Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La quête identitaire dans l’œuvre de José Agustin (1964-1996)

 | 
Alba Lara-Alengrin

Conclusion

Texte intégral

1Lors de ce travail, nous avons voulu étudier l’œuvre narrative de José Agustín à partir d’une perspective individuelle, hors des sentiers battus de la Onda. Outre l’originalité du thème vis-à-vis de José Agustín, la quête identitaire nous a permis d’embrasser l’ensemble de sa production ainsi que de saisir sa richesse poétique. Nous pensons avoir réussi à répondre à notre questionnement de départ, car l’ensemble de l’œuvre narrative de José Agustín dévoile l’existence d’un projet littéraire solide. Sans trahir ses accointances avec la contreculture, Agustín a forgé, au long de presque quarante ans de carrière, une identité littéraire à contre-courant des clichés élaborés sur son écriture et sur sa personne. Si les positions de la critique à l’égard d’Agustín sont loin d’être unanimes, c’est parce que l’œuvre de ce narrateur résume dialectiquement les approches dominantes de la littérature mexicaine, schématisées dans l’opposition « vernaculaire » versus « cosmopolite ». De l’œuvre narrative de José Agustín se détache ainsi un nouveau profil identitaire du Mexicain, forcément contradictoire, dans lequel l’individu ne se cherche pas dans le passé ou dans le mythe, mais dans le quotidien et dans ses rapports à l’Autre.

2Les personnages de José Agustín vieillissent avec lui. Aussi, à travers ses divers protagonistes, l’ensemble des romans pris dans leur succession, rend compte des différentes étapes que connaît la construction de l’identité individuelle à partir de l’adolescence. Dans certains récits, le sentiment d’unité de personnages, et donc d’identité, naît de la prise de conscience et de l’acceptation des différents facteurs qui déterminent leur personnalité. En revanche, les différentes modalités de structure binaire d’autres romans renvoient à l’altérité, en tant que complément obligé de l’identité. La réciprocité de ses deux notions est concrétisée dans les binômes de contraires complémentaires, comme dans les relations amoureuses homme-femme.

3Les thématiques mises en place par l’auteur pour rendre compte de la quête identitaire des personnages vont au-delà de la vie du couple et de l’amitié. Parmi les motifs qui véhiculent ou résolvent cette quête nous avons trouvé la vocation et l’écriture. La consommation de drogues s’est avérée également une forme de questionnement identitaire, involontaire et vraie, dans le cas de Se está haciendo tarde et volontaire et fausse, dans le cas de El Rey se acerca a su templo. L’univers des rêves représente aussi un terrain d’exploration identitaire privilégié par les personnages agustiniens. Or, même si les sciences sociales s’accordent aujourd’hui pour affirmer que l’identité n’est pas une substance, les personnages d’Agustín semblent être à la recherche d’une quintessence idéalisée de l’Homme.

4En ce qui concerne les aspects poétiques, nous avons découvert que les narrations de José Agustín se nourrissent de contraste. Par conséquent, ses artifices rhétoriques sont les figures de l’excès, à savoir, l’oxymore ou l’alliance de mots, l’antithèse, les hyperboles. De même, son écriture ne refuse pas l’abjection, le ridicule, le sale ni les situations grotesques. La banalité apparente de certaines situations ou des personnages est opposée aux expériences exceptionnelles que l’intrigue suscite, où le dérèglement des sens est de mise. José Agustín cultive une dichotomie supplémentaire, les intuitions ou expériences métaphysiques de ses personnages sont transcrites la plupart du temps par des perceptions sensuelles, voire sexuelles. La veine érotique de son écriture, que nous aurions voulu développer plus encore, va en grandissant.

5Le traitement spatial repose très souvent sur la création d’atmosphères oppressantes — comme le confinement, l’obscurité, la pluie lancinante ou torrentielle — adoucies par l’humour et la pyrotechnie verbale. D’ailleurs, l’importance accordée au lecteur dans l’écriture de José Agustín se manifeste surtout dans l’utilisation constante de l’humour comme stratégie de complicité et de distanciation, de telle sorte que le lecteur éprouve un sentiment intermittent et contradictoire d’empathie et de répulsion. Le détournement ou le renversement constant des clichés et des lieux communs, en partant des conventions littéraires elles-mêmes, concourt à la création de ce mécanisme de distanciation.

  • 1 O. Ducrot, op. cit., p. 171.

6Nous pouvons affirmer que le style agustinien est devenu le signe de reconnaissance de notre auteur. Ses récits découlent d’un mélange de tons, de registres et de voix, mais une voix narrative tout à fait personnelle émerge de l’ensemble du texte et des textes. L’analyse de la voix s’est donc imposée comme un impératif du texte agustinien et elle nous a conduit au questionnement sur l’identité narrative. Le problème s’est posé notamment dans les textes à narrateur extra-hétérodiégétique, c’est-à-dire présentés par une instance dont l’identité n’est pas mentionnée dans le récit. Le problème de la voix narrative nous a mis face à une aporie : alors que la conception polyphonique postule la perte d’identité (unité) du sujet parlant dans l’énoncé1 ; l’œuvre narrative de José Agustín, de nature dialogique, nous pousse sans cesse à nous questionner sur l’identité (unicité) du sujet énonciatif de l’ensemble du texte. En fait, l’identité narrative contient la réflexivité inhérente au concept d’identité — et peut-être inhérente aussi au langage- : elle ne peut pas se concevoir en dehors des rapports qui lient le sujet à l’Autre. Dans le cas d’Agustín, la voix narrative est animée par une tension constante entre la présence absence de la figure de l’auteur et les discours de ses personnages. Plusieurs éléments nous permettent de soutenir cette affirmation : les rapports dialogiques entre les voix, l’emploi de métalepses, l’éthos ou attitude de narration qui se dégage des textes, ainsi que l’existence d’un espace autobiographique à l’intérieur de la production agustinienne. Qui plus est, nous avons découvert que les récits où la figure de l’auteur se fait la plus présente correspondent à une période de crise littéraire. La voix narrative constitue l’identité stylistique de José Agustín. Mais la notion d’écart et l’image de l’écrivain dont elle se nourrit sont marquées par leur contexte historique et social. Le style agustinien rejoint donc le socioculturel et tend à éclipser d’autres aspects de la narration.

  • 2 J. Agustín, No hay censura, Mexico : Joaquín Mortiz, 1988.
  • 3 J. Agustín, No pases esta puerta, Mexico : Joaquín Mortiz, coll. « Cuarto Creciente », 1992, 141 p (...)

7Notre choix d’analyse ne nous a pas permis de développer d’autres aspects qui auraient nécessité une étude à part entière. Nous pensons au rôle joué par le cinéma dans l’utilisation du discours cinématographique, notamment dans la façon de transcrire le regard ou point de visée des personnages. En tant que nouvelliste, José Agustín mérite également une étude centrée sur ses recueils, en particulier les plus récents, No hay censura2 et No pases esta puerta3, où se précisent déjà les traits d’un nouveau cycle d’écriture dans la production de notre auteur. Enfin, reste à étudier la dimension métaphysique de ses œuvres, en étroite relation avec la pensée de C. G. Jung. Cela dit, nous pensons avoir réussi la démonstration des qualités éthiques et esthétiques de l’œuvre narrative de José Agustín. Si José Agustín reste un protagoniste de la Littérature mexicaine contemporaine cela tient à la cohérence entre son discours et son œuvre, comme à sa démarche paradoxale de construire une identité d’auteur aux prises avec les institutions qui la rendent signifiante.

Notes

1 O. Ducrot, op. cit., p. 171.

2 J. Agustín, No hay censura, Mexico : Joaquín Mortiz, 1988.

3 J. Agustín, No pases esta puerta, Mexico : Joaquín Mortiz, coll. « Cuarto Creciente », 1992, 141 p.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540