Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie III. Voyage de Laputa, de Balnibarbi, de Luggnagg, de Glubbdubdrib et du Japon

Chapitre V

Résumé

L’auteur obtient la permission de voir la grande académie de Lagado. Ample description de cette académie. Arts auxquels les professeurs s’y emploient.

Texte intégral

1Cette académie n’est pas un seul bâtiment, mais une suite de plusieurs maisons des deux côtés d’une rue qui étant devenue déserte a été destinée à servir de demeure aux académiciens.

2Je fus fort honnêtement reçu par le recteur. Chaque chambre contenait un ou plusieurs faiseurs de projets et je crois qu’il y avait bien cinq cents chambres en tout.

3Le premier homme que je vis avait l’air défait, le visage et les mains pleines [sic] de suie, les cheveux mal peignés, la barbe longue, et était d’ailleurs tout enguenillé. Ses habits, sa chemise et sa peau étaient précisément de la même couleur. Il avait employé huit ans à préparer des concombres pour en tirer les rayons du soleil qu’il avait dessein de mettre dans des vases scellés hermétiquement afin de s’en servir à réchauffer l’air dans des étés peu favorables. Il me dit qu’il ne doutait nullement que dans huit ans, il ne fût en état de fournir une raisonnable quantité de ces rayons au jardin du gouverneur, mais il se plaignait que ses gages étaient fort médiocres et me pria de lui donner quelque petite chose pour l’encourager dans son travail et pour le dédommager un peu de l’excessive cherté dont les concombres avaient été l’année précédente. Je lui fis un petit présent, car le seigneur chez qui j’avais logé m’avait pourvu de quelque argent dans cette vue parce qu’il savait que c’était leur coutume de demander honnêtement l’aumône à tous ceux qui venaient les voir.

  • 1 Omission de la comparaison avec un baril de Bristol (voir la note 181, p. 83).

4J’entrai dans une autre chambre, mais je fus sur le point de m’en retourner sur mes pas à cause de l’horrible puanteur que je sentis en y mettant les pieds. Mon conducteur me poussa en avant et me fit signe de ne faire paraître aucune marque d’aversion ou de dégoût parce que cela serait regardé comme une cruelle offense. Je le crus et poussai la politesse jusqu’à ne me pas seulement boucher le nez. Celui qui logeait dans cette cellule était le plus ancien étudiant de l’académie. Ses mains et ses habits étaient tous brodés d’ordure. Quand je lui fus présenté, il me serra tendrement entre ses bras (honnêteté dont je l’aurais volontiers dispensé). Dès le premier instant qu’il était entré dans l’académie, il s’était appliqué à remettre les excréments humains dans leur état primitif en en séparant cette espèce de teinture qu’y donne la bile, en en faisant exhaler l’odeur et en en ôtant la salive. La société lui payait chaque semaine une manière de revenu qui consistait dans un vaisseau1 rempli d’ordure humaine pour continuer à faire ses expériences.

5Je vis un autre qui travaillait à calciner de la glace pour en faire de la poudre à canon ; le même me montra un traité qu’il avait composé sur la malléabilité du feu et qu’il avait dessein de publier. Il y avait là aussi un architecte très ingénieux qui avait inventé une nouvelle méthode de bâtir des maisons en commençant par le toit et en finissant par les fondements ; ce qu’il justifiait par l’exemple de deux insectes fort prudents, la mouche à miel et l’araignée.

  • 2 Le texte donne la forme archaïque « apprentifs ».
  • 3 Légère sous-traduction ne rendant pas hommage à l’ironie attachée à la voix naïve du narrateur qui (...)

6Dans un autre appartement, je vis un homme qui était né aveugle et qui avait avec lui plusieurs apprentis2, aveugles aussi. Leur emploi consistait à mêler pour les peintres des couleurs que leur maître leur enseignait à distinguer par le moyen de l’attouchement et du goût. Ils réussirent assez mal pendant le temps que j’étais là3 et leur professeur même s’y trompa presque toujours.

  • 4 Au masculin, dans le texte.

7Mais tous les projets dont je viens de parler ne sont rien en comparaison de celui dont je vais faire part à mes lecteurs. Un de ces ingénieux académiciens avait trouvé l’art de labourer la terre avec des pourceaux pour épargner la dépense qu’il faut faire en charrues, en bœufs et en ouvriers. Voici sa méthode. Dans une acre4 de terre, il faut enterrer à six pouces de distance les uns des autres et à huit de profondeur, un bon nombre de glands ou de dattes que ces animaux aiment beaucoup ; après cela il faut en conduire cinq ou six cents dans l’endroit où ces glands sont enterrés, or ils n’y seront pas plus tôt qu’ils fouilleront toute la terre en cherchant leur nourriture et qu’ils la rendront propre à être ensemencée, l’engraissant en même temps de leur fiente. À la vérité, après plusieurs expériences réitérées, on a trouvé qu’il en coûtait beaucoup de peine sans qu’on eût encore vu de moisson. Cependant on ne doute nullement que cette invention ne puisse encore être extrêmement perfectionnée.

  • 5 Ajout du discours direct.
  • 6 « En se servant d’araignées, [...] des vers à soie » paraît illogique. En réalité, ceci est dû à u (...)
  • 7 A pour antécédent la proposition précédente.
  • 8 « Lieu où s’assemblent les officiers qui ont soin de la conduite des affaires communes des habitan (...)
  • 9 Le traducteur simplifie et altère légèrement la description du procédé. L’instrument n’est pas une (...)
  • 10 « Qui ne se plaignait pas d’avoir la colique » et « mais je doute qu’il ait réussi dans cette opér (...)

8Je me rendis dans une autre chambre qui était tapissée partout de toiles d’araignées, excepté un petit passage fort étroit par où l’artiste pouvait entrer et sortir. Quand il me vit, il me cria à haute voix de ne pas toucher à ses toiles. « Quelle fatale erreur5, me dit-il, qu’on se soit servi pendant si longtemps de vers à soie pendant que nous avons à foison des animaux domestiques qui sont infiniment meilleurs que ces vers ! D’ailleurs, ajouta-t-il, en se servant d’araignées, on n’aurait pas à craindre l’incommodité que cause la mort6 des vers à soie » dont7 je fus entièrement convaincu quand il me montra un nombre prodigieux de mouches admirablement colorées dont il nourrissait ses araignées, nous assurant que les toiles en recevraient quelque teinture et que comme il en avait de toutes les couleurs, il se flattait de tirer de grands profits de cette invention dès qu’il serait venu à bout de nourrir ses mouches de certaines gommes, huiles et autres matières glutineuses pour donner de la force et de la consistance aux fils. Un autre académicien qui était astronome avait entrepris de placer un cadran sur la girouette de la maison de ville8 en ajustant le mouvement annuel et journalier de la terre et du soleil de manière qu’ils répondissent exactement à tous les mouvements accidentels que le vent ferait faire à la girouette. Il m’arriva de me plaindre à mon conducteur d’une petite attaque de colique ; sur quoi il me conduisit dans l’appartement d’un grand médecin qui s’était rendu fameux par sa manière de guérir cette maladie. Voici sa méthode. Il remplissait d’air une seringue d’une énorme taille ; cet air, il le déchargeait dans le corps du patient ; après cela il retirait l’instrument pour le remplir de nouveau d’air et à peine avait-il fait ce manège trois ou quatre fois que le vent dont le corps du patient venait à être rempli forçait celui qui avait causé la maladie à sortir, d’où s’ensuivait la guérison du malade9. Il en fit l’épreuve en ma présence sur un chien qui ne se plaignait pas d’avoir la colique, mais qui en récompense en fut préservé pour toujours, car à la seconde décharge de la seringue, le pauvre animal creva. Nous laissâmes le docteur fort occupé à lui rendre la vie en faisant sortir le trop d’air, mais je doute qu’il ait réussi dans cette opération10.

9Je parcourus plusieurs autres appartements, mais ce que j’y vis n’étant pas si important que ce que je viens de raconter, mes lecteurs me pardonneront aisément de le passer sous silence.

  • 11 Omission d’un dernier exemple qui consiste à « pétrifier les sabots des chevaux » (« Others petrif (...)

10Je n’avais vu jusqu’alors qu’un côté de l’académie, l’autre étant habité par ceux qui s’appliquent à l’avancement des sciences spéculatives dont je dirai quelques mots après avoir auparavant fait mention d’un illustre personnage qu’on nomme parmi eux l’artiste universel. Il nous dit qu’il s’était appliqué pendant l’espace de trente ans à chercher les moyens de prolonger la vie humaine. Il avait deux grandes chambres pleines de mille curiosités et cinquante hommes travaillaient sous lui : les uns condensaient l’air dans un vase et avaient l’art d’ôter de cet air toutes les particules de nitre ou d’eau qui pouvaient s’y trouver, d’autres amollissaient des pièces de marbre pour en faire des oreillers et des coussins11. L’artiste lui-même était alors occupé de deux grands projets : le premier consistait à ensemencer une terre de paille dans laquelle, disait-il, était contenue la véritable vertu productrice ; ce qu’il démontrait par plusieurs raisonnements que je n’eus pas l’esprit de comprendre. L’autre invention tendait à empêcher qu’il ne vînt de la laine aux jeunes agneaux ; ce qu’il se flattait de faire par le moyen de quelques gommes et de quelques minéraux appliqués extérieurement sur leur peau, et il espérait que dans quelque temps une race de brebis nues serait répandue par tout le Royaume.

11Nous fîmes un tour à l’autre côté de l’académie où, comme je l’ai déjà dit, les faiseurs de projets en sciences spéculatives avaient leur résidence.

  • 12 « Volumes in folio » dans le texte anglais.

12Le premier professeur que je vis se tenait dans un grand appartement et avait quarante écoliers autour de lui. Après les premiers compliments, remarquant que je regardais avec attention une machine qui occupait presque toute la chambre, il dit que j’étais peut-être surpris de ce qu’il avait formé le dessein de se servir d’opérations mécaniques pour l’augmentation des connaissances spéculatives, mais que le public ne tarderait guère à sentir l’utilité de cette méthode et qu’il se flattait que jamais homme n’avait rien inventé de plus beau. « Personne n’ignore, poursuivit-il, combien est laborieuse la méthode ordinaire d’acquérir de certaines sciences, au lieu que par l’invention dont je vous parle l’homme du monde le plus ignorant peut, avec peu de peine et presque point de dépense, écrire sur la philosophie, la poésie, la politique, les lois, les mathématiques et la théologie, et cela sans avoir ni génie ni étude. » Il me fit approcher alors de la machine que ses disciples rangés en ordre environnaient de tous côtés. Elle avait vingt pieds en carré et était placée au milieu de la chambre. Sa superficie était composée de différentes pièces de bois d’environ la grosseur d’un dé à jouer, mais les unes un peu plus larges que les autres. Elles étaient toutes attachées ensemble par des fils fort déliés ; ces morceaux de bois étaient couverts de papier exactement appliqué sur chaque carré et sur ces papiers étaient écrits tous les mots de leur langue dans leurs différents modes, temps et déclinaisons, mais sans aucun ordre. Le professeur me pria d’être attentif parce qu’il allait mettre sa machine en œuvre. Il y avait quarante manches de fer attachés autour de la machine dont ses disciples par son ordre empoignèrent chacun un ; après cela, par un tour de main qu’ils leur donnèrent, je vis que toute la disposition des mots était entièrement changée. Il commanda alors à trente-six de ses écoliers de lire tout bas les différentes lignes qui venaient de paraître sur la machine ; que s’ils trouvaient trois ou quatre mots ensemble qui pouvaient former une partie de phrase, ils étaient obligés de les dicter aux quatre autres garçons qui étaient les secrétaires. Cet ouvrage était répété trois ou quatre fois et à chaque fois les mots se trouvaient disposés d’une nouvelle manière. Les jeunes étudiants employaient six heures par jour à ce travail et le professeur me montra plusieurs folio12 qu’il avait composés de différentes phrases imparfaites qu’il avait dessein de coudre ensemble pour faire un jour de tous ces riches matériaux un système complet de tous les arts et de toutes les sciences, dessein, disait-il, qui pourrait être exécuté avec beaucoup plus de facilité et de promptitude si le public voulait créer un fonds pour faire construire et mettre en œuvre cinq cents de ces machines dans Lagado et ordonner aux directeurs de mettre ensemble toutes leurs collections.

13Il m’assura que depuis sa jeunesse il avait consacré toutes ses pensées à cette invention, qu’aucun mot de la langue n’était oublié dans sa machine et qu’il avait fait le calcul le plus exact de la proportion générale qu’il y a entre les nombres des particules, des noms, des verbes et des autres parties du langage.

  • 13 Sur la feuille suivante (non paginée), une « Fig. V. » représente la « machine ».

14Je fis les plus humbles remerciements à cet illustre personnage de la facilité avec laquelle il venait de me faire part d’un si beau dessein et lui promis que si j’avais jamais le bonheur de revoir ma patrie, je lui rendrais la justice de le reconnaître pour seul inventeur de cette merveilleuse machine dont je lui demandai la permission de tracer la forme sur du papier ; il le voulut bien et c’est à sa complaisance que le lecteur a l’obligation de la figure ci-jointe13. Je lui dis que quoique ce soit la coutume de nos savants en Europe de se faire honneur des inventions d’autrui d’où il leur revenait au moins cet avantage que ce devenait un sujet de controverse, lequel était le véritable inventeur, il pouvait néanmoins être sûr qu’à l’égard de la machine que je venais de voir, personne ne lui disputerait la gloire de l’invention.

15Nous allâmes ensuite à l’école de langage où trois professeurs délibéraient ensemble sur les moyens de perfectionner la langue de leur pays.

16Le premier projet était d’abréger les discours en ne laissant qu’une syllabe à tous les mots qui en avaient plusieurs et en retranchant les verbes et les participes parce qu’à le bien examiner, toutes choses imaginables ne sont que des noms.

17« Mais, dit un des autres, ne vaudrait-il pas mieux retrancher absolument tous les mots ? » Pour faire mieux goûter ce projet, il prouva que la santé et l’amour de la brièveté y trouveraient également leur compte, car il est incontestable que chaque mot que nous prononçons use tant soit peu nos poumons et par conséquent hâte notre mort. C’est pourquoi il proposait comme un bon expédient que puisque les mots ne sont que les noms des choses, il serait plus raisonnable que chacun portât avec soi les choses dont il voudrait discourir. Et cette invention aurait certainement eu lieu au grand contentement de celui qui l’avait trouvée si les femmes, de concert avec le profane vulgaire, n’avaient menacé de se révolter si on ne leur permettait de se servir de leur langue pour parler à la manière de leurs aïeux. Tant il est vrai que le commun peuple est un ennemi irréconciliable de tout ce qu’on appelle science. Cependant plusieurs hommes très sages et très savants suivent la nouvelle méthode de s’exprimer par choses, méthode qui a pourtant un petit inconvénient, c’est que quand un homme a plusieurs affaires et de différentes sortes, il est obligé de porter avec lui une quantité beaucoup plus considérable de choses, à moins qu’il n’ait les moyens d’entretenir quelques valets qui le déchargent de cette peine. J’ai quelquefois vu deux de ces sages presque affaissés sous le poids de leurs fardeaux comme les colporteurs parmi nous. Quand ces Messieurs se rencontraient en rue, ils mettaient leurs paquets à terre et en en tirant les pièces l’une après l’autre, ils étaient en état de soutenir la conversation pendant une heure entière ; après quoi chacun ramassait ses pièces et s’étant entraidés à se mettre leurs charges sur le dos, ils prenaient congé l’un de l’autre.

18Mais pour de moins longues conversations, on peut facilement mettre sous le bras ou dans ses poches tout ce dont on a besoin et quand on est chez soi, on ne saurait y être embarrassé. Voilà pourquoi la chambre où s’assemblent ceux chez qui cet art est en usage est pleine de toutes les choses qui sont nécessaires pour soutenir de si ingénieux entretiens.

19Un autre grand avantage qu’on pourrait retirer de cette invention, c’est que par là on a une espèce de langage universel, entendu par toutes les nations civilisées dont généralement tous les meubles et tous les ustensiles sont entièrement semblables aux nôtres. Par là aussi, des ambassadeurs pourraient traiter avec des princes étrangers ou avec des ministres d’État dont ils ignoreraient la langue.

  • 14 Sur la teinture céphalique, voir William Lewis, Connaissance pratique des médicaments les plus sal (...)
  • 15 « Bol ou bolus. Terme de médecine. C’est un remède interne et d’une consistance molle » (Trévoux).

20Je visitai ensuite l’école de mathématiques où je vis un maître qui pour enseigner cette science à ses disciples, se servait d’une méthode qui me parut un peu bizarre : la proposition et la démonstration sont écrites en caractères fort lisibles sur une oublie très mince avec de l’encre composée d’une teinture céphalique14. Cette oublie, l’étudiant doit l’avaler à jeun et pendant les trois jours suivants ne prendre d’autre nourriture qu’un peu de pain et d’eau. À mesure que se fait la digestion de l’oublie, la teinture monte au cerveau et la proposition est obligée de l’accompagner. Mais jusqu’à présent le succès n’a pas tout à fait bien répondu à l’attente de l’inventeur en partie par quelque erreur dans la composition de la teinture et en partie par la méchanceté des petits garçons à qui ce bolus15 cause tant de dégoût que la plupart d’entre eux tâchent de le rendre avant qu’il puisse faire son effet ; d’ailleurs on n’a pas encore pu obtenir d’eux d’observer le régime si nécessaire, suivant cette méthode, pour apprendre les mathématiques.

Notes

1 Omission de la comparaison avec un baril de Bristol (voir la note 181, p. 83).

2 Le texte donne la forme archaïque « apprentifs ».

3 Légère sous-traduction ne rendant pas hommage à l’ironie attachée à la voix naïve du narrateur qui fait mine de n’avoir pas eu de chance : « It was indeed my Misfortune to find them at that time not very perfect in their Lessons » (GT III 65).

4 Au masculin, dans le texte.

5 Ajout du discours direct.

6 « En se servant d’araignées, [...] des vers à soie » paraît illogique. En réalité, ceci est dû à une confusion du traducteur entre « to die » (mourir) et « to dye » (teindre). Il ne s’agit pas de la mort des vers à soie, mais de la teinture des vers à soie dont on va pouvoir faire l’économie : « by employing Spiders, the Charge of dying Silks should be wholly saved » (GT III 67).

7 A pour antécédent la proposition précédente.

8 « Lieu où s’assemblent les officiers qui ont soin de la conduite des affaires communes des habitants et de la police de la ville » (Trévoux).

9 Le traducteur simplifie et altère légèrement la description du procédé. L’instrument n’est pas une seringue, mais « un soufflet doté d’un embout d’ivoire » : « a large pair of Bellows with a long slender Muzzle of Ivory » (GT III 68). En outre, les détails corporels et scatologiques sont gommés : la mention des « excréments du chien », le fait qu’il « enfonce le soufflet de huit pouces dans l’anus », et qu’il « rende les intestins aussi flasques qu’une vessie sèche » (« This he conveyed eight Inches up the Anus, and drawing in the Wind, he affirmed he could make the Guts as lank as a dried Bladder. [...] made so violent a Discharge as was very offensive to me and my Companions » [GT III 68-69]).

10 « Qui ne se plaignait pas d’avoir la colique » et « mais je doute qu’il ait réussi dans cette opération » sont des ajouts du traducteur.

11 Omission d’un dernier exemple qui consiste à « pétrifier les sabots des chevaux » (« Others petrifying the Hoofs of a living Horse to preserve them from foundring » [GT III 70]).

12 « Volumes in folio » dans le texte anglais.

13 Sur la feuille suivante (non paginée), une « Fig. V. » représente la « machine ».

14 Sur la teinture céphalique, voir William Lewis, Connaissance pratique des médicaments les plus salutaires, Paris, 1775, t. II, p. 76.

15 « Bol ou bolus. Terme de médecine. C’est un remède interne et d’une consistance molle » (Trévoux).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7355/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 371k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search