Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie III. Voyage de Laputa, de Balnibarbi, de Luggnagg, de Glubbdubdrib et du Japon

Chapitre I

Résumé

L’auteur entreprend un troisième voyage, est pris par des pirates. Méchanceté d’un Flamand. Il arrive dans une île et est reçu dans la ville de Laputa.

Texte intégral

  • 1 Sur la feuille précédente (non paginée), une carte « Fig. III. Tom. II. Pag. 1 » présente un pays (...)
  • 2 Omission de la province de naissance du capitaine : c’est un Cornouaillais (« a Cornish Man » [GT (...)

1Il1 n’y avait que dix jours que j’étais de retour qu’un capitaine, nommé Guillaume Robinson2, commandant de L’Espérance qui était un vaisseau de trois cents tonneaux, vint me rendre visite. J’avais déjà été chirurgien d’un vaisseau qui lui appartenait et sur lequel nous avions fait ensemble un voyage au Levant. Il m’avait toujours traité plutôt en frère qu’en officier inférieur et ayant ouï dire que j’étais arrivé, il vint me voir par amitié (à ce que je croyais) puisque toute notre conversation se passa en compliments ordinaires après une longue absence. Mais après m’avoir réitéré plusieurs fois ses visites, m’avoir exprimé sa joie de me trouver en si bonne santé et demandé si j’avais renoncé pour le reste de ma vie aux voyages, il me dit qu’il avait dessein d’en faire un aux Indes orientales dans deux mois et me pria de vouloir être chirurgien de son vaisseau. « Je sais bien, ajouta-t-il, que ce n’est plus un emploi à vous être offert, mais ce qui pourrait le rendre acceptable, c’est que sans compter les deux aides ordinaires, vous aurez encore un chirurgien sous vous, que votre paye sera double et que je m’engage à déférer autant à vos avis que si vous étiez commandant comme moi. »

2Il me dit plusieurs autres choses obligeantes et d’ailleurs je le connaissais pour un si honnête homme que je ne pus rejeter son projet. La fureur que j’avais de voir de nouveaux pays continuant (nonobstant les maux que ma curiosité m’avait attirés) à être aussi violente que jamais, la seule difficulté fut de persuader ma femme dont néanmoins j’obtins enfin le consentement par la vue des avantages qui en pourraient revenir à nos enfants.

3Nous partîmes le 5 d’août 1706 et arrivâmes au fort de Saint-Georges le 11 d’avril 1707 où nous nous arrêtâmes trois semaines pour l’amour de quelques malades qu’il y avait à notre bord. De là nous fîmes voile pour le Tonkin où le capitaine avait résolu de passer quelque temps parce que plusieurs marchandises qu’il voulait acheter n’étaient pas prêtes et ne le pouvaient être encore de quelques mois. C’est pourquoi dans l’espérance de se dédommager des frais qu’il serait obligé de faire en attendant, il acheta une chaloupe qu’il fit charger de différentes sortes de marchandises qui sont de débit chez les Tonkinois et ayant mis sur cette chaloupe quatorze hommes dont trois étaient des naturels du pays, il m’établit commandant de la chaloupe avec pouvoir de trafiquer pendant l’espace de deux mois que ses affaires l’obligeaient de passer à Tonkin.

  • 3 « On dit qu’un navire cingle avec fraîcheur, lorsque le vent est égal et d’une bonne force » (Ency (...)

4Il n’y avait que trois jours que nous avions mis en mer qu’il se leva une furieuse tempête qui nous porta pendant cinq jours au nord-nord-est et puis à l’est ; après quoi nous eûmes beau temps avec une bonne fraîcheur3 d’ouest. Le dixième jour, nous fûmes poursuivis par deux corsaires qui nous eurent bientôt joints et pris, car nous n’étions pas assez de monde pour pouvoir faire quelque résistance et ma chaloupe était trop chargée pour qu’il fût possible d’échapper à force de voiles.

  • 4 Dans l’original il est spécifiquement fait question de l’obédience non seulement chrétienne, mais (...)

5Les deux corsaires nous abordèrent dans le même instant et se jetèrent sur notre tillac à la tête de leurs gens, mais trouvant que nous étions tous prosternés (suivant l’ordre que j’en avais donné), ils se contentèrent de nous bien lier et puis ayant donné ordre à quelques-uns de leurs gens de nous bien garder, ils se mirent à chercher ce qu’il y avait dans la chaloupe. Je remarquai parmi eux un Flamand qui paraissait avoir quelque autorité quoiqu’il ne fût commandant d’aucun des deux vaisseaux. Il connut à notre air et à notre habillement que nous étions anglais et nous adressant la parole dans son langage, il jura que nous serions jetés dans la mer, liés dos à dos. Je parlais passablement flamand. Je lui dis qui nous étions et le priai qu’en considération du titre de chrétien4 que nous portions l’un et l’autre, il voulut porter le capitaine à avoir pitié de nous. Cette prière ne servit qu’à l’irriter encore plus et qu’à lui faire répéter ses menaces ; puis s’étant tourné vers ses compagnons, il leur parla avec beaucoup de véhémence en japonais, à ce que je m’imagine, se servant souvent du mot de chrétiens.

  • 5 La forme transitive n’avait pas encore disparu.

6Le plus grand des deux vaisseaux corsaires était commandé par un capitaine japonais qui parlait un peu flamand, quoique fort mal. Il s’approcha de moi et après plusieurs questions auxquelles je répondis avec beaucoup d’humilité, il dit que nous ne mourrions point. Je fis une profonde révérence au capitaine et me tournant ensuite vers le Flamand, je lui dis que j’étais surpris de trouver plus de compassion dans un païen que dans lui qui faisait profession du christianisme, mais je ne tardai guère à me repentir de ces imprudentes paroles, car ce méchant homme ayant plusieurs fois vainement tâché de persuader aux deux capitaines de me faire jeter dans la mer (ce qu’ils ne voulurent pas lui accorder après la promesse qui m’avait été faite que j’aurais la vie sauve) eut pourtant le pouvoir d’obtenir d’eux qu’on m’infligerait une peine plus cruelle en apparence que la mort même. Mes gens furent distribués sur les deux vaisseaux et les pirates chargèrent quelques-uns de leurs matelots de naviguer5 ma chaloupe. Pour ce qui me regarde, il fut résolu que je serais mis dans un petit canot avec des rames, une voile et des provisions pour quatre jours que le capitaine japonais eut la bonté de doubler, puis abandonné au gré des flots. Je descendis dans le canot pendant que le Flamand me régalait de tous les termes injurieux que sa langue maternelle put lui fournir.

7Environ une heure avant que d’avoir aperçu les corsaires, j’avais pris hauteur et trouvé que nous étions au 46o de latitude septentrionale et au 183o de longitude. Quand je fus à quelque distance des pirates, je découvris par le moyen de ma lunette d’approche quelques îles au sud-est. Je haussai ma voile dans le dessein de gagner la plus prochaine de ces îles ; ce que je crus pouvoir faire en trois heures. Quand j’y fus arrivé, je vis que ce n’était qu’un amas de petits rochers sur lesquels je trouvai plusieurs œufs d’oiseaux et ayant fait du feu avec un fusil, j’allumai quelques bruyères et quelques autres herbes sèches sur lesquelles je rôtis mes œufs. Ce fut là tout mon souper parce que je voulais épargner mes provisions autant qu’il m’était possible. Je passai la nuit à l’abri sous un rocher avec un peu de bruyères sous la tête, et dormis fort bien.

8Le jour suivant, je gagnai une autre île et de là une troisième et ensuite une quatrième, me servant tantôt de ma voile et tantôt de mes rames. Mais pour ne pas fatiguer le lecteur d’un détail peu intéressant, je dirai seulement que le cinquième jour j’arrivai à la dernière des îles que j’avais aperçues et qui était au sud-sud-est de la première.

  • 6 Miroir ardent est plus courant.
  • 7 Sur la feuille suivante (non paginée), une « Fig. III. » représente Gulliver sur son île regardant (...)

9Cette île était plus éloignée que je n’avais cru et je fus plus de cinq heures en chemin avant que d’y aborder. J’en fis presque le tour entier avant que de trouver un endroit propre à débarquer qui était une petite baie environ trois fois plus large que mon canot. Je trouvai que le fond de l’île était tout pierreux quoiqu’il y eût par-ci, par-là quelques touffes d’herbe. Je pris mes petites provisions hors de la chaloupe et après avoir fait un léger repas, je mis le reste dans une caverne dont cette île était pleine. Je rassemblai une bonne quantité d’œufs et d’herbes sèches pour faire de l’une et de l’autre de ces choses le même usage que j’en avais déjà fait (car j’avais avec moi une pierre à feu, un fusil, de la mèche et un verre ardent6). Je passai toute7 la nuit dans la caverne où étaient mes provisions. La même bruyère qui me servait de chauffage me tenait lieu de lit. Les cruelles inquiétudes dont j’étais agité m’empêchèrent de fermer l’œil de toute la nuit. Je considérais que je ne pouvais m’attendre qu’à une mort inévitable dans un lieu aride et désert comme celui où j’étais. Ces pensées m’accablaient si fort que je n’eus pas le courage de me lever et qu’avant que de sortir de ma caverne, il faisait déjà grand jour. Je me promenai quelque temps parmi les rochers. Le ciel était fort serein et le soleil si chaud que je fus obligé d’en détourner les yeux, quand tout à coup cet astre fut obscurci, à ce qu’il me paraissait, d’une manière tout à fait différente que lorsqu’un nuage vient à le couvrir. Je tournai la tête et aperçus entre moi et le soleil un grand corps opaque qui approchait de l’île où j’étais. Ce corps me paraissait être à la hauteur de deux miles et il m’ôta la vue du soleil pendant six ou sept minutes. Je ne remarquai pas que l’air fût beaucoup plus froid pendant cet intervalle ou le ciel beaucoup plus obscurci que si je m’étais tenu à l’ombre d’une haute montagne. Ce corps continuant toujours à s’approcher, je vis que c’était une substance ferme et dont le dessous était fort uni. J’étais alors sur une hauteur à la distance de deux cents verges du rivage et environ d’un mile anglais du corps dont je parle. Je pris alors ma lunette d’approche et pus apercevoir distinctement plusieurs hommes se mouvant sur les côtes de cette nouvelle planète, mais il me fut impossible de distinguer ce qu’ils faisaient.

10Cet amour pour la vie qui nous quitte si rarement excita en moi quelques sentiments de joie et je conçus quelque espoir de sortir d’une manière ou d’autre de l’affreuse situation où j’étais. Mais il me serait difficile d’exprimer quel était en même temps mon étonnement de voir en l’air une île habitée par des hommes qui (à ce qu’il me paraissait) pouvaient la hausser, la baisser, en un mot lui donner le mouvement qu’ils voulaient, mais n’étant pas alors d’humeur de philosopher sur ce phénomène, je tournai toute mon attention à considérer quel cours l’île prendrait parce qu’elle me paraissait être arrêtée. Un instant après néanmoins, elle continua à s’approcher et j’en pus voir les côtés, environnés de différentes suites de galeries et de montées mises à de certaines distances pour descendre de l’une dans l’autre. Dans la galerie la plus basse, je vis quelques personnes qui pêchaient avec de longues lignes et d’autres qui ne faisaient que regarder. Je leur fis signe en tournant mon bonnet (car il y avait déjà quelque temps que mon chapeau était usé) et mon mouchoir dessus ma tête. Quand ils furent à portée d’entendre ma voix, je criai de toute ma force et remarquai par les regards qu’ils jetaient de mon côté et par les signes qu’ils se faisaient les uns aux autres qu’ils m’avaient aperçu quoiqu’ils ne répondissent pas à mon cri, mais je vis distinctement quatre ou cinq d’entre eux qui montaient en grande hâte les degrés qui conduisaient au haut de l’île et qui disparurent bientôt. Je devinai qu’ils étaient envoyés pour aller recevoir des ordres touchant ma personne et j’appris depuis que je ne m’étais pas trompé.

11Le nombre des spectateurs devenait plus grand d’instant à autre et en moins d’une demi-heure, l’île se trouva placée de manière que la galerie la plus basse me parut parallèle à la hauteur où j’étais quoiqu’éloignée d’environ cent verges. Je me mis alors dans l’attitude d’un suppliant et leur adressai la parole du ton du monde le plus humble, mais je ne reçus point de réponse. Ceux qui étaient le plus près vis-à-vis de moi paraissaient des personnes de distinction à en juger par leur habit. Ils me regardaient souvent et semblaient causer ensemble avec application. À la fin, un d’eux m’adressa quelques mots dans une langue qui avait quelque rapport avec l’italien. J’exprimai ma réponse en cette dernière langue dans l’espérance que du moins le son en plairait davantage à leurs oreilles. Quoique nous ne nous entendissions point, l’état où j’étais fit que tout le monde comprit aisément ce que je voulais dire.

12Ils me firent signe de descendre du rocher et de me rendre au rivage, ce que je fis ; après quoi l’île volante fut dirigée dans son mouvement de manière qu’une chaîne ayant été descendue de la galerie la plus basse avec un siège attaché au bout, je m’y attachai et fus tiré en haut par des poulies.

Notes

1 Sur la feuille précédente (non paginée), une carte « Fig. III. Tom. II. Pag. 1 » présente un pays inconnu en haut à gauche ; au-dessous la Terre de Iesso, puis la mer de Corea, avec, en face, les îles de Laputa et Balnibarbi (« Découvert A. D. 1701 ») ; sous la mer de Corea, le Japon et, au bas de la carte, au milieu, les îles de Luggnagg et de Glubbdubdrib.

2 Omission de la province de naissance du capitaine : c’est un Cornouaillais (« a Cornish Man » [GT III 1]).

3 « On dit qu’un navire cingle avec fraîcheur, lorsque le vent est égal et d’une bonne force » (Encyclopédie).

4 Dans l’original il est spécifiquement fait question de l’obédience non seulement chrétienne, mais aussi protestante de Gulliver et du pirate hollandais, point commun qui, Gulliver l’espère, jouera en sa faveur : « in consideration of being Christians and Protestants, of neighbouring Countrys [sic], in strict Alliance » (GT III 5). La référence au protestantisme a été gommée et remplacée par une référence unique et générique au christianisme, eu égard probablement au lectorat français majoritairement catholique.

5 La forme transitive n’avait pas encore disparu.

6 Miroir ardent est plus courant.

7 Sur la feuille suivante (non paginée), une « Fig. III. » représente Gulliver sur son île regardant à la longue-vue Laputa dans les airs.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7335/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search