Version classiqueVersion mobile

Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés

 | 
Jonathan Swift

Voyages. Partie I. Voyage de Lilliput

Chapitre III

Résumé

Étrange manière dont l’auteur divertit l’empereur et la noblesse de l’un et l’autre sexe de la cour de Lilliput. Autres divertissements de cette cour. L’auteur est mis en liberté à de certaines conditions.

Texte intégral

  • 1 Dans le texte original les Lilliputiens sont loin de lui accorder une confiance totale : « the Nat (...)
  • 2 « Jeu d’enfants auquel l’un d’eux ferme les yeux, tandis que les autres se cachent ; et il est obl (...)

1Ma douceur et ma bonne conduite m’avaient tellement acquis la bienveillance non seulement de l’empereur et de sa cour, mais même de l’armée et de tout le peuple en général que je commençai à concevoir l’espérance que dans peu je serais mis en liberté. Je fis tout ce qui me fut possible pour cultiver ces dispositions favorables. Les naturels du pays parvinrent peu à peu à n’avoir plus peur de moi du tout1. Je me couchais quelquefois à terre et permettais à cinq ou six de danser sur ma main. À la fin même, les garçons et les filles se hasardèrent à jouer à la cligne-musette2 dans mes cheveux. Je commençais déjà à parler et à entendre passablement leur langue. L’empereur eut un jour envie de me régaler de quelques-uns des spectacles du pays, en quoi il faut avouer que les Lilliputiens surpassent toutes les autres nations du monde, tant à l’égard de l’adresse que de la magnificence. Aucun spectacle ne me divertit tant que celui des danseurs de corde ; ils faisaient les sauts les plus périlleux sur un fil blanc fort mince qui avait deux pieds en long et qui était tendu à la hauteur de douze pouces de terre. Sur quoi il faut, avec la permission du lecteur, que je m’étende un peu davantage.

  • 3 En fait les principaux ministres, et non les « premiers » (« Chief Ministers » [GT I 49]).
  • 4 Dans ce roman à clés, Flimnap est souvent vu comme une allusion à Sir Robert Walpole, lord du Trés (...)

2Ce divertissement n’est en usage que parmi ceux qui aspirent à la faveur du prince ou à de grands emplois ; ils s’exercent dans cet art dès leur jeunesse et ne sont pas toujours remarquables par une naissance distinguée ou par une belle éducation. Quand quelque emploi considérable est vacant par la mort ou par la disgrâce de celui qui en avait été revêtu (ce qui arrive assez souvent), cinq ou six de ces candidats demandent permission à l’empereur de danser sur la corde devant lui et devant toute sa cour, et celui qui saute le plus haut sans tomber obtient la charge en question. Très souvent, les premiers ministres3 eux-mêmes sont obligés de montrer leur adresse et de donner en présence de l’empereur des preuves qu’ils conservent encore leur première agilité. Tout le monde convient que Flimnap, le trésorier, en faisant une cabriole sur une corde tendue, s’élève en l’air tout au moins d’un pouce plus haut qu’aucun autre seigneur de tout l’Empire4. Mon ami Reldresal, premier secrétaire des Affaires secrètes, est à mon avis, quoique peut-être je sois trop prévenu en sa faveur, le second après le trésorier ; le reste des seigneurs n’en approche pas.

  • 5 Les critiques s’accordent à dire que le coussin salvateur est probablement une allusion à la duche (...)

3Ces divertissements causent souvent de grands malheurs dont plusieurs se trouvent dans l’histoire. J’ai vu de mes propres yeux deux ou trois candidats se disloquer ou se casser quelque membre. Mais le danger est bien plus grand quand les ministres eux-mêmes sont obligés de faire paraître leur adresse, car pour surpasser leurs rivaux et en quelque sorte eux-mêmes, ils font de si prodigieux efforts qu’il n’y a presque aucun d’eux qui n’ait fait quelque chute et quelques-uns jusqu’à deux ou trois. On m’a assuré qu’environ deux ans avant mon arrivée, Flimnap se serait sûrement cassé la tête si un des coussins de l’empereur, qui par hasard se trouvait à terre, n’eût diminué la force du coup5.

  • 6 Ces fils font allusion aux trois célèbres ordres britanniques : l’ordre de la Jarretière (de coule (...)
  • 7 « Backwards and forwards several times » (GT I 51). Le traducteur omet à nouveau certains détails (...)

4Il y a encore une autre récréation, mais qui ne se prend que dans de certaines occasions et seulement en présence de l’empereur, de l’impératrice et du premier ministre. L’empereur met sur une table trois fils de soie dont chacun est de la longueur de six pouces ; l’un est de couleur de pourpre, l’autre jaune et le dernier blanc6. Ces fils sont proposés comme des prix à ceux que l’empereur veut distinguer par une marque éclatante et particulière de faveur. La cérémonie s’en fait dans une des plus grandes salles de Sa Majesté ; c’est là que les candidats sont obligés de subir une épreuve d’adresse, bien différente de la précédente et telle que je n’ai jamais rien vu dans aucun endroit du vieux ou nouveau monde qui y eût le moindre rapport. L’empereur tient entre ses mains un bâton dont les deux bouts sont parallèles à l’horizon et c’est aux candidats à s’avancer un à un, et à sauter tantôt par-dessus le bâton et tantôt à se glisser par-dessous7, suivant qu’il est plus élevé ou plus bas. Ce manège se réitère plus d’une fois. Quelquefois l’empereur tient un bout du bâton et le premier ministre l’autre ; d’autres fois même, le premier ministre le tient tout seul. Celui qui montre le plus de souplesse et d’agilité et qui se fatigue le moins à sauter et à ramper obtient pour récompense le fil couleur de pourpre ; le jaune est donné à celui qui suit et le blanc au troisième : tous s’en parent en se le mettant autour du corps et il y a peu de seigneurs distingués à cette cour qui ne soient ornés de quelqu’une de ces ceintures.

  • 8 Accord ad sensum.

5Les chevaux de l’armée et ceux des écuries royales, ayant été conduits tous les jours devant moi, étaient déjà si accoutumés à ma vue qu’ils venaient jusque sur mes pieds sans faire des écarts. Les cavaliers les faisaient sauter par-dessus ma main quand je la mettais à terre et un des piqueurs de l’empereur passa avec son cheval par-dessus mon pied, soulier et tout ; ce qui était en vérité un saut prodigieux. J’eus le bonheur de divertir un jour l’empereur d’une manière fort extraordinaire. Je le priai de donner ordre qu’on me fournît quelques bâtons qui eussent deux pieds de hauteur et qui fussent de la grosseur d’une canne ordinaire. Il commanda au grand maître de ses forêts de me les faire avoir ; il en eut soin et le lendemain je vis arriver six forestiers avec autant de chariots chargés de ces sortes de bâtons que j’avais demandés et dont chacun était tiré par huit chevaux. Je pris neuf de ces bâtons que je fichai bien en terre et que je disposai de manière qu’ils formaient un carré de deux pieds et demi ; j’attachai à chaque côté un bâton à la hauteur de deux pieds de terre et de telle façon qu’ils étaient tous parallèles entre eux. Après cela, j’attachai mon mouchoir aux neuf bâtons que j’avais mis en terre et je l’étendis de tous côtés jusqu’à ce qu’il fût tendu comme le dessus d’un tambour, les quatre bâtons parallèles qui étaient plus élevés de cinq pouces que le mouchoir servant de rebord de tous côtés. Quand j’eus achevé mon ouvrage, je demandai à l’empereur que deux douzaines de ses meilleurs chevaux fussent exercés8 dessus cette plaine. L’empereur ayant agréé ma demande, je les pris l’un après l’autre avec les officiers qui les montaient et je les plaçai sur mon mouchoir. Dès qu’ils furent rangés en ordre, ils se divisèrent en deux pelotons, escarmouchèrent pour rire, tirèrent des flèches qui ne pouvaient faire aucun mal à ceux contre qui elles étaient tirées, mirent flamberge au vent, en vinrent aux mains et pour tout dire en un mot, montrèrent qu’ils entendaient parfaitement bien plusieurs règles de l’art militaire. Les bâtons parallèles empêchaient qu’eux et leurs chevaux ne pussent tomber à terre, et l’empereur trouva un si grand plaisir à ce spectacle qu’il ordonna qu’il serait réitéré pendant plusieurs jours et voulut même une fois être placé sur mon mouchoir et ordonner les mouvements de ses cavaliers. Il persuada aussi à l’impératrice, quoique ce ne fût pas sans peine, de permettre que je la tinsse dans son fauteuil, à la distance de deux verges de mon mouchoir d’où elle pourrait aisément voir tout ce qui se passerait. Ce fut un grand bonheur pour moi qu’il n’arrivât aucun malheur dans tous ces divertissements. Une fois seulement, un cheval fougueux, qui appartenait à un des capitaines, d’un coup de pied fit un trou dans mon mouchoir et tomba à la renverse avec le cavalier qui le montait, mais je les relevai l’un et l’autre au plus vite ; après avoir bouché le trou d’une main, je me servis de l’autre pour mettre la troupe à terre. Le cheval s’était fait une entorse à l’épaule gauche, mais le cavalier ne s’était fait aucun mal et je raccommodai mon mouchoir le mieux qu’il me fût possible ; cependant j’eus soin de ne l’exposer plus à l’avenir à de pareils dangers.

  • 9 Le mot désigne ici non quelque « mécanique », mais « des choses pesantes et difficiles à remuer » (...)

6Deux ou trois jours avant que je fusse mis en liberté, pendant que j’amusais la cour par toutes ces merveilles, il arriva un exprès pour informer l’empereur que quelques-uns de ses sujets, en se promenant près de l’endroit où j’avais été trouvé, avaient découvert une grande chose noire qui était à terre, d’une figure fort bizarre, dont les bords s’étendaient en rond et qui était au milieu de la hauteur d’un homme, ayant au reste à peu près la même étendue que la chambre à coucher de Sa Majesté, que ce n’était pas une créature vivante comme on l’avait craint d’abord puisqu’après en avoir plusieurs fois fait le tour, on ne s’était pas aperçu qu’elle fît le moindre mouvement, qu’en montant sur les épaules des autres, quelques-uns d’eux étaient parvenus jusqu’au sommet qui était fort uni et qu’en frappant du pied, ils avaient trouvé que la machine9 était creuse en dedans, qu’il leur semblait probable qu’elle devait appartenir à l’homme-montagne et que si Sa Majesté le trouvait bon, ils entreprenaient de la transporter à la cour pourvu qu’ils eussent seulement cinq chevaux. Je compris d’abord ce qu’ils voulaient dire et je fus charmé de tout mon cœur de la nouvelle qu’ils apportaient. Il semble que dès que je me fus sauvé à terre après mon naufrage, j’étais tellement troublé qu’avant que d’arriver dans l’endroit où je m’endormis, mon chapeau, que j’avais attaché autour de ma tête pendant que je ramais et qui avait bien tenu durant le temps que j’avais nagé, était tombé sans que je m’en aperçusse. Je suppliai Sa Majesté impériale qu’on me l’apportât au plus tôt et je lui en décrivis la nature et l’usage. Je l’eus le lendemain, mais fort mal conditionné : ils y avaient fait deux trous à un pouce et demi du bord et y avaient attaché deux crochets par lesquels ils avaient passé une longue corde pour mieux lier mon chapeau aux harnais des chevaux, et c’est de cette manière qu’il fit plus d’un demi-mile d’Angleterre. Mais comme le terrain de ce pays est fort uni, il ne fut pas tant endommagé que j’aurais bien cru.

7Deux jours après cette aventure, l’empereur, ayant ordonné à cette partie de son armée qui se trouvait dans et autour la capitale de se tenir prête au premier ordre, imagina un divertissement fort singulier. Il souhaita que je me tinsse comme un colosse, les jambes écartées autant que je pourrais. Il commanda alors à son général, qui était un grand capitaine et fort de mes amis, de faire ranger les troupes en bon ordre et de les faire marcher dessous moi, les fantassins formant un front de vingt-quatre et les cavaliers de seize, tambours battant, enseignes déployées et pique dressées. Trois mille fantassins et mille cavaliers me passèrent ainsi entre les jambes. Sa Majesté commanda sous peine de mort que chaque soldat dans sa marche observerait les plus exactes règles de la décence à mon égard ; cet ordre cependant n’empêcha pas que quelques jeunes officiers ne levassent les yeux en haut en passant sous moi. Et pour dire le vrai, mes culottes étaient alors si délabrées qu’elles faisaient du moins entrevoir quelques sujets de risée et d’admiration.

  • 10 Possiblement une référence au comte de Nottingham, Daniel Finch, 2nd Earl of Nottingham (1647-1730 (...)

8J’avais fait tant d’instance pour obtenir ma liberté que la chose fut enfin proposée premièrement dans le cabinet de Sa Majesté et ensuite en plein conseil. Il n’y eut personne qui s’y opposât, excepté Skyresh Bolgolam10 qui, sans que je lui en eusse donné le moindre sujet, fit éclater contre moi une haine mortelle. Mais malgré lui, tout le conseil décida en ma faveur et cette décision fut ratifiée par l’empereur. Ce ministre qui se montrait si fort mon ennemi était le galbet, c’est-à-dire l’amiral du Royaume, et fort avant dans les bonnes grâces de l’empereur ; d’ailleurs rompu dans les affaires, mais d’un naturel chagrin et d’une humeur incommode. Cependant il se rendit à la fin, mais obtint en même temps que ce serait lui qui dresserait les articles et les conditions auxquelles ma liberté me serait accordée et que je m’engagerais par serment d’observer. Skyresh Bolgolam m’apporta lui-même ces articles, accompagné de deux sous-secrétaires et de quelques autres personnes de distinction. Après qu’on m’en eut fait la lecture, je fus obligé d’en jurer l’observation, premièrement à la manière de mon pays et puis suivant celle que prescrivent leurs lois qui était de tenir mon pied droit dans ma main gauche, de placer le doigt du milieu de ma main droite sur le sommet de ma tête et le pouce sur le bout supérieur de mon oreille droite. Comme le lecteur sera peut-être curieux d’avoir quelques idées du style et des façons de parler de ce peuple et de savoir les conditions auxquelles ma liberté me fut rendue, j’ai cru qu’il ne serait pas fâché d’en voir la traduction que j’ai tâché de faire avec toute la fidélité possible et que voici.

9Golbasto Momaren Evlame Gurdilo Shefin Mully Ully Gue, Très puissant Empereur de Lilliput, les délices et la terreur de l’univers dont les pays ont d’étendue cinq mille blustrugs (environ douze miles de circuit) et n’ont d’autres bornes que celles de la terre, Monarque des monarques, plus grand que les fils des hommes, dont les pieds touchent au centre de la terre et dont la tête atteint jusqu’au soleil, qui d’un seul regard fait trembler les princes de la terre, aimable comme le printemps, agréable comme l’été, fécond comme l’automne et terrible comme l’hiver. Sa très Sublime Majesté propose à l’homme-montagne, arrivé depuis quelque temps dans son redoutable Empire les articles suivants qu’il s’engagera par serment d’observer :

  • Premièrement, l’homme-montagne ne sortira pas de nos États sans en avoir une permission scellée du grand sceau.
  • 2 — Il n’entrera point dans notre capitale sans un ordre exprès de notre part et quand il viendra, les habitants en seront avertis deux heures auparavant afin d’avoir le temps de se retirer chez eux.
  • 3 — Le susdit homme-montagne bornera ses promenades aux principaux grands chemins et se gardera bien de se promener ou de se coucher dans une prairie ou dans un champ de blé.
  • 4 — Quand il se promènera dans les grands chemins, il prendra bien garde de ne pas marcher sur le corps de quelqu’un de nos amés11 sujets ni sur leurs chevaux et voitures ; il ne pourra même prendre aucun de nos sujets dans ses mains, à moins qu’ils n’y consentent.
  • 5 — S’il arrive qu’il faille envoyer quelque part un exprès en grande hâte, l’homme-montagne sera obligé une fois chaque lune de transporter dans sa poche le messager et le cheval à la distance de six journées de chemin et (s’il en était requis) de rapporter le messager sain et sauf en présence de Sa Majesté.
  • 6 — Il entrera en alliance avec nous contre les habitants de l’île de Blefuscu et fera tous ses efforts pour détruire la flotte avec laquelle ils se préparent à faire une descente dans notre Empire.
  • 7 — Dans ses heures de loisir, il sera tenu d’aider nos ouvriers à lever quelques grandes pierres qui doivent servir à la construction de la muraille de notre grand parc et à celles de quelques maisons royales.
  • 8 — Ledit homme-montagne donnera, dans le temps de deux lunes, une description exacte du circuit de notre Empire et ses pas serviront de mesure dans ce calcul.

10Enfin, quand l’homme-montagne aura juré solennellement d’observer tous ces articles, il lui sera fourni chaque jour une quantité de mets et de breuvage dont 1724 de nos sujets pourraient se nourrir. D’ailleurs, il aura toujours un libre accès à notre personne impériale avec d’autres marques de notre faveur.

11Donné dans notre palais de Belfaborac, le douzième jour de la quatre-vingt-onzième lune de notre règne.

  • 12 En remplaçant la méchanceté (« Malice » [GT I 63]) par « mauvaise volonté », le traducteur atténue (...)

12Je signai et jurai avec grand plaisir l’observation de ces articles quoiqu’il y en eût quelques-uns qui ne m’étaient pas fort honorables et que je ne pouvais attribuer qu’à la mauvaise volonté12 du grand amiral Skyresh Bolgolam. Après quoi mes chaînes me furent d’abord ôtées et l’empereur lui-même me fit l’honneur d’être présent à toute la cérémonie. Je me prosternai à ses pieds pour lui faire mes remerciements, mais il m’ordonna de me lever et après m’avoir dit plusieurs choses que ma modestie et la crainte d’être taxé de vanité m’empêchent de répéter, il ajouta qu’il espérait que je ne manquerais à aucun point de mon devoir et que je me rendrais digne des grâces qu’il m’avait déjà faites et de celles qu’il avait dessein de me faire à l’avenir.

  • 13 « Instrument d’un grand usage dans la navigation et dans l’astronomie pour prendre des hauteurs, d (...)

13Le lecteur n’a pas oublié que dans le dernier des articles dont j’avais juré l’observation, l’empereur m’avait assigné chaque jour une quantité de mets et de breuvage qui aurait pu suffire à 1724 Lilliputiens. Quelque temps après, je demandai à un ami que j’avais à la cour pourquoi on avait précisément déterminé ce nombre ; il me répondit que les mathématiciens de Sa Majesté, ayant pris la hauteur de mon corps par le moyen d’un quart de cercle13 et trouvant qu’il avait avec les leurs la proportion de douze à un, ils avaient conclu, de ce que leurs corps et le mien étaient similaires, qu’il fallait que le mien contînt 1724 des leurs et que par conséquent il avait besoin d’autant de nourriture qu’il en fallait à ce nombre de Lilliputiens. Ce qui suffit pour donner à mes lecteurs une idée de l’industrie de ce peuple aussi bien que de la prudente et très exacte économie du grand prince qui les gouverne.

Notes

1 Dans le texte original les Lilliputiens sont loin de lui accorder une confiance totale : « the Natives came by degree to be less apprehensive of any Danger from me » (GT I 47).

2 « Jeu d’enfants auquel l’un d’eux ferme les yeux, tandis que les autres se cachent ; et il est obligé de les découvrir où ils sont cachés » (Trévoux) ; on a reconnu le jeu de cache-cache dont le nom date de la fin du xviiie siècle.

3 En fait les principaux ministres, et non les « premiers » (« Chief Ministers » [GT I 49]).

4 Dans ce roman à clés, Flimnap est souvent vu comme une allusion à Sir Robert Walpole, lord du Trésor et chancelier de l’Échiquier. Swift s’étend davantage sur les exploits acrobatiques des ministres puisque dans le texte original, ce passage est suivi de la remarque suivante : « I have seen him do the Summerset several times together upon a Trencher fixed upon a Rope, which is no thicker than a common Packthread in England » (GT I 49). En omettant ces détails, le traducteur amoindrit la portée satirique de Swift qui critiquait ainsi les acrobaties politiques de certains de ses contemporains, fort habiles en manigances, intrigues et tactiques diverses.

5 Les critiques s’accordent à dire que le coussin salvateur est probablement une allusion à la duchesse de Kendal, maîtresse de George Ier, qui aurait aidé Walpole à regagner la faveur du roi et à revenir au pouvoir en 1721.

6 Ces fils font allusion aux trois célèbres ordres britanniques : l’ordre de la Jarretière (de couleur bleue), l’ordre du Bain (de couleur rouge) et l’ordre du Chardon (de couleur verte). Dans la première édition de Gulliver’s Travels (celle de 1726, utilisée par le traducteur), ces couleurs sont différentes, très probablement afin d’éviter la censure ; toutefois les vraies couleurs sont rétablies dans les éditions suivantes (Gulliver’s Travels, éd. Albert J. Rivero, p. 32).. L’ordre du Bain fut fondé par George Ier sur les conseils de Walpole en 1725 (un an avant la publication de Gulliver’s Travels), permettant ainsi d’attribuer encore plus de récompenses et de faveurs en échange de soutiens divers, système ici critiqué par l’auteur qui ne laisse pas de ridiculiser la façon peu méritoire d’acquérir ces distinctions colorées.

7 « Backwards and forwards several times » (GT I 51). Le traducteur omet à nouveau certains détails qui pourtant, par le ridicule de la répétition, amplifient la force de la satire.

8 Accord ad sensum.

9 Le mot désigne ici non quelque « mécanique », mais « des choses pesantes et difficiles à remuer » (Trévoux).

10 Possiblement une référence au comte de Nottingham, Daniel Finch, 2nd Earl of Nottingham (1647-1730), ennemi de Swift, surnommé Dismal (soit lugubre), mais aussi Don Dismallo et Don Diego en raison de son teint sombre et de ses traits durs. Swift ne l’épargne pas non plus dans son poème Toland’s Invitation to Dismal to Dine with the Calves’ Head Club (1712).

11 « Terme de lettres de chancellerie qui marque l’affection du roi envers son sujet. » (Trévoux).

12 En remplaçant la méchanceté (« Malice » [GT I 63]) par « mauvaise volonté », le traducteur atténue la satire à l’encontre du personnage clé, contemporain de Swift, représenté par Skyresh Bolgolam. En l’occurrence, il pourrait s’agir du comte de Nottingham, qui s’est opposé à ce que Swift accède à la fonction épiscopale, ou bien du duc de Marlborough, John Churchill, 1st Earl of Marlborough (1650-1722), ennemi politique de Swift.

13 « Instrument d’un grand usage dans la navigation et dans l’astronomie pour prendre des hauteurs, des angles etc. » (Encyclopédie).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search