Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie I. Voyage de Lilliput

Chapitre VII

Résumé

L’auteur, étant informé que ses ennemis avaient dessein de l’accuser de haute trahison, se réfugie à Blefuscu. Manière dont il y est reçu.

Texte intégral

1Avant que de raconter ma sortie de Lilliput, l’ordre veut que j’informe mes lecteurs des raisons qui me forcèrent à prendre et à exécuter ce dessein.

2Tout ce qu’on appelle cour avait été jusqu’alors un pays inconnu pour moi parce que la bassesse de ma condition ne m’avait jamais permis d’en fréquenter. À la vérité, la conversation et la lecture m’avaient donné d’assez mauvaises idées des princes et de leurs ministres, mais jamais je ne me serais attendu à être convaincu un jour de la justesse de ces idées par ma propre expérience et cela dans un pays fort éloigné et gouverné, à ce que je croyais, par des maximes tout à fait différentes de celles qui sont en vogue en Europe. Dans le temps que je me préparais à aller rendre mes devoirs à l’empereur de Blefuscu, un seigneur fort considéré à la cour (à qui j’avais rendu un service très signalé dans un temps qu’il était fort mal avec l’empereur) vint de nuit chez moi dans une chaise fermée et, sans me faire dire son nom, me fit demander s’il ne m’incommoderait pas. Les porteurs étant renvoyés, je mis la chaise et le seigneur qui y était dans la poche de mon justaucorps ; après cela, ayant donné ordre à un valet sur qui je pouvais compter de dire que j’étais indisposé et que je dormais, je fermai la porte de ma maison et je me mis à lier conversation avec celui qui venait me rendre une visite si mystérieuse.

3Après les premiers compliments de part et d’autre, je remarquai qu’il était fort inquiet et lui en ayant demandé la raison, il me pria de l’écouter avec patience puisqu’il avait à m’entretenir sur un sujet qui intéressait également mon honneur et ma vie. Voici en substance le discours qu’il m’adressa et dont je mis sur le papier les principaux articles aussitôt qu’il fut sorti.

4« Il faut que vous sachiez que le conseil s’est assemblé plusieurs fois à votre sujet le plus secrètement qu’il était possible, et qu’il n’y a que deux jours que Sa Majesté en est venue à une résolution finale.

  • 1 L’édition anglaise de 1726 donne bien cette nouvelle graphie du nom, différente des occurrences pr (...)

« Vous n’ignorez pas que le grand amiral Skyris1 Bolgolam a été votre ennemi mortel presque dès le moment de votre arrivée. Je ne sais quelles peuvent avoir été les premières causes de sa haine, mais il est certain qu’elle est beaucoup augmentée depuis le glorieux succès que vous avez eu dans votre entreprise contre la flotte de Blefuscu parce qu’il sent que, tout amiral qu’il est, il n’en a jamais fait autant. Ce seigneur et Flimnap, le grand trésorier, dont l’inimitié contre vous à cause de sa femme est connue d’un chacun, Limtoc, le général, Lalcon, le chambellan, et Balmuff, le grand justicier, ont dressé des articles d’accusation contre vous et prétendent vous convaincre de haute trahison et de quelques autre crimes capitaux. »

5Persuadé que j’étais de ma propre innocence, cet exorde me mit dans de telles impatiences que je fus sur le point d’interrompre celui qui m’annonçait de si étranges nouvelles, mais il me pria de lui laisser continuer son discours ; ce qu’il fit en ces termes :

6« Par reconnaissance pour l’amitié que vous m’avez témoignée, j’ai fait en sorte d’être informé de tout leur manège et d’avoir copie des articles d’accusation ; ce qui me coûterait la tête si cela venait à être découvert :

7 Articles d’accusation contre Quinbus-Flestrin (l’homme-montagne)

8 Article I

  • 2 La tournure était déjà vieillie et populaire ; elle signifie cependant, néanmoins (voir F. Brunot, (...)

9Quoique par une loi faite pendant le règne de Sa Majesté impériale Calin Deffar Plune, il soit ordonné que quiconque fera de l’eau dans l’enceinte du palais impérial sera traité comme coupable de haute trahison, si pourtant2 ledit Quinbus Flestrin, en violation manifeste de la susdite loi, sous prétexte d’éteindre le feu qui avait pris à l’appartement de l’impératrice, a malicieusement, traîtreusement et diaboliquement éteint ledit feu dans le susdit appartement, situé dans l’enceinte du susdit palais, contre la loi qui vient d’être alléguée, contre son devoir etc.

10 Article II

  • 3 Sous-traduction de l’accusation de traîtrise : « He the said Flestrin, like a false Traitor agains (...)

11Ledit Quinbus Flestrin, ayant amené la flotte impériale de Blefuscu au port impérial de Lilliput et ayant depuis reçu ordre de Sa Majesté impériale de se rendre maître de tous les autres vaisseaux dudit Empire de Blefuscu, de réduire cet Empire en province pour être désormais gouverné par un vice-roi et d’exterminer non seulement tous les partisans de l’ancienne manière de casser les œufs qui s’étaient réfugiés dans ce pays, mais aussi tous les habitants de cet empire qui ne voudraient pas sur-le-champ abjurer cette hérésie, a, comme un traître qu’il est3, demandé d’être exempté de rendre lesdits services sous le ridicule prétexte de ne vouloir pas forcer les consciences ni mettre à mort ou réduire en esclavage un peuple libre.

12 Article III

  • 4 Sous-traduction là encore : « He, the said Flestrin did, like a false traitor, aid, abet, comfort (...)

13Quand les ambassadeurs de Blefuscu sont venus demander la paix à Sa Majesté, ledit Flestrin a montré qu’il était un traître en s’intéressant pour les susdits ambassadeurs et en les divertissant4 quoiqu’il sût bien qu’ils appartenaient à un prince qui avait été depuis peu ouvertement en guerre contre Sa Majesté.

14 Article IV

15Ledit Quinbus Flestrin s’apprête (ce qui est directement contre le devoir d’un fidèle sujet) à faire un voyage à la cour de Blefuscu quoique Sa Majesté impériale ne lui en ait donné permission que de bouche et, sous prétexte de ladite permission, a dessein d’entreprendre le susdit voyage afin d’aider à l’empereur de Blefuscu qui a été récemment en guerre avec Sa susdite Majesté impériale.

16« Il y a quelques autres articles, mais ceux dont je viens de vous lire l’extrait sont les plus importants.

17« On ne saurait nier que dans les différents débats qui s’élevèrent à l’occasion de tous ces chefs d’accusation, Sa Majesté n’ait donné des marques d’une très grande clémence, qu’elle n’ait souvent allégué vos services et tâché d’exténuer vos crimes. Le trésorier et l’amiral ont fortement insisté qu’on vous fît souffrir une mort cruelle et ignominieuse en mettant le feu à votre maison et que, lorsque vous en sortiriez, le général vous attendît à la tête de vingt mille hommes qui auraient ordre de vous blesser au visage et aux mains avec des flèches empoisonnées. Quelques-uns de vos domestiques devaient aussi recevoir un ordre secret de frotter vos chemises d’un suc empoisonné ; ce qui vous aurait bientôt fait mourir dans les plus affreux tourments. Le général embrassa cet avis en sorte que depuis longtemps il y a pluralité de voix contre vous, mais Sa Majesté, résolue, s’il se peut, de vous conserver la vie, a détaché le chambellan du parti de vos ennemis.

18« Sur ces entrefaites, Reldresal, premier secrétaire des Affaires secrètes, qui s’est toujours véritablement montré votre ami, eut ordre de l’empereur de dire son avis ; ce qu’il fit de la manière du monde la plus propre à vous confirmer dans l’opinion avantageuse que vous avez de lui. Il confessa que vos crimes étaient grands, mais que cependant il y avait lieu à la miséricorde, la plus belle de toutes les vertus dans un prince et que Sa Majesté possédait dans un degré si éminent. Il dit que l’amitié qui régnait entre vous était si connue de tout le monde que peut-être l’auguste compagnie devant laquelle il parlait le tiendrait pour coupable de partialité, que cependant, pour obéir à Sa Majesté, il dirait librement son sentiment : que si Sa Majesté, en considération de vos services et pour satisfaire au penchant qui la portait à la clémence, avait la bonté de vous conserver la vie et ordonnait seulement qu’on vous crevât les deux yeux, il lui paraissait que par cet expédient, la justice serait en quelque sorte satisfaite et que tout l’univers exalterait jusqu’aux cieux la clémence de l’empereur, aussi bien que la générosité et la douceur de ceux qui avaient l’honneur d’être ses conseillers, que la perte de vos yeux ne vous ôterait rien de vos forces que vous pourriez toujours employer au service de Sa Majesté, qu’un courage aveugle n’en est que plus grand parce qu’on ne voit point de danger, que la crainte que vous aviez pour vos yeux avait été la seule difficulté que vous eussiez rencontrée dans votre entreprise contre la flotte ennemie et qu’il devait vous suffire de voir par les yeux des ministres puisque les plus grands princes ne voyaient pas autrement.

19« Cet avis fut hautement rejeté par tout le conseil. Bolgolam, l’amiral, ne put se retenir, mais se levant avec fureur, dit qu’il était étonné de quel front le secrétaire osait opiner à conserver la vie à un traître, que les services que vous aviez rendus étaient, au jugement de tous ceux qui se connaissaient en raisons d’État, l’aggravation même de vos crimes, que vous qui étiez capable d’éteindre le feu en pissant sur l’appartement de l’impératrice (attentat qu’il ne pouvait rappeler qu’avec horreur) pouviez quelque jour causer une inondation par le même moyen et noyer tous ceux qui seraient dans le palais. Il ajouta que les mêmes forces par lesquelles vous vous étiez rendu maître de la flotte ennemie pourraient servir, au premier mécontentement qu’on vous donnerait, à la ramener à Blefuscu, qu’il avait de fortes raisons de croire que dans le fond du cœur, vous aviez un penchant criminel pour la méthode hérétique de casser les œufs et que comme la trahison commence dans le cœur avant que d’éclater par des actions, pour cette raison, il vous dénonçait comme traître et demandait que vous fussiez mis à mort.

20« Le trésorier se rangea à la même opinion ; il montra qu’il était impossible que les revenus de Sa Majesté pussent suffire aux frais de votre entretien, que tant s’en fallait que l’expédient proposé par le secrétaire de vous crever les yeux fût un remède au mal qu’on craignait, qu’au contraire, selon toutes les apparences, il ne servirait qu’à l’augmenter comme cela paraît par l’exemple de certains oiseaux qui, quand on leur a ôté la vue, n’en deviennent que plus gros et plus gras, que Sa Majesté sacrée et tout le conseil qui étaient vos juges étaient en leurs consciences pleinement persuadés que vous aviez mérité la mort ; ce qui suffisait pour vous y condamner quand même on n’aurait pas contre vous les preuves que demande la lettre de la loi.

21« Mais Sa Majesté impériale, étant absolument déterminée à vous sauver la vie, eut la bonté de dire que puisque le conseil avait décidé que la perte de vos yeux était une peine trop légère, on pourrait vous en infliger quelque autre dans la suite. Et votre ami le secrétaire, demandant avec instance d’être ouï sur ce que le trésorier avait objecté que votre entretien était d’une dépense excessive à Sa Majesté, dit que Son Excellence par les seules mains de qui passaient tous les revenus de Sa Majesté pouvait aisément pourvoir à cet inconvénient en diminuant peu à peu la portion de mets qui vous était assignée, que par la faute de nourriture, vous vous affaibliriez de jour en jour et viendriez infailliblement à mourir d’inanition dans quelques mois, que votre corps étant amaigri et diminué de la moitié, la puanteur de votre cadavre ne serait plus tant à craindre et qu’immédiatement après votre mort, cinq ou six mille sujets de Sa Majesté pourraient en deux ou trois jours couper toute la chair de vos os et l’enterrer en différents endroits pour prévenir toute infection, laissant le squelette comme un monument d’admiration pour la postérité.

22« C’est ainsi que par la grande amitié du secrétaire, tous ces débats furent heureusement terminés. Défense très expresse fut faite de révéler le projet de vous faire mourir par degrés, mais la sentence de vous crever les yeux fut couchée sur les registres. L’amiral seul trouvait que vous étiez traité trop doucement et voulait que vous fussiez mis à mort sans retardement. Ce sentiment lui avait été inspiré par l’impératrice qui n’a jamais pu vous pardonner la méthode indécente et irrégulière dont vous avez éteint le feu qui avait pris à son appartement. Dans trois jours, votre ami le secrétaire viendra vous trouver pour vous lire les articles de l’accusation qui a été intentée contre vous ; il vous notifiera ensuite la bonté que Sa Majesté et son conseil ont eue de ne vous condamner qu’à perdre les yeux, sentence douce à laquelle Sa Majesté ne doute nullement que vous ne souscriviez avec reconnaissance, et afin que l’opération soit bien faite, vingt chirurgiens de Sa Majesté seront présents lorsqu’on vous déchargera des flèches pointues dans les prunelles des yeux.

« Je laisse à votre prudence à prendre des mesures convenables sur tout ce que je viens de vous dire. Pour moi, afin d’éviter tout soupçon, je vais me retirer le plus secrètement que je pourrai. »

23Il le fit et me laissa en proie aux plus cruelles agitations. C’était une coutume introduite par ce prince et par son ministère (coutume qu’on m’a assuré n’avoir jamais été en usage qu’en ce temps-là) que quand la cour avait dessein de faire quelque exécution cruelle, soit que la victime fût immolée au ressentiment de l’empereur ou à la haine d’un favori, l’empereur adressait un discours à tout son conseil dans lequel il s’étendait sur sa bonté et sur sa clémence comme sur des qualités connues de tout le monde ; ce discours était imprimé immédiatement après avoir été prononcé et aussitôt répandu par tout l’Empire. Jamais le peuple n’était plus effrayé que quand il recevait ces sortes de preuves de la bénignité de l’empereur parce qu’on avait observé qu’à proportion que sa clémence était plus exaltée, le supplice aussi était plus inhumain et l’innocence de la personne qui y était condamnée plus grande. Et pour ce qui me regarde, j’avoue ingénument que n’ayant jamais été destiné à être courtisan ni par ma naissance ni par mon éducation, j’étais juge si peu expert que je ne voyais nullement la grâce qu’on me faisait par cette sentence qui au contraire (quoique peut-être à tort) me paraissait plutôt trop rigoureuse que trop douce. Quelquefois je voulais soutenir mon innocence, car quoique je ne pusse pas nier les faits allégués contre moi, il était certain pourtant qu’il n’y avait dans ma conduite rien de criminel et qu’ainsi j’aurais pu, comme j’en avais le dessein, m’en remettre à la décision des juges. Mais cette envie me passa bien vite dès que je me rappelai la puissance de mes ennemis et l’extrême facilité avec laquelle les juges se laissent corrompre. Une fois je fus fortement tenté de me mettre en défense, car pendant que j’étais libre, toutes les forces de l’Empire n’auraient rien pu contre moi et il m’aurait été facile de détruire toute la capitale à coups de pierre, mais je rejetai aussitôt ce projet avec horreur, me rappelant le serment que j’avais fait à l’empereur, les grâces que j’en avais reçues et le titre de nardac dont il m’avait honoré. Je n’étais pas assez habile dans le système de reconnaissance des courtisans pour croire que l’injustice que l’empereur voulait me faire acquittât toutes les obligations que je lui avais.

24Enfin je pris une résolution que quelques personnes blâmeront peut-être, et pas à tort à mon avis, car j’avoue que je dois la conservation de mes yeux et par conséquent celle de ma liberté à ma précipitation et à mon peu d’expérience ; parce que si j’avais connu alors le génie des princes et de leurs ministres, comme j’ai fait depuis, aussi bien que leur manière d’agir avec des criminels qui l’étaient encore beaucoup moins que moi, je me serais volontiers soumis à un châtiment si aisé, mais, emporté par le feu de la jeunesse et ayant d’ailleurs permission d’aller rendre mes devoirs à l’empereur de Blefuscu, j’envoyai, avant que les trois jours fussent écoulés, une lettre à mon ami le secrétaire dans laquelle je lui marquai le dessein que j’avais de partir le même matin pour Blefuscu et sans attendre réponse, je me rendis à l’endroit de l’île où était notre flotte. Je pris un des plus grands vaisseaux de guerre, attachai un câble à la proue et, ayant levé les ancres, je me déshabillai, mis mes habits (avec ma couverture que j’avais eu soin d’apporter) dans le vaisseau et, le tirant après moi, marchant en partie et en partie nageant, j’arrivai au port royal de Blefuscu où le peuple m’avait déjà attendu depuis longtemps ; ils me donnèrent deux guides pour me conduire à la capitale qui porte le même nom. Je les portai dans mes mains jusqu’à ce que je ne fusse plus qu’à la distance de deux cents verges de la ville ; alors je les mis à terre et les priai d’aller notifier mon arrivée à un des secrétaires et de lui dire où j’étais et que mon dessein était d’y attendre les ordres de Sa Majesté. Une heure après, j’eus réponse que Sa Majesté, toute la famille impériale et les premiers seigneurs de la cour venaient au-devant de moi. À cette nouvelle, j’avançai une centaine de verges : à peine fus-je à portée d’être vu que l’empereur et toute sa suite descendirent de cheval et que l’impératrice et toutes ses dames sortirent de leurs carrosses sans qu’aucune de toutes ces personnes parût effrayée en me voyant. Je me couchai à terre pour baiser la main de l’empereur et celle de l’impératrice. Je dis à Sa Majesté que j’étais venu suivant ma promesse et avec la permission de l’empereur mon maître pour avoir l’honneur de voir un si puissant monarque et pour lui rendre tous les services dont je serais capable et que ma fidélité pour mon souverain me permettrait, mais je gardai un profond silence sur ma disgrâce parce que, n’en ayant été informé que secrètement, je pouvais supposer n’en rien savoir ; d’ailleurs je ne pouvais m’imaginer que l’empereur aurait l’imprudence de découvrir ce secret puisque je n’étais plus entre ses mains ; en quoi néanmoins je me trompai, comme je le dirai bientôt.

25Je ne fatiguerai point le lecteur du détail de ma réception qui fut proportionné à la générosité d’un si grand prince, ni de l’embarras où je fus de n’avoir ni maison ni lit, étant obligé de coucher à terre, enveloppé dans ma couverture.

Notes

1 L’édition anglaise de 1726 donne bien cette nouvelle graphie du nom, différente des occurrences précédentes (« Skyresh »).

2 La tournure était déjà vieillie et populaire ; elle signifie cependant, néanmoins (voir F. Brunot, op. cit., p. 1507).

3 Sous-traduction de l’accusation de traîtrise : « He the said Flestrin, like a false Traitor against his most Auspicious, Serene, Imperial Majesty [...] » (GT I 120).

4 Sous-traduction là encore : « He, the said Flestrin did, like a false traitor, aid, abet, comfort and divert the said Embassadors » (GT I 120). À l’article suivant, de la même manière, l’accumulation de verbes qui semblent autant de charges nouvelles à l’encontre du héros est réduite à un seul verbe en français : « and thereby to aid, comfort, and abet the Emperor of Blefuscu » (GT I 121), rendu par « afin d’aider à l’empereur de Blefuscu ».

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search