Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie I. Voyage de Lilliput

Chapitre IV

Résumé

Description de la capitale de Lilliput, nommée Mildendo, et du palais de l’empereur. Conversation entre l’auteur et un des premiers secrétaires sur les affaires de l’Empire. L’auteur s’offre à servir l’empereur contre ses ennemis.

Texte intégral

  • 1 Le passage suivant est un ajout du traducteur : « qui, en cas de siège, [...] pour la défense de l (...)
  • 2 La chemisette ne descendait pas sous la ceinture, alors que la chemise, comme il sera dit infra p. (...)

1La première requête que je fis après avoir obtenu ma liberté fut d’avoir la permission de voir Mildendo, la capitale ; l’empereur y consentit volontiers en me recommandant bien expressément de ne faire aucun mal aux habitants ni aucun dommage à leurs maisons. Mon arrivée prochaine à la capitale fut notifiée au peuple par une proclamation. Le mur qui entoure Mildendo est haut de deux pieds et demi et a, tout au moins, onze pouces de largeur, tellement que sur le haut de la muraille même, on peut faire le tour de la ville en carrosse. À la distance de dix pieds les unes des autres, il y a de fortes tours qui, en cas de siège, seraient d’un grand secours pour la défense de la place1. Je fis une enjambée par-dessus la grande porte qui regarde l’occident et passai le plus adroitement qu’il me fût possible par les deux principales rues, n’ayant que ma chemisette2 de peur d’endommager les toits et les gouttières des maisons avec les pans de mon habit. Je marchais avec toute la prudence imaginable afin de ne point mettre le pied sur quelqu’un qui se serait oublié dans les rues quoique l’ordre fût très formel que si quelqu’un se trouvait hors de chez lui, ce serait à ses propres risques. Les fenêtres des greniers et le dessus des maisons contenaient un si grand nombre de spectateurs que je ne me souviens pas d’avoir jamais tant vu de peuple à la fois. La ville est bâtie en carré, chaque côté de la muraille ayant cinq cents pieds en longueur. Les deux grandes rues qui se croisent et divisent la ville en quatre quartiers sont larges de cinq pieds ; les autres rues plus étroites dans lesquelles je ne pus entrer, mais que je vis seulement en passant ont depuis douze jusqu’à dix-huit pouces de largeur. La ville peut contenir environ cinq cent mille âmes. Les maisons y ont depuis trois jusqu’à cinq étages et l’on trouve de tout aux marchés et dans les boutiques.

  • 3 Il s’agit là d’une erreur : dans le texte original, quelle que soit l’édition, ce sont les princes(...)

2Le palais de l’empereur est au centre de la ville, dans l’endroit où les deux grandes rues se croisent. Il est entouré d’une muraille qui a deux pieds de hauteur et qui est éloignée de vingt pieds des bâtiments. Sa Majesté m’avait permis d’enjamber par-dessus cette muraille et comme l’espace entre elle et le palais était assez grand, j’eus occasion de considérer celui-ci de tous côtés. La cour extérieure est un carré de quarante pieds et contient deux autres cours. Dans celle qui est la plus intérieure sont les appartements impériaux que j’avais grande envie de voir, mais ce ne fut pas sans peine que j’en vins à bout, car les grandes portes par lesquelles on entre d’un carré dans l’autre n’avaient que dix-huit pouces de hauteur et n’étaient larges que de sept pouces. Or les bâtiments de la cour extérieure avaient tout au moins cinq pieds de hauteur et il m’était impossible d’enjamber par-dessus sans que le bâtiment courût risque d’être extrêmement endommagé quoique les murailles qui étaient de pierre fussent très solidement bâties et eussent quatre pouces d’épaisseur. En ce temps-là, l’empereur eut grande envie que je visse son palais, mais il n’y eut moyen que trois jours après que j’employai à couper avec mon couteau quelques-uns des plus grands arbres du parc royal qui était éloigné de la ville d’environ cent verges. Je fis de ces arbres deux chaises dont chacune était haute de trois pieds et forte assez pour me porter. Le peuple ayant été averti une seconde fois, je me rendis de nouveau par la ville au palais avec mes deux chaises à la main. Quand je fus venu jusqu’au bord de la cour extérieure, je montai sur une chaise et tins l’autre à la main ; celle-ci, je la levai en haut et je la plaçai dans l’espace qu’il y a entre la première et la seconde cour et qui peut avoir environ huit pieds de largeur. Alors il me fut fort aisé d’enjamber par-dessus les bâtiments d’une chaise sur l’autre et je retirai ensuite l’autre chaise à moi par le moyen d’un bâton au bout duquel j’avais attaché un crochet. Par cette invention, je pénétrai jusqu’à la cour la plus intérieure et, me couchant sur le côté, je m’approchai des fenêtres de l’étage du milieu qui avaient été laissées ouvertes à dessein, et vis les plus magnifiques appartements dont on puisse se former l’idée. J’y aperçus l’impératrice avec les jeunes princesses3, environnées de leurs dames d’honneur. Sa Majesté impériale me fit le souris du monde le plus gracieux et me donna hors de la fenêtre sa main à baiser.

3Je n’entrerai point dans un plus grand détail sur des descriptions de ce genre parce que je les réserve pour un plus grand ouvrage qui verra bientôt le jour et qui contiendra une histoire générale de cet Empire. Rien n’y sera oublié. Je remonterai jusqu’à sa première origine et après avoir parcouru ce qu’il y a de plus mémorable dans les vies des différents princes qui l’ont gouverné, je parlerai des guerres que cet Empire a soutenues, des maximes de politique et des lois qui s’y observent, des coutumes et des sciences qui y sont en vogue et de la religion qu’on y professe. Je ferai mention des plantes, des animaux et de plusieurs autres choses également curieuses et utiles. Mais mon dessein présent est seulement de raconter quelques événements qui sont arrivés dans cet Empire durant l’espace de neuf mois que j’y ai passés.

  • 4 Ces mots sont des références aux deux partis de l’Angleterre à l’époque : « Tramecksan » désigne l (...)
  • 5 Probablement une allusion au fait que le roi George Ier était allié aux Whigs.
  • 6 Allusion au fait que le fils du roi George Ier, le futur George II, futur George II, même s’il ava (...)

4Un matin, environ quinze jours après que j’eus obtenu ma liberté, Reldresal, premier secrétaire (comme ils l’appellent) des Affaires secrètes, vint chez moi, accompagné d’un seul valet ; il donna ordre que son carrosse l’attendît à une certaine distance et me pria de lui accorder audience pendant une heure ; ce que je fis très volontiers, eu égard non seulement à sa qualité et à son mérite personnel, mais aussi aux bons offices qu’il m’avait rendus dans mes sollicitations. Je voulus me coucher à terre afin qu’il fût plus à portée de se faire entendre, mais il aima mieux que je le tinsse dans ma main pendant notre conversation : il commença par me faire des compliments sur le recouvrement de ma liberté à laquelle, disait-il, « j’ai contribué autant que j’ai pu quoique ce soit aux circonstances où se trouve notre Empire que vous en soyez principalement redevable, car, ajouta-t-il en continuant son discours, quelque puissant que notre État puisse paraître à des étrangers, il est affaibli par deux maux affreux, une violente faction au-dedans et un ennemi redoutable au-dehors. À l’égard du premier de ces maux, il faut que vous sachiez que depuis plus de septante lunes, l’État est déchiré par deux partis sous les noms de tramecksan et de slamecksan4, noms qui sont dérivés de la différente hauteur des talons de leurs souliers. À la vérité, on ne saurait nier que la coutume de porter de hauts talons ne soit la plus ancienne, mais, quoi qu’il en soit à cet égard, Sa Majesté a résolu de n’employer dans l’administration du gouvernement et de ne donner les charges qui dépendent de la Couronne qu’à ceux qui porteront des talons bas, comme vous l’aurez pu remarquer vous-même5 ; et si vous y prenez garde, vous verrez que les talons de Sa Majesté impériale sont plus bas d’un drurr (mesure qui revient à peu près à la quatorzième partie d’un pouce) qu’aucun de ses courtisans. La haine entre ces deux partis va si loin qu’ils ne voudraient ni manger ni boire ni même seulement parler ensemble. Les tramecksan ou ceux qui portent de hauts talons sont en plus grand nombre que nous, mais le pouvoir et l’autorité sont de notre côté. Nous craignons que Son Altesse impériale, l’héritier de la Couronne, n’ait quelque penchant pour les hauts talons ; ce qu’il y a de certain, c’est qu’un de ses talons est tant soit peu plus haut que l’autre ; ce qui fait qu’il boite un peu en marchant6.

  • 7 La querelle à propos du bout par lequel on doit casser un œuf est une référence satirique à l’oppo (...)
  • 8 Blefuscu représente la France catholique qui donnait asile aux réfugiés catholiques d’Angleterre.
  • 9 Le traducteur utilise une périphrase « ceux qui s’obstinent à casser les œufs suivant l’ancienne m (...)

5« Au milieu de ces divisions intestines, nous sommes menacés d’une invasion de la part des habitants de l’île de Blefuscu qui est l’autre grand Empire de l’univers et tout au moins aussi étendu et aussi puissant que celui de Lilliput. Car ce que vous nous avez conté qu’il y a d’autres Royaumes dans le monde, peuplés par des créatures humaines de votre taille, est révoqué en doute par nos philosophes qui soupçonnent plutôt que vous êtes tombé de la lune ou de quelqu’une des étoiles parce qu’il est incontestable qu’une centaine d’hommes de votre taille consumeraient en peu de temps tous les fruits et tous les troupeaux de cet Empire. Sans compter que notre histoire qui remonte jusqu’à six mille lunes ne parle d’aucun autre pays que des deux grands Empires de Lilliput et de Blefuscu, lesquels, comme j’avais commencé à vous dire, se font une cruelle guerre depuis plus de trente-six lunes. Voici à quelle occasion : tout le monde demeure d’accord qu’anciennement, quand on voulait manger des œufs, c’était au bout le plus large qu’on les cassait. Or il arriva un jour que le grand-père de l’empereur régnant, étant encore enfant et voulant casser un œuf suivant l’ancienne coutume, se coupa un doigt ; sur quoi l’empereur, son père, fit publier un édit par lequel il ordonnait à tous ses sujets, sous de grandes peines, de casser leurs œufs au bout le plus étroit. Cet édit irrita tellement le peuple que nos histoires font mention de six rébellions dont il fut la cause, et ces rébellions coûtèrent la vie à un empereur et la Couronne à l’autre7. Ces dissensions domestiques ont toujours été fomentées par les monarques de Blefuscu qui ont toujours fourni un asile aux rebelles qui quittaient l’Empire de Lilliput8. De compte fait, onze mille personnes, en différents temps, ont mieux aimé mourir que de casser leurs œufs au bout le plus étroit. Plusieurs centaines de volumes ont été publiés sur cette controverse, mais les livres de ceux qui s’obstinent à casser leurs œufs suivant l’ancienne manière9 ont été défendus depuis longtemps et tout le parti a été, par une loi formelle, déclaré incapable de remplir aucune charge.

  • 10 « Quoique les pertes que nos ennemis ont faites soient plus grandes que les nôtres » est un ajout (...)

6« Pendant tous ces troubles, les empereurs de Blefuscu se sont souvent plaints par la bouche de leurs ambassadeurs que nous faisions un schisme dans la religion en renversant une doctrine fondamentale de notre grand prophète Lustrog, contenue au chapitre LIVe du Blundecral (qui est leur Alcoran). Mais cette plainte n’a d’autre fondement qu’une vaine glose sur le texte dont voici les paroles : “ Tous les véritables croyants casseront leurs œufs au bout convenable.” Or, à mon avis, c’est à la conscience d’un chacun ou bien au souverain qu’appartient de déterminer quel est ce bout. Mais le grand mal est que les partisans de l’ancienne méthode de casser les œufs qui se sont réfugiés à la cour de Blefuscu ont eu tant de crédit auprès de l’empereur et ont été si fort assistés par ceux de leur parti qui sont restés dans leur patrie que depuis trente-six lunes, il s’est allumé entre les deux Empires une sanglante guerre dont le succès n’a pas toujours répondu à nos souhaits ; car, quoique les pertes que nos ennemis ont faites soient plus grandes que les nôtres10, nous n’avons pas laissé de perdre quarante vaisseaux du premier rang et un bien plus grand nombre d’autres moins considérables, avec trente mille de nos meilleurs matelots et soldats. Cependant, quoique le nombre de ceux qui ont péri de leur côté monte encore plus haut, ils viennent d’équiper une nombreuse flotte et s’apprêtent à faire une descente dans notre pays. Dans cette extrémité, Sa Majesté impériale, qui a les idées les plus avantageuses de votre force et de votre courage, m’a commandé de vous exposer l’état de nos affaires. »

7Je priai le secrétaire d’assurer Sa Majesté de mes très humbles respects et de lui dire qu’il me paraissait qu’il n’était pas dans l’ordre que, moi qui étais un étranger, je me mêlasse dans des affaires de parti, mais que j’étais prêt à exposer ma vie pour la défense de sa personne et de ses États contre tous ceux qui oseraient faire une invasion dans son Empire.

Notes

1 Le passage suivant est un ajout du traducteur : « qui, en cas de siège, [...] pour la défense de la place ».

2 La chemisette ne descendait pas sous la ceinture, alors que la chemise, comme il sera dit infra p. 48, descendait à mi-jambe.

3 Il s’agit là d’une erreur : dans le texte original, quelle que soit l’édition, ce sont les princes qui accompagnent la reine et non les princesses.

4 Ces mots sont des références aux deux partis de l’Angleterre à l’époque : « Tramecksan » désigne les Tories qui appartenaient plutôt au mouvement Haute Église (High Church), mouvement plus proche du catholicisme que le mouvement Basse Église (Low Church) auquel appartenaient généralement les Whigs, désignés ici par « Slamecksan ». La référence à ces deux mouvements est plus transparente dans le texte anglais qui n’évoque pas seulement « la différente hauteur des talons », mais reprend les termes mêmes (« high » et « low ») qui permettent de qualifier les mouvements religieux : « from the high and low Heels on their Shoes » (GT I 71).

5 Probablement une allusion au fait que le roi George Ier était allié aux Whigs.

6 Allusion au fait que le fils du roi George Ier, le futur George II, futur George II, même s’il avait des amis dans les deux partis, semblait préférer les Tories (Gulliver’s Travels, éd. Albert J. Rivero, p. 40).

7 La querelle à propos du bout par lequel on doit casser un œuf est une référence satirique à l’opposition depuis Henry VIII entre catholiques (ceux qui cassent les œufs par le grand bout, à l’ancienne) et protestants (ceux qui le cassent par le petit bout).

8 Blefuscu représente la France catholique qui donnait asile aux réfugiés catholiques d’Angleterre.

9 Le traducteur utilise une périphrase « ceux qui s’obstinent à casser les œufs suivant l’ancienne manière » ou plus loin « les partisans de l’ancienne méthode de casser les œufs » alors que Swift avait choisi de créer un nom pour ces personnes : « The Big-Endians » — choix d’ailleurs respecté par l’abbé Desfontaines qui évoque les « Gros-Boutiens ». Ces périphrases effacent quelque peu la couleur locale apportée par un néologisme et le trait d’humour sur lequel il repose.

10 « Quoique les pertes que nos ennemis ont faites soient plus grandes que les nôtres » est un ajout du traducteur. Il est possible qu’il ait traduit par erreur deux fois la phrase anglaise qui figure plus loin (« And the Damage received by the Enemy is reckoned to be somewhat greater than Ours » [GT I 75]). En effet le traducteur répète exactement la même idée quelques lignes plus bas : « quoique le nombre de ceux qui ont péri de leur côté monte encore plus haut ».

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search