Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie III. Voyage de Laputa, de Balnibarbi, de Luggnagg, de Glubbdubdrib et du Japon

Chapitre IV

Résumé

L’auteur quitte Laputa, est conduit à Balnibarbi et arrive à la capitale. Description de cette ville et du pays adjacent. Hospitalité avec laquelle il est reçu par un grand seigneur. Sa conversation avec lui.

Texte intégral

1Quoique je n’eusse pas lieu de me plaindre de la manière dont j’étais traité dans cette île, j’y étais néanmoins trop négligé et il entrait dans cette négligence un peu de mépris, car ni le prince ni qui que ce soit de son peuple n’avait de curiosité pour aucune science, excepté les mathématiques et la musique que j’entendais très peu en comparaison d’eux ; ce qui était cause qu’on faisait très peu de cas de moi.

2D’un autre côté, ayant vu toutes les curiosités de l’île, j’avais grande envie de la quitter parce que j’étais souverainement las de ce peuple. Il est bien vrai qu’ils excellaient en deux sciences pour lesquelles j’ai toujours eu beaucoup d’estime et dans lesquelles j’ose dire n’être pas tout à fait ignorant, mais en récompense ils étaient continuellement si fort enfoncés dans leurs spéculations qu’il est impossible de trouver des gens d’un commerce plus désagréable. Je ne fréquentais que des femmes, des marchands, des réveilleurs et des pages de cour pendant les deux mois que je passai là ; ce qui me fit tomber à la fin dans un mépris général, mais qu’y faire ? C’étaient les seules personnes dont je pouvais recevoir une réponse raisonnable.

3À force d’application, j’avais déjà fait de grands progrès dans la connaissance de leur langue. J’étais las d’être confiné dans une île où je faisais une si sotte figure et résolus de la quitter à la première occasion.

  • 1 Le texte donne la forme archaïque « bienveuillance ».

4Il y avait à la cour un grand seigneur assez proche parent du roi et respecté pour cette seule raison. Il passait parmi eux pour le personnage le plus stupide et le plus ignorant de tout le Royaume. Il avait rendu plusieurs fois de grands services à la Couronne et possédait d’excellentes qualités de cœur et d’esprit, mais il avait une si mauvaise oreille pour la musique que ses ennemis l’accusaient d’avoir souvent battu la mesure à faux. On ne saurait croire les peines que ses précepteurs avaient eues à lui démontrer une seule proposition de géométrie et qui était encore des plus aisées. Il me donna plusieurs marques de bienveillance1, me fit souvent l’honneur de me venir voir et me pria de l’informer des affaires de l’Europe aussi bien que des lois, des coutumes et des sciences qui sont en vogue dans les différents pays où j’avais voyagé. Il m’écouta avec une extrême attention et fit d’excellentes remarques sur tout ce que je lui dis. Le rang qu’il tenait à la cour l’obligeait à avoir deux réveilleurs à ses gages, mais il ne s’en servait jamais, excepté en présence du roi ou dans quelques visites de cérémonie, et les faisait toujours sortir quand nous étions seuls ensemble.

5Je priai ce seigneur d’intercéder en ma faveur auprès du roi pour qu’il me permît de partir : il se chargea de la commission quoique, à ce qu’il eut la bonté de me dire, à regret, car il m’avait fait plusieurs offres très avantageuses que je refusai néanmoins avec mille protestations d’une éternelle reconnaissance.

6Le seizième de février, je pris congé de Sa Majesté et de toute sa cour. Le roi me fit un présent de la valeur de deux cents guinées et mon protecteur, son parent, m’en fit un plus considérable encore auquel il joignit une lettre de recommandation pour un ami qu’il avait à Lagado, la capitale. L’île étant alors au-dessus d’une montagne qui n’était qu’à la distance de deux miles de cette ville, je fus descendu de la plus basse galerie de la même manière dont on m’y avait tiré.

7Le continent pour autant que s’étend la domination du monarque de l’île flottante porte le nom général de Balnibarbi et la capitale, comme je l’ai déjà dit, se nomme Lagado. Je n’eus pas un médiocre plaisir de me trouver en terre ferme. Je me promenai vers la ville sans rien craindre, étant habillé comme un des naturels du pays et sachant assez la langue pour me faire entendre d’eux. Je trouvai facilement la maison de celui à qui j’étais recommandé et lui présentai la lettre de son ami. Il est impossible de recevoir quelqu’un d’une manière plus obligeante que ne le fit ce seigneur qui s’appelait Munodi : il me fit donner un appartement chez lui où je restai pendant tout le temps que je passai à Lagado.

8Le lendemain de mon arrivée, il me prit dans son chariot pour voir la ville qui est environ à moitié aussi grande que celle de Londres, mais les maisons en sont mal bâties et tombent presque toutes en ruines.

9Le peuple marche vite dans les rues, a l’air égaré et n’est presque habillé que de guenilles. Nous passâmes par une des portes de la ville et fîmes trois miles dans le pays où je vis plusieurs laboureurs qui remuaient la terre avec différentes sortes d’instruments, mais jamais je ne pus deviner quel était leur dessein ni n’aperçus en aucun endroit du blé ou de l’herbe quoique le terroir parût y être excellent. Ce que je venais de voir dans la ville et ce que je voyais à la campagne me fit prendre la hardiesse de demander à mon conducteur qu’il voulût m’expliquer ce que signifiait ce nombre prodigieux de têtes et de mains occupées tant dans les rues que dans les champs parce que je ne m’apercevais pas qu’il en résultât quelque chose, mais qu’au contraire je n’avais jamais vu de terroir plus mal cultivé, de maisons si mal bâties et qui tombassent plus en ruines ou un peuple dont la contenance et l’habillement exprimassent une plus profonde misère. Ce Munodi était un seigneur du premier rang et avait été pendant quelques années gouverneur de Lagado, mais une cabale de ministres lui avait fait ôter le gouvernement. Cependant le roi le traitait toujours avec beaucoup de bonté comme un sujet fort bien intentionné, mais très petit génie.

10Quand je lui fis cette censure du pays et de ses habitants, il ne me répondit rien sinon que je n’avais pas été assez longtemps parmi eux pour être en état de former quelque jugement et que chaque nation du monde a ses coutumes, avec quelques autres lieux communs du même genre. Mais quand nous fûmes de retour à son palais, il me demanda ce qu’il me semblait de ce bâtiment, quels défauts j’y avais remarqués et ce que je disais de l’air et de l’habillement de ses domestiques. Il ne courait pas grand risque en me faisant ces sortes de questions parce que tout ce qui était chez lui était de la plus grande régularité et de la dernière magnificence. Je répondis que la sagesse, la qualité et les richesses de Son Excellence l’avaient mise à couvert des défauts que la folie et la gueuserie avaient produits dans les autres. Il dit que si je voulais l’accompagner à sa maison de campagne qui était à la distance de vingt miles de la capitale et où ses biens étaient situés, nous aurions le loisir de causer plus à notre aise sur ce sujet. Je lui répondis que j’étais entièrement à ses ordres et notre petit voyage ne fut renvoyé qu’au lendemain.

11Pendant que nous étions en chemin, il me fit remarquer les différentes méthodes dont les fermiers se servent pour cultiver et pour faire profiter leurs terres, méthodes qui me parurent absolument incompréhensibles, car excepté quelques endroits en fort petit nombre, je ne vis nulle part aucun tuyau de blé ni pas même le moindre brin d’herbe, mais trois heures après, ce fut tout autre chose : nous vînmes dans le plus beau pays du monde. Des maisons de fermiers bien bâties y étaient à une petite distance les unes des autres ; les champs bordés de haies contenaient des vignes, du blé ou des prairies. Je ne me souvenais pas d’avoir jamais rien vu de plus charmant. Son Excellence remarqua la joie qui venait de se peindre sur mon visage et me dit en souriant que c’était là où commençaient ses terres et que nous passerions toujours dessus jusqu’à ce que nous fussions arrivés à sa maison ; que les gens du pays le tournaient en ridicule et le méprisaient à cause qu’il ne prenait pas mieux soin de ses affaires et donnait à tout le Royaume un si pernicieux exemple qui cependant n’était suivi que de très peu de personnes.

12Nous arrivâmes enfin à la maison qui était un superbe bâtiment, construit suivant les meilleures règles de l’ancienne architecture : fontaines, jardins, promenades, avenues, grottes, tout était fait et disposé avec jugement et avec goût. Je louais chaque chose que je voyais sans que Son Excellence fît semblant de le remarquer, mais après avoir soupé, quand nous fûmes seuls, il me dit d’un air mélancolique qu’il était dans l’appréhension qu’on ne l’obligeât de faire jeter en bas ses maisons en ville et à la campagne pour les rebâtir à la nouvelle mode, de détruire toutes ses plantations pour en faire d’autres dans la forme prescrite par l’usage moderne et de donner les mêmes ordres à tous ses fermiers ; qu’à moins de cela, il s’exposerait à être accusé d’orgueil, d’esprit de singularité, d’affectation, d’ignorance et de caprice, et s’attirerait peut-être la colère et l’indignation de Sa Majesté.

13Il ajouta que l’admiration que je paraissais avoir s’évanouirait bientôt quand il m’aurait informé de quelques particularités dont selon toutes les apparences, on ne m’avait pas instruit à la cour, les gens y étant trop occupés de leurs propres spéculations pour se mettre en peine de ce qui se passe ici-bas.

  • 2 Ajout par le traducteur du discours direct.
  • 3 Cette académie est à l’image de la Royal Society, fondée en 1660 par Charles II, et de la Dublin P (...)
  • 4 Passage au discours indirect.

14« Il2 y a environ quarante ans, me dit-il, que quelques personnes firent le voyage de Laputa soit pour affaires soit par plaisir, et après y avoir passé cinq mois revinrent avec une assez légère teinture des mathématiques, mais pleins d’esprits volatiles acquis dans cette région aérienne ; que ces personnes étant de retour commencèrent à blâmer tout sans exception et formèrent le dessein de mettre les arts, les sciences, le langage et les mécaniques sur un nouveau pied. Pour cet effet, ils firent en sorte d’obtenir des lettres patentes pour l’érection d’une académie de faiseurs de projets3 à Lagado et cette espèce de maladie fut si contagieuse que bientôt il n’y eut pas une seule ville tant soit peu considérable dans le Royaume qui n’eût son académie particulière. Dans ces collèges, les professeurs inventent de nouvelles manières de cultiver les terres et de bâtir des maisons aussi bien que de nouveaux instruments pour tous les métiers et pour les manufactures, instruments si admirables qu’en s’en servant un seul homme est capable de faire l’ouvrage de dix et un palais peut être bâti dans une semaine, de matériaux si durables qu’il ne soit pas nécessaire d’y faire jamais la moindre réparation. Ils cherchent aussi des méthodes pour faire mûrir tous les fruits de la terre dans quelque saison que ce soit et pour les faire devenir cent fois plus gros qu’ils ne sont à présent. Le seul inconvénient qu’il y a, c’est qu’aucun de ces projets n’est encore bien perfectionné et que pendant ce temps-là tout le pays est dans un état déplorable, que les maisons tombent en ruines et que le peuple se trouve sans nourriture et sans habits ; ce qui, bien loin de les décourager, ne sert qu’à allumer davantage en eux la fureur des projets. » Que4 pour lui qui n’était pas un esprit entreprenant, il était content de suivre le chemin battu, de vivre dans les maisons que ses ancêtres avaient bâties et de ne rien innover dans la plupart des choses de la vie ; que quelques personnes de qualité et quelques autres de moindre rang étaient dans les mêmes sentiments que lui, mais qu’on les regardait d’un œil de mépris comme étant des ignorants et de mauvais citoyens qui préféraient leur commodité particulière à l’avantage général du pays.

  • 5 Ajout du discours direct.

15Ce seigneur ajouta qu’il ne voulait pas en entrant dans un plus grand détail diminuer le plaisir que je prendrais à visiter leur grande académie où il me conseillait d’aller. Il me pria seulement de jeter les yeux sur un édifice ruiné qui était sur le penchant d’une montagne à trois miles de nous et dont voici l’histoire. « J’avais5, continua-t-il, à un demi-mile de ma maison un fort bon moulin qui tournait par le moyen d’une assez grande rivière et dont je tirais, aussi bien que mes fermiers, tout l’usage que nous en pouvions souhaiter. Il y a environ sept ans qu’une société de ces faiseurs de projets vint me proposer de détruire ce moulin et d’en bâtir un autre sur le côté de cette montagne au haut de laquelle, disaient-ils, il fallait faire un canal qui serait une manière de réservoir dans lequel on ferait venir l’eau par le moyen de plusieurs tuyaux et qui pourrait ensuite en fournir au moulin parce que le vent et l’air donnaient à l’eau quand elle est sur une hauteur un nouveau degré d’agitation et par cela même la rendent plus propre au mouvement, et parce que l’eau descendant plus en pente pouvait plus aisément faire aller le moulin que ne ferait une rivière dont le cours est plus de niveau. Et comme je n’étais pas alors fort bien en cour, poursuivit-il, et que d’ailleurs plusieurs de mes amis m’en pressaient, je souscrivis au projet et après avoir fait travailler une centaine d’hommes pendant deux ans, l’ouvrage manqua et les faiseurs de projets se retirèrent, rejetant le manque de succès sur moi et conjurant tous ceux qui avaient des moulins à eau sur des rivières d’en faire bâtir sur quelque montagne pour me convaincre par expérience du tort que je me faisais. »

16Peu de jours après, nous fûmes de retour à la ville et Son Excellence, considérant qu’il [sic] n’était pas en fort bonne odeur à l’académie, ne voulut pas y aller avec moi, mais me recommanda à un de ses amis pour m’y accompagner. Il me dépeignit à cet ami comme un grand admirateur de projets, extraordinairement curieux et fort crédule ; ce qui était un peu vrai, car j’avais fait moi-même autrefois quelques projets ridicules.

Notes

1 Le texte donne la forme archaïque « bienveuillance ».

2 Ajout par le traducteur du discours direct.

3 Cette académie est à l’image de la Royal Society, fondée en 1660 par Charles II, et de la Dublin Philosophical Society, fondée en 1683 par William Molyneux. Ce passage satirise donc certains domaines peu probants de la recherche scientifique de l’époque. Par ailleurs, le terme anglais pour désigner ces faiseurs de projets (« projectors ») fait également référence à des inventeurs qui créent une entreprise ou une industrie pour le bien de tous, mais aussi, de manière péjorative, à des gens peu honnêtes proposant des placements financiers douteux, comme ce fut le cas lors de la spéculation de la Compagnie des mers du Sud (Gulliver’s Travels, éd. Albert J. Rivero, p. 149).

4 Passage au discours indirect.

5 Ajout du discours direct.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search