Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie III. Voyage de Laputa, de Balnibarbi, de Luggnagg, de Glubbdubdrib et du Japon

Chapitre II

Résumé

Description des Laputiens. Quelles sortes de sciences sont en vogue chez eux. Idée abrégée du roi et de sa cour. Manière dont l’auteur y est reçu. Craintes et inquiétudes auxquelles les habitants sont sujets. Description des femmes.

Texte intégral

1À peine eus-je mis pied à terre que je fus entouré par une foule de peuple, mais ceux qui étaient le plus près de moi paraissaient être quelque chose de plus. Ils me contemplèrent avec toutes les marques possibles d’étonnement et je crois qu’ils ont eu lieu de dire la même chose de moi, n’ayant jamais de ma vie vu des hommes dont l’habillement, la contenance et les manières m’aient paru plus singulières. Ils penchent tous la tête du côté droit ou du côté gauche ; un de leurs yeux est tourné vers la terre et un autre vers leur zénith. Leurs habits extérieurs sont ornés de figures de soleils, de lunes, d’étoiles, de violons, de flutes, de harpes, de trompettes, de guitares, de clavecins et de plusieurs autres instruments de musique inconnus en Europe. Je vis ici et là quelques hommes qui avaient l’air d’être des valets et qui avaient une vessie pleine d’air attachée comme un fléau au bout d’un court bâton qu’ils tenaient entre leurs mains. Dans chaque vessie, il y avait quelques pois séchés ou quelques petits cailloux (à ce qui me fut dit depuis). Ils se servaient de ces vessies pour frapper sur la bouche et sur les oreilles de ceux qui étaient proches d’eux, pratique dont il me fut impossible de concevoir alors l’utilité, mais j’appris dans la suite que ce peuple est si accoutumé à s’enfoncer et à se perdre dans de profondes méditations qu’il leur est impossible de parler ou d’écouter les discours des autres s’ils ne sont réveillés par quelque attouchement à la bouche ou aux organes de l’ouïe : voilà pourquoi ceux qui sont en état de faire cette dépense ont toujours un pareil réveilleur (ils l’appellent climenole) dans leur famille en guise de domestique et dont ils sont toujours accompagnés quand ils sortent ou quand ils vont rendre quelque visite. Son emploi est, dans une compagnie de trois ou quatre personnes, de passer doucement sa vessie sur la bouche de celui qui veut parler et sur l’oreille droite de celui ou de ceux à qui il adresse la parole. Ce réveilleur doit aussi accompagner son maître quand il se promène et lui donner dans de certaines occasions un petit coup sur les yeux parce qu’il est continuellement si fort occupé de ses méditations qu’il serait sans cela en danger manifeste de tomber dans quelque précipice et de donner de la tête contre chaque poteau, ou bien de tomber dans le ruisseau ou d’y faire tomber les autres.

2Ce détail était nécessaire parce que mes lecteurs, si je n’y étais pas entré, auraient été aussi embarrassés que moi à comprendre le procédé de ces gens quand ils me firent monter par le moyen de plusieurs escaliers jusqu’au haut de l’île et qu’ils me conduisirent de là au palais royal. Pendant que nous montions, ils oublièrent plusieurs fois le sujet de leur commission et me plantèrent là jusqu’à ce qu’ils fussent revenus à eux par le secours de leurs réveilleurs, car aucun ne paraissait frappé de ce que mon habillement et mon air devaient avoir d’étrange à leurs yeux ni même par les acclamations du vulgaire dont l’âme n’était pas si susceptible de spéculations abstraites.

  • 1 « En parlant de quelques cours, [...] la chambre de parade des rois, des princes, des ambassadeurs (...)
  • 2 Omission des « cervelas en forme de hautbois » (« Sausages and Puddings resembling Flutes and Haut (...)

3À la fin nous arrivâmes au palais et entrâmes dans la chambre de présence1 où nous vîmes le roi sur son trône et à chacun de ses côtés plusieurs personnes du premier rang. Devant son trône était une grande table remplie de globes, de sphères et d’instruments de mathématiques de toutes les sortes. Sa Majesté ne fit pas la moindre attention à nous quoique le concours de tous ceux qui appartenaient à la cour rendît notre entrée assez bruyante. Mais il était alors profondément occupé à chercher la solution d’un problème qu’il ne trouva qu’une heure après. Il y avait à chacun de ses côtés un jeune page avec une vessie à la main ; quand ces pages virent que la démonstration était trouvée, un d’eux lui donna un petit coup sur la bouche, et l’autre sur l’oreille droite ; ce qui le fit tressaillir comme quelqu’un qu’on réveille tout d’un coup ; après quoi ayant jeté les yeux sur moi et sur ceux au milieu de qui j’étais, il se rappela l’occasion de notre venue dont on lui avait parlé auparavant. Il dit quelques mots qu’il eut à peine prononcés qu’un jeune homme qui tenait à la main une vessie telle que je l’ai décrite vint se mettre à mon côté et m’en donna quelques coups sur l’oreille droite, mais je tâchai de lui faire comprendre par signes que je n’avais pas besoin du secours de cet instrument ; ce qui, à ce que j’appris dans la suite, donna au roi et à toute sa cour une idée peu avantageuse de mon génie. Sa Majesté autant que je pus le conjecturer me fit quelques questions, et moi de ma part je lui parlai toutes les langues que je savais. Quand nous fûmes convaincus de part et d’autre que nous ne pouvions nous entendre, je fus conduit par ordre du roi dans un appartement de son palais (ce prince ayant surpassé tous ses prédécesseurs en hospitalité à l’égard des étrangers) où deux laquais eurent ordre de me servir. On m’apporta à dîner et quatre seigneurs que je me souvenais d’avoir vus auprès de la personne du roi me firent l’honneur de manger avec moi. Nous eûmes deux services de trois plats chacun. Le premier service consistait dans une épaule de mouton, taillée en triangle équilatère, une pièce de bœuf en rhomboïde et un boudin en cycloïde. L’autre était de deux canards en forme de violons, de quelques saucisses en forme de flutes2 et d’une poitrine de veau en forme de harpe. Les valets coupèrent notre pain en cônes, en cylindres, en parallélogrammes et en plusieurs autres figures de mathématiques.

4Pendant que nous étions à table, je pris la liberté de demander le nom de plusieurs choses et ces seigneurs moyennant l’assistance de leurs réveilleurs eurent la bonté de me les dire dans l’espérance que j’aurais une admiration infinie pour leur habileté si je pouvais parvenir à lier conversation avec eux. Je fus bientôt en état de demander du pain, à boire et d’autres choses dont j’avais besoin.

5Après le dîner, ma compagnie me quitta et quelqu’un accompagné d’un réveilleur me fut envoyé par ordre du roi. Il apportait avec lui plume, papier, encre et trois ou quatre livres, me donnant à connaître par signes qu’il venait pour m’enseigner la langue du pays. Je fus avec lui quatre heures pendant lesquelles je traçai plusieurs mots arrangés en forme de colonne avec leur traduction à côté. Je tâchai aussi d’apprendre quelques courtes phrases ; pour cet effet, mon maître faisait faire à mon valet différentes choses. Il lui ordonnait par exemple de s’asseoir, de se tenir debout, de se promener ou de faire la révérence ; et à mesure qu’il exécutait chacun de ses ordres, il me dictait la phrase qui devait l’exprimer. Il me montra aussi dans un de ses livres les figures du soleil, de la lune, des étoiles, du zodiaque, des tropiques, des cercles polaires et d’un grand nombre de plans et de solides. Il me dicta les noms et me fit une description exacte de tous les instruments de musique qui sont en usage chez ce peuple. Après qu’il fut parti, je plaçai tous mes mots avec leurs explications en ordre alphabétique et de cette manière, en peu de jours, à l’aide d’une bonne mémoire, je fis de grands progrès dans leur langue.

6Le terme que j’ai rendu par celui d’île volante ou flottante est dans leur langage Laputa, terme dont il n’est pas aisé de marquer la véritable étymologie : lap en vieux langage signifie haut et untuh un gouverneur d’où, à ce qu’ils disent, est dérivé par corruption le mot Laputa, mais cette dérivation ne me paraît pas naturelle. Je fis part un jour à quelques savants parmi eux d’une conjecture faite à cet égard et je demandai si Laputa ne pourrait pas venir de Lap outed, lap signifiant proprement le mouvement des rayons du soleil dans la mer et outed une aile, conjecture sur la justesse de laquelle je permets à mes lecteurs de prononcer.

7Ceux à qui le roi m’avait confié remarquant combien j’étais mal habillé donnèrent ordre à un tailleur de venir le lendemain et de me prendre mesure pour un habillement complet. Cet ouvrier le fit, mais d’une manière toute différente de celle qui est en vogue en Europe. Il prit d’abord ma hauteur à l’aide d’un quart de cercle et puis par le moyen d’une règle et d’un compas, il décrivit sur le papier toutes les dimensions de mon corps et six jours après, il m’apporta mes habits parfaitement mal faits parce qu’il s’était mépris dans une figure, mais ce qui me consola, c’est que je remarquai que ces sortes d’accidents étaient fort ordinaires et qu’on ne s’en mettait guère en peine.

  • 3 Omission de la fin du paragraphe dans laquelle Gulliver décrit la façon dont le roi et les courtis (...)

8Pendant qu’on travaillait à mes habits et durant une petite indisposition qui ensuite me tint encore quelques jours au logis, j’ajoutai un grand nombre de mots à mon dictionnaire et quand après cela, j’allai à la cour, je fus capable d’entendre plusieurs choses que le roi me disait et de lui répondre tellement quellement. Sa Majesté avait ordonné que le mouvement de l’île serait dirigé au nord-est, vers le point vertical au-dessus de Lagado, la capitale de tout le Royaume. Cette ville était à la distance de quatre-vingt-dix lieues et notre voyage ne dura que quatre jours et demi ; cependant je puis protester que pendant tout ce temps, je ne m’aperçus pas que notre île eût le moindre mouvement3.

9Elle s’arrêta, par l’ordre que Sa Majesté en avait donné, sur quelques villes dont les habitants avaient quelques placets à présenter. Pour cet effet, on faisait descendre plusieurs ficelles avec quelques poids attachés au bout. Le peuple mettait à ces ficelles ses placets qu’on tirait ensuite en haut. Quelquefois nous recevions d’en bas du vin et des provisions par le moyen de quelques poulies.

  • 4 Voir la note 157, p. 74.

10Ce que je savais en mathématiques me fut d’un grand secours pour apprendre leur langue dont la plupart des termes ont rapport à cette science et à la musique dans laquelle je puis me vanter de n’être pas tout à fait ignorant. Les lignes et les figures sont les objets continuels de leurs méditations. S’ils veulent par exemple louer la beauté d’une femme ou de quelque autre animal4, ils font entrer dans leur éloge des rhomboïdes, des cercles, des parallélogrammes, des ellipses et d’autres figures géométriques ou bien des termes de musique. J’observai dans la cuisine du roi toutes sortes d’instruments de mathématiques et de musique dont les figures servent de modèle aux mets qui doivent être servis sur la table de Sa Majesté.

  • 5 Omission de plusieurs lignes de la fin du paragraphe dans laquelle Gulliver continue de critiquer (...)

11Leurs maisons sont mal bâties et j’ai remarqué qu’il n’y avait dans aucun de leurs appartements un seul angle droit ; ce qui vient du mépris qu’ils ont pour la géométrie pratique qu’ils rejettent comme trop mécanique et par malheur leurs architectes n’ont pas l’esprit de comprendre leurs démonstrations abstraites, stupidité dont les bâtiments pâtissent5.

12Les Laputiens sont généralement mauvais raisonneurs et fort contredisants, excepté quand il leur arrive d’avoir raison ; ce qui est fort rare. Imagination et invention sont des choses qu’ils ne connaissent pas et pour lesquelles ils n’ont pas même de termes dans leur langue, toutes les pensées de leurs âmes étant bornées et en quelque sorte consacrées aux deux sciences dont je viens de faire mention.

  • 6 « On divise l’astrologie en deux branches : l’astrologie naturelle et l’astrologie judiciaire. L’a (...)

13La plupart d’entre eux et principalement ceux qui s’appliquent à l’étude de l’astronomie sont grands partisans de l’astrologie judiciaire6 quoiqu’ils aient honte de l’avouer publiquement. Mais ce que j’admirai principalement et ce qui me parut en même temps incompréhensible est leur extrême curiosité pour les affaires politiques et leur éternelle fureur de prononcer et de disputer sur tout ce qui regarde le gouvernement et l’État. J’ai remarqué à la vérité que c’était une maladie ordinaire à la plupart des mathématiciens que j’ai connus en Europe, mais cela n’empêche pas que je ne sache point quel rapport il peut y avoir entre cette manie et leur profession, à moins qu’ils ne supposent que comme un petit cercle n’a pas plus de degrés qu’un grand, il s’ensuive qu’il ne faille pas plus d’habileté pour gouverner le monde que pour tourner un globe en différents sens, mais je suis plus porté à croire que ce travers vient d’un défaut commun à la nature humaine qui nous rend le plus curieux des affaires qui nous concernent le moins et pour lesquelles nous avons le moins de talent.

  • 7 « De sa chaleur » est un ajout du traducteur.
  • 8 Comparaison du fait du traducteur.

14Ce peuple est dans des inquiétudes perpétuelles, ne goûtant jamais un seul instant de repos, et leurs inquiétudes viennent de causes qui n’affectent point du tout le reste des hommes. Ils craignent qu’il n’arrive de certains changements dans les corps célestes ; par exemple, que la terre si le soleil continue toujours à s’en approcher, avec le temps ne vienne à être engloutie dans cet astre ; que la superficie du soleil ne soit peu à peu couverte d’une croûte qui l’empêche enfin de nous faire part de sa chaleur7 et de sa lumière. Ils content qu’il ne s’en est que peu fallu que la dernière comète qui a paru n’ait donné contre notre terre — ce qui l’aurait infailliblement réduite en cendres — et que celle qui doit paraître la première (ce qui sera dans trente et un ans, suivant leur calcul) la doit détruire selon toutes les apparences, car dans son périhélie elle doit assez approcher du soleil pour concevoir un degré de chaleur dix mille fois plus grand que celui d’un fer ardent et, après avoir quitté le soleil, traîner après elle une queue flamboyante qui sera longue de plus de quatre cent mille lieues par laquelle, si la terre passe à la distance de trente mille lieues du corps de la comète, elle ne peut manquer d’être mise en feu et réduite en cendres ; que le soleil perdant chaque jour de ses rayons sans recevoir quelque aliment qui répare cette perte s’éteindra à la fin comme une chandelle8 ; ce qui emportera nécessairement la destruction de notre terre et de toutes les planètes qui empruntent leur lumière de lui.

15Ces sortes de frayeurs leur donnent si peu de relâche qu’ils ne sauraient jamais dormir tranquillement ni goûter les douceurs ordinaires de la vie. Quand ils rencontrent le matin quelques-uns de leurs amis, leur première question roule sur la santé du soleil, comment il paraissait se porter à son coucher et à son lever et s’il y a quelque espoir d’éviter la rencontre de la comète prochaine. On leur voit prendre dans des conversations de ce genre la même sorte de plaisir que les enfants prennent à entendre raconter des histoires de spectres et de revenants, histoires qu’ils écoutent avec la plus avide curiosité, mais qui leur laissent une impression de frayeur qui les empêche de s’aller coucher.

16Les femmes de l’île ont beaucoup de vivacité ; elles méprisent leurs maris et sont folles des étrangers. C’est parmi eux que les dames choisissent leurs galants, mais le mal est qu’ils peuvent faire l’amour trop à leur aise et avec trop de tranquillité, car l’époux est toujours si enfoncé dans ses méditations que l’amant et la maîtresse en viendraient aux plus grandes familiarités en sa présence qu’il ne s’en apercevrait pas pourvu seulement qu’il eût du papier et ses instruments et que son réveilleur ne fût pas à ses côtés.

  • 9 Le terme a disparu, mais le sens est clair.

17Les femmes et les filles se plaignent amèrement d’être renfermées dans cette île quoiqu’à mon avis, ce soit le plus beau pays du monde ; et quoiqu’elles y vivent dans toute l’abondance imaginable et de la manière du monde la plus magnifique et qu’il leur soit permis de faire ce qu’elles veulent, elles meurent d’envie de voir le monde et de goûter les plaisirs de la capitale ; ce qui ne leur est pas permis, à moins que d’en avoir une permission particulière du roi et cette permission n’est pas aisée à obtenir parce que la plupart des maris ont éprouvé combien il est difficile de faire revenir leurs femmes de là. On m’a conté qu’une dame du premier rang qui avait plusieurs enfants et qui était mariée au premier ministre, un des plus riches seigneurs du Royaume qui l’aimait à la fureur et avec qui elle demeurait dans un des plus beaux palais de l’île, fit le voyage de Lagado sous prétexte que l’air y était meilleur pour sa santé ; qu’elle s’y tint cachée pendant quelques mois jusqu’à ce que le roi eût envoyé contre elle une prise de corps, et qu’on la trouva dans un cabaret borgne, tout enguenillée9, ayant mis ses hardes en gage pour entretenir un vieux faquin fort laid qui la rossait tous les jours et de qui elle eut encore toutes les peines du monde de se séparer. Son époux la reçut avec toute la bonté possible et sans lui faire le moindre reproche ; aussi ne tarda-t-elle pas à faire une nouvelle escapade et à emporter toutes ses pierreries pour aller rejoindre son amant sans qu’on en ait entendu parler depuis. Peut-être que quelqu’un de mes lecteurs s’imaginera que je lui raconte ici une histoire européenne ou anglaise, mais je le conjure de considérer que les caprices du beau sexe ne sont pas restreints à quelque climat ou à quelque nation particulière et qu’ils ont une uniformité plus générale que tout ce qu’on peut dire.

18Dans l’espace d’un mois, j’avais fait d’assez jolis progrès dans leur langue et étais en état de répondre à la plupart des questions du roi quand j’avais l’honneur de le voir. Sa Majesté ne me marqua pas la moindre curiosité touchant les lois, le gouvernement, l’histoire, la religion ou les coutumes des pays où j’avais été, mais borna toutes ses demandes aux seules mathématiques et écouta ce que je lui dis sur ce sujet avec beaucoup de mépris et d’indifférence quoique les deux réveilleurs qu’il avait à ses côtés s’acquittassent soigneusement de leur emploi.

Notes

1 « En parlant de quelques cours, [...] la chambre de parade des rois, des princes, des ambassadeurs etc. » (Académie française, 1696).

2 Omission des « cervelas en forme de hautbois » (« Sausages and Puddings resembling Flutes and Haut-boys » [GT III 20]).

3 Omission de la fin du paragraphe dans laquelle Gulliver décrit la façon dont le roi et les courtisans font un long concert assourdissant, censé refléter l’harmonieuse musique des sphères (« the People of their Island had their Ears adapted to the Musick of the Spheres », GT III 25). La satire de la théorie pythagoricienne sur l’harmonie des sphères est donc ici perdue.

4 Voir la note 157, p. 74.

5 Omission de plusieurs lignes de la fin du paragraphe dans laquelle Gulliver continue de critiquer le manque d’application pratique de leurs théories abstraites (GT III 27).

6 « On divise l’astrologie en deux branches : l’astrologie naturelle et l’astrologie judiciaire. L’astrologie naturelle est l’art de prédire les effets naturels tels que les changements de temps, les vents, les tempêtes [...] L’astrologie judiciaire [...] est l’art prétendu d’annoncer les événements moraux avant qu’ils arrivent. J’entends par événements moraux ceux qui dépendent de la volonté et des actions libres de l’homme comme si les astres avaient quelque autorité sur lui et qu’il en fût dirigé » (Encyclopédie).

7 « De sa chaleur » est un ajout du traducteur.

8 Comparaison du fait du traducteur.

9 Le terme a disparu, mais le sens est clair.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search