Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie III. Voyage de Laputa, de Balnibarbi, de Luggnagg, de Glubbdubdrib et du Japon

Chapitre VI

Résumé

Continuation du même sujet. L’auteur propose quelques nouvelles inventions qui sont reçues avec de grands applaudissements.

Texte intégral

1Je ne me divertis guère à visiter l’école des faiseurs de projets politiques parce que ces gens me paraissaient tout à fait hors de sens, spectacle qui me rend toujours mélancolique. Ces visionnaires formaient des projets de persuader à des monarques de n’avoir égard dans le choix de leurs favoris qu’à la sagesse, la capacité et la vertu, de ne prendre des ministres que pour travailler avec plus de succès au bien public, de ne jamais séparer leur intérêt d’avec celui de leur peuple, de ne conférer des emplois qu’à des personnes capables de s’en acquitter, avec plusieurs autres chimères dont personne ne s’est jamais avisé et qui m’ont fait sentir la justesse d’une vieille maxime qui dit qu’il n’y a rien de si absurde que quelques philosophes n’aient avancé comme véritable.

  • 1 Énumération de maladies abrégée dans la traduction, l’original comportant des références à d’autre (...)
  • 2 « Propre à nettoyer » (Académie française, 1762).

2Cependant pour rendre justice à ces académiciens politiques, il faut que j’avoue que tous ne sont pas si visionnaires. Il y avait parmi eux un homme qui me paraissait admirablement bien entendre la nature et le système du gouvernement ; cet illustre personnage s’était fort utilement employé pour trouver des remèdes souverains contre toutes les maladies auxquelles les différentes sortes d’administrations publiques sont sujettes, tant par les vices ou par les faiblesses de ceux qui gouvernent que par les défauts de ceux qui doivent obéir. Par exemple, puisque tous ceux qui se sont appliqués à étudier le gouvernement des hommes avouent unanimement qu’il y a une ressemblance universelle entre le corps naturel et le corps politique, n’est-il pas évident que les maladies de l’un et de l’autre de ces corps doivent être guéries et leur santé conservée par les mêmes remèdes ? Il est certain que les sénats sont souvent pleins d’humeurs peccantes et travaillés de plusieurs maladies de tête et plus encore de maladies de cœur avec de fortes convulsions et de violentes contractions de nerfs dans les deux mains quoique principalement dans la droite ; d’autres fois ils ont des vertiges, des délires, une faim canine ou des indigestions et plusieurs autres maux de ce genre1. Le plan de ce docteur était donc que lorsqu’un sénat venait de s’assembler, quelques médecins s’y trouvassent les trois premiers jours de la séance et, à la fin des débats de chaque jour, tâtassent le pouls à chaque sénateur ; après quoi, ayant mûrement délibéré sur la nature des différentes maladies et sur la manière de les guérir, ils pourraient le quatrième jour se rendre à l’endroit où le sénat s’assemble, accompagnés d’apothicaires, pourvus de bonnes médecines, qui auraient soin avant que les membres fussent assis d’administrer à chacun d’eux des lénitifs, des apéritifs, des abstersifs2, des corrosifs, des restringents, des palliatifs, des laxatifs ou telle autre drogue dont ils pourraient avoir besoin — prêts le lendemain à répéter, à changer ou à omettre ces remèdes suivant l’effet qu’ils auraient produit.

  • 3 « Étourdis » ne fait pas sens, vu le contexte. Par ailleurs, ce terme ne convient pas pour traduir (...)

3L’exécution de ce projet ne coûterait pas grand-chose au public et serait, à mon avis, fort utile pour expédier promptement les affaires dans les pays où les sénats ont quelque part au pouvoir législatif ; elle produirait l’unanimité, abrégerait les débats, ouvrirait le peu de bouches qui à présent sont fermées et fermerait le nombre prodigieux de celles qui sont ouvertes, réprimerait la pétulance des jeunes et corrigerait l’obstination des vieux, donnerait de la vivacité aux stupides et de la retenue aux étourdis3.

4De plus, comme c’est une plainte générale que les favoris des princes sont la mémoire du monde la moins fidèle, le même docteur proposait comme un remède à ce mal que quiconque irait trouver un premier ministre, après lui avoir exposé son affaire en peu de mots et en termes clairs, en partant tirât ce seigneur par le nez ou par les oreilles, lui donnât quelque bon coup de pied dans le ventre, lui pinçât les bras bien serré ou lui fourrât une épingle dans les fesses, le tout pour le faire mieux souvenir de l’affaire en question : remède qu’il faudrait répéter chaque fois qu’on le verrait jusqu’à ce que la chose dont il s’agissait fût faite ou absolument refusée.

5Il était aussi d’avis que chaque membre de grand conseil de la nation, après avoir proposé et défendu son opinion, devrait être obligé de donner sa voix en faveur de l’opinion contraire parce que si cela se faisait, le résultat tournerait immanquablement à l’avantage public.

  • 4 À peu près la même « taille » en fait, et non « figure » (« such whose Heads are nearest of a size (...)

6Quand l’État est déchiré par de violentes factions, il avait trouvé un moyen merveilleux de les mettre d’accord ; ce moyen le voici : il faut prendre une centaine de chefs de chaque parti et mettre l’une contre l’autre les têtes qui sont à peu près de la même figure4 ; qu’après cela, deux chirurgiens fort adroits scient l’occiput de chaque couple en même temps de manière que la cervelle soit divisée en deux parties égales ; que chacun de ces occiputs ainsi coupés soit appliqué sur la tête à laquelle il n’appartient pas. Il est bien vrai que cet ouvrage demande beaucoup d’adresse et d’exactitude, mais le professeur nous assurait que si le chirurgien s’en acquittait bien, la cure serait infaillible, car voici comme il raisonnait : les deux égales portions de cervelles débattant entre elles, les matières qui forment le sujet de la dispute ne sauraient manquer d’être bientôt d’accord ; et pour ce qui regarde la différence des cervelles en quantité et en qualité parmi ceux qui sont les directeurs des factions, le docteur protestait en conscience que c’est une chimère.

7J’entendis deux professeurs disputer avec beaucoup de feu sur la meilleure méthode de lever des impôts sans charger le peuple. Le premier affirmait que la meilleure manière serait de taxer les vices et la folie, et de mettre dans chaque rue un certain nombre de jurés qui rendraient témoignage des degrés d’extravagance et de corruption de leurs voisins sur lesquels on pourrait régler la somme que chacun serait tenu de payer. Le second était d’une opinion directement contraire et voulait qu’on mît une taxe sur ces qualités du corps et de l’âme pour lesquelles les hommes s’estimaient le plus eux-mêmes et que cette taxe fût plus ou moins grande suivant le degré plus ou moins éminent auquel on porterait ces qualités, degré à l’égard duquel chacun serait cru sur sa parole.

8L’impôt le plus onéreux regardait les plus grands favoris du beau sexe et les cotisations étaient réglées suivant le nombre et la nature des faveurs qu’ils avaient reçues ; sur quoi on s’en rapporterait aussi à leurs propres déclarations. L’esprit, la valeur et la politesse devaient aussi payer de grands impôts qui seraient aussi levés de la même manière, chaque personne se taxant elle-même, mais d’un autre côté, l’honneur, la justice, la sagesse et le savoir ne devaient pas coûter un sol à ceux qui possédaient ces qualités parce qu’elles sont d’un genre si singulier que personne ne les reconnaît en son voisin ni ne les estime en lui-même.

9Les femmes devaient être taxées suivant leur beauté et leur habileté à se bien mettre et jouir du même privilège que les hommes — je veux dire déterminer la somme qu’elles se croient obligées de payer. Mais le sens commun, la fidélité, la chasteté et la bonté du cœur devaient être des choses entièrement exemptes d’impôts parce qu’aussi bien le peu qu’on en aurait pu retirer n’aurait jamais payé les peines qu’on se serait données pour déterrer celles que cette taxe regardait.

10Pour attacher des sénateurs aux intérêts de la Couronne, le même professeur voulait qu’ils tirassent au sort pour les emplois, chacun d’eux s’engageant premièrement par serment d’être pour la cour soit qu’il gagnât ou non ; après quoi ceux qui avaient perdu pouvaient de nouveau tenter fortune à la première occasion. De cette manière, l’espérance et l’attente les rendraient fidèles à leurs engagements et personne ne pourrait se plaindre qu’on l’eût trompé, mais imputerait son malheur à la fortune dont les épaules sont plus fortes et plus larges que celles d’un ministère.

  • 5 Omission de tout un paragraphe scatologique dans lequel le professeur conseille notamment d’observ (...)

11Un autre professeur me montra un grand papier tout rempli d’instructions pour découvrir des complots qui se trament contre le gouvernement5 ; dans toutes ses remarques paraissaient un génie profond et une extrême connaissance de la politique quoiqu’à mon avis, on pourrait y ajouter encore quelque chose. C’est ce que je pris la liberté de dire à l’auteur en lui offrant en même temps de lui faire part de ce que je pouvais avoir de lumières sur ce sujet. Il reçut mon offre plus honnêtement que ne font d’ordinaire des auteurs et particulièrement ceux qui travaillent en projets, m’assurant qu’il serait fort aise que je lui communiquasse mes observations.

  • 6 Il s’agit du traditionnel bonnet des bouffons : « a Cap and Bells » (GT III 92).
  • 7 Omission du dernier exemple de l’édition originale de 1726 (les éditions ultérieures de Gulliver’s (...)

12Je lui dis que s’il m’arrivait de vivre dans un Royaume où les conspirations fussent en vogue par le génie inquiet du petit peuple ou pussent servir à l’affermissement du crédit ou à l’avancement de la fortune de quelques grands seigneurs, je m’appliquerais d’abord à encourager la nation des accusateurs, des dénonciateurs et des témoins ; que lorsque j’en aurais rassemblé un nombre suffisant, de toutes les sortes et de différentes capacités, je les mettrais sous la conduite de quelques personnages habiles et assez puissants pour les protéger et pour les récompenser. De tels personnages doués des talents et du pouvoir que je viens de marquer pourraient faire servir les complots aux plus excellents usages ; ils pourraient se faire valoir et passer pour de profonds politiques, raffermir un ministère chancelant, étouffer ou apaiser un mécontentement général, s’enrichir de confiscations et augmenter ou diminuer le crédit public, suivant que leur avantage particulier le demanderait. C’est ce qu’on peut faire en convenant premièrement des personnes sur qui doit tomber l’accusation d’avoir part à une conspiration. Après cela, il faut s’assurer de tous leurs papiers aussi bien que de leurs personnes ; ces papiers doivent être mis entre les mains d’une société d’hommes assez habiles pour découvrir le sens mystérieux des mots, des syllabes et des lettres, mais pour qu’ils puissent tirer quelque fruit de leur habileté, il doit leur être permis de donner aux lettres, aux syllabes et aux mots la signification qui leur plaît quoique cette signification n’y ait souvent aucun rapport ou même paraisse directement contraire au but que se propose celui dont on examine l’écrit. Ainsi, par exemple, s’ils le trouvent bon, ils peuvent entendre par un crible une dame de cour, par un chien estropié un usurpateur, par un fléau une armée entretenue en temps de paix, par une buse un grand politique, par la goutte un souverain pontife, par un pot de chambre un comité de seigneurs, par un balai une révolution, par une souricière une charge, par un abîme sans fond le trésor public, par un égout la cour, par un bonnet avec des sonnettes6 un favori, par un roseau cassé une cour de justice et par un tonneau vide un général7.

  • 8 Ajout du discours direct.
  • 9 Dans ce paragraphe Swift donne un exemple d’anagramme que le traducteur a choisi de ne pas retrans (...)

13Que si cette méthode ne réussissait pas, on pourrait en employer de plus efficaces et avoir recours aux acrostiches et aux anagrammes ; je lui expliquai alors ce que j’entendais par acrostiches et lui montrai au doigt et à l’œil de quelle utilité est cette espèce de science pour découvrir le sens politique que renferment les lettres initiales. « Car8 sans cela, lui dis-je, aurait-on jamais pu savoir que N, par exemple, signifie une conspiration, B un régiment de cavalerie et L une flotte ? Mais si par hasard (ce qui n’est guère possible) cette méthode ne suffit pas pour découvrir les desseins du parti mécontent, on pourrait venir à bout de les connaître en transposant les lettres de l’alphabet qui se trouvent dans quelque papier suspect, en les transposant, dis-je, de tant de manières différentes qu’on trouve enfin le sens qu’on veut leur donner ; et c’est là ce qu’on appelle la méthode anagrammatique9. »

14Le professeur me fit de grands remerciements des curieuses observations dont je venais de lui faire part et me promit qu’il ferait mention honorable de moi dans son traité.

15Je ne vis rien dans ce pays qui pût me porter à y faire un plus long séjour et commençai à songer à m’en retourner en Angleterre.

Notes

1 Énumération de maladies abrégée dans la traduction, l’original comportant des références à d’autres maux nauséabonds tels que les « tumeurs scrophuleuses » (« with Scrophulous Tumours full of faetid purulent Matter ; with sower frothy Ructations » [GT III 82]).

2 « Propre à nettoyer » (Académie française, 1762).

3 « Étourdis » ne fait pas sens, vu le contexte. Par ailleurs, ce terme ne convient pas pour traduire « Pert » (GT III 84) qui signifie vif, égrillard. Il s’agit donc de donner de la retenue aux « impertinents » et à ceux qui se feraient trop entendre.

4 À peu près la même « taille » en fait, et non « figure » (« such whose Heads are nearest of a size » [GT III 85]).

5 Omission de tout un paragraphe scatologique dans lequel le professeur conseille notamment d’observer les excréments des suspects (moult détails sont donnés : la couleur, l’odeur, le goût, la consistance etc.) et même de prendre note de la main avec laquelle ces messieurs essuient leur postérieur (GT III 89).

6 Il s’agit du traditionnel bonnet des bouffons : « a Cap and Bells » (GT III 92).

7 Omission du dernier exemple de l’édition originale de 1726 (les éditions ultérieures de Gulliver’s Travels verront cette liste s’agrandir encore par l’ajout d’autres exemples) : par une plaie ouverte l’administration (« a running Sore an Administration » [GT III 92]).

8 Ajout du discours direct.

9 Dans ce paragraphe Swift donne un exemple d’anagramme que le traducteur a choisi de ne pas retranscrire ; en effet, pour des raisons évidentes, l’anagramme serait perdue en français. L’abbé Desfontaines pour sa part fait mention de l’exemple (« Votre frère Thomas a les hémorroïdes » [éd. cit., t. II, p. 66]) sans ajouter l’anagramme correspondante.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search