la procession triomphale de César en 46 avant Jésus-Christ à Rome pour célébrer sa victoire sur Pompée et ses fils.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search