Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie II. Voyage de Brobdingnag

Chapitre VII

Résumé

Amour de l’auteur pour sa patrie. Il fait au roi une offre fort avantageuse qui est néanmoins rejetée. Ignorance du roi en politique. Bornes étroites dans lesquelles les sciences de ce pays sont renfermées. Lois et affaires militaires de cet État. Quels troubles l’ont agité.

Texte intégral

  • 1 Le choix du passé simple pour le verbe être (« fus ») n’est pas correct. Le texte anglais ne laiss (...)
  • 2 Le conditionnel passé (« j’aurais souhaité ») laisse supposer que Gulliver n’a pas procédé ainsi. (...)
  • 3 Les défauts et les « difformités » dans le texte d’origine (« the Frailties and Deformities of my (...)

1Il n’y avait qu’un extrême amour pour la vérité qui pût me porter à répondre aux questions du roi avec autant de sincérité que je venais de faire. En vain aurais-je fait paraître un ressentiment qui était toujours tourné en ridicule ; ainsi je fus obligé de renfermer ma douleur et mon indignation dans mon âme pendant que mon auguste et chère patrie était traitée d’une manière si injurieuse. Je fus1 aussi affligé qu’aucun de mes lecteurs peut l’être de ce qui venait de se passer. Mais ce prince était si curieux et m’interrogeait avec tant de précision sur chaque article que j’aurais péché contre les lois de la politesse et surtout contre celles de la reconnaissance si je ne lui avais pas donné toute la satisfaction dont j’étais capable. Cependant je dois dire pour ma défense que j’éludai adroitement plusieurs de ses demandes et qu’à chaque point je donnais un tour beaucoup plus favorable que l’exacte vérité ne pouvait le permettre, car j’ai toujours eu pour mon pays cette louable partialité que Denis d’Halicarnasse recommande avec tant de justice à un historien. J’aurais souhaité2 de tout mon cœur de cacher les défauts3 de ma patrie et d’en placer les vertus dans leur plus beau jour ; c’était là le dessein que je me proposais dans les nombreux entretiens que j’eus avec ce monarque, mais par malheur le succès ne répondit ni à mon attente ni à mes efforts.

2Mais ce qui doit faire l’apologie de ce roi jusqu’à un certain point, c’est qu’il vivait entièrement séparé du reste du monde ; ce qui faisait qu’il n’avait aucune notion des manières et des coutumes des autres nations. Cette sorte d’ignorance est toujours une seconde source de préjugés et produit nécessairement je ne sais quelle limitation d’idées et de conceptions dont nous, aussi bien que les peuples les plus civilisés de l’Europe, sommes entièrement exempts. Et pour dire le vrai, ce serait quelque chose de bien dur si les notions qu’un prince si éloigné a de la vertu et du vice devaient servir de règle pour tout le genre humain.

3Pour confirmer ce que je viens de dire et pour montrer plus clairement encore les misérables effets d’une éducation resserrée dans de trop étroites bornes, je vais faire part à mes lecteurs d’un fait qu’ils auront peut-être peine à croire.

  • 4 « En un mot tout ce qu’ils rencontraient » est une ellipse permettant d’éviter les images trop cru (...)

4Pour m’insinuer de plus en plus dans les bonnes grâces de Sa Majesté, je lui parlai d’une invention trouvée depuis environ trois ou quatre siècles et qui consistait à faire une certaine poudre dont un monceau entier, fût-il grand comme une montagne, sautait en l’air et était consumé en un instant avec un bruit plus terrible que celui du tonnerre et cela dès qu’une seule étincelle volait dessus ; qu’une certaine quantité de cette poudre, bourrée dans un tuyau de fer, était capable de pousser une balle de fer ou de plomb avec une violence et une vitesse si prodigieuse qu’il n’y avait rien qui fût capable d’en soutenir l’effort ; qu’il y avait même de ces boulets qui, étant déchargés, renversaient non seulement des rangs tout entiers d’un seul coup, mais battaient aussi en ruine les plus fortes murailles et coulaient à fond des vaisseaux montés de plusieurs milliers d’hommes ; que quand ces boulets étaient attachés l’un à l’autre avec une chaîne, ils mettaient en pièces les mâts, les agrès, en un mot tout ce qu’ils rencontraient4 ; que nous mettions souvent cette poudre dans de grands boulets creux de fer que nous avions l’art, à l’aide d’une certaine machine, de jeter dans une ville assiégée et que par ce moyen un grand nombre d’assiégés étaient tués et presque toutes leurs maisons réduites en cendres ; que je connaissais fort bien les ingrédients qui entrent dans la composition de cette poudre ; qu’ils n’étaient ni chers ni rares ; que d’ailleurs je me faisais fort d’enseigner à ses ouvriers l’art de faire ces tuyaux d’une grandeur proportionnée à tous les autres objets qui étaient dans l’Empire de Sa Majesté et que les plus grands ne devaient pas avoir au-delà de cent pieds de longueur ; que vingt ou trente de ces tuyaux, chargés d’une quantité convenable de poudre et de boulets, pouvaient renverser en peu d’heures les murailles de la plus forte ville qu’il y eût dans son Royaume ou détruire de fond en comble la capitale si elle s’écartait jamais de la soumission due à ses ordres souverains. Je fis cette offre à Sa Majesté, en la priant de l’accepter comme une faible marque de cette reconnaissance que ses bienfaits avaient excitée en moi.

5Le roi fut frappé d’horreur à l’ouïe de la description de ces terribles machines et de l’usage que je lui proposais d’en faire. Il ne pouvait concevoir comment un insecte si faible et si petit que moi (ce furent ses expressions) pouvait se repaître d’idées si inhumaines et être si peu ému en parlant de la désolation et du carnage que je lui avais dit être les effets ordinaires de ces machines exterminatrices dont certainement, disait-il, quelque génie malfaisant et ennemi du genre humain devait avoir été le premier inventeur ; que pour ce qui le regardait, il protestait que quoique de nouvelles découvertes, soit dans l’art soit dans la nature, lui fissent un singulier plaisir, il aimerait mieux perdre la moitié de son royaume que d’apprendre un si abominable secret dont il me commandait, si ma vie m’était chère, de ne lui plus jamais reparler.

6Étrange effet de cette limitation d’idées et de cette petitesse de vues dont j’ai parlé ! Qui pourra jamais croire qu’un prince qui possédait d’ailleurs toutes les qualités qui produisent la vénération, l’amour et l’estime, et dont le savoir, la sagesse et la bonté le rendaient l’admiration et les délices de ses sujets, pour un vain petit scrupule dont nous n’avons pas même de notions en Europe, laisse échapper l’inestimable occasion de se rendre maître absolu de la vie, de la liberté et du bien de son peuple ? Ce que j’en dis pourtant n’est pas dans l’intention de décrier les autres talents de ce roi à qui le trait que je viens de raconter fera certainement grand tort dans l’esprit d’un lecteur anglais. Mais mon but est seulement de marquer combien sont lourdes les fautes qu’on commet quand on ne réduit pas la politique en science comme ont fait les plus grands génies de l’Europe. Car je me souviens fort bien qu’un jour, en causant avec le roi, je lui dis que parmi nous on avait composé une infinité de volumes sur l’art du gouvernement, mais que contre mon intention, je lui donnai une fort petite idée de notre habileté. Il me protesta qu’il avait un souverain mépris pour tout ce qu’on appelait mystère, raffinement et intrigue, soit dans un prince soit dans un ministre. Il ne pouvait comprendre ce que j’entendais par secrets d’État, à moins qu’il ne s’agît de quelque nation rivale ou ennemie. Il renfermait la science du gouvernement dans des bornes fort étroites, en la restreignant au bon sens, à la justice, à la clémence et à la prompte expédition des causes tant civiles que criminelles, avec quelques autres lieux communs qui ne méritent pas qu’on s’y arrête ; et il était dans l’étrange opinion que quiconque pouvait faire que deux tuyaux de blé ou deux brins d’herbe vinssent sur un monceau de terre où il n’en croissait qu’un auparavant rendait un service plus essentiel à son pays que toute la race des politiques ensemble.

  • 5 L’absence de traduction de la fin de la phrase entraîne une perte de la portée satirique de cette (...)

7Les connaissances de ce peuple sont fort défectueuses puisqu’elles consistent seulement en morale, histoire, poésie et mathématiques ; en quoi il faut avouer qu’ils excellent. Mais la dernière de ces sciences n’est employée qu’aux usages de la vie et qu’à l’amélioration de l’agriculture et de tous les arts mécaniques5. Ce qui regarde les idées, les entités et les abstractions, jamais je ne pus lui faire concevoir ce que c’était.

8Aucune loi dans ce pays ne doit excéder en mots le nombre des lettres de leur alphabet qui monte seulement à vingt-deux. Mais pour dire le vrai, il y en a peu qui ait tout à fait cette longueur. Elles sont exprimées dans les termes les plus simples et les plus clairs ; et ce peuple est assez stupide pour n’y trouver qu’une seule interprétation. C’est même un crime capital que de vouloir expliquer une loi par un commentaire. Pour ce qui est de la décision des causes civiles ou criminelles, les procédures sont chez eux en si petit nombre qu’ils auraient tort de se vanter d’être fort habiles dans l’une ou l’autre de ces choses.

  • 6 Omission de la fin de la démonstration, dans laquelle il explique comment lire tout un livre : « A (...)

9Ils ont eu l’art de l’imprimerie, aussi bien que les Chinois, depuis un temps immémorial, mais leurs bibliothèques ne sont pas fort nombreuses puisque celle du roi qui passe pour une des plus grandes ne contient qu’autour de mille volumes, placés dans une galerie de douze cents pieds de longueur, dont j’avais permission de prendre les livres que je voulais. Le menuisier de la reine avait fait dans une des chambres de Glumdalclitch une manière d’échelle haute de vingt-cinq pieds et dont chaque échelon avait cinquante pieds de longueur. Je faisais appuyer le livre que je voulais lire contre la muraille, puis montant au haut de l’échelle, je commençais par lire la première ligne de la page en marchant de côté jusqu’à ce que je fusse au bout de la ligne ; après quoi, quand il le fallait, je descendais un échelon, faisant toujours le même manège jusqu’à ce que je fusse au bas de la page6.

  • 7 Sur l’accord du sujet, voir F. Brunot, Histoire de la langue française, Paris, 1939, t. IV, p. 920

10Le style de ce peuple est clair, mâle et coulant, mais pas fleuri parce qu’ils évitent de se servir d’expressions superflues. J’ai lu plusieurs de leurs livres, particulièrement ceux qui roulaient sur l’histoire ou sur la morale. Entre autres, je parcourus avec un plaisir inexprimable un vieux petit traité qui était toujours dans la chambre de lit de Glumdalclitch et qui appartenait à sa gouvernante, dame grave qui ne lisait que des livres de morale et de dévotion. Ce livre traitait de la faiblesse du genre humain et n’était en estime que parmi les femmes et le vulgaire. Je fus curieux de voir ce qu’un auteur de ce pays pouvait dire sur ce sujet. Cet écrivain parcourut les mêmes lieux communs que nos docteurs en morale connaissent si bien, montrant combien l’homme est un animal petit, méprisable et incapable de s’aider lui-même et de se défendre contre les injures de l’air et contre la fureur des bêtes féroces ; combien il était inférieur à une créature en force, à une autre en vitesse, à une troisième en prudence et à une quatrième en industrie. Il ajoutait que dans ces derniers temps la nature avait dégénéré de sa première vigueur et qu’elle ne produisait plus que de petits avortons en comparaison d’autrefois. Il dit qu’il était fort apparent non seulement que l’espèce des hommes était primitivement plus grande, mais qu’aussi dans les premiers temps il doit y avoir eu des géants comme l’histoire et la tradition l’attestent d’un côté, et comme des os prodigieux qu’on a trouvés le démontrent de l’autre. Il prétendait que les lois de la nature demandaient que nous eussions été faits au commencement d’une constitution beaucoup plus robuste et bien moins sujets à être détruits par de petits accidents, par une tuile tombant d’une maison ou par une pierre jetée par un enfant. De ces raisonnements, l’auteur tirait plusieurs conséquences morales de grand usage pour la conduite de la vie, mais qu’il serait inutile de placer ici. Pour ce qui me regarde, je ne pus m’empêcher d’admirer combien était général7 le talent de tourner les lectures en moralités et le penchant des hommes à se plaindre de la nature. Et je crois qu’après une exacte recherche, ces sortes de plaintes se trouveraient aussi peu fondées parmi nous qu’elles l’étaient chez les habitants de Brobdingnag.

11À l’égard de leurs affaires militaires, ils m’ont assuré que l’armée de leur roi consistait en cent soixante-seize mille fantassins et en trente-deux mille cavaliers ; si le nom d’armée peut convenir à un corps formé par des marchands rassemblés de différentes villes et par des fermiers de la campagne dont les commandants sont simplement des gens de distinction sans paye ni récompense. Il faut avouer qu’ils entendent fort bien l’exercice et qu’ils sont excellemment disciplinés ; en quoi il n’y a pas grand mérite, car comment cela pourrait-il être autrement dans un pays où chaque fermier est soumis au seigneur de sa terre et chaque citoyen aux magistrats de sa ville, choisis par scrutin à la manière de Venise ?

  • 8 Omission de la taille du champ d’entraînement qui est d’une trentaine de km2 (« twenty Miles squar (...)

12J’ai souvent vu la milice de Lorbrulgrud faisant l’exercice dans un grand champ près de la ville8. Il pouvait y avoir vingt-cinq mille fantassins et environ six mille chevaux, car il m’était impossible de compter exactement leur nombre, vu le terrain qu’ils occupaient. Un cavalier monté sur un cheval de raisonnable taille avait plus de cent pieds en hauteur. J’ai vu un jour tous les cavaliers de ce corps, dans l’instant que leur commandant en donnait l’ordre, tirer leurs épées tous à la fois et les brandir dans l’air. Ce spectacle avait quelque chose de surprenant au-delà de toute expression : c’était comme si dix mille éclairs étaient partis de différents côtés du ciel en même temps.

13J’étais curieux de savoir comment ce prince dans le pays duquel il était impossible de pénétrer pouvait s’être avisé de songer à des armées ou de faire instruire son peuple dans la discipline militaire, mais je fus bientôt mis au fait par le secours de la conversation et par la lecture de leurs histoires, car depuis plusieurs siècles, les habitants de ce pays ont été travaillés de la même maladie à laquelle tant d’autres nations sont sujettes ; je veux dire que la noblesse avait travaillé à y acquérir trop de pouvoir, le peuple trop de liberté et le roi trop de despotisme. À la vérité, il avait été pourvu à tous ces inconvénients par de sages lois, mais ces lois avaient souvent été enfreintes par quelqu’un des trois partis ; ce qui avait plus d’une fois fait naître des guerres civiles dont la dernière avait heureusement été terminée par le grand-père du prince régnant, par une composition générale ; et la milice dont le nombre avait été fixé alors du consentement des trois partis avait été tenue depuis ce temps-là exactement dans le devoir.

Notes

1 Le choix du passé simple pour le verbe être (« fus ») n’est pas correct. Le texte anglais ne laisse pas d’ambiguïté dans la mesure où be est au présent simple : « I am heartily sorry as any of my Readers » (GT II 122). Cette phrase est une remarque métaleptique en décrochage temporel du je-narrant, plus âgé, dans une mise en scène de l’acte d’écrire typique du pacte autobiographique.

2 Le conditionnel passé (« j’aurais souhaité ») laisse supposer que Gulliver n’a pas procédé ainsi. Or ce n’est pas le cas, le héros a bel et bien caché les défauts de sa patrie dans ses divers discours et il faudrait utiliser « cacher » à l’imparfait. Dans « I would hide the Frailties and Difformities of my Political Mother » (GT II 123), le modal « would » exprime en effet ici non pas le conditionnel (choix du traducteur) mais la répétition dans le passé (il s'agit de l'emploi fréquentatif de ce modal).

3 Les défauts et les « difformités » dans le texte d’origine (« the Frailties and Deformities of my Political Mother » [GT II 123]).

4 « En un mot tout ce qu’ils rencontraient » est une ellipse permettant d’éviter les images trop crues et choquantes du texte de Swift qui précise qu’ils partageaient les corps en deux par le milieu : « divide hundreds of Bodies in the middle, and lay all waste before them ». Il en est de même pour la phrase « un grand nombre d’assiégés étaient tués et presque toutes leurs maisons réduites en cendres », qui remplace des images de « cervelle écrasée » : « which would rip up the Pavements, tear the Houses to Pieces, burst and throw Splinters on every side, dashing out the Brains of all who came near » (GT II 125).

5 L’absence de traduction de la fin de la phrase entraîne une perte de la portée satirique de cette remarque. En effet dans le texte de Swift le narrateur précise que ces connaissances ne seraient pas tenues en haute estime dans son pays : « so that among us it would be little esteemed » (GT II 129).

6 Omission de la fin de la démonstration, dans laquelle il explique comment lire tout un livre : « After which I mounted again, and began the other Page in the same manner, and so turned over the Leaf, which I could easily do with both my Hands, for it was as thick and stiff as a Past-board and in the largest Folio’s not above eighteen or twenty Foot long » (GT II 131-132).

7 Sur l’accord du sujet, voir F. Brunot, Histoire de la langue française, Paris, 1939, t. IV, p. 920.

8 Omission de la taille du champ d’entraînement qui est d’une trentaine de km2 (« twenty Miles square » [GT II 135]).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search