Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie II. Voyage de Brobdingnag

Chapitre VI

Résumé

L’auteur tâche par toutes sortes de moyens de s’acquérir la bienveillance du roi et de la reine. Il fait paraître son habileté dans la musique. Le roi s’informe de l’état de l’Europe et l’auteur satisfait amplement sa curiosité. Réflexions du roi sur ce que l’auteur vient de lui raconter.

Texte intégral

1J’avais coutume de me trouver une ou deux fois par semaine au lever du roi et j’ai été souvent présent quand son barbier le rasait ; ce qui, avant que j’y fusse accoutumé, me paraissait un terrible spectacle, car le rasoir était deux fois plus long qu’une faux ordinaire. Sa Majesté se faisait raser deux fois par semaine, suivant la coutume du pays. Un jour, j’obtins du barbier un peu de cette eau de savon dont il venait de se servir ; j’en tirai quarante ou cinquante poils que j’accommodai dans un morceau de bois fait en forme de dos de peigne où j’avais fait plusieurs trous à distance égale l’un de l’autre avec une aiguille. J’agençai si adroitement les poils dans les trous que je vins à bout de faire un peigne dont je pouvais me servir au défaut du mien dont presque toutes les dents étaient cassées, car il n’y avait aucun ouvrier dans le pays qui fût assez adroit pour m’en faire un autre. Cet essai m’en fit venir dans l’esprit un autre qui m’amusa pendant plusieurs jours : je demandai aux femmes de la reine de me garder quelques peignures des cheveux de Sa Majesté dont j’eus en peu de temps une assez raisonnable quantité. Après cela, je fis venir mon ami le menuisier qui avait reçu ordre une fois pour toutes de me faire tous les petits ouvrages que je voudrais. Je le priai de me faire deux chaises, de la grandeur de celles qui étaient dans ma boîte, mais sans fond et sans dossier. Mon dessein était de tresser les cheveux de manière qu’ils pussent servir de dossiers et de fonds à peu près comme ces chaises à fond de canne qu’on a en Angleterre. Quand tout fut fait, j’en fis présent à la reine qui les mit dans son cabinet où elle les montrait comme des raretés et à dire le vrai, personne ne les vit sans être frappé d’admiration. La reine me dit de m’asseoir sur une de ces chaises, mais je ne voulus absolument point lui obéir, protestant que je souffrirais plutôt mille morts que de placer une si indécente partie de mon corps sur ces cheveux précieux qui avaient servi d’ornement à la tête de Sa Majesté. De ces mêmes cheveux, je fis aussi une jolie petite bourse qui avait cinq pieds de longueur avec le nom de la reine en lettres d’or et dont je fis présent à Glumdalclitch par permission de Sa Majesté. À la vérité, cette bourse était plus pour la montre que pour l’usage, n’ayant pas assez de force pour soutenir le poids des plus grandes pièces de monnaie ; aussi n’y mettait-elle que quelques petits jouets fort légers.

2Le roi qui aimait passionnément la musique ordonnait souvent qu’on fît des concerts à la cour auxquels j’assistais quelquefois, placé sur une table, dans ma boîte. Mais la musique était si bruyante qu’il m’était impossible d’en distinguer les tons. J’ose dire même que toutes les trompettes et tous les tambours d’une armée, quand on en sonnerait et qu’on les battrait à la fois dans un même appartement, feraient un bruit moins grand que celui de ces concerts. Ma méthode était de faire mettre ma boîte le plus loin des musiciens qu’il était possible et puis d’en fermer les portes et les fenêtres ; après quoi je trouvais leur musique assez supportable.

  • 1 Plutôt touche ; le mot traduit key.

3Étant jeune, j’avais un peu appris à jouer de l’épinette ; Glumdalclitch en avait une dans sa chambre et un maître venait deux fois par semaine pour lui enseigner à en jouer. Je l’appelle une épinette parce que l’instrument de musique qu’elle avait y ressemblait assez et pour la figure et pour la manière de s’en servir. Il me vint dans l’esprit de divertir le roi et la reine en jouant un air anglais sur cet instrument, mais j’eus beaucoup de peine à en venir à bout, car l’épinette avait près de soixante pieds de longueur et chaque clef1 était large d’un pied tellement que je n’en pouvais parcourir que cinq en étendant les bras ; d’ailleurs j’aurais été obligé de donner de furieux coups avec mes poings pour les abaisser et encore n’en serais-je pas venu à bout. Voici donc ce que j’inventai : je préparai deux bâtons ronds plus gros d’un côté que de l’autre et je couvris les plus gros bouts d’une pièce de peau de souris afin qu’en frappant, je n’endommageasse pas le dessus des clefs et que le bruit des coups que j’aurais donnés ne se mêlât désagréablement à ceux que devait rendre l’épinette. Un banc fut placé devant cet instrument, environ quatre pieds plus bas que les clefs et je fus mis sur ce banc. Je courus dessus tantôt d’un côté et tantôt de l’autre, frappant les clefs qu’il fallait avec mes deux bâtons et tâchant de jouer une gigue que Leurs Majestés parurent écouter avec grand plaisir. Mais je puis dire n’avoir jamais fait un exercice aussi violent ; encore me fut-il impossible de parcourir plus de seize clefs et par conséquent de jouer la basse et le dessus ensemble comme font d’autres musiciens ; ce qui aurait ajouté un nouvel agrément à la gigue que je jouais.

4Le roi qui, comme je l’ai dit, était un prince très habile et très spirituel me faisait souvent apporter dans ma boîte et mettre sur une table dans son cabinet ; après cela il m’ordonnait de prendre une de mes chaises qu’il faisait placer avec moi au-dessus de ma boîte à la distance de trois verges du bord ; ce qui me mettait à peu près de niveau avec son visage. De cette manière, j’eus avec lui plusieurs conversations. Un jour, je pris la liberté de lui dire que le mépris qu’il témoignait pour l’Europe et pour le reste de la terre ne me paraissait pas s’accorder avec ce discernement admirable que j’avais toujours remarqué en lui ; que les degrés d’intelligence n’étaient pas réglés suivant la grandeur des corps ; qu’au contraire on remarquait en mon pays que les personnes les plus grandes en étaient ordinairement le moins pourvues ; que parmi les animaux, les mouches à miel et les fourmis passaient pour avoir plus d’industrie et plus d’adresse que d’autres animaux infiniment plus grands et que, tel que je lui paraissais, j’espérais de lui rendre quelque service signalé. Le roi m’écouta avec attention et commença à concevoir de moi une tout autre opinion qu’auparavant. Il me pria de lui donner du gouvernement de l’Angleterre l’idée la plus exacte qu’il me serait possible parce que, disait-il, quelque entêtés que les princes soient d’ordinaire de leurs propres coutumes, ce lui serait un grand plaisir d’apprendre quelque chose qu’il pût imiter.

5Combien de fois et avec quelle ardeur ne souhaitai-je pas dans ce moment l’éloquence d’un Cicéron ou d’un Démosthène pour célébrer dignement toutes les louanges que ma chère patrie mérite à si juste titre !

  • 2 Leur éducation « dans les arts et les armes », précise le texte de Swift (« in Arts and Arms » [GT(...)

6Je commençai mon discours par informer Sa Majesté que nos États consistaient en deux îles qui formaient trois puissants Royaumes sous un seul souverain, excepté nos plantations en Amérique. J’insistai longtemps sur la fertilité de notre terroir et sur la température de notre climat. Je l’entretins ensuite de la constitution d’un parlement anglais, formé en partie par un corps illustre, appelé la maison des pairs, qui était des hommes du sang le plus noble et des plus anciennes familles du Royaume. Je lui parlai du soin extraordinaire qu’on prenait toujours de leur éducation2 afin de les rendre capables d’être conseillers-nés du roi et du Royaume, d’avoir part au pouvoir législatif, d’être membres de la plus haute cour de justice, dont les décisions sont sans appel, et de défendre par leur sagesse et par leur valeur leur patrie et leur roi contre toutes les entreprises de leurs ennemis ; qu’ils étaient l’ornement et le rempart de leur pays, dignes successeurs de leurs illustres aïeux dont ils n’avaient jamais démenti la vertu ; qu’à eux étaient joints comme membres du même corps des personnages d’une éminente piété sous le titre d’évêques dont la fonction particulière était de veiller au maintien de la religion et à l’instruction du peuple ; qu’ils étaient toujours choisis par le roi et ses plus sages ministres parmi ceux qui se distinguaient dans la prêtrise par la pureté de leurs mœurs et par la profondeur de leur érudition.

7Que l’autre partie du parlement consistait dans une assemblée nommée la maison des communes et composée de gentilshommes et de bons bourgeois, librement choisis par le peuple même à cause de leur habileté et de leur zèle pour le bien de la patrie ; que ces deux corps formaient ensemble la plus auguste assemblée de l’Europe et que c’était en eux, conjointement avec le prince, que résidait l’autorité souveraine.

8Je lui expliquai alors ce que c’est que nos cours de justice ; que ceux qui y président sont de vénérables interprètes de nos lois, appelés à nous maintenir dans nos droits et dans nos possessions, à punir le crime et à protéger l’innocence. Je lui parlai de la prudence avec laquelle nos trésors étaient ménagés et de la grandeur de nos forces tant par mer que par terre. Je lui fis le dénombrement de notre peuple, en calculant combien de millions il y en avait de différentes sectes en matière de religion, ou de différents partis en fait de politique. Je n’oubliai pas nos divertissements ; en un mot je n’omis rien de tout ce que je croyais pouvoir faire honneur à ma patrie. Et je finis par un abrégé historique de tout ce qui était arrivé de plus considérable en Angleterre depuis un siècle ou environ.

9Le sujet était vaste comme on voit ; aussi me fallut-il plusieurs audiences dont chacune dura quelques heures avant que de pouvoir l’épuiser. Le roi m’écouta toujours fort attentivement et quoiqu’il ne m’interrompît pas, il ne laissa rien passer sans remarque comme il parut par les questions qu’il me proposa dans la suite.

10Quand j’eus tout dit, Sa Majesté me fit un grand nombre de demandes et d’objections sur chaque article. Il m’interrogea sur la manière dont on s’y prenait pour cultiver les talents de l’esprit et du corps de notre jeune noblesse et dans quel genre d’occupations elle passait la première et la plus disciplinable partie de sa vie ; ce qu’on faisait, quand quelque noble famille venait à s’éteindre, pour remplir sa place dans la maison des pairs ; quelles qualités étaient requises dans ceux à qui le titre de lord était conféré ; si le caprice du prince, une somme d’argent donnée à quelque dame de la cour ou le dessein de fortifier un parti opposé à l’intérêt public n’étaient pas souvent les causes auxquelles on était redevable de ces sortes de distinctions ; jusqu’à quel point ces seigneurs étaient versés dans la connaissance des lois de leur pays ; qu’il fallait qu’ils fussent bien habiles pour pouvoir décider en dernier ressort des questions qui regardaient la vie et les biens de leurs concitoyens ; s’ils étaient toujours assez exempts d’avarice et assez au-dessus du besoin pour que les présents ou quelques autres motifs criminels fussent incapables de les corrompre ; si les seigneurs appelés à maintenir la religion étaient toujours élevés au rang qu’ils occupaient à cause de leur habileté dans les matières qui concernent leur profession ou de la sainteté de leur vie ; si pendant le temps qu’ils n’étaient que de simples chapelains, ils ne se déshonoraient jamais par une lâche complaisance pour leurs seigneurs dont ils continuaient peut-être à suivre servilement les opinions après avoir été admis dans cette auguste assemblée.

11Il souhaita alors de savoir de quels moyens on se servait pour être élu membre de la maison des communes ; si un étranger à force d’argent ne pouvait pas se faire choisir préférablement à un seigneur du pays ou à quelque gentilhomme distingué du voisinage ; comment il se pouvait faire que tout le monde marquât tant d’empressement d’entrer dans cette assemblée (dont je lui avais dit qu’on ne pouvait être membre sans qu’il en coûtât beaucoup) et cela sans aucun salaire ni aucune pension, car, disait-il, ce degré de vertu est trop éminent pour qu’il puisse toujours être bien sincère. Il me pria ensuite de lui apprendre si ces gentilshommes si zélés ne pouvaient pas avoir en vue de se dédommager des soins et des dépenses qu’ils avaient été obligés de faire en sacrifiant le bien public aux desseins d’un prince faible ou vicieux, ou d’un ministère corrompu. À ces questions il en ajouta un grand nombre d’autres que je juge n’être ni prudent ni convenable de répéter.

12Sur ce que je lui avais dit touchant nos cours de justice, Sa Majesté me pria de lui donner des éclaircissements sur quelques articles ; ce que je fus d’autant plus en état de faire que j’avais autrefois presque été ruiné par un long procès que j’avais eu à la chancellerie et que j’avais perdu avec les dépens. Il demanda quel temps on employait ordinairement à décider si une chose était juste ou injuste et ce qu’il en coûtait pour obtenir une pareille décision ; si les avocats avaient la liberté de soutenir des causes notoirement injustes ; si la secte de religion ou le parti de politique dont on était n’entrait jamais dans la balance de la justice pour la faire pencher d’un ou d’autre côté ; si tous les avocats étaient des hommes versés dans la connaissance générale des lois de l’équité ou bien seulement dans la connaissance de quelques coutumes particulières à leur ville, à leur province ou à leur nation ; si dans de différents temps ils avaient quelquefois soutenu le pour et le contre ; s’ils formaient une communauté pauvre ou riche ; s’ils recevaient quelque récompense pécuniaire pour avoir plaidé ou donné des avis, et particulièrement s’ils étaient jamais admis comme membres dans le sénat inférieur.

  • 3 La citation directe des paroles du roi est un ajout par rapport au récit du texte de Swift (ce der (...)
  • 4 Omission de : « But, if what I told him were true, he was still at a loss how a Kingdom could run (...)

13De ces questions, il passa à d’autres sur l’administration du trésor public. « Il faut certainement, me disait-il, que votre mémoire vous ait abusé puisque vous n’avez fait monter vos taxes qu’à cinq ou six millions par an, et vos dépenses quelquefois au double3. » Car il avait particulièrement fait attention à cet article parce que, disait-il, il espérait que la connaissance de notre conduite pourrait lui être d’usage et l’empêcher de se tromper dans ses calculs4. Il me demanda qui étaient nos créditeurs et où nous prendrions de l’argent pour les payer. Il s’étonnait de ce que nous avions souvent porté la guerre, toujours onéreuse, si loin de notre pays. « Il faut, ajoutait-il, que vous soyez un peuple bien querelleur ou que vous ayez de bien méchants voisins et que vos généraux deviennent nécessairement plus riches que vos rois. » Il me demanda quelles affaires nous avions hors de nos îles si nous en exceptions le commerce et la défense de nos côtes. Surtout il était dans un étonnement inexprimable de m’entendre parler d’une armée mercenaire, entretenue au milieu de la paix et dans le sein d’un peuple libre. Il m’objecta que si nous étions gouvernés de notre consentement par les personnes qui ne servaient qu’à nous représenter, il ne pouvait concevoir de qui nous avions peur ou contre qui nous voulions nous battre, et me demanda par qui la maison d’un particulier étaient mieux défendue : par lui, ses enfants et le reste de sa famille, ou bien par une demi-douzaine de vagabonds choisis au hasard dans les rues et petitement payés dans le temps qu’ils peuvent gagner mille fois davantage en coupant la gorge à ceux qui ont l’imprudence de les choisir pour leurs gardes.

14Rien ne lui paraissait plus plaisant que mon arithmétique en faisant entrer dans le dénombrement de notre peuple les différentes sectes de religion et les différentes factions dans l’État. Il protestait ne voir aucune raison pourquoi ceux qui ont des opinions préjudiciables au public seraient obligés de changer ou ne seraient pas obligés de les cacher ; et que comme c’était une tyrannie dans un gouvernement d’exiger la première de ces choses, c’était une faiblesse de ne pas faire observer la seconde, car il est permis à un homme de garder des poisons dans son cabinet, mais non pas de les débiter pour des cordiaux.

15Il remarqua que parmi les amusements de notre noblesse et d’autres personnes de distinction, j’avais parlé du jeu. Il désira de savoir à quel âge on prenait d’ordinaire ce divertissement et quand on y renonçait ; quelle portion de temps y était employée et si jamais on le poussait jusqu’à se ruiner ; si des gens de la lie du peuple par leur dextérité ne pouvaient pas quelquefois acquérir de grandes richesses et mettre les nobles mêmes dans leur dépendance, aussi bien que leur inspirer par leur commerce des sentiments bas et lâches et les forcer, par les pertes qu’ils ont faites, à apprendre et à essayer sur d’autres l’infâme adresse qui les avait ruinés.

  • 5 L’expression « frappé d’horreur » ne rend pas l’humour pince-sans-rire du texte original dans lequ (...)

16Il était frappé d’horreur5, disait-il, de l’histoire que je lui avais faite de mon pays pendant le dernier siècle, ajoutant que ce n’était qu’un enchaînement de conspirations, de meurtres, de rébellions, de massacres, de révolutions, de bannissements, fruits les plus exécrables que l’avarice, la faction, l’hypocrisie, la cruauté, la perfidie, la rage, la lâcheté, la haine, l’envie et l’ambition puissent produire.

17Dans une autre audience, Sa Majesté récapitula tout ce que je lui avais dit et compara les réponses que je lui avais faites avec les demandes qu’il m’avait proposées, puis me prenant entre ses mains et me caressant doucement, il me dit ces mots que je n’oublierai jamais ni la manière dont il les prononça :

« Mon petit ami Grildrig, vous avez fait un excellent panégyrique de votre pays. Vous avez prouvé démonstrativement que l’ignorance, la paresse et le crime peuvent être quelquefois les seuls ingrédients nécessaires pour le gouvernement d’un État ; que les lois sont le mieux interprétées par ceux qui ont le plus d’intérêt et le plus d’habileté à les obscurcir et à les éluder. Je démêle au milieu de vous quelques traits d’un gouvernement supportable dans sa première institution, mais que le vice et la corruption ont presque entièrement effacés. Dans tout votre récit, il ne paraît pas qu’une seule vertu soit nécessaire pour être élevé à quelque charge parmi vous ; bien moins encore que les hommes soient ennoblis à cause de leurs vertus ; que des prêtres soient avancés en considération de leur piété ou de leur savoir, des soldats pour leur conduite ou leur valeur, des juges pour leur intégrité, des sénateurs pour l’amour qu’ils portent à leur patrie ou des conseillers pour leur sagesse. Pour vous, poursuivit le roi, qui avez passé la plus grande partie de votre vie à voyager, je suis porté à croire que jusqu’à présent vous avez échappé à plusieurs vices de votre pays, mais par ce que j’ai pu rassembler de votre relation et par les réponses que j’ai eu mille peines à vous extorquer, je suis obligé de conclure que le gros de votre nation est la plus méchante et la plus odieuse petite vermine à qui la nature ait jamais permis de ramper sur la face de la terre. »

Notes

1 Plutôt touche ; le mot traduit key.

2 Leur éducation « dans les arts et les armes », précise le texte de Swift (« in Arts and Arms » [GT II 108]).

3 La citation directe des paroles du roi est un ajout par rapport au récit du texte de Swift (ce dernier ayant recours au discours indirect).

4 Omission de : « But, if what I told him were true, he was still at a loss how a Kingdom could run out of its Estate like a private Person » (GT II 116). Ce passage omis est une attaque contre la politique des Whigs en Angleterre qui consistait à augmenter la dette nationale pour soutenir l’effort de guerre (Gulliver’s Travels, éd. Albert J. Rivero, p. 109).

5 L’expression « frappé d’horreur » ne rend pas l’humour pince-sans-rire du texte original dans lequel il est spécifié simplement que le roi est « étonné au plus haut point » (« perfectly astonished » [GT II 118]).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search