Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie II. Voyage de Brobdingnag

Chapitre III

Résumé

L’auteur est conduit à la cour. La reine l’achète du fermier et le présente au roi. Il dispute avec les professeurs de Sa Majesté ; est logé à la cour et fort dans les bonnes grâces de la reine. Il défend l’honneur de sa patrie et a querelle avec le nain de la reine.

Texte intégral

  • 1 « Pour dire qu’il ne vivra pas longtemps » (Trévoux).
  • 2 Le traducteur omet ici un passage comparant ces pièces avec celles du Portugal et de l’Angleterre  (...)

1L’exercice fatigant que j’étais obligé de faire chaque jour avait altéré ma santé en peu de semaines et il semblait que le profit que j’apportais à mon maître ne servait qu’à accroître le désir qu’il avait de gagner davantage encore. J’avais entièrement perdu l’appétit et étais devenu d’une horrible maigreur. Le fermier s’en aperçut et ayant conclu que je ne la ferais pas longue1, il résolut de ne rien épargner pour me conserver une vie si propre à augmenter encore une fortune qu’il avait déjà si bien commencé à faire. Pendant qu’il était occupé à ces raisonnements, un slardral ou écuyer vint de la cour avec ordre à mon maître de m’y mener incessamment pour divertir la reine et les dames de la cour. Quelques-unes de celles-ci étaient déjà venues me voir et avaient raconté les choses du monde les plus incroyables de ma beauté et de mon esprit. Sa Majesté et ceux dont elle était accompagnée furent charmés de mes manières au-delà de toute expression. Je me jetai à genoux et demandai d’avoir l’honneur de baiser le pied de la reine, mais cette gracieuse princesse me tendit (après qu’on m’eut mis sur une table) son petit doigt que je serrai entre mes deux bras et sur le bout duquel j’appliquai mes lèvres avec le plus profond respect. Elle me fit quelques questions générales sur mon pays et sur mes voyages auxquelles je répondis aussi clairement et en aussi peu de mots qu’il m’était possible. Elle me demanda si je serais content de passer ma vie à sa cour. Je fis une profonde révérence et répondis d’un air soumis que j’appartenais à mon maître, mais que si j’étais le maître de disposer de moi, je serais charmé de consacrer ma vie au service de Sa Majesté. Alors elle demanda à mon maître s’il voudrait me vendre. Lui qui croyait que je ne pourrais pas vivre un mois ne fit pas grande difficulté et demanda mille pièces d’or qui lui furent payées sur-le-champ ; et je remarquai que chaque pièce était d’une prodigieuse grosseur2. La somme étant reçue, je dis à la reine que puisque j’étais à présent le très humble esclave de Sa Majesté, je lui demandais en grâce que Glumdalclitch, qui m’avait toujours soigné avec tant de tendresse et qui s’y entendait si bien, fût admise à son service et continuât à me servir de nourrice et de précepteur. La reine m’accorda ma demande et obtint aisément le consentement du fermier qui fut bien aise que sa fille fût placée à la cour ; et la pauvre fille elle-même ne put dissimuler sa joie. Son père s’en alla me souhaitant toute sorte de bonheur et ajoutant qu’il m’avait laissé dans une bonne condition ; je ne répondis pas un mot et me contentai de lui faire une assez petite révérence.

  • 3 Le traducteur gomme une fois encore les aspects trop obscènes d’une description touchant au corps (...)
  • 4 « Corps animé qui a du sentiment et du mouvement. [...] Les philosophes comprennent l’homme sous l (...)

2La reine s’aperçut de mon air froid et quand le fermier fut sorti de la chambre, elle m’en demanda la raison. Je pris la liberté de dire à Sa Majesté que je n’avais d’autre obligation à cet homme que de ne pas avoir écrasé3 une misérable petite créature comme moi quand il m’avait trouvé dans son champ, obligation dont je me croyais suffisamment dégagé par le profit qu’il avait tiré de moi en me montrant à mille personnes et par la somme qu’il venait de recevoir de Sa Majesté ; que la vie que j’avais menée depuis qu’il m’avait trouvé était assez pénible pour tuer un animal4 dix fois plus fort que moi ; que ma santé était fort altérée par le travail continuel de divertir toutes sortes de personnes à toutes les heures du jour et que si mon maître n’avait pas cru ma vie en danger, Sa Majesté ne m’aurait pas eu à si bon marché, mais que me trouvant à présent sous la protection d’une si grande et si bonne reine, l’étonnement de la nature, la merveille du monde, l’amour de ses sujets et le phénix de la création, j’espérais que la crainte de mon maître se trouverait fausse puisque je sentais déjà en moi comme une nouvelle vie qui était l’effet de son auguste présence.

3C’était là le précis de mon discours dans lequel je fis certainement bien des fautes de langage et hésitai plus d’une fois ; la dernière partie en était tout à fait dans le style de ce peuple dont j’avais appris quelques phrases de Glumdalclitch en allant à la cour.

  • 5 Au sens, aujourd’hui vieilli, de la personne elle-même.
  • 6 « C’est un petit buffet posé sur une table qui a plusieurs tiroirs et qui est commode aux gens d’é (...)

4La reine ne fit pas seulement attention à mes fautes de langage, mais parut surprise de trouver tant d’esprit et de bon sens dans un si petit animal. Elle me prit dans sa main et m’apporta au roi qui était alors dans son cabinet. Lui qui était un prince grave et austère, ne voyant pas bien ma figure5, demanda à la reine d’un air froid et sérieux depuis quand elle était dans le goût des splacknuck, car c’est pour cet animal qu’il me prenait pendant que j’étais couché sur ma poitrine dans la main droite de Sa Majesté. Mais cette princesse qui avait infiniment d’esprit et de gaieté me mit sur mes pieds au haut d’une étudiole6 et m’ordonna d’instruire moi-même Sa Majesté de ce qui me regardait ; ce que je fis en peu de mots et Glumdalclitch, qui m’attendait à la porte du cabinet et qui souffrait impatiemment que je fusse hors de sa vue, ayant été admise, confirma tout ce qui s’était passé depuis mon arrivée dans la maison de son père.

  • 7 « En volant en l’air » est un ajout du traducteur, le texte original ne mentionnant à la place que (...)

5Le roi, quoiqu’il eût fait son cours de philosophie et qu’il se fût appliqué avec attention aux mathématiques, ayant examiné avec soin ma figure et me voyant me promener, crut avant que de m’avoir entendu parler que j’étais un automate, fait par quelque artisan fort ingénieux. Mais quand il eut ouï ma voix et trouvé que je parlais avec raison, il ne put cacher son étonnement. Il ne fut nullement content du récit que je lui avais fait touchant la manière dont j’étais venu dans son Royaume, et crut que c’était une fable concertée entre Glumdalclitch et son père qui m’avaient appris quelques mots et quelques phrases afin de me vendre à plus haut prix. Ce soupçon fit qu’il me proposa plusieurs questions auxquelles je répondis toujours d’une manière sensée et sans autre défaut que l’embarras de m’exprimer, un mauvais accent et quelques phrases rustiques que j’avais apprises dans la maison du fermier et qui n’étaient guère en usage à la cour. Sa Majesté fit quérir trois professeurs qui étaient en semaine alors (suivant la coutume du pays). Ces Messieurs, après avoir examiné ma figure pendant quelque temps avec exactitude, furent de différents avis. Ils convinrent seulement de ceci : que je ne pouvais avoir été produit selon les lois régulières de la nature parce que j’étais privé du talent de pouvoir me conserver la vie soit en volant en l’air7 ou en grimpant sur des arbres ou en creusant des trous en terre. Ils conclurent de mes dents, qu’ils examinèrent avec grand soin, que j’étais un animal carnassier ; cependant ils ne savaient point de quoi je pouvais m’être nourri parce que la plupart des animaux à quatre pieds étaient trop forts pour moi et les mulots aussi bien que quelques autres bêtes, trop agiles. Il ne restait à leurs avis que les limaçons et quelques autres insectes ; encore eurent-ils la cruauté de prouver par plusieurs doctes arguments que ce genre de nourriture ne m’en pouvait pas servir à moi. Un de ces habiles gens inclinait fort à croire que j’étais un embryon ou tout au plus un avorton, mais cette opinion fut rejetée par les deux autres qui observèrent que tous mes membres étaient finis et parfaits dans leur taille et que j’avais déjà vécu quelques années comme il paraissait par ma barbe dont ils voyaient distinctement les poils à l’aide d’un microscope. Ils ne voulurent pas me reconnaître pour un nain parce que ma petitesse était au-dessous de toute comparaison, car le nain favori de la reine, qui était le plus petit qu’on eût jamais vu dans le Royaume, avait près de trente pieds. Après plusieurs débats, ils décidèrent unanimement que j’étais seulement relplum scalcath, ce que les Latins appellent lusus naturæ, définition exactement conforme à notre philosophie moderne dont les professeurs, dédaignant les causes occultes par lesquelles les disciples d’Aristote cherchent vainement à déguiser leur ignorance, ont inventé cette merveilleuse solution de toutes les difficultés, au grand avancement des connaissances humaines.

  • 8 Omission de la fin de la phrase qui est une comparaison avec une chambre londonienne : « like a Lo (...)
  • 9 Ici « un buffet où il y a plusieurs volets et tiroirs pour y enfermer les choses les plus précieus (...)

6Après une décision si authentique, je demandai la permission de dire seulement deux mots. Je me tournai vers le roi et assurai Sa Majesté que je venais d’un pays habité par plusieurs millions de personnes des deux sexes et tous de ma taille ; que les animaux, les arbres et les maisons y étaient dans la même proportion et que par conséquent j’étais aussi capable de m’y défendre et d’y trouver ma subsistance qu’aucun des sujets de Sa Majesté dans son pays ; et il me parut que cette réponse suffisait pour réfuter les arguments de ces Messieurs. Ils n’y répliquèrent que par un souris méprisant, disant que j’avais bien retenu la leçon que le fermier m’avait dictée. Le roi qui avait l’esprit bien plus pénétrant qu’eux, après avoir renvoyé ses savants, fit quérir le fermier qui par bonheur n’était pas encore sorti de la ville. Il l’examina d’abord en particulier et puis le confronta avec Glumdalclitch et avec moi, et comme nous ne nous coupâmes jamais dans nos réponses, il commença à croire qu’il se pourrait bien que nous dissions vrai. Il pria la reine de donner ordre qu’on eût bien soin de moi, et fut d’avis que ma petite nourrice devait continuer à rester auprès de moi parce qu’il avait remarqué que nous nous aimions beaucoup l’un l’autre. On lui donna un appartement fort commode à la cour, une gouvernante pour avoir soin de son éducation, une servante pour l’habiller et deux valets pour la servir, mais pour moi j’étais entièrement confié à ses soins. La reine commanda qu’on me fît, sur le modèle que Glumdalclitch et moi trouveraient [sic] bon, une boîte pour me servir de chambre de lit. L’ouvrier qui y fut employé étant fort habile me fit en moins de trois semaines une chambre qui avait seize pieds en carré et douze en hauteur avec des fenêtres à châssis, une porte et deux cabinets8. Le plafond pouvait être haussé et baissé par le moyen de deux gonds pour y mettre un lit que le tapissier de Sa Majesté avait déjà préparé et que Glumdalclitch avait la bonté de faire chaque jour de ses propres mains. Un artisan qui s’était rendu fameux par son adresse à travailler en petit entreprit de me faire deux chaises avec leurs dossiers et toutes les autres pièces d’une matière qui ne ressemblait pas mal à de l’ivoire, et deux tables avec un cabinet9 pour mettre ce que je voudrais. La chambre était matelassée de tous côtés aussi bien que le plancher et le plafond pour prévenir tous les malheurs qui auraient pu arriver par la négligence ou par l’étourderie de ceux qui me portaient et afin que je sentisse moins la force des secousses en allant en carrosse. Je demandai que ma chambre fût fermée à clef afin que les rats et les souris n’y pussent entrer. Après plusieurs essais, un ouvrier fut assez adroit pour faire la plus petite serrure qu’on eût jamais vue dans ce pays, car j’ai connu un gentilhomme en Angleterre qui en avait une plus grande à la porte de sa maison. Je fis de mon mieux pour mettre la clef dans ma poche de peur que Glumdalclitch ne la perdît. La reine donna aussi ordre qu’on prît la soie la plus mince qui se pourrait trouver pour me faire des habits ; cette soie n’était guère plus épaisse que nos couvertures de lit en Angleterre et j’avoue que j’eus quelque peine à m’y accoutumer. Mes habits étaient faits à la mode du pays qui a quelque chose de fort décent et qui tient une espèce de milieu entre la manière de s’habiller des Persans et celle des Chinois.

  • 10 Omission de toute une partie de paragraphe sur les repas : « and put a Bit of Bread in her Mouth, (...)

7La reine prit peu à peu tant de goût à ma conversation qu’elle ne pouvait plus dîner sans moi. J’avais une table placée sur celle à laquelle Sa Majesté dînait et une chaise pour m’asseoir. Glumdalclitch se tenait debout près de la table pour me servir et pour avoir soin de moi. J’avais pour moi un service complet de plats et d’assiettes d’argent qui en comparaison du service de la reine n’était guère plus grand que ce que j’ai vu dans ce genre à Londres dans une boutique de tabletier pour servir d’ameublement à la maison d’une poupée. Ma petite nourrice avait soin de le garder en sa poche dans une boîte d’argent, me le donnant quand j’en avais besoin et le nettoyant elle-même. Personne ne dînait avec la reine que les deux princesses royales dont l’aînée avait alors seize ans, et la cadette treize et un mois. Sa Majesté avait coutume de mettre sur un de mes plats un morceau de viande dont je coupais ensuite ce que je voulais ; et un de ses grands plaisirs était de me voir manger en miniature. Car la reine (qui était une petite mangeuse) mettait à la fois dans sa bouche autant que douze paysans anglais pourraient manger dans tout un repas ; ce qui était souvent un spectacle fort dégoûtant pour moi. Elle ne vous faisait par exemple qu’une bouchée d’une aile d’alouette avec les os quoique cette aile fût neuf fois plus grande que celle d’un grand coq d’Inde parmi nous10 ; et le talent de boire était exactement proportionné chez elle à celui de manger.

  • 11 Omission d’une comparaison que seul un lecteur anglais peut apprécier : « a white Staff, near as t (...)

8C’était un usage établi à cette cour que chaque mercredi (qui, comme je l’ai remarqué ci-devant, était leur jour de sabbat), la reine et toute la famille royale de l’un et l’autre sexe dînassent avec le roi dans son appartement. J’étais déjà fort avant dans les bonnes grâces de ce monarque qui, les jours de sabbat, me faisait placer à sa main gauche près d’une des salières au lieu que les autres jours, ma place était à la main gauche de la reine. Ce prince prenait un singulier plaisir à me faire des questions sur les mœurs, la religion, les lois et les sciences des peuples de l’Europe, et je faisais de mon mieux pour contenter sa curiosité sur tous ces points. Quelque obscures que de certaines choses dussent naturellement lui paraître, il les comprit néanmoins avec une extrême facilité et fit des réflexions fort judicieuses sur tout ce que je lui racontai. Mais il faut que j’avoue que m’étant un peu trop étendu sur le sujet de ma chère patrie, sur notre commerce, nos schismes en fait de religion et nos factions dans l’État, les préjugés de l’éducation eurent tant de pouvoir sur lui qu’il ne put s’empêcher, en me prenant sur sa main droite et en me caressant doucement de l’autre, de me demander avec un grand éclat de rire si j’étais whig ou tory. Se tournant ensuite vers son premier ministre qui se tenait derrière lui avec son bâton blanc à la main11, il observa combien étaient méprisables les grandeurs humaines puisque de petits insectes comme moi se mêlaient d’y aspirer. « Et cependant, disait-il, j’oserais parier que ces insectes ont leurs titres d’honneur, qu’ils ont de petits nids et des terriers auxquels ils donnent les noms de maisons et de villes, qu’ils tâchent de briller par leurs habits et par leurs équipages, qu’ils s’aiment, qu’ils se battent, qu’ils disputent, qu’ils se trompent, qu’ils se trahissent. » Il continua quelque temps sur le même ton et je ne saurais exprimer l’indignation que je ressentis à l’ouïe d’un discours dans lequel mon auguste patrie, la maîtresse des arts et des sciences, le fléau de la France, l’arbitre de l’Europe, le séjour de la vérité, de la vertu et de l’honneur, et l’objet de l’admiration et de l’envie de tout l’univers était si cruellement ravalée.

  • 12 Le traducteur omet à la fin de ce paragraphe une conclusion importante du narrateur, car elle anno (...)

9Mais comme d’un côté je n’étais guère en état de venger ces sortes d’injures, de l’autre, après y avoir bien pensé, je commençai à douter si j’avais été injurié ou non. Car, après m’être accoutumé pendant quelques mois à la vue et à la conversation de ce peuple et [ayant] remarqué que chaque objet sur lequel je jetais les yeux était dans une exacte proportion de grandeurs avec tous les autres, l’horreur dont j’avais été frappé d’abord s’était tellement évanouie que si j’avais vu alors une compagnie de seigneurs et de dames anglais dans tous leurs atours et faisant toutes ces simagrées que la politesse prescrit, pour dire le vrai, j’aurais été violemment tenté de rire d’eux d’aussi bon cœur que le roi et les seigneurs de sa cour le faisaient de moi. Ce qu’il y a de sûr, c’est que peu s’en fallait que je ne me trouvasse moi-même ridicule quand la reine, en me mettant sur sa main devant un miroir où je pouvais nous voir l’un et l’autre entièrement, me faisait sentir l’immense disproportion qu’il y avait entre nous12.

  • 13 « Le cartel ou le défi qu’on fait à quelqu’un pour se battre en duel » (Trévoux).

10Rien ne me piqua et ne me mortifia davantage que le nain de la reine qui étant d’une petitesse sans exemple dans le pays (car sans mentir, il n’avait pas tout à fait trente pieds) devint insolent en voyant une créature si fort au-dessous de lui qu’il affectait de me regarder de haut en bas quand il passait près de moi dans l’antichambre de la reine pendant que j’étais sur une table à causer avec les seigneurs et les dames de la cour, et ne manquait aucune occasion de me donner quelques lardons sur ma petitesse dont je me vengeais en l’appelant « Frère », en lui faisant un appel13 et en lui disant tels autres quolibets qui sont en usage parmi les pages de cour. Un jour, pendant le dîner, ce petit coquin fut si piqué de quelque chose que je lui avais dit qu’il me prit par le milieu du corps, ne songeant à rien moins qu’au malheur qui me menaçait, et me laissa tomber dans un grand plat d’argent plein de crème, après quoi il s’enfuit de toute sa force. J’enfonçai dans la crème jusques par-dessus les yeux et si je n’avais pas été bon nageur, j’aurais couru grand risque de me noyer, car Glumdalclitch était dans ce moment à l’autre bout de la chambre et la reine fut si effrayée de ma chute qu’elle n’eut pas la présence d’esprit de me secourir. Mais ma petite nourrice accourut aussitôt et me tira du plat après que j’eus avalé plus d’une pinte de crème. Je fus mis au lit ; cependant mes habits entièrement gâtés furent tout le mal que j’eus. Le nain fut étrillé comme il faut et, pour plus grande punition, forcé de boire la crème dans laquelle il m’avait laissé tomber. Jamais depuis ce temps-là, il ne rentra en faveur, car peu après, la reine le donna à une dame de la première qualité tellement que je ne le vis plus ; ce qui me fit un très sensible plaisir, car il m’est impossible d’exprimer jusqu’où j’aurais pu porter le ressentiment contre ce malicieux fripon.

11Il m’avait déjà joué auparavant un fort vilain tour qui fit bien rire la reine quoiqu’en même temps elle en fût si fâchée qu’elle l’aurait chassé sur-le-champ si je n’avais eu la générosité d’intercéder pour lui. Sa Majesté avait pris sur son assiette un os qui était plein de moelle et après avoir ôté la moelle, avait remis l’os debout dans le plat comme il était auparavant ; le nain, qui avait attendu à faire son coup que Glumdalclitch fût allée au buffet, monta sur sa chaise, me prit dans ses deux mains et joignant mes deux jambes l’une contre l’autre, me mit jusqu’au milieu du corps dans l’os où avait été la moelle et où il faut avouer que je faisais une figure souverainement ridicule. Je crois qu’il se passa bien une minute avant que personne sût ce que j’étais devenu, car il me paraissait au-dessous de moi de crier. Mais comme les princes mangent rarement chaud, mes jambes ne souffrirent rien ; il n’y eut que mes bas et mes culottes qui payèrent la façon de cette aventure. Par mon intercession, le nain n’eut d’autre châtiment que d’être bien fouetté.

12La reine me raillait très souvent sur ma timidité et elle avait coutume de me demander si mes compatriotes étaient d’aussi grands poltrons que moi ; voici à quelle occasion.

  • 14 Il ne s’agit pas en fait de « nos alouettes » dans le texte de Swift, mais des alouettes de Dunsta (...)

13Dans ce Royaume, on est furieusement tourmenté des mouches en été et ces odieux insectes dont chacun est de la taille de nos alouettes14 ne me laissaient, pendant que je dînais, aucun moment de repos avec leur bourdonnement continuel autour de mes oreilles. Elles se mettaient quelquefois sur mon manger et avaient même l’insolence d’y faire leurs ordures ; ce qui était un spectacle fort peu ragoûtant pour moi, mais que les naturels du pays ne pouvaient apercevoir parce que leurs yeux n’étaient pas taillés comme les miens pour voir de petits objets. Quelquefois elles se mettaient sur mon nez ou sur mon front où elles me piquaient jusqu’au vif, et y laissaient toujours des traces de cette matière visqueuse à laquelle elles doivent la faculté de marcher la tête en bas contre un plafond, à ce que disent nos naturalistes. J’avais beaucoup de peine à me défendre contre ces vilains animaux et ne pouvais m’empêcher de tressaillir quand ils venaient sur mon visage. Une des malices ordinaires du nain était d’attraper dans sa main un bon nombre de ces insectes comme les écoliers font parmi nous et puis de les laisser voler tout d’un coup sous mon nez pour me faire peur et en même temps pour divertir la reine. Le seul remède que j’y savais était de les couper en pièces avec mon couteau pendant qu’ils volaient en l’air, exercice dont je m’acquittais avec une adresse qui m’attirait les applaudissements de tous les spectateurs.

  • 15 Il s’agit simplement d’un gâteau dans l’original, nulle mention de « massepain » aux amandes.
  • 16 Ce passage fait allusion au siège de la Royal Society de Londres, société savante fondée en 1660 p (...)

14Je me souviens qu’un matin que Glumdalclitch m’avait mis sur le bord d’une fenêtre ; ce qui était sa coutume quand il faisait beau afin que je pusse prendre l’air (car je n’osais pas hasarder de laisser pendre ma boîte à un clou hors de la fenêtre comme nous attachons nos cages en Angleterre), je me souviens, dis-je, qu’ayant levé un de mes châssis et m’étant assis à ma table pour manger un morceau de massepain15 pour mon déjeuner, plus de vingt guêpes, attirées par l’odeur, entrèrent dans la chambre, faisant plus de bruit par leur bourdonnement que n’en auraient pu faire autant de cornemuses. Quelques-unes se jetèrent sur mon massepain et l’emportèrent pièces par pièces ; les autres se mirent à voler autour de ma tête, m’étourdissant par leur bourdonnement et ne me causant pas une médiocre frayeur par leurs aiguillons. J’eus néanmoins le courage de me lever, de tirer l’épée et de les attaquer dans l’air. J’en tuai quatre, le reste s’envola et je fermai la fenêtre après elles. Ces bêtes étaient de la grandeur de nos perdrix. Je pris leurs aiguillons et trouvai qu’ils avaient un pouce et demi de longueur et qu’ils étaient aussi pointus que des aiguilles. Je les ai tous soigneusement gardés ; et les ayant montrés depuis avec quelques autres curiosités dans plusieurs endroits de l’Europe, à mon retour en Angleterre, j’en ai donné trois au collège de Gresham16 et gardé le quatrième pour moi.

Notes

1 « Pour dire qu’il ne vivra pas longtemps » (Trévoux).

2 Le traducteur omet ici un passage comparant ces pièces avec celles du Portugal et de l’Angleterre : « each piece being about the bigness of eight hundred Moydores ; but, allowing for the proportion of all Things between that Country and Europe, and the high price of Gold among them, was hardly so great a sum as thousand Guineas would be in England » (GT II 45).

3 Le traducteur gomme une fois encore les aspects trop obscènes d’une description touchant au corps en se contentant d’un simple « écrasé » pour rendre l’expression « éclater la cervelle » (« dashing out the Brains » [GT II 46]).

4 « Corps animé qui a du sentiment et du mouvement. [...] Les philosophes comprennent l’homme sous le genre d’animal et le définissent animal raisonnable » (Trévoux). Voir infra, p. 162.

5 Au sens, aujourd’hui vieilli, de la personne elle-même.

6 « C’est un petit buffet posé sur une table qui a plusieurs tiroirs et qui est commode aux gens d’étude pour y serrer leurs papiers ou mémoires. » (Trévoux).

7 « En volant en l’air » est un ajout du traducteur, le texte original ne mentionnant à la place que la rapidité : « I was not framed with a Capacity of preserving my Life, either by Swiftness, or climbing of Trees, or digging Holes in the Earth » (GT II 50).

8 Omission de la fin de la phrase qui est une comparaison avec une chambre londonienne : « like a London Bed-chamber » (GT II 53).

9 Ici « un buffet où il y a plusieurs volets et tiroirs pour y enfermer les choses les plus précieuses » (Trévoux) qui ne se confond pas avec le même mot, quelques lignes plus haut, qui désigne « un lieu retiré dans les maisons ordinaires » ou « le lieu secret pour les nécessités de nature », (« closets » dans le texte anglais).

10 Omission de toute une partie de paragraphe sur les repas : « and put a Bit of Bread in her Mouth, as big as two twelvepenny Loaves. She drank out of a golden Cup, above a Hogshead at a Draught. Her Knives were twice as long as a Scythe set strait upon the Handle. The Spoon, Forks, and other Instruments were all in the same Proportion. I remember when Glumdalclitch carried me out of Curiosity to see some of the Tables at Court, where ten or a dozen of these enormous Knives and Forks were lifted up together, I thought I had never till them beheld so terrible a Sight » (GT II 56-57).

11 Omission d’une comparaison que seul un lecteur anglais peut apprécier : « a white Staff, near as tall as the Main-mast of the Royal Soverain » (GT II 58). Le Sovereign of the Seas, construit en 1637 et renommé le Royal Sovereign en 1685, était un impressionnant navire de guerre de la marine anglaise.

12 Le traducteur omet à la fin de ce paragraphe une conclusion importante du narrateur, car elle annonce le début des interrogations ontologiques de Gulliver, doutes qui aboutiront à la fin des quatre voyages à l’identification de Gulliver à des yahoos et au rejet de sa nature humaine : « So that I really began to imagine myself dwindled many Degrees below my usual size » (GT II 60).

13 « Le cartel ou le défi qu’on fait à quelqu’un pour se battre en duel » (Trévoux).

14 Il ne s’agit pas en fait de « nos alouettes » dans le texte de Swift, mais des alouettes de Dunstable (« A Dunstable Lark » [GT II 63]), appréciées des Anglais. Le traducteur a omis cette référence certainement dans le but de ne pas mentionner un lieu inconnu du lecteur français.

15 Il s’agit simplement d’un gâteau dans l’original, nulle mention de « massepain » aux amandes.

16 Ce passage fait allusion au siège de la Royal Society de Londres, société savante fondée en 1660 pour l’étude des sciences.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search