Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie II. Voyage de Brobdingnag

Chapitre II

Résumé

Description de la fille du fermier. L’auteur est mené à une ville prochaine et ensuite à la capitale. Particularités de ce voyage.

Texte intégral

  • 1 La comparaison avec le « mirmidon des Français » est un ajout du traducteur.

1Ma maîtresse avait une fille de neuf ans qui était une très aimable enfant pour son âge, qui faisait de son aiguille tout ce qu’elle voulait, et d’une adresse surprenante à habiller sa poupée. Sa mère et elle résolurent d’accommoder pour la nuit suivante le berceau de la poupée pour moi : le berceau fut mis dans un petit tiroir d’un cabinet et le tiroir placé sur une tablette suspendue en l’air de peur des rats. Pendant tout le temps que je restai dans cette maison, je n’eus point d’autre lit quoique je le rendisse plus commode quand j’eus un peu appris à parler la langue du pays et que je fus en état d’exprimer tellement quellement mes besoins. Cette jeune fille était si adroite qu’après que j’eus ôté deux ou trois fois mes habits devant elle, elle fut en état de m’habiller et de me déshabiller quoique je ne lui aie jamais donné cette peine quand elle voulait me laisser faire. Elle me fit sept chemises et quelque autre linge qui, quoique très fin, ne laissait pas d’être plus épais et plus rude qu’une haire ; et toujours elle eut la bonté de le laver elle-même. Elle tâcha aussi de m’apprendre la langue du pays : quand je montrais quelque chose avec le doigt, elle m’en disait le nom de manière que dans peu de jours je pouvais demander tout ce que je voulais. C’était une très bonne enfant et qui n’avait pas tout à fait quarante pieds de hauteur, étant petite pour son âge. Elle me donna le nom de Grildrig, nom que sa famille me conserva et par lequel je fus désigné ensuite par tout le Royaume. Ce mot revient au nanunculus des Latins, au homunceletino des Italiens, au mannikin des Anglais et au mirmidon des Français1. C’est à elle principalement que je dois ma conservation dans ce pays et pendant tout le temps que j’y fus, je ne me séparai jamais d’elle. Je l’appelais ma Glumdalclitch ou ma petite nourrice. Et je serais le plus ingrat de tous les hommes si je ne faisais pas mention de sa tendresse et de ses soins à mon égard que je souhaiterais de tout mon cœur être en état de reconnaître au lieu que je suis, selon toutes les apparences, le fatal quoiqu’innocent instrument de sa disgrâce. On commençait déjà à parler de moi dans le voisinage. Le bruit s’y était répandu que mon maître avait trouvé dans les champs un animal extraordinaire, de la grandeur d’un splacknuck, mais dont toutes les parties étaient exactement faites comme celles d’une créature humaine à laquelle il ressemblait de plus dans toutes ses actions, qu’il parlait un petit langage qui lui était propre, qu’il avait déjà appris quelques mots de leur langue, marchait sur ses jambes, était doux et apprivoisé, venait quand on l’appelait, faisait tout ce qu’on voulait et avait les plus jolis membres du monde et un teint plus beau que celui d’une fille de qualité de trois ans. Un autre fermier qui ne demeurait pas loin de chez nous et était un intime ami de mon maître, vint lui rendre visite dans le dessein de s’informer de la vérité de cette histoire. Je fus d’abord produit et placé sur une table où je me promenai de côté et d’autre selon qu’on me l’ordonnait, tirai mon épée, la remis dans le fourreau, fis la révérence à celui qui était venu rendre visite à mon maître, lui demandai en sa propre langue comment il se portait et lui dis qu’il était le bienvenu, précisément comme ma petite nourrice m’avait instruit. Cet homme qui était vieux et qui n’avait pas la vue trop bonne mit ses lunettes pour me mieux considérer et j’avoue que la singularité de ce spectacle m’arracha un éclat de rire fort impoli. Nos gens s’aperçurent pourquoi je riais et éclatèrent dans le même instant ; ce qui pensa fâcher ce vieux fou. Il passait pour avare et par malheur pour moi, il ne justifia que trop cette espèce de réputation. Il conseilla à mon maître de me montrer comme une rareté dans la ville voisine un jour de marché. En voyant mon maître et son ami qui causaient longtemps ensemble et dont la vue portait souvent sur moi, je craignis qu’il ne se tramât quelque chose qui me regardât ; et dans ma frayeur, je crus même comprendre une partie de ce qu’ils disaient. Mais le matin suivant, Glumdalclitch, ma petite nourrice, me raconta fidèlement tout ce qui avait été dit, en ayant été informée par sa mère. La pauvre fille me mit dans son sein et se mit à pleurer de l’air du monde le plus touchant. Elle appréhendait qu’il ne m’arrivât quelque malheur et que quelque rustre ne me brisât en pièces en me tenant entre ses mains. Elle avait remarqué en moi plusieurs traits de modestie et de noble fierté, et était persuadée que je serais indigné au dernier point si, pour de l’argent, on me faisait voir à toutes sortes de gens comme une marionnette. Elle dit que son papa et sa maman lui avaient promis que Grildrig serait à elle, mais qu’elle voyait bien qu’ils lui feraient comme l’année passée, qu’ils lui promirent un agneau qui, dès qu’il fut gras, fut vendu à un boucher. En mon particulier, je puis protester que j’étais moins inquiet de cette nouvelle que ma nourrice. Je n’avais jamais perdu l’espérance de recouvrer un jour ma liberté ; et pour ce qui regarde l’ignominie d’être promené en qualité de monstre, je considérai que j’étais étranger dans le pays et que ce malheur ne pourrait jamais m’être reproché si je revenais en Angleterre puisque le roi de Grande-Bretagne lui-même aurait été obligé de passer par là s’il avait été à ma place.

  • 2 Soit une distance d’environ 30 km.

2Mon maître, suivant l’avis de son ami, n’attendit que jusqu’au premier jour de marché pour me porter dans une boîte à la ville prochaine et ne prit avec lui que ma petite nourrice. La boîte était fermée de tous côtés et n’avait qu’une petite porte par laquelle je pouvais entrer et sortir, et quelques petits trous pour que l’air y entrât. Glumdalclitch avait eu la précaution de mettre dans la boîte le matelas du lit de sa poupée pour me coucher dessus. Malgré cette précaution, le voyage qui ne fut que d’une demi-heure m’avait presque roué, car les chevaux avançaient quarante pieds à chaque pas et trottaient d’une manière si peu commode qu’un vaisseau, agité par une grande tempête, s’élève et s’abaisse encore moins que je ne faisais à chaque instant. Il y avait tant soit peu plus loin de notre logis à la ville prochaine que de Londres à Saint-Albans2. Mon maître s’arrêta à son auberge ordinaire et après avoir consulté l’hôte et fait quelques préparatifs nécessaires, il loua le gruttrud ou le crieur public pour aller notifier à haute voix pour toute la ville qu’il y avait une créature inconnue à voir à l’enseigne de L’aigle verte, que cette créature n’était pas si grande encore qu’un splacknuck (animal du pays, environ de six pieds) et que dans toutes les parties de son corps, elle ressemblait à un homme, prononçait différents mots et faisait mille gentillesses.

  • 3 « Les maîtres des hautes armes enseignent l’exercice de la pique » (Trévoux).

3Je fus placé sur une table dans la principale chambre de l’auberge qui pouvait bien avoir trois cents pieds en carré. Ma petite nourrice se tenait sur une chaise basse tout près de la table pour prendre garde à moi et pour m’ordonner ce que j’aurais à faire. Afin d’éviter la presse, mon maître voulut que je ne fusse vu que de trente personnes à la fois. Je me promenai sur la table comme la fille de mon maître me l’ordonnait ; elle me fit quelques questions qu’elle savait que j’entendais et j’y répondis le plus haut qu’il me fût possible. Je m’adressai plusieurs fois aux spectateurs, dis qu’ils étaient les bienvenus, les assurai de mes respects et me servis de quelques autres phrases que j’avais apprises. Je pris un dé rempli de liqueurs que ma petite nourrice m’avait donné en guise de coupe et bus à leur santé. Je tirai mon épée et fis le moulinet à la manière des maîtres d’armes en Angleterre. Glumdalclitch me donna un brin de paille avec lequel je fis l’exercice de la pique3 que j’avais appris dans ma jeunesse. Je fus montré ce jour-là à douze compagnies différentes et autant de fois obligé de recommencer le même manège jusqu’à ce que je fusse à demi-mort de lassitude et de frayeur. Car ceux qui m’avaient vu avaient fait de moi de si étranges rapports que le peuple était sur le point d’enfoncer les portes par un motif d’intérêt. Mon maître ne voulut pas permettre que personne, excepté ma nourrice, me touchât ; et pour prévenir tout malheur, des bancs furent mis tout autour de la table et à telle distance qu’il était impossible d’atteindre jusqu’à moi. Nonobstant cela, un fripon d’écolier me jeta une noisette à la tête ; ce fut un grand bonheur qu’elle ne m’attrapât point, car sans cela elle m’aurait fait sauter la cervelle, étant à peu près de la grosseur d’une courge. Mais j’eus le plaisir de voir que ce petit coquin fut bien rossé et puis chassé hors de la chambre.

4Mon maître fit publier par toute la ville que le jour de marché suivant, il me ferait voir encore, et en même temps eut soin de me préparer une voiture plus commode ; ce qu’il avait grande raison de faire, car j’étais si fatigué de mon premier voyage et de toutes les belles choses qu’on m’avait fait faire huit heures de suite que je pouvais à peine me tenir sur mes pieds ou proférer un seul mot. Il me fallut plus de trois jours avant que de pouvoir me remettre ; et comme s’il avait été dit qu’au logis même je n’aurais aucun repos, tous ceux qui demeuraient autour de chez nous, à plus de cent miles à la ronde, se rendirent à la maison de mon maître pour me voir ; ce qui lui valut de grandes sommes. Ainsi, quoique je ne fusse pas mené à la ville, j’avais fort peu de relâche chaque jour de la semaine (excepté le mercredi qui est leur jour de sabbat).

5Mon maître voyant le profit qu’il tirait de moi forma le dessein de me promener par les villes les plus considérables du Royaume. S’étant donc pourvu de tout ce qui lui était nécessaire pour un long voyage et ayant réglé ses affaires domestiques et pris congé de sa femme, le 17 août 1703, environ deux mois après mon arrivée, nous partîmes pour la capitale, située à peu près au milieu de tout l’Empire et à plus de mille lieues de notre maison. Mon maître fit monter sa fille Glumdalclitch à cheval derrière lui ; elle m’avait mis dans une boîte qu’elle tenait sur son giron. La bonne fille avait garni la boîte de l’étoffe la plus douce qu’il lui avait été possible de trouver, sans oublier le lit de sa poupée ni aucune autre chose qu’elle croyait pouvoir m’être nécessaire ou agréable. Pour toute compagnie, nous n’avions qu’un garçon du logis qui venait à cheval derrière nous avec le bagage.

  • 4 Omission d’un passage qui animalise Gulliver (la laisse qui le retient lors de ses promenades : «  (...)
  • 5 Seul pont de Londres jusqu’en 1750, « il a 19 arches, 800 pieds de longueur et 30 pieds de large » (...)
  • 6 Nicolas Sanson (1600-1667), cartographe.

6Le dessein de mon maître était de me faire voir dans toutes les villes qui seraient sur la route et de quitter le grand chemin quand il n’y aurait que cinquante ou cent miles à faire pour arriver à un village ou château de quelque grand seigneur, écart qu’il espérait lui devoir rapporter quelque chose ; après quoi son plan était de reprendre le chemin de la capitale. Nous ne faisions que cent quarante ou cent soixante miles par jour, car Glumdalclitch, pour me faire plaisir, se plaignit que le trot du cheval l’avait fatiguée. Quand je le voulais, elle me prenait hors de la boîte pour me faire prendre l’air et voir le pays4. Nous passâmes cinq ou six rivières bien plus larges que le Nil ou le Gange ; et il y avait peu de ruisseaux qui fussent aussi étroits que la Tamise au pont de Londres5. Nous mîmes dix semaines à faire notre voyage et je fus montré dans dix-huit grandes villes, sans compter les villages et quelques maisons particulières. Le 26 d’octobre, nous arrivâmes à la capitale, appelée dans leur langue Lorbrulgrud, c’est-à-dire l’admiration du monde. Mon maître loua un appartement dans la principale rue de la ville, tout près du palais royal, et fit répandre des billets qui contenaient une exacte description de ma petite personne. La chambre où les spectateurs devaient se rendre pour me voir avait entre trois et quatre cents pieds d’étendue et je devais jouer mon rôle sur une table qui avait soixante pieds de diamètre et qui était environnée à trois pieds du bord de palissades pour m’empêcher de tomber du haut en bas. J’étais visible dix fois par jour au grand étonnement et à l’entière satisfaction du peuple. J’avais déjà appris leur alphabet et savais même me servir à propos de quelques phrases par-ci, par-là, car Glumdalclitch avait eu soin de m’instruire pendant que nous avions été au logis et avait continué ses leçons durant notre voyage. Elle avait presque toujours en poche un petit livret qui n’était guère plus grand qu’un atlas de Sanson6 ; c’était une espèce de traité à l’usage des jeunes filles pour leur donner une idée abrégée de leur religion. C’est de ce livre qu’elle se servait afin de me faire connaître les lettres et même de me donner quelque intelligence de la connaissance des mots.

Notes

1 La comparaison avec le « mirmidon des Français » est un ajout du traducteur.

2 Soit une distance d’environ 30 km.

3 « Les maîtres des hautes armes enseignent l’exercice de la pique » (Trévoux).

4 Omission d’un passage qui animalise Gulliver (la laisse qui le retient lors de ses promenades : « she often took me out of my Box at my own Desire, to give me Air, and shew me the Country, but always held me fast by a Leading-string » [GT II 41]).

5 Seul pont de Londres jusqu’en 1750, « il a 19 arches, 800 pieds de longueur et 30 pieds de large » (Encyclopédie).

6 Nicolas Sanson (1600-1667), cartographe.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search