Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie II. Voyage de Brobdingnag

Chapitre I

Résumé

Description d’une furieuse tempête. La chaloupe est envoyée à terre pour faire de l’eau. L’auteur s’y embarque afin de découvrir le pays ; il est laissé sur le rivage, pris par un des habitants et conduit chez un fermier. Manière dont il y est reçu. Description des habitants.

Texte intégral

  • 1 Sur la feuille précédente (non paginée), une carte « Fig. II. Tom. I. Pag. 107 » présente Brobding (...)

1Condamné1 par mon inclination aussi bien que par la fortune à un genre de vie actif et inquiet, dix mois après mon retour, je quittai de nouveau ma patrie et je m’embarquai aux Dunes le 20 juin 1702 dans un vaisseau destiné pour Surate qui se nommait Le Hasardeux et dont le capitaine Jean Nicolas était commandant. Le vent nous fut très favorable jusqu’à la hauteur du cap de Bonne-Espérance où nous nous arrêtâmes pour nous rafraîchir, mais à peine y fûmes-nous arrivés que nous nous aperçûmes que notre vaisseau avait une voie d’eau. Cette raison et la maladie de notre capitaine, qui fut en ce temps-là attaqué de la fièvre, nous déterminèrent à passer l’hiver dans cet endroit que nous ne pûmes quitter qu’à la fin de mars. Nous mîmes alors à la voile et eûmes un temps à souhait jusqu’à ce que nous fussions dans le détroit de Madagascar, mais, ayant laissé cette île au nord, environ à 5o de latitude méridionale, les vents, qui dans ces mers viennent constamment d’entre le nord et l’ouest, depuis le commencement de décembre jusqu’au commencement de mai, et soufflent d’une manière égale pendant tout ce temps, commencèrent le 19 d’avril à souffler avec beaucoup plus de violence et à tourner plus à l’ouest que de coutume et cela pendant l’espace de vingt jours. Ce terme expiré, nous nous trouvâmes à l’est des Moluques et environ au 3o de latitude septentrionale, suivant une observation que notre capitaine fit le 2 mai, jour auquel un calme tout plat succéda à la tempête que nous venions d’essuyer ; ce qui ne me causa pas une médiocre joie, mais le commandant de notre navire qui avait plus d’une fois fréquenté ces mers nous avertit de nous attendre à une tempête. Sa prédiction fut accomplie dès le lendemain, car un vent de midi, qu’on appelle d’ordinaire la mousson du sud, commença à se lever.

  • 2 « Sorte d’élingue en moyen cordage, qui sert de suspente à la vergue de civadière » (P. de Bonnefo (...)
  • 3 « C’est quand on a abaissé les vergues et les voiles pour éviter la fureur du vent » (Trévoux).
  • 4 « En parlant des grandes ouvertures qu’on fait dans le corps d’un vaisseau en sorte qu’il se rempl (...)
  • 5 Ce paragraphe constitue un résumé d’un long passage, truffé d’indications maritimes et de lexique (...)

2Voyant que d’instant à autre il devenait plus fort, nous amenâmes la civière2 et nous nous préparâmes à baisser la misaine, mais comme il faisait gros temps, nous eûmes bien de la peine à en venir à bout. Notre vaisseau était en pleine mer ; c’est ce qui nous fit résoudre d’aller plutôt à mâts et à cordes3 que de capéer. La tempête était si violente qu’il semblait à chaque instant que nous allions couler à fond4. Cependant par le plus grand bonheur du monde, elle s’apaisa après avoir duré quelques jours5.

  • 6 Le Gulliver original est une nouvelle fois plus concret et donne des mesures de distance précises  (...)

3Pendant cet orage qui fut suivi d’un bon vent sud-ouest, nous avions été portés à l’est avec tant de force6 qu’aucun de ceux qui étaient à notre bord ne pouvait dire où nous étions. Nous avions encore assez de provisions ; notre vaisseau était très peu endommagé par la tempête et tout l’équipage se trouvait en parfaite santé, mais nous étions dans la situation la plus cruelle, faute d’eau. Nous jugeâmes qu’il valait mieux tenir la même route que de tourner plus au nord ; ce qui aurait pu nous mener au nord-ouest de la Grande-Tartarie et dans la mer Glaciale.

  • 7 Le Gulliver anglais se montre plus précis dans ses comparaisons : « each Hook about the largeness (...)
  • 8 George Berkeley (1685-1753), ami de Swift, est l’un de ces philosophes.

4Le 16 de juin 1703, un garçon qui était au haut du perroquet vit terre. Le 17, nous aperçûmes distinctement une grande île ou bien un continent (car nous ne savions lequel des deux) au côté méridional duquel il y avait une petite langue de terre qui avançait dans la mer et une petite baie qui n’avait pas même assez de profondeur pour un vaisseau de cent tonneaux. Nous laissâmes tomber l’ancre environ à une lieue de cette baie et notre capitaine envoya une douzaine d’hommes bien armés dans la chaloupe avec des futailles pour voir s’il y aurait moyen de trouver de l’eau. Je lui demandai la permission de les accompagner pour voir le pays et tâcher d’y faire quelques découvertes. Quand nous eûmes mis pied à terre, nous ne vîmes ni rivières ni sources ni aucune marque que le pays fût habité. Nos gens côtoyèrent le rivage pour voir s’ils ne trouveraient pas quelque rivière qui se jetât dans la mer et moi, je fis seul environ un mile de l’autre côté sans rien voir qu’un terrain sec et pierreux. Mécontent de n’avoir rien découvert, je m’en retournais tout doucement à la baie, mais quel ne fut pas mon étonnement quand je vis que non seulement nos gens étaient déjà dans la chaloupe, mais qu’ils tâchaient aussi de regagner le vaisseau à force de rames et avec un empressement dont je ne pus comprendre la raison. J’allais leur crier de s’arrêter quand j’aperçus un [sic] espèce de géant qui s’avançait après eux dans la mer le plus vite qui lui était possible ; il n’avait de l’eau que jusqu’aux genoux et faisait de prodigieuses enjambées, mais nos gens ayant une demi-lieue d’avance sur lui et le fond de la mer étant plein de rochers en cet endroit, le monstre ne put les atteindre. Cela me fut rapporté dans la suite, car je n’eus pas le courage de m’arrêter pour voir la fin d’une si terrible aventure. Je pris le parti de m’enfuir au plus vite par le plus court chemin que je trouvai et, après avoir couru quelque temps, je grimpai sur une colline fort escarpée d’où je pouvais voir une assez grande étendue de pays. Je le trouvai bien cultivé, mais ce qui me surprit d’abord fut la longueur de l’herbe qui avait plus de vingt-quatre pieds en hauteur et qui, dans l’endroit où je la voyais, me paraissait être conservée pour en faire du foin. Au haut de la colline, j’aperçus un grand chemin ; au moins le pris-je pour tel quoiqu’il ne servît aux habitants que d’un petit sentier à travers d’un champ de blé. Je me promenai quelque temps dans ce chemin, mais je ne pus rien voir de côté ni d’autre parce que c’était le temps de la moisson et que les tuyaux avaient tout au moins quarante pieds de hauteur. Il me fallut une heure entière avant que d’être au bout de ce champ qui était environné d’une haie haute de cent-vingt pieds. Il y avait une barrière pour passer de ce champ dans le champ voisin ; cette barrière avait quatre marches au haut desquelles il y avait encore une pierre par-dessus laquelle il fallait sauter. Il m’était impossible de monter ces marches parce que chacune d’elles était haute de six pieds et la pierre de plus de vingt. J’étais à chercher si je ne trouverais pas quelque ouverture dans la haie lorsque je découvris dans le champ voisin un des habitants qui s’avançait vers la barrière et qui était de la même taille que celui qui avait poursuivi notre chaloupe. Il me paraissait de la hauteur d’un clocher ordinaire et faisait environ dix verges de chemin à chaque enjambée. Frappé d’étonnement et de frayeur, j’allai me cacher dans le blé d’où je l’aperçus au haut de la barrière qui regardait dans le champ voisin à la droite. Un moment après, je lui entendis crier quelque chose, mais d’une voix si terrible que je crus d’abord que c’était un coup de tonnerre. À sa voix, accoururent six monstres de la même taille que lui, qui avaient en main des faucilles d’une grandeur démesurée7. Ceux qui venaient d’accourir n’étaient pas si bien habillés que le premier au service de qui ils me paraissaient être. Car après que celui-ci eut prononcé quelques mots, ils allèrent moissonner le blé dans le champ où j’étais. Je m’éloignai d’eux le plus qu’il me fut possible quoiqu’avec une extrême difficulté parce que les tuyaux de blé n’étaient souvent qu’à la distance d’un pied les uns des autres de manière que j’avais toutes les peines du monde de passer entre deux. Néanmoins, en avançant toujours, j’arrivai dans un endroit du champ où le vent et la pluie avaient couché le blé à terre. Ici, il me fut absolument impossible de faire un pas, car les tuyaux étaient si mêlés que je ne pouvais pas me glisser à travers, et les barbes des épis qui étaient tombés, si fortes que leurs pointes pénétraient à travers de tous mes habits. Au même instant, j’entendis les moissonneurs qui n’étaient plus qu’à cent verges de moi. Accablé de fatigue et presque réduit au désespoir, je me couchai entre deux sillons et souhaitai de tout mon cœur de mourir. Le souvenir de ma femme et de mes enfants que, selon toutes les apparences, je ne devais jamais revoir me pénétrait de la plus vive tristesse. Un instant après, je pleurais mon imprudence et ma folie d’avoir entrepris un second voyage contre l’avis de mes parents et de tous mes amis. Dans cette affreuse agitation d’esprit, je ne pus m’empêcher de songer à Lilliput dont les habitants me prenaient pour une créature d’une prodigieuse grandeur, où j’étais capable de me rendre tout seul maître d’une flotte impériale et de faire ces autres merveilles dont la mémoire sera conservée à jamais dans les annales de cet Empire et auxquelles la postérité aura tant de peine à ajouter foi quoique confirmées par la déposition d’un nombre infini de témoins. Je songeai que c’était quelque chose de bien mortifiant pour moi de paraître aussi petit au peuple parmi lequel j’étais qu’un Lilliputien l’aurait paru au milieu de nous. Mais c’était là le moindre de mes malheurs, car, comme l’on a observé que les créatures humaines sont plus sauvages et plus cruelles à proportion de leur grandeur, que pouvais-je attendre sinon d’être mangé par le premier de ces monstres qui me trouverait ? Certainement, les philosophes ont raison de dire que rien n’est grand ou petit que par comparaison8. Il aurait pu se faire que les Lilliputiens eussent trouvé une nation dont le peuple fût aussi petit par rapport à eux qu’eux-mêmes l’étaient à l’égard de moi. Et qui sait si cette énorme race de géants, que je voyais devant mes yeux, n’est pas une pépinière de nains en comparaison de quelque autre peuple ?

  • 9 Sur la feuille suivante (non paginée), une « Fig. II. » représente Gulliver dans la main du géant.
  • 10 Sur pas après l’infinitif, voir F. Brunot, Histoire de la langue française, Paris, 1933, t. VI, p. (...)
  • 11 « C’est une mesure de longueur dont on se sert en plusieurs villes de commerce, comme on fait ici (...)
  • 12 « Monnaie d’or valant deux louis ou deux pistoles ou de quatre demi-pistoles » (Trévoux).

5Quelque effrayé que je fusse, je ne pouvais m’empêcher de faire ces réflexions quand un des moissonneurs, qui n’était qu’à dix verges du sillon où j’étais couché, me fit craindre que, s’il faisait encore un pas, il ne m’écrasât ou qu’il ne me coupât en deux avec sa faux. Pour prévenir l’un et l’autre de ces malheurs, quand je vis qu’il allait faire quelque mouvement, je jetai un cri que la crainte eut soin de rendre grand. À ce cri, le monstre s’arrête et regardant pendant quelque temps de tous côtés au-dessous de lui, il m’aperçut enfin à terre. Durant quelques instants, il me considéra avec cette sorte d’attention qu’on a lorsqu’on voudrait empoigner quelque petit animal dangereux sans qu’il pût nous mordre ou nous égratigner et comme moi-même j’avais quelquefois fait à l’égard d’une belette en Angleterre. À la fin, il se hasarda à me prendre par le milieu entre son pouce et le doigt d’après, et m’approcha à trois verges de ses yeux afin de me voir9 plus distinctement. Je devinai sa pensée et par bonheur j’eus assez de présence d’esprit pour ne faire pas10 le moindre mouvement pendant qu’il me tenait en l’air à la distance de plus de soixante pieds de terre quoiqu’il me pinçât cruellement entre ses doigts, et cela de peur qu’il ne me laissât tomber. Le seul mouvement que je fis fut de tourner mes yeux vers le soleil, de joindre mes mains ensemble d’un air de supplication et de prononcer quelques mots d’un ton lamentable et qui ne convenait que trop à la situation où j’étais. Car à tout moment je tremblais qu’il ne me jetât contre terre comme nous faisons d’ordinaire à l’égard de quelque petit animal odieux que nous avons envie de détruire. Mais le destin qui commençait à s’apaiser envers moi fit que ma voix et mes gestes lui plurent et qu’étonné au dernier point de m’entendre articuler des sons, il me regarda comme une espèce de curiosité. Dans le même temps, je ne pus m’empêcher de faire plusieurs soupirs, de laisser couler quelques larmes et de tourner la tête vers l’endroit où il me tenait, lui donnant à connaître le mieux qu’il m’était possible combien il me faisait mal. Il parut qu’il m’entendit, car ayant levé le pan de son habit, il m’y mit doucement et un instant après, il courut avec moi vers son maître qui était un bon fermier et le même que j’avais premièrement vu dans le champ. Le fermier, ayant (comme je suppose par leur conversation) reçu touchant ma personne toutes les informations que son serviteur pouvait lui donner, prit un brin de paille, environ de la grandeur d’une canne11, et il s’en servit pour lever les pans de mon habit qu’il croyait être une espèce de peau dont la nature m’avait couvert. Il fit venir ses valets et leur demanda (à ce qu’il me fut dit depuis) s’ils avaient jamais trouvé dans les champs une petite créature qui me ressemblât. Alors il me mit doucement à terre dans la même situation que si j’eusse été une bête à quatre pattes, mais je me levai d’abord et me promenai à petits pas en avant et en arrière pour faire connaître à ce peuple que je n’avais pas intention de m’enfuir. Ils étaient tous assis en cercle autour de moi afin de mieux observer mes mouvements. J’ôtai mon chapeau et fis une profonde révérence au fermier. Je me jetai à genoux et ayant levé mes yeux et mes mains au ciel, je prononçai quelques mots le plus haut qu’il me fut possible. Je tirai de ma poche une bourse où il y avait de l’or que je lui offris d’un air respectueux. Il la reçut dans la paume de sa main, l’approcha ensuite tout près de ses yeux pour voir ce que c’était ; après cela, il la tourna plusieurs fois avec la pointe d’une épingle (qu’il tira de sa manche), mais toujours sans comprendre quelle machine ce pouvait être. Quand je vis cela, je lui fis signe de mettre sa main à terre : après quoi, je pris la bourse et l’ayant ouverte, je versai tout l’or dans la paume de sa main. Il y avait six quadruples12 d’Espagne et vingt ou trente autres pièces plus petites. Je remarquai qu’il mouillait sur sa langue le bout de son petit doigt pour prendre de cette manière une de mes plus grandes pièces et puis une autre, mais il me parut qu’il ignorait absolument ce qu’elles étaient. Il me fit signe de les remettre dans la bourse et puis de remettre la bourse dans ma poche ; ce que je fis après la lui avoir offerte encore cinq ou six fois.

6Le fermier fut convaincu alors que j’étais une créature raisonnable. Il me parla souvent et quoique le son de sa voix m’étourdît autant qu’aurait pu faire un moulin à eau, il prononçait néanmoins ses mots distinctement. Je répondis le plus haut que je pus en différentes langues et plusieurs fois il se baissa si fort qu’il n’y avait que la distance de deux verges entre son oreille et moi, mais toute la peine que nous prîmes l’un et l’autre fut entièrement inutile, car il n’y eut aucun moyen de nous entendre. Il envoya alors ses serviteurs à leur ouvrage et, ayant tiré son mouchoir de sa poche, il le plia en deux et le tendit sur sa main gauche qu’il mit tout ouverte à terre avec la paume dessus, me faisant signe de m’y mettre ; ce qui n’était pas difficile puisqu’elle n’avait qu’un pied d’épaisseur. Je crus devoir obéir et de peur de tomber, je me couchai tout de mon long sur le mouchoir avec le reste duquel il m’enveloppa jusqu’à la tête pour plus grande sûreté, et de cette manière il m’emporta à sa maison. Arrivé chez lui, il me montra d’abord à sa femme, mais elle fit un cri et se retira en arrière comme les dames en Angleterre ont coutume de faire quand elles voient un crapaud ou une araignée. Cependant, quand elle eut un peu considéré ma contenance et avec quelle docilité j’obéissais aux moindres signes que son mari me faisait, elle s’apprivoisa bien vite et ne tarda guère à m’aimer de tout son cœur.

  • 13 « Réduire du pain en petits morceaux, en petites miettes » (Trévoux).
  • 14 L’allusion exotique à l’éléphant est le fait du traducteur. L’original se contente d’évoquer des c (...)
  • 15 Comprendre que le père prend la main de son fils pour caresser Gulliver.

7Environ à midi, un domestique apporta le dîner qui consistait dans un seul plat, mais bon dans sa sorte et tel qu’il fallait à un laboureur. Ce plat avait plus de vingt-quatre pieds de diamètre. La compagnie consistait dans le fermier, sa femme, trois enfants et une vieille grand-mère. Quand tout le monde fut assis, le fermier me plaça à quelque distance de lui sur la table qui était haute de trente pieds. J’étais dans de terribles transes et de peur de tomber en bas, je m’éloignai du bord le plus qu’il me fut possible. La femme coupa en petites pièces un morceau de viande et puis se mit à émier13 un peu de pain sur une assiette qu’elle plaça ensuite devant moi. Je lui fis une profonde révérence, tirai mon couteau et ma fourchette, et me mis à manger dont ils parurent fort satisfaits. La maîtresse du logis ordonna à sa servante d’aller quérir une petite coupe qui ne tenait qu’environ douze pintes et qu’elle eut soin elle-même de remplir pour moi. Je fus obligé de me servir de mes deux mains pour prendre la coupe et d’un air fort respectueux, je bus à la santé de la dame du logis ; ce qui fit faire à toute la compagnie un si grand éclat de rire que je pensai en devenir sourd. Cette boisson avait un goût de petit cidre et n’était nullement désagréable. Le maître me fit signe alors de me mettre à côté de son assiette, mais comme je marchais sur la table, étant, comme il est facile à mes lecteurs de le concevoir, encore tout éperdu, il m’arriva de broncher contre une croute de pain et de tomber sur mon nez, mais par bonheur sans me faire de mal. Je me relevai d’abord et remarquant que ces bonnes gens étaient fort inquiets, je pris mon chapeau (que j’avais tenu par politesse sous le bras) et en le tournant au-dessus de ma tête, je fis en même temps deux ou trois cris de joie pour montrer que je ne m’étais point blessé. Mais dans le temps que je m’avançais vers mon maître (comme je l’appellerai toujours dans la suite), le plus jeune de ses fils, qui était assis à côté de lui et qui était un méchant garnement d’environ dix ans, me prit par les jambes et me tint si haut en l’air qu’il n’y avait partie de mon corps qui ne tremblât de peur, mais son père m’ôta d’entre ses mains et lui donna un si terrible soufflet qu’il aurait pu renverser le plus terrible éléphant qu’on ait jamais vu en Europe14, lui ordonnant en même temps de sortir de table. Mais moi, craignant que le garçon ne me gardât quelque rancune et me ressouvenant parfaitement bien jusqu’à quel point les enfants parmi nous sont cruels envers les moineaux, les lapins, les jeunes chats et les petits chiens, je me jetai à genoux et désignant le criminel, je tâchai à faire entendre à mon maître que je lui demandais en grâce qu’il voulût lui pardonner. Le père y consentit et donna permission à son fils de reprendre sa place ; sur quoi j’allai vers lui et baisai sa main que mon maître prit et passa plusieurs fois sur mon visage comme pour me caresser15.

  • 16 Omission d’un passage qui met en avant le rôle primordial des sens (en l’occurrence l’ouïe) dans l (...)
  • 17 Omission d’un précision numérique : cinquante pieds séparent Gulliver du chat (« I stood at the fu (...)
  • 18 « Membre d’un logis, partie d’un appartement » ; si le mot peut désigner « le lieu où on couche », (...)

8Vers le milieu du repas, le chat favori de ma maîtresse sauta dans son giron16. Cet animal me parut trois fois plus grand qu’un bœuf à en juger par sa tête et par une de ses pattes que je considérai attentivement pendant que sa maîtresse le caressait et lui donnait à manger. L’air furieux de cette bête me fit trembler quoique je fusse à l’autre bout de la table et que ma maîtresse la retînt de peur qu’elle ne sautât sur la table17 et ne me prît entre ses griffes. Mais par bonheur j’en fus quitte pour la crainte, car le chat ne fit pas la moindre attention à moi quoique mon maître m’en eût si fort approché que je n’en étais plus qu’à la distance de trois verges. Comme j’avais toujours ouï dire et même éprouvé dans mes voyages que fuir ou marquer de la frayeur devant un animal cruel est le vrai moyen de s’en faire attaquer, je pris la résolution dans cette épineuse conjoncture de prendre un air ferme et assuré. Je me promenai cinq ou six fois avec un maintien intrépide devant la tête même du chat et vins ensuite tout près de lui ; sur quoi il sauta à terre, tout comme s’il avait été plus effrayé encore que moi. Ce trait de courage qui m’avait si bien réussi fit que je n’eus pas tant peur des chiens dont trois ou quatre venaient d’entrer dans la chambre18 comme cela est ordinaire dans les maisons des fermiers. Un de ces chiens qui était un mâtin était de la grandeur de quatre éléphants ; tout près de lui était un lévrier plus haut encore, mais pas si large.

  • 19 Cela ne servit à rien. L’expression ne paraît pas avoir été relevée en ce sens dans les dictionnai (...)
  • 20 La traduction est bien plus pudique que le texte de Swift, car après une précaution oratoire à l’a (...)

9Nous avions presque achevé de dîner quand la nourrice entra, ayant entre ses bras un enfant d’un an qui m’aperçut d’abord et commença à crier si fort qu’on l’aurait entendu à une lieue et cela, suivant la bonne coutume des enfants, pour que je lui servisse de jouet. Sa mère par pure indulgence me prit et m’avança vers l’enfant qui me saisit incontinent par le milieu et fourra ma tête dans sa bouche ; ce qui me fit jeter des cris si affreux que l’enfant effrayé me laissa tomber, et je me serais infailliblement cassé le cou si la mère n’avait pas tenu son tablier sous moi. La nourrice pour apaiser le petit se servit d’un hochet qui était une espèce de vaisseau creux, rempli de grandes pierres et attaché avec un câble au milieu du corps de l’enfant. Mais cela n’y fit œuvre19, tellement qu’elle fut obligée d’avoir recours au dernier remède qui était de lui donner le sein. J’avoue n’avoir jamais vu un objet plus monstrueusement dégoûtant que celui qui s’offrit alors à mes regards. J’en étais si près que je pouvais le voir très distinctement, mais j’aime mieux épargner à mes lecteurs une pareille description20 et leur faire part d’une réflexion que m’inspira la vue de ce laid et énorme sein. La peau de nos dames anglaises, disais-je en moi-même, nous paraît très belle, mais cela ne viendrait-il pas de ce que ces dames ne sont pas plus grandes que nous et de ce que nous ne voyons pas leur peau à travers un microscope qui nous convaincrait que le teint le plus blanc et le plus uni n’est au fond qu’un assemblage raboteux de plusieurs vilaines couleurs.

  • 21 « Bourgeons ou taches rouges qui viennent au visage et sur la peau » (Trévoux). Il s’agit en réali (...)
  • 22 L’emploi adverbial est ici peu courant. On trouvera, p. 104, « qui était tout de planches ».
  • 23 « C’est-à-dire quand je me tenais à terre tout près de lui » est une explicitation ajoutée par le (...)

10Je me souviens que dans le temps que j’étais à Lilliput, les teints des habitants me paraissaient la plus belle chose du monde et que causant sur ce sujet avec un homme d’esprit du pays qui était un de mes intimes amis, il me dit que mon visage lui paraissait beaucoup plus beau et plus uni quand il me regardait de terre que lorsque, placé dans ma main, il pouvait me considérer de plus près. Il m’avoua qu’il apercevait alors de grands creux dans mon menton, que le poil de ma barbe était plus rude que la soie d’un sanglier et que mon teint était composé de plusieurs couleurs très désagréables, quoique je puisse dire sans vanité que je suis aussi beau que la plupart des personnes de mon sexe et de mon pays, et que mon teint n’est pas autant hâlé par mes voyages qu’il aurait pu l’être. D’un autre côté, parlant des dames de la cour de Lilliput, il m’a dit plus d’une fois que l’une avait des taches de rougeur21, une autre la bouche trop grande, une troisième le nez mal fait qui étaient tout22 des choses dont il m’était impossible de m’apercevoir. J’avoue ingénument que les réflexions que je viens de faire sont fort naturelles et que mon lecteur aurait bien pu les faire sans moi. Cependant je n’ai pu m’empêcher de lui en faire part de peur qu’il ne s’imaginât que ces vastes créatures fussent réellement plus difformes que nous, car pour leur rendre justice, il faut que je confesse que c’est un peuple fort bien tourné et, en particulier touchant mon maître, que quoiqu’il ne fût qu’un fermier, ses traits pourtant me paraissaient très bien proportionnés quand je les considérais à la distance de soixante pieds, c’est-à-dire quand je me tenais à terre tout près de lui23.

  • 24 Erreur de traduction : il s’agit de vingt verges (« twenty Yards » [GT II 25]) et non de quarante.
  • 25 « Le dogue d’Angleterre ou le bouledogue est un chien de la plus grande espèce, [il] a la tête ext (...)
  • 26 En réalité, il ne mesure pas le rat mort, mais simplement sa queue : « I measured the Tail of the (...)
  • 27 Omission de détails sanguinolants : « but it went against my Stomach to drag the Carcass off the B (...)

11Lorsqu’on fut sorti de table, mon maître alla trouver ses ouvriers et autant que je pus le découvrir par sa voix et par ses gestes, donna ordre à sa femme d’avoir bien soin de moi. J’étais extrêmement las et j’avais une furieuse envie de dormir. Ma maîtresse qui le remarqua me mit sur son propre lit et me couvrit d’un mouchoir blanc, mais qui était plus grand et plus épais que la principale voile d’un vaisseau de guerre. Je dormis environ deux heures et songeai que j’étais chez moi avec ma femme et mes enfants ; ce qui redoubla ma tristesse quand à mon réveil, je me trouvai seul dans un vaste appartement qui avait deux à trois cents pieds d’étendue et plus de deux cents en hauteur, et dans un lit qui avait quarante verges24 de largeur. Ma maîtresse était sortie pour avoir soin de ses affaires domestiques et avait fermé après elle la porte de la chambre où j’étais. Le lit était à huit verges de terre. Pressé par quelque nécessité, j’aurais bien voulu descendre, mais je n’osai appeler personne parce qu’aussi bien tous mes cris auraient été inutiles et ne seraient certainement pas parvenus jusqu’à la cuisine où toute la famille était. Pendant que je me trouvais dans cet embarras, deux rats grimpèrent contre les rideaux et coururent de côté et d’autre en flairant. Un d’eux vint jusque sur mon visage et me causa une terrible frayeur. Je me levai aussitôt et tirai mon épée pour me défendre. Ces horribles animaux eurent la hardiesse de m’attaquer des deux côtés et un d’eux me sauta au collet, mais j’eus le bonheur de lui fendre le ventre avant qu’il pût me faire aucun mal. Il tomba à mes pieds et l’autre, voyant le sort de son camarade, s’enfuit, mais non pas sans avoir reçu une bonne blessure par derrière que je lui donnai pendant qu’il s’enfuyait. Cet exploit achevé, je me promenai au petit pas de côté et d’autre sur le lit pour me remettre de ma frayeur et de la fatigue que je venais d’essuyer. Ces rats étaient de la taille d’un grand dogue d’Angleterre25, mais infiniment plus agiles et plus méchants si bien que si j’avais ôté mon épée avant que de me coucher, j’aurais été infailliblement dévoré. Je mesurai le rat mort26 et trouvai qu’il avait deux verges moins un pouce de longueur27.

12Peu après ma maîtresse entra dans la chambre et me voyant tout en sang, elle courut au plus vite à moi et me prit dans sa main ; je lui montrai le rat mort en riant et en faisant d’autres démonstrations de joie pour lui donner à connaître que je n’avais aucun mal. Elle en fut charmée et ordonna à une servante de prendre le rat avec des pincettes et de le jeter par la fenêtre. Après cela, elle me mit sur une table où je lui montrai mon épée toute sanglante que j’essuyai un instant après et que je remis dans son fourreau. J’étais pressé de faire plus d’une de ces sortes de choses à l’égard desquelles les procurations sont impraticables et pour cet effet, je m’efforçai de faire comprendre à ma maîtresse que je souhaitais d’être mis à terre ; ce qui étant exécuté, ma pudeur ne me permit pas de faire d’autres gestes que de montrer la porte et de me courber plusieurs fois. La bonne femme me comprit enfin quoiqu’avec grande peine : elle me prit dans sa main et me mit à terre dans le jardin. Je m’éloignai d’elle de deux cents verges et lui ayant fait signe de ne me pas regarder et de ne me pas suivre, je me cachai entre deux feuilles d’oseille et satisfis à mes besoins.

13J’espère que le lecteur bénévole m’excusera si j’insiste quelquefois sur ces particularités de ce genre qui, quoique peu intéressantes aux yeux du vulgaire ignorant, ne laissent pas de donner un nouveau degré d’étendue aux idées et à l’imagination d’un philosophe. D’ailleurs, je me suis particulièrement attaché à la vérité sans prêter à mon style les ornements affectés du mensonge et je puis dire que toutes les circonstances de ce voyage ont fait sur moi une si vive impression et sont si profondément gravées dans ma mémoire qu’en les mettant sur le papier, je n’en ai omis aucune qui fût tant soit peu importante, quoiqu’après une exacte revue, j’aie effacé quelques endroits moins importants qui sont dans ma première copie et cela crainte d’ennuyer mes lecteurs, crainte qui, à ce qu’on dit, devrait agiter la plupart des auteurs de voyages.

Notes

1 Sur la feuille précédente (non paginée), une carte « Fig. II. Tom. I. Pag. 107 » présente Brobdingnag en haut à gauche (« Découvert A. D. 1703 ») comme une partie de l’Amérique septentrionale, séparée de la Nouvelle-Angleterre par le détroit d’Annian.

2 « Sorte d’élingue en moyen cordage, qui sert de suspente à la vergue de civadière » (P. de Bonnefoux, Dictionnaire de Marine, Paris, 1834, p. 84) ; il semble toutefois que le traducteur ait mal traduit « sprit-sail » qui désigne la civadière : « voile carrée et qui se grée sous le mât de beaupré » (ibid.).

3 « C’est quand on a abaissé les vergues et les voiles pour éviter la fureur du vent » (Trévoux).

4 « En parlant des grandes ouvertures qu’on fait dans le corps d’un vaisseau en sorte qu’il se remplit d’eau et s’enfonce » (Trévoux).

5 Ce paragraphe constitue un résumé d’un long passage, truffé d’indications maritimes et de lexique nautique (GT II 4).

6 Le Gulliver original est une nouvelle fois plus concret et donne des mesures de distance précises : « we were carried by my Computation about five hundred Leagues to the East » (GT II 5).

7 Le Gulliver anglais se montre plus précis dans ses comparaisons : « each Hook about the largeness of six Scythes » (GT II 9).

8 George Berkeley (1685-1753), ami de Swift, est l’un de ces philosophes.

9 Sur la feuille suivante (non paginée), une « Fig. II. » représente Gulliver dans la main du géant.

10 Sur pas après l’infinitif, voir F. Brunot, Histoire de la langue française, Paris, 1933, t. VI, p. 1861.

11 « C’est une mesure de longueur dont on se sert en plusieurs villes de commerce, comme on fait ici l’aune » (Trévoux). L’aune valait 1,20 m environ.

12 « Monnaie d’or valant deux louis ou deux pistoles ou de quatre demi-pistoles » (Trévoux).

13 « Réduire du pain en petits morceaux, en petites miettes » (Trévoux).

14 L’allusion exotique à l’éléphant est le fait du traducteur. L’original se contente d’évoquer des cavaliers : « gave him such a Box on the left Ear, as would have felled an European Troup of Horse to the Earth » (GT II 19).

15 Comprendre que le père prend la main de son fils pour caresser Gulliver.

16 Omission d’un passage qui met en avant le rôle primordial des sens (en l’occurrence l’ouïe) dans la compréhension d’un environnement inconnu (« I heard a noise behind me like that of a dozen Stocking-Weavers at work ; and turning my Head I found it proceeded from the purring of this Animal », GT II 19-20). Cette omission ne rend donc pas compte de l’influence de l’empirisme sur la façon dont le héros découvre les mondes nouveaux auxquels il est confronté.

17 Omission d’un précision numérique : cinquante pieds séparent Gulliver du chat (« I stood at the further End of the Table, about fifty Foot off », GT II 20).

18 « Membre d’un logis, partie d’un appartement » ; si le mot peut désigner « le lieu où on couche », il désigne aussi « le lieu où on reçoit compagnie » (Trévoux).

19 Cela ne servit à rien. L’expression ne paraît pas avoir été relevée en ce sens dans les dictionnaires de l’époque.

20 La traduction est bien plus pudique que le texte de Swift, car après une précaution oratoire à l’adresse du lecteur, de nombreux détails décrivent la poitrine de la nourrice : « her monstrouous Breast, which I cannot tell what to compare with, so as to give the curious Reader an idea of its Bulk, Shape and Colour. It stood prominent six Foot, and could not be less than sixteen in Circumference. The Niple was about half the Bigness of my Head, and the Hew both of that and the Dug so varified with Spots, Pimples and Freckles, that nothing could appear more nauseous : For I had a near sight of her, she sitting down the more conveniently to give Suck, and I standing on the Table » (GT II 22).

21 « Bourgeons ou taches rouges qui viennent au visage et sur la peau » (Trévoux). Il s’agit en réalité de taches de rousseur.

22 L’emploi adverbial est ici peu courant. On trouvera, p. 104, « qui était tout de planches ».

23 « C’est-à-dire quand je me tenais à terre tout près de lui » est une explicitation ajoutée par le traducteur.

24 Erreur de traduction : il s’agit de vingt verges (« twenty Yards » [GT II 25]) et non de quarante.

25 « Le dogue d’Angleterre ou le bouledogue est un chien de la plus grande espèce, [il] a la tête extrêmement grosse [...] ses os sont gros ; ses muscles bien apparents ; il est le plus hardi et le plus vigoureux de tous les chiens. » (Encyclopédie).

26 En réalité, il ne mesure pas le rat mort, mais simplement sa queue : « I measured the Tail of the dead Rat » (GT II 26).

27 Omission de détails sanguinolants : « but it went against my Stomach to drag the Carcass off the Bed, where it lay still bleeding ; I observed it had yet some Life, but with a strong Slash cross the Neck, I thoroughly dispatched it » (GT II 26-27).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7290/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 562k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search