Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie II. Voyage de Brobdingnag

Chapitre VIII

Résumé

Le roi et la reine font un tour vers les frontières ; l’auteur a l’honneur de les accompagner. De quelle manière il quitta ce pays. Il revient en Angleterre.

Texte intégral

  • 1 « Oiseau dont on connaît deux espèces ; l’une vient des îles Canaries situées dans la mer Atlantiq (...)

1J’avais toujours eu un fort pressentiment que je recouvrerais quelque jour ma liberté quoiqu’il me fût impossible de concevoir par quels moyens ou de former quelque projet qui eût la moindre ombre d’apparence de pouvoir réussir. Le vaisseau sur lequel j’avais été était le premier qu’on eût jamais vu sur les côtes de ce pays et le roi avait donné les ordres les plus précis que si quelque autre y venait, on s’en rendît maître et qu’on l’amenât avec l’équipage et les passagers dans une charrette à Lorbrulgrud. Sa Majesté souhaitait avec ardeur d’avoir quelque femme de ma taille par le moyen de laquelle mon espèce pût se conserver, mais je crois que j’aurais plutôt souffert mille morts que de m’exposer au risque de laisser après moi une postérité qui aurait été ou mise en cage comme des serins de Canarie1 ou peut-être vendue à des personnes de qualité, moins à la vérité pour en faire des esclaves que comme des curiosités. J’avoue que j’étais traité avec beaucoup de douceur : j’étais le favori d’un grand roi et les délices de toute sa cour, mais cependant le rôle que j’y jouais ne me paraissait guère convenir avec la dignité de ma nature. Il m’était impossible d’oublier ces autres moi-même que j’avais laissés dans ma patrie. Je mourais d’envie d’être au milieu d’un peuple avec qui j’eusse une espèce d’égalité et dans le pays de qui je pusse me promener sans craindre d’être écrasé comme une grenouille ou un jeune chien. Mais le moment de ma délivrance vint plus tôt que je n’avais cru, d’une manière tout à fait extraordinaire. J’en vais rapporter l’histoire et toutes les circonstances avec la plus exacte vérité.

2J’avais déjà passé deux années dans le pays ; au commencement de la troisième, Glumdalclitch et moi accompagnâmes le roi et la reine dans un tour que Leurs Majestés firent vers la côte méridionale du Royaume. J’étais porté comme à l’ordinaire dans ma boîte de voyage, laquelle, comme je l’ai déjà dit, était un très joli cabinet de douze pieds de largeur. Et j’avais ordonné qu’on m’attachât un estrapontin avec des cordages de soie d’égale longueur au haut des quatre coins de ce cabinet afin de ne pas sentir la force des secousses quand un valet me porterait devant lui en allant à cheval, et aussi pour y dormir à mon aise quand je serais en voyage. Au plancher supérieur de ma boîte, vers l’endroit de l’estrapontin où je mettais la tête, j’avais fait faire à l’ouvrier un trou d’un pied carré pour me donner de l’air en dormant quand il faisait chaud ; et je pouvais fermer ce trou avec une petite planche que je haussais et que je baissais par le moyen d’une rainure.

  • 2 Erreur de traduction : la boîte ne descend pas, mais « avance » simplement à très grande vitesse : (...)

3Quand nous eûmes fait notre tournée, le roi jugea à propos d’aller passer quelques jours dans un palais qu’il avait près de Flanflasnic, ville située à dix-huit miles anglais de la mer. Glumdalclitch et moi étions extrêmement fatigués ; j’avais gagné un froid, mais la pauvre enfant était si indisposée qu’elle ne quittait point sa chambre. J’avais grande impatience de voir l’océan qui était la seule route par laquelle je pouvais jamais m’échapper. Je fis semblant d’être plus incommodé que je n’étais et demandai permission d’aller prendre l’air au bord de la mer avec un page que j’aimais beaucoup et à qui on m’avait quelquefois confié. Je n’oublierai jamais la répugnance qu’eut Glumdalclitch à consentir à ce voyage ni la manière dont elle recommanda au page d’avoir soin de moi, fondant en même temps en larmes comme si elle avait eu quelque pressentiment de ce qui allait arriver. Le page me porta dans ma boîte jusqu’à ce que nous fussions au bord de la mer. Je lui dis alors de me mettre à terre et après avoir levé un de mes châssis, mes tristes regards errèrent quelque temps sur la mer. Je me trouvai mal et dis à mon conducteur que j’avais envie de me reposer un peu dans mon estrapontin et que j’espérais qu’un petit sommeil me ferait du bien. Je me couchai et le page ferma la fenêtre de peur que le froid qui aurait pu y entrer ne m’incommodât. Je ne tardai guère à m’endormir et tout ce que je puis conjecturer est que pendant que je dormais, le page, ne croyant pas que je pusse courir aucun risque, s’était amusé à chercher des œufs d’oiseaux dans les crevasses des rochers ; amusement auquel j’avais déjà vu qu’il se divertissait dans le temps que j’étais encore à ma fenêtre. Quoi qu’il en soit à cet égard, je fus soudain éveillé par un coup violent qui fut donné sur l’anneau qui était attaché au-dessus de ma boîte pour qu’on pût me porter plus facilement. Je sentis que ma boîte s’élevait fort haut en l’air et qu’ensuite elle descendait2 avec une prodigieuse vitesse. La première secousse avait pensé me jeter hors de mon estrapontin, mais après, le mouvement fut plus doux. Je jetai plusieurs cris également inutiles et en regardant par mes fenêtres, je ne vis que le ciel et les nuées. J’entendis précisément au-dessus de ma tête un bruit qui ressemblait à un battement d’ailes, et commençai alors à entrevoir l’horreur de ma situation : je devinai qu’une aigle [sic] avait pris l’anneau de ma boîte dans son bec dans le dessein de la laisser tomber sur un rocher comme une tortue dans son écaille et puis d’en tirer mon corps pour le dévorer, car l’odorat de cet animal est si admirable qu’il sent sa proie à une très grande distance quand même elle serait encore mieux cachée que je ne l’étais entre des planches qui n’avaient pas deux pouces d’épaisseur.

4Quelques moments après, j’entendis que le battement d’ailes devenait plus fort et je m’aperçus que ma boîte haussait et baissait continuellement. Il me sembla que l’aigle (car je n’ai jamais pu m’ôter de l’esprit que ce n’en fût une qui tenait l’anneau de ma boîte dans son bec) était attaquée par quelque autre oiseau et un instant après, je remarquai que je tombais perpendiculairement, mais avec une si prodigieuse rapidité que j’en fus presque hors d’haleine. Ma chute avait environ duré une minute quand ma boîte parvint à la surface de la mer et fit en y tombant un bruit aussi grand que celui de la cataracte de Niagara ; après quoi je fus dans l’obscurité pendant une autre minute et puis ma boîte commença à remonter assez pour que je pusse voir de la lumière vers le haut de mes fenêtres. Je m’aperçus alors que j’étais tombé dans la mer. Ma boîte, par la pesanteur de mon corps aussi bien que par celle des meubles qu’elle renfermait et des plaques de fer attachées aux quatre coins en haut et en bas pour rendre le bâtiment plus fort, flottait enfoncée de cinq pieds dans l’eau. Je m’imaginai alors comme à présent que l’aigle, en s’envolant avec ma boîte, avait été poursuivie par deux ou trois autres oiseaux de la même ou d’une différente espèce et que pendant qu’elle se défendait contre eux qui apparemment voulaient avoir leur part de la proie, elle avait été forcée de me laisser tomber. Les plaques de fer attachées au plancher inférieur de la boîte (car celles-ci étaient les plus fortes) avaient conservé la balance pendant qu’elle tombait et empêché que le choc de l’eau ne la mît en pièces. D’ailleurs elle était si bien fermée de tous côtés qu’il n’y entra que très peu d’eau. Ce ne fut pas sans peine que je sortis de mon estrapontin après avoir eu auparavant la précaution de faire entrer un peu d’air frais dont j’avais grand besoin par l’ouverture qui avait été faite au haut de mon cabinet dans ce dessein.

  • 3 Suppression d’un passage dans lequel il compare sa maison à un bateau en regrettant de ne pouvoir (...)

5Combien de fois ne souhaitai-je pas alors d’être avec ma chère Glumdalclitch dont une seule heure m’avait si fort éloigné ! Et je puis dire avec vérité qu’au milieu de mes propres malheurs, je ne pus m’empêcher de plaindre ma pauvre nourrice et d’être sensible aux maux que ma perte allait probablement lui attirer. Il y a peut-être peu de voyageurs qui se soient trouvés dans des conjonctures aussi tristes que celle où j’étais, attendant à tout moment à voir ma boîte mise en pièces ou engloutie par les ondes. Il n’y avait plus de ressource pour moi si un seul carreau de vitre était venu à se casser. Je vis l’eau qui entrait par plusieurs petites crevasses que je tâchai de boucher le mieux qu’il m’était possible et j’eus le bonheur d’en venir à bout3. Cependant mon état était bien déplorable : ma boîte ne pouvait manquer d’aller tôt ou tard à fond et quand même elle n’aurait pas couru ce risque, le froid et la faim m’auraient infailliblement causé la mort. Je fus quatre heures dans ces tristes circonstances, attendant et, à la lettre, souhaitant que chaque moment fût le dernier de ma vie.

6J’ai déjà informé mes lecteurs qu’il y avait deux fortes gâches attachées au côté de ma boîte où il n’y avait pas de fenêtre, dans lesquelles celui qui me portait en allant à cheval avait soin de passer un ceinturon de cuir qu’il se bouclait ensuite autour du milieu. Pendant que j’étais dans ce déplorable état, j’entendis ou du moins je crus entendre quelque bruit vers le côté de ma boîte auquel les gâches étaient attachées et un instant après, je m’imaginai que ma boîte était tirée sur la superficie de la mer, car de temps en temps, je sentais que les flots battaient mes fenêtres de la même manière que quand un vaisseau fend les ondes. Je fus frappé alors d’un rayon d’espoir quoique je ne conçusse pas encore la possibilité d’échapper. Je défis les vis qui attachaient une de mes chaises à terre et fis ensuite de mon mieux pour faire tenir cette chaise justement au-dessous de la petite planche que je venais d’ouvrir ; après quoi je montai dessus et après avoir approché ma bouche du trou le plus près qu’il me fut possible, je me mis à crier « À l’aide » à haute voix et dans toutes les langues que je savais. J’attachai ensuite mon mouchoir à un bâton que je portais d’ordinaire et après avoir fourré le mouchoir par le trou, je le tournai et le fis voltiger plusieurs fois en l’air afin qu’en cas que quelque vaisseau ou quelque chaloupe fussent près de là, les matelots pussent deviner que quelque infortuné mortel était enfermé dans cette boîte.

  • 4 Il s’agit en fait d’un cri répété trois fois (« In return to which, I heard a great Shout repeated (...)
  • 5 Aujourd’hui cabine.

7Tous mes cris et tous mes signaux ne furent à ce qu’il me paraissait ni vus ni entendus, mais je m’aperçus clairement que ma boîte continuait à être tirée. Une heure après, ce côté de ma boîte où les gâches étaient attachées et où il n’y avait point de fenêtre donna contre quelque chose de dur. Je craignis que ce ne fût un rocher et je me trouvai plus secoué qu’auparavant. J’entendis distinctement au-dessus de ma boîte un bruit assez semblable à celui que fait un câble qu’on tire à travers un anneau. Je vis alors que ma boîte montait insensiblement et qu’elle était de trois pieds plus haute qu’auparavant avant que de s’arrêter. Sur quoi je recommençai sur nouveaux frais à crier « Au secours » et à faire voltiger mon mouchoir ; un cri que plusieurs voix mêlées ensemble rendaient confus4 me servit de réponse et me causa un transport de joie qui ne peut être conçu que par ceux qui l’ont éprouvé. Un moment après, j’entendis marcher sur ma tête et quelqu’un criant par le trou à haute voix en anglais : « S’il y a quelques-uns en bas, qu’ils parlent ! » Je répondis que j’étais un Anglais que sa mauvaise fortune avait mis dans la situation la plus affreuse où jamais homme eût été et que je priais, par tout ce qui est capable d’émouvoir, de me tirer de la prison où j’étais. La voix répliqua que je n’avais rien à craindre puisque ma boîte était attachée à leur vaisseau et que le charpentier viendrait incontinent pour faire au-dessus de ma boîte un trou qui fût assez grand pour me tirer dehors. Je répondis que cela était inutile et demanderait beaucoup de temps, qu’il valait bien mieux que quelqu’un de l’équipage mît un doigt dans l’anneau et tirât ainsi ma boîte de la mer pour la mettre ensuite dans la cabane5 du capitaine. Quelques-uns de ceux qui m’entendirent tenir ce langage crurent que j’avais perdu l’esprit ; d’autres n’en firent que rire, car j’avoue à ma honte que je ne faisais pas attention que j’étais à présent parmi des hommes de ma force et de ma taille. Le charpentier vint et fit en peu de minutes une ouverture de quatre pieds en carré, puis y fit passer une petite échelle sur laquelle je montai pour me rendre dans le vaisseau.

  • 6 Omission du comté anglais dont est originaire le capitaine : le Shropshire (« But the Captain, Mr. (...)

8Tout l’équipage était dans le dernier étonnement et me faisait mille questions auxquelles je n’avais aucune envie de répondre. Je ne fus pas moins étonné de mon côté de voir tant de pygmées, car ils me paraissaient tels pour avoir été si longtemps accoutumé à ne voir que des objets monstrueux. Mais le capitaine, nommé Thomas Wilcolks, qui était un homme généreux et obligeant6, remarquant que j’allais tomber en faiblesse, me prit dans sa cabane, me donna un cordial pour m’empêcher de m’évanouir et me fit coucher sur son propre lit afin que je prisse un peu de repos dont certes j’avais grand besoin. Avant que de me mettre au lit, je lui donnai à connaître que j’avais quelques nippes dans ma boîte que je serais fâché de perdre — entre autres, un bon estrapontin, un assez joli lit de camp, deux chaises, une table et un cabinet — que ma boîte était matelassée de tous côtés de soie et de coton et que s’il voulait la faire apporter par quelqu’un de l’équipage dans sa cabane, je lui montrerais ce que je lui venais de nommer et quelques autres choses encore. Le capitaine m’entendant proférer ces absurdités crut que je rêvais. Cependant (à ce que je m’imagine pour me tranquilliser) il me promit d’y donner ordre et s’étant rendu sur le tillac, il fit descendre quelques-uns de ses gens dans ma boîte dont (comme je le trouvai depuis) ils tirèrent tout ce qu’il y avait de bon, mais les chaises et le cabinet étant attachés avec des vis au plancher furent beaucoup endommagés par l’ignorance des matelots qui voulurent les enlever à force de bras. Quand ils ne virent plus rien qui leur valût la peine d’être pris, ils jetèrent à la mer ma boîte qui étant ouverte en plusieurs endroits ne tarda guère à aller à fond. Et pour dire le vrai, je fus bien aise dans la suite de n’avoir pas été témoin de ce spectacle qui m’aurait rappelé le souvenir le plus triste et le plus accablant.

9Je dormis quelques heures, mais d’un sommeil troublé à chaque instant par la pensée du lieu que j’avais quitté et des dangers auxquels je venais d’échapper. Néanmoins je me trouvai un peu mieux à mon réveil. Il était alors environ huit heures du soir et peu après, le capitaine ordonna qu’on servît le souper, croyant que j’avais déjà jeûné assez longtemps. Il m’entretint avec beaucoup de douceur et quand nous fûmes seuls, il me pria de lui faire la relation de mes voyages et de lui raconter par quel accident je m’étais trouvé dans cette énorme machine de bois. Il me dit qu’environ à midi, regardant par sa lunette d’approche, il avait vu ma boîte et que croyant que c’était un vaisseau, il avait formé le dessein de tâcher de le joindre dans l’espérance d’en acheter quelques biscuits dont on commençait à manquer à son bord ; qu’en approchant, il avait remarqué son erreur et envoyé la chaloupe pour voir ce que c’était qui flottait sur l’eau ; que ses gens étaient revenus fort effrayés, jurant qu’ils avaient vu une maison flottante ; que s’étant moqué de leur folie, il s’était lui-même mis dans la chaloupe après avoir donné ordre auparavant à ses gens de prendre un fort câble avec eux ; que le temps étant calme, à l’aide des rames il avait plusieurs fois fait le tour de ma boîte et considéré mes fenêtres ; qu’il avait découvert deux gâches à un côté qui était tout de planches, sans aucune ouverture pour donner passage à la lumière ; qu’il avait commandé alors à ses matelots d’approcher avec la chaloupe de ce côté, d’attacher le câble à une des gâches et puis de tirer la caisse (c’est le nom qu’il lui donnait) jusqu’au vaisseau. Quand cela fut fait, il ordonna qu’on attachât un autre câble à l’anneau qui était attaché au-dessus de ma boîte et qu’on la haussât avec des poulies ; ce que tous les gens du vaisseau ne purent faire au-delà de deux ou trois pieds. Il me dit qu’il avait bien vu mon bâton et mon mouchoir, et qu’il en avait conclu que quelque malheureux était enfermé dans cette étrange manière de prison. Je demandai si lui ou quelqu’un de l’équipage avait vu quelques oiseaux d’une grandeur prodigieuse dans l’air vers le temps qu’il m’avait découvert la première fois. Sa réponse fut que parlant sur ce sujet avec ses matelots pendant que je dormais, un d’eux lui dit avoir observé trois aigles volant vers le nord, mais qu’il n’avait pas remarqué qu’elles fussent plus grandes que les aigles ordinaires ; ce que j’attribue à la prodigieuse hauteur à laquelle elles étaient. Et il ne put pas deviner la raison qui m’avait porté à faire cette question. Je demandai alors au capitaine à quelle distance il croyait être de terre ; il dit qu’à son avis nous en étions au moins à une centaine de lieues. Je lui protestai qu’il se trompait tout au moins de la moitié puisqu’il n’y avait que deux heures que j’avais quitté le pays dont je venais quand je tombai dans la mer. Cette réponse lui fit croire de nouveau que j’avais l’esprit égaré ; ce qu’il fit assez connaître en me disant de m’aller coucher dans une cabane qu’il m’avait fait préparer. Je l’assurai que sa conversation me faisait plus de bien que le repos que je pourrais prendre et qu’au reste j’étais dans mon bon sens autant que je l’avais été de ma vie. Alors il prit son sérieux et me demanda en confidence si je n’avais pas l’esprit troublé par le remords de quelque crime affreux dont j’avais été puni par l’ordre de quelque prince qui m’avait fait renfermer dans une caisse et jeter en mer comme dans d’autres pays on expose à la merci des flots dans une petite barque sans provisions des criminels du premier ordre ; il ajouta que quoiqu’il fût fâché que son vaisseau eût servi d’asile à un scélérat, il s’engageait néanmoins à me mettre sain et sauf à terre dans le premier port où nous arriverions ; ce qui augmentait ses soupçons, poursuivait-il, étaient de certains discours absurdes que j’avais premièrement tenus aux matelots et ensuite à lui-même aussi bien que mon air hagard et ma contenance troublée.

  • 7 Omission de la description d’un autre peigne monté sur un ongle de la reine : « and another of the (...)
  • 8 Omission de quatre dards de guêpes semblables à des pointes de menuisiers : « Four Wasp Stings, li (...)

10Je le suppliai d’avoir la patience de m’entendre conter mon histoire ; ce que je fis avec la plus exacte fidélité depuis mon départ d’Angleterre jusqu’au moment qu’il m’avait découvert. Et comme la vérité a toujours un certain pouvoir sur des esprits raisonnables, je n’eus pas grand-peine à persuader mon capitaine, qui avait quelque teinture de savoir et un sens droit, de ma candeur et de ma véracité. Mais pour le convaincre encore davantage, je le priai de donner ordre que mon cabinet dont j’avais la clef dans ma poche fut apporté (car il m’avait déjà notifié ce que les matelots avaient fait de ma boîte). J’ouvris le cabinet en sa présence et lui montrai la petite collection de raretés que j’avais faite dans le pays dont je venais de sortir d’une manière si miraculeuse. Je lui fis voir le peigne que j’avais fait des poils de la barbe du roi7, un grand nombre d’aiguilles et d’épingles dont les plus petites avaient un pied de longueur et les plus grandes une demi-verge8, quelques peignures des cheveux de la reine et une bague d’or dont elle me fit un jour présent de la manière du monde la plus obligeante, la tirant de son petit doigt et me la mettant en guise de collier autour du cou. Je sollicitai le capitaine d’accepter cette bague comme une faible marque de ma reconnaissance, mais il ne voulut jamais y consentir. Enfin, pour ne laisser plus aucun doute sur le chapitre de ma véracité, je lui fis voir mes culottes qui étaient faites de la peau d’une seule souris.

11Je ne pus lui rien faire accepter sinon une dent d’un laquais que je vis qu’il examinait avec beaucoup de curiosité et dont il me paraissait avoir grande envie. Il la reçut avec des remerciements qui n’étaient nullement proportionnés à la petitesse du présent. Cette dent qui n’était pas le moins du monde gâtée avait appartenu à un valet de pied de Glumdalclitch auquel un chirurgien étourdi l’avait arrachée au lieu d’une autre qui lui faisait mal ; je la demandai pour la conserver dans mon cabinet. Elle avait environ un pied de longueur et quatre pouces de diamètre.

12Le capitaine fut charmé du récit que je venais de lui faire et dit qu’il espérait que je ne manquerais pas d’en faire part au public lorsque je serais arrivé en Angleterre. Je répondis que le nombre des voyages qu’on avait déjà imprimés n’était déjà que trop grand, qu’à cet égard il fallait ou garder le silence ou avoir quelque chose d’extraordinaire à raconter sans imiter pourtant ces auteurs qui fourrent du merveilleux dans leurs écrits aux dépens de la vérité ; que mon histoire ne contiendrait que des événements ordinaires sans avoir aucun de ces ornements que prête la description des plantes, des arbres, des oiseaux et des bêtes féroces ou bien celle des coutumes barbares et du culte idolâtre de quelque peuple sauvage, ornements dont aucun livre de voyages ne manquait ; que cependant je lui étais fort obligé de la bonne opinion qu’il témoignait avoir et que je songerais à ce qu’il venait de me dire.

  • 9 Le traducteur résume ici la description du Gulliver swiftien qui continue à énumérer les comparais (...)

13Il me marqua être fort étonné de m’entendre parler si haut, demandant si le roi ou la reine de ce pays étaient durs d’oreille. Je lui dis qu’il y avait déjà plus de deux ans que j’étais accoutumé à ce ton et que j’étais aussi surpris de l’entendre parler si bas qu’il pouvait l’être de ce que je criais si haut ; que pendant le temps que j’avais passé dans ce pays, quand j’avais voulu parler à quelqu’un, j’avais été obligé de hausser autant la voix qu’un homme qui étant dans la rue aurait voulu se faire entendre d’un autre placé au haut d’un clocher, excepté pourtant lorsque j’étais sur une table ou quelqu’un me tenait dans sa main. Je lui dis une autre chose que j’avais remarquée, à savoir que dans le temps que je ne faisais que d’entrer dans son vaisseau et que tous les matelots étaient autour de moi, ils me parurent les plus petites créatures que j’eusse jamais vues ; que cela était si vrai que dans le Royaume dont je sortais, je n’avais jamais osé me regarder dans un miroir parce que, accoutumé que j’étais à voir de si prodigieux objets, le sentiment de ma petitesse m’aurait trop mortifié. Le capitaine me dit que pendant que nous soupions, il avait remarqué que je regardais chaque chose avec une espèce d’étonnement et que plusieurs fois j’avais paru être sur le point d’éclater de rire ; ce qu’il avait attribué au désordre de mon cerveau. Je lui répondis qu’il était vrai et que ma surprise venait de l’infinie petitesse de tout ce que je voyais ; et là-dessus, je me mis à faire une description de tout ce qui avait paru sur sa table, telle que l’aurait faite un habitant de Brobdingnag s’il avait été à ma place9. Mon homme se mit à rire et, pour me faire mieux sentir le ridicule de ce que je venais de dire, me protesta que du meilleur de son cœur il aurait donné cent guinées d’avoir vu l’aigle tenant ma boîte dans son bec et la laissant ensuite tomber dans la mer ; qu’il était bien dommage que personne n’eût été témoin oculaire d’un fait si singulier et dont la description méritait si fort d’être transmise à la postérité la plus reculée. Après cette raillerie vint la comparaison de Phaéton qui était trop naturelle pour qu’il me l’épargnât.

  • 10 Le traducteur supprime plusieurs descriptions techniques, reposant sur une abondance de termes jar (...)

14Deux jours après que je fus venu à bord, le vent qui auparavant n’avait pas été fort bon devint excellent et rendit notre voyage plus court et plus heureux que nous n’aurions osé espérer10. Le capitaine relâcha seulement à un ou deux ports et envoya la chaloupe à terre pour aller quérir quelques provisions et de l’eau douce, mais je ne sortis pas du vaisseau avant que nous fussions arrivés aux Dunes ; ce que nous fîmes le 3 de juin 1706, environ neuf mois après ma sortie de Lorbrulgrud. J’offris au capitaine de lui laisser en gage tout ce que j’avais pour sûreté du payement de ce que je pouvais lui devoir pour m’avoir transporté dans mon pays et nourri si longtemps, mais il me protesta qu’il n’en voulait pas un sou. Nous prîmes tendrement congé l’un de l’autre et je lui fis promettre qu’il viendrait me voir chez moi quand il serait à Londres. Je louai un cheval et un guide pour prix et somme de cinq shillings que j’empruntai du capitaine.

15Sur la route, considérant la petitesse des maisons, des arbres, des bestiaux et des hommes, je me crus tout à coup transporté dans l’Empire de Lilliput. Je craignais de marcher sur chaque voyageur que je rencontrais et je criai à plusieurs de s’ôter du chemin, impertinence qui pensa me faire des querelles, tout involontaire qu’elle était.

  • 11 Omission de la conclusion métafictionnelle : « In the mean time I here conclude the Second Part of (...)

16Quand je fus arrivé chez moi et qu’un des domestiques m’eut ouvert la porte, je me baissai pour y entrer ; ma femme courut au-devant de moi pour m’embrasser, mais je me courbai plus bas que ses genoux, m’imaginant qu’autrement il lui serait impossible d’atteindre à ma bouche. Ma fille s’agenouilla pour demander ma bénédiction, mais je ne la vis que quand elle se fut levée, ayant été accoutumé depuis si longtemps à tourner la tête et les yeux vers des visages qui étaient en hauteur à la distance de soixante pieds du mien. Je regardai mes domestiques et deux ou trois amis qui se trouvaient alors par hasard chez moi comme autant de pygmées à l’égard desquels j’étais un géant. Je dis à ma femme qu’elle avait vécu avec trop de frugalité puisqu’elle et sa fille étaient amaigries et apetissées au-delà de toute expression. En un mot, je dis un si grand nombre de folies que tous furent de l’avis dont le capitaine avait été d’abord et conclurent unanimement que j’avais perdu l’esprit ; ce que je rapporte comme un exemple remarquable du pouvoir prodigieux de l’habitude. Cependant je ne tardai guère à revenir de cette espèce de maladie, mais ma femme me protesta que je n’irais plus en mer, mais par malheur pour moi il était dit qu’elle n’aurait pas le pouvoir de m’en empêcher comme mes lecteurs pourront le voir ci-après11.

Fin de la seconde partie.

Notes

1 « Oiseau dont on connaît deux espèces ; l’une vient des îles Canaries situées dans la mer Atlantique [...] » (Encyclopédie).

2 Erreur de traduction : la boîte ne descend pas, mais « avance » simplement à très grande vitesse : « I felt my Box raised very high in the Air, and then born forward with prodigious Speed » (GT II 142).

3 Suppression d’un passage dans lequel il compare sa maison à un bateau en regrettant de ne pouvoir en soulever le toit afin de sortir de la cale (GT II 146).

4 Il s’agit en fait d’un cri répété trois fois (« In return to which, I heard a great Shout repeated three times » [GT II 148]).

5 Aujourd’hui cabine.

6 Omission du comté anglais dont est originaire le capitaine : le Shropshire (« But the Captain, Mr. Thomas Wilcox, an honest worthy Shropshire Man » [GT II 150]).

7 Omission de la description d’un autre peigne monté sur un ongle de la reine : « and another of the same Materials, but fixed into a paring of her Majesty’s Thumb-nail, which served for the Back. » (GT II 156). On voit là le rejet du traducteur des parties peu nobles du corps. Dans le même ordre d’idée, il supprime également quelques lignes plus loin, dans cette énumération d’objets, un passage décrivant l’utilisation du cor de l’orteil d’une demoiselle d’honneur, comparé à une pomme du Kent, cor que Gulliver fera évider pour le transformer en tasse lorsqu’il sera rentré en Angleterre : « I shewed him a Corn that I had cut off with my own Hand from a Maid of Honour’s Toe, it was about the Bigness of a Kentish Pippin, and grown so hard, that when I returned to England, I got it hollowed into a Cup and set in Silver » (GT II 157).

8 Omission de quatre dards de guêpes semblables à des pointes de menuisiers : « Four Wasp Stings, like Joiners Tacks » (GT II 157).

9 Le traducteur résume ici la description du Gulliver swiftien qui continue à énumérer les comparaisons : « when I saw his Dishes of the size of a silver Threepence, a Leg of Pork hardly a Mouthful, a Cup not so big as a Nutshell, and so I went on, describing the rest of his Houshold-stuff [sic] and Provisions after the same manner [...] » (GT II 160).

10 Le traducteur supprime plusieurs descriptions techniques, reposant sur une abondance de termes jargonnants relatifs à la science nautique (GT II 162).

11 Omission de la conclusion métafictionnelle : « In the mean time I here conclude the Second Part of my unfortunate Voyages » (GT II 164).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7325/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search