Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie I. Voyage de Lilliput

Chapitre VIII

Résumé

Par un bonheur singulier, l’auteur trouve moyen de quitter Blefuscu et, après avoir surmonté quelques difficultés, revient sain et sauf dans sa patrie.

Texte intégral

1Trois jours après mon arrivée, me promenant au côté septentrional de l’île, je vis dans la mer quelque chose à la distance d’environ une demi-lieue qui avait l’air d’une chaloupe tournée sens dessus dessous. J’ôtai mes souliers et mes bas et, avançant dans l’eau l’espace de deux ou trois cents verges, j’aperçus l’objet que la marée continuait à pousser vers le rivage et alors je vis distinctement une chaloupe qui, selon toutes les apparences, avait été détachée d’un vaisseau par quelque tempête. Sans perdre de temps, je m’en retournai à la ville et priai Sa Majesté impériale de me prêter vingt de ses plus grands vaisseaux et trois mille matelots sous le commandement du vice-amiral. Cette flotte mit à la voile pendant que je me rendis par le plus court chemin à l’endroit d’où j’avais découvert la chaloupe ; je trouvai que la marée l’avait encore fait approcher. Les matelots étaient tous pourvus de cordages que j’avais eu auparavant soin d’accommoder en entortillant plusieurs cordes ensemble afin de les rendre plus fortes. Quand les vaisseaux furent arrivés, je me déshabillai et marchai dans l’eau jusqu’à ce que je fusse à la distance de cent verges de la chaloupe ; après quoi je fus obligé pour y arriver de faire le reste du chemin à la nage. Les matelots me jetèrent le bout d’une corde que j’attachai à l’avant de la chaloupe et l’autre bout à un vaisseau de guerre, mais toute la peine que je prenais fut presque inutile parce que, ne pouvant prendre pied, j’étais hors d’état de travailler. Dans cette nécessité, je fus obligé de gagner à la nage l’arrière de la chaloupe que je me mis à pousser avec une de mes mains le mieux qui me fût possible, et comme la marée m’était favorable, je fis assez de chemin pour pouvoir toucher le fond en n’ayant de l’eau que jusqu’au menton. Je me reposai pendant deux ou trois minutes et puis continuai à pousser la chaloupe jusqu’à ce que je n’eusse d’eau que jusqu’aux aisselles ; et comme alors le plus difficile était fait, je pris mes autres câbles, qui étaient dans un des vaisseaux, et je les attachai d’abord à la chaloupe et ensuite à neuf vaisseaux que j’avais fait approcher pour cet effet. Le vent étant favorable, les matelots remorquèrent la chaloupe et moi, je facilitai leur travail en la poussant jusqu’à ce que nous ne fussions plus qu’à quarante verges du rivage. J’attendis là que l’eau fût basse ; après quoi j’allai jusqu’à la chaloupe à pied sec et par le secours de deux mille hommes pourvus de différents instruments, je la retournai de l’autre côté et vis avec un très grand plaisir qu’elle n’était que très peu endommagée.

  • 1 La traduction s’éloigne du texte original, car en réalité il n’a pas mis dix jours pour arriver à (...)

2Je ne fatiguerai point le lecteur en lui disant que pendant l’espace de dix jours, j’eus mille et mille peines pour amener ma chaloupe au port royal de Blefuscu1 où la nouvelle de mon arrivée avait attiré un nombre infini de personnes dont l’admiration à la vue d’un si prodigieux vaisseau est au-dessus de toute expression. Je dis à l’empereur qu’un heureux destin m’avait fait rencontrer cette chaloupe pour me transporter dans quelque endroit d’où je pourrais regagner ma patrie, et je suppliai Sa Majesté de donner les ordres nécessaires pour qu’on me fournît les choses dont j’aurais besoin pour raccommoder et pour avitailler ma chaloupe, et de m’accorder en même temps la permission de partir ; à quoi l’empereur consentit après m’avoir fait néanmoins quelques reproches obligeants de vouloir le quitter si tôt.

3Je fus fort surpris de ne voir arriver pendant tout ce temps aucun exprès qui me regardât de la part de l’empereur de Lilliput à la cour de Blefuscu, mais j’appris depuis que Sa Majesté impériale, ne pouvant s’imaginer que je savais quelque chose de ses desseins, avait cru que j’étais seulement allé à Blefuscu pour dégager ma parole et conformément à la permission que j’en avais reçue, et qu’après avoir salué l’empereur de Blefuscu, je ne manquerais pas de revenir dans peu de jours. Mais enfin ma longue absence commença de l’inquiéter et après avoir pris conseil avec le trésorier et le reste de sa cabale, on envoya à la cour de Blefuscu une personne de qualité chargée d’une copie des articles d’accusation contre moi. Cet envoyé devait représenter à l’empereur l’extrême clémence de son maître qui avait la bonté de ne me condamner qu’à perdre les yeux, que je m’étais sauvé des mains de la justice et que si dans deux heures, je n’étais de retour, je serais déclaré traître et dépouillé de mon titre de nardac. L’envoyé ajouta que pour maintenir la paix et l’amitié entre les deux Empires, son maître s’attendait que Sa Majesté donnerait ses ordres pour que je fusse bien garrotté et conduit ainsi à Lilliput afin d’y être puni comme un traître.

4L’empereur de Blefuscu, ayant pris trois jours pour se consulter, fit une réponse qui ne consistait qu’en compliments et en excuses. Il dit que le monarque de Lilliput ne pouvait ignorer que le projet de me garrotter était absolument impraticable, que quoique j’eusse emmené sa flotte, il ne laissait pas de m’avoir de grandes obligations de ce que je l’avais servi à obtenir la paix, que quoi qu’il en fût à ces égards, les deux Empires seraient bientôt délivrés de moi parce que j’avais trouvé sur la côte un vaisseau si prodigieux qu’il pouvait non seulement me contenir, mais même servir à me transporter par mer dans quelque autre pays, qu’il avait donné les ordres nécessaires pour que rien de tout ce qui m’était nécessaire pour mon voyage ne me manquât et qu’ainsi il espérait que dans peu de semaines, les deux monarchies seraient déchargées d’un si insupportable fardeau.

  • 2 Il écrit encore « suiver ».

5L’envoyé s’en retourna à Lilliput avec cette réponse et l’empereur de Blefuscu me fit part de tout ce qui s’était passé, m’offrant en même temps (mais sous le sceau du secret) sa protection si je voulais rester à son service ; ce que je refusai le plus honnêtement qu’il me fût possible parce que, quoique je le crusse sincère, j’avais résolu de ne me plus fier aux princes ni à leurs ministres si je pouvais m’en dispenser. J’ajoutai que puisque ma fortune, bonne ou mauvaise, m’avait fait trouver un vaisseau, j’étais déterminé à mettre en mer, plutôt que d’être un différend entre deux si puissants monarques. L’empereur ne me parut pas fâché de mon dessein et je découvris par hasard qu’il en était même bien aise comme aussi ses ministres. Ces considérations me firent hâter mon départ ; en quoi la cour, qui ne demandait pas mieux que de me voir partir, eut la bonté de me seconder : cinq cents ouvriers furent employés à faire deux voiles pour ma chaloupe et ces voiles furent faites du linge le plus fort qu’on pût trouver, mis treize fois l’un sur l’autre. J’accommodai mes cordages et mes câbles, en entortillant vingt ou trente ensemble. Une grande pierre que je trouvai sur le bord de la mer après avoir longtemps cherché me servit d’ancre. Je pris la graisse de trois cents vaches pour suiffer2 mon vaisseau et pour quelques autres usages. Il est incroyable combien j’eus de peine à trouver des arbres assez grands pour me faire des rames et des mâts ; en quoi néanmoins je fus bien aidé par les charpentiers de navire de Sa Majesté qui contribuèrent beaucoup à les polir après que j’avais fait l’ouvrage le plus rude.

6Dans l’espace d’un mois, tout fut prêt. J’envoyai alors quelqu’un pour demander si Sa Majesté n’avait rien à m’ordonner et pour lui dire que si elle me le permettait, mon dessein était de partir. L’empereur, accompagné de son auguste famille, sortit du palais : je me prosternai à terre pour baiser sa main qu’il me tendit d’une manière fort gracieuse. L’impératrice et les jeunes princes du sang en firent autant. Sa Majesté me fit présent de cinquante bourses de deux cents sprugs chacune, avec son portrait en grand que je mis d’abord dans un de mes gants de peur d’accident. Les cérémonies qui furent faites à mon départ sont en trop grand nombre pour que j’en fasse ici la description.

7Cent bœufs, trois cents brebis et autant de mets que quatre cents cuisiniers purent apprêter, avec du pain et toute sorte de breuvage à proportion servirent à avitailler ma chaloupe. Je pris avec moi six vaches et deux taureaux en vie et le même nombre de brebis et de béliers dans l’intention de les transporter dans mon pays et d’en multiplier la race. Pour les nourrir, j’avais pris à bord une bonne quantité de foin et un sac de froment. J’aurais volontiers pris avec moi une douzaine de naturels du pays, mais jamais l’empereur n’y voulut consentir et par-dessus une exacte recherche qui fut faite dans toutes mes poches, Sa Majesté me fit promettre, foi d’homme d’honneur, de n’emporter aucun de ses sujets quand même ils y consentiraient.

  • 3 Il s’agit en fait de la Terre de Van Diemen (« Van Diemen’s Land » [GT I 143]), qui correspond auj (...)
  • 4 « Se dit aussi à la rencontre de deux vaisseaux lorsqu’ils se demandent le qui vive » (Trévoux).

8Ayant ainsi préparé toutes choses de mon mieux, je mis à la voile le vingt-quatrième septembre 1701 à six heures du matin et après que j’eus fait environ quatre lieues vers le nord, le vent étant sud-est, à six heures du soir, je découvris une petite île éloignée d’une demi-lieue au nord-ouest et qui me parut déserte. À une raisonnable distance du rivage, je laissai tomber l’ancre ; après cela, je soupai légèrement et tâchai ensuite de me reposer. Je dormis, suivant ma conjecture, bien six heures, car deux heures après que je me fus réveillé, le jour commença à poindre. Il faisait un beau clair de lune ; je déjeunai avant le lever du soleil et ayant levé l’ancre à la faveur d’un bon vent, je continuai le même chemin que j’avais pris le jour précédent ; en quoi mon compas de poche me fut d’un grand usage. Mon intention était de gagner, si je le pouvais, une des îles que j’avais raison de croire être situées au nord-est du pays de Diemen3. Je ne vis rien de tout ce jour, mais le suivant, vers les trois heures après midi, étant éloigné suivant mon calcul de vingt-quatre lieues de Blefuscu, j’aperçus une voile qui portait au sud-est. Je halai4 sur elle, mais je ne reçus point de réponse ; cependant je m’en approchais de plus en plus parce que le vent commençait à s’affaiblir. Je fis servir toutes mes voiles et dans une demi-heure, les gens du vaisseau m’aperçurent et tirèrent un coup de mousquet pour m’avertir qu’ils m’avaient vu. Il m’est impossible d’exprimer la joie qu’excita en moi l’espérance de revoir ma chère patrie et les personnes à qui j’étais uni par de si tendres liens. Le vaisseau fit petites voiles et je l’atteignis entre cinq et six heures du soir, le 26 septembre, mais quels ne furent pas mes transports en voyant que c’était un navire anglais ! Je mis mes vaches et mes brebis dans les poches de mon habit et me rendis à bord avec toutes mes petites provisions. C’était un vaisseau marchand qui revenait du Japon par les mers du Nord et du Sud ; le capitaine qui s’appelait M. Jean Biddel était un homme fort honnête et très entendu dans la marine. Nous étions alors à 30o de latitude méridionale et il pouvait y avoir cinquante hommes sur le vaisseau entre lesquels je trouvai un de mes vieux camarades dont le nom était Pierre Williams qui fit de moi un portrait fort avantageux au capitaine. Ce galant homme me fit toutes sortes de civilités et me pria de lui dire d’où je venais en dernier lieu et où j’avais eu dessein d’aller. Je satisfis sa curiosité en peu de mots, mais il crut que je rêvais et que les dangers que j’avais courus m’avaient troublé la cervelle ; sur quoi je tirai de ma poche mes vaches et mes brebis qu’il n’eut pas plus tôt vues qu’il avoua n’avoir rien à répondre à cette espèce de démonstration. Je lui fis voir ensuite l’or que l’empereur de Blefuscu m’avait donné, le portrait de Sa Majesté en grand et quelques autres curiosités du pays. Je lui fis présent de deux bourses, chacune de deux cents sprugs, et je lui promis que quand je serais arrivé en Angleterre, il aurait une de mes vaches et une brebis pleine.

  • 5 Une rade sur la côte du Kent (« the Downs » [GT I 145]).

9Il ne nous arriva pendant le reste du voyage, qui généralement parlant fut fort heureux, rien d’assez considérable pour en faire part à mes lecteurs. Nous arrivâmes aux Dunes5 le 13 avril 1702. Le seul malheur que j’eus fut que les rats m’emportèrent une de mes brebis dont je trouvai les os très proprement rongés dans un coin. J’apportai le reste de mon troupeau sain et sauf à terre et je le mis à l’herbe dans un boulingrin à Greenwich où il s’engraissa parfaitement bien quoique j’eusse toujours craint le contraire. Je n’aurais jamais pu les tenir en vie durant un si long voyage si le capitaine ne m’avait donné quelques-uns de ses meilleurs biscuits qui, étant réduits en poudre et mêlés avec de l’eau, étaient la meilleure nourriture du monde pour mon petit troupeau. En le montrant à plusieurs personnes de qualité et autres, je fis un profit considérable durant le peu de temps que je restai en Angleterre et avant que d’entreprendre mon second voyage, je le vendis pour six cents pièces. Depuis mon dernier retour, j’ai trouvé que la race en est considérablement augmentée et particulièrement des brebis qui, à ce que j’espère, serviront beaucoup à l’avancement des manufactures de laine par la finesse de leur toison.

  • 6 Omission d’un élément de couleur locale : le fait qu’il installe sa femme à Redriff (« And fixed h (...)
  • 7 De nouveau, tout ce qui fait couleur locale est gommé : « un autre petit bien » correspond en réal (...)
  • 8 Sur l’école latine (qui dénote l’origine hollandaise du traducteur), voir http://histoire-educatio (...)

10Je ne restai que deux mois avec ma femme et mes enfants, car mon désir insatiable de voir de nouveaux pays ne me permit pas de faire chez moi un plus long séjour. Je laissai quinze cents pièces à ma femme6 et ce qui me restait par-dessus cette somme, je le convertis en argent et en marchandises dans l’espérance de faire fortune. Mon oncle Jean m’avait laissé une petite terre qui me valait trente pièces par an et j’avais par-dessus cela un autre petit bien qui me rendait encore davantage7 si bien que je ne courais aucun risque de laisser ma famille à l’aumône. Mon fils Jeannot, ainsi nommé après son oncle, allait encore à l’école latine8 et était un fort bon enfant ; pour ma fille Élisabeth (qui à présent est bien mariée et a des enfants), elle apprenait à coudre. Je pris congé de ma femme, de mon fils et de ma fille en mêlant mes larmes avec les leurs, et je me rendis à bord du Hasardeux, vaisseau marchand de trois cents tonneaux, destiné pour Surate et dont le capitaine Jean Nicolas était commandant. Que si mes lecteurs sont curieux de savoir ce qui m’est arrivé dans ce second voyage, leur curiosité sera bientôt satisfaite.

Fin de la première partie.

Notes

1 La traduction s’éloigne du texte original, car en réalité il n’a pas mis dix jours pour arriver à Blefuscu, mais pour fabriquer les rames nécessaires à ce trajet : « I shall not trouble the Reader with the Difficulties I was under by the help of certain Paddles, which cost me ten days making, to get my Boat to the Royal Port of Blefuscu » (GT I 136).

2 Il écrit encore « suiver ».

3 Il s’agit en fait de la Terre de Van Diemen (« Van Diemen’s Land » [GT I 143]), qui correspond aujourd’hui à la Tasmanie.

4 « Se dit aussi à la rencontre de deux vaisseaux lorsqu’ils se demandent le qui vive » (Trévoux).

5 Une rade sur la côte du Kent (« the Downs » [GT I 145]).

6 Omission d’un élément de couleur locale : le fait qu’il installe sa femme à Redriff (« And fixed her in a good House at Redriff » [GT I 147]). De la même manière, dans la traduction des lignes suivantes, nulle mention du lieu de la propriété de l’oncle (près d’Epping, « an Estate in Land, near Epping » [GT I 147]), ou de la provenance du capitaine Jean Nicolas (« Captain John Nicholas of Leverpool Commander » [GT I 148]).

7 De nouveau, tout ce qui fait couleur locale est gommé : « un autre petit bien » correspond en réalité au revenu du bail locatif de l’auberge du Taureau noir à Fetter Lane, une rue de Londres (Gulliver’s Travels, éd. Albert J. Rivero, New York, 2002, p. 66, note 4) (« And I had a long Lease of the Black-Bull in Fetter-Lane » [GT I 147]).

8 Sur l’école latine (qui dénote l’origine hollandaise du traducteur), voir http://histoire-education.revues.org/2067, § 10.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/7280/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search