Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie I. Voyage de Lilliput

Chapitre VI

Résumé

Sciences, lois et coutumes des habitants de Lilliput. Manière d’élever leurs enfants. Comment l’auteur vivait en ce pays. Justification d’une des premières dames de la cour.

Texte intégral

  • 1 La précision « en Europe » est un ajout du traducteur qui facilite ainsi l’identification des lect (...)

1Quoique je réserve la description de cet Empire à un traité particulier, je ne laisserai pas pourtant d’en donner à mes lecteurs quelques idées générales. La taille des naturels du pays n’est pas tout à fait de six pouces et la même proportion de petitesse a lieu à l’égard de tous les autres animaux aussi bien que des plantes et des arbres. Par exemple, les chevaux et les bœufs les plus grands que j’aie vus n’avaient en hauteur que quatre à cinq pouces, et les moutons qu’un pouce et demi, plus ou moins ; leurs oies sont de la grandeur de nos alouettes et ainsi du reste jusqu’à leurs plus petits animaux qui échappaient à ma vue, mais la nature a proportionné les yeux des Lilliputiens aux objets dont elle les a environnés : leur vue est fort bonne, mais elle ne porte guère loin ; et pour montrer avec quelle exactitude, ils aperçoivent les plus petites choses, pourvu qu’ils n’en soient pas éloignés, j’ai vu un jour avec le plus sensible plaisir un cuisinier plumant une alouette qui était plus petite qu’une mouche ordinaire en Europe1, et une jeune fille passant un invisible fil de soie par le trou d’une aiguille invisible. Leurs plus grands arbres sont hauts de sept pieds — je parle de ceux du grand parc royal au sommet desquels je pouvais justement atteindre avec le poing fermé. Les autres végétaux sont dans la même proportion, mais il faut laisser quelque chose à l’imagination du lecteur.

2Je dirai peu de chose à présent des sciences qui ont été en vogue chez eux depuis plusieurs siècles. Ce qu’il y a de plus singulier, c’est leur manière d’écrire qui n’est pas de la gauche à la droite comme font les Européens, ni de la droite à la gauche comme les Arabes, ni de haut en bas comme les Chinois, ni de bas en haut comme les Cascagiens, mais en travers, d’un coin à l’autre comme les dames en Angleterre.

  • 2 « Une surface toute unie », en mettant l’accent sur l’absence de relief ou d’aspérité, ne rend pas (...)
  • 3 Omission de la précision mettant en cause le vulgum pecus : « in compliance to the Vulgar » (GT I  (...)

3Ils enterrent leurs morts avec les pieds en haut et la tête en bas parce que c’est une opinion reçue que dans onze mille lunes, ils ressusciteront tous, que dans ce temps, la terre (qu’ils croient être une surface toute unie2) tournera sens dessus dessous et que, par ce moyen, au moment de leur résurrection, ils se trouveront tous debout ; leurs savants avouent bien que cette doctrine est absurde, mais la coutume ne laisse pas de continuer3.

  • 4 Le traducteur a omis une précision à propos du dédommagement, le nombre « quadruply » (GT I 95) ; (...)
  • 5 Sur « que si », voir F. Brunot, Histoire de la langue française, Paris, 1933, t. VI, p. 1927.

4Il y a dans cet Empire quelques lois d’un genre fort particulier et dont je serais tenté de faire l’apologie si elles n’étaient pas directement contraires à celles de ma chère patrie. La première dont je ferai mention regarde les délateurs : tous les crimes d’État sont punis avec la dernière sévérité, mais si la personne accusée donne des preuves claires de son innocence, l’accusateur est condamné à une mort ignominieuse et ses biens servent à dédommager4 la personne accusée de la perte de son temps, du risque qu’elle a couru, des incommodités de la prison et des frais qu’elle a été obligée de faire pour sa défense ; que si5 les biens du délateur ne suffisent pas, l’empereur a soin de suppléer ce qui y manque. Sa Majesté accorde aussi à celui qui s’est justifié quelque marque éclatante de faveur et toute la ville est informée de son innocence par une proclamation.

5La fraude est regardée chez ce peuple comme un plus grand crime que le vol et, pour cet effet, est presque toujours punie de mort. Car, me disaient quelques-uns, avec un peu de soin et le sens commun, un homme peut empêcher qu’on ne le vole, mais il est infiniment plus difficile de faire qu’on ne soit pas trompé ; et comme le négoce est un des principaux liens de la société, si la fraude était permise ou tolérée, un marchand fripon aurait toujours un grand avantage sur celui qui serait homme de bien. Il me souvient qu’un jour j’intercédai auprès de l’empereur en faveur d’un criminel qui avait emporté à son maître une grande somme d’argent qu’il avait reçue par son ordre. Pour exténuer sa faute, je m’avisai de dire que tout ce qu’il avait fait était d’avoir abusé de la confiance que son maître avait en lui, mais l’empereur trouva que c’était quelque chose de monstrueux à moi d’alléguer pour défense l’aggravation même du crime, et j’avoue que pour toute réponse, je fus obligé d’avoir recours à ce lieu commun que chaque nation a ses coutumes ; encore ne pus-je l’alléguer sans rougir.

  • 6 Le traducteur s’emploie ici à expliquer par une périphrase un autre titre, « Legal », attribué à c (...)
  • 7 Le choix du traducteur d’utiliser soudainement un présent gnomique pour décrire la façon dont ces (...)
  • 8 Le traducteur apporte une dimension religieuse ou mythologique absente du texte de Swift : nulle m (...)
  • 9 Il est précisé dans l’original que ce sac d’or est ouvert (« with a Bag of Gold open in her Right (...)

6Quoique nous appelions ordinairement la récompense et le châtiment les deux grands pivots sur lesquels tout gouvernement tourne, j’avoue que les Lilliputiens sont le seul peuple chez qui j’aie vu mettre cette maxime en usage. Quiconque peut prouver qu’il a exactement observé les lois de son pays pendant l’espace de soixante-treize lunes a droit à de certains privilèges suivant sa qualité et son état, et reçoit une certaine somme d’argent à proportion ; il est aussi honoré du titre de snilpall qui désigne la fidélité avec laquelle il a observé les lois6, mais ce titre ne passe point à sa postérité. Ce peuple regarde7 comme un prodigieux défaut parmi nous que l’observation de nos lois ne soit soutenue que par des châtiments, sans aucune récompense ; et c’est pour cette raison que dans leurs cours de justice, cette déesse est dépeinte avec six yeux devant, autant derrière et un à chaque côté8, pour représenter sa circonspection, et avec un sac rempli d’or9 dans sa main droite et dans sa gauche, une épée qui est dans le fourreau pour montrer qu’elle a plus de penchant à récompenser qu’à punir.

7Dans le choix qu’ils font des personnes pour toutes sortes d’emplois, ils ont plus égard à la vertu qu’à l’habileté, car, puisqu’il est nécessaire qu’il y ait un gouvernement parmi les hommes, ils croient qu’une mesure ordinaire d’intelligence suffit pour s’en acquitter et que le dessein de la providence n’a jamais été que l’administration des affaires publiques fût une énigme dont le mot ne pourrait être deviné que par un petit nombre de personnes d’un génie supérieur dont chaque siècle produit à peine deux ou trois, mais ils supposent que chaque homme a le pouvoir de s’abstenir du mensonge et de pratiquer les devoirs qui lui sont prescrits. Or la pratique de ces devoirs, disent-ils, soutenue d’un peu d’expérience et d’une grande droiture d’intention, rendra tout homme capable de servir son pays pourvu qu’on en exempte seulement ce petit nombre d’emplois qui requièrent de l’étude, mais, ajoutent-ils, il est si peu vrai qu’un défaut de vertus puisse être suppléé par des talents supérieurs qu’au contraire jamais de grands emplois ne peuvent tomber entre de plus dangereuses mains qu’entre celles d’un habile scélérat parce que, porté à faire du mal, il a toute l’autorité et toute l’adresse nécessaire pour satisfaire un si abominable penchant.

8Ils ont une autre loi bien remarquable : c’est de n’admettre à aucune charge publique ceux qui nient une providence, car puisque les rois avouent qu’ils ne sont que les lieutenants de la providence, les Lilliputiens disent que c’est la chose du monde la plus absurde pour un prince que d’employer des hommes qui désavouent l’autorité même sous laquelle il agit.

  • 10 « Qui cherchaient toutes à se rendre recommandables par la plus lâche souplesse » est un des rares (...)

9En rapportant toutes ces lois, je ne parle que des institutions primitives, car on ne saurait nier que ce peuple n’eût extrêmement dégénéré depuis quelques années. Par exemple, l’infâme coutume de s’élever à d’éminentes charges et d’être honoré des plus éclatantes marques de distinction parce qu’on s’était exercé à bien danser sur la corde, à sauter par-dessus le bâton et à ramper par-dessous n’avait été mise en usage que par le grand-père de l’empereur régnant et n’était venue au point où je l’ai vue que par les factions dont l’État était déchiré et qui cherchaient toutes à se rendre recommandables par la plus lâche souplesse10.

10L’ingratitude est un crime capital parmi eux, car leur raisonnement est que tout homme qui en agit mal avec son bienfaiteur doit nécessairement être considéré comme l’ennemi du genre humain en général dont il n’a reçu aucun bienfait et que par conséquent il est indigne de vivre.

  • 11 Il s’agit là d’une sous-traduction par rapport à l’original dans lequel les parents sont considéré (...)
  • 12 Le mot « séminaire » pour « nursery » (GT I 101) peut paraître surprenant étant donné qu’il s’agit (...)

11Leurs notions touchant les devoirs des parents et des enfants diffèrent extrêmement des nôtres, car comme la conjonction du mâle et de la femelle est fondée sur un penchant que la nature a établi pour la propagation de toutes les espèces, les Lilliputiens prétendent que l’homme et la femme sont portés l’un vers l’autre, comme le reste des animaux, par des motifs de concupiscence et que leur tendresse pour leurs petits a aussi sa source dans une loi de la nature ; c’est pourquoi ils sont persuadés qu’un enfant n’est obligé à aucune reconnaissance envers son père pour l’avoir engendré, ni envers sa mère pour l’avoir mis au monde ; ce qui, eu égard à la misère de la vie humaine, n’est ni un bienfait en soi-même ni conféré comme tel par les parents qui songeaient alors à tout autre chose. Ces raisonnements et quelques autres du même genre les ont déterminés à ne pas confier aux parents l’éducation de leurs enfants11, mais à établir dans chaque ville des séminaires12 publics où tous les parents, excepté seulement les manants et les laboureurs, sont obligés d’envoyer leurs enfants des deux sexes dès qu’ils ont atteint l’âge de vingt lunes parce qu’on suppose qu’alors ils commencent à être susceptibles d’instruction. Ces écoles sont de différents genres, suivant la différente qualité des enfants qu’on y met. Plusieurs professeurs très habiles sont chargés d’élever les enfants suivant la condition de leurs parents et aussi suivant leur génie et leurs propres inclinations. Je dirai d’abord quelque chose des séminaires pour les garçons et ensuite de ceux qui sont destinés aux filles.

  • 13 Il est précisé dans le texte de Swift qu’ils sont habillés par des hommes. Ce détail omis par le t (...)
  • 14 Omission des jouets que les parents ne peuvent pas non plus apporter : « or bring any Presents of (...)

12Les séminaires des garçons d’une illustre naissance sont pourvus de savants professeurs et d’habiles sous-maîtres. Les habits et la nourriture des enfants sont fort simples. On leur inculque des principes d’honneur, de justice, de courage, de modestie, de clémence, de religion et d’amour pour la patrie. On les occupe toujours à quelque chose, excepté le temps qu’ils donnent à leurs repas et au sommeil, et ce temps est fort court. Ils ont deux heures chaque jour pour leurs divertissements qui consistent dans des exercices corporels. On les habille jusqu’à l’âge de quatre ans13, mais après cela, ils sont obligés de s’habiller eux-mêmes, de quelque grande qualité qu’ils puissent être. Il ne leur est pas permis de se familiariser avec des domestiques, mais ils prennent leurs divertissements entre eux et toujours en présence d’un professeur ou de quelque sous-maître ; ce qui les garantit de ces impressions de sottises et de vanité auxquelles nos enfants sont sujets. Leurs parents ne sont admis à les voir que deux fois par an et leur visite ne passe point l’heure. Il leur est permis d’embrasser leur enfant en entrant et en sortant, mais un professeur, qui y est toujours présent dans ces sortes d’occasions, ne souffre point qu’ils lui parlent à l’oreille, qu’ils lui témoignent une sotte tendresse ou qu’ils lui apportent14 des sucreries ou autres friandises. Si la pension pour l’entretien et pour la nourriture de quelques enfants n’est pas bien payée, il y a des officiers de l’empereur qui ont soin que la somme nécessaire se trouve.

13Les séminaires pour les enfants des personnes de moindre rang, comme par exemple de marchands, d’artisans et autres, sont réglés dans la même proportion ; ceux qui sont destinés à quelque métier sont mis apprentis à l’âge d’onze ans, au lieu que ceux qui appartiennent à des personnes de distinction restent dans leurs séminaires jusqu’à quinze ; ce qui chez nous revient à vingt et un ans ; mais pendant les trois dernières années, on diminue peu à peu la sujétion où on les avait tenus.

  • 15 Le traducteur se fait plus précis que dans le texte original où il n’est fait nulle mention de rev (...)
  • 16 Omission d’un détail sur l’absence de coquetterie des femmes, précision pourtant importante à en j (...)

14Dans les séminaires des filles, les jeunes demoiselles sont élevées à peu près comme les garçons, avec cette différence seulement qu’elles sont habillées par des personnes de leur sexe, mais toujours en présence d’un professeur ou d’un sous-maître jusqu’à ce qu’elles aient atteint l’âge de cinq ans, car à cet âge elles sont obligées de s’habiller elles-mêmes ; que si leurs gouvernantes sont convaincues d’avoir entretenu leurs élèves de contes de revenants, d’apparitions et autres telles impertinences15 dont nos servantes en Europe gâtent l’imagination des enfants, elles sont trois fois fouettées en public, emprisonnées pour un an et envoyées pour toujours en exil dans la partie la moins peuplée de tout l’Empire ; par là il arrive que les jeunes demoiselles ont autant de honte d’être sottement peureuses que les hommes mêmes16. Une autre différence entre l’éducation de ceux-ci et celle qui est donnée aux filles est que les exercices qu’on leur fait faire sont moins violents, qu’on leur prescrit quelques règlements sur le gouvernement du ménage et qu’elles ne poussent pas leurs études si loin quoiqu’elles soient obligées d’ailleurs de s’appliquer à des sciences dont nos dames en Europe n’ont pas la moindre idée, car c’est une maxime chez ce peuple que parmi des personnes de distinction, une femme doit toujours être une compagne raisonnable et agréable parce qu’elle ne saurait toujours être jeune. Quand les filles ont atteint l’âge de douze ans (âge auquel elles sont nubiles parmi eux), leurs parents ou leurs tuteurs les amènent chez eux après avoir fait les plus tendres remerciements aux professeurs et il arrive très rarement que la jeune demoiselle ne verse des larmes en se séparant de ses compagnes.

15Dans les séminaires des filles d’un moindre rang, les enfants apprennent toutes sortes d’ouvrages convenables à leur sexe. Celles qui doivent être mises en apprentissage sont renvoyées à l’âge de neuf ans et les autres gardées jusqu’à celui de treize.

16Les familles dont les enfants sont dans ces séminaires d’un ordre inférieur sont obligées par-dessus la pension annuelle, qui est très petite, de donner tous les mois à l’intendant de la maison une partie de ce qu’elles ont gagné pour servir un jour à l’établissement des enfants, car il faut remarquer qu’il y a une loi qui règle jusqu’où il est permis aux parents de porter leurs dépenses, car, disent les Lilliputiens, c’est quelque chose d’injuste que des gens du commun, pour satisfaire leurs désirs, fassent une nichée d’enfants qui, par les sottes dépenses de leurs parents, ne sauraient manquer de tomber à la charge du public. Pour ce qui regarde les personnes de distinction, elles donnent caution que chacun de leurs enfants aura une certaine somme proportionnée à sa condition ; et il y a des gens qui sont chargés du soin de faire valoir ces fonds, soin dont ils s’acquittent toujours avec sagesse et avec la plus exacte justice.

17Les manants et les laboureurs gardent leurs enfants chez eux parce qu’étant uniquement destinés à cultiver la terre, leur éducation importe fort peu au public, mais ceux d’entre eux qui sont vieux ou qui tombent malades sont soignés et nourris dans des hôpitaux, car dans ce pays, on ne sait ce que c’est que de demander l’aumône.

  • 17 Le texte original procède à une comparaison des tissus avec la finesse du gazon, ce gazon très ras (...)

18Peut-être que ce serait ici le lieu d’informer le lecteur de la manière dont j’ai vécu dans ce pays pendant l’espace de neuf mois et treize jours que j’y ai passés. À l’égard de mes meubles, ils consistaient principalement dans une table et une chaise que j’avais faites pour mon usage en me servant des plus grands arbres du parc royal. Deux cents couturières furent employées à me faire des chemises et à coudre du linge pour mon lit et pour ma table. Ce linge était de la sorte la plus épaisse, mais comme malgré cela il n’aurait pu me servir, elles eurent la précaution de le mettre plusieurs fois en double et après cela, de le piquer comme on fait des jupes en Europe17. D’ordinaire leur linge a trois pouces de largeur et trois pieds font la longueur de la pièce. Je me mis à terre pour que les couturières pussent me prendre la mesure : l’une se mit sur mon cou et l’autre vers le milieu de ma jambe, chacune d’elles tenant une corde par le bout, pendant qu’une troisième en mesurait la longueur avec une espèce d’aune longue d’un pouce.

  • 18 Le « milieu » (et plus loin dans ce paragraphe « le milieu du corps ») correspond au tour de taill (...)
  • 19 Le traducteur définit ici par une périphrase le mot « patchwork » (GT I 109), terme alors quasimen (...)

19Après cela, elles mesurèrent mon pouce droit et n’en demandèrent pas davantage, car par un calcul de mathématiques, elles avaient trouvé que le tour du pouce pris deux fois fait celui du poignet et que le tour du poignet pris deux fois fait celui du cou et enfin que le tour du cou pris deux fois fait celui du milieu18. Au reste, tout ce calcul n’était pas nécessaire puisque j’étendis ma vieille chemise par terre pour leur servir de modèle et il faut que je dise à leur louange qu’elles l’imitèrent parfaitement bien. Trois cents tailleurs travaillèrent à mes habits, mais ils avaient une autre méthode pour me prendre la mesure : je me mis à genoux et ils dressèrent une échelle qui allait depuis terre jusqu’à mon cou ; un d’eux monta sur cette échelle et laissa tomber une corde perpendiculairement depuis le collet de ma chemise jusqu’à terre ; ce qui donnait tout juste la longueur de mon habit, mais le milieu du corps et les bras, je me les mesurai moi-même. Quand mes habits (auxquels ils avaient travaillé dans ma maison parce que les leurs n’auraient pas pu les contenir) furent faits, ils avaient l’air de ces sortes d’ouvrages19 que les dames en Angleterre font en cousant ensemble une infinité de pièces différentes avec cette différence pourtant que mes habits étaient tous d’une seule et même couleur.

  • 20 Devenu la dinde ou le dindon.

20Trois cents cuisiniers me faisaient à manger ; ils étaient logés avec leurs familles tout près de ma maison dans des tentes où chacun d’eux avait soin de m’apprêter deux plats. J’avais coutume de prendre dans ma main une vingtaine de ceux qui me servaient à table et il y en avait plus de cent qui restaient à terre, les uns avec des plats et les autres avec des pièces de vin ou d’autre liqueur. À mesure que j’avais besoin de quelque chose, mes domestiques qui étaient sur la table se servaient fort adroitement d’une poulie pour le tirer à eux, à peu près comme on tire des seaux d’un puits en Europe. Un de leurs plats faisait une bonne bouchée et je n’avais pas grand peine à avaler d’un seul trait une de leurs pièces de liqueur. Leur mouton n’est pas si bon que le nôtre, mais en récompense leur bœuf est excellent. Je me souviens d’en avoir mangé une surlonge dont je fus obligé de faire trois bouchées, mais cela est rare. Mes valets étaient dans le dernier étonnement de me voir manger les os comme dans notre pays nous faisons l’aile d’une alouette. Je ne faisais qu’une seule bouchée d’une de leurs oies ou de leurs coqs d’Indes20, et il faut que je confesse que ces oiseaux l’emportent de beaucoup sur les nôtres en fait de délicatesse. Pour leurs oiseaux d’un peu moindre taille, j’en pouvais mettre vingt ou trente au bout de mon couteau.

  • 21 Il s’agit du signe distinctif de l’office du lord Grand trésorier.

21Sa Majesté impériale, informée de ma manière de vivre, voulut un jour avoir le bonheur (ce sont ces termes) de dîner avec moi ; elle vint accompagnée de son illustre famille et j’eus soin de les placer tous dans des fauteuils sur ma table, vis-à-vis de moi, avec leurs gardes autour d’eux. Flimnap, le grand trésorier, fut aussi de ce repas et avait sa baguette blanche21 à la main. Je remarquai plus d’une fois qu’il me regardait de mauvais œil, mais sans faire semblant de rien, je n’en mangeai en apparence qu’avec plus d’appétit, tant pour faire honneur à ma chère patrie que pour remplir la cour d’admiration. Je suis très persuadé que cette visite de l’empereur a donné occasion à Flimnap de me rendre de mauvais services auprès de son maître. Ce ministre a toujours été mon ennemi secret quoiqu’extérieurement il me fît plus de caresses que son naturel rébarbatif ne semblait permettre. Il représenta à l’empereur que ses finances étaient en mauvais état, qu’il était obligé de lever de l’argent à de gros intérêts, que des billets d’épargne ne pourraient circuler qu’à 9 % de perte, qu’en très peu de temps, j’avais coûté à Sa Majesté plus d’un million et demi de sprugs (qui sont leurs plus grandes pièces d’or de la grandeur d’une paillette) et que sauf meilleur avis, il conseillait l’empereur de me renvoyer à la première occasion.

22Comme j’ai été la cause (quoiqu’innocente) que la réputation d’une dame du premier rang a été attaquée, il faut avant que d’aller plus loin, que je tâche de la justifier. Le trésorier s’était mis en tête d’être jaloux de sa femme parce que de méchantes langues lui avaient dit qu’elle était folle de moi et aussi parce qu’il s’était répandu un bruit à la cour qu’elle était venue une fois secrètement chez moi. Je proteste solennellement que ce sont d’infâmes calomnies auxquelles l’épouse du trésorier n’a jamais donné lieu, n’ayant de ma vie reçu de sa part que d’innocentes marques d’amitié. Il est bien vrai qu’elle venait souvent chez moi, mais toujours publiquement et jamais sans être accompagnée de trois personnes qui étaient d’ordinaire sa sœur, sa petite fille et quelqu’une de ses amies, mais cela ne lui était point particulier puisque plusieurs autres dames de la cour venaient souvent me voir. Et j’en appelle à tous mes domestiques s’ils ont jamais vu un carrosse à ma porte sans savoir quelles personnes y étaient. Dans ces occasions, dès qu’un valet m’avait averti qu’il y avait un carrosse à ma porte, ma coutume était de m’y rendre d’abord et après avoir salué ceux qui y étaient, de prendre soigneusement le carrosse et les deux chevaux dans mes mains (car s’il y en avait six, le postillon en détachait toujours quatre) et de les placer sur ma table autour de laquelle j’avais attaché un bord qui avait cinq pouces de hauteur, de peur d’accident. Il m’est arrivé souvent d’avoir quatre carrosses pleins de monde et huit chevaux à la fois sur ma table pendant que j’étais dans ma chaise à entretenir la compagnie. J’ai passé plus d’une après-midi le plus agréablement du monde dans ces sortes de conversations, mais j’ose défier le trésorier et ses deux délateurs Clustril et Drunlo (car je veux les nommer afin de leur faire honte) de prouver que quelqu’un soit jamais venu incognito chez moi, excepté le secrétaire Reldresal qui ne s’y rendit que par l’ordre exprès de l’empereur, comme je crois l’avoir raconté. Je n’aurais pas insisté si longtemps sur cet article si l’honneur d’une grande dame n’y était si fort intéressé, pour ne rien dire de moi-même, quoique je fusse alors nardac ; ce que le trésorier lui-même n’est pas, car tout le monde sait qu’il n’est que clumglum, titre qui a la même proportion avec celui dont j’étais honoré qu’a le titre de marquis avec celui de duc en Angleterre, quoique d’ailleurs il eût le pas devant moi en vertu de son emploi. Ces calomnies, qui me vinrent aux oreilles par un accident que ce n’est pas ici le lieu de rapporter, furent cause que Flimnap fit pendant quelque temps la mine à sa femme, mais bien plus encore à moi et quoiqu’enfin il ait été détrompé et se soit raccommodé avec elle, jamais il ne m’a pardonné de m’avoir soupçonné à tort et a même réussi à me perdre dans l’esprit de l’empereur qui, pour dire le vrai, se laissait trop gouverner par ce favori.

Notes

1 La précision « en Europe » est un ajout du traducteur qui facilite ainsi l’identification des lecteurs français ou francophones avec Gulliver.

2 « Une surface toute unie », en mettant l’accent sur l’absence de relief ou d’aspérité, ne rend pas clairement compte de la représentation que s’en faisaient les Lilliputiens. C’est bien une terre plate (« flat » [GT I 94]) qu’ils imaginaient dans le texte de Swift.

3 Omission de la précision mettant en cause le vulgum pecus : « in compliance to the Vulgar » (GT I 94).

4 Le traducteur a omis une précision à propos du dédommagement, le nombre « quadruply » (GT I 95) ; précision qui a son importance parce que de tels détails, outre le grossissement comique qu’ils entraînent, contribuent à l’effet de réel du récit.

5 Sur « que si », voir F. Brunot, Histoire de la langue française, Paris, 1933, t. VI, p. 1927.

6 Le traducteur s’emploie ici à expliquer par une périphrase un autre titre, « Legal », attribué à ces personnes : « He likewise acquires the Title of Snilpall or Legal, which is added to his Name » (GT I 97).

7 Le choix du traducteur d’utiliser soudainement un présent gnomique pour décrire la façon dont ces Lilliputiens regardent les coutumes des compatriotes de Gulliver peut surprendre à cet endroit du texte, car cela laisse entendre qu’il leur en a déjà souvent parlé si bien qu’ils ont déjà un point de vue sur la question. Or tel n’est pas le cas puisque le texte anglais fait référence, avec le prétérit, à un moment précis de son histoire au cours duquel il les aurait informés des lois de son pays : « And these People thought it a prodigious Defect of Policy among us, when I told them that our Laws were enforced only by Penalties without any mention of Reward » (GT I 97).

8 Le traducteur apporte une dimension religieuse ou mythologique absente du texte de Swift : nulle mention en effet du terme « déesse » dans l’original. Par ailleurs, il fait une erreur de traduction concernant le nombre d’yeux. En affublant la justice de quatorze yeux (six devant, six derrière et un de chaque côté), il la rend plus monstrueuse qu’elle ne l’est dans l’original : dans le texte de Swift, la représentation de la justice a six yeux en tout (deux devant, deux derrière et un de chaque côté) : « the Image of Justice, in their Courts of Judicature, is formed with six Eyes, two before, as many behind, and on each side one » (GT I 97).

9 Il est précisé dans l’original que ce sac d’or est ouvert (« with a Bag of Gold open in her Right Hand » [GT I 98]). L’omission de ce détail dans la traduction a son importance, car c’est le fait que le sac soit ouvert, et donc disponible, qui montre la réelle bienveillance de la justice.

10 « Qui cherchaient toutes à se rendre recommandables par la plus lâche souplesse » est un des rares ajouts du traducteur qui, par un jeu de mots sur la polysémie de « lâche » et de « souplesse », renforce la satire imagée de Swift.

11 Il s’agit là d’une sous-traduction par rapport à l’original dans lequel les parents sont considérés comme les pires éducateurs possibles : « Parents are the last of all others to be trusted with the Education of their own Children » (GT I 101).

12 Le mot « séminaire » pour « nursery » (GT I 101) peut paraître surprenant étant donné qu’il s’agit de très petits enfants (à partir de vingt mois). Le mot nourricerie, employé au xviiie siècle, eût peut-être été plus adapté.

13 Il est précisé dans le texte de Swift qu’ils sont habillés par des hommes. Ce détail omis par le traducteur a pourtant son importance pour rendre les coutumes des Lilliputiens plus exotiques et étranges encore par rapport à l’Angleterre ou à la France, pays dans lesquels le fait que des enfants de moins de quatre ans ne soient pas habillés par la gent féminine paraîtrait bien curieux. Dans le même ordre d’idée, le traducteur a omis la phrase : « and the Women Attendants, who are aged proportionably to ours at fifty, perform only the most menial Offices » (GT I 103). Là aussi, l’intérêt d’une telle remarque était de mettre l’accent sur l’absence dans l’entourage des enfants de la gent féminine, et plus particulièrement des jeunes femmes en âge d’être mère. Dans les deux cas donc, le traducteur amoindrit délibérément le caractère sexuel de la satire de cette utopie/dystopie.

14 Omission des jouets que les parents ne peuvent pas non plus apporter : « or bring any Presents of Toys, Sweet-meats, and the like » (GT I 103).

15 Le traducteur se fait plus précis que dans le texte original où il n’est fait nulle mention de revenants ou d’apparitions, mais simplement d’histoires effrayantes ou idiotes : « to entertain de Girls with frightful or foolish Stories, or the common Follies » (GT I 104). La satire de Swift est en réalité plus large et comprend par exemple tous les ouvrages, ancêtres du roman, où de jeunes héroïnes vivaient des aventures à la fois extraordinaires et dangereuses, le danger venant non pas de revenants, mais de pirates, de seigneurs mal intentionnés et d’autres encore. Ces ouvrages étaient très décriés en raison des idées d’aventures qui germaient dans l’esprit des jeunes filles, incapables ensuite de se résoudre à une vie quotidienne bien plus routinière et fade que ce à quoi elles aspiraient, critique qui sera par exemple le sujet, à la fin du xviiie siècle, du roman de Jane Austen, Northanger Abbey.

16 Omission d’un détail sur l’absence de coquetterie des femmes, précision pourtant importante à en juger par le grand nombre de satires des coquettes du xviiie siècle : « and depise all personal Ornaments beyond Decency and Cleanliness » (GT I 105).

17 Le texte original procède à une comparaison des tissus avec la finesse du gazon, ce gazon très ras spécifique à l’Angleterre (« for the thickest was some degrees finer than Lawn » [GT I 108]). Le traducteur, en modulant ainsi l’énoncé, transforme cette image par une allusion aux jupes piquées que l’on trouve en Europe.

18 Le « milieu » (et plus loin dans ce paragraphe « le milieu du corps ») correspond au tour de taille.

19 Le traducteur définit ici par une périphrase le mot « patchwork » (GT I 109), terme alors quasiment inconnu en France, car il n’est attesté que depuis le début du xixe siècle.

20 Devenu la dinde ou le dindon.

21 Il s’agit du signe distinctif de l’office du lord Grand trésorier.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search