Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie III. Voyage de Laputa, de Balnibarbi, de Luggnagg, de Glubbdubdrib et du Japon

Chapitre III

Résumé

Phénomène expliqué par le secours de la philosophie et de l’astronomie moderne. Habileté des Laputiens dans la dernière de ces deux sciences. Méthode du roi pour réprimer les soulèvements.

Texte intégral

1Je demandai permission à ce prince d’aller voir les curiosités de l’île ; ce qu’il m’accorda fort gracieusement en donnant ordre en même temps à mon précepteur de m’accompagner. Ma principale envie était de savoir à quelle cause soit dans l’art soit dans la nature, cette île devait ses différents mouvements et c’est de quoi je vais à présent faire part à mes lecteurs.

  • 1 Sur cet emploi de « pourquoi », voir F. Brunot, Histoire de la langue française, Paris, 1933, t. V (...)

2L’île volante ou flottante est exactement circulaire ; son diamètre est de 7837 verges, c’est-à-dire d’environ quatre miles et demi, et par conséquent contient dix mille acres. Elle a trois cents verges d’épaisseur ; son côté inférieur est une espèce de planche de diamant fort unie qui s’étend jusqu’à la hauteur de plus de deux cents verges. Au-dessus de cette couche de diamant sont les différents minéraux dans l’ordre accoutumé et puis une enveloppe de terreau fort gras de dix à douze pieds d’épaisseur. La pente du côté supérieur depuis la circonférence jusqu’au centre est la cause naturelle pourquoi1 les rosées et les pluies qui tombent sur l’île se rendent par de petits ruisseaux vers le milieu où elles sont englouties dans quatre larges bassins dont chacun a un demi-mile de circuit et est éloigné de deux cents verges du centre ; l’eau de ces bassins se convertit chaque jour en vapeurs par la chaleur du soleil ; ce qui empêche qu’ils ne débordent — sans compter que comme il dépend du monarque de faire monter l’île au-dessus de la région des nuées et des vapeurs, il peut quand il veut la garantir des pluies et des rosées. Car les plus hautes nuées ne sont qu’à la distance de deux miles de l’aveu de tous les naturalistes. Ce qu’il y a de sûr, c’est que dans ce pays elles ne montent jamais qu’à cette hauteur.

  • 2 Le texte donne la forme archaïque « distinée ».

3Au centre de l’île, il y a une ouverture de cinquante verges de diamètre par où les astronomes descendent dans un grand dôme qui se nomme à cause de cela flandola gagnole ou la caverne des astronomes, situé à la profondeur de cent verges plus bas que la superficie supérieure de diamant. Dans cette caverne brûlent continuellement vingt lampes dont la lumière réfléchie sur des murailles de diamant a un éclat inexprimable. L’endroit est rempli de quarts de cercle, de télescopes, d’astrolabes et d’autres instruments astronomiques, mais l’objet le plus curieux et duquel dépend la destinée2 de l’île est un aimant d’une grandeur prodigieuse et d’une figure assez semblable à la navette d’un tisserand. Cet aimant a six verges de longueur et trois d’épaisseur ; il est soutenu par un axe de diamant très fort qui passe au milieu et sur lequel il tourne, et est dans un équilibre si exact que le moindre attouchement est capable de le mouvoir. De plus, il est entouré d’un cylindre creux de diamant qui a quatre pieds de profondeur, autant d’épaisseur et douze verges en diamètre, placé horizontalement et soutenu par huit pieds de diamant dont chacun a six verges de hauteur. Au milieu du côté concave, il y a une rainure de douze pieds de profondeur dans laquelle les extrémités de l’axe sont placées et tournent quand il le faut.

  • 3 En réalité, il s’agit non pas du « dessus », mais du « dessous » (« bottom » [GT III 38]) de l’île

4Il n’y a point de force qui puisse ôter cette pierre de sa place parce que le cerceau qui l’environne et les pieds sur lesquels elle est appuyée sont une continuation de ce corps de diamant qui forme le dessus3 de l’île.

  • 4 Sur la feuille suivante (non paginée), une « Fig. IV. » représente à gauche l’île circulaire de La (...)

5Par le moyen de cet aimant, on fait hausser4, baisser et mouvoir l’île d’un endroit à un autre, car par rapport à cette partie de la terre sur laquelle l’Empire de Sa Majesté s’étend, la pierre est douée à un de ses côtés d’un pouvoir attractif et d’un pouvoir répulsif à l’autre. En tournant le bout attractif de l’aimant vers la terre, l’île descend et au contraire elle monte directement en haut quand le bout répulsif regarde la terre. Quand la position de la pierre est oblique, le mouvement de l’île l’est aussi, car dans cet aimant les forces agissent toujours en lignes parallèles à sa direction.

  • 5 Dans cette phrase, les deux « where » ont été traduits par « ou » (sans accent), ce qui est une er (...)
  • 6 Problème de syntaxe de la part du traducteur : il manque l’apodose qui conclut la phrase. En réali (...)

6Par ce mouvement oblique, l’île est transportée vers les différents endroits de la domination du monarque. Pour mieux expliquer ceci, posons que AB soit une ligne tirée à travers du Royaume de Balnibarbi, que la ligne cd représente la pierre d’aimant dont d soit le bout répulsif et c l’attractif, l’île étant placée sur C ; que la position de la pierre soit cd avec le bout répulsif en bas, alors je dis que l’île montera en ligne oblique vers D. Quand elle sera arrivée au point D, que la pierre soit tournée sur son axe jusqu’à ce que son bout attractif soit pointé vers E, je dis que l’île sera portée obliquement vers E, ou5 si la pierre est de nouveau tournée sur son axe jusqu’à ce qu’elle soit dans la position EF avec son bout répulsif en bas, l’île montera obliquement vers F, ou si l’on dirige le bout attractif vers G et de G vers H, en tournant la pierre de manière que son bout répulsif soit directement en bas6. Et ainsi en changeant la situation de la pierre aussi souvent qu’il est nécessaire, l’île monte ou descend ou se meut en lignes plus ou moins obliques et par là, est transportée d’un endroit de la domination à l’autre.

7Mais il faut remarquer que cette île ne saurait être portée plus loin que ne s’étend l’Empire du roi ni monter à la hauteur de plus de quatre miles ; de quoi les astronomes (qui ont composé de grands volumes pour expliquer les merveilles de cette pierre) rendent la raison suivante : que la vertu magnétique ne s’étend pas au-delà de quatre miles et que le minéral qui agit sur la pierre dans les entrailles de la terre et dans la mer jusqu’à six lieues ou environ de la côte n’est pas répandu par tout le globe, mais a les mêmes limites que la domination du roi ; et il serait aisé à un prince, par le grand avantage qu’il tirerait d’une pareille situation, de réduire sous son obéissance tous les pays à l’égard desquels l’aimant de son île aurait les mêmes propriétés.

8Quand cette pierre est parallèle à l’horizon, l’île est arrêtée, car dans ce cas, les deux bouts en étant à distance égale de la terre agissent avec égale force, l’un tirant en bas et l’autre poussant en haut d’où il s’ensuit qu’il ne saurait y avoir de mouvement.

9Cet aimant est confié aux soins de certains astronomes qui lui donnent de temps en temps les positions que le monarque veut. Ils emploient la plus grande portion de leur vie à observer les corps célestes ; ce qu’ils font avec des lunettes infiniment plus excellentes que les nôtres. Cet avantage les a mis en état d’étendre leurs découvertes beaucoup plus loin que nos astronomes en Europe puisqu’ils ont fait un catalogue de dix mille étoiles fixes au lieu que le plus complet des nôtres n’en contient qu’environ la troisième partie de ce nombre. Ils ont aussi découvert deux satellites de Mars dont l’un est éloigné du centre de cette planète de trois de ses diamètres et l’autre de cinq ; celui-ci tourne sur son centre en vingt et une heures et demie, et celui-là en dix si bien que les carrés de leurs temps périodiques sont à peu près en même proportion avec les cubes de leur distance du centre de Mars ; ce qui montre évidemment qu’ils sont gouvernés par la même loi de gravitation à laquelle les autres corps célestes sont soumis.

10Ils ont observé quatre-vingt-treize comètes différentes et marqué leurs retours périodiques avec grande exactitude. Si cela est bien vrai (et ils l’assurent fort positivement), il serait extrêmement à souhaiter que leurs observations fussent rendues publiques parce qu’elles pourraient servir à porter la théorie des comètes, qui jusqu’à présent est fort défectueuse, au même point de perfection où les autres parties de l’astronomie ont atteint.

11Le roi serait le prince de l’univers le plus absolu s’il pouvait seulement persuader à ses ministres de s’unir étroitement avec lui, mais comme les biens de ceux-ci sont situés au continent et qu’ils considèrent d’ailleurs que l’emploi de favori est la chose du monde la plus fragile, ils n’ont jamais voulu consentir que leur patrie fût réduite en esclavage.

12Quand quelque ville se rebelle, est déchirée par de violentes factions ou refuse de payer au roi les tributs ordinaires, ce monarque a deux méthodes de la remettre dans son devoir. La première et la plus douce est de mettre l’île au-dessus de cette ville et du pays d’alentour afin d’intercepter la pluie et la chaleur du soleil ; ce qui produit aussitôt une consternation générale et ne tarde guère à causer des maladies parmi les habitants ; que si leur crime le mérite, on leur jette de l’île de grandes pierres dont ils n’ont qu’un seul moyen de se garantir qui est de se fourrer dans des cavernes ou dans des caves pendant que les toits de leurs maisons sont mis en pièces. Mais si malgré cela, ils continuent dans leur obstination ou prétendent se révolter, le roi en vient au dernier remède qui est de laisser tomber l’île directement sur leurs têtes ; ce qui détruit en même temps les maisons de la ville et ses habitants. Cependant c’est une extrémité à laquelle ce prince veut rarement venir et que même il n’a jamais véritablement le dessein d’exécuter ; d’ailleurs ses ministres n’oseraient jamais lui conseiller une action qui non seulement les rendrait odieux au peuple, mais ruinerait aussi leurs propres possessions qui sont toutes situées au continent, car l’île est le domaine du roi.

13Mais il y a une raison encore plus importante pourquoi les rois de ce pays ont tant d’éloignement à exécuter une si terrible vengeance à moins d’une extrême nécessité. Car si dans la ville qu’on voudrait détruire, il y avait seulement quelques grands rochers comme il y en a dans presque toutes les grandes cités qui selon toutes les apparences ont été bâties dans des endroits propres à empêcher une pareille catastrophe, une chute un peu forte pourrait endommager la surface inférieure de l’île qui quoiqu’elle consiste, comme je l’ai dit, dans un seul diamant de deux cents verges d’épaisseur pourrait se casser par un choc trop violent ou se fendre en approchant trop des feux allumés dans les maisons de la ville comme cela arrive souvent aux plaques de fer ou de pierre dans nos cheminées. Le peuple fait tout cela à merveille et a l’habileté de porter son obstination précisément au point où il faut quand il s’agit de sa liberté ou de ses biens. Et le roi, quand il est le plus irrité et le plus résolu de détruire la ville de fond en comble, ordonne qu’on fasse descendre l’île fort doucement sous prétexte de la grande tendresse qu’il a pour son peuple, mais dans le fond, de peur de rompre la surface de diamant ; en quel cas tous leurs philosophes sont persuadés que la pierre d’aimant ne pourrait plus la soutenir.

14Par une loi fondamentale de ce Royaume, il n’est permis ni au roi ni à aucun de ses deux fils aînés de quitter l’île ; pour la reine, elle en a la permission pourvu qu’elle ait passé l’âge d’avoir des enfants.

Notes

1 Sur cet emploi de « pourquoi », voir F. Brunot, Histoire de la langue française, Paris, 1933, t. VI, p. 1678.

2 Le texte donne la forme archaïque « distinée ».

3 En réalité, il s’agit non pas du « dessus », mais du « dessous » (« bottom » [GT III 38]) de l’île.

4 Sur la feuille suivante (non paginée), une « Fig. IV. » représente à gauche l’île circulaire de Laputa avec le pointillé de sa trajectoire et en-dessous occupant toute la largeur de la page l’île de Balnibarbi.

5 Dans cette phrase, les deux « where » ont été traduits par « ou » (sans accent), ce qui est une erreur : il faut deux avec accent : « where if the Stone be again turned upon its Axle till it stands in the Position EF, with its repelling Point downwards, the Island will rise obliquely towards F, where by directing the attracting end towards G, the Island may be carried to G, and from G to H, by turning the Stone, so as to make its repelling Extremity point directly downwards » (GT III 40).

6 Problème de syntaxe de la part du traducteur : il manque l’apodose qui conclut la phrase. En réalité, ceci est dû à une omission d’une partie de la phrase du texte swiftien précisant qu’il est possible que l’île soit amenée jusqu’à G : « by directing the attracting end towards G, the Island may be carried to G, and from G to H » (GT III 40).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7345/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 553k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search