Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie II. Voyage de Brobdingnag

Chapitre V

Résumé

Différentes aventures qu’eut l’auteur. Exécution d’un criminel. L’auteur montre son habileté dans l’art de la navigation.

Texte intégral

  • 1 L’explication sur la relative grosseur des pommes vient remplacer une comparaison avec un baril de (...)

1J’aurais passé mon temps d’une manière assez agréable dans ce pays si ma petitesse ne m’avait pas exposé à plusieurs aventures très dangereuses pour moi quoiqu’en elles-mêmes fort ridicules. J’en raconterai quelques-unes. Glumdalclitch se promenait souvent dans les jardins de la cour en me portant dans ma petite boîte dont elle me tirait quelquefois pour me mettre à terre. Je me souviens que le nain de la reine nous suivit un jour dans ces jardins et que ma nourrice m’ayant mis à terre, comme j’étais seul avec lui, près de quelques arbres nains (c’étaient des pommiers), je ne pus m’empêcher de faire quelque mauvaise plaisanterie sur le rapport qu’il y avait entre lui et ces arbres qui par hasard s’appellent dans leur langue de la même manière que dans la nôtre. Pour toute réponse, le petit coquin attendit que je fusse sous un de ces arbres et puis se mit à le secouer si fort qu’une douzaine de pommes tombèrent tout autour de moi, mais il y en eut une qui me tomba sur le dos pendant que je me baissais et qui me fit tomber sur le nez ; ce qui n’est pas étonnant puisque ces pommes ont la même proportion avec les nôtres que les habitants du pays ont avec nous1. Voilà tout le mal que j’eus et j’intercédai pour le nain afin qu’il ne fût point châtié pour cette espèce de plaisanterie à laquelle j’avais moi-même donné lieu.

  • 2 Erreur de traduction. Ce n’est pas sous des citronniers, mais sous du thym citron (« Lemmon Thyme  (...)

2Un autre jour, Glumdalclitch me laissa sur un gazon fort uni pendant qu’elle se promenait avec sa gouvernante à quelque distance de là. Dans le même temps, il commença à grêler avec tant de force que dans un instant je fus abattu à terre. Pendant que j’étais dans cette situation, la grêle me faisait par tout le corps les contusions les plus douloureuses ; cependant pour tâcher de me mettre à couvert, je me traînai à quatre pattes sous une rangée de citronniers2, mais si meurtri depuis les pieds jusqu’à la tête qu’il se passa plus de dix jours avant que je pusse me remuer sans douleur. Que si quelqu’un trouve ce fait incroyable, j’espère qu’il y ajoutera foi quand je lui aurai dit que les grains de grêle sont dans ce pays dix-huit cents fois plus grands que ceux qui tombent en Europe ; ce qui est bien sûr puisque je les ai pesés et mesurés moi-même.

  • 3 « Cacher, dérober, empêcher qu’une chose ne vienne à la connaissance des autres » (Trévoux).

3Mais il m’arriva un accident bien plus dangereux dans le même jardin un jour que ma petite nourrice, croyant m’avoir mis dans un endroit où je n’avais rien à craindre — ce que je la priais fort souvent de faire afin de pouvoir rêver en liberté — et ayant posé ma boîte à terre pour n’avoir pas la peine de la porter, s’était rendue dans un autre endroit du jardin avec sa gouvernante et quelques autres dames de sa connaissance. Pendant son absence, un petit épagneul qui appartenait à un des principaux jardiniers, étant entré par hasard dans le jardin, vint dans l’endroit où j’étais. À peine m’eut-il vu que courant tout droit à moi, il me prit dans sa gueule, m’apporta à son maître et me mit doucement à terre. Par le plus grand bonheur du monde, il avait été si bien dressé qu’en me portant entre ses dents, il ne me fit aucun mal et n’endommagea aucunement mes habits, mais le pauvre jardinier qui me connaissait bien et qui m’aimait très fort eut furieusement peur. Il me prit entre ses deux mains et me demanda comment je me portais, mais j’étais si effrayé et tellement hors d’haleine que je ne pus prononcer un seul mot. Peu de minutes après, je revins à moi et il m’apporta sain et sauf à ma petite nourrice qui, pendant ce temps-là, s’était rendue à l’endroit où elle m’avait laissé et était dans de terribles angoisses de ne me pas voir paraître et de ce que je ne répondais pas quoiqu’elle m’appelât. Elle gronda le jardinier d’avoir laissé courir son chien, mais la chose fut supprimée3 et jamais on n’en a rien su à la cour, car Glumdalclitch craignait que la reine ne se mît en colère contre elle ; et pour ce qui me regarde, je fus discret parce qu’il me semblait que l’aventure ne me faisait pas autrement honneur.

4Cet accident fit prendre à ma nourrice la résolution de ne me jamais perdre de vue. Il y avait déjà longtemps que je craignais qu’elle ne formât ce dessein ; c’est ce qui m’avait porté à lui cacher quelques petites aventures désastreuses qui m’étaient arrivées pendant que j’étais seul. Un milan qui volait au-dessus du jardin fondit un jour sur moi et si après avoir courageusement tiré l’épée, je ne m’étais pas fourré dans un espalier fort épais, il m’aurait indubitablement emporté entre ses griffes.

  • 4 Par un souci évident d’identification des lecteurs non anglais, ma pauvre Angleterre (« poor Engla (...)

5Une autre fois, je tombai jusqu’au cou dans une taupinière et je fus obligé d’avoir recours à un mensonge pour déguiser la véritable cause pourquoi mes habits étaient gâtés. Une autre fois enfin, je me cassai la jambe droite contre la coquille d’un limaçon sur laquelle j’eus le malheur de tomber pendant je me promenais tout seul et que je songeais à ma pauvre patrie4.

6Je ne sais ce qui l’emportait chez moi, le plaisir ou la mortification, quand j’observais dans mes promenades solitaires que les plus petits oiseaux n’avaient aucune peur de moi, mais cherchaient, à la distance d’une verge, des vers et d’autres aliments avec autant de sécurité que s’il n’y avait eu aucune créature tout près d’eux. Je me souviens qu’une grive eut la hardiesse d’emporter hors de mes mains avec son bec un morceau de gâteau que Glumdalclitch m’avait donné pour mon déjeuner. Quand je voulais prendre quelqu’un de ces oiseaux, ils me résistaient courageusement, tâchaient de me piquer dans les doigts que j’avais grand soin de retirer et un instant après, ils cherchaient autour de moi des vers ou des limaçons avec la même indifférence et la même tranquillité qu’auparavant. Mais un jour, je pris un gros bâton et j’en donnai un coup si fort et si adroitement dirigé à une linotte que je la renversai à terre ; et après l’avoir prise avec mes deux mains par le cou, je l’apportai d’un air triomphant à ma nourrice. Cependant comme l’oiseau n’avait été qu’étourdi du coup, il revint à lui et se débattit avec tant de violence que je fus plus d’une fois tenté de lâcher prise, mais un valet vint à mon secours et tordit le cou à l’oiseau qui par ordre de la reine me fut le lendemain servi à dîner. Cette linotte, autant qu’il m’en souvient, était tant soit peu plus grande que ne sont nos cygnes en Angleterre.

7Les filles d’honneur priaient souvent Glumdalclitch de venir dans leurs appartements et de m’y mener avec elle afin d’avoir le plaisir de me voir et de me toucher. Elles me mettaient quelquefois nu comme la main et me plaçaient tout de mon long dans leur sein ; ce qui me causait un affreux dégoût parce que, pour dire le vrai, elles ne sentaient pas fort bon ; ce que je ne dis pas dans le dessein de décrier ces aimables filles pour qui j’ai toute la considération possible, mais je crois que ma petitesse était cause de la finesse de mon odorat et que ces illustres personnes paraissaient aussi ragoûtantes à leurs amants que nos filles anglaises aux leurs. Et après tout, je trouvai que leur odeur naturelle était beaucoup plus supportable que celle qu’elles se donnaient par des parfums. Je ne saurais oublier qu’un de mes intimes amis de Lilliput, un jour qu’il faisait fort chaud et que j’avais fait beaucoup d’exercice, se plaignait d’une odeur excessivement forte qui s’exhalait de mon corps quoique je sois aussi peu sujet qu’un autre à cette sorte d’incommodité, mais je conjecture que son odorat était aussi fin à mon égard que le mien l’était à l’égard des habitants de Brogdingnag. Et sur ce point, je suis obligé de rendre justice à la reine ma maîtresse et à ma petite nourrice Glumdalclitch, et de déclarer qu’il n’y a pas de dames en Angleterre plus exemptes qu’elles du défaut dont je viens de parler.

  • 5 Le traducteur résume ici en une ligne un paragraphe entier qui décrit des détails du corps de ces (...)
  • 6 Une ellipse remplace un exemple plus imagé des jeux auxquels elle se prête : la jeune fille assoit (...)

8Ce qui me déplaisait le plus parmi ces filles d’honneur, quand ma nourrice me menait dans leur appartement, c’est qu’elles me traitaient sans aucune ombre de cérémonie et comme une créature absolument sans conséquence. Il n’y a[vait] sorte de liberté qu’elles ne prissent en ma présence et il me serait impossible d’exprimer le dégoût que la plupart de ces libertés me causaient5. Une d’elles entre autres, qui était d’une humeur extrêmement folâtre, faisait de moi tout ce qui lui venait dans l’esprit6 et il y venait les plus plaisantes folies du monde auxquelles pourtant je prenais si peu de plaisir que je priai Glumdalclitch de ne m’y plus exposer.

  • 7 « On le dit aussi de toutes les choses extraordinaires quand on les compare à une autre d’un même (...)

9Un jour, un gentilhomme qui était neveu de la gouvernante de ma nourrice vint et pria l’une et l’autre de venir voir une exécution. Le criminel avait tué un ami intime de ce gentilhomme. Glumdalclitch topa enfin à la proposition quoique ce fût contre son gré, car elle était fort compatissante de son naturel. Et pour ce qui me regarde, quoique j’aie toujours eu de l’horreur pour ces sortes de spectacles, ma curiosité néanmoins de voir quelque chose de fort extraordinaire l’emporta sur mon inclination. Celui qui devait être exécuté était attaché à une chaise sur l’échafaud et sa tête fut emportée d’un seul coup de sabre, long de quarante pieds. Le sang qui sortit des veines et des artères était en si grande quantité et s’élevait à une telle hauteur que pour le temps que cela dura, le jet d’eau de Versailles n’y faisait œuvre7 et la tête, en tombant sur l’échafaud, donna un si grand coup que j’en tressaillis quoique je fusse à la distance d’un demi-mile anglais.

10La reine qui aimait fort à m’entendre raconter mes voyages par mer et qui ne perdait aucune occasion de me divertir quand j’étais mélancolique me demanda un jour si je m’entendais à gouverner une voile ou un aviron et s’il ne serait pas bon pour ma santé que je m’exerçasse quelquefois à ramer. Je lui répondis que je m’y entendais fort bien, que quoique mon emploi eût été celui de chirurgien de vaisseau, j’avais souvent néanmoins, quand la nécessité le requérait, travaillé comme un simple matelot, mais que je ne concevais pas comment cela se pouvait faire dans son pays où les plus petits bâtiments étaient de la taille de nos plus grands vaisseaux de guerre. Elle me répliqua que je n’eusse qu’à imaginer comment je voulais que mon petit bâtiment fût fait, que son menuisier exécuterait les ordres que je lui donnerais à cet égard et qu’elle-même aurait soin de me faire préparer une place où je pourrais naviguer. Le menuisier qui était habile dans son métier acheva dans l’espace de dix jours une chaloupe telle que je l’avais ordonnée et dans laquelle dix Européens pouvaient aisément tenir.

  • 8 « Se dit aussi des choses pesantes et difficiles à remuer » (Trévoux).
  • 9 Omission d’un paragraphe entier décrivant une autre des mésaventures de Gulliver qui se retrouve a (...)

11Quand elle fut faite, la reine la trouva si jolie qu’après l’avoir mise dans son giron, elle courut la montrer au roi qui donna ordre qu’on la mît dans une citerne pleine d’eau et moi dedans pour en faire l’essai, mais la reine avait déjà auparavant fait un autre projet : elle avait ordonné au menuisier de faire une espèce d’auge qui eût trois cents pieds de longueur, cinquante de largeur et huit de profondeur. Cette auge, après avoir été bien poissée de peur que l’eau ne pénétrât à travers, fut mise à terre dans un appartement extérieur du palais. Deux valets pouvaient aisément remplir cette machine8 d’eau en moins d’une demi-heure. C’était là-dedans que je me divertissais à faire aller ma chaloupe à la rame et l’on ne saurait croire le plaisir que la reine et ses dames prenaient à admirer mon adresse et mon agilité. Quelquefois je haussais la voile et alors mon unique occupation était de me tenir au gouvernail pendant que les dames faisaient avec leurs éventails le vent dont j’avais besoin et quand elles étaient lasses, les pages faisaient aller ma chaloupe en soufflant dans la voile pendant que je faisais paraître ma dextérité en gouvernant à bâbord et à tribord suivant que l’envie m’en prenait. Lorsque j’avais fait, Glumdalclitch portait toujours ma chaloupe dans son cabinet et la pendait à un clou pour sécher9. Un jour, un des valets qui étaient chargés de remplir deux fois par semaine d’eau fraîche l’auge dont j’ai parlé y mit (sans s’en apercevoir) une grosse grenouille qui, selon toutes les apparences, s’était fourrée dans son seau quand il avait puisé de l’eau. La grenouille ne parut pas avant que je fusse mis dans l’auge avec ma chaloupe, mais voyant alors un endroit où elle pouvait se reposer, elle grimpa dessus et la fit tellement pencher d’un côté qu’afin que ma barque ne tournât pas sens dessus dessous, je fus obligé de me jeter de l’autre côté pour servir de contrepoids. Quand la grenouille fut entrée, elle sauta d’un seul coup d’un bout de la chaloupe jusqu’au milieu et puis par-dessus ma tête en avant et en arrière, en arrosant mon visage et mes habits de cette matière visqueuse dont ces animaux sont toujours pleins. La grandeur de ses membres me le fit trouver l’animal du monde le plus horrible ; cependant je suppliai Glumdalclitch de me laisser vider seul la querelle que j’avais avec lui : pendant un temps, je l’étrillai avec une de mes rames et à la fin je le forçai à sauter hors de la chaloupe.

  • 10 « Petits officiers des maisons royales » (Trévoux).
  • 11 Omission d’un passage dans lequel le singe nourrit un Gulliver infantilisé en le forçant à avaler (...)

12Mais le plus grand danger que j’aie jamais couru dans ce Royaume me vint d’un singe qui appartenait à un des clercs d’office10. Glumdalclitch ayant quelque chose à faire ou quelque visite à rendre m’avait enfermé dans son cabinet. Comme il faisait fort chaud, elle avait laissé la fenêtre du cabinet ouverte, aussi bien que les fenêtres et la porte de ma grande boîte dans laquelle j’étais ordinairement parce qu’elle était spacieuse et d’ailleurs fort commode. J’étais dans une profonde rêverie quand tout d’un coup j’entendis quelque chose qui faisait du bruit à la porte du cabinet et qui sautait de côté et d’autre. Quelque effrayé que je fusse, je tâchai, sans me lever de ma chaise, de voir ce que c’était et je vis alors cette vilaine bête qui, après avoir fait quelques sauts et quelques gambades, s’approcha de ma boîte qu’elle me parut regarder avec plaisir. Je me retirai au bout le plus éloigné de ma boîte, mais le singe, qui ne quittait une fenêtre que pour se mettre un instant après devant une autre, me fit si peur que je n’eus pas la présence d’esprit de me cacher sous le lit comme je l’aurais facilement pu faire. Après que ses contemplations entremêlées de grimaces eurent duré quelque temps, il m’aperçut enfin et avançant une de ses pattes par la porte comme font les chats quand ils jouent avec une souris, quoique je changeasse souvent de place pour n’être point attrapé, il me saisit à la fin par le pan de mon habit (qui, étant fait d’une étoffe du pays, était très épais et très fort) et me tira hors de ma boîte. Il me prit dans sa patte droite de devant et me tint comme une nourrice fait un enfant à qui elle va donner le sein, précisément comme j’ai vu la même sorte d’animal faire avec de petits chats en Europe ; et quand je voulais me débattre, il me serrait si fort que je jugeai que le meilleur parti que je pouvais prendre était de ne faire aucun mouvement. Il y a grande apparence qu’il me prit pour quelque jeune de son espèce, car pendant qu’il me tenait dans une de ses pattes, il me caressait doucement avec l’autre. Ce divertissement fut interrompu par un bruit qu’il entendit à la porte du cabinet comme si quelqu’un allait y entrer ; sur quoi il sauta vite sur la fenêtre par laquelle il était venu et de là sur les tuiles et sur les gouttières, marchant sur trois pattes et me tenant dans la quatrième jusqu’à ce qu’il fût parvenu au haut du palais. Glumdalclitch l’avait vu sautant hors de la fenêtre et avait jeté un cri que j’avais entendu. La pauvre fille était dans une furieuse émotion. Tout le palais fut d’abord en alarme : les valets s’empressaient à chercher des échelles. Plusieurs centaines de personnes voyaient distinctement le singe au haut du palais qui me tenait entre ses pattes et qui me caressait comme un de ses petits11. Ce spectacle faisait rire la plupart de ceux qui y assistaient et je ne saurais guère les blâmer, car il est certain qu’excepté moi, tout le monde devait trouver la chose parfaitement ridicule. Quelques-uns s’avisèrent de vouloir jeter des pierres au singe pour le forcer à descendre, mais cela fut expressément défendu et ce fut un grand bonheur pour moi, car sans cela, par un excès d’affection, on aurait fort bien pu me casser la tête.

13Les échelles étant dressées, plusieurs hommes y montèrent pour venir à mon secours ; ce que le singe n’eut pas plus tôt vu, aussi bien que l’impossibilité d’échapper avec sa proie en ne marchant que sur trois pattes, qu’il me mit sur une tuile creuse et s’enfuit. Je fus là quelque temps à la distance de trois cents verges de terre, attendant à tout moment que le vent me jetterait en bas ou que quelque vertige me ferait rouler des tuiles dans une gouttière. Mais un des valets de ma nourrice qui était un garçon fort officieux grimpa jusqu’à moi et après m’avoir mis dans une poche de ses culottes, me porta sain et sauf à terre.

14La peur et la douleur que ce vilain animal m’avait faites [sic] me causèrent une maladie qui me força à garder le lit pendant quinze jours. Le roi, la reine et tous les principaux seigneurs de la cour envoyaient chaque jour demander des nouvelles de ma santé et la reine même eut la bonté de me rendre plusieurs visites pendant ma maladie.

  • 12 Omission de la conclusion de cette satire dans une prolepse qui ramène le héros auprès de ses comp (...)

15Quand j’allai rendre mes devoirs au roi après mon rétablissement pour le remercier de tous ses bienfaits, il me fit quelques railleries sur l’aventure qui avait été cause de mon incommodité. Il me demanda ce que je pensais et de quelles spéculations j’étais occupé pendant que le singe me tenait entre ses pattes et comment j’avais trouvé l’air qu’on respire au haut du palais. « Qu’auriez-vous fait, ajouta-t-il, si pareille chose vous fût arrivée dans votre pays ? » Je dis à Sa Majesté que nous n’avions point de singes en Europe, excepté ceux qu’on y apportait d’autres pays par curiosité et qu’ils étaient si petits que j’aurais aisément pu tenir tête à une douzaine s’ils avaient osé m’attaquer ; que pour ce qui regardait l’animal monstrueux (car sans hyperbole il était de la taille d’un éléphant) qui venait de me jouer un si vilain tour, si ma frayeur m’avait permis de faire usage de mon épée (en prononçant ces mots, je mis la main sur la garde d’un air fier) quand il avançait sa patte dans ma chambre, je lui aurais peut-être fait une telle blessure qu’il n’aurait pas manqué de la retirer tout au moins aussi vite qu’il l’avait avancée. Cette réponse fut faite d’un ton qui marquait combien j’étais indigné de la demande injurieuse qui venait de m’être proposée. Cependant elle ne servit qu’à exciter un éclat de rire bien plus mortifiant encore. Je voulus d’abord me fâcher, mais cette envie ne me dura guère parce que je considérai que c’est la plus grande de toutes les folies que de prétendre se faire valoir parmi ceux qui sont hors de toute comparaison avec nous12.

  • 13 En réalité dix lieues de la ville et non une lieue : « thirty Miles from Town » (GT II 99).

16Il ne se passait point de jour que je ne régalasse la cour de quelque scène ridicule et quoique Glumdalclitch m’aimât fort, elle ne laissait pas de raconter à la reine tout ce qui pouvait la faire rire à mes dépens. Sa gouvernante l’avait amenée un jour qu’elle était indisposée à une lieue13 de la ville pour prendre l’air. J’accompagnai dans ce voyage ma petite nourrice qui après être sortie du carrosse, mit ma boîte à terre dans un petit sentier. Je voulais me promener, mais par malheur je rencontrai en mon chemin une bouse de vache par-dessus laquelle je devais sauter pour pouvoir passer outre ; j’essayai de le faire, mais je réussis si mal que je sautai précisément au milieu où j’enfonçai jusqu’aux genoux. Je m’en tirai le mieux que je pus et un valet de pied m’essuya tellement quellement avec son mouchoir, car j’étais effroyablement crotté et Glumdalclitch me tint dans ma boîte jusqu’à ce que nous fussions de retour au logis où la reine fut bientôt informée de mon aventure ; ce qui fit rire toute la cour à mes dépens durant quelques jours.

Notes

1 L’explication sur la relative grosseur des pommes vient remplacer une comparaison avec un baril de Bristol dans l’original : « a dozen Apples, each of them near as large as a Bristol Barrel » (GT II 79).

2 Erreur de traduction. Ce n’est pas sous des citronniers, mais sous du thym citron (« Lemmon Thyme » [GT II 80]) que le héros prend abri. Cette traduction, en donnant le nom d’un arbre qui peut atteindre 5 à 7 m, au lieu d’une plante aromatique de 20 à 40 cm, ne rend pas du tout compte de l’effet surprenant de petitesse de Gulliver voulu par Swift.

3 « Cacher, dérober, empêcher qu’une chose ne vienne à la connaissance des autres » (Trévoux).

4 Par un souci évident d’identification des lecteurs non anglais, ma pauvre Angleterre (« poor England » [GT II 83]) est devenu « ma pauvre patrie ».

5 Le traducteur résume ici en une ligne un paragraphe entier qui décrit des détails du corps de ces jeunes femmes qui se dévêtent devant lui (grossièreté de la peau, de sa couleur, des grains de beauté et de leurs poils). Il gomme également les aspects scatologiques du passage puisque, dans l’ouvrage de Swift, Gulliver fait mention de la façon dont elles font leurs besoins en sa présence.

6 Une ellipse remplace un exemple plus imagé des jeux auxquels elle se prête : la jeune fille assoit le héros sur son téton (« would sometimes set me astride upon one of her Nipples » [GT II 87]).

7 « On le dit aussi de toutes les choses extraordinaires quand on les compare à une autre d’un même genre qui est fameuse » (Trévoux). Le sens est ici différent de celui de la p. 66.

8 « Se dit aussi des choses pesantes et difficiles à remuer » (Trévoux).

9 Omission d’un paragraphe entier décrivant une autre des mésaventures de Gulliver qui se retrouve accroché par la ceinture à une épingle du corsage d’une gouvernante (GT II 91).

10 « Petits officiers des maisons royales » (Trévoux).

11 Omission d’un passage dans lequel le singe nourrit un Gulliver infantilisé en le forçant à avaler de la nourriture que l’animal tire de ses bajoues : « holding me like a Baby in one of his forepaws, and feeding me with the other, by cramming into my Mouth some Victuals he had squeezed out of the Bag of one side of its Chaps, and patting me when I would not eat » (GT II 95). De la même manière, au paragraphe suivant (GT II 96), Gulliver explique dans l’original la façon dont il manque de s’étouffer avec cette nourriture, la manière avec laquelle sa nourrice lui retire les aliments de la bouche à l’aide d’une aiguille, et le fait qu’il vomisse juste après : autant de détails ayant trait au corps et à ses émissions que le traducteur choisit constamment de ne pas mentionner.

12 Omission de la conclusion de cette satire dans une prolepse qui ramène le héros auprès de ses compatriotes : « And yet I have seen the Moral of my Behaviour very frequent in England since my Return, where a little contemptible Varlet, without the least Title to Birth, Person, Wit or common Sense, shall presume to look with Importance, and put himself upon a foot with the greatest Persons of the Kingdom » (GT II 98-99).

13 En réalité dix lieues de la ville et non une lieue : « thirty Miles from Town » (GT II 99).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search