Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie I. Voyage de Lilliput

Chapitre V

Résumé

Par un stratagème inouï, l’auteur prévient une invasion. Titre d’honneur qui lui est conféré. L’empereur de Blefuscu envoie des ambassadeurs pour demander la paix. Le feu prend à l’appartement de l’impératrice, mais est éteint par le secours de l’auteur.

Texte intégral

1L’Empire de Blefuscu est une île située au nord-nord-est de Lilliput dont il n’est séparé que par un canal qui a huit cents verges de largeur. Je n’avais jamais vu le pays de Blefuscu et sur la nouvelle de l’invasion dont Reldresal m’avait informé, j’évitai de paraître sur la côte qui sépare cet Empire de celui de Lilliput de peur d’être découvert par quelques vaisseaux des ennemis qui ne savaient rien de moi, tout commerce entre les deux Empires ayant été défendu pendant la guerre sous peine de mort et l’empereur ayant donné ordre que ses ports fussent fermés pour tous vaisseaux sans aucune exception. Je communiquai à l’empereur le projet que j’avais formé de me rendre maître de la flotte ennemie que tous nos batteurs d’estrade nous assuraient être à l’ancre au port, prête à mettre à la voile au premier bon vent. J’interrogeai les plus habiles gens de mer sur la profondeur du canal où ils avaient plusieurs fois jeté la sonde : ils me répondirent que quand l’eau était haute, il avait au milieu soixante-dix glumgluffs de profondeur (ce qui revient à six pieds en Europe) et partout ailleurs cinquante glumgluffs tout au plus. Je me rendis au bord du canal, vis-à-vis de Blefuscu et après m’être caché derrière une petite hauteur, je pris ma lunette d’approche et vis la flotte ennemie à l’ancre consistant dans une cinquantaine de vaisseaux de guerre et dans un plus grand nombre de vaisseaux de transport. Je revins alors chez moi et donnai ordre (suivant la permission que j’en avais) qu’on me fournît plusieurs câbles très forts et un bon nombre de barres de fer. Chaque câble était à peu près de la grosseur d’une ficelle et les barres environ de la taille d’une aiguille à tricoter. Je triplai les câbles afin de les rendre plus forts et pour la même raison, je joignis trois barres ensemble et j’en attachai les extrémités à un crochet. Ayant attaché de cette manière cinquante crochets à autant de câbles, je retournai au canal et après avoir ôté mon habit, mes souliers et mes bas, je marchai dans la mer avec mon colletin de buffle, environ une demi-heure avant que la mer fût haute. Je fis le plus de diligence qu’il me fût possible et vers le milieu du canal, je fus obligé de faire à la nage le chemin de trente verges avant que de pouvoir prendre pied : ce fut en moins d’une demi-heure que j’arrivai à la flotte. Les ennemis furent si effrayés en me voyant qu’ils se jetèrent hors de leurs vaisseaux à la nage pour se sauver sur la côte où je vis plus de trente mille hommes assemblés. Je pris alors toutes mes machines et, ayant attaché un crochet à la proue de chaque vaisseau, je joignis ensemble tous les câbles par le bout. Pendant ce manège, les ennemis me tirèrent plusieurs milliers de flèches dont quelques-unes me firent des blessures aux mains et d’autres au visage et qui, par-dessus la douleur, me troublèrent beaucoup dans mon ouvrage. Ma plus grande crainte était pour ma vue que j’aurais perdue à coup sûr si je ne m’étais avisé d’un expédient admirable pour la conserver : j’avais, entre autres choses, dans une poche secrète une paire de lunettes qui, comme je crois l’avoir dit, avait échappé aux recherches des commis de l’empereur. Je les pris et les attachai le plus fortement que je pus sur mon nez. Ainsi armé, je continuai hardiment mon travail en dépit des flèches qui continuaient à pleuvoir sur moi et dont plusieurs donnèrent contre les verres de mes lunettes, mais sans autre effet que de les déranger tant soit peu. J’avais déjà attaché tous les crochets et, prenant le nœud où aboutissaient tous les câbles, je commençais à tirer les vaisseaux, mais aucun ne bougea parce qu’ils tenaient tous à leurs ancres. Que faire dans cet embarras ? Je lâchai les cordes et, laissant les crochets attachés aux vaisseaux, je fus assez hardi pour aller couper avec mon couteau les câbles auxquels les ancres tenaient et, dans cette expédition, je reçus une grêle de flèches aux mains et au visage. Après cela, je pris le nœud que j’avais formé du bout de toutes les cordes auxquelles mes crochets étaient attachés et avec la plus grande facilité du monde, je tirai après moi cinquante des plus grands vaisseaux de guerre des ennemis.

  • 1 Voir supra p. 18.

2Les Blefuscudiens qui ne s’attendaient nullement à ce que j’allais faire furent d’abord frappés d’étonnement. Ils m’avaient vu couper les câbles et s’imaginèrent que mon dessein était seulement que les vaisseaux fussent emportés au gré des flots ou allassent donner les uns contre les autres, mais quand ils s’aperçurent que toute la flotte se mouvait en ordre et qu’ils virent que c’était moi qui la tirais, ils firent des cris de désespoir si affreux qu’il faut les avoir entendus pour pouvoir s’en former une juste idée. Quand je fus hors de danger, je m’arrêtai quelque temps pour ôter les flèches qui m’étaient restées aux mains et au visage que j’eus soin de frotter de cet onguent dont j’ai fait mention ci-devant1. J’ôtai alors mes lunettes et après avoir attendu une heure que l’eau baissât un peu, je passai à gué le milieu avec tous les vaisseaux et j’arrivai sain et sauf au port impérial de Lilliput.

  • 2 Sur l’accord du sujet, voir F. Brunot, Histoire de la langue française, Paris, 1939, t. IV, p. 919 (...)
  • 3 En réalité, dans le texte source, Gulliver flatte plus encore l’empereur pour lequel il vient de r (...)

3L’empereur et toute sa cour se tenait2 sur le rivage, attendant quel serait le succès de cette étonnante aventure. Ils virent les vaisseaux, rangés en demi-lune, qui venaient à eux, mais ils ne m’aperçurent point parce que j’étais dans l’eau jusqu’à la poitrine. Quand je fus parvenu jusqu’au milieu du canal, ils furent encore plus en peine, car j’avais de l’eau jusqu’au cou. L’empereur se mit en tête que j’étais noyé et que les ennemis s’avançaient pour faire une descente, mais ses frayeurs s’évanouirent bientôt, car le canal devenant moins profond à chaque pas que je faisais, en peu d’instants je fus à portée de me faire entendre et, levant en l’air le nœud que formaient les bouts des câbles auxquels la flotte était attachée, je m’écriai à haute voix : « Vive le puissant3 empereur de Lilliput ! » Ce grand prince me reçut sur le rivage de la manière du monde la plus obligeante et, à l’heure même, me fit nardac qui est le plus haut titre d’honneur qu’on puisse recevoir dans cet Empire.

  • 4 Le Gulliver anglais est plus assertif et autoritaire face au roi : il ne dit pas qu’il serait au d (...)

4Sa Majesté me pria d’achever au premier jour une entreprise que j’avais si bien commencée, en menant dans ses ports le reste de la flotte ennemie ; et telle est l’ambition des princes qu’il paraissait ne pas songer à moins qu’à réduire tout l’Empire de Blefuscu en province qui serait gouvernée par un vice-roi, qu’à exterminer tous les rebelles partisans de l’ancienne méthode de casser les œufs qui s’étaient réfugiés à la cour de Blefuscu et qu’à contraindre le peuple à suivre la nouvelle manière ; après quoi il serait resté seul monarque de tout l’univers. Mais je tâchai de le détourner de ce dessein par plusieurs arguments qui m’étaient également suggérés par la politique et par l’équité, et je lui protestai que je serais au désespoir si j’avais aidé à jeter dans l’esclavage un peuple libre4. L’affaire fut discutée en plein conseil et la plus saine partie du ministère fut de mon avis.

5Cette déclaration si hardie que je venais de faire fut si peu du goût de Sa Majesté impériale qu’elle ne put jamais me la pardonner. Il en fit mention dans son conseil dont les plus sages, à ce qui me fut rapporté, parurent, du moins par leur silence, embrasser mon opinion, mais d’autres qui étaient mes ennemis secrets ne purent s’empêcher de lancer quelques traits contre moi quoique ce fût d’une manière indirecte. Et depuis ce temps-là, il se forma une cabale entre Sa Majesté et quelques ministres injustement animés contre moi, qui pensa me coûter la vie. Tant il est vrai que les services les plus importants qu’on rend aux princes sont entièrement oubliés dès qu’on refuse une seule fois de se prêter à leurs passions.

  • 5 Omission de la remarque métafictionnelle qui conclut ce paragraphe lorsque le narrateur prend en c (...)

6Trois semaines après cette expédition, l’empereur de Blefuscu envoya une ambassade solennelle pour demander la paix qui fut bientôt conclue à des conditions fort avantageuses pour notre monarque, mais dont il importe peu au lecteur d’être instruit. Les ambassadeurs étaient au nombre de six et avaient cinq cents personnes à leur suite ; leur entrée fut très magnifique et, pour tout dire en un mot, proportionnée à la grandeur de leur maître et à l’importance de leur commission. Quand le traité qu’ils négociaient et dans lequel je leur rendis de bons offices par le crédit que j’avais à la cour ou que du moins je paraissais y avoir, quand ce traité, dis-je, fut conclu, Leurs Excellences, à qui on avait dit que je m’étais intéressé pour eux, me rendirent une visite dans les formes. Ils débutèrent par élever jusqu’aux cieux ma valeur et ma générosité, me prièrent ensuite, au nom de leur maître, de venir dans son Empire et me prièrent de les régaler de quelques preuves de cette prodigieuse force dont j’étais doué et dont ils avaient entendu raconter tant de merveilles ; en quoi, je tâchai de les obliger5.

  • 6 Le narrateur anglais se défend avec plus d’ardeur aux yeux de son lecteur. En effet, le passage su (...)

7Après avoir fait plusieurs prodiges inconcevables, disaient-ils, et qu’ils n’auraient jamais pu croire s’ils ne les avaient vus de leurs propres yeux, je les suppliai d’assurer l’empereur de Blefuscu de mes très humbles respects et de lui dire que les grandes choses que la renommée publiait de lui m’avaient déterminé à ne pas retourner dans mon pays que je n’eusse eu l’honneur de lui faire ma révérence. Dans ce dessein, la première fois que je vis l’empereur de Lilliput, je lui demandai la permission d’aller saluer le monarque de Blefuscu ; ce qu’il m’accorda de l’air du monde le plus froid, mais j’en ignorai la raison jusqu’à ce que quelqu’un me fît la grâce de m’informer que Flimnap et Bolgolam avaient représenté mes liaisons avec les ambassadeurs de Blefuscu comme des marques que j’avais de mauvaises intentions6. Et ce fut alors la première fois que je commençai à me former quelque idée des cours et des ministres.

  • 7 Sur la tournure, voir F. Brunot, Histoire de la langue française, Paris, 1933, t. VI, p. 1551 ; on (...)

8Il est nécessaire d’observer que ces ambassadeurs ne me parlaient que par le moyen d’un interprète, les langues des deux Empires différant l’une de l’autre autant que deux langues puissent différer en Europe, chacune de ces nations se glorifiant de l’antiquité, de la beauté et de l’énergie de sa propre langue avec un mépris déclaré pour celle de l’Empire voisin. Cependant comme l’empereur de Lilliput avait un avantage considérable sur les Blefuscudiens parce qu’il était maître de la meilleure partie de leur flotte, il obligea les ambassadeurs à ne lui adresser la parole qu’en lilliputien et ne voulut point recevoir leurs lettres de créance, à moins qu’elles ne fussent écrites dans cette langue ; en quoi il faut avouer qu’il avait grand raison7 quoique d’ailleurs le négoce qui s’était fait de tous temps entre les deux Empires, l’asile que les mécontents d’une des cours trouvaient toujours dans l’autre et la coutume réciproque d’envoyer dans l’empire voisin tous les jeunes gens de qualité afin de se polir par le commerce des étrangers eussent rendu l’usage des deux langues fort commun dans l’un et dans l’autre Empire comme j’en fis l’expérience quelques semaines après quand j’allai rendre mes devoirs à l’empereur de Blefuscu ; et ce fut ce voyage que la malice de mes ennemis me força d’entreprendre qui me donna occasion de regagner ma patrie comme je le raconterai en son lieu.

  • 8 Le traducteur, en omettant la suite de la parenthèse (« but ours is esteemed the better sort » [GT(...)

9Le lecteur se souvient peut-être que lorsque je signai les conditions auxquelles ma liberté me fut accordée, il y en avait qui ne me plaisaient guère parce qu’elles étaient trop humiliantes pour moi, mais je ne fus plus astreint à celles-ci dès que j’eus été créé nardac, et l’empereur (car il faut lui rendre cette justice) ne m’en a jamais sonné mot. Cependant j’eus occasion, peu de temps après, de rendre à Sa Majesté, au moins à ce que je m’imaginais alors, un très signalé service. Je fus réveillé au milieu de la nuit par les cris d’un nombre infini de personnes qui répétaient à tout moment le mot de « Burglum ». Plusieurs domestiques de l’empereur percèrent la foule pour me venir prier de me rendre incessamment au palais où l’appartement de l’impératrice était en feu par la négligence d’une fille d’honneur qui s’était endormie à la lecture d’un roman. Je fus debout dans un moment et, les ordres ayant été donnés que personne ne se trouvât dans mon chemin, à la faveur d’un beau clair de lune, je fis en sorte de gagner le palais sans avoir marché sur âme qui vive. Je trouvai plusieurs hommes qui avaient déjà dressé des échelles contre l’appartement et qui tenaient à la main des seaux de cuir en assez grand nombre, mais l’eau était un peu loin ; ces seaux étaient de la grandeur d’un dé à coudre et ces pauvres gens m’en mirent entre les mains le plus qu’il leur fût possible, mais ils ne firent pas grand effet à cause de la violence de la flamme. J’aurais pu aisément éteindre le feu avec mon habit, mais par malheur mon empressement à courir au secours me l’avait fait oublier. D’abord je n’y voyais point de remède et ce magnifique palais aurait infailliblement été dévoré par les flammes si, par une présence d’esprit que j’avoue ne m’être pas ordinaire, je ne me fusse avisé d’un expédient admirable. Le soir d’auparavant, j’avais copieusement bu d’un vin délicieux qu’ils appellent glimigrim (les Blefuscudiens le nomment flunec8) qui est extrêmement diurétique. Par le plus grand de tous les bonheurs, je n’en avais encore rien rendu. La chaleur que m’avait causée la proximité des flammes, les efforts que j’avais faits pour les éteindre et la qualité du vin que j’avais bu semblaient s’être réunis ensemble pour m’exciter à faire de l’eau ; ce que je fis en si grande abondance et avec tant de dextérité par rapport aux lieux où je l’adressais qu’en trois minutes le feu fut entièrement éteint et le reste de ce superbe édifice qui avait coûté tant de siècles à bâtir, heureusement conservé.

  • 9 La critique voit là une allusion à la disgrâce de Swift aux yeux de la reine Anne qui avait été of (...)

10Le jour commençait à poindre quand je m’en retournai chez moi sans avoir fait des compliments de félicitation à l’empereur parce que, nonobstant que je lui eusse rendu un service très signalé, je n’étais pas assuré pourtant qu’il serait fort content de la manière dont je l’avais rendu, car par une loi fondamentale de l’Empire, c’est un crime capital de faire de l’eau dans l’enceinte du palais et cela sans aucune distinction de rang ou de naissance, mais je fus un peu rassuré parce que l’empereur eut la bonté de me faire dire qu’il donnerait ordre que j’eusse des lettres d’abolition que néanmoins je n’ai jamais obtenues ; et il me fut dit, sous le sceau du secret, que l’impératrice avait conçu une telle horreur de ce que j’avais fait qu’elle s’était retirée à l’autre bout du palais dans la ferme résolution que l’appartement que le feu avait endommagé ne serait jamais réparé pour son usage. On ajouta qu’elle avait aussi dessein de se venger de moi9, mais qu’elle n’avait communiqué ce dessein qu’à ses plus intimes confidents.

Notes

1 Voir supra p. 18.

2 Sur l’accord du sujet, voir F. Brunot, Histoire de la langue française, Paris, 1939, t. IV, p. 919 ; admettons ici que la prééminence de l’empereur emporte le singulier.

3 En réalité, dans le texte source, Gulliver flatte plus encore l’empereur pour lequel il vient de remporter de façon si extraordinaire une bataille, ce qui est une manière de faire son éloge également : l’empereur, dans le texte anglais, n’est pas simplement puissant, mais le plus puissant (« the most puissant » [GT I 82]).

4 Le Gulliver anglais est plus assertif et autoritaire face au roi : il ne dit pas qu’il serait au désespoir dans l’hypothèse où cette mise en esclavage se réaliserait (comme c’est le cas dans la traduction), mais il affirme simplement qu’il ne se fera jamais l’auxiliaire de la réduction en esclavage d’un peuple libre et courageux : « And I plainly protested, that I would never be an Instrument of bringing a Free and Brave People into Slavery » (GT I 83). En effet le modal would n’a pas ici une valeur de conditionnel pour un hypothétique futur : il s’agit du prétérit du modal will qui indique la volonté du sujet dans un contexte passé. En outre, le fait de qualifier le peuple ennemi de courageux (« brave ») est osé, audace qui a disparu dans la traduction française puisque cet adjectif n’y figure plus.

5 Omission de la remarque métafictionnelle qui conclut ce paragraphe lorsque le narrateur prend en considération son lecteur : « but shall not trouble the Reader with the Particulars » (GT I 85).

6 Le narrateur anglais se défend avec plus d’ardeur aux yeux de son lecteur. En effet, le passage suivant, à propos des mauvaises intentions de Gulliver, a été omis dans la traduction : « from which I was sure my Heart was wholly free » (GT I 86). Il est possible que ce passage soit une allusion à la visite de Bolingbroke en France en 1712 — visite durant laquelle il signa un armistice entre la France et l’Angleterre.

7 Sur la tournure, voir F. Brunot, Histoire de la langue française, Paris, 1933, t. VI, p. 1551 ; on trouvera infra p. 48 « grand peine ». Notons que cet avis du narrateur (« en quoi il faut avouer qu’il avait grand raison ») est un ajout du traducteur. Il résume ainsi ce que le Gulliver anglais explicite avec force exemples quelques lignes plus loin : « there are few Persons of Distinction, or Merchants, or Seamen, who dwell in the Maritime Parts, but what can hold Conversation in both Tongues » (GT I 87).

8 Le traducteur, en omettant la suite de la parenthèse (« but ours is esteemed the better sort » [GT I 90]), ne rend pas compte de la manière dont Gulliver, de façon certes en partie ironique bien évidemment, semble commencer un processus d’identification avec les habitants de son pays d’accueil. Ce qui est regrettable car, outre le trait d’humour, ces hésitations et fluctuations ontologiques d’un Gulliver déraciné qui ne sait plus trop avec qui s’identifier constituent l’une des problématiques importantes de l’ouvrage qui vont culminer dans la dernière Partie lors de la rencontre avec les Houyhnhnms.

9 La critique voit là une allusion à la disgrâce de Swift aux yeux de la reine Anne qui avait été offensée par l’immoralité de son ouvrage satirique A Tale of a Tub.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search