Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie II. Voyage de Brobdingnag

Chapitre IV

Résumé

Description du pays. Projet pour la correction des cartes géographiques. Ce que c’était que le palais du roi et la capitale. Manière dont l’auteur voyageait. Description d’un des principaux temples de la capitale.

Texte intégral

  • 1 « Two thousand Miles » (GT II 67) en anglais, soit environ 670 lieues et non 1000 comme c’est trad (...)

1Mon dessein est à présent de donner à mes lecteurs une courte description de ce pays, au moins de ce que j’en ai vu, n’ayant été qu’à mille1 lieues en circuit de Lorbrulgrud, la capitale, car la reine que je ne quittais jamais avait coutume de n’accompagner pas plus loin le roi dans ses voyages et s’arrêtait à cette distance de la capitale jusqu’au retour de Sa Majesté des frontières. L’Empire de ce prince a environ trois mille lieues en longueur et deux mille en largeur ; ce qui m’a fait conclure que nos géographes européens se sont furieusement trompés en ne mettant qu’une vaste étendue de mers entre le Japon et la Californie, car j’ai toujours été dans l’opinion qu’il doit y avoir de grandes terres pour contrebalancer le continent de la Tartarie. Voilà pourquoi ils doivent corriger leurs cartes géographiques en joignant cette vaste étendue de pays au nord-ouest de l’Amérique ; en quoi je suis prêt de les aider de mes lumières.

  • 2 Le texte donne « naviger » ; les deux formes existaient encore, voir F. Brunot, Histoire de la lan (...)

2Le Royaume est une presqu’île bornée au nord-est par une suite de montagnes haute de quinze lieues et qu’il est impossible de passer à cause des volcans qu’il y a aux sommets. Personne ne sait quelles sortes de créatures habitent au-delà de ces montagnes ou même s’il s’y trouve des habitants. L’océan sert de bornes aux trois autres côtés. Il n’y a aucun port de mer dans tout le Royaume et les endroits de la côte où les rivières se jettent dans la mer sont si pleins de rochers qu’il n’y a pas moyen d’y naviguer2 avec les plus petites chaloupes ; ce qui fait que ce peuple n’a absolument aucun commerce avec le reste de l’univers. Mais il y a force vaisseaux dans les grandes rivières qui abondent en poisson d’un goût excellent, car les habitants en prennent rarement dans la mer parce que le poisson y est de la même grandeur qu’en Europe et par conséquent ne leur vaut pas la peine d’être pris ; en quoi il paraît clairement que dans la production de ces plantes et de ces animaux d’une si extraordinaire grandeur, la nature s’est uniquement bornée à ce continent dont je laisse la raison à démêler aux philosophes. Cependant, de temps en temps, ils prennent quelques baleines qui viennent échouer contre les rochers et dont les gens du commun se font un grand régal. J’ai vu de ces baleines qui étaient si grandes qu’un homme avait peine à en porter une sur ses épaules et quelquefois par curiosité on en porte dans des paniers à Lorbrulgrud. On en servit un jour à la table du roi une qui passait pour quelque chose de fort rare, mais je ne remarquai pas qu’il en fît grand cas, car je crois que la grosseur de ce poisson le dégoûtait quoique j’aie vu des baleines encore plus grandes dans la Nouvelle-Zemble.

  • 3 Le mot est parfois au féminin.
  • 4 Omission de la fin du paragraphe qui montre un Gulliver cherchant à convaincre ses lecteurs de la (...)

3Ce pays est fort peuplé puisqu’il contient cent cinquante villes, tant grandes que petites, et un nombre prodigieux de villages. Pour donner quelque idée de ces villes à mes lecteurs, je me contenterai de leur faire la description de la capitale. Une rivière passe au milieu de cette ville et la partage en deux parties égales. On y compte plus de quatre-vingt mille maisons et environ six cent mille habitants. Sa longueur est de trois glonglungs (qui sont environ cinquante-quatre miles3 anglais) et sa largeur de deux et demi comme je l’ai mesuré moi-même dans une carte faite par l’ordre exprès du roi et qui fut mise à terre pour cet effet4.

  • 5 Omission de toute une partie de ce paragraphe dans laquelle Gulliver est confronté au spectacle pe (...)

4Le palais du roi n’est pas un édifice régulier, mais plusieurs bâtiments joints ensemble et qui ont à peu près sept miles de tour. Les principales chambres ont généralement deux cent quarante pieds de hauteur et sont longues et larges à proportion. Glumdalclitch et moi avions un carrosse dans lequel sa gouvernante la prenait souvent pour voir la ville ou les boutiques ; et j’étais toujours de la partie, placé dans ma boîte quoique cette bonne fille me prît dehors aussi souvent que je le voulais et me tînt dans sa main afin que je pusse mieux voir les maisons et le peuple quand nous passions par les rues5.

  • 6 Outre (Académie française, 1740), en plus de.
  • 7 « Cercles de fer qu’on attache le long des murs pour soutenir et arrêter les tuyaux de plomb » (Tr (...)
  • 8 « Espèce de lit suspendu en l’air [...] dont on se sert aussi dans les vaisseaux » (Trévoux).

5Par-dessus6 la grande boîte dans laquelle j’étais porté d’ordinaire, la reine en fit faire pour moi une plus petite, d’environ douze pieds en carré et dix en hauteur, pour voyager plus commodément et cela parce que l’autre ne pouvait pas bien tenir dans le giron de Glumdalclitch et embarrassait trop dans le carrosse. Cette manière de cabinet de voyage était un carré parfait dont trois côtés avaient une fenêtre au milieu et chaque fenêtre était treillissée avec des fils de fer pour prévenir tout accident dans de longs voyages. Au quatrième côté où il n’y avait point de fenêtre, il y avait deux fortes gâches7 auxquelles celui qui menait le carrosse attachait ma petite chambre avec un ceinturon de cuir qu’il avait au milieu du corps lorsque j’avais envie d’être plus à l’air. Cet emploi était toujours confié à quelque serviteur sage et posé, soit que j’accompagnasse le roi et la reine dans leurs voyages ou soit que je rendisse visite à quelque ministre d’État ou à quelque dame de la cour quand il se trouvait que Glumdalclitch était indisposée. Car je ne tardai pas longtemps à être connu et estimé des grands officiers de la Couronne, moins à mon avis par mon mérite que par l’amitié que Sa Majesté me témoignait. En voyage, quand j’étais fatigué du carrosse, un valet à cheval attachait ma boîte avec une boucle et la plaçait devant lui sur un coussin, et alors je pouvais voir le pays de trois côtés par mes trois fenêtres. J’avais dans ce cabinet un lit de camp et un estrapontin8 pendu au plafond, deux chaises et une table attachées avec des vis au plancher de peur qu’elles ne fussent renversées par le mouvement du cheval ou du carrosse. Ces sortes de mouvements, quoique souvent assez violents, m’incommodaient moins qu’un autre qui n’aurait pas été accoutumé comme moi aux agitations de la mer.

6Toutes les fois que j’avais envie de voir la ville, c’était toujours dans mon cabinet de voyage que Glumdalclitch, assise dans une chaise à porteurs, tenait dans son giron. Cette chaise était portée par quatre hommes et accompagnée de deux autres de la livrée de la reine. Le peuple qui avait souvent entendu parler de moi s’empressait autour de ma chaise et ma petite nourrice avait souvent la complaisance d’ordonner aux porteurs de s’arrêter et me prenait dans sa main pour me faire voir plus distinctement.

  • 9 Le clocher de la cathédrale de Salisbury mesure 404 pieds de haut (123 m).

7Je mourais d’envie de voir un fameux temple qu’il y avait dans la capitale et particulièrement la tour qui passait pour la plus haute du Royaume. Glumdalclitch m’y mena un jour, mais je puis dire en vérité que je fus trompé dans mon attente, car la hauteur n’allait pas au-delà de trois mille pieds ; ce qui, à considérer la différence qu’il y a entre la taille de ce peuple et celle des Européens, n’est pas un grand sujet d’admiration et même est encore (si je ne me trompe) au-dessous en fait de proportion avec le clocher de Salisbury9. Mais pour ne faire aucun tort à une nation à laquelle je reconnaîtrai toute ma vie avoir de grandes obligations, il faut avouer que ce qui manque en hauteur à cette fameuse tour est suffisamment réparé par sa beauté et par sa force, car les murailles ont près de cent pieds d’épaisseur et sont faites de pierre de taille dont chacune a quarante pieds en carré, et ornées de tous côtés de statues de dieux et d’empereurs. Je mesurai un petit doigt qui était tombé d’une de ces statues et trouvai qu’il avait exactement quatre pieds et un pouce de longueur. Glumdalclitch l’enveloppa dans un mouchoir et l’apporta au logis pour le mettre avec d’autres babioles dont elle était folle comme cela est ordinaire aux enfants de son âge.

  • 10 Ce dôme mesure 365 pieds (110 m) de haut et 112 pieds (34 m) de diamètre.
  • 11 D’apetisser, « rendre plus petit » (Trévoux).

8La cuisine du roi est sans contredit un magnifique bâtiment, fait en forme de voûte et haut d’environ six cents pieds. Le grand four n’est pas tout à fait si large que le dôme de l’église de Saint-Paul10, car j’ai mesuré celui-ci à dessein après mon retour. Que si j’entrais dans un détail circonstancié touchant la taille de la batterie de cuisine, les pots, les chaudrons, les morceaux de viande qui tournaient à la broche et d’autres choses du même genre, j’aurais peine à être cru ; au moins une critique un peu sévère me taxerait d’outrer comme la plupart des voyageurs ont coutume de faire. Cependant, bien loin de mériter cette espèce de censure, je crains d’avoir donné dans l’autre excès ; et que si ce voyage est jamais traduit en langage de Brogdingnag (qui est le nom général de ce Royaume) et transporté dans le pays, le roi et le peuple ne se plaignent que je les ai injuriés en les apetissant11 pour l’amour du vraisemblable. Sa Majesté a rarement dans ses écuries plus de six cents chevaux qui, généralement parlant, ont entre cinquante-quatre et soixante pieds de hauteur. Mais, quand il sort à de certains jours solennels, il est accompagné d’une garde de cinq cents chevaux qui était certainement le plus magnifique spectacle dont j’eus jamais été témoin, n’ayant pas encore vu une partie de son armée en bataille comme j’aurai occasion de raconter dans la suite.

Notes

1 « Two thousand Miles » (GT II 67) en anglais, soit environ 670 lieues et non 1000 comme c’est traduit ici. De la même façon, dans la première phrase du paragraphe suivant, la hauteur de 30 miles des montagnes (« a Ridge of Mountains thirty Miles high » [GT II 68]) est convertie par erreur en 15 lieues (au lieu de 10 lieues). Dans les exemples de mesures de ce chapitre, le traducteur considère qu’une lieue est égale à deux miles et non à trois miles, comme indiqué en première page de cette édition. Il ne commet pas cette erreur de conversion dans les autres chapitres ; par exemple, deux chapitres auparavant, « we set out for the Metropolis, situated near the middle of that Empire, and about three thousand Miles distance from our House » (GT II 40) est traduit correctement par « nous partîmes pour la capitale, située à peu près au milieu de tout l’Empire et à plus de mille lieues de notre maison » (p. 71).

2 Le texte donne « naviger » ; les deux formes existaient encore, voir F. Brunot, Histoire de la langue française, Paris, 1933, t. VI, p. 1287.

3 Le mot est parfois au féminin.

4 Omission de la fin du paragraphe qui montre un Gulliver cherchant à convaincre ses lecteurs de la véracité de ses dires : « and extended an hundred Feet ; I paced the Diameter and Circumference several times barefoot, and computing by the Scale, measured it pretty exactly » (GT II 70).

5 Omission de toute une partie de ce paragraphe dans laquelle Gulliver est confronté au spectacle peu ragoûtant de mendiants sales et malades dans les rues. Le traducteur a sans doute voulu éviter la description des parties du corps malades, nauséabondes et repoussantes par souci de fuir le vulgaire et de se conformer au bon goût français : « [...] the most horrible Spectacles that ever an English Eye beheld. There was a Woman with a Cancer in her Breast, swelled to a monstrous size, full of Holes, in two or three of which I could have easily crept, and covered my whole Body. There was a Fellow with a Wen in his Neck, larger than five Woolpacks, and another with a couple of wooden Legs, each about twenty Foot high. But, the most hateful Sight of all was the Lice crawling on their Cloaths. I could see distinctly the Limbs of these Vermin with my naked Eye, much better than those of a European Louse through a Microscope, and their Snouts with which they rooted like Swine. They were the first I had ever beheld, and I should have been curious enough to dissect one of them, if I had proper Instruments (which I unluckily left behind me in the Ship) although indeed the Sight was so nauseous, that it perfectly turned my Stomach » (GT II 71-72).

6 Outre (Académie française, 1740), en plus de.

7 « Cercles de fer qu’on attache le long des murs pour soutenir et arrêter les tuyaux de plomb » (Trévoux).

8 « Espèce de lit suspendu en l’air [...] dont on se sert aussi dans les vaisseaux » (Trévoux).

9 Le clocher de la cathédrale de Salisbury mesure 404 pieds de haut (123 m).

10 Ce dôme mesure 365 pieds (110 m) de haut et 112 pieds (34 m) de diamètre.

11 D’apetisser, « rendre plus petit » (Trévoux).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search